Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Inégalités, parasites fiscaux : la loi de la jungle continue

Inégalités, parasites fiscaux : la loi de la jungle continue

Décidément, l’économie ne tourne pas rond. Aux Etats-Unis, alors que les profits battent des records, les inégalités ne cessent de progresser puisque le taux de pauvreté est au plus haut depuis 47 ans. En même temps, on apprend que 25 000 milliards restent cachés dans les parasites fiscaux.
 
Des parasites fiscaux à peine égratignés
 
Ils avaient été mis au pilori pendant le pic de la crise financière. Nicolas Sarkozy avait même osé affirmer qu’ils étaient finis, mais une récente étude du Tax Justice Network démontre qu’entre 17 et 25 000 milliards d’euros seraient encore cachés dans ses trous noirs de l’économie mondialisée. Ils sont bien improprement appelés « paradis fiscaux » par ceux qui ne se rendent pas bien compte que ce terme véhicule une connotation positive qui ne devrait pas être acceptée.
 
Malgré les effets d’annonce, dans la réalité, rien n’a changé. En effet, les parasites fiscaux signent des conventions les uns avec les autres. Et des sommes grandissantes (des multinationales ou des riches particuliers) échappent à l’impôt citoyen. Il est proprement sidérant que les Etats laissent faire ce véritable pillage de leur ressource fiscale, que certains ont chiffré à 40 à 50 milliards d’euros de perdus pour notre seul pays, soit l’équivalent de la moitié du déficit !
 
L’envolée des inégalités
 
Et alors qu’une partie des plus riches échappent à l’impôt en utilisant les parasites fiscaux, nous assistons à une envolée de la pauvreté et des inégalités. En Allemagne, le pouvoir d’achat est stable depuis 20 ans. Bref, les salariés n’ont touché aucun gain de productivité ! Certes, il n’y a pas régression, mais il n’y a pas de progrès. Pire, si la moyenne est stable, on peut imaginer que du fait de l’explosion des hauts revenus, la majorité a perdu, comme l’a montré Sapir en France.
 
Aux Etats-Unis, la situation est désastreuse puisque le taux de pauvreté est au plus haut depuis… 47 ans  ! Cela est d’autant plus choquant que les profits des entreprises sont au plus haut. Olivier Berruyer a compilé sur son blog de nombreux indicateurs qui montrent que les inégalités sont au plus haut depuis 70 ans, que l’on prenne l’indicateur Gini où la part dans les revenus totaux du 1% qui gagne le plus (plus de 20%) ou du 0.1% qui gagne le plus (plus de 10%).
 
Une société injuste
 
Bref, nous vivons dans une société où 1% de la population voit ses revenus fortement progresser, tout en ayant vu leur taux d’imposition baisser et dont une partie parvient même à échapper à l’impôt en utilisant les parasites fiscaux et où les grandes entreprises font toujours davantage de profits. De l’autre, dans les pays dits développés, 99% de la population ne tire pratiquement aucun profit du peu de croissance qui subsiste, quand son pouvoir d’achat ne baisse pas.
 
Et ce n’est pas juste, car comme le disait Tocqueville, cité par André-Jacques Holbecq dans son livre « La dette publique, une affaire rentable » : « préocuppés du seul soin de faire fortune, les hommes n’aperçoivent plus le lien étroit qui unit la fortune particlière de chacun d’eux à la prospérité de tous  ». La bonne fortune des plus riches et des multinationales est intiment liée à toute la collectivité. Il n’est donc pas juste que certains en profitent beaucoup plus que d’autres.
 
En fait, ce que disent en creux tous ces chiffres, c’est que l’anarchie néolibérale conduit à la loi de la jungle, une sorte de déshumanisation de nos sociétés, qui perdent tout sentiment collectif et où seuls les plus forts gagnent, quitte à ce que ce soit au détriment de tous les autres…

Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Jean-Louis CHARPAL 31 juillet 2012 10:45

    La seule issue par le haut est la justice sociale.

    La justice sociale par la relance économique et la relance économique par la justice sociale.

    Tant qu’une poignée de privilégiés ne paieront pas d’impôts ou si peu et confisqueront les richesses produites par les travailleurs (au sens large de tous ceux qui travaillent dans l’économie réelle, quel que soit leur statut), il n’ y aura qu’une clochardisation toujours plus grande des peuples.

    Or, ni les droites dures, ni les gauches molles, qui sont ultra libérales dans toutes les démocraties, ne sont décidées à renoncer aux politiques d’austérité suicidaires qui ne servent que 1% de l’ Humanité (et encore en comptant large ...). 


    • Lamouet 31 juillet 2012 12:48

      "Bref, nous vivons dans une société où 1% de la population voit ses revenus fortement progresser, tout en ayant vu leur taux d’imposition baisser et dont une partie parvient même à échapper à l’impôt en utilisant les parasites fiscaux et où les grandes entreprises font toujours davantage de profits

      Tout le monde est d’accord là-dessus (enfin, j’espère).

      Mais, concrétement, on fait quoi ? Scandaleuse cette Vè Constitution (surtout depuis 2000) qui ôte tout pouvoir aux citoyens pendant 5 ans !


      • Soi même Soi même 31 juillet 2012 12:58

        Cette affaire de paradis fiscaux, met bien en évidence une chose, quel est le crédit véritable que l’on doit faire à de la monnaie de singe.
        Il illustre bien une question qui est le droit juridique de la monnaie, si elle est crérs sur du vent comme cela semble le cas, les montants faramineux dans les paradis fiscaux non en réalité aucune valeur et de se fait devront mourir quand la chute inévitable de la tour de Babel économique s’effondrera !

        Ce système fonction par la confiance et la croyance du pouvoir qui détient, et l’on sait que chaque fois cela s’effondre, c’est la méfiance et l’inquiétude qui sabre la confiance !

        A nous de relativisez le pouvoir de l’argent fictif et de retourné à la valeur basique de l’argent qui est le reflet de l’activité humaine du travail et non pas de la rente spéculatif financière !


        • Hermes Hermes 31 juillet 2012 13:06

          Bonjour,

          les informations du Figaro (liens de l’article) sont tirées de l’institution Global Finacial Integrity.

          Attendu que cette institution a pour objectif de sauver le capitalisme en luttant contre ses tendons d’achille comme l’argent sale, on est sur que ces chiffres sont un MINIMUM de ce qui devrait revenir légitimemement aux nations dans lesquelles sont réalisés ces profits (ou mieux d’être répartis entre les nation selon leurs besoins).

          Moralité : la crise en vrai, elle n’existe pas, et les plans de rigueur, en nous maintenant dans la difficulté nous empêchent de réfléchir sereinement.

          Cdt.


          • Soi même Soi même 31 juillet 2012 14:06

            Il y a une autre raison beaucoup plus profonde à cette crise, qui jusqu’à présent n’a pas été approfondie.

            http://orandia.com/forum/index.php?mode=thread&id=55186


            • JANCAP JANCAP 1er août 2012 11:59

              CE SONT DE VERITABLES MAFIAS QUI NOUS DIRIGENT ET MENENT L’ECONOMIE MONDIALE ET LA FINANCE. Le travail des Peuples est pillé et les plans d’austérité sont un racket permanent pour enrichir la finance et brader les services publics.

               

              Depuis 30 ans, le néolibéralisme (Reagan, Thatcher) constitue une nouvelle colonisation à l’échelle planétaire, par une mondialisation complètement dérégulée. Délocalisations, dumping social et fiscal et « liberté » du commerce sans droits de douane, sèment le chômage, la misère et détruisent progressivement tous les systèmes de protection sociale des Peuples développés.

               

              Et si TOUS les Gouvernements n’étaient largement complices de ce système mafieux, cela fait longtemps, très longtemps, que les paradis fiscaux auraient disparus. Car ces tous petits pays ne peuvent fonctionner qu’avec le feu vert des puissants qui dirigent le monde.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès