Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Intelligence économique : restons vigilants

Intelligence économique : restons vigilants

Cet article n’est ni alarmiste ni polémique, il est une invitation à poursuivre sereinement les efforts entrepris depuis plus de quinze ans dans le domaine de l’intelligence économique (IE), en mettant en exergue les quelques écueils qui se profilent à l’horizon. 

Les entreprises françaises mesurent aujourd’hui l’importance de la maîtrise de l’information pour le développement de leurs projets ou de leur stratégie. La politique publique mise en place par le gouvernement et venue soutenir les efforts conjugués de tous les acteurs de terrain depuis plus de dix ans, mais également l’expérience des dirigeants face à la réalité économique internationale, ont fortement contribué à cette prise de conscience. L’intelligence économique, tout comme le marketing il y a quelques années, commence de fait à émerger dans les pratiques managériales, et devrait s’inscrire naturellement dans la culture des organisations dans moins d’une décennie. Pour autant, gardons-nous de crier victoire au risque de relâcher notre attention, car l’intelligence économique française est encore bien jeune et fragile.

Développer les bonnes pratiques

L’IE est encore trop souvent confondue avec l’espionnage économique, or ce sont deux choses bien différentes. L’IE envisage en effet l’espionnage comme une pratique illégale et comme une menace pour la sécurité de l’entreprise. Le praticien de l’IE se défend légalement de l’espionnage et ne le pratique pas. Or la tentation est grande d’entretenir et d’exploiter la confusion : du côté des patrons d’entreprises, le besoin de savoir peut conduire à commanditer des pratiques illégales sous couvert d’intelligence économique ; du côté de certaines officines, le « jeu des frontières floues » peut également être exploité pour couvrir des segments d’activité qui ne relèvent pas de l’IE mais de l’espionnage industriel ; enfin du côté des médias, qui sont trop souvent tentés d’envisager l’IE comme le croisement glauque des activités de détectives privés, de barbouzes sans scrupule et d’éminences grises œuvrant du fond d’un cabinet noir.

Ces pratiques illégales, entretenues par l’idée d’un libéralisme sauvage (certains y voient une guerre économique) dont la fin justifierait les moyens, ne relèvent pas de l’IE mais de l’espionnage économique, et sont passibles de sanctions pénales.

La réponse à des pratiques prédatrices par des pratiques équivalentes ne peut qu’entraîner l’IE dans une spirale nihiliste dont nul ne sortira vainqueur. Il est par conséquent urgent de privilégier un langage et des pratiques mesurés, et d’orienter l’IE sur les notions de « désarmement » et de « diplomatie économique ».

Définir fonctions et métiers

La définition des fonctions et métiers de l’intelligence économique est la condition même de son implantation en entreprise, et également de la survie des formations. En effet, si les entreprises, et notamment les DRH, ne prennent pas en compte les fonctions liées à l’activité d’IE, il est peu probable que les étudiants continuent d’espérer obtenir un poste et par voie de conséquence, rejoignent les filières de formation en IE. Il existe aujourd’hui un risque de tarissement de la filière, à l’heure même où l’on constate une offre pléthorique de formations difficilement appréciables.

Définir les métiers de l’IE suppose une démarche concertée entre formateurs, praticiens, responsables stratégiques, DRH et partenaires sociaux. Il s’agit en effet d’identifier des compétences susceptibles d’être agrégées sous forme de fonctions liées à des fiches de postes ainsi qu’à des critères de recrutement. Cette démarche est complexe car elle met en jeu des interactions liées à la création d’emploi, à la fonction, à l’organisation de l’entreprise, ainsi qu’à des acteurs externes (politiques, administrateurs, actionnaires, partenaires sociaux). La définition des métiers types de l’IE passe par conséquent, par une démarche concertée qui suppose une réflexion conjointe entre les employeurs, les professionnels des ressources humaines, les institutions support (ANPE, APEC...), les syndicats (dirigeants, cadres, salariés).

Contrôler la formation ?

Le nombre de formations en IE a sensiblement augmenté au cours des cinq dernières années. L’offre globale est difficilement appréciable en termes de qualité, bien que pointée du doigt par le rapport Carayon en 2003. Le référentiel de formation en IE publié en 2004 par le SGDN peut être considéré comme un guide d’évaluation des contenus, destiné aux formateurs et aux étudiants. Il ne permet pas, en revanche, d’évaluer les méthodes pédagogiques, lesquelles restent à la discrétion des responsables de formation. Face à la concurrence qui s’instaure et aux contraintes géographiques de nombre d’étudiants, certaines formations n’hésitent pas à développer des stratégies marketing agressives, aussi attractives que trompeuses, au détriment de la crédibilité générale. On peut certes espérer qu’avec le temps on assistera à l’élimination naturelle des formations les moins compétitives, mais d’ici là, combien d’étudiants auront éventuellement été (dé)formés et combien d’entreprises seront déçues par ce qu’elles croiront être de l’IE ?

Par ailleurs, le nombre d’étudiants formés ne correspond pas à la réalité actuelle du marché. Bien qu’on constate d’ores et déjà une certaine ouverture dans les entreprises, il conviendrait au minimum de maintenir la formation en IE sous l’angle de la double compétence. Cela suppose un cursus préalable de formation classique (ingénieur, sup de co, IAE, sciences po...) jusqu’en première année de master (Bac+4), complété par une seconde année de master où l’IE serait envisagée comme un complément de spécialité, ou une option intégrée à d’autres matières. A défaut, les connaissances techniques et managériales classiques ne sont pas acquises, et les étudiants ne passent pas la barrière des DRH.

A terme, il conviendrait peut-être d’envisager la formation en IE comme partie intégrante des cursus de bac+1 à bac+5. Des formations spécialisées pourraient par la suite compléter ce cursus en vue d’acquérir des compétences métiers dans le cadre de la formation continue : veilleur (bac+3 à B5 selon la spécialité et le niveau d’emploi), analyste (B5), manageur IE (MBA), consultant (B5+expérience), formateur (B5 + expérience), enseignant chercheur (B8).

Sauver la recherche

La recherche en IE a connu ses heures de gloire entre 1992 et aujourd’hui, grâce notamment aux vétérans qui ont marqué le milieu de la veille, tant au niveau technologique que managérial. Le départ à la retraite de ces pionniers laisse apparaître une faille qu’il conviendrait de combler rapidement. Car derrière les mandarins, les équipes se sont vidées, faute d’une politique de recrutement, les diverses disciplines n’accordant pas de priorité à l’IE. Ce défaut de reconnaissance, lié notamment à la transdiciplinarité de l’IE mais également à l’absence de supports de publication reconnus, conduit par ailleurs certains chercheurs à abandonner les recherches en IE, pour se consacrer à des thèmes plus valorisants. Enfin, la recherche en IE souffre d’un certain tassement et de l’absence de vision stratégique d’ensemble, induisant une tendance à réinventer la roue.

Un recensement des enseignants chercheurs titulaires en IE mettrait en évidence une réduction sensible de la population, au point de la déclarer au titre des « espèces menacées ».

Dépersonnaliser l’IE

L’intelligence économique souffre enfin d’une « peopolisation » qui la place au centre de sordides luttes d’intérêts, qu’ils soient politiques, idéologiques ou fonctionnels. Le récent rapport Mongereau a ainsi suscité des réactions épidermiques dont on se passerait volontiers. Car la territorialisation politique de l’IE risque de pâtir, en cas d’alternance, de la prochaine élection présidentielle. Or le rapport Mongereau, loin d’être illégitime ou néophyte, devrait permettre, en ouvrant le concept d’IE à la société civile, d’en préserver les acquis collectifs, autrement dit les racines culturelles. A contrario, revendiquer une paternité de l’IE, ou se l’approprier au point de l’interdire à d’autres, exclure des acteurs de la carte politico-médiatique, imposer une idéologie dominante, cultiver des réseaux plus ou moins occultes et pas toujours légitimes, n’est-ce pas entretenir la dispersion, pour la recherche d’un pouvoir et la gloire d’ambitions personnelles, aux dépens mêmes de l’intérêt général ?

Trop d’acteurs ont travaillé avec abnégation, ardeur et humilité, pour laisser à la seule vanité le soin de ternir l’image d’une IE construite au fil du temps, image d’un fleuve, non d’un torrent. Sérénité et non tumulte, communauté contre individualisme, culture plus que politique, tels devraient être les ingrédients d’une IE qui veut s’inscrire dans la durée. En somme, rien de nouveau sous le soleil...


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • krokodilo (---.---.65.119) 24 octobre 2006 12:43

    Un bon moyen de ne pas confondre l’IE avec l’espionnage économique serait de l’appeler par son nom, de la veille économique, ou du renseignement, terme qui peut être plus ambigu mais pas plus qu’en anglais.

    Vous indiquez dans votre CV d’Agora vox que vous étudiez entre autres la manipulation de l’information, eh bien l’usage systématique et inutile d’une foule d’anglicismes par certains milieux, mode, journalisme, économie, vise à nous enfoncer dans la tête l’idée que l’anglais doit être la langue européenne.

    Depuis l’adhésion de l’Angletterre à l’UE, le français et l’allemand ont beaucoup reculé, alors que les textes européens mentionnent expressement l’égalité des langues. Pourquoi donc ne pas défendre votre langue, le français ? Merci pour lui.


    • eugene wermelinger (---.---.136.112) 26 octobre 2006 10:51

      Oui, la question de la langue est primordiale. Mais nous avons déjà perdu au profit de l’hégémonie actuelle de l’anglo-américain. Depuis cette année des lycées s’intéressent au chinois, au japonais aussi, preuve que l’économique prime. Et on continue d’ignorer la seule solution équitable que serait l’espéranto. Jes, mi uzas tiun internacian lingvon, kun granda kontenteco. (Oui, j’utilise cette langue internationale avec grande satisfaction) Merci, lecteur de voir google en espéranto !!!


    • loga (---.---.148.75) 24 octobre 2006 18:41

      L IE , si j ai bien compris est l interactivité besoin d un poste avec ses objectifs et le profil du candidat , et pour que IE soit,il faut une appréciation annuelle dans le déroulement de carriére.

      Est ce qu un chef ,patron ou directeur embauchera une personne de plus compétent que lui sans avoir peur de se faire éjecter .la fiche de poste sera toujours un peu dessous.

      L évolution de l’informatique remet en cause à chaque fois lIE car il faut des stages de formations .


      • Guigui (---.---.144.116) 24 octobre 2006 18:42

        L’IE n’est pas seulement de la veille économique, elle a un rôle de traitement et de diffusion de l’information beaucoup plus important.


        • vigie (---.---.28.241) 24 octobre 2006 19:07

          La veille économique, sert aux entreprises a protéger-leur produits, voir ou en est la concurrence sur des produits similaires, et pouvoir faire des comparaisons sur la technologie employée.

          Elle peut aussi être le vecteur de nouvelles idées initiées par la concurrence a laquelle on peut plagier ou subodorer des pistes de développements futur.

          la France est en retard par rapport aux pays anglo-saxons, qui sont depuis des lustres des précurseurs. mais il semble qu’il y ait une prise de conscience nottament avec le rapport carayon du 3 octobre 2005, le premier ministre, Dominique de Villepin confie à Bernard Carayon la mission d’étudier les moyens de renforcer la compétitivité des entreprises françaises dans le monde.

          Ce rapport analyse la situation actuelle du monde et les contraintes et opportunités qu’elle génère pour la France. Les propositions sont articulées selon le cycle de l’entreprise : création, recherche et financement et enfin conquête de marchés. Ce rapport souligne en particulier l’importance pour la présence des entreprises françaises à l’étranger des normes internationales.

          Il propose plusieurs pistes pour mieux faire entendre la voix de la France dans les grands débats européens et internationaux qui aboutissent à la production de normes.

          L’intelligence économique, un équilibre entre protection et ouverture


          • paladin21 (---.---.96.203) 25 octobre 2006 13:58

            Intelligent certes, mais la pratique internationale est dans un monde globale aux antipodes de cette déontologie. je partage le sens de cet article sur l’IE, mais il y a aussi de la stratégie dans IES(humour). Le chantier est vaste, mais le projet France IE avec un H.R.I.E, Mr Juillet en bonne voie. C’est un defi pour nous tous, de la recherche à l’emploi, sans oublier la formation.


            • Job (---.---.131.20) 1er novembre 2006 20:09

              Vous avez raison d’aborder ces questions. Votre article est appréciable. Dommage qu’en économie, on ne forme pas les gens. Surtout dans le secteur commercial.

              Vous devriez toutefois parler du réseau échelon et de toutes ces choses.

              D’ailleurs vous devriez faire un petit rappel des origines d’Internet : d’abord militaire puis scientifique enfin généralisé à tous.

              Etant donné la nature humaine, je ne pense pas que vous arriverez à séparer les différents aspects de l’Intelligence Economique.

              Ce domaine est trop important pour que l’aspect espionnage ne soit pas présent indépendamment des codes pénaux. Un peu comme pendant la Guerre Froide, l’Est et l’Ouest n’hésitaient pas à pratiquer la surveillance, l’infiltration/l’exfiltration,le vol de données etc. Avec des épisodes dangereux pour tous.

              Je comprends qu’en tant que scientifique, il est normal que vous soyez désireux de bien définir le domaine de votre objet d’étude mais concrètement çà reste très artificiel.


              • VerbalKint.net : blog d’intelligence économique sur internet (---.---.158.215) 8 novembre 2006 23:27

                Franck Bulinge fait partie des experts en Intelligence Économique dont la voix est au minimum respectée, au mieux admirée. Je fais partie de ces derniers. Docteur en sciences de l’information et expert du monde de la Défense, il étudie les...


                • khadija (---.---.194.107) 6 février 2007 13:16

                  information sur lintelligence et la veille economique

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Franck Bulinge


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès