Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Inversion de la courbe du chômage : la fin d’une illusion

Inversion de la courbe du chômage : la fin d’une illusion

François Hollande prendrait-il les Français pour des gogos ? Jamais la langue de bois n’aura fait autant de dégâts dans la cohésion nationale de la France en provoquant une colère populaire chaque jour de plus en plus justifiée.



Dans quelques heures, les nouvelles statistiques du chômage portant sur le mois d’octobre 2013 vont être rendues publiques. Celles du mois de septembre 2013 ont été catastrophiques pour le pouvoir en place et pour le pays : 60 000 demandeurs d’emploi supplémentaires en un mois, soit 3,3 millions en tout, un record (et uniquement pour la première catégorie).

Le Président de la République François Hollande vient de commettre son second parjure en quelques mois. En déplacement improvisé dans les ateliers du groupe de chimie Solvay, dans la matinée du jeudi 28 novembre 2013 à Aubervilliers, il a en effet prudemment remisé dans son placard la promesse butoir de la fin de l’année 2013 pour l’inversion de la courbe du chômage : « ça prendra le temps nécessaire. Ce qui compte, c’est la tendance. ».

Plus exactement, le Président de la République a déclaré ceci : « C’est vrai que j’ai fixé l’objectif de l’inversion de la courbe du chômage, pour parler plus clair encore, de la baisse du chômage. (…) C’est une bataille que nous avons engagée, elle se fera mois par mois, et nous devons y travailler sans cesse et ça nous prendra tout le temps qui est nécessaire. Ce mois-ci, comme les autres mois. Ce qui compte, c’est cette tendance que nous devons maintenant imposer : le chômage doit cesser d’augmenter. ». Beau parleur, beau phraseur, qui joue avec les mots (mais aussi avec le désastre humain que représente le chômage).

Cela faisant pourtant depuis le 9 septembre 2012 (« Nous devons inverser la courbe du chômage d’ici un an. ») que le pouvoir mène le peuple en bateau, enfin, en barque, ou plutôt en pédalo. L’exécutif avait inlassablement soutenu que le chômage baisserait d’ici la fin de 2013 (dès le début de cette année, on avait prudemment repoussé l’échéance de septembre à décembre). Au point de devenir sourd à la réalité du pays. Il s’était basé, non sur une relance de l’activité, mais sur un effet mécanique de la courbe démographique. Cela n’a cependant pas suffi. Il faut dire que la politique économique brouillonne, illisible et instable (les entreprises ne savent pas sur quel pied danser) et des annonces décourageantes (comme la suppression du statut de l’auto-entrepreneur) n’ont pas dû aider à redresser la conjoncture. L’annonce d’une refonte du système fiscal a plutôt fait l’effet d’une déflagration thermonucléaire.

Le 5 novembre 2013, le Ministre de l’Économie et des Finances Pierre Moscovici y croyait encore : « L’objectif d’inversion de la courbe du chômage d’ici la fin de l’année 2013 est maintenu. ». Le 20 novembre 2013 encore, le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault s’était montré toujours confiant : « L’objectif, c’est que la courbe s’inverse à la fin de l’année, mais elle ne s’inversera que si la croissance revient. ».

Même les moins malins des citoyens savaient que l’Élysée et son gouvernement fonçaient dans le mur des évidences en persévérant si longtemps dans ce déni de réalité.

C’est le second parjure, parce que François Hollande avait déjà vite renoncé à soutenir que le déficit public serait de 3% du PIB pour l’année 2013 (on en est maintenant très loin) après avoir sans arrêt martelé pendant des mois qu’il n’était pas question de s’éloigner de cet objectif. La méthode Coué n’a pas l’efficacité escomptée.

Inutile de dire que la valeur de la parole présidentielle en a pris un sérieux coup supplémentaire, et on se demande vraiment quelle est la raison réelle de cette persévérance dans l’erreur : sincérité suicidaire dans son aveuglément intégral ? incapacité complète à gouverner ? inexpérience majeure de l’exercice du pouvoir ? ou aider au mieux le FN à faire son lit électoral pour empêcher l’UMP de reconquérir le pouvoir ?

Toujours est-il que le petit mécano avec sa boîte à outils se trouve bien ennuyé d’avoir prêché si inutilement dans le désert. En fait, ce n’est pas dans le désert, c’est dans un monde parallèle, un monde que seuls les éléphants socialistes sont capables d’entrer… mais incapables d’en ressortir pour s’occuper des Français.

Ce n’est pas une pratique présidentielle, c’est une comédie de boulevards. Ou même une tragédie pour les millions de personnes touchées de près ou de loin par le chômage. Ce n’est pas un fléau venu des cieux, c’est une inadéquation circonstancielle et structurelle entre nos forces de production et nos ressources humaines.

Circonstancielle car le traumatisme de la crise de 2008 est encore palpable. Mais structurelle aussi car depuis trente ans, le monde est en crise durable, et en France, il n’y aura pas de retour à la (grande) croissance (supérieur à 3 ou 4%) avant longtemps ; il faudra bien faire avec si peu.

Ce n’est pas en disant que l’essentiel est dans la compétitivité des entreprises que cela réussira. C’est en donnant les conditions réelles de cette compétitivité : pas avec des usines à gaz comme le CICE, mais avec des allégements, réels, tant administratifs que fiscaux ou sociaux. Avec un climat qui favorise la création d’activités, ce qui exclut la chasse aux sorcières dogmatiques des "riches" patrons (le cas de PSA est encore l’arbre qui cache la forêt des entrepreneurs qui prennent des risques) et ce qui devrait encourager l’État à récompenser les "faiseurs d’emplois".

Mais la première condition pour que le climat soit propice à cette reprise d’activité, à l’investissement et au redressement économique, c’est d’abord la confiance, et cette confiance a un seul mot d’ordre : la vérité.

Le pouvoir doit parler le langage de la vérité aux Français et cesser une fois pour toutes de les infantiliser comme un médecin de l’ancienne école qui veut rassurer le patient en phase terminale. Il faut en finir avec le Père Noël et son improbable hotte remplie d’emplois venus des cieux. Il faut le langage de Churchill qui promettait du sang et des larmes. C’est la première condition pour sortir de ce monde parallèle d’idéologies et de théories mal digérées. Et redonner courage à ceux qui travaillent.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (28 novembre 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
François Hollande.
Jean-Marc Ayrault.
Pierre Moscovici.
Réforme fiscale.
Auto-entrepreneur ?

yartiInversion02 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 29 novembre 2013 08:49

    Pour combattre le chômage, la stratégie des libéraux lorsqu’ils sont au pouvoir consiste à rendre inconfortable et précaire la vie de ceux qui reçoivent une allocation chômage. La philosophie qu’ils défendent conçoit le contrat social par une formule toute simple : « Les riches seraient plus entreprenants s’ils payaient moins d’impôts et les pauvres seraient plus travailleurs s’ils recevaient moins d’aides ». Ils oublient de préciser qu’eux mêmes reçoivent des subventions de l’Etat,  et que lorsqu’ils éprouvent des difficultés dans leurs affaires, ils trouvent normal que l’état socialise les pertes et privatise les bénéfices.....

    voir : ILLUSION LIBERALE


    • claude-michel claude-michel 29 novembre 2013 08:59

      2eme... ?

      Fin octobre l’Hexagone comptait 4,88 millions de personnes inscrites à Pôle emploi en catégorie A-B-C...soit un chiffre en hausse de 39.600 sur un mois....Bizarrement le communiqué de lélysée ne fait pas état.. ?

      Toutes catégories (source le ministère de l’intérieur) nous dépassons (avec les radiations) le chiffre de 9 millions...

      Les « VEAUX » de la censure ne veulent pas donner l’information...ils doivent travailler pour Hollande je présume.. ?


      • Vipère Vipère 29 novembre 2013 09:10

        Ce matin, Michel SAPIN s’est livré à un pathétique numéro d’équilibriste, manipulant les chiffres du chômage des jeunes, pour faire croire à la justesse des prévisions présidentielles. Un numéro raté que celui de l’inversion du chômage.


        Le chômage n’est pas inversé, il continue a grimper !

        • Croa Croa 29 novembre 2013 10:31

          Normal puisque c’est toujours la même politique qui continue !

          Si le président normal voulait vraiment combattre le chômage il devrait changer complètement d’orientations, quitte à se fâcher avec les banques et avec ses partenaires européens. Or, non seulement il ne change rien mais nos orientations politiques se situent au contraire à la pointe des néfastes politiques européennes, voire atlantistes qui détruisent l’emploi. D’ailleurs je ne peux pas croire que Monsieur Hollande n’en soit pas conscient, donc lorsqu’il affirme vouloir inverser la courbe du chômage il compte sur notre crédulité et c’est tout.


        • ZenZoe ZenZoe 29 novembre 2013 10:56

          Entièrement d’accord avec l’article.
          Un pitoyable triturage de chiffres, c’est ce qui leur sert à la fois de stratégie, de politique et d’objectif final. Sauf qu’on ne gouverne pas un pays avec juste une calculette en main.


          • anomail 29 novembre 2013 12:24

            En vous inquiétez pas, la croissance va revenir smiley

            https://www.youtube.com/watch?v=tbAR2z-VAk8


            • ETTORE ETTORE 29 novembre 2013 13:30

              Un gouvernement expert dans le jeu du bonto !

              Je me demande si tous les matins ils se regardent dans la glace en se disant :
              « Encore un mensonge de plus....jusque là, tout va bien »
              Quel beau saut de l’ange que celui qui les attend depuis le haut de leur tour d’affairistes, échafaudé mensonge après mensonge, à coup de langue de bois.....
               

              • mimi45140 29 novembre 2013 18:25

                Petite info , ils n ont pas de glace .


              • Dominique TONIN Dominique TONIN 29 novembre 2013 13:33

                HOLLANDE a été installé à ce poste. 

                Par qui ? Par la finance, Goldman Sachs en tête, mais pas que.
                 N’oubliez pas que celui qui était plébiscité à l’époque, toujours par la finance, c’était DSK !
                HOLLANDE ne variera pas d’un Iota sa politique, du moins la politique qu’on lui souffle au creux de l’oreille, sinon, ces derniers pourraient lui faire le remake de l’assassinat de JFK !

                • S2ndreal 29 novembre 2013 14:06

                  C’est sûrement pour ça que le racisme revient en force. Ce retour évite de regarder la courbe du chômage et de réunir les partisans du président Hollande autour de sa personne en culpabilisant tous ses critiques.

                  Ça a très bien marché avec le mariage pour tous et la Taubira. Pourquoi se gêner ? En plus, ça la remet en première ligne.


                    • mmbbb 29 novembre 2013 19:53

                      @ ROBERT GIL Un peu simple votre propos Mon frere etait artisan n’a jamais recu d’aide et aurait pu former des apprentis ( decoration trompe oeil et et bonne connaissance du metier du batiment puisqu’il a commence a travaille tres jeune ) Il en a eu ras la csquette et a tout claque Dans ce pays ce sont les PME PMI et artisants non cotes en bourse qui pourraient creer des emplois Etant donne que nous sommes devenu un pays de merde et que les personnes prennat des decisions sont des fonctionnaires n’ayant jamais d’angoisse pour finir le mois autant ne rien foutre dans ce pays 


                      • smilodon smilodon 29 novembre 2013 20:15

                        Pas le temps de faire trop long avant d’être coupé !.. Donc « MERDE » devrait suffire pour passer.. Désolé, j’ai que 2 minutes pour m’exprimer !... Pas 3 jours... MERDE !...Envoyez......


                        • Yohan Yohan 29 novembre 2013 20:29

                          Hollande fait tout le contraire de ce qu’il devrait faire. Soutenir les PME, cesser de les taxer, de les désespérer et de souffler le chaud et le froid toutes les semaines. Sa seule contribution est de créer des emplois publics, dits d’avenir, qui plombe un peu plus nos déficits structurels. Où est la prouesse ?

                          Hollande ne fait que parier sur une reprise qui viendrait d’ailleurs, pas de chez nous ni de lui donc.... 
                          Un zeste d’emploi d’avenir, une pincée de radiations et une bonne prière et voilà la recette du père Flamby

                          • Ricquet Ricquet 29 novembre 2013 20:29

                            2350 points au jeu des l’enfarineurs... et vous ?

                            ça détend ?

                              • Antoine 30 novembre 2013 01:52

                                Pour l’inversion de la courbe, cela va être râpé avec toutes les putes qui vont rejoindre les rangs des chômeurs...


                                • millesime 30 novembre 2013 06:14

                                  si j’en crois les info sur l’emploi du post de « patdu49 »
                                  il faut lire le rapport de la DARES (de 20 pages) :
                                  http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle6JUN812.pdf

                                  j’ai lu ...intéressant !

                                  http://millesime.over-blog.com


                                  • Mortargent 30 novembre 2013 06:31

                                    Les discours équilibristes des politiques tiennent parfois de la magie. Ils tricottent de la langue comme un danseurs de claquettes tricotte des jambes en remontant un escalator en sens inverse.

                                    D’un autre côté, qui, depuis des décennies, peut encore accorder la moindre valeur à la parole politique ? Un politique a autant de morale, de conscience et d’amour d’autrui qu’un crocodile. il faut non seulement être niais, mais atteint d’Alzheimer et de béatitude avancée pour croire ce qu’un politique dit/prédit/annonce.

                                    Un politique sera toujours toujours gagnant.

                                    Si par le plus grand des hasards il a raison, alors il ouvrira un commerce de cierges à Lourdes parcequ’il faudra au moins cela pour remercier la chance/trinité/dieu etc... Il est donc gagnant.

                                    Si comme toujours il a tort et se plante dans les grandes lignes, il lui suffit de refaire un discours exactement à l’inverse de ce qu’il avait dit, et au lieu de dire qu’il s’est murgé dans les grandes lignes, il nous explique que c’est nous qui sommes cons et qui n’avons pas compris ou mal interprété ce qu’il voulait dire à la base. Il est donc gagnant.

                                    Sincèrement, je serai aussi heureux qu’un acarien au Mondial de la Moquette le jour où on se débarassera des politiques qui veulent le pouvoir. Un vieux dicton disait : il faut toujours se méfier de celui qui veut le pouvior et le remettre entre les mains de celui qui le fuit.


                                    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 30 novembre 2013 07:51

                                      Quand Zéro nous prend pour des nuls !
                                      La croissance en France :
                                      1989 : 2,2 %
                                      1999 : 1.9 %
                                      2009 : 1,5 %
                                      2013  : environ 0,8 %
                                      source www. nouvelledonne.fr
                                      Avec les menteurs et les hypocrites, espérons l’arlésienne contre le chômage ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès