Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Itinérance, Roaming, quand la Commission Européenne protège les monopoles (...)

Itinérance, Roaming, quand la Commission Européenne protège les monopoles capitalistes ! Concurrence vous avez dit ?

 Chacun sait que pour imposer la privatisation et la libéralisation des services publics, des entreprises publiques, de la santé, de l’école, des transports etc. la Commission Européenne ne cessent de faire valoir le principe de « concurrence libre et non faussée ». Principe fondateur de l’Union Européenne déjà présent dans le traité de Rome en 1957. Un principe qui n’a pour traduction réelle pour les travailleurs que dumping social et pour les capitaliste dumping fiscal !

A l’image de la Loi Travail ordonnées par l’UE (ou de ses déclinaisons en Belgique – Loi Peeters – et en Italie – Job Act) faisant voler en éclat le code du travail pour mieux mettre en concurrence chaque travailleurs contre tous les autres.

Par exemple c’est en application de ce principe que l’Union Européenne avec les directives sur l’énergie a obtenu la privatisation de GDF et d’EDF. Avec à la clé de solides augmentations de tarif pour les usagers (pardon les clients comme il faut les appeler maintenant). Une surprise ? pas vraiment ! on savait déjà en France avec les nombreux scandales dans le domaine de la distribution d’eau que la privatisation ce n’était pas la concurrence mais bien la main mise de monopole privé sur des services essentiels, pour en tirer le maximum de profits.

Dans la réalité l’UE protège les monopoles capitalistes.

UE services publics interditsCes vagues de libéralisation (dites d’ouverture à la concurrence) et de privatisation n’ont en fait qu’un but : ouvrir au monopoles privés tous les secteurs de l’économie et de la production pour en retirer en y renforçant l’exploitation des travailleurs en en faisant les poches des usagers de juteux profits.

Ce que l’Union Européenne veut interdire derrière ce principe de « concurrence libre et non faussée », ce n’est pas l’émergence de monopole privé, mais bien l’existence d’entreprises et de services publics échappant à la rapacité de l’oligarchie capitaliste.

De fait, l’Union Européenne n’agit que très mollement pour empécher les mouvements de concentration renforçant les grands monopoles capitalistes. Et elle ne fait quasiment rien contre les cartels qui s’entendent sur les prix. Bien sûr des amendes sont régulièrement prononcées mais elles n’empêche en rien les cartels de se former et le contrôle total des marchés par les monopoles capitalistes. Jugez plutôt sur les dix dernières années :

  • Cartel des cosmétiques et parfun : Mars 2006 : treize marques de parfums de luxe (Chanel, Dior, Jean-Paul Gaultier, Kenzo, Givenchy, Guerlain, Hermès, Shiseido, etc.) et trois distributeurs (Marionnaud, Sephora et Nocibé) sont condamnés par le Conseil de la concurrence à plus de 46 millions d’euros d’amende. Ils sont accusés de s’être entendus sur les prix (entente verticale) de 1997 à 2003, chaque distributeur vendant les produits au même prix. Le groupe LVMH, propriétaire de Christian Dior, Givenchy, Guerlain, Kenzo et du distributeur Séphora, écope à lui seul de 15 millions d’amende, et fait appel6,7.
  • Le , la Commission européenne a infligé des amendes d’un montant total de 750 712 500 euros à 11 groupes d’entreprises (ABB, Alstom, Areva, Fuji, Hitachi Japan AE Power Systems, Mitsubishi Electric Corporation, Schneider, Siemens, Toshiba, et VA Tech) pour avoir pris part à une entente dans le domaine des projets relatifs à des appareillages de commutation à isolation gazeuse. La Commission indique qu’« entre 1998 et 2004, les sociétés ont truqué des appels d’offres, fixé des prix, se sont attribués des projets, se sont répartis les marchés et ont échangé entre eux des informations commercialement importantes et confidentielles » 8.
  • Le , la Commission européenne a infligé des amendes d’un montant total de 992 312 200 euros à quatre entreprises présentes sur le marché des ascenseurs (Kone, Otis, Schindler et ThyssenKrupp, qui est condamné à payer une amende de presque 480 millions d’euros) pour avoir pris part notamment à une entente sur ce marché et celui des escaliers mécaniques dans divers pays européens (Belgique, Allemagne, Luxembourg et Pays­-Bas)9,7.
  • Novembre 2007 : Condamnation pour entente illégale sur le marché du vitrage pour bâtiment. 5 groupes sont condamnés à une amende totale de 486,9 millions d’euros : le Français Saint-Gobain (133,9 millions d’euros), le Britannique Pilkington (140 millions), l’Américain Guardian (148 millions d’euros) et le Japonais Asahi (65 millions d’euros)10.
  • Novembre 2008 : Amende de 1,38 milliard d’euros pour quatre fournisseurs de verre à l’industrie automobile, condamnés pour une entente en cours de 1998 à 2003. Saint-Gobain écope des deux-tiers de l’amende (896 millions d’euros), majorée de 60 % pour cause de récidive. Les groupes condamnés (le Français Saint-Gobain, le Britannique Pilkington, le Japonais Asahi et le Belge Soliver) contrôlaient 90 % de ce marché. Asahi a été condamné à 113,5 millions d’euros, Pilkington à 370 millions et Soliver à 4,4 millions d’euros d’amende. Depuis le début de l’année, la Commission européenne a condamné sept cartels pour entente illégale, pour des amendes totales de 2,3 milliards d’euros 5.
  • Juillet 2009 : Le groupe français GDF-Suez et l’allemand E.ON sont condamnés à chacun 553 millions d’euros d’amende pour entente illégale. Les deux firmes s’étaient en effet mises d’accord pour se partager le marché pendant 30 ans, depuis la construction du gazoduc Megal construit en 1975 11.
  • Décembre 2012 : La Commission inflige une amende record de 1,5 milliards pour un cartel sur les tubes cathodiques. Sept entreprises s’étaient entendues sur les prix pendant plus de 10 ans. Le groupe néerlandais Philips Electronics devra s’acquitter de 313,4 millions d’euros d’amende, le Sud-Coréen LG Electronics de 295,6 millions et le Japonais Panasonic de 157,5 millions. Le Français Technicolor devra débourser 38,6 millions, le japonais Toshiba (28 millions) et le sud-coréen Samsung SDI (150,8 millions), ainsi que deux coentreprises de Panasonic. Une huitième entreprise était aussi impliquée. Il s’agit de la société taïwanaise Chunghwa Picture Tubes. Mais elle est épargnée car c’est elle qui a averti la Commission européenne de l’existence de ce cartel.

Et tous le monde se souvient de l’entente sur les prix des opérateurs de téléphonie mobile en France. Les 3 grands opérateurs mobiles privés ont été condamné à une amende d’environ 0,5M€ pour un préjudice totale pour les consommateurs estimé à plus du triple (1.6 M€)

Alors « libre et non faussée » la concurrence au sein de l’UE ?

Itinérance, Roaming, quand la Commission Européenne protège les tarifs des opérateurs !

Depuis des années, les opérateurs de téléphonies mobiles appliquent des prix prohibitifs pour les communications passées depuis et vers l’étranger, y compris au sein de l’UE. Ce qui permet de remarquer au passages que si les frontières sont abolies pour permettre les délocalisations et l’évasion fiscale ou le dumping social, c’est pas la même chose quand il s’agit de faire les poches aux travailleurs.

Normalement ces frais dit d’itinérance ou de roaming devait être supprimés en juin 2017. N’est-ce pas la logique de la concurrence libre et non faussée ? Eh bien si vous avez bien compris ce qu’est l’UE, vous aurez compris que non. Car le principe de « concurrence libre et non faussée » ne vaut que pour interdire les monopoles publics, interdire les nationalisations. En l’occurrence, la Commission Européenne vient de faire des propositions pour « protéger les opérateurs » (privés il va sans dire) de la concurrence qui risquerait de tirer les prix vers le bas et faire chuter les profits colossaux du secteurs. En langage bruxellois cela donne « De telles situations pourraient avoir un impact négatif sur les prix domestiques et au final sur tous les consommateurs » . Et voici donc ses propositions hypocrites

  • rétablir les frais d’itinérance et de roaming pour les usagers à partir de 90 jours d’utilisation
  • limiter le volume de données mobiles hors frais d’itinérance

Depuis, devant le tollé, la Commission Européenne a dit qu’elle va revoir sa copie, mais elle a confirmé dans le même temps que les opérateurs pourraient continuer d’appliquer des frais d’itinérance « à condition de prévenir leurs clients » !

La directive européenne sera adoptée au mois de décembre 2016. Pour les frontaliers qui s’imaginaient que l’UE pourrait au moins les débarrasser des problèmes d’itinérance, ils en seront pour leur frais. En revanche, le dumping social, fiscal, environnemental, les délocalisations, le chômage et la désindustrialisation provoqués par l’Union Européenne, ils continueront eux aussi comme l’ensemble des peuples européens à la subir ! A moins de sortir de l’UE.

Concurrence libre et non faussée ? non pas vraiment. Prouvant une nouvelle fois s’il le fallait que l’Union Européenne c’est la dictature des monopoles capitalistes. Et que pour s’en sortir, il faut en sortir

JBC pour www.initiative-communiste.fr

source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/itinerance-roaming-commission-europeenne-protege-monopoles-capitalistes-concurrence-avez-dit/


Signez la pétition pour un referendum pour la sortie de l’UE


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • tf1Groupie 22 septembre 15:04

    Encore un article qui dit une chose et son contraire : pourquoi l’UE condamne-t-elle les cartels si, comme l’affirme l’auteur, elle oeuvre pour mettre en place des monopoles ?

    Avant, les telecoms c’était un monopole public : les PTT.
    Aujourd’hui c’est 3 opérateurs mobiles et une floppée d’opérateurs fixes.

    Mais l’auteur va nous dire qu’avant il y a avait de la concurrence.

    Même le « travailleur » Besancenot se satisfait de la concurrence : il achète ses chaussures fabriquées en Chine ; pas con le mec, il râle tout les jours contre la mondialisation, mais en fait il sait en profiter.


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 22 septembre 16:01

      @tf1Groupie

      Pourquoi chercher de la cohérence chez ces baltringues et chez les comparses qui approuvent la publication de leurs dégueulis ?

      PS : Foutez la paix à Besancenot. Ca fait 48h que leurs cousins du NPA ont pris le maquis virtuel... Quoi que Philoue assure la permanence militante !


    • taktak 22 septembre 18:12

      @tf1Groupie

      l’UE ne condamne pas les cartels, elle distribue de temps à autres des amendes symboliques, pour que les gogos comme vous croit qu’il y a de la concurrence. Alors que ce que l’UE produit c’est une concentration encore plus grande des monopoles et une réduction de la concurrence.

      Pour reprendre votre exemple : les telecom
      avant il y avait un MONOPOLE PUBLIC au service du public
      Maintenant, il y a 4 opérateurs mobiles dont 1 qui exploite le réseau mobile de l’opérateur historique privatisé. Opérateurs privés qui se sont entendu sur les prix et ont donc constitué UN MONOPOLE PRIVE.
      sur le fixe, il n’y a qu’un seul réseau, donc un monopole de fait maquillé en un marché concurrenciel par l’ARCEP. point.

      Donc avant pas de concurrence mais un contrôle par le peuple de son opérateur telecom, et des bénéfices partagés entre tous
      Maintenant, pas plus de concurrence, mais plus de contrôle sur les opérateurs, et des bénéfices qui vont dans les poches de MM Bouygues, Drahi ou Niel... voila la situation réelle..

      Avant on payé son abonnement au tarif X. maintenant, on paye son abonnement au tarif X mais on a le choix de le payer à 3 entreprises qui offrent à quelques micro détail près la même offre. Bénéfice  ? aucun.
      Si ce n’est les licenciements massif pour financer les profits des milliardaires Bouygues, Drahi, Niel et companie.

      Ne prenez pas les gens pour des imbéciles.


    • Yaurrick Yaurrick 23 septembre 10:06

      @taktak : Si vous n’avez pas vu que les prix des forfaits mobiles n’ont pas diminué d’un facteur 2 depuis l’arrivée de Free, on ne peut rien faire pour vous.
      Même constat pour l’ADSL, si Free n’avait pas investi dans sa box et le triple-play, on aurait toujours un ADSL 512k de FT, sans TV ni téléphonie fixe.

      Demandez autour de vous, des millions de gens ont pu bénéficier de l’effet de la concurrence dans les télécoms.


    • PakMat PakMat 23 septembre 11:07

      @Yaurrick

      Si vous n’avez pas vu qu’ils s’entendait sur les prix de forfait, qu’ils se sont tous allignés sur Free en restant bénéficiaire et que donc ils nous ont « volé » (l’entente sur les prix est interdit normalement comme ds les GMS mdr), on ne peut rien pour vous.

      Même constat nous avions plus que 512K avant Free, et parce que vous avez cru qu’ils avaient changé les fils télécoms (même ceux de chez vous) qui vous fournisse le web.

      Où avez vous vu de la concurrence sur les prix pour les fixes (les portables ont tjs été un secteur privé) ? Qd j’étais gamin il y avait déjà la fibre optique, vous aviez déjà le minitel (ancetre d’internet) avec le visiophone (ancetre de skype), elle est où la diminution de la facture ? Vous ne payez plus les communications, seulement le forfait. sauf que maintenant toutes personnes de votre foyer possède, en plus, son forfait mobile. Un forfait mobile hors de prix (50€), à part si vous n’utilisez jamais votre tél (forfait à 2 ou 5 € pour 2H). 

      Dans les télécoms le développement technologiques se font sur les appareils (PC ou Smartphone) mais pas dans le réseau. Vous pensez qu’ils ont changé toutes les antennes la veille de la 4G ? Ou que nous avons déjà ammortie leurs antennes ? Pourquoi donc une augmentations des forfaits ?

      Oui FT et les entreprises publiques étaient et tjs sont très loin en terme de rentabilité et de productivité, mais comme le dit le comm du dessus, entre payé des fonctionnaires à glander et payé un actionnaire déjà richissime


    • Ar zen Ar zen 23 septembre 11:31

      @Yaurrick

      Il faut surtout s’interroger sur les raisons qui ont anemé cette baisse des prix ?

      Les opérateurs de téléphonie ont, tous, « délocalisé », leurs outils de gestion et le personnel dans des pays à bas coût salarial et social. Vos interlocuteurs ne sont plus en France.

      Ainsi, si la baisse de prix est réelle, les emplois liés à la téléphonie se sont envolés vers d’autres cieux. Et alors, même le moins cher est toujours trop cher puisque vous n’avez plus de boulot. Ceci s’applique dans tous les domaines (textiles, chaussures, équipements divers).

      Les « délocalisations » permises et « autorisées » par les traités européens, notamment l’article 63 du TFUE, sont sont le cancer dont la France va mourrir. La seule issue est de sortir de l’Union Européenne comme l’ont fait les Britaniques en utilisant l’article 50 du TUE.


    • Yaurrick Yaurrick 23 septembre 12:29

      @Pakmat : Bien entendu qu’ils restent bénéficiaires, aucune entreprise ne travaille à perte, elle doit investir et rémunérer son personnel, ses actionnaires. En matière de téléphonie mobile, la France offre les prix les plus bas d’Europe, ce qui est une bonne chose pour les consommateurs.

      En ADSL, il n’y a pas que le réseau cuivré (et encore celui-ci est voué à être remplacer par la fibre) qui importe. Le backbone des opérateurs est bien plus important que la boucle finale. FT ne proposait en 2003 que du 1024k max, quand Free dégroupé pouvait proposer jusqu’à 8M plus la TV.

      L’utilisation de la bande passante ne fait qu’exploser, les réseaux évoluent pour supporter ces besoins : ce n’est pas que l’antenne 4G mais une fois de plus tout le réseau derrière qui augmente en capacité.

      @Ar zen : ce qui a été délocalisé, c’est en majorité le service client (encore que le support de rang 2 reste en France mais c’est bien moins d’emplois aussi). Mais ce qu’on ne voit pas, c’est que la baisse des prix permet aux consommateurs de réorienter leurs ressources vers d’autres produits ou services et donc d’autres emplois.
      A nuancer cependant, vu que le carcan législatif et fiscal en France ne permet de pas de créer assez de nouveaux emplois pour compenser.


    • PakMat PakMat 23 septembre 12:49

      @Yaurrick
      Vous vous rendez compte que vous n’avez répondu à aucune des questions ?

      Qd vous me répondez « Bien entendu qu’ils restent bénéficiaires » et donc ? vous n’avez pas l’impression d’avoir payé pour rien pendant 10 ans (entre FT et l’arrivée de Free) ?

      Qd vous dites « celui-ci est voué à être remplacer par la fibre », dans mon exemple je vous explique que la fibre optique etait déjà présente dans les années 80. On ne leurs (les 3 ou 4 concurents) doit pas l’instalation de la fibre.

      Quand vous répondez : « A nuancer cependant, vu que le carcan législatif et fiscal en France ne permet de pas de créer assez de nouveaux emplois pour compenser » citez un pays qui a créer des emploies pour compenser ? Allemagne (avec les minijob), angleterre (contrat 0h), US (avec 100M de chomeurs et 50M au bon alimentaire) ? Il est impossible de compenser avec l’ouvrier chinois payé en bol de riz et qd ils se développerons les usines iront au Bangladesh puis en Afrique.

      La plus belle pour la fin « FT ne proposait en 2003 que du 1024k max, quand Free dégroupé pouvait proposer jusqu’à 8M plus la TV ». Parce que Free en 2003 proposé déjà du 8Mo alors qu’ils passent par le réseau FT ? Vous vous rendez compte que vous comparé des dates qui n’ont rien à voir, c’est comme si on disait que grâce à Canal+ nous avons la TV couleur. Et puis peut être etes vous parisiens mais qd Free vous dit jusqu’a 8Mo, elle ne dit pas que vous les aurais mais slt peut être. Free ne pourra pas vous donnez plus que celui qui possède le réseau


    • Yaurrick Yaurrick 23 septembre 16:02

      @PakMat :

      Nous avons payé plus à cause de l’absence de concurrence et autres barrières à l’entrée du marché fixé par l’état. C’est exactement le même problème pour les professions qui ont un numerus clausus, toujours au détriment des consommateur et il est possible d’obtenir une entente (ce qui a été le cas entre Orange, SFR et Bouygues, dont un qui a été pleuré vers l’état pour ne pas avoir une 4e licence GSM). Tandis que si de nouveaux acteurs sont libres d’entrer, vous n’aurez quasi aucun risque d’entente, la concurrence fera son effet et si il y a des marges trop importantes, croyez bien que quelqu’un essaiera de baisser les prix pour s’emparer des clients.

      Vous parlez de la fibre du câble ? Ce n’est pas la même technologie et d’ailleurs, vu le taux de pénétration de la fibre, autant dire qu’il reste bien plus à faire que ce qui est actuellement en place. D’ailleurs vous ne manquerez pas de savoir que suivant les opérateurs, certains utilisent des fibres différentes : mon immeuble est fibré par Orange, en passe de l’être par Free, Numericable n’ a pas encore câblé la rue.

      Je pense que vous amplifiez grandement le phénomène de délocalisations, qui ne concernerait selon l’INSEE qu’un peu plus de 0.5% de l’emploi salarié total. Avec 10% de chômage en France, c’est pourtant évident que celui-ci est essentiellement endogène. Le RU et l’Allemagne sont nettement mieux placés avec environ 5.5% et 4.9% pour le premier. Et j’estime qu’il vaut mieux des emplois moins bien payés (quitte à éventuellement compléter via des allocations chômage) que pas d’emploi du tout.

      Free a commencé à déployer son réseau en propre à partir de fin 2002, la seule partie exploitée par FT était la boucle locale cuivrée du NRA jusqu’à l’abonné. FT facturait donc la maintenance à Free, et bien évidemment Free ne pouvait dépasser les limites physiques de la ligne. Mais si la ligne permettait d’avoir 4 ou 5M, Free en fesait bénéficier son abonné, quand FT limitait à 1024k .


    • Gieller Gieller 23 septembre 11:41

      Un mobile de nos jours ça vous revient à quoi, entre 10 et 30 euros par mois ?
      Combien vous dépensez dans les transports, en TVA, dans les impôts, en bouffe, en produits d’hygiène divers et variés ?

      Beaucoup plus que ce que vous dépensez chez votre opérateur, et pourtant c’est toujours sur ce dernier qu’on continue toujours et encore à tirer.
      Personne n’est allé manifester dans les hypermarchés ou devant le centre des impôts de son quartier à ce que je sache, et pourtant avec l’arrivée de l’euro les prix ont flambés alors que les quantités diminuent (un yaourt c’était 120g il y a quelques années, mais depuis le prix a augmenté de 25% et la quantité réduite à 110g, voire moins)...

      Au lieu de toujours et encore tirer sur l’ambulance "Opérateurs de téléphonies", tête de turc favorite des français, vous feriez bien de manifester contre ce qui vous voûte bien plus cher...

      Malgré que les tarifs aient dramatiquement chuté et que la France bénéficie des tarifs européens les moins chers dans le domaine on adore toujours détester son opérateur.


      • baldis30 23 septembre 21:09

        et si on parlait du commissaire européen qui a profité de ses fonctions pour favoriser des transactions dans le domaine de l’énergie ?


        • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 14:58
          quand la Commission Européenne protège les monopoles capitalistes ! .... Avec la bénédiction du vice chancelier Hollande l’ennemi juré de la finance ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès