Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Jacques Attali avoue : le lobby bancaire corrompt le congrès et enfonce les (...)

Jacques Attali avoue : le lobby bancaire corrompt le congrès et enfonce les Américains dans la crise

Ce n’est pas la première fois que Jacques Attali nous annonce le pire, mais cette fois c’est une véritable cassure avec l’idéologie qu’il nous a vendu pendant tant d’années.

 Jacques Attali ne sait plus comment faire pour être bien vu après la crise.

Après nous avoir vendu pendant des années ce modèle qui est en train de tous nous faire sombrer, cela fait maintenant plusieurs mois qu’il tire la sonnette d’alarme ; il avait été un des rares, surtout dans cette autocongratulation délirante, à dire que le sommet du G20 avait été une mascarade, ”organiser le G20 à Londres revient à organiser une réunion d’alcoolique dans un bar”, remarque cinglante d’un fin connaisseur, puisque participant !

Aujourd’hui, il revient à la charge, encore plus remonté, il dit tout haut, ce que les “conspirationnistes” crient chaque jour, on sait tous que la FED est un cartel constitué d’un pool de banques privées, et oui c’est un cartel de banques privées qui “vend” la monnaie à l’État. Ce sont eux qui empochent les taux d’intérêts.

Truc de dingue, quand même, quand y on pense vraiment c’est absolument incroyable.

Ce n’est pas pour rien que Henry Ford a dit : “Si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin”.

Voila donc le héraut (héros) du Nwo, qui nous a rabâché tant d’années que le marché libre était l’unique solution, venir nous annoncer la vérité sur ce système inique.

Morceaux choisis :

“De plus, Wall Street continue à disposer de considérables moyens d’influence. Des lobbys bancaires, fort bien dotés, arrosent le Congrès. Et les banquiers, devenus ministres ou superviseurs, réussissent à écarter toutes les législations qui pourraient gêner leurs ex et futurs employeurs.”

Arroser veut dire corrompre, et l’administration est noyautée par les intérêts du Privé. Ha bon Jacques, c’est vrai !

“En particulier, une seule banque tient tout, Goldman Sachs”. Il est bon cet Attali ! il a trouvé tout seul !

“Après avoir éliminé ses principaux concurrents, (dont Lehman), après avoir profité de ces faillites et reçu de l’Etat d’énormes prêts sans intérêt, cette institution plus que centenaire fait aujourd’hui fortune grâce à des décisions prises par GeithnerSummers et les autres, dont chacun sait qu’ils rejoindront un jour la firme, après avoir quitté leurs fonctions, comme le firent avant eux les ministres des précédents présidents, RubinPaulson, et autres…”

“Au total, les entreprises industrielles, qui créent les vraies richesses, financent les erreurs et les bonus des banquiers, avec la bénédiction des hommes politiques. Et en bout de chaîne, les salariés en sont les ultimes victimes : les banques américaines enfoncent dans la dépression ceux qu’elles ont déjà largement ruinés”. Attali-Besancenot le retour.

Et le meilleur pour la fin :

“Ces lobbies sont si puissants qu’on n’en sortira que par une révolution politique. Elle devrait conduire, au moins, à interdire aux responsables publics du secteur financier de travailler ensuite dans les établissement qu’ils contrôlent. Et au plus, à nationaliser ce secteur. Une révolution, vous dis-je."

Bon alors, si Attali appelle à la révolution c’est que cela va très très très mal.

Je vous signale que son article est une coupure nette avec le libéralisme tel qu’il nous a été vendu ces 20 dernières années, c’est absolument démentiel de voir Attali dire cela, personnellement je n’en reviens toujours pas. Je ne sais pas ce que signifie cet article, je comprends qu’il veuille se placer pour le monde d’après le Grand Krach, mais là, il y va très fort, il dit la vérité, il met le système à nu, parce qu’il est évident que cette analyse est la bonne, et cela bien bien avant la crise…..

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (89 votes)




Réagissez à l'article

161 réactions à cet article    


  • katalizeur 5 août 2009 11:39

    @ chantecler

    @ tous bonjour.....

    paul jorion merite d’etre lu, mais sur son blog....si vous permettez un peu de pub pour celui qui a desillé les yeux a un grand nombre...( parmis d’autres bien sur)

    http://www.pauljorion.com/blog/

    pour ceux qui aiment ses contributions, une petite aide sonnante et trebuchante par pay pal sera la bienvenue nous permettra a tous de continuer a etre informés par ce grand bonhomme.....
    merci pour lui...


  • Alcide 5 août 2009 12:56

    Il faut quand même signaler un petit problème avec le blog de Paul Jorion, quand on parle de Bilderberg groupe ou des invraisemblances du 11- 9, il y a censure du texte.
    Peut-être doit-il ménager la chèvre et le chou, mais ce n’est certes pas le comportement d’un leader.


  • Login Login 5 août 2009 14:50

     Prochaines décénies ???? prochaines années...

  • Nicole 5 août 2009 21:57

    Très bon article, cela étant. Un indicateur intéressant : Ron Paul qui a toujours dénoncé la création invraisemblable de la FED et se bat pour qu’elle soit auditionnée

    http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=23009

    a maintenant le soutien de 75% des américains. Pas précisément rien, même si ce n’estqu’un sondage :

    http://www.rasmussenreports.com/public_content/business/general_business/ju ly_2009/75_favor_auditing_the_fed


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 août 2009 22:13

    @ PR : tout ce que vous dites est vrai, mais imaginons que les choses aient changé. Le capital controle l’État depuis que la revolution industrielle a produit ses effets, la démocratie a été permise parce qu’elle permet la corruption et, depuis quelques décennies on ne fait de l’argent qu’avec l’État. MAIS....Imaginons que ceux qui ont le pouvoir politique aient compris que l’on n’a plus besoin d’argent pour obtenir le pouvoir. Avec la monétarisation et la virtualisation de la richesse, c’est celui qui a pouvoir qui CREEE L’ARGENT.


    Le capitaliste devient alors le bourdon inutile dans la ruche. Le pouvoir peut s’en débarrasser et gouverner par la simple manipulation et la force brute. Saline ne rendait pas de comptes au Gasbank.

    En donnant des milliards et des trilions de monnaie de singe aux banquiers, qui sait si un NOUVEAU POUVOIR en gestation n’est pas à préparer ce NWO qui ne reposera pas sur le capital ? Il ne faudrait que quelques documents et une armée loyale pour que le pouvoir bascule de Wall Street vers Washington. 

    Si on accepte cette hypothèse, l’attitude d’Attali devient parfaitement claire.




    Pierre JC Allard




  • Alpo47 Alpo47 5 août 2009 11:15

    Bon ... avant que l’on puisse commencer à avoir confiance en J.Attali, il va devoir encore ramer fort et à contre courant.
    Ce qu’il faut considérer, ce sont les solutions qu’il préconise . Jusqu’à présent (a t-il changé ?), il a été un des plus ardents défenseurs d’un « Gouvernement Mondial ». Le New World Order.
    Comme l’explique fort bien Naomi Klein : « ... provoquer une crise, pour arriver avec les solutions... voulues... ».
    Encore du chemin à faire, Attali ...


    • impertinent3 impertinent3 5 août 2009 11:21

      Bon ... avant que l’on puisse commencer à avoir confiance en J.Attali,...

      Pour aller dans ton sens, je mets ici la copie d’un message que j’ai mis dans une autre discussion de ce jour :

      Jacques Attali appelle à la révolution !

      Mais qui prend encore au sérieux ce polichinelle ?

      Heureusement qu’il existe des gens un peu plus solides et compétents qui, sans en appeler à la révolution*, veulent un changement profond et radical des rapports de production.

      Ce n’est pas simplement d’une reprise dans le cadre d’une économie capitaliste dont nous avons besoin, mais d’un profond bouleversement des rapports sociaux.

      * Révolution qui pourrait être très couteuse en terme de vies humaines. Il suffit d’imaginer l’état des parisiens (ou de tout habitant d’une grande ville) après, seulement, 3 jours de coupure d’eau, électricité et approvisionnement alimentaire.


    • Fergus fergus 5 août 2009 11:25

      Et si Attali avait réellement changé ?

      L’homme est intelligent et en l’occurrence peu suspect de chercher un intérêt personnel dans ces déclarations. Des déclarations qui, au contraire, l’éloignent des gouvernants et des puissants lobbies financiers. Quant à sa condamnation du G20 et la qualification de mascarade, elle sont bien réelles.

      Personnellement, je lui ferai plutôt crédit après avoir dénoncé très longtemps ses prises de position résolument et aveuglément libérales. 


    • katalizeur 5 août 2009 11:47

      @fergus

      salam

      merci pour pour la petite blague qui m’a beaucoup fait rire , j’en ris encore...

      «  » L’homme est intelligent et en l’occurrence peu suspect de chercher un intérêt personnel dans ces déclarations«  »"

      lol...c’est vrai qu’il est d’un altruisme sans faille...eugeniste par distraction seulement...


    • Walden Walden 5 août 2009 12:36

      Je crois surtout qu’on se trompe en croyant que monsieur Attali parle vraiment de révolution quand il écrit : « Ces lobbys sont si puissants qu’on n’en sortira que par une révolution politique. Elle devrait conduire, au moins, à interdire aux responsables publics du secteur financier de travailler ensuite dans les établissements qu’ils contrôlent. Et au plus, à nationaliser ce secteur. Une révolution, vous dis je. »

      Cela semble être en fait une figure de style ironique pour signifier que la mise en oeuvre de ce changement a minima pourtant nécessaire (= interdire aux responsables publics du secteur financier de travailler ensuite dans les établissements qu’ils contrôlent), voire indispensable dans la prétention de « moraliser le capitalisme » (le bel oxymore), apparaît tellement inenvisageable au regard des résistances qu’y opposerait le Système, que cela revient à envisager une révolution. 


    • Fergus fergus 5 août 2009 12:39

      Ravi de vous avoir amusé, Katalizeur.

      Je n’ai jamais prétendu qu’Attali était un altruiste. Il a même souvent tout fait pour bénéficier de sinécures juteuses (exemple : la BERD).

      Il n’en est pas moins vrai qu’actuellement, il gagnerait plus à brosser dans le sens du poil les gouvernants occidentaux et les grands groupes financiers internationaux pour décrocher un poste prestigieux et très rémunérateur.

      Il y a peut-être un lézard, mais il m’échappe... Peut-être avez-vous des informations dont je ne dispose pas ?


    • Walden Walden 5 août 2009 12:43

      N.B. : Donc en fait M. Attali continue de jouer son rôle habituel, consistant à relayer le discours dominant des élites - actuellement celui qui dit que la crise est produite par le capitalisme « financier » (pléonasme) qu’il s’agirait de « moraliser » (oxymore) - en se targuant d’y ajouter quelques conseils personnels sur la meilleure manière de procéder... comme d’habitude, quoi !


    • Lucien Denfer Lucien Denfer 5 août 2009 12:50

      ce que les « conspirationistes » proclament sur le net est ouvertement assumé par les hommes les plus puissants, il n’y a donc pas conspiration et les choses sont claires et établies..


      ces élites assurément intelligentes savent aussi qu’elles doivent occuper le terrain de la contestation et leurs déclarations ont un sens très spécifique..

    • oncle archibald 5 août 2009 12:51

      Monsieur l’impertinent n’hésite pas à écrire : "Mais qui prend encore au sérieux ce polichinelle ?Heureusement qu’il existe des gens un peu plus solides et compétents"

      Si on peut sans doute reprocher à Jacques ATTALI une certaine malhonnêteté, si on peut coller à son nom divers adjectifs peu flatteurs, il en est d’autres, comme « incompétent » qu’il est impossible d’utiliser... Quand vous aurez fait de études du niveau des siennes et que vous aurez une carrière aussi éclectique et bien remplie que lui, vous pourrez porter un jugement sur sa compétence .. 

      Marre des cons qui écrivent n’importe quoi !


    • PhilVite PhilVite 5 août 2009 13:25

      "...... Quand vous aurez fait de études du niveau des siennes et que vous aurez une carrière aussi éclectique et bien remplie que lui, vous pourrez porter un jugement sur sa compétence .. « 

      Alors ça, c’est puissant !

      Plus que »Marre des cons qui écrivent n’importe quoi !" !


    • impertinent3 impertinent3 5 août 2009 13:28

      Oncle Archibald, que savez-vous des études que j’ai faites ou pas faites ?

      Pour votre gouverne, j’ai à peu près le parcours d’Attali (ingénieur+économie). Sans la politique spectacle mais avec la politique de conviction. Et, surtout, sans l’enflure démesurée de l’égo. Et il faut aussi dire que j’ai été suffisamment occupé par ma vie professionnelle pour ne pas avoir eu le temps de commettre quelques opuscules aussi vite écrits qu’oubliés.

      Marre des gens impolis et grossiers qui écrivent sans savoir.


    • katalizeur 5 août 2009 13:41

      La garde Attalienne est en retard aujourd’hui....

      pour la competence , il peut repasser

      Lancé il y a deux mois pour examiner la gestion de la BERD (la Banque européenne de reconstruction et de développement spécialisée dans les prêts aux projets privés en direction des ex-pays socialistes), l’audit de la firme Coopers and Lybrand a, comme prévu, livré un rapport accablant pour le président de la BERD, Jacques Attali.

      .

      L’ANCIEN conseiller de François Mitterrand, démissionnaire de son poste depuis le 25 juin, a donc décidé de quitter immédiatement ses fonctions sans même attendre la nomination de son successeur prévue pour la fin du mois d’août ou début septembre

      lol, il est «  »con petant«  » et«  » cour a jeu«  » ce n’est qu’une partie de ses qualités/// 



    • katalizeur 5 août 2009 13:48

      @ fergus

      rien de mechant mon ami....mon hilarité était sincere, et dans mon commentaire rien a lire entre les lignes...je vous presente mes excuses si vous avez mal pris mon post.....

      sinceres saluts et bonne continuation sur ce fil.....pour d’autres echanges.


    • oncle archibald 5 août 2009 14:08

      @ Impertnent : Je suis allé pêcher sur Wikipedia les éléments suivants :

      « En 1966, Jacques Attali sort major de promotion de Polytechnique (X63). Docteur d’État en sciences économiques, Ingénieur de l’École des mines de Paris, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’École nationale d’administration dont il sort troisième de sa promotion en 1970 (promotion Robespierre avec Philippe Séguin et Louis Schweitzer).

      En 1968, il effectue son stage de l’École nationale d’administration dans la Nièvre, sous la férule du futur préfet de police de Paris Pierre Verbrugghe. Il rencontre à cette occasion pour la troisième fois François Mitterrand.

      En 1970, âgé de 27 ans, il devient auditeur au Conseil d’État. En 1972, il publie ses deux premiers livres en : Analyse économique de la vie politique et Modèles politiques pour lequel il obtient un prix de l’Académie des sciences.

      Professeur d’économie à l’Université Paris-Dauphine, à l’École polytechnique et à l’École des Ponts et Chaussées, il réunit autour de lui quelques jeunes chercheurs : Yves Stourdzé (inventeur du programme européen de recherche Eurêka) ou /fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89rik_Orsenna">Érik Orsenna (prix Goncourt en 1988 et conseiller spécial de Roland Dumas au ministère des Affaires étrangères). Il développe un réseau de personnalités dans des domaines très divers (journalisme, mathématiques, show business, analyse financière…).

      En 1979, il participe à la fondation de l’ONG internationale Action internationale contre la faim, aujourd’hui connue sous le nom d’Action contre la faim (ACF)3.

      Son étroite collaboration avec François Mitterrand commence en décembre 1973. En 1981, celui-ci, qui vient d’être élu président de la République, le nomme « conseiller spécial » lors de son arrivée au palais de l’Élysée, et l’installe dans l’ancien bureau des aides de camp qui jouxte le bureau présidentiel. Dès lors, Jacques Attali rédige, chaque soir, des notes à l’attention du président sur l’économie, la culture, la politique ou le dernier livre qu’il a lu ou parcouru. Le président lui confie également le rôle de « sherpa » (représentant personnel d’un chef d’État) pour les sommets du G7.

      Jacques Attali élargit ses relations à Raymond Barre, Jacques Delors, Philippe Séguin, Jean-Luc Lagardère, Antoine Riboud, Michel Serres, Coluche. Il conseille au président de faire venir à l’Élysée Jean-Louis Bianco, Alain Boublil et quelques jeunes énarques prometteurs, comme le couple François Hollande/Ségolène Royal. »

       

      Alignez votre CV que je puisse comparer ….


    • oncle archibald 5 août 2009 14:11

      @ l’impertnent : Je suis allé pêcher sur Wikipedia les éléments suivants :

      « En 1966, Jacques Attali sort major de promotion de Polytechnique (X63). Docteur d’État en sciences économiques, Ingénieur de l’École des mines de Paris, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’École nationale d’administration dont il sort troisième de sa promotion en 1970 (promotion Robespierre avec Philippe Séguin et Louis Schweitzer).

      En 1968, il effectue son stage de l’École nationale d’administration dans la Nièvre, sous la férule du futur préfet de police de Paris Pierre Verbrugghe. Il rencontre à cette occasion pour la troisième fois François Mitterrand.

      En 1970, âgé de 27 ans, il devient auditeur au Conseil d’État. En 1972, il publie ses deux premiers livres en : Analyse économique de la vie politique et Modèles politiques pour lequel il obtient un prix de l’Académie des sciences.

      Professeur d’économie à l’Université Paris-Dauphine, à l’École polytechnique et à l’École des Ponts et Chaussées, il réunit autour de lui quelques jeunes chercheurs : Yves Stourdzé (inventeur du programme européen de recherche Eurêka) ou /fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89rik_Orsenna">Érik Orsenna (prix Goncourt en 1988 et conseiller spécial de Roland Dumas au ministère des Affaires étrangères). Il développe un réseau de personnalités dans des domaines très divers (journalisme, mathématiques, show business, analyse financière…).

      En 1979, il participe à la fondation de l’ONG internationale Action internationale contre la faim, aujourd’hui connue sous le nom d’Action contre la faim (ACF)3.

      Son étroite collaboration avec François Mitterrand commence en décembre /fr.wikipedia.org/wiki/1973">1973. En 1981, celui-ci, qui vient d’être élu président de la République, le nomme « conseiller spécial » lors de son arrivée au palais de l’Élysée, et l’installe dans l’ancien bureau des aides de camp qui jouxte le bureau présidentiel. Dès lors, Jacques Attali rédige, chaque soir, des notes à l’attention du président sur l’économie, la culture, la /fr.wikipedia.org/wiki/Politique">politique ou le dernier livre qu’il a lu ou parcouru. Le président lui confie également le rôle de « sherpa » (représentant personnel d’un chef d’État) pour les sommets du G7.

      Jacques Attali élargit ses relations à Raymond Barre, /fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Delors">Jacques Delors, Philippe Séguin, Jean-Luc Lagardère, Antoine Riboud, /fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Serres">Michel Serres, Coluche. Il conseille au président de faire venir à l’Élysée Jean-Louis Bianco, Alain Boublil et quelques jeunes énarques prometteurs, comme le couple François Hollande/Ségolène Royal. »

      Alignez votre CV que je puisse comparer ….


    • impertinent3 impertinent3 5 août 2009 14:39

      Bon , katalizeur, l’affaire de la Berd date de 1993, le fan club d’Attali a dû oublié. Et peut-être s’est-il amélioré LOL, LOL.
      Effectivement, Attali a quitté son poste précipitament, comme un voleur, à la suite du rapport d’audit.

      Quelques extraits  :

      "L’affaire de la BERD est particulièrement délicate. Dans un premier temps, Jacques Attali est, si l’on peut dire, convaincu, sinon de malversations, du moins de procédés peu recommandables pour le président d’une institution multilatérale qui rassemble près de trente pays cotisants. Le coût de la construction du siège de la banque à Londres, par exemple, excède largement le plan de financement initial et s’élève au final à quelque 560 millions de francs, dont un hall d’entrée somptueux en marbre de Carrare. Il laisse rêveurs les chômeurs nouveaux des ex-pays socialistes bénéficiant des « conseils en capitalisme » éclairés de la BERD. Les détails cocasses ou sordides sont distillés jour après jour par la presse anglo-saxonne emmenée en l’occurrence par le « Financial Times ». Journal qui semble bénéficier de sources de haut niveau dans l’entourage même de Jacques Attali.« 

      ...

       »Les dépassements de budgets pour la construction du siège avec l’aide d’un architecte, ami personnel du président - supérieurs à la totalité des prêts consentis par la BERD aux pays de l’Est - ne sont pas les seuls faits reprochés à Jacques Attali. La Banque mondiale et le FMI dont les sièges à Washington ont été modernisés ont à cet égard très largement excédé les chiffres cités par le rapport sur la BERD. Mais on relève pêle-mêle plus de quarante voyages en jet privé du président de la BERD, des rémunérations - interdites par le règlement de la banque - pour des conférences prononcées ici ou là (et reversées, selon l’intéressé, à des organisations caritatives), des repas londoniens dans les restaurants « branchés » à hauteur de 170.OOO francs, des dépenses personnelles sur le compte de la BERD tardivement remboursées, etc."

      Comme on le voit, Attali, la compétence et l’intégrité personnifiée.


    • impertinent3 impertinent3 5 août 2009 14:42

      Oncle Archibald dit : « Alignez votre CV que je puisse comparer …. »

      Je ne vais certes pas m’amuser à jouer à qui a la plus grosse.

      Une seule chose peut-être, si l’on a parfois le même cursus (X), je n’ai pas fait l’ENA et ça, c’est une chose dont je suis plutôt fier.


    • Charlesmartel 5 août 2009 16:06

      Excellent et lucide commentaire : peut-on croire qu’un tel personnage va rompre du jour au lendemain avec toute l’oligarchie qui l’a porté au sommet du pouvoir ?


    • mambo mambo 5 août 2009 17:34

      Tout d’abord merci à l’auteur pour cet article. A part, je suis étonné que l’auteur n’en revient pas de changement de veste de Attali. En fait, cela ne m’a vraiment pas étonné puisqu’il est escroc comme les autres et il imagine des solutions pour s’en sortir au cas où ! Toujours la même musique avec ces manipulateurs.

      Pour Alpo47, certes je suis d’accord qu’« il va devoir encore ramer fort et à contre courant » mais face aux gents éveillés. Malheureusement, j’en doute fort : autrement il n’a pas besoin de ramer fort puisque l’expérience de la France montre que les français sont encore prêts à gober n’importe....


    • oncle archibald 5 août 2009 17:55

      @ impertinent / j’ai pris le temps de lire vos 125 derniers posts manière de me faire une idée sur votre immense culture, votre façon de vous exprimer, bref votre « personnalité » ... Excusez moi, cela m’a exténué et je n’ai pas pu aller plus loin …

      Il semble que nous soyons beaucoup plus proches des propos autour du zinc du café du commerce ou chacun refait le monde chaque matin et lève son index sentencieux pour condamner notre personnel politique que de l’opinion avisée d’un polytechnicien... Impertinent sait tout, à réponse à tout, bavouse sur à peu près tout mais au bout du compte on ne sait toujours pas ce qu’il a voulu dire, à part des lieux communs ...

      Impertinent prend tous les hommes politiques (et toutes les femmes, cf Mme Dati) pour des demeurés mentaux. Il n’a sans doute jamais approché un député de province ou un président de conseil régional, il aurait eu l’occasion de se rendre compte à quel point ces « petits élus » avec lesquels on a le droit de ne pas être d’accord, bien sûr, ne sont pas la par hasard mais par leur intelligence et leur travail. Ce ne sont jamais les minables et les incompétents que nous montre du doigt Monsieur l’Impertinent.

      Je n’ai rien à retirer à mes posts précédents constatant le peu de pertinence de vos propos. Votre pseudo devrait être plutôt in-pertinent que impertinent …

      Je vous souhaite une bonne soirée.  


    • paul 5 août 2009 19:19

      Attali change brusquement, à son âge, ça fait douter. Il faudrait au minimum lui laisser une
      longue convalescence pour observer si c’est pas une crise opportune. Bientôt on va apprendre la même chose de DSK , 2012 approche....


    • eugène wermelinger eugène wermelinger 5 août 2009 20:10

      et de ceci, il en pense quoi à présent le sieur A. ?


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 août 2009 10:20

      @ Charles Martel : 


       Et si c’était toute l’oligarchie qui avait viré de bord et que Attali n’était la qu’en éclaireur pour le déminage ? La lumière vient en 6 ou 7 minutes du soleil, pourquoi s’étonner que le changement arrive des USA quelques mois après Obama ?


      Pierre JC Allard

    • Carambar Carambar 5 août 2009 11:20

      Il est curieux quand meme que quand un Etat emprunte au banque, c’est payant mais quand une banque emprunte à un Etat c’est gratuis... Pile je gagne, face tu perds


      • Alpo47 Alpo47 5 août 2009 11:28

        En fait, c’est cela , la « GRANDE ESCROQUERIE ».

        C’est à dire que les banques se sont substituées aux Etats qui avaient auparavant le droit Regalien à imprimer ou créer leur propre monnaie. Moyennant intérêts, évidemment.
        Ce qui fait donc, qu’au lieu d’imprimer sa monnaie, ou de la créer virtuellement en créant une ligne de compte, les Etats empruntent aux banques privées, entrant ainsi dans une spirale d’endettement, qui conduit inéluctablement à « se vendre » au système bancaire.

        Comment en sortir ? Je ne vois qu’une seule manière ... « Foutre le feu » aux banques (réellement ou symboliquement) et remettre ainsi le système à zéro.

        Les économistes ... j’ai bon, là ?


      • finael finael 5 août 2009 11:50

        @ Alpo47

        C’est exactement ça : Les banques - et les grandes institutions financières - se sont substituées à l’Etat, aux Etats pourrait-on même dire, et ce sont elles qui dictent les lois auxquelles nous sommes soumis.

        Comme la société de « la concurrence libre et non faussée » mène droit au monopole et que ce monopole se substitue à l’Etat nous arrivons au « Capitalisme monopolistique d’état » ... cela ne vous rappelle rien ?


      • Argonaute 5 août 2009 12:40

        Pour rappel, cette démarche d’une Europe des financiers, construite en tant que telle depuis 73 est ce que nous avons refusé par référendum et que l’on nous a imposée par la voix parlementaire.

        Peu de voix s’élèvent encore pour le dire...


      • sisyphe sisyphe 5 août 2009 13:28

        @ Alpo

        Pas mieux.

        C’est la plus grande arnaque du siècle (passé et à venir) que d’avoir abandonné tout étalon pour la monnaie, puis d’avoir fixé des « changes flottants », puis d’en avoir confié la création à des banques privées, que ne surveillent plus du tout, comme elles étaient censées le faire, les banques centrales, désormais simples représentants des banques commerciales.

        ". Aujourd’hui pour prêter, une banque n’a plus besoin de sommes préalablement déposées.

        La création monétaire aujourd’hui est une simple double écriture au bilan d’une banque commerciale« , ce qui a, évidemment, favorisé l’amoncellement de créances pourries, la spéculation, et l’endettement des états.

        La sonnette d’alarme est déjà tirée depuis des décennies, par une foultitude d’économistes, tel, entre autres, Maurice Allais (Prix Nobel d’économie), déjà en 1999 dans son livre » La Crise mondiale aujourd’hui " , où il considère comme « inappropriée » la structure de création monétaire actuelle[4]. Il considère le système actuel comme instable et risqué, les engagements et les créances n’étant pas nécessairement au même horizon et le risque d’un retrait massif de liquidités par les épargnants étant toujours possible.
         « L’économie mondiale tout entière repose aujourd’hui sur de gigantesques pyramides de dettes, prenant appui les unes sur les autres dans un équilibre fragile ». Il appelle de ses vœux un système où la création monétaire ne relève que de l’État, dans un cadre de régime de change fixe.

        James Robertson, lui,  et d’autres économistes, souhaitent ramener le processus de création monétaire sous le contrôle de l’État et jugent que le système actuel n’est pas aligné « sur des principes de justice économique et sur les réalités de l’ère de l’information, à tel point que la confiance dans la démocratie même en est sérieusement ébranlée »[5] Et d’ajouter : « Le fait que ces banques commerciales créent toujours ces fonds libellés en devises officielles et que cette création de monnaie génère des bénéfices revenant au privé constitue un anachronisme flagrant ». Il préconise également que les banques centrales soient seules créatrices de monnaie et que la monnaie créée soit affectée aux dépenses publiques. Les banques de second rang n’auraient plus la possibilité de créer de la monnaie par l’emprunt, le tout dans un système contrôlé par une banque centrale mondiale qui « devrait rendre compte aux gouvernements membres ».

        Alors, qu’Attali vienne jeter son pavé dans la mare, ma foi, tant mieux ; mais, plus que de critiquer les gouvernants qui passent ensuite dans les banques privées, ou l’inverse, c’est, évidemment, l’ensemble du système de création monétaire qui est entièrement à changer ; ce que se sont bien gardés d’’envisager ou même d’évoquer, les fantoches réunis dans la mascarade du G20 ; dont la seule leçon qu’ils auront tiré de la crise, est de........ renflouer les banques (qui l’ont provoquée), sans strictement rien changer aux règles du jeu, pour leur permettre de continuer leur petit poker menteur de dépeçage de la planète et de privatisation du vivant.

        Banques qui avaient tellement besoin d’être renflouées que, quelques semaines après, alors que la crise est encore loin d’atteindre son apogée, en sont à des bénéfices exponentiels et à redistribuer des bonus pharamineux à leurs traders et à leurs employés.

        Elle est pas belle, la vie des banquiers ?


      • sisyphe sisyphe 5 août 2009 16:23

        Votre précédent message semble surtout s’adresser à vous-même ; totalement hors sujet, mais voulant signifier que, contrairement à la - beurk - majorité, vous, grand esprit, n’êtes pas dupe...

        Et si vous donniez votre avis sur le sujet, plutôt que de vous pousser du coude au détriment des autres ?


      • Alpo47 Alpo47 5 août 2009 16:51

        « Popu »,

        Tout d’abord, merci de vos commentaires constructifs et édifiants . J’en tirerais profit

        Quelque soit mon travail par ailleurs, je viens ici pour y exprimer un point de vue. Les sujets se répétant, il est vrai que les commentaires manquent de nouveauté et se répètent également, mais croyez vous que la majorité des lecteurs, et ailleurs, soient informés de ces tragiques faits et réalités ?Les entendez vous souvent autour de vous ? Non, hélas .
         La répétition est une manière facile de se faire comprendre.

        Je « m’amuse », au quotidien, à décrypter la manipulation chez nos « communicateurs », politiques et autres, mais certainement pas pour l’utiliser à mon tour. C’est juste passionnant et édifiant.

        Et, en même temps, lorsqu’on veut transmettre un point de vue, ne convient il pas de le rendre lisible à tous ?

        Pour ce qui est d’Attali ... nous ne serons jamais du « même monde »...

        Bien cordialement,

        Alpo47


      • Jacky Jacky 5 août 2009 19:58

        que d’avoir abandonné tout étalon pour la monnaie

        L’or par exemple ?


      • appoline appoline 5 août 2009 20:15

        @ Alpo,

        En tout cas, merci de vos informations. Répéter certaines informations s’avère utile, elles préparent les uns et les autres.

        Nous savons qui détient les banques privées, nous sommes donc à la merci de leur bon vouloir. Du fait de leur mépris pour qui n’appartient pas à leur groupe, la destruction de ces infrastructures reste une des rares solutions potables à appliquer. Il faut savoir que, quand les hostilités auront réellement commencées, ils ne nous feront pas de cadeau, à nous de savoir leur rendre la pareille.


      • Gio 5 août 2009 21:19

        Ce que vous dites est faux.

        Je n’aime pas du tout les banquiers mais je ne dis pas de contre vérités : les banques payent des intérêts à l’ Etat .

        Soyez au moins honnête

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès