Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Jacques Attali n’est pas libéral

Jacques Attali n’est pas libéral

L’omniprésent médiatique Jacques Attali, conseiller des princes, misant à chaque fois sur le bon cheval (celui qui est en avance dans les sondages), est dépeint par la plupart des commentateurs sur Internet et par bon nombre de commentateurs dans les grands médias comme un libéral. Or il n’en est rien. En voici les preuves.

Jacques Attali n’est pas libéral. Encore faut-il se mettre d’accord sur la définition de libéral. Est libéral celui qui veut réduire la taille de l’État et défendre le droit de propriété. Mais dans notre pays qui est de moins en moins libéral, est devenu libéral tout ce qui n’est pas littéralement communiste ou au pire socialo-communiste. Tous les candidats à la présidentielle se sont dit pendant la campagne contre le libéralisme, ou au mieux pour la moralisation du capitalisme. Tous étaient d’accord pour imputer au capitalisme la responsabilité première de la crise, qui est pourtant une crise de l’Etat et d’institutions étatiques. Et pour qui Jacques Attali a-t-il appelé à voter aux présidentielles ? Je vous le donne en mille : le socialiste François Hollande (au même titre que le néo-communiste Jean-Luc Mélenchon). Oui, celui qui a fait de la finance son ennemi n°1, et qui veut taxer à 75% les revenus au-delà de 1 millions d’euros par an. Libéral Attali ?

Qui Jacques Attali a-t-il conseillé en tant que Présidents de la République ? François Mitterrand tout d’abord, qui a mis en place une politique anti-libérale de 1981 à 1983, avec des ministres communistes, sur les conseils (entre autres) d’un certain Jacques Attali. Son retournement de politique en 1983 n’est pas spécialement libéral (voir graphique ci-dessous) et ne doit rien à Jacques Attali, mais au mur de l’argent. Sous François Mitterrand, le poids de l’Etat n’a cessé d’augmenter dans l’économie, de même que la dette.

Vous remarquerez que la dette s’est également creusée sous Sarkozy (elle a même accéléré quand il était Président), dont Attali était l’un des conseillers. Donc soit Jacques Attali n’a aucune influence sur les Présidents de la République, ce qui m’étonnerait beaucoup, soit il n’est tout simplement pas libéral, pas plus en tout cas que les Présidents qu’il conseille.

Le rapport Attali : prétendue preuve du libéralisme d’Attali

En 2007 l’Humanité s’en donnait à cœur joie : “Plus libéral qu’Attali, tu meurs !”. Ce serait oublier que pour l’Humanité, est libéral tout ce qui n’est pas communiste et subventionné comme l’Humanité. En effet, à part Le Monde DiplomatiquePolitis et Là-bas si j’y suis, il ne reste plus grand monde à ne pas être libéral selon l’Humanité (même la SNCF serait libérale selon eux). Or quand on se penche en détail sur le rapport Attali, il n’existe aucune réduction du périmètre de l’Etat, comme le notait L’Hérétique à l’époque :

Pourtant, telles quelles, toutes ces propositions recèlent un vice fondamental : elles ne modifient pas le périmètre de l’Etat. Elles seront systématiquement critiquées car les Français se demanderont ce qu’il restera de l’éducation, de l’assurance maladie ou des retraites si l’on supprime tant de salariés du secteur public. Le rapport Attali oublie de donner la réponse : le but est d’assurer un meilleur service à moindre coût grâce aux privatisations et à l’introduction de la concurrence, que ce soit en matière d’école ou de protection sociale. Le rapport va donc susciter une levée de boucliers et une attaque contre l’ultra-libéralisme, parce qu’on « casse le service public », mais il aura passé sous silence la réduction des coûts et l’amélioration de la qualité des services qui résulteraient d’une vraie politique libérale : diminuer le périmètre de l’Etat pour transférer et les activités et les emplois vers l’initiative privée et le marché.”

Et il ajoutait que le rapport Attali vise à augmenter un certain nombre d’impôts, ce qui n’est pas libéral mais anti-libéral, et qui a pourtant été souvent suivi par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, un président qui a créé des taxes par dizaines.

“Quand vous faites une économie, il y a forcément quelqu’un qui en pâtit”

Le 21 mai 2012, Jacques Attali est l’invité de Carrément Brunet. 5 ans après la remise de son rapport, il le défend toujours mordicus, et explique même en quoi il n’est pas libéral. Il va ainsi expliquer que le fait de réduire les dépenses nuit, directement ou indirectement, à des citoyens français. Est-il besoin de préciser que les libéraux prétendent exactement le contraire ? Voici la retranscription de ce qu’a dit Jacques Attali ce jour-là :

Si vous réduisez le nombre de fonctionnaires, forcément ceux qu’on n’a pas engagés sont au chômage. Si vous réduisez les dotations aux collectivités locales, vous réduisez les emplois et le travail des entreprises de travaux publics. Si vous supprimez les allocations aux intermittents du spectacle, qui coûtent 1 milliard par an à l’Etat, c’est tous les intermittents du spectacle qui sont pénalisés et qui sont dans la misère. [...] Il y a toujours un Français qui subit les conséquences négatives des baisses des dépenses publiques.

Vous pourrez demander à n’importe quel disciple de Hayek, Milton Friedman ou Ludwig von Mises, ces paroles ne sont pas celles d’un libéral mais d’un anti-libéral. Le libéral expliquera à qui veut l’entendre que la baisse des dépenses publiques ne peut que profiter aux citoyens, y compris à ceux qui ne seront pas engagés comme fonctionnaires ou qui ne bénéficieront pas du travail d’entreprises de travaux publics. Car un libéral ne peut que se féliciter de la baisse de la taille et du poids de l’État, qui doit en rester à ses fonctions régaliennes, justice – police – armée (et monnaie pour certains libéraux). Loin de voir des “conséquences négatives”, il ne voit que des conséquences positives : moins d’État, donc moins d’impôts et de charges, donc plus de liberté pour le citoyen et le consommateur d’allouer son argent à ce que bon lui semble, et plus de volonté pour créer des entreprises et des emplois.

Conclusion

Jacques Attali est un socialiste nomade, et en cela il est internationaliste, mais les anti-libéraux confondent trop souvent internationalisme et libéralisme. Or les libéraux sont contre le gouvernement mondial qui se met en place, et que Jacques Attali appelle régulièrement de ses vœux. Un gouvernement mondial n’a rien de libéral, il a tout de socialiste, si les mots ont encore un sens. Jacques Attali n’a jamais été favorable à la réduction de la taille de l’État, ni national, ni supra-national, puisqu’il a œuvré au contraire au développement d’un super-État européen et socialiste (le bébé de Jacques Delors, autre socialiste), qui impose aux peuples une bureaucratie supplémentaire, comme si celle de leur pays ne leur suffisait pas. Les mesures européennes présentées par beaucoup comme libérales (suppression des frontières, libre circulation des biens et des hommes, création d’une monnaie commune) n’ont en fait pas grand chose de libéral.
Quand Jacques Attali était directeur de la BERD, un de ces acteurs du gouvernement mondial au même titre que le FMI, la Banque mondiale ou l’ONU, il a été viré parce que trop dépensier. Quant à son entreprise de micro-finance, Planet finance, vu les taux d’intérêt demandés on est plus proche de la mécanique du FMI que d’une banque normale.

Auteur : Jean ROBIN 

Source : Enquête&Débat


Moyenne des avis sur cet article :  1.7/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 23 mai 2012 08:45

    Il est en péril celui qui croit qu’avoir réussi sa vie c’est d’avoir pu s’acheter une Rolex à 50 ans. Alors que dans le même temps, le travail ordinaire n’offre plus la possibilité de vivre avec décence, de se loger, de se nourrir, de se soigner et d’avoir l’espoir que la vie de ses enfants soit meilleure que la sienne. Que devient alors le temps, si ce n’est une consolation pour le fait que rien de ce qui est humain ne dure..............
    http://2ccr.unblog.fr/2011/09/07/la-place-du-zero-dans-loperation-economique/


    • lebreton 23 mai 2012 22:31

      bonsoir 


      Voila une explication simple ,qui mérite d’etre enseignée dans toutes les écoles de France,c’est tellement vrai , je vais garder votre article ,et si vous me le permeter le diffuser un max ,merci

    • wesson wesson 23 mai 2012 11:00

      Attali pas libéral ....



      • Maurice Maurice 23 mai 2012 11:32

        @ wesson :
        JE vous dirai également que Attali n’est pas libéral, mais j’ai d’autres raisons.
        Dans une monde libéral, le plus fort remplace le plus faible. Ainsi, une entreprise qui fait faillite, et bien elle disparait pour être remplacée par sa concurrente qui aura une meilleure gestion. Or aujourd’hui, si une institution financière fait faillite, et bien elle est sauvée, avec des deniers publics qui plus est. Et Attali milite pour cela : too big to fail.
        Donc Attali n’est pas un libéral, notre monde n’a rien de libéral. Nous sommes dans une oligarchie de capitalistes financiers (qui n’ont rien de libéral).


      • iris 23 mai 2012 12:15

        une meilleure gestion.

        CAD SUPPRIMER EN PREMIER tous les avantages des alariés qui « doivent faire des efforts »


      • Hermes Hermes 23 mai 2012 13:04

        Bonjour,

        Le libéralisme n’est pas une réalité mais une théorie économique qui sert simplement à justifier des choix politiques de façade, et qui dans la réalité ne souffre que des exceptions.

        La proximité syntaxique entre liberté et libéralisme est d’ailleurs un puissant levier pour induire les gens en erreur. Le libéralisme n’accepte que la liberté de consommmer et de dépendre du système financier.

        Bonne journée.


      • Maurice Maurice 23 mai 2012 13:59

        @ iris,

        Oui c’est vrai que dans un monde dominé par des multinationales, qui abusent de position dominante, les salariés sont laissés pour compte.
        Mais quand je parle de libéralisme (je ne sais pas si c’est le bon mot), je me demande si ce n’est pas le meilleur système pour favoriser un monde de petit producteur. Des petites boites où la richesse est bien répartie entre patrons/salariés. Et où l’Etat a les moyens de mettre en place des règles pour favoriser cela, et surtout les moyens de les faire appliquer ! Peut être que ce n’est pas du libéralisme mais du keynesianisme j’en sait rien !


      • Maurice Maurice 23 mai 2012 11:28

        Non là franchement Monsieur Robin on peut pas laisser ce genre de chose s’écrire.

        Vous dites à la fin qu’Attali prône un internationalisme socialiste ? Une blague ?

        Monsieur Attali prône la disparition des Etats-Nations, qu’il envisage comme des hôtels. Il est vrai qu’il le fait en militant pour un fédéralisme européen accru. Fédéralisme qui n’a rien de socialiste car les pays européens se délitent petit à petit. En cause : les banques « socialistes » que défend Monsieur Attali, les technocrates bruxellois « socialistes » que défend M. Attali, le fonctionnement « socialistes de la commission européenne (dont Attali a dit lui même que »ce n’est pas très démocratique« avec un sourire jusqu’aux oreilles).

        Monsieur Attali milite pour l’Internationale des capitaux, qui est à l’opposée de l’Internationale des peuples. Il prône un monde (vous n’avez qu’à lire  »Une brève histoire de l’avenir") où les compagnies d’assurances domineront le monde, où les gens n’auront plus le temps de rien faire, sinon de travailler, d’être nomade, d’être déraciné, etc... Je répète car il l’écrit texto : la valeur la plus rare sera le TEMPS. Pour dire en d’autres termes : vous ne serez plus libre...

        Voila ce qu’est Monsieur Attali, un nomade, oui. Mais socialiste ? Je m’étouffe en disant cela. Un Internationaliste à la botte du capital. Une personne qui méprise les peuples et les Nations (trop idiots(es) pour savoir gérer un pays).

        Enquêtes et Débats : pour le débat vous allez être servi avec un article pareil. Mais pour ce qui est de l’enquête, va falloir revenir...


        • Chroniqueur Chroniqueur 23 mai 2012 23:02

          Super, Morice ! 

          Merci d’avoir remis l’auteur de l’article en place. 
          Attali est un cabaliste monialiste qui avance masqué. 

          Voilà tout et merci, Morice. 

        • Al West 23 mai 2012 23:23

          Ne traitez pas Maurice de Morice, enfin ! smiley


          • Le Grunge Le Grunge 23 mai 2012 11:54

            Bonjour cher concitoyens

            Bon ben franchement, déjà félicitation, publier un article intitule « Jacques Attali n’est pas libéral » sur Agora, faut etre couillu, a la limite du Trollisme lol. Mais plus sérieusement, je vous retourne le compliment, c’est a vous de réapprendre les différentes utilisation du mot libéral que vous confondez avec néo/ulta libéral, a moins que vous ne parliez pas d’économie ?

            Bon allez, je vous laisse continuer votre petite sieste smiley


            • Nanar M Nanar M 23 mai 2012 12:52

              Encore un gauchisse débusqué par quéquette et baba.


              • mortelune mortelune 23 mai 2012 13:01

                « Un gouvernement mondial n’a rien de libéral, il a tout de socialiste, si les mots ont encore un sens. »

                Votre article ressemble à cette phrase. Alors soit vous avez bu, soit il faut arrêter la ’fumette’. 
                Vous le dites vous même « si les mots ont encore un sens »... Avec vous les mots perdent tous leurs sens. « La mondialisation est socialiste » on aura tout vu smiley
                Attali n’est pas plus socialiste que libérale, il est tout simplement sioniste. C’est certainement cette ideologie qui vous trompe et vous égare (vous n’êtes pas le seul si ça peut vous rassurer).



                • Thérèse Leduc 23 mai 2012 20:20

                  Babylon,


                  Ce n’est pas parce qu’il y a des Mac Do sur toute la planète que tout le monde à le même train de vie.

                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 mai 2012 20:40

                  Nan ,mais ils auront bientot tous le meme arrière train .


                • Cocasse Cocasse 23 mai 2012 13:16

                  On se trompe souvent sur la définition du mot « libéral ».
                  Je suis d’accord pour dire que Attali fait plutôt parti de ceux qu’on nomme « néo-libéraux ». C’est à dire des adeptes du collectivisme, du corporatisme, des grosses structures multinationales privées, ce dont se défendent une grande partie de gens authentiquement libéraux. Je l’ai constaté, bien que n’étant pas expert de la doctrine libérale à son sens premier, mais qui a été dévoyée. Allez donc voir ce que disent les libéraux sur leurs sites internet. Ils sont contre sarko, hollande, le corporatisme, etc...


                  • tesla_droid84 23 mai 2012 14:12

                    Je suis d’accord avec vous, un bon libéralisme est celui prôné par Ron Paul. Le mot libéral a été vidé de sa subtance et son sens remplacé par le contenu de de néo-libéral. 

                    C’est à la mode de changer le sens des mots pour nous empecher de resister.

                    Regardez la gueule que fait le mot « croissance » en moment. Dans 6 mois croissance voudra dire essayer par la volonté seule de faire croitre le PIB par des incantations, mais commencer en premier par se couper un pied pour etre plus leger.

                  • JP 23 mai 2012 13:20

                    Rarement lu une connerie (et je pèse mes mots) de ce niveau sur Agoravox.
                    un must de bêtise.
                    et vous vous êtes mis à plusieurs pour pondre une telle ânerie ?!?!?!
                    Chapeau bas. Hors concours.


                    • le poulpe entartré 24 mai 2012 00:00

                      Le nobel de la bouse intégrale avec palmes académiques serties de diamants (comme l’étaient les croix gammées d’un certain grade).


                    • robin 23 mai 2012 13:24

                      De nos jours, les mots ont généralement un sens inversé, aussi , libéral c’est ceux qui sont partisans (ou laquais des partisans dans son cas) de l’esclavagisme financier mondial et en ce sens, Attali en est évidemment un formidable laquais, étant évidemment du bon côté du manche.

                      Comme Sarko, et 99% des membres de la mafia politico-médiatique, Attali n’a pas de convictions, il n’a que des opportunités divers et variées pour servir ses maîtres de l’oligarchie sataniste mondiale. Si il était nécessaire qu’il se mette un os dans le nez pour ça, il n’hésiterait pas une seconde.


                      • Nums Nums 23 mai 2012 13:29

                        Après tout, c’est peut-être vrai. On dit que, dans le fond, Attali, n’est pas sioniste.


                        • tesla_droid84 23 mai 2012 14:02

                          Attali n’est peut etre pas libéral, mais en ce qui me concerne je trouve qu’on s’en fou :

                          - C’est un ultra-mondialiste convaincu, quand on voit les ravages que cela cause il n’y a pas besoin d’etre liberal en plus pour etre un co..ard fini.
                          - Il aimerait que nous soyons tous pucé (payment RFID, regardez ça commence au US...)
                          - L’auteur le dit lui meme, il a aidé à alourdir la dette du pays et donc par conséquence à enrichir directement les banques, seules autorisés à preter via l’AFT (agence france trésor) organisme piloté par Président M. Jacques de LAROSIÈRE Ancien gouverneur de la Banque de France et conseiller du Président BNP Paribas
                          Membres M. Peter R. FISHER Co-responsable de la gestion obligataire chez BlackRock Ancien sous-secrétaire du Trésor américain
                          M. Jean-Louis FORT Ancien secrétaire général de la Commission bancaire
                          M. Francesco GIAVAZZI Professeur d’économie à l’université Bocconi (Milan)
                          M. Jean-Pierre HALBRON Ancien Directeur général adjoint d’Alcatel
                          M. Emmanuel HAU Membre du directoire de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild
                          M. Assad J. JABRE Membre du conseil d’administration d’Ecobank Transnational Incorporated Membre du conseil consultatif de la SID (filiale de la BID)
                          M. René KARSENTI Président exécutif de l’International Capital Market Association
                          M. Ng KOK SONG Directeur général de Government of Singapore Investment Corp.

                          • Gandalf Claude Simon 23 mai 2012 14:53

                            "  Est libéral celui qui veut réduire la taille de l’État et défendre le droit de propriété."


                            Ca, ce n’est plus du libéralisme, ou alors les libéraux des XXème et XXIème ont réduit à néant l’humanisme qu’était le libéralisme pour n’en faire qu’un matérialisme.

                            Lorsqu’un libéral se révoltera contre la liberté d’expression bridée en entreprise, par exemple, il sauvera l’honneur de sa chapelle.

                            Pour l’heure, ses chantres n’inspirent que le mépris 

                            • dawei dawei 23 mai 2012 17:17

                              et quid des monopoles ?
                              Votre liberalisme permet t il de regler le probleme qui reste toujours le meme que l’on soit dans un pays socialiste, communiste, monarchiste, théocratique, orwelien liberal ou corporatiste : comment réduire les oligarchies , les concentrations des pouvoirs. Et surtout, une telle concentration des pouvoirs est elle souhaitable ou pas, d’un bord comme de l’autre (socialiste/liberal - communiste/capitaliste) chacuns des momuvements sont divisés sur la question : le pouvoir doit il etre détenu par une élite « éclairée », ou par le peuple  ?
                              Dans l’Ecole Autrichienne, on compte encore sur l’Etat pour empêcher les monopoles ... or aujourd’hui, les conglomérats privés sont partout et décident de presque tout y compris (et surtout) politiquement .... n’y a t il plus assez d’Etat pour en faire face à cette confiscation du pouvoir démocratique par les monopoles privés... toujours selon l’Ecole autrichienne ?
                              Je crois que la question aujourd’hui (et depusi toujours) n’est pas gauche/droite socialiste/liberal communiste/capitaliste républicain/monarchiste mais centralisationiste/décentralisationiste, car c’est les tendances que l’on retrouve dans toutes ... les tendances economicoideologicopolitiques.


                              • L'enfoiré L’enfoiré 23 mai 2012 18:37

                                Bonjour,
                                 Que Attali soit libéral ou non, à la limite, je m’en fouterais encore et je me ferais un plaisir de le découvrir en le lisant.
                                 Ce qu’il faut se rappeler, c’est que tous ces intermédiaires entre le pouvoir et la population, ces prècheurs se payent rubis sur ongle en étant invités partout, par toutes les télévisions pour la promotion de leurs livres, qui vont nous apprendre comment demain sera fait. Aucun d’eux, je dis bien autant, n’aura un livre correctif, avouant qu’ils se trompés. Pour la boule de cristal, je vais chez madame Soleil.
                                Non, ils savent qu’ils ne vont pas plaire à tout le monde. Mais c’est la loi du nombre, les ouailles sont nombreuses dans chaque camp.  smiley
                                 


                              • dawei dawei 23 mai 2012 18:38

                                en tout cas, je pense non pas qu’on va vers un gouverment mondial détenu par une minorité, mais bien au contraire vers une ré-horizontalisation du pouvoir selon les interractions et interconnection des modeles complexes type le web, les neurones, les astres ... l’organisation de la vie à tous ses niveau. Rien n’est centralisé, tout est distribué ... déjà depuis la nuit des temps ! L’homme enfin rentre en phase avec le cosmos !! Désolé ça parait barré, mais je pense que c’est évident et primordial... les pyramides oligarchiques s’écroulent ... les politiques n’avaient déjà pas beaucoup de pouvoir hier, aujourd’hui ils n’en ont plus, relégués aux rangs de simples communicants que plus personne n’écoute. Aujourd’hui, le peuple peut se réorganiser de lui même, s’informer de lui même, s’instruire de lui même, agir de lui même, inventer de lui même, créer de lui même ... et forcément, décider par et pour lui même . Et peut être que c’est ça finalement le Nouvel Ordre Mondial, un monde enfin décentralisé, ou chacun peut participer d’une manière ou d’une autre, de façon individualiste et/ou solidaire et équitablement à l’organisation harmonieuse de la société humaine dans un environnement dont il est le simple locataire. 


                              • L'enfoiré L’enfoiré 23 mai 2012 18:47

                                ...mais aussi risquer l’anarchie et le MadMax.
                                Bien d’accord avec votre analyse, mais vous connaissez les hommes comme moi, j’en suis sûr.
                                Même l’éthique ne veut pas dire toujours la même chose. Alors, la justice, la vie en communauté c’est parfois encore bien plus élastique ou imperceptible.


                              • dawei dawei 24 mai 2012 14:23

                                oui je sais qu’il est capable du meilleur comme du pire, et même que c’est peut être dans le pire qu’il est le meilleur, mais néanmoins, je suis optimiste sur sa capacité à s’organiser harmonieusement dans le monde d’aujourd’hui ou de demain débarrassé des Grandes institutions monopolistes, oligarchiques et corporatistes (privées et publiques) qui leurs dictaient comment faire .


                              • Thérèse Leduc 23 mai 2012 20:15

                                Comme Minc, un parasite opportuniste qui vit sur le dos des politiques. Il a fait son temps.

                                Persévérons dans le capitalisme vous verrez un jour ça paiera nous expliquaient ils... En attendant ça a payé, mais nous sommes arrivés au bout, ce système montre ses limites. Il faut d’autres personnes qui proposent autre chose. Il devrait songer à prendre sa retraite.

                                • Switcher 23 mai 2012 20:33

                                  Attali, un nomade. Un apatride, attaché à la disparition des états-nation.

                                  Sauf un.
                                  ^^

                                  • Anaxandre Anaxandre 23 mai 2012 21:06

                                    « Je ne crois pas que faire des enfants suffise à faire des êtres humains dignes de ça. Ce n’est pas parce qu’on a sept enfants qu’ils seront des êtres humains, ou des juifs, ce qui revient au même pour moi. » J. Attali.
                                    Ces personnes tiennent tout de même, dans certains « cercles » des propos assez étranges, non ?


                                    • Wendigo Wendigo 23 mai 2012 21:32

                                      Je tiens à rappeler à l’auteur de ce billet que l’usage de produits stupéfiants est strictement interdite.
                                      Je vous recommande ce site d’urgence, qui vous fera assurément le plus grand bien :
                                      http://www.drogues-info-service.fr/?S-o-s
                                       Ou de contacter au plus vite les alcooliques anonymes. Bonne chance et bon sevrage à vous .


                                      • lebreton 23 mai 2012 22:37

                                        @l’auteur



                                        fini la moquette,c’est pas bon pour la santé !! fume du belge !

                                        • Ariane Walter Ariane Walter 23 mai 2012 23:51

                                          Je suis d’accord : Attali n’est pas un libéral c’est un bandit.


                                          • BarbeTorte BarbeTorte 23 mai 2012 23:56

                                            tiens, c’est marrant, j’aurais pas dit bandit. Mais çà s’applique assez bien c’est vrai.


                                          • L'enfoiré L’enfoiré 24 mai 2012 16:13

                                            Ariane,
                                             « c’est un bandit »
                                            Tout de suite les grands mots. Le voyez-vous, masqué, à détrousser, comme un Robin des Bois, les passants honnêtes sur les grands chemins ?
                                            Nenni, m’fe, comme on dit chez nous dans le sud.
                                            Non, comme beaucoup, il a trouvé le bon filon.
                                            Filon qui n’est pas Fillon... smiley
                                            Tiens, vous avez vu la récupération d’Asterix par l’UMP ?
                                            Reconquérir la France, comme dernier bastion des gaulois, avec les socialistes qui prennent le rôle des Romains.
                                            En 1998, le RPR avait déjà été remis sur les rails
                                            Uderzo n’a pas été prévenu et il risque de se fâcher vraiment.
                                            La potion magique va agir, je le sens.  smiley 


                                          • BarbeTorte BarbeTorte 24 mai 2012 00:04

                                            Bon, et à part ça ?
                                            C’est marrant comme on se fait des idées. Vous, vous vous seriez assez bien entendu avec le sénateur McCarthy. C’est vrai que les inégalités ne sont pas assez fortes dans ce pays, et que, bien sûr, le progrès humain consiste à ce que ceux qui ont le plus de talent pour çà s’enrichissent au détriment des autres (remarquez bien que je n’ai pas dit les plus intelligents, les plus malins, les plus fins, les plus forts ou les plus méritants).

                                            Pour moi le concept de libéralisme se résume à ça : Ceux qui ont le talent pour s’enrichir s’enrichissent.
                                            A vous de voir si vous êtes assez « libéral » pour pousser le concept jusqu’au bout. A partir du moment où vous faites tomber les protections, les lois, quand ça vous arrange pour faire du fric, dites vous que d’autres pourraient aller encore plus loin. On en revient au vieil adage : « LA raison du plus fort est toujours la meilleure ». En cela on nie le principe même de progrès humain, mais après tout ?


                                            • Zobi Aldo Rifort 24 mai 2012 00:21

                                              Jacques Attali est socialiste bionique tendance androïde.
                                              Ecoutez-le, il ne parle que programmes.


                                              • kiouty 24 mai 2012 07:48

                                                HA HA HA c’est le 1er avril ou quoi ? Depuis quand la mondialisation est-elle socialiste ?

                                                On rappelle les bases du libéralisme et de la mondialisation : libre circulation des biens, des capitaux et des hommes. Diminution des services publics et des acquis sociaux (ca c’est la version neolibérale).

                                                Et que ce soit l’Europe, Mitterrand, Sarkozy ou Attali, ils sont tous tournés vers cette idéologie, a des degrés divers et avec des retournements de veste au gré des tendances médiatiques du moment.

                                                Je ne sais pas ce que l’auteur prend comme drogue, mais je veux le nom du fournisseur, c’est de la bonne apparemment.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès