Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Jean Bodin, premier monétariste & précurseur de la souveraineté (...)

Jean Bodin, premier monétariste & précurseur de la souveraineté étatique

Il existe des « stars » de l’économie comme Keynes, Smith, Ricardo, et d’autres bien moins connues mais tout aussi importantes, à l’image du français. Ignoré du grand public, Bodin est pourtant considéré comme l’un des plus grands philosophes politiques grâce à son approche, précurseur de la souveraineté des Etats. Retour sur un grand penseur qui, au 16ème siècle, prévoyait déjà les déboires de nos sociétés actuelles.

Qui était-il ?

Jean Bodin (1529-1596) est né à Angers d’un père négociant et maître couturier. Curieux de tout, Bodin s’installa à Toulouse (1549) pour y étudier et enseigner le droit avant de devenir avocat au Parlement à Paris (1561). Nommé procureur en 1570, il se rapprocha du Duc d’Anjou, frère du roi Henri III. En 1576, il se marie, publie l’ouvrage qui le rendit célèbre « Les six livres de la République » et devient député du tiers état. A la mort de son protecteur (le duc d’Anjou) il fuit la capitale pour Laon où il exerça les charges de procureur du roi. Il y mourut de la peste en 1596.

Il y a deux choses importantes à mettre en évidence dans la vie de Jean Bodin :

  1. L’homme vécut en France au XVIème siècle. D’un point de vue historique c’est à cette époque que débutèrent les guerres de religion qui opposèrent catholiques et protestants à Paris. Durant toute sa jeunesse Bodin faisait partie de l’ordre du Carmel (moines mendiants catholiques). En 1562, il prête officiellement serment à l’Église catholique, puis se rangea chez les protestants réformés. C’est d’ailleurs en tant que huguenot (protestant) qu’il faillit trépasser lors des massacres de la Saint-Barthélemy (1572). On le vit plus tard, en 1589, adhérer à une Ligue catholique modérée. Bodin était donc un modèle de tolérance en matière de religion, ce qui malgré tout était très rare à l’époque.
  2. Bodin était un libre penseur. Il étudiait la théologie, le droit, la philosophie, la philologie, la géographie, la démographie, l’anthropologie, l’économie, le droit. Mais il reste un trait de caractère assez étrange chez cet homme. Malgré son érudition, il s’opposa pourtant aux thèses de Copernic et de Galilée : il pensait donc que la Terre était le centre de l’univers. Il attachait aussi beaucoup d’importance à la sorcellerie et à la magie noire. Il a d’ailleurs écrit un célèbre ouvrage dans lequel il traite de la question « De la démonomanie des sorciers » paru en 1580 (la démonomanie est le fait de se croire possédé par un démon).

.

Ses théories économiques

Bodin est connu aujourd’hui pour avoir été à la fois un penseur de la souveraineté et un penseur de la monnaie.

Il développa ainsi 2 thèses importantes qui sont toujours (plus que jamais) d’actualité :

  • Il est le père de la théorie quantitative de la monnaie : le XVIème siècle connut une longue période d’inflation en France. Le roi, Charles IX, exigea un rapport sur les causes de la hausse des prix. Jean Cherruyer, maître des comptes, déclara que le problème venait de l’altération et des mutations monétaires qui diminuent la quantité de matériaux précieux contenus dans les pièces de monnaie. Les économistes de l’époque pensaient, en effet, que l’enfouissement des monnaies dans le sol dans le but de thésauriser faisait perdre de la valeur aux monnaies, car lorsque le propriétaire de cet argent mourait, il emportait souvent avec lui le secret de l’emplacement de son pécule (je vous conseille de lire l’article VIII « De la perte des métaux précieux par l’enfouissement« ). Bodin quant à lui était plus sceptique. Il préféra expliquer l’augmentation des prix par 5 causes : l’abondance d’or et d’argent dans le royaume de France, les monopoles, les disettes causées par le commerce et les dégâts (guerres), le plaisir des princes et des seigneurs, la manipulation du cours des monnaie. Bodin fut donc le premier économiste à mettre en évidence la relation entre l’augmentation des prix et « l’abondance d’or et d’argent ». C’est ce qu’on appelle aujourd’hui la théorie quantitative de la monnaie dont l’économiste Milton Friedman fut une des grandes figures aux XXème siècle. Jen Bodin fut donc le premier monétariste.
  • Mais ce qui m’intéresse le plus est de parler d’un autre trait de la philosophie politique de Bodin : la souveraineté nécessaire des Etats. Nous sommes au début du 21ème siècle et un problème énorme entre en jeu en corrélation avec celui de la dette. Vous savez que la majorité des Etats aujourd’hui est surendettée (voir mon article : La dette : au service de sa majesté les banques). Ce surendettement entraîne d’énormes problèmes de souveraineté des Etats : comment voulez-vous qu’un Etat soit souverain dans son propre pays quand il ne peut pas produire, lui-même, sa masse monétaire ? Un Etat qui emprunte à une banque, obéit à cette banque et non plus à son propre principe de souveraineté nationale. C’est ce que Bodin met en évidence en … 1576 dans son livre « Les six livres de la République« .
« République est un droit gouvernement de plusieurs mesnages, et de ce qui leur est commun, avec puissance souveraine. »

 

Jean Bodin, « Les six livres de la République« 

La souveraineté d’un Etat se doit d’être perpétuelle. Si les hommes passent, la souveraineté doit rester. Elle n’a de compte à rendre à personne, mais doit toutefois respecter certains principes, tel le droit de propriété.

 

Aujourd’hui les Etats ne sont plus souverains, sous prétexte d’une Union Européenne qui nous assemble, on annihile la souveraineté des Etats, qui ne décident plus de rien. Ceci les affaiblit et nous met, nous, le peuple, dans des postures de plus en plus délicates.

L’histoire est un outil d’appréhension du monde qui devrait nous apprendre à vivre le présent et à comprendre l’avenir. Sinon, elle ne sert à rien.

Peter Gautschi, sociologue allemand

 

Sources :

  • Jean Bodin, penseur de la souveraineté et de la monnaie – Alternatives Economiques n°292
  • Jean Bodin – Wikipedia

A lire (en relation avec l’article) :

 
Consultez mon blog : Culture-Monde.com 
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 11 juin 2010 10:46

    Ben oui ... Retrouver notre souveraineté perdue est un pas important dans le désendettement et la survie de nos pays.
    Souci, ceux qui « décident » sont TOUS à la botte du système en place. Il ne feront rien dans ce sens.

    Pas de changement en vue et le chaos devant nous.


    • JL JL 11 juin 2010 10:51

      Bonjour, vous dites : « Aujourd’hui les Etats ne sont plus souverains, sous prétexte d’une Union Européenne qui nous assemble, on annihile la souveraineté des Etats, qui ne décident plus de rien ».

      Je crois que cela commence à devenir évident pour beaucoup d’entre nous. Dommage que cette prsie de conscience collective se fasse si tard. Ceci pour dire que la guerre des classes est une course contre la montre avec handicap : les possédants ont toujours une longueur d’avance et les classes laborieuses un handuicap rédhibitoire.


      • zelectron zelectron 13 juin 2010 09:50

        Et si l’Europe était souveraine, ce serait un pis aller, mais ce n’est même pas le cas !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès