Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Johnny chez les Helvètes à cause de la taxe d’habitation (...)

Johnny chez les Helvètes à cause de la taxe d’habitation ?

 

La déclaration du rédacteur en chef du journal suisse Le Matin au Figaro à propos de l’immigration probable de notre Johnny national en Suisse est intéressante... Lisez plutôt...
« Pour nous, c’est en effet une sorte d’immigration de luxe. C’est aussi dans la tradition historique de la Suisse. La population se réjouit de ce genre de nouvelle. Au-delà du prestige et du fait que ces riches s’intègrent rapidement au sein de la population, ces personnalités fortunées achètent des maisons, consomment énormément une fois installées et paient des impôts. Les cantons se frottent les mains car leurs ressources augmentent et les riches se disent qu’ils paient toujours moins d’impôts que dans leur pays d’origine. Il n’y a pas de perdant. Il n’y a que des gagnants. »

Quand un riche s’installe en Suisse, il n’y a que des gagnants...

Quand un riche quitte la France, il n’y a que des perdants...

Plus de 4 millions d’euros d’impôts (72% des revenus de Johnny sont prélevés par notre chère administration fiscale : 60% au titre du bouclier fiscal auquel il faut rajouter les 12% de CSG/CRDS...) n’iront plus dans les caisses de l’Etat français, près de 2 millions d’euros de dépenses ne seront plus effectuées par notre star nationale dans l’économie française et... Johnny sera obligé de s’ennuyer à Gstaad six mois et un jour an pour être considéré comme résident fiscal suisse.

Johnny aurait pu choisir la Belgique (son père était Belge) qui est très attractive en termes de fiscalité sur le patrimoine (et beaucoup moins pour ce qui concerne la fiscalité sur les revenus) mais comme, bien qu’ayant soixante-six ans, il continue d’être très actif et de percevoir des revenus importants, il a préféré la Suisse où un deal fiscal est possible avec le canton d’accueil.

Je ne vais pas énumérer à nouveau les raisons pour lesquelles l’ISF est extrêmement nuisible à notre économie (je l’ai déjà fait dans Petite proposition extravagante) mais il faut rappeler que, selon les estimations (Bercy est très peu disert sur le sujet), parmi les 200 000 Français qui ont choisi de quitter notre pays depuis quelques années, entre 1500 et 3500 contribuables pesant plus d’un demi-million d’euros d’impôts annuels quittent la France chaque année. Ceci représente une perte directe fiscale allant de 750 millions d’euros à 1,75 milliard d’euros par an (à comparer au 2,7 milliards que rapporte l’ISF payé par 350 000 Français) sans compter le manque à gagner économique associé qui est colossal, puisqu’on estime à 100 milliards d’euros (qui rapporteraient sûrement 3 à 5 milliards d’impôts divers), le montant des patrimoines ayant quitté fiscalement la France depuis la création de l’ISF et , surtout, parce que ces émigrants ne sont pas tous chanteurs ou sportifs de haut niveau : la majorité sont des entrepreneurs ou des businessmen qui sont les locomotives naturelles de notre économie.

Les wagons restent, eux, en France : pas sûr qu’ils aient raison...

Un article récent du Point rappelait, en effet, que seule une petite moitié des Français acquitte la taxe d’habitation alors que celle-ci a progressé de façon très significative au cours des dernières années. Un système de compensation par l’Etat (et donc par la fiscalité nationale) a été mis en place qui déresponsabilise tout le monde : exemple flagrant, la région Languedoc-Roussillon a décidé d’augmenter ses taux de fiscalité locale de 79,4% quand, dans les principales villes de la région, le taux de paiement à taux plein de la taxe d’habitation devient ridicule : 19,7% des habitants de Beziers, 22,8% de ceux de Perpignan, 25,5% à Nîmes, 35,8% à Montpellier ! On estime que seulement 40% des recettes fiscales locales sont payées par les habitants de la région, le reste venant de la fiscalité nationale. On estime également que moins de 40% des habitants de la région Languedoc-Roussillon paient à la fois la taxe d’habitation et l’impôt sur le revenu (les seuls taxes appliquées aux autres étant la TVA que tous paient, la CSG que tous ceux qui ont un revenu acquittent, et la taxe foncière que les propriétaires se doivent de régler). Je n’ai rien contre cette région dont je suis d’ailleurs originaire mais avouez qu’un débat électoral local sur la bonne façon de dépenser ou d’investir l’argent public paraît totalement ubuesque lorsque seulement 40% est payé localement et qu’uniquement 40% des électeurs sont des contribuables « complets » !

Cette redistribution à la française, créant de l’impôt négatif ou nul (cf. la Prime pour l’emploi) pour une proportion croissante de la population et, par ricochet nécessaire, une fiscalité de plus en plus lourde pour les autres est la vraie raison du départ de Johnny et de ses coreligionnaires émigrants...

C’est également la plus grande explication de la pauvreté du débat électoral auquel nous assistons. Celui qui veut être élu n’a qu’à promettre encore plus d’allocations « égalitaires » et d’exemptions d’impôts à la majorité qui n’est, en conséquence, aucunement capable d’apprécier le réel coût des choses et donc d’appeler à la moindre modération dans la gestion de nos dépenses publiques et collectives.

Nos gouvernants savent très bien tout ceci. Cela ne fait que renforcer leur pouvoir et notre dépendance, et n’est donc pas fait pour leur déplaire...

Seul problème, l’équation est suicidaire, et nous le paierons tous très cher. Tous, pas vraiment, car ceux qui auront les moyens de partir pourront en éviter les conséquences désastreuses... C’est vraiment inégalitaire, encore les plus aisés qui s’en sortiront mieux que les moins favorisés !

Je suis sûr que nos candidats antilibéraux vont nous inventer la très morale « allocation pour ceux qui sont coincés en France » mais je ne sais pas bien qui l’on pourra taxer, le cas échéant, pour financer cette dépense nouvelle !

Rassurez-vous, il y a une solution : un peu plus de déficit, et nos enfants comme dindons de la farce. Voilà une recette qui a fait ses preuves depuis de nombreuses années...


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (270 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • le mave 18 décembre 2006 11:44

    Qu’il se casse et bon débarras .Et par la même occasion qu’il arrête de brailler .


    • lucedgar (---.---.132.44) 20 décembre 2006 11:26

      il est toujours navrant de lire ce genre de commentaires démago et a sens unique, cette contribution n’honore vraiment pas votre site


    • cigarro (---.---.12.169) 26 décembre 2006 10:53

      Comme example, donnez un petit oeil a :...

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17008


    • dionysos (---.---.232.178) 18 décembre 2006 11:46

      lui il a de la chance, il peut partir, moi je suis coincé ici


      • cigarro (---.---.12.169) 26 décembre 2006 10:32

        Bien sur que lui il a de la chance, chance donnée par des milliers de cons qui lui payent pour ces « spectacles » (...), en tout cas, TRES BIEN pour lui


      • ZEN zen 18 décembre 2006 11:57

        Deux articles sur Johnny le même jour ! Je vais le plaindre, comme Mr Mulliez(Auchan),par ex.,qui place ses fonds au Luxembourg et réside en Belgique ,ce que n’a pas pu faire notre rocker !. Bonjour le civisme !. Mais qu’en pense son ami Sarko ?..« La Suisse lave plus blanc »(Jean Siegler)


        • ZEN zen 18 décembre 2006 17:04

          Correctif : il s’agit d’un livre déjà ancien du député de Genève Jean _ZIEGLER_, qui connaît parfaitement les arrière-cours des banques suisses.


        • Gasty Gasty 18 décembre 2006 11:57

          Il pourra toujours venir participer au téléthon et reverser les 2 millions d’euros.Rock n’ roll attitude.

          Ah que !( Si sa femme est d’accord )


          • Citoyen ordinaire 18 décembre 2006 12:00

            Aux recettes fiscales « ordinaires » que sont d’une part les impôts directs sur le revenu, le foncier, le logement, le financement des collectivités locales, le capital, les sucessions, et d’autrepart les impôts indirects comme la TVA, la surtaxation des produits pétroliers, de l’essence à la pompe...il faut ajouter le produit des innovations récentes, insidieuses mais combien rémunératrices que sont les sur-taxes sur le tabac, et les revenus récoltés par les radars. Pour mettre ceci en oeuvre il a fallu naturellement investir en campagnes de « sensibilisation » de l’opinion pour criminaliser le comportement de quelques uns afin de faire légitimer le détroussement d’une multitude. Bien joué ! Car l’investissement à été vite amorti et maintenant c’a rapporte gros tout en permettant de limiter une progression anti-électoraliste des taux de prélèvement traditionnels, rendue necessaire pour alimenter le gouffre des danaïdes qu’est le budget public d’un Etat « providence » ....plus que jamais collectiviste


            • (---.---.112.158) 18 décembre 2006 23:03

              Les taxes sur le tabac et les radars sont justes en ce sens qu’un fumeur coute beaucoup plus cher a la secu, et quelqu’un qui respecte la loi n’aura pas d’amende a payer.


            • LE CHAT LE CHAT 18 décembre 2006 12:06

              il y’a en nous quelque chose de l’helvetie...........

              Oooptic 2000 !


              • (---.---.31.240) 18 décembre 2006 12:39

                Il ne faut pas prendre sa vessie pour une lanterne, sinon on se brûle (Pierre Dac et Francis Blanche)


              • Manuel Atreide Manuel Atreide 18 décembre 2006 12:30

                Johnny part en suisse ?

                Si seulement, il pouvait VRAIMENT y rester !

                Franchement, vous n’avez pas le rouge de la honte au front de gueuler contre les impôts ? Pas marre de faire vos avares ? pas la nausée d’etre à ce point grippe-sou ?

                Nous avons un gros problème de fiscalité dans ce pays, c’est vrai. Notamment parce que une partie de nos taxes est hors du controle de la puissance publique.

                Pour autant, nos impôts servent à ces gaspillages éhontés que sont les hopitaux, les routes, les infrastructures, les transports en commun, la police, la justice, la défense et j’en passe. je remarque que ceux qui hurlent contre les impôts sont les même qui hurlent pour plus de police ...

                Et puis, quand même ... Utiliser l’outil fiscal pour remettre un brin d’equité dans les revenus des uns et des autres, est-ce si délirant ? Johnny travaille-t-il tellement plus que la caissière qui est fan de lui depuis toujours ?

                Parler des impôts, c’est aussi parler des écarts de salaire. Vous ne pouvez pas zapper la moitié du débat sans faire preuve de malhonneteté.

                Manuel Atréide


                • Bef (---.---.27.249) 18 décembre 2006 14:05

                  « Nous avons un gros problème de fiscalité dans ce pays, c’est vrai. »

                  c’est le moins qu’on puisse dire !

                  « Notamment parce que une partie de nos taxes est hors du controle de la puissance publique. »

                  A quoi faites-vous allusions, exactement ?

                  « Pour autant, nos impôts servent à ces gaspillages éhontés que sont les hopitaux, les routes, les infrastructures, les transports en commun, la police, la justice, la défense et j’en passe. »

                  Ben, non, en tant que tels, ces services publics ne sont pas des gaspillages, bien sûr. Mais il y a beaucoup à dire (et à corriger) sur leur gestion en général, il me semble : c’est bien là le problème de l’impôt en France : la quasi-certitude que l’argent récolté est gaspillé à cause de gestion catastrophique et de choix électoraliste (je pense en particulier aux taxes locales). Je ne pense pas que la majorité de ceux qui trouvent que l’on paye trop d’impôts remettent en question les services publics que vous citez.

                  « je remarque que ceux qui hurlent contre les impôts sont les même qui hurlent pour plus de police ... »

                  ah bon ? vous avez des informations précises ?


                • Bef (---.---.27.249) 18 décembre 2006 14:08

                  « Nous avons un gros problème de fiscalité dans ce pays, c’est vrai. »

                  c’est le moins qu’on puisse dire !

                  « Notamment parce que une partie de nos taxes est hors du controle de la puissance publique. »

                  A quoi faites-vous allusions, exactement ?

                  « Pour autant, nos impôts servent à ces gaspillages éhontés que sont les hopitaux, les routes, les infrastructures, les transports en commun, la police, la justice, la défense et j’en passe. »

                  Ben, non, en tant que tels, ces services publics ne sont pas des gaspillages, bien sûr. Mais il y a beaucoup à dire (et à corriger) sur leur gestion en général, il me semble : c’est bien là le problème de l’impôt en France : la quasi-certitude que l’argent récolté est gaspillé à cause de gestion catastrophique et de choix électoraliste (je pense en particulier aux taxes locales). Je ne pense pas que la majorité de ceux qui trouvent que l’on paye trop d’impôts remettent en question les services publics que vous citez.

                  « je remarque que ceux qui hurlent contre les impôts sont les même qui hurlent pour plus de police ... »

                  ah bon ? vous avez des informations précises ?


                • Julot (---.---.78.247) 18 décembre 2006 14:09

                  « Franchement, vous n’avez pas le rouge de la honte au front de gueuler contre les impôts ? Pas marre de faire vos avares ? pas la nausée d’etre à ce point grippe-sou ? »

                  En un mot : NON

                  Je suis un Francais, et un Francais ne se laisse pas dépouiller de plus de la moitié de ce qu’il gagne (tu la compte la TVA à 19,6 ?).

                  Si encore cet argent était bien utilisé, je ne dirais pas non. Mais le gaspillage est tel, qu’on ne peux s’en satisfaire.

                  Si tu montait ton entreprise ? Hein pour voir ?

                  C’est tellement agréable, quand tu peine à la charge, de voir l’état de taxer 50 % de ce que gagne ta boite, puis 50% de ton salaire.

                  Je ne veux plus de cet état. Que l’on inscrive dans la constitution l’interdiction de passser au dessus de 40% de prélèvement (et encore...)

                  Et si ca ne vient pas, je suis tout disposer à voter aux extrèmes.


                • Manuel Atreide Manuel Atreide 18 décembre 2006 17:45

                  "Notamment parce que une partie de nos taxes est hors du controle de la puissance publique.

                  A quoi faites-vous allusions, exactement ?"

                  Au fait que le budget des dépenses sociales n’est pas sous le contrôle effectif de l’état mais sert à financer les dépenses de santé, donc très fortement à payer les laboratoires qui vendent des medicaments.

                  Vous votez pour elire des représentants qui mettent le nez dans ce genre de dépense ? Non. L’un des dérapages est là.

                  l’allusion est plus claire ? Ou je dois continuer à préciser ma pensée ?

                  Manuel Atréide


                • Manuel Atreide Manuel Atreide 18 décembre 2006 17:50

                  "je remarque que ceux qui hurlent contre les impôts sont les même qui hurlent pour plus de police ...

                  ah bon ? vous avez des informations précises ?"

                  Court addendum.

                  Je vous renvoie aux divers programmes electoraux du Front National et autres MPF. Un maximum de libéralisme économique, une critique permanente du concept même d’impôt, une demande sans cesse croissante de « forces de sécurité », « justice efficace » (expéditive ?) etc. Dans une moindre mesure, une partie de l’UMP tient le meme discours.

                  Je vous laisse trouver la cohérence dans tout cela. En ce qui me concerne, je ne l’ai jamais vue.

                  Bien à vous

                  M.A.


                • Bef (---.---.104.97) 19 décembre 2006 07:44

                  Je ne la vois pas non plus, c’est vrai. Mais il est également vrai que ni l’UMP, ni le MPF ni le FN ne sont des partis libéraux au sens économiques. Les réductions d’impôts pronées par ces gens là ont des buts clientélistes et pas forcément économiques.


                • Bef (---.---.104.97) 19 décembre 2006 07:55

                  Sur ce point, on est d’accord. Je n’avais pas pensé aux dépenses de santé : c’est vrai que j’ai toujours trouvé scandaleux qu’on me vende un boîte de 30 pilules quand j’en ai besoin de 20, surtout payée par la Sécu. J’ajouterai aussi que ce n’est pas parce que les dépenses sont controlées par des élus qu’elles sont forcément judicieuses, ni même que les contrôles sont corrects.

                  Je cite ici un de mes posts sur le même Johnny dans un autre fil (http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=16865) qui montre bien que le problème c’est l’utilisation de l’impôt, pas l’impôt lui-même :

                  "Moi je veux bien payer des impôts, des taxes et des prélévements, et à la limite, pas contre d’en payer plus.

                  Aux conditions absolues :
                  - que je sois sûr du bon usage de ma contribution.
                  - que j’en ai un contrôle efficace et réel (pas avec une assemblée aux ordres, ni avec des organismes non représentatifs comme l’UNEDIC, ou les syndicats)
                  - que les gaspillages de l’état soient supprimés
                  - et qu’en contrepartie le mot « liberté » de notre devise nationale soit une réalité.

                  En gros, marre du gaspillage, marre des mesures coûteuses inefficaces, marre du saupoudrage clientéliste, marre du sentiment de toujours payer plus pour avoir moins."


                • alan (---.---.218.19) 19 décembre 2006 12:00

                  bun oui, on a des informations précisent, ils sont de droites, moins d’impots plus de police est leur crédo, ne me dites pas que vous n’avez pas remarqué ???


                • (---.---.22.234) 19 décembre 2006 12:50

                  Le libéralisme est très bien à la condition qu’il ne soit pas « sauvage ». C’est à dire avec des règles bien précises, acceptées par tous et qui ne changent pas sans arrêt.


                • ZEN zen 18 décembre 2006 12:44

                  C’est décidé, je fais ma valise et je pars demain pour l’île de Sakhaline (pas d’impôts !) smiley


                  • clairette (---.---.129.131) 18 décembre 2006 21:08

                    Je crains qu’il y fasse très froid ! surtout aujourd’hui !avez-vous prévu la doudoune et le passe-montagne ?

                    Je n’en avais pas entendu parler comme paradis fiscal, mais si vous avez des tuyaux ?


                  • sweetsmoke (---.---.241.2) 18 décembre 2006 12:46

                    L’obligation d’habiter en suisse 6 mois et un jour par an n’est qu’une légende.

                    Il faut juste un voisin pour allumer la lumière et consommer des factures de courant / eau minimales pour justifier d’une présence au domicile. Cela existe déja à monaco.

                    manquerait plus qu’ils soient obligés de vivre dans un pays moche la moitié de l’année, non mais ?! smiley


                    • (---.---.112.158) 18 décembre 2006 23:15

                      Oui mais le fisc francais peut controler les factures d’eau des residences secondaire et decider de taxer en tant que residence principale si la consommation est comparable a une residence principale. Ca arrive tres tres frequemment pour les frontaliers qui on un studio en suisse et une maison « de campagne » en France.

                      Remarque avec quelques mois de tournee et 2 mois de vacances en Suisse, ca ne posera pas de probleme :) Et la Suisse est tres agrable


                    • (---.---.22.234) 19 décembre 2006 12:58

                      C’est plutôt qu’il ne faut pas rester plus de 6 mois en France et dire que l’on habite la Suisse. Les suisses se moquent bien de savoir si Johnny est à Las Vegas, du moment qu’il paye ses impôts chez eux. C’est plutôt la France qui contrôle qu’il n’est pas ici plus de 6 mois sinon, le fisc s’il peut prouver le contraire lui réclame ses impôts en France. A qui peu profiter le contrôle ? (attention au péages d’autoroutes par carte, aux factures d’électricité et d’eau dans un appartement français etc...) (source : « Le Revenu »)


                    • Pixies (---.---.241.124) 18 décembre 2006 12:53

                      J esper que les suisses dans leur négociations vont aussi lui imposer l interdiction de chanter. Sinon y vont nous le renvoyer


                      • (---.---.112.158) 18 décembre 2006 23:18

                        C’est avec ce genre de commentaire que la France restera a la traine


                      • Internaute (---.---.203.238) 18 décembre 2006 13:29

                        Votre article met le doigt sur un vice profond de la démocratie. Quand un homme vaut une voix il suffit de promettre aux pauvres (majoritaires) de leur donner l’argent des riches (minoritaires) pour être élu. Là où le vice est encore plus profond est qu’une fois élu, on s’apperçoit que l’on gagne beaucoup plus d’argent en prenant un euro à tous les pauvres plutôt que mille euros à tous les riches et on finit par taxer son propre électorat pour lui fournir les service qu’on lui a dit que l’on ferait payer aux autres. C’est le vice du vice. Il faut être politicien dans ses gènes pour s’y adapter.

                        Payer c’est bien mais il faut proposer une contre-partie. Le nombre de voix par habitant devrait être proportionnel aux impôts qu’il paye. Je sais, cela ne colle pas avec le dogme égalitaire.

                        La meilleur solution est encore de trouver la perle rare qui a suffisamment de conscience professionelle pour gérer le pays en fonction des intérêts de celui-ci et non pas en fonction de la prochaine élection. Existe-t-il ?


                        • Manuel Atreide Manuel Atreide 18 décembre 2006 13:53

                          Le système dont vous parlez porte un nom. C’est la ploutocratie. je vous renvoie à la définition proposée par wikipedia.

                          Avec un peu d’honneteté intellectuelle, vous conviendrez que cela n’est en rien un système démocrate. Voulez vous changer de régime ? Voila la seule question que vous devez vous poser, au vu de nos propos.


                        • (---.---.49.41) 18 décembre 2006 18:21

                          Tout à fait d’accord. Ce n’est pas tout à fait normal que ceux qui ne paient pas d’impôts aient voix égale par rapport à ceux qui financent pour décider des dépenses publiques et du budget de l’état. C’est un peu trop facile de se faire plaisir avec l’argent des autres.


                        • Helios (---.---.134.125) 18 décembre 2006 23:05

                          je vais « truismer »... Mais en fait il faudrait que l’argent collecté soit versé dans un grand pot commun et dont l’usage serait voté par le parlement sous forme de ligne de crédit partout où cela est nécessaire !

                          Comment ? J’ai dit une c..rie ?

                          Ah, oui, l’argent de la redevance, des radars des taxes (coller ici le mot qui vous concvient, par exemple foncières. ;).... les impots locaux bref tout ça....

                          ce serait déjà bien, non ? au minimum nous pourrions dire que c’est républicain.

                          Ensuite il faudrait qu’on invente un organisme responsable, avec un pouvoir certain, de controle de l’usage de ces lignes de credit. Comment ? ça existe déjà ? vous me dites que cela s’appelle la cours des comptes ?

                          ah, ah, ah... j’ai déjà un point de coté rien qu’en y pensant !


                        • le_gabelou (---.---.130.48) 19 décembre 2006 00:24

                          Cher ami, Les projets de Loi de Finance de l’année, examinées et votées au parlement, reprennent dans leur 1ère partie votre idée du pôt commun, selon le principe de l’Universalité (l’ensemble des recettes de l’Etat doit couvrir l’ensemble des dépenses de l’Etat).


                        • Bef (---.---.104.97) 19 décembre 2006 08:28

                          Je ne suis pas fervent de l’égalitarisme à tout prix, mais là, faut pas pousser !

                          Un homme (femme) = une voix : c’est le minimum absolu non négociable dans une démocratie !


                        • (---.---.229.236) 19 décembre 2006 11:33

                          Non, le vote censitaire est une bonne chose. Pourquoi des gens qui ne payent pas d’impots, qui donc sont incapable d’assurer par eux même leur vie, viendrait nous donner des ordres sur la façon de gérer l’Etat ?! Qu’ils se gére déja eux même !

                          Par ailleur évidement, quand ce n’est pas votre argent, on n’en a rien à foutre des explosion de budget et autre gaspillage dans le social.

                          Il faut donc rétablir un impot sur le revenu pour tous le monde (pas uniquement 50%, comme acteullement, mais 100%), avec un taux unique, idem pour l’ISF, ou bien rétablir le vote censitaire, ou seul vote les classes éclairés de la population.


                        • jojo (---.---.23.184) 25 décembre 2006 21:47

                          surpris de n’être pas seul à penser cela. mais aucune chance malheureusement que cela devienne réalité car nous sommes très minoritaires, malheureusement.


                        • LE CHAT LE CHAT 18 décembre 2006 13:42

                          après avoir chanté le mash potatoes , il faudra qu’il nous fasse une fondue blues .


                          • Adama Adama 18 décembre 2006 13:49

                            Laissez moi gagner de l’argent si je peux et si je veux !

                            Mais ne me demandez pas de financer une politique de l’assistanat !

                            Salaud de pauvres(michel Audiart, marcel aymé)


                            • (---.---.241.124) 18 décembre 2006 14:23

                              Tiens au fait tant qu on parle des soutients de sarko qui sont pas super super blanc...... voici un beau lien http://img345.imageshack.us/img345/6897/gynecojd7.jpg attention le lien poite vers une pochette de dvd assez special depeché ca va pas rester longtemps a mon avis

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès