Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Katrina : même les ouvriers écopent

Katrina : même les ouvriers écopent

Même s’il a été lent à réagir, le président Bush n’oublie pas ses amis. Le Grand Bonanza démarre sur les chapeaux de roues.

De Joho the Blog, nous apprenons que l’administration américaine a décidé de se racheter de son incompétence auprès... de la communauté d’affaires américaine.

Son éternel allié, Halliburton, a eu un premier contrat de près de 30 millions de dollars US (24 millions d’euros).

Ce petit cadeau à la firme d’où provient le vice-président des Etats-Unis n’est rien à côté de celui qu’il vient de donner aux entreprises qui vont participer à la reconstruction des régions dévastées grâce aux fonds fédéraux.

Le président Bush vient de suspendre le Davis-Bacon Act qui date de 1931. Cette loi oblige toute entreprise qui soumissionne pour un contrat du gouvernement fédéral à payer ses employés au moins le salaire moyen en vigueur dans la région où ce contrat est réalisé.

Bush justifie sa décision par les coûts additionnels qu’ajoute cette obligation.

C’est l’état d’urgence causé par Katrina qui fournit le prétexte dont a besoin le Président Bush pour suspendre la Loi de 1931.

Dans sa lettre au Congrès, Bush écrit : « I have found that the conditions caused by Hurricane Katrina constitute a ’national emergency’ », rapporte sur son site Web le Washington Post.

Quelle ironie du sort. Non seulement des milliers d’ouvriers des régions dévastées par Katrina auront tout perdu, mais en plus on leur enlève le droit à un salaire plus élevé qui continue de s’appliquer ailleurs sur le territoire des Etats-Unis.

Il ne leur reste plus que la prière.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • (---.---.241.3) 14 septembre 2005 22:09

    Quand on lit de tels articles, il est normal que les français haïssent autant Bush (et non les américains). Les USA n’ont jamais autant régressé depuis cette gouvernance. Cependant, on peut se demander, si comme les français qui disent non à la constitution européenne, la couche populaire américaine ne serait pas un sado-masochiste !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès