Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Keynes, le clairvoyant

Keynes, le clairvoyant

Cet homme étrange, ne se levant que rarement avant midi, économiste intuitif, était-il le premier décroissant ? Il a été en tout cas, l’un de nos plus originaux de nos économistes.

« Une vie une œuvre », l’émission bien connue de « France culture », s’est donnée pour mission d’évoquer la vie de John Maynard Keynes, dans une diffusion éditée sous le titre de «  un économiste au service de la vie  ».

Cette émission réalisée par Marie Laure Ciboulet, présentée par Matthieu Garrigou-Lagrange a été diffusée le 4 février 2012. lien

Keynes voulait créer une monnaie mondiale sur laquelle se seraient basées toutes les autres monnaies, et s’il n’a pas été suivi à l’époque, il a été l’un des plus clairvoyants des économistes mondiaux. lien

Né en 1883, mort à la fin de la 2ème guerre mondiale, en 1946, il était d’abord un collectionneur averti de timbres, de tableaux, de monnaies, de livres rares, d’autographes, de manuscrits ; Ce joueur de bridge, professeur de Cambridge, rêvant d’être un artiste, un écrivain, est avant tout le père de « la macro-économie ».

Sa théorie, basée entre autres, sur la relance par l’Etat, revient au devant de la scène à la lumière de la crise actuelle.

Il se considérait avant tout comme un philosophe, bien avant de pencher pour le qualificatif d’économiste, et gagnait sa vie en pratiquant l’achat et la vente d’actions, rien de bien original au fond, mais était aussi un conseiller de talent auquel ont fait appel de grands dirigeants, comme Roosevelt, entre autres.

Il place tout en haut de son tableau d’honneur les artistes, puis les intellectuels, et ensuite les chefs d’entreprises, expliquant que ceux-ci rêvaient d'être des créateurs, ce qu'ils sont à leur manière, en concluant ce tableau par les spéculateurs, même s’il est l’un d’eux, et les rentiers qu’il déteste cordialement.

Sollicité par le gouvernement britannique pour participer à l’effort de guerre, dans l’administration pour s’occuper de l’organisation de la finance de l’économie de guerre britannique, il ne fait ni une, ni deux, il abandonne provisoirement l’ouvrage fastidieux sur la probabilité qu’il était en train de rédiger, part à Londres dans le side-car de la moto de son beau-frère ; En 2 ou 3 mois il va se rendre indispensable, et, alors qu’il n’a que 30 ans, et finira par représenter l’Angleterre aux côtés de Lloyd Georges lors du traité de Versailles, suite à la capitulation allemande, rencontrant à cette occasion Clémenceau, Wilson

Il va se montrer particulièrement clairvoyant lors de la conclusion de ce traité, et va démissionner bruyamment, dénonçant l’erreur manifeste des termes de celui-ci, convaincu d’avance que cet accord ne pourra déboucher que sur un nouveau conflit, déclarant « vous êtes en train de mettre en place les conditions d’une nouvelle guerre en essayant d’étouffer l’Allemagne, et en lui faisant porter toute la responsabilité du conflit ».

Il avait compris que les réparations demandées étaient plus que ce que les allemands pouvaient payer, amenant inévitablement la misère du pays, mettant en place une « machine à étouffer le pays  » avec les conséquences que l’on sait aujourd’hui : l’arrivée d’Hitler.

Il va d’ailleurs en écrire un livre : « les conséquences économiques de la paix  », livre qui va devenir par la suite quasi un best-seller, lui assurant ainsi une notoriété mondiale.

Extrait : « la politique qui consisterait a réduire à la servitude une génération d’allemands, a abaissé le niveau de vie de millions d’êtres humains, et a privé de bonheur une nation toute entière, serait odieuse et abominable, et elle le serait même si elle nous permettait de nous enrichir, même si elle ne semait pas la ruine de toute vie civilisée en Europe (…) et la justice n’est pas autorisée à faire retomber sur les enfants de l’ennemi les crimes de leurs parents ou de leurs maîtres ».

A la suite de sa décision, il va devenir un enseignant pour le moins original, refusant d’être salarié, venant de temps en temps faire ses cours, suivant les travaux de quelques élèves, et parallèlement, il sera autant journaliste, que spéculateur, afin de gagner sa vie.

Sa grande découverte, c’est d’affirmer, après avoir découvert, et rencontré Freud, que le fondement de l’économie c’est avant tout la psychologie.

Garder l’argent, l’accumulation, l’épargne, c’est quelque chose qui, d’après Freud, renvoie à l’enfance, et Keynes reprend ce concept, en y ajoutant celui de Midas, qui veut que « trop de désir d’argent peut conduire à la mort  », (lien) en ajoutant que le rentier, c’est celui qui est en train de nous tuer, en accumulant l’argent et asphyxiant ainsi l’économie.

Keynes va opposer la macro-économie et la micro économie, celle qui est l’addition de micro décisions prises des individus, à l’échelle d’un marché précis, limité, expliquant que cette micro-économie, ce sont de petits détails, à l’opposé de la macro économie qui est l’étude de l’économie à l’échelle d’un pays, mettant au devant de la scène l’état lui-même, lequel ne se substitue pas aux investisseurs habituels, mais vient donner l’impulsion nécessaire au développement d’un pays, capable d’intervenir lors d’une crise par exemple. lien

Keynes bat aussi en brèche le « sophisme de la vitre cassée » : un gamin casse une vitre, et va donc involontairement donner du travail à un vitrier, sauf que creuser un trou et le reboucher n’est pas productif et que l’argent qui a servi à la réparation de la vitre aurait pu permettre l’achat, par exemple, d’une paire de chaussures. lien

A une autre échelle, une guerre va provoquer plus tard une reconstruction, amenant de la croissance, sauf que l’on ne fait que reconstruire ce qui avait été détruit, procurant ainsi un progrès illusoire.

Il défend une espèce de morale esthétisante en disant, il ne s’agit pas de « donner de l’argent aux pauvres  » mais pour faire fonctionner l’économie, il est rationnel de donner de l’argent à ceux qui ont besoin de consommer, au lieu d’épargner et de spéculer, et il faut verrouiller la spéculation afin de maitriser l’économie, puis la faire passer au second plan, afin qu’on puisse parler de beauté et d’amour.

Que penserait-il aujourd’hui de ceux qui réclament l’instauration d’un logique R.U. (revenu universel) ? lien

Il est prémonitoire en quelque sorte du concept de Léon Paul Fargues et de son « droit à la paresse  », ou de Paul Ariès, promoteur de la décroissance. lien

Keynes pense que les hommes seront meilleurs « s’ils sont dans la beauté », s’ils ont accès à la culture et que dans ce cas, ils seront moins tentés par l’accumulation.

Il défend aussi l’idée que les hommes ne doivent pas trop travailler, et que le progrès technique devrait pouvoir leur libérer du temps libre pour les loisirs et la culture, prophétisant que cela se arrivera dans les années 2020/2030.

Nombreux sont ceux qui aujourd’hui demandent à ce que l’argent gagné par les machines, les robots, chers à Asimov, soient redistribué aux travailleurs remplacés par ceux-ci.

Certains s’interrogent encore aujourd'hui sur l’opportunité des machines, et proposent même un retour en arrière, puisqu’il y a eu, et il y aura peut-être encore, des « briseurs de machines », ceux évoqués par François Jarrige, dans son livre « au temps des tueuses de bras  ». lien

Dès 1800, sous la houlette d’un certain Ned Luddham, un mouvement, baptisé le luddisme, poussa des ouvriers à casser des machines, (lien), ce qui n’empêche pas Joanna Pomian, dans son reportage subjectif, de prendre le contrepied, évoquant le cas de Ferrari, le célèbre constructeur de voitures, affirmant que jamais un robot, dans ce domaine d’excellence, ne pourra remplacer la machine. lien

D’autres pensent que nous sommes devenus des robots, ce que l’on pourrait accepter en regardant cette vidéo, ou lorsque l’on voit un robot officialiser l’union d’un couple de japonais, découvrant à quel point les machines repoussent les limites des attributions humaines. lien

Mais revenons à Keynes.

Il n’aime pas la société dans laquelle il vit, car justement, elle ne produit pas de la beauté.

Il va d’ailleurs participer activement à en faire la promotion en faisant connaitre les peintres français dans son pays.

Favorable d’abord à l’étalon or, il va abandonner cette idée, pensant que cela ralentit la croissance, et devant la crise financière de 1930 qui menace l’Europe, et la guerre qu’il sent poindre, il va défendre le concept d’une monnaie étalon internationale qu’il va appeler le « bancor » et qui ne serait surtout pas le dollar.

Il ne sera pas écouté, et ce sont les USA qui imposeront leur loi, lors des accords de Bretton Woods, même s’il obtiendra quand même la création d’un fond monétaire international. lien

Mais cette macro économie voulue par Keynes, si elle existe aujourd’hui, a connu les dérapages que l’on sait, avec la mondialisation, le chômage et l’inflation dont Keynes pensait à tort que l’un excluait l’autre, avec son lot de paradis fiscaux, qui aujourd’hui dominent en grande partie la finance, avec aussi la « revanche des créanciers  », lesquels ont imposé la libéralisation, et la spéculation qui va avec.

L’émission complète est sur ce lien.

Dans le droit fil de la pensée Keynésienne, un prix Nobel d’économie, Paul Krugman vient de donner, pour la modique somme de 485 € par personne, une conférence qu’il a conclu par cette phrase cruelle à l’adresse des « experts » de la finance venus l’écouter : « le bon sens ne s’applique plus dans un monde où la vertu est devenue un vice et la prudence, une folie ».

Comme dit mon vieil ami africain : « à quoi ça sert à rien de devenir l’homme le plus riche du cimetière  ? ».

L’image illustrant l’article provient de « philippulus.daily-bourse.fr »

Olivier Cabanel

Articles anciens :

Garçon, l’addition

Monsieur 30%

Nous étions au bord du gouffre

Les bourgeois de P alais

Salauds de pauvres

L’homme jetable

L’Attila de la république

Travailler ? moi jamais !

Le travail est mort, vive la paresse

Liposuccion pour la Grèce

Que les gros salaires lèvent le doigt

Et si la crise ne faisait que commencer

Capitalisme, l’impossible moralisation

Le BNB, bonheur national brut

Le jour ou le capitalisme s’arrêta

Communisme ou capitalisme

Un travail mal partagé

Et devant nous il y a un mur

Travailler rend-il malade ?

L’argent ne fait peut-être pas le malheur, mais il y contribue


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

112 réactions à cet article    


  • eric 10 février 2012 09:24

    On progresse nettement ! Quand la gauche écolo se rattrape aux branche des penseurs économiques libéraux ( voir la vie de Keynes) on peut dire qu’on va dans le bon sens.

    Pas tellement sur le plan économique. L’incompréhension reste forte. Keynes préconise moins la « relance par l’État » qu’une politique contra-cyclique de l’État.

    Mais ce n’est pas le plus important. Tout l’article est une découverte que des penseurs libéraux, de droite, peuvent être des êtres humains, bourrés de contradictions, amoureux du beau, créatifs, imaginatifs, généreux, lucides.
    Quand on en est a encenser un type qui pensait que la spéculation était aussi honorable que l’entrepreneuriat, on est pas loin de considérer que même les banquiers peuvent être des êtres humains.
    De là à découvrir qu’avec des gens ayant des opinions politiques différentes, des dialogues et des compromis sont possibles autant que des conflits existentiels, il n’y a qu’un pas.

    Timidement, progressivement, en pointillé, sous le couvert d’un Freudisme qui est devenu plus encore que le marxisme, pour les gauches, la pensée justificatrice leur permettant de continuer à s’illusionner sur une éventuelle supériorité intellectuelle, c’est bien une gauche enfin libérée de ses prurits anti-démocratique qui est en train d’apparaitre laborieusement...


    • penajouir penajouir 10 février 2012 09:48

      des penseurs libéraux, de droite, peuvent être des êtres humains, bourrés de contradictions, amoureux du beau, créatifs, imaginatifs, généreux, lucides. Même les banquiers peuvent être des êtres humains.

      Putain que c’est beau, on dirait du BHL ! Ca donne envie de chialer ! T’as raison Riton, on en parlera à tout les chômeurs, les SDF qui le sont grâce à la politique de ces hommes au grand cœur ! Franchement écrire des conneries pareilles, ça fait pitié, quel mépris pour la vérité et l’intelligence !


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 2012 10:00

      eric

      c’est vrai que j’aurais du mentionner Marx qui était aussi un économiste novateur, dont Keynes disait pas mal de bien...
      je crois que c’est d’ailleurs évoqué dans l’émission : Marx et Freud étaient les deux inspirateurs de Keynes, 
      ceci expliquant cela.
       smiley
      merci de votre commentaire

    • amiaplacidus amiaplacidus 10 février 2012 10:22

      Olivier, je crois que tu oublies aussi l’un des économistes qui a prolongé Kaynes dans une optique « de gauche » : John Kenneth Galbraith (http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Kenneth_Galbraith). Ses ouvrages sont passionnant.

      Son fils, James Kenneth Galbraith (http://fr.wikipedia.org/wiki/James_K._Galbraith) n’est pas mal du tout non plus.


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 2012 11:04

      amiaplacidus

      oui, c’est vrai,
      je voulais en évoquer pas mal d’autres, mais pour ne pas allonger l’article, je m’en suis tenu à Keynes.
      merci de votre commentaire.
       smiley

    • eric 10 février 2012 17:11

      A penajouir, bon, un peu usant, mais la lutte pour l’esprit est un éternel recommencement.... ! Vous êtes un tartuffe hypocrite. Vous ignorez visiblement tout des SDF, les vrais, dont tous les gens qui s’en sont occupé vous diront comme moi que c’est d’abord un public de gens déstabilisé psychologiquement avant de l’être économiquement. Que leur situation dépend moins d’une politique économique ou d’une autre que d’une approche humaine mais aussi souvent presque thérapeutique complexe. SI la crise économique n’arrange rien, leur problèmes sont en général« sociétaux » avant d’être « sociaux »
      Du reste, ce n’est pas étonnant, sur le terrain, on voit s’occuper d’eux l’armée du salut les Emaüs et le secours catholique. Là vous avez des excuses par ce que tous le monde n’a pas la vocation ou la compétence pour faire quelque chose. En revanche en instrumentalisant leurs souffrances dans des buts exclusivement politiciens, vous vous livrez à une instrumentalisation dont il faut bien dire qu’elle est peu ragoutante....

      Pour les chômeurs, c’est en réalité pareil, puisque nombre de nos voisins anglo saxon sont a peut prêt revenus au plein emploi grâce a des méthodes libérales. Là différence, c’est que là, c’est politique. Les chômeurs peuvent choisir en votant entre une hausse des impôts des dépenses publiques et des fonctionnaires ou une tentative de redonner de l’argent aux travailleurs.
      Vous n’avez qu’a retirer de la catégorie ouvriers ceux qui appartiennent à la fonction publique, de regarder les intentions de vote FN au sein de ceux qui restent pour avoir une idée un peu plus précise de ce que pense au fond ces catégories des politiques économiques de gauche...

      La vérité, l’intelligence ? C’est subjectif. La démocratie, on y voit plus clair. Aujourd’hui ; vous avez « le peuple » contre vous. En revanche, BHL lui, il est clairement à gauche.....


    • thepouet 11 février 2012 04:09

      Vous voulez vous armer pour démasquer, le monétarisme à la Keynes et ses ravages ?
      C’est ici  !

      extrait (section IV) :

      « Néanmoins, la théorie de la production conçue comme un tout, qui est ce que ce livre cherche à développer, convient beaucoup mieux aux conditions d’un État totalitaire que la théorie de la production et de la distribution de richesses produites dans les conditions de la concurrence libre et d’une large dose de laissez-faire. La théorie des lois psychologiques mettant en correspondance la consommation et l’épargne, l’influence des crédits sur les prix et les salaires réels, le rôle joué par le taux d’intérêt : ceux-ci restent les ingrédients nécessaires de notre schéma de pensée. »

      John Maynard Keynes, préface à l’édition allemande de la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, 7 septembre 1936.

       smiley  smiley  smiley

      Tiens, tiens, intriguant, non ? Si ça peut inciter quelques-uns à creuser le sujet ...  smiley



    • Marco07 10 février 2012 09:31

      Bonjour Olivier.


      Je suis profondément inquiet.
      Qu’est-il advenu de votre Corinne PY ?! J’espère que vous ne l’avez pas licencié.
      J’attends le prochain article sur Friedman avec impatience !


      Sinon (je sais que ce sujet vous tiens à coeur) les US ont donné le feu vert à la construction de 2 réacteur, ça n’était pas arrivé depuis 1978 !


      • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 2012 10:03

        Marco sancho7

        rassurez vous, elle va bien.
        le prochain sera sur l’école...un sur le nucléaire va vous énerver, sans doutes, 
        et puis il y aura quelques surprises.
         smiley
        pour les réacteurs nucléaires, ne croyez pas tout ce que vous lisez.
        vous devez savoir comme moi que dans ce domaine, la désinformation est souvent la règle.
         smiley

      • Marco07 10 février 2012 10:11
        rassurez vous, elle va bien.
        Ouf.


        le prochain sera sur l’école...
        J’espère que pour une fois, ça ira au delà de la propagande droite-gauche sur le sujet...

        pour les réacteurs nucléaires, ne croyez pas tout ce que vous lisez.
        vous devez savoir comme moi que dans ce domaine, la désinformation est souvent la règle.
        Là il s’agit juste d’un feu vert accordé à la construction de 2 réacteurs....

      • Marco07 10 février 2012 10:13
        et puis il y aura quelques surprises.
        Comme d’habitude vous allez cacher des grosses bourdes avec comme solution les liens que vous donnez pour voir qui lit réellement vos articles, liens et commentaires ?!

        Quel joueur !

         smiley

      • joletaxi 10 février 2012 10:36

        amis de l’enclume, bonjour
        bonjour Marco

        marco, le mage a raison, vous vous laissez bercer par vos illusions, et la machine à désinformer de l’empire marche à plein régime,la preuve

        http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/02/08/20002-20120208ARTFIG00663-l-allemagne-reactive-des-centrales-nucleaires.php

        Si Mélanschow est élu, il va ouvrir un goulag(oups un camps de vacances) pour tous ces suppôts du complot judeomaçonnicalibéraletcosmopolite.

        je n’ai pas lu l’article, mais si le prophète abandonne ^sa recherche de coriums et de morts à Fuku, pour faire dans analyses économiques, on est mal barré.

        Toujours zéro mort à Fuku, cela devient angoissant


      • Marco07 10 février 2012 10:48

        Bonjour Jo !


        Si Mélanschow est élu, il va ouvrir un goulag(oups un camps de vacances) pour tous ces suppôts du complot judeomaçonnicalibéraletcosmopolite.
        Petite vidéo intéressant qui révèle bien les traits du personnage...

        Au delà des questions, c’est assez intéressant de voir sa réaction.


      • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 2012 10:51

        marco sancho7

        non, pas du tout,
        je vais faire un article en diagonale,
        comme vous avez pris l’habitude de lire de cette manière, ça va vous faciliter la vie.
        vous
           avoir
             compris ?
                        vous
          m’étonnerez
            toujours
         smiley

      • joletaxi 10 février 2012 11:20

        c’est très curieux de vous voir répéter en boucle des commentaires sur les morts de Fuku, et qui n’ont strictement rien à voir avec une quelconque contamination.

        Concernant la contamination de la chaîne alimentaire,les autorités sont très attentives sur ce sujet.
        On a découvert que des vers de terre avaient des taux de césium hors norme, faisant craindre une dissémination dans les chaîne alimentaire.
        Tout cela pose des problèmes, pas des morts.
        le froid lui tue, et la précarité énergétique encore plus.
        Il est donc logique que l’on appelle de ses voeux le renchérissement de l’énergie, au grand profit des acteurs du secteur(cf les bénefices en hausse de total par exemple) car le paiement des pensions des survivants en dépend

        quelle enclume, quel charlot, on ne peut s’en passer


      • Marco07 10 février 2012 11:24

        Heureux que vous ayez repris la mise en page que j’avais essayé pour voir si ça affectais votre compréhension. ( http://goo.gl/3HgkW ) -ça prouve que votre mémoire fonctionne, peut-être partiellement, mais fonctionne-

        Malheureusement dans votre cas, j’ai abandonné cette mise en page car je pense avoir trouvé la cause du problème. Elle se situe juste derrière vos yeux. (non Olivier, je ne parle pas des nerfs optiques)

        Je réitère, l’article que je vous cite est juste une autorisation qui a été donné pour 2 réacteurs nouveaux.... Si il y a désinformation, dites-moi où !

      • Marco07 10 février 2012 11:30

        Merci Jo pour ce commentaire que je partage.


        La précarité énergétique progresse à grand pas.... Mais c’est un sujet relativement tabou chez les verts.

      • Marco07 10 février 2012 11:35

        J’ai envie de dire une Olivierberation.

        Si les pauvres ont du mal à payer leurs factures énergétique, qu’ils améliorent l’isolation et les modes de chauffage de leurs logements, ça leur fera faire des économies... Et si ils ont du mal à payer l’essence, qu’ils s’achètent des voitures écologiques, les dernières consomment peu.

      • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 2012 16:25

        marco sancho 7

        sauf que vous regardez toujours par le petit bout de la lorgnette
        un gouvernement aurait tout à gagner à lancer un grand chantier national sur l’isolation,
        d’une part ça donnerait du boulot à des milliers de français,
        et ça permettrait d’économiser jusqu’à 80% sur la facture de chauffage
        et puis surtout arrêter l’erreur énorme du chauffage électrique.
         smiley

      • Marco07 10 février 2012 17:13

        Financé par qui, comment et à charge de qui...

        Les propriétaires ? Augmentation des loyers.... Subventions ? Comme ça l’état verse une partie pour l’isolation, tout en sachant que les bâtiments loués gagnent en valeur -sur le dos de tous, comme c’est les deniers de l’état- ?


        Toujours intéressant de savoir comment, et sous quelles conditions vous financez ça.
        Les pires logements sont du locatif...

      • latitude zéro 10 février 2012 23:03

        Je réitère, l’article que je vous cite est juste une autorisation qui a été donné pour 2 réacteurs nouveaux.... Si il y a désinformation, dites-moi où !

        La caricature de la désinformation pronuc.

        Réactiver une centrale nucléaire , ridicule !

        C’est des centrales à charbons charlot,. !!


      • latitude zéro 10 février 2012 23:14

        Ach ! pétite erreur de copier collé au dessus

        Fallait lire que l’info concernant la réactivation de 2 centrales nucléaire en Allemagne, repris par tous les journaux pronuc emportés par leur enthousiasme est FAUSSE
        Ce sont des centrales à charbons.


      • Marco07 10 février 2012 23:29

        Charlot ? Les US parlent de construire 2 réacteurs nucléaires au charbon ?


        Je vous retourne le compliment.

      • Marco07 10 février 2012 23:33
        Les autorités fédérales américaines ont autorisé jeudi pour la première fois depuis 1978 la construction de nouveaux réacteurs nucléaires aux Etats-Unis.

        La Commission de régulation du nucléaire (NRC) a approuvé lors d’une session diffusée en ligne une résolution autorisant « la construction et la mise en service des réacteurs trois et quatre de Vogtle ».

        Cette centrale nucléaire située en Georgie (Sud-Est) est exploitée par la société Southern Nuclear, qui avait déposé auprès de la NRC une demande d’extension en mars 2008....


        Du charbon ?!

      • Marco07 10 février 2012 10:26
        En parlant économistes.

         Pourquoi Dieu a-t-il créé l’Economie ? Pour que les prévisions de la météorologie soient prises au sérieux.

        • gaijin gaijin 10 février 2012 10:36

          celle là est bonne smiley
          vous nous en sortez a peut près une par article d’olivier
          peut être devriez vous vous limiter a celle là smiley smiley


        • Marco07 10 février 2012 10:43

          Sur cette page il y a une compilation de classiques


        • Gonzague Gonzague 10 février 2012 10:41

          Premier point : « Comme dit mon vieil ami africain : « à quoi ça sert à rien de devenir l’homme le plus riche du cimetière  ? ». »

          Rassurez-moi, votre ami africain n’est pas francophone ? « A quoi ça sert à rien ? » sonne un tantinet bizarre.

          Second point :« Cet homme étrange, ne se levant que rarement avant midi, économiste intuitif, était-il le premier décroissant ? »
          Non, Olivier, non. Le premier décroissant s’appelait  Franjo Đura Kolčić Фрањо Ђура Колчић, il était plus ou moins Serbe et participa activement au siège de Vienne en 1683 Lien

          Afin récompenser le noble pour son courage devant les lignes ennemies et le féliciter pour la somme d’informations essentielles qui permirent de stopper les poussées ottomanes, il recut des sacs de café, qu’il décida de moudre (le café, pas les sacs) et de servir avec des petites pâtisseries qu’il avait commandées au boulanger du coin. Lien


          • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 2012 10:57

            Gonzagues

            merci d’avoir relevé cette bourde
            mon vieil ami africain me prie de rectifier :
            « à quoi ça sert de devenir l’homme le plus riche du cimetière »
            mais je suis sur que vous aviez rectifié.
            merci pour l’info concernant ce Serbe que j’ai découvert avec plaisir.
            dites, le café, il l’a reçu vert ?
            si c’est le cas, il a du le torréfier, et proposer ainsi un café superbe !
            comme chacun sait, l’idéal est de l’acheter vert, de le torréfier, de le moudre et de le faire juste après.
            ne jamais acheter du café déjà moulu : en quelques minutes, la plus grande partie de son arôme s’est évacuée.

          • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 2012 13:15

            orion

            je suis d’ailleurs étonné du silence (ou ais-je mal lu ?) des différents candidats sur le sujet.
            a part Hollande qui préconise de ne pas dépasser un rapport de 0 à 20 entre les bas et les hauts salaires, mais uniquement dans la fonction publique (pourquoi ne pas l’élargir au privé ?), et Mélenchon qui semble plus déterminé sur le sujet , le R.U. n’est pas, pour l’instant la tasse de thé des candidats,
            à part ce qui se prépare avec l’ACTA, le dernier Marianne mérite le détour.
            sous le titre « ces menteurs qui nous gouvernent », un tableau cruel et précis des dégats commis par le nimpérial président est proposé aux lecteurs.
            aujourd’hui, sous l’impulsion de Guéant et d’autres, le petit président droitise son discours,
            il imagine peut-être que le pen n’aura pas ses signatures, et espère bien en récolter les fruits, 
            mauvais calcul, car après avoir constaté le siphonage de leurs voix en 2007, je doute que l’électeur frontiste donne ses voix à l’autocrate président.
            il en est réduit à proposer des référendums sur des sujets mineurs...juste pour diviser un peu plus les français.
            pas sur que cette mayonnaise indigeste soit du gout de tous.
            en tout cas, merci de ton commentaire.
            a part ça, quid de cette centrale nucléaire qui vient de fermer sans la moindre explication ?
            toutes les infos seront les bienvenues.
             smiley

          • Frabri 10 février 2012 11:54

            était-il le premier décroissant ?

            Non car les décroissant-te-s veulent « sortir de l’économie »

            http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/sde-n2.pdf

            Il était en plein dans l’économie et l’économisme est un moteur de la croissance avec le productivisme et le consommationnisme.


            • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 2012 13:16

              Frabri

              à première vue, on pourrait être d’accord,
              mais avec un peu de recul, n’est-ce pas faire un pas vers la décroissance que de considérer que le travail n’est pas une finalité ?
              ce que défendait à sa manière Keynes.


            • Marco07 10 février 2012 12:10

              @tous

              L’Afrique attaque Miami !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès