Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Krugman et Stiglitz votent non au plan irresponsable de la troïka

Krugman et Stiglitz votent non au plan irresponsable de la troïka

C’est un renfort de poids pour s’opposer à ceux qui dénoncent hâtivement l’irresponsabilité de la Grèce. Paul Krugman et Joseph Stiglitz, deux Prix Nobel d’économie* récents, ont pris clairement et fermement position en faveur d’Alexis Tsipras et appellent même à voter « non » dimanche !

 
Les créanciers sont les irresponsables !
 
Quand un tel jugement est porté par deux prix Nobel d’économie* récents et modérés, cela doit amener à questionner l’histoire racontée par les euro austéritaires. Paul Krugman pense qu’il vaut mieux que la Grèce quitte l’euro plutôt que de continuer les politiques d’austérité entamées il y a 5 ans. Pour lui, « la dévaluation ne pourrait pas créer beaucoup plus de chaos que ce qui existe déjà et permettrait une éventuelle reprise, comme cela a eu souvent lieu dans bien des endroits », notant que l’histoire ne plaide pas pour un maintien dans la zone euro. Pour lui, « la troïka a sciemment fait à Tsipras une offre qu’il ne pouvait pas accepter. L’ultimatum était en fait un pas pour remplacer le gouvernement  ».
 
Pour Stiglitz, « il est surprenant que la troïka ait refusé d’accepter la responsabilité (de la dépression) ou d’admettre à quel point ses prévisions et ses modèles ont été mauvais. Mais ce qui est encore plus suprenant est que les dirigeants européens n’aient même pas appris. La troïka demande toujours à la Grèce d’atteindre un excédent primaire de 3,5% du PIB en 2008  », soulignant le risque que le pays reste en dépression. Il note aussi que « pour transformer un grand déficit en un excédent, peu de pays ont atteint ce que les Grecs ont atteint ces cinq dernières années, même si le coût en terme de souffrances humaines a été extrêmement élevé », et que cela a surtout servi à protéger les banques.
 
Une condamnation sans appel de l’UE
 
Il se demande « pourquoi les dirigeants de l’UE résistent au référendum et refusent même d’étendre de quelques jours le délai du 30 juin pour le paiement au FMI. L’Europe n’est-elle un projet démocratique ?  ». Cruel, il poursuit en soulignant que l’euro « n’a jamais été un projet très démocratique  ». Franchissant un cap sur l’euro, il note que les Suédois « ont compris que le chômage monterait si la politique monétaire du pays était fixée par une banque centrale ne se préoccupant que d’inflation (et qu’il y aurait également une attention insuffisante sur la stabilité financière  ». Joseph Stiglitz dénonce des comportements qui sont « l’antithèse de la démocratie », avant de conclure contre le « oui ».
 
Ce énième chapitre de la crise Grecque entamée il y a plus de cinq ans, démontre que cette construction monétaire est tellement dysfonctionnelle que cinq longues années de souffrance d’un pays et des milliards ne permettent pas d’en sortir. Ce faisant, cela pousse des économistes respectés et honorés à devenir de plus en plus critiques sur cette monnaie unique et la forme actuelle du projet européen. Dans son dernier livre, Paul Krugman avait été très critique sur l’euro, mais sans aller jusqu’à recommander d’en sortir, pas qu’il franchit aujourd’hui. Et Joseph Stiglitz tient également des propos de plus en plus dur à l’égard de l’UE, en soulignant notamment son caractère profondément antidémocratique.
 
Ce qui est intéressant ici, c’est qu’avec le soutien de ces deux prix Nobel d’économie*, cela montre que le camp de la raison est du côté du « non » pour le référendum de dimanche en Grèce. Le plan proposé par la troïka est aussi déraisonnable qu’irresponsable et il faut le refuser.
 
* : prix de la banque royale de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, seul « prix Nobel » qui ne vient pas du testament de ce dernier, mais qui est décerné selon les mêmes règles

Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • jako jako 3 juillet 2015 15:05

    Que des hommes sans pouvoirs, ceux qui l’ont (le pouvoir) pensent l’inverse, c’est cela LE problème.


    • Jeff84 3 juillet 2015 19:20

      Ce qui est bien avec ces deux ex-économistes, c’est qu’ils se plantent à chaque fois qu’ils font la moindre prédiction. C’est comme une boussole qui indique toujours le sud.

      Par exemple quand Krugman disait que la bulle des sub-primes était une bonne chose, et que même si elle éclatait, cela ne gagnerait jamais le reste de l’économie, j’ai su qu’il fallait tout liquider.
      Merci les guignols :D

      • Spartacus Spartacus 3 juillet 2015 19:34

        Les 2 seuls Nobel keynésiens parmi les dizaines de libéraux que les médias assistés et subventionnés ne citent jamais..


        C’est bien Krugman qui avait dit que l’austérité en grande Bretagne engendrerait du chômage et que la dépense publique de Hollande en France sortirait le pays de la crise ?

        Les keynésiens, ils créent les crises, et ne sont même pas capable de se remettre en cause.
        Trites gauchistes et souverainistes.

        Il est temps que la Grèce fasse faillite. Pour montrer au monde la faillite systémique des modèles Keynésiens.

        Vous croyez que le Nobel Français voterait « Non ». Sauf que lui n’est jamais interrogé par les médias de journalistes tous gauchistes.....Il ne dit pas ce qu’il faut entendre. 



        • leypanou 4 juillet 2015 11:24

          @Spartacus
          « Vous croyez que le Nobel Français voterait « Non ».Sauf que lui n’est jamais interrogé par les médias de journalistes tous gauchistes....  » : Spartacus vit sur Mars.

          A moins qu’il ne soit déjà atteint de ..., c’est quoi déjà,


        • Depositaire 3 juillet 2015 20:23

          Les commentaires sont curieux et même douteux. Au lieu d’analyser ce que disent ces deux économistes, ils ne commentent que pour critiquer ces deux personnes. Ce n’est pas parce qu’ils ont pu se tromper en certaines occasions qu’automatiquement ce qu’ils disent est faux ! C’est pourtant élémentaire à comprendre.

          Et en ce qui concerne la Grèce, il est évident qu’elle a tout à perdre en votant oui et en se soumettant à cette fameuse troïka, dont la malfaisance n’est plus à démontrer. La dette grecque a subit un audit exhaustif pour en déterminer sa légitimité, ou au moins la part de légitimité qu’elle pouvait avoir. Le verdict/constat est sans appel : Dette illégitime, illégale et odieuse !!! Selon le comité d’audit, elle ne devrait pas avoir à être remboursée.

          Je ne crois pas que la situation des grecs puisse être plus grave en quittant l’UE et l’euro qu’elle ne l’est aujourd’hui et le sera encore pire demain si les grecs votent « oui » au référendum. Martin Schultz a très bien résumé la situation : le gouvernement grec de Syriza doit démissionner et être remplacé par un gouvernement de technocrates qui s’assureront que la Grèce rembourse sa dette. Outre que cette dette est impossible à rembourser, donc que la Grèce sera mise sous tutelle pour une durée indéfinie et tant pis pour le peuple grec, le déni démocratique est tel qu’il faudrait être aveugle pour ne pas voir à quel point cette Europe est celle des banquiers et des multinationales et n’a jamais été celle des peuples. La sauvagerie manifeste de cette « troïka » est flagrante.

          Mais allons plus loin. Le Grèce ne serait-elle pas un laboratoire pour utiliser tous les moyens possibles imaginables pour réduire un pays à rien et en même temps montrer à tous les autres pays européens faites ce que l’on vous ordonnent de faire sinon vous subirez le même sort ?

          En réalité, ce n’est même pas une menace, c’est exactement la manifestation la plus évidente qui soit de ce qui attend tôt ou tard l’intégralité des pays européens. La dictature des banksters ! Et au-delà de l’Europe, c’est le monde entier qui est visé avec ce projet de Nouvel Ordre Mondial, que l’on devrait requalifier de « Nouveau chaos mondial » !

          N’attendons pas de la part de nos dirigeants qu’ils changent, ils sont complètement soumis à ce système qui sait bien les récompenser. Il faut se rappeler les propos d’un dirigeant américain disant que la manière de tenir « en laisse » les dirigeants européens est simple : un bon sac rempli de dollars !!! Difficile d’être plus clair. C’est à nous, le peuple de prendre notre destin en mains.

          Saurons-nous le faire, et sortir de cette campagne d’abrutissement faite par les médias et les politiciens aux ordres ? C’est toute la question.


          • Jeff84 3 juillet 2015 20:51

            @Depositaire
            Oui, je sais, Krugman ne se plantera pas cette fois-ci, même s’il se plante 100% du temps depuis 10 ans, comme « la prochaine fois le socialisme marchera », même s’il a foiré 100% du temps depuis 200 ans.

            Savez-vous ce qu’est la définition de la démence d’après Einstein ? C’est ça.

          • fg 3 juillet 2015 21:42

            Les commentaires sur la fiabilité des économistes sont assez comiques, dans ceux qui avaient prévu la crise de 2007 : il y a Keen qui a démontré l’inanité de la théorie néoclassique et un certain Varouflakis , bizarre le nom de cet économiste capable d’anticiper la crise de 2007 me dit quelque chose....


            • Spartacus Spartacus 4 juillet 2015 01:13

              @fg

              Celui qui avait prévu dans le détail et expliqué quelques années ce fut Ron Paul. 


              Le sénateur libéral du tee party

              Ecoutez son discourt dans cette vidéo. 
              Il indique que la crise viendra de Fanny Mae et Freddy Mac. EDIFFIANT.

            • Jeff84 4 juillet 2015 05:32

              @fg
              J’affirme que c’est faux, pour les deux. Prouvez-le avec un article ou une interview datant de bien avant la crise.


            • Jeff84 4 juillet 2015 05:54

              @Spartacus

              C’est le seul homme politique qui l’a prédit, mais il y a beaucoup d’économistes qui ont dit la même chose. Maix bon, comme ils sont tous de l’école autrichienne, on en parle pas. C’est le keynesianisme qui donne tous les pouvoirs à l’Etat, donc c’est la bonne doctrine, même si elle se plante tout le temps.

            • Pascal L 4 juillet 2015 13:18

              @Jeff84
              Pour Steve Keen, la première version de son livre « l’imposture économique » a été publié en 2000 juste avant l’explosion de la bulle Internet et l‘annonçait. Cette version n’a été éditée qu’en anglais (Debunking Economics) ce qui fait qu’elle n’est pas très connue par ici. Il a également publié un rapport mensuel sur la dette à partir de 2006 pour permettre l’anticipation de la crise de 2008. Pour l’historique détaillé et la prévision de la prochaine crise, vous pouvez lire son livre, maintenant en Français. Cela reste une lecture de référence, même si vous n’êtes pas d’accord.

              Pour les économistes néoclassiques, les crises de 2000 et 2008 étaient impossibles. Ils ont juste réajusté leurs modèles après chaque crise.

            • Jeff84 4 juillet 2015 17:20

              @Pascal L
              Donc son bouquin de 2000 ne prévoyait pas la crise de 2008, et rien dans ses rapport ne détaillait ce qui allait arriver exactement. Merci.


            • julius 1ER 4 juillet 2015 08:12

              il ne faut retenir qu’une chose de cette histoire .... on a privatisé la monnaie sous le fallacieux prétexte que les Etats s’endettaient énormément ...sic !!!!


              pour la France 1945 /1975... zéro dette publique ?????
                            1975/ 2015 .... 2000 milliards de Dette publique ?????

              pour beaucoup d’autres pays, même scénario .... alors donnons raison aux grecs de refuser le Diktat de la Troika ....

              • Jeff84 4 juillet 2015 10:13

                @julius 1ER
                Recherchez « Monopole d’émission monétaire » et évitez de vous couvrir de ridicule.


              • jean-pierre raymond 4 juillet 2015 10:45

                Dans la tragedie greque un élément très important est volontairement occulté, la dimension religieuse de ce pays très chretien, la passion de nos journalistes pour l’adoration du veau d’or en est certainement la cause, au moment où les oligarques bruxellois veulent faire abstraction de toutes les origines chrétiennes de l’Europe sur pièces et billets, l’ennemie déclaré est bien sûr la Gréce orthodoxe trop proche de moscou, tout est relié et forme un ensemble, c’est pour cette raison cachée que l’on voit les « satanistes » comme Mme Lagarde, Sarkosy etc. prendre des positions sous couvert de finance totalement intolérable vis à vis de ce pays, l’Allemagne si intransigeante doit à la Grece pour réparation de guerre plus de trois cent milliards d’ €, que ce pays n’a pas contesté, la chancelière à seulement dit qu’elle ne paierait pas (sic).
                Et l’on parle d’Europe de la paix et de la soldarité allons, nous ne sommes qu’au tout début du grand démentellement a moins que le fascisme refasse surface façon 1933 où Le Chancelier Hitler est remplacé par une « troïka », ce qui semble sur les rails.


                • Mac Naab 4 juillet 2015 11:49

                  @jean-pierre raymond

                  La Grèce trop proche de de Moscou parce qu’elle est orthodoxe... . Je me demande bien qu’elle pays l’EU finance et souhaite voir rentrer dans son giron. Ah oui l’Ukraine qui n’ai absolument pas de confession orthodoxe. D’ailleurs le il n’y a pas de patriarche à Kiev.

                  Concernant les symboles religieux, il n’y pas peut-être pas de croix, mais la couronne de 12 étoiles sur fond bleu est un symbole très utilisé dans l’art chrétien. En particulier dans les représentations de la vierge marie.

                  Vous savez le chiffre 12.... La perfection.... uniquement brisé par Juda (12 apôtres + jésus = 13)... non ?

                  Peut-être la bible alors :
                  Apocalypse selon saint jean : « Un signe grandiose apparut au ciel : c’est une femme ! Le soleil l’enveloppe, la lune est sous ses pieds, et douze étoiles couronnent sa tête »

                  Certes ce n’est pas le symbole le plus connu aujourd’hui. Mais bon combien de catholique en France ont lut leurs bibles ou ce sont intéressaient à la question de la symbolique chrétienne.


                • legrind legrind 4 juillet 2015 11:27

                  Qui sont Krugman et Stiglitz à coté d’Alain Minc, BHL, Bernard Guetta, Jean Quatremer ???
                  Non je déconne smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès