Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’amendement Marini sur les déductions fiscales des pertes en bourse (...)

L’amendement Marini sur les déductions fiscales des pertes en bourse : un scandale

 

Vu le tollé médiatique et politique que cela a créé, il y a peu de chances que la proposition de Mr Marini sur une défiscalisation des pertes en bourse liées à la crise, ne soit adoptée. Mais peu importe : ils ont osé ! Nous ne sommes plus dans la provocation, mais dans l’indécence la plus outrancière.

On touche vraiment du doigt l’imposture qu’a constitué l’élection de cette majorité et de ce gouvernement. Ils ont été élus en partie grâce à un discours qui prônait la réhabilitation du travail. Et qu’a-t-on eu à la place ? Un bouclier fiscal, un plan de sauvetage pour les banques puis pour les entreprises, et maintenant on discute d’une sorte d’assurance pour les petits actionnaires. Mais dans le même temps, rien sur les salaires ou le pouvoir d’achat, rien sur la protection des salariés menacés de licenciements. Bref aucune mesure susceptible de revaloriser le travail. Le contraire donc de ce qui était annoncé.

Alors oui, cet amendement ne passera pas. Mais ils ont essayé. C’est dire la déconnexion entre la réalité de ce que vivent les Français et toute une partie de notre classe politique. Parce que l’aide éventuelle que l’on apporterait à ceux qui ont perdu de l’argent dans la chute de la bourse va bien dans la logique même de la politique économique qui est la cause de la crise. On défend les revenus boursiers, ceux-là mêmes au nom desquels de nombreux licenciements sont annoncés, au détriment des revenus du travail et de l’emploi. Toutes les annonces faites par Mr Sarkozy depuis deux mois vont dans ce sens, à l’opposé de ses discours qui veulent mettre fin aux abus du capitalisme.

Mais, attention, l’exemple de la Grèce montre que le pouvoir est assis sur un volcan qui peut exploser n’importe quand.

En Grèce comme ici, les injustices économiques se sont combinées avec une politique répressive dirigée contre les plus pauvres. Il a fallu d’un incident pour que le pays s’embrase, mais, cela n’a rien à voir avec les émeutes françaises de l’automne 2005. En Grèce, il s’agit de la population estudiantine, par essence très politisée qui se révolte, et ce mouvement est accompagné de mouvements sociaux de forte ampleur. Il s’agit ici de la première expression populaire contre les injustices sociales de toutes sortes.

Il faut lire les réactions sur les forums de discussions un peu partout (il est encore plus intéressant d’aller sur les sites réputés à droite, comme LCI ou Le Figaro), pour se rendre compte de l’importance de la colère que provoque l’amendement Marini. Cette fois-ci, Fillon et son gouvernement arriveront peut-être à éteindre l’incendie, mais, les braises sont là.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 9 décembre 2008 11:57

    Bonjour,

    Vous rejoignez ma pensée. J’ai tout de suite mis en rapport les émeutes en Grèce et le scandale que pouvait représenter cet amendement, dans le contexte social de poudrière où nous sommes

    Et comme je le disais il y a peu, sacré tollé, comme forme d’opposition !


    • PtitLudo PtitLudo 9 décembre 2008 16:47

      Le fait qu’ils aient ne serai-ce que l’idée d’une telle mesure montre bien leur idéologie. Et quand bien même cet amendement sera mort-né, rassurons-nous, d’autres tout aussi ignobles passeront dans le brouillard médiatique.
      Mais je n’irai pleurer sur le sort de personne, on savait tout celà de longue date. Quant au fait que ça bouge en france je n’y crois pas. Les révoltes ne sont jamais venu du peuple mais de grands intellectuels capables de se dresser contre les dérives du pouvoir.
      Or de grands intellectuels, on peut toujours en chercher on n’en trouvera pas, j’entend par là quelqu’un de la trempe d’un Victor Hugo, d’un Zola.


      • TSS 9 décembre 2008 20:32

        c’est une posture du senateur UMP Marini pour permettre au gvt de jouer les redresseur de tort... !!


        • mike57 9 décembre 2008 23:25

          Or de grands intellectuels, on peut toujours en chercher on n’en trouvera pas, j’entend par là quelqu’un de la trempe d’un Victor Hugo, d’un Zola.

          Ou comme lui :

          Sans doute par l’effet de mon vieux sang normand, depuis la guerre d’Orient, je suis indigné contre l’Angleterre, indigné à en devenir Prussien ! Car enfin, que veut-elle ? Qui l’attaque ? Cette prétention de défendre l’Islamisme (qui est en soi une monstruosité) m’exaspère. Je demande, au nom de l’humanité, à ce qu’on broie la Pierre-Noire, pour en jeter les cendres au vent, à ce qu’on détruise La Mecque, et que l’on souille la tombe de Mahomet. Ce serait le moyen de démoraliser le Fanatisme.”
          (Gustave Flaubert / 1821-1880 / Lettre à Madame Roger des Genettes / 12 ou 19 janvier 1878)


          • christine.p christine.p 9 décembre 2008 23:49

             Cet homme est forrrrmidable !!! tous les jours il nous sort une proposition.
            Heureusement qu’il y a de plus en plus de pauvres, le manque à gagner pourra toujours être prélevé sur leur RMI ou leur RSA. !!
            Il va déjà en récupérer une autre partie sur les veuves et les femmes seules qui ont élevé des enfants et qui jusqu’à présent bénéficier d’une 1/2 part d’impôt en plus.
            Peut-être qu’il ira dans son désir de justice jusqu’à demander la suppression du Sénat. Alors ,là, a coup sûr on remplira les caisses de l’Etat.
            On peut toujours rêver.


            • Bobb 10 décembre 2008 15:33

              Hé oui ils ont osé ! Je suis d’accord avec vous ceci est un vrai scandale. Mais le Sénateur Marini en soif de reconnaissance n’en est pas resté là : il a fait voter l’abolition de la 1/2 part dont certaines personnes bénéficiaient, personnes qui risquent maintenant de payer des impôts, la redevance télévisuelle etc... Il est vraiment plus facile d’abolir des avantages fiscaux bénéficiant aux petites gens qu’aux riches.
              Ah aujoud’hui autre mauvaise nouvelle pour les pauvres et les moins pauvres qui se chauffent au gaz ! Vu la baisse très importante du baril de pétrole une baisse du prix du gaz aurait normalement dû se faire, et bien non, le gouvernement est tout heureux d’annoncer qu’il n’y aura pas d’augmentation pour cet hiver. Cela va faire chaud au coeur des dirigeants de GDF-SUEZ qui vont "engranger" des millions d’euros de bénéfices supplémentaires et voir le cours de l’action monter lors de la publication des prochains résultats.
              Chaque fois que le pétrole a augmenté le gaz a suivi à plus ou moins court terme....cherchez l"erreur !


              • max14z max14z 10 décembre 2008 17:58

                C’EST DU FOUTAGE DE GUEULE !!!!!!!!!!!!!!!!!
                Révillez vous et commencez a vous concertez entre vous, pour ensuite etre pret a militer !!!!!!!!!!!!!


                • gdm gdm 10 décembre 2008 22:42

                  Les pertes d’une année antérieure se soustraient du benefice dans une société commerciale. Ainsi les impots sont moindres pour une société que pour un particulier. Ce qui est permis pour les entreprises est interdit pour les particuliers. L’Etat montre une fois de plus qu’il préfère taxer les petits plutot que les gros.


                  • JJ il muratore JJ il muratore 11 décembre 2008 13:27

                    @ l’auteur. Oui vous avez raison cette proposition d’amendement Marini fait scandale. Une majorité de nos concitoyens ne peut l’admettre, car ils sont eux en difficulté. Un certain nombre de mesures déja prises par le gouvernement visent à réduire la fonction "Providence" de l’Etat. Il est donc normal qu’une forte réaction de rejet se manifeste contre cet amendement. Il est donc une faute politique et en tant que tel ne peut passer.
                    Pour autant une telle mesure peut être bonne. Voici pourquoi.
                    1/Les entreprises françaises ont besoin, comme toutes les entreprises, d’investisseurs. La bourse sert à cela. (excepté si ce rôle est confié à l’Etat....mais bon, on va vu ce que cela donnait...)
                    2/Les investisseurs sont de deux types : soit des petits "boursicotteurs (ceux concernés par l’amendement Marini) soit des puissances finançières souvent internationales. Ces puissances financières (le capitalisme sans visage) détiennent déja 55% de nos entreprises.
                    3/ Mitterand a voulu dévellopper et a en parti réussi, l’investissement populaire, la France étant l’un des pays où il était le plus faible. D’ailleurs aujourd’hui de très nombreux salariés détiennent des actions de leur entreprise.
                    4/ Les petits épargnants qui avaient investi en bourse viennent de perdre entre 45 et 65% de leur épargne. Echaudés ils vont se retirer. Et que va-t’il se passer ? Le capitalisme "sans visage" va se précipiter et à prix cassés, va entrer au capital de nos entreprises.
                    Il faut savoir que tout actionnaire vote lors des conseils d’administration des entreprises où il est actionnaire. Ces petits "boursicotteurs" votaient traditionnellement contre des mesures de délocalisation par exemple ou celles qui mettaient en péril l’emploi.
                    Que vont faire les fonds de pension US, les capitaux Russes, ceux du Golfe Persique, les énormes capitaux Indiens ou Chinois etc ? Ayant "racheté" toutes ces entreprises ils vont les gérer pour en tirer un maximum de profits et ce sont les salariés qui vont en payer le prix.
                    Ces petits actionnaires soutenaient depuis des années des entreprises qui développaient des projets ayant besoin d’années de travail pour aboutir et cela sans gagner un centime. (Des petits labos de recherche pharmaceutique, technologies diverses etc..) Comment croyez vous qu’ils payaient leurs salariés, leurs fournisseurs depuis 5 ou 10 ans ? Avec l’argent investi par ces petits actionnaires.
                    Demain ces entreprises vont se tourner vers les capitaux sans visage qui prendront le pouvoir et tous les éventuels bénéfices.
                    L’amendement Marini visait à éviter cela en soutenant les petits épargnants par une réduction plafonnée d’impôts afin de soutenir un tissus d’entreprises et leurs salariés qui demain seront confrontés à la dureté d’autres investisseurs. Techniquement pas condamnable. Politiquement exécrable compte tenu du ’sentiment’ des citoyens pas assez éclairés sur les enjeux.
                    Bref, la "morale" et l’idéologie l’ont emporté, mais demain ce sont les salariés qui risquent d’avoir à le regetter.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès