Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’argent dette : un système de blanchiment de fausse monnaie 100% (...)

L’argent dette : un système de blanchiment de fausse monnaie 100% légal

Lorsque vous empruntez à votre banque 100.000 € pour acheter votre appartement, vous devenez le complice d’un système de blanchiment de fausse monnaie. Quand un État emprunte 100 milliards d’€uro, il devient lui aussi le complice des préteurs pour le compte de qui l’État blanchi 100 milliards d’€uros de fausse monnaie.

Argent dette

 

Ce billet est une vulgarisation que les experts financiers jugeront sans doute un peu superficielle. L’objectif est de sensibiliser le citoyen lambda de l’énormité de l’arnaque annoncée dans le titre, en dénonçant l’activité principale des banques qui consiste à mettre sur le marché de la fausse monnaie[1], puis de la mettre à la disposition de ses clients pour obtenir son blanchiment « sous contrat ».

Dit comme ça, beaucoup vont régir en affirmant que je dis n’importe quoi. Je vais tenter de vous expliquer ce que j’ai eu beaucoup de mal à croire, avant qu’un fonctionnaire international de la banque mondiale (repenti) parvienne à me démontrer que « l’argent dette n’existe pas concrètement », mais représente juste une somme à valoir sur un compte vide, qui se remplit au fur et à mesure des remboursements par l’emprunteur. Les empires financiers se sont construits grâce à ce système.

Il convient de dénoncer deux idées fausses communément répandues :

1. L’argent que vous déposez sur votre compte est en réalité un prêt que vous faites à votre banque. Celle-ci considère pourtant que c’est son argent, et elle en dispose sans vous demander votre consentement sur l’usage qu’elle en fait.

2. Ensuite, croire que la banque vous prête l’argent que d’autres clients ont déposé est la deuxième idée reçue à jeter à la poubelle : la banque ne possède pas dans ses coffres l’argent qu’elle vous prête. Elle vous prête de l’argent qui n’existe pas, et en vous faisant signer une reconnaissance de dette vous oblige à lui verser chaque mois la mensualité prévue au contrat de prêt. Vos versements enrichissent mois après mois la banque par de l’argent frais en monnaie sonnante et trébuchante.

Comment appeler autrement que « fausse monnaie » la somme d’argent que vous empruntez sous cette forme à votre banque ? Les experts rétorqueront que c’est parfaitement légal… Et ils auront raison : il s’agit bien d’une émission légale de fausse monnaie. Et comme chacun y retrouve son compte, si j’ose dire, ce système est devenu la poule aux œufs d’or, surtout pour les prêteurs, bien plus que pour les emprunteurs.

L’État à besoin de 100 milliards d’Euros ? Pas de problème, la banque fait signer à l’État une reconnaissance de dette de 100 milliards d’Euros. Cette simple signature rend instantanément la banque plus riche de 100 milliards d’Euros. Et l’État présente à ses créanciers la lettre de prêt signée par la banque en garantie de ses créances. L’organisation des banques étant en réseau centralisé, il se crée un système de compensation interbanques, où circule ainsi la fausse monnaie émise par chaque banque.

La mondialisation économique et surtout financière a interconnecté les acteurs financiers dans des systèmes bancaires centralisés à l’échelle de la planète. En Europe, avant la création de l’€uro chaque État possédait sa « banque centrale ». Pour la France c’était la Banque de France. Aujourd’hui, l’instauration de la banque européenne a privé les États de leur souveraineté monétaire.

Pour que la pilule soit moins indigeste, les gangsters de la finance nous ont vendu une Europe des peuples, de la libre circulation des citoyens, dans une perspective de paix, bref une idée dont la face visible nous a plus ou moins tous séduits au départ. En revanche, la face cachée de cette « fédéralisation » européenne nous est apparue plus tard, quand les citoyens ont pris conscience que la souveraineté nationale avait été confisquée ; quand nous avons compris que la démocratie avait perdu son véritable sens, la plupart de nos lois étant dictées par Bruxelles. Nous devons maintenant réaliser que notre destin, celui des peuples, est tombé entre les mains des gangsters de la finance désormais investis des pleins pouvoirs.

La première étape pour rétablir une démocratie en France est de sortir de toute urgence de l’Europe et de l’€uro. Ce qui nous permettra de retrouver notre souveraineté nationale en même temps que la souveraineté de notre monnaie. La banque de France sera réhabilitée pour émettre la monnaie sur notre territoire, sans en passer par les fourches caudines des banksters et autres mafias internationales de la finance.

La question « d’où vient l’argent » s’est imposée à moi en 2008 quand le gouvernement a décidé le renflouement des banques : comment un État endetté jusqu’au coup peut-il renflouer les banques, me suis demandé ? Qui donc peut, au plus tragique de cette crise financière, apporter de l’argent à l’État pour ce renflouement ? Existerait-il quelque part un gisement d’argent, un trésor caché, dont le généreux propriétaire va puiser dedans pour permettre à l’État de donner cet argent aux banques dont les coffres sont vides ? Bien sûr que non.

La réponse était tellement époustouflante que je ne pouvais pas me résoudre à y croire : l’État fait un emprunt pour renflouer les banques… C’est alors que l’expert repenti de la banque mondiale m’a dévoilé le système. Il m’a expliqué comment les banques, les poches vides et au bord de la faillite, prêtent à l’État l’argent nécessaire à leur renflouement.

La formulation officielle se décline ainsi :

Une structure dédiée appelée « caisse de refinancement des établissements de crédit » va lever de l'argent sur les marchés financiers, dans le but de le prêter aux banques

L’image du chasseur qui lève le gibier est imparable. Reste à préciser ce qu’on entend par l’expression les marchés financiers : les banques, dont l’ensemble forme l’industrie bancaire, monstre polymorphe de la finance, mafia internationale au service des élites sur le dos des peuples. 

En faisant signer à l’État français (c’est à dire nous, le peuple) une reconnaissance de dette de 320 milliards d’€uros, l’industrie bancaire remplit instantanément ses coffres de ce montant, en fausse monnaie.

Par expérience, je sais que cette notion d’argent dette heurte les esprits sceptiques, comme cela fut le cas pour moi au début de ma rencontre insolite avec cette époustouflante carambouille. Si, comme moi, vous avez la patience et le courage de creuser ce concept de l’argent dette, je vous invite à visionner les vidéos de Paul Grignon et de John Perkins. Une ou deux heures de vidéos valent souvent mieux que des pages de lecture.

Vidéo 1 = L’argent dette - Considérations historiques (52 min)

Vidéo 2 = L’argent dette - Promesses chimériques (52 min)

Vidéo 3 = Confessions d'un assassin financier - John Perkins (19 min)

 


[1] L’expression fausse monnaie n’est pas à prendre ici dans un sens strict de fabrication de faux billet, mais comme l’action de fabriquer de la monnaie sous la forme d’une écriture comptable 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Bur K Bur K 20 avril 2013 11:56

    durae.leges.sed.leges (---.---.---.174) 20 avril 07:58

    Merci pour vos liens qui apportent des compléments forts utiles à la compréhension du sujet.

    Par ce système d’emprunt et l’argent dette, les banques sont en mesure de s’approprier les richesses en octroyant un prêt que l’emprunteur ne sera pas en mesure de rembourser : la banque, en toute légalité, saisit les biens de l’emprunteur et en devient propriétaire. 

    Votre deuxième lien pointe l’arnaque de la professionnalisation de la politique, dénoncée très récemment ici par Christophe Burgeau : stoppons la professionnalisation politique. Son billet aurait mérité une audience beaucoup plus importante, mais sans doute trop peu de Français sont prêts aujourd’hui à renoncer à leur idole politique...

     

  • Bur K Bur K 20 avril 2013 12:13

    J’oubliais aussi cet excellent billet sur l’arnaque de la démocratie...

    Bonne journée smiley

  • Jerow 20 avril 2013 08:56

    L’auteur a compris tout à l’envers : le vrai argent, c’est celui que vous recevez sur votre compte bancaire, votre salaire par exemple. Cet argent, il est vrai parce qu’on peut le mettre sur un compte épargne et gagner des intérêts. 

    Par contre, le faux argent, c’est celui qui consiste en un bout de papier qu’on appelle billet. Celui qui a fabriqué ce billet a bien de la chance, parce que vous lui donnez votre vrai argent (celui qui est sur votre compte bancaire) contre ce bout de papier et c’est lui qui va le placer et gagner des intérêts. 

    C’est la banque centrale, un organisme public chargé de gérer la monnaie, qui fabrique ces bouts de papier. La banque centrale fabrique aussi du vrai argent (comme toutes les banques) en prêtant : l’argent de ce prêt peut être déposé sur un compte. Mais elle contrôle la quantité qu’ elle fabrique, car sinon cela fait de l’inflation. Pour la même raison la banque centrale contrôle aussi la quantité d’argent que les banques fabriquent, via un mécanisme compliqué qu’on appelle réserves obligatoires.

    • Bur K Bur K 20 avril 2013 12:29

      Pas mal, Jerow, pour un premier commentaire sur agv... 

      Au moins, on sait tout de suite à qui on a à faire.
      Jerow à la solde des banquiers pour défendre une cause indéfendable ? smiley



    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 20 avril 2013 18:00

      A un détail près il me semble que l’auteur a tout bien compris et que Jerow a pris la pillule bleue pour se donner à croire qu’on est des bourrins et qu’on va accepter des argumentations aussi creuses que :

      "la banque centrale contrôle aussi la quantité d’argent que les banques fabriquent, via un mécanisme compliqué (je me marre !) qu’on appelle réserves obligatoires"

      Ce mécanisme n’est pas compliqué. Paul Grignon en parle très bien.
      Il est surtout incroyable pour celui qui n’a pas le courage de regarder la réalité en face, comme Jerow probablement et comme Joletaxi sûrement smiley


    • tesla_droid84 22 avril 2013 16:16

      L’explication de la création monétaire en détail est ici :

      www.centpourcentmonnaie.fr  il y a aussi une solution pour se passer de l’argent dette à laquelle on est pas obligé d’adhérer mais pour ce qui est de la description du systeme actuel, c’est ce qu’il y a de mieux.
      Attention à être bien réveiller car c’est autrement plus complexe que l’argent dette de Grignon.

    • foufouille foufouille 20 avril 2013 11:49

      8% est reel en moyenne


      • joletaxi 20 avril 2013 12:42

        Avox, le bréviaire de toutes les légendes urbaines de la toile, les chemtrail, les ondes wifi,haarp,l’obsolescence programmé , et la création monétaire par les banques.
        j’en oublie surement,le million de morts de Tcherno, les OGM de Serafifi, et tant de bons moments de rigolade.
        Et ce qu’il y a de bien, c’est que ,même si cela ne résiste pas une seconde à l’analyse, de semaine en semaine cela revient faire la bonheur d’une faune très particulière.

        bravo l’auteur, vous avez tout compris


        • Loup Rebel Loup Rebel 20 avril 2013 14:06

          Vous avez en effet oublié, dans le registre du gangstérisme financier, l’argent de la drogue qui sauve les banques : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/roberto-saviano-c-est-l-argent-de-134543

          Forcément, quand les médias « officiels » tient en omerta des réalités, heureusement qu’agv et bien d’autres bréviaires de la toile en parlent. D’autant plus que ça autorise à écrire avec une orthographe approximative ; pas comme dans les vrais médias.

          Vous avez bien raison de vouloir faire vous partie de cette « faune très particulière »  smiley


        • joletaxi 20 avril 2013 14:21

          quand les médias « officiels » tient en omerta

          tiens voilà du boudin... vous n’êtes pas dans l’approximation, vous êtes carrément dans le fossé.


          • joletaxi 21 avril 2013 11:10

            un peu mou comme insulte, vous nous avez habitué à bien mieux.

            sur la forme,je fais la remarque ,car faire le donneur de leçon sur l’orthographe implique que les trois mots que l’on a alignés soient irréprochables sur ce plan là.
            On a déjà joué à ce jeu avec cabanel, c’était très amusant.

            Sur le fond, à quoi bon ?
            on a déjà eu des articles du genre, qui montrent une incompréhension crasse des systèmes financiers,qui n’ont d’autre but, que de resservir encore une fois l’éternel mantra du complot de l’oligarchie zunienne de préférence ;

            Il est à noter que l’exaspération de la population,qui est en grande majorité ignorante de ces mécanismes, trouve dans ce genre de manipulations grotesques , des motifs de révolte.

            Mais avec des flèches dans votre genre, cet auteur a un bon public, très réceptif à défaut d’avoir un début de réflexion.

            Comme vous avez la même attitude sur tous les sujets, je pense que vous avez trouvé ici, sur avox, le lieu idéal pour éructer vos friustrations.


          • Bur K Bur K 21 avril 2013 11:24

            @ joletaxi (---.---.---.45) 21 avril 11:10 

            Vous écrivez : Sur le fond, à quoi bon ? 

            Si vous ne souhaitez pas argumenter, à quoi bon poster un commentaire, finalement stérile, car il n’apporte aucun éclairage ?

            Avez-vous l’expertise requise pour parler de l’argent dette, oui ou non ?

            Si c’est oui, dites-nous ce que vous avez à dire, si c’est non, vos propos s’apparentent à ceux d’un troll.
             



          • joletaxi 21 avril 2013 12:49

            bon
            il fait froid, moche, un vrai temps de novembre parfaitement en phase avec la prévision de poele à frire, et c’est l’heure de l’apéro

            vous écrivez :
             L’argent que vous déposez sur votre compte est en réalité un prêt que vous faites à votre banque. Celle-ci considère pourtant que c’est son argent, et elle en dispose sans vous demander votre consentement sur l’usage qu’elle en fait.
            oui, et non
            l’argent est une créance que vous avez ,garantie par l’état.Vous pouvez l’échangez contre des biens, des services, ou le prêter, à votre voisin, ou à votre banque, rémunéré ou pas.
            L’argent représente et constate une provision de richesse,mais vous auriez pu la constituer en or, en biens immobiliers, ou .. en noisettes.
            Quand vous prêtez à votre voisin, vous pouvez éventuellement lui demander quel usage il va faire de cet argent.Le regroupement de ces opérations par votre banque rend cette opération virtuellement impossible.Mais vous avez échangé une créance monnaie, contre un titre de créance, votre dépôt, monnayable suivant les conditions de votre dépot.
            Il n’y a rien là de caché, ni même : de critiquable.

            Ensuite, croire que la banque vous prête l’argent que d’autres clients ont déposé est la deuxième idée reçue à jeter à la poubelle : la banque ne possède pas dans ses coffres l’argent qu’elle vous prête.

            ben c’est complètement faux,et il suffit de lire votre précédant argument.
            la banque place votre dépot de la façon qu’elle juge la plus sure et la plus rentable.Si elle n’a pas assez de fonds, elle va emprunter auprès d’autres banques, qui elles ont des fonds à placer, des dépots de clients, des fonds propres, des emprunts arrivés à échéance etc.
            Chaque jour, des sommes considérables sont échangées sur le marché interbancaire,ce qui permet à votre banque, d’accorder des prets,ou de jouer sur les marchés des matières, des obligations etc, bien au delà de son en caisse.
            Mais chaque prêt, chaque achat à terme, chaque opération, a son pendant en actifs garantis, vos dépots, vos hypothèques, vos titres déposés etc.Ceci oblige la banque à faire péridiquement un état de ses positions et garanties, qui lui permet d’avoir accès au marché interbancaire.

            Elle vous prête de l’argent qui n’existe pas, et en vous faisant signer une reconnaissance de dette vous oblige à lui verser chaque mois la mensualité prévue au contrat de prêt. Vos versements enrichissent mois après mois la banque par de l’argent frais en monnaie sonnante et trébuchante.

            ben si, elle échange avec vous une garantie( la reconnaissance de dettes, associée à un actif en devenir, l’achat d’une voiture par exemple),et forte de cette garantie, elle va vous permettre de réaliser ce projet d’enrichissement de votre part( bon, la voiture, ...,mais cela pourrait être une maison, une machine, etc) et d’u autre côté elle va utiliser le dépot du voisin, ou d’un rentier US, et va à chaque échéance se servir sur la différence de taux.Elle participe donc à votre enrichissement personnel( on peut supposer que votre décision d’emprunt est motivée par un espoir d’enrichissement, qui serait sinon impossible, c’est à cela que sert le crédit),à son propre enrichissement, et à celui du rentier, prélevés sur votre réussite .

            L’État à besoin de 100 milliards d’Euros ? Pas de problème, la banque fait signer à l’État une reconnaissance de dette de 100 milliards d’Euros. Cette simple signature rend instantanément la banque plus riche de 100 milliards d’Euros.

            ben non.
            contrairement à vous, l’état est réputé être un emprunteur fiable.On ne lui demande pas de garantie, elle est inhérente à l’état.par exemple, il n’en est pas de même des régions, (sauf si garanti par l’état, des communes, des collectivités.Je connais une commune bruxelloise dont l’hôtel de ville est gagé !)
            L’état emprunte donc, aux banques, aux fonds de placement, aux edgefund des paradis fiscaux en émettant des titres, obligations, aux taux correspondants à sa réputation.
            Vous pouvez utilement participer à aider votre pays en achetant des bons du trésor, et par exemple, la dette japonaise est pratiquement aux mains de ses citoyens.
            ce qui veut dire, pour les japonais, c’est qu’ils confient à l’état, le fruit de leur enrichissement sous forme de monnaie.Il n’y a donc nulle part création de monnaie.Il en est de même pour la banque, qui achète des bons du trésor , soit avec ses liquidités, soit en empruntant sur les marchés, auprès d’autres banques désirueses de faire fructifier des liquidités disponibles.

            Aujourd’hui, l’instauration de la banque européenne a privé les États de leur souveraineté monétaire.
            ben fort heureusement, vous imaginez la grèce, l’espagne, émettant des tonnes de monnaie,avec la même valeur faciale dans toute l’europe ?

            Une structure dédiée appelée « caisse de refinancement des établissements de crédit » va lever de l’argent sur les marchés financiers, dans le but de le prêter aux banques

            cela découle de ce qui est expliqué plus haut.

            si, entre banques, on suspecte que les supports sensés être contrepartie du passif, sont douteuses, les banques vont cesser de se prêter entre elles, et la belle machine va se bloquer.
            Et comme votre banque n’a plus confiance en ses collègues, elle n’aura sans doute pas la liquidité pour vous accorder votre prêt, bloquant toute l’économie.
            Les états étaient donc les seuls capables de par leur statut, de se substituer aux acteurs habituels.Mais ces rpêts ne se font pas à fonds perdus, ils sont rémunérés.Par exemple ; l’état belge a encaissé plus de 150 millions dans son renflouement de Fortis.
            Il n’y a donc pas de complot, d’escroquerie.
            je vous signale au passage que les banques ont perdu la moitié de la valeur des titres qu’elles détenaient sur la Grèce.Elles se rattraperont sur votre dos, quand vous demanderez un service, c’est ça la solidarité européenne.

            En faisant signer à l’État français (c’est à dire nous, le peuple) une reconnaissance de dette de 320 milliards d’€uros, l’industrie bancaire remplit instantanément ses coffres de ce montant, en fausse monnaie.
            certainement pas, le cas de la grèce devrait vous en convaincre.
            la moitié des edgefund ont explosé en vol(ruinant au passage tous les vilains évadés fiscaux),et pas mal de retraités US sont au travail ,car leurs titres ne valent plus rien.

            Il y a bien création de monnaie, quand la BCE décide d’augmenter la masse monétaire,en prêtant directement au secteur bancaire, en contrepartie de depots de garanties.
            ceci n’aurait rien de choquant, car dans un monde en croissance, il est normal d’juster la masse monétaire à la richesse globale.cela devient plus discutable dans une zone sans croissance.cela devient franchement inquiétant quand la BCE accepte des garanties foireuses,en toute connaissance de cause.
            mais la monnaie sert toujours de moyen d’ajustement à la richesse d’un pays, en fixant la valeur d’échange de celle-ci en fonction de sa capacité d’échange avec des acteurs économiques .
            Ceci peut être basé sur des critères objectifs,cas de l’Argentine, ou subjectifs, cf les USA, qui font tourner l’imprimante plein pot, et dont le $ trouve toujours des preneurs.

            J’espère que dorénavant, vous n’irez plus pisser sur la porte de la banque voisine.

            bon dimanche


          • Bur K Bur K 21 avril 2013 15:31
            @ joletaxi le troll qui détient la vérité (croit-il)

            Pour ce qui est du contenu :
            Rhétorique médiocre.
            Aucun argument.
            Aucune référence.
            Pure doxa sortie de votre chapeau. 

            Pour ce qui est de vos fantasmes : 
            Le chien qui pisse lève la cuisse. 
            Vous, même pas, vous vous ridiculisez en vous pissant dessus. smiley



          • joletaxi 21 avril 2013 15:51

            oups je me suis encore laissé prendre par la clique, pourtant ,à force, je ne peux pas dire que je ne savais pas.

            A part les invectives habituelles, et vos idioties que vous répétez sans cesse, vous avez un seul sujet sur lequel on pourrait commencer une réflexion.
            Car votre article abscons sur un sujet où manifestement vous ne connaissez rien, démontre l’inanité de votre soi-disant journaliste citoyen, qui n’est qu’un moyen de vouloir affirmer votre idéologie,et de soulager vos frustrations de la faillite de celle-ci.

            Continuez, vous êtes un sujet d’étonnement ,quoique cela commence à sentir le réchauffé, et de franche rigolade.
            heureusement vous n’êtes pas seul, dans le club avox.

             


          • foufouille foufouille 21 avril 2013 21:52

            jojo devrais lire les accords de bale II


          • Bur K Bur K 21 avril 2013 22:42

            Trop bien la vidéo Démosthène et très à propos.

            Je la retiens pour une prochaine fois.
            Merci smiley


                • Bur K Bur K 21 avril 2013 11:13

                  Que se passe-t-il si vous cessez de rembourser votre emprunt ?

                  La banque saisit vos biens. La banque s’approprie vos biens. Vous êtes dépossédé. Et dans le cas où cela ne suffit pas pour couvrir votre dette, on vous jette en prison.

                  La dette de la France se monte à 2000 milliards d’€uros.

                  Que se passerait-il si l’État français — c’est à dire nous, le peuple — décidait de ne plus rembourser la dette publique ? La France serait-elle saisie pour devenir la propriété des banques ? Ou bien, comme à Chypre, les banques feraient-elles des prélèvements sur les comptes et dépôts des citoyens ?

                  Enfin, qu’attendons-nous pour renverser le gouvernement, complice du système ? Un gouvernement qui, après que le candidat président — pour gagner les élections — a crié haut et fort qu’il allait partir en guerre contre les gangsters de la finance, s’en est fait le complice une fois élu.

                  Faudra-t-il en passer par une guerre civile qui opposera les Jerow et autres bouffons défenseurs du système aux citoyens qui entreront en résistance contre les criminels financiers ? 

                  Comment allons-nous reconquérir notre souveraineté nationale, sans en arriver à répondre — dans les faits — à l’appel patriote chanté dans notre hymne national (aux armes, citoyens !) ?

                  À l’instant où j’écris ce commentaire, j’entends aux infos France Inter que 3 Français sur 4 se déclarent hostiles à la politique de F.H. et son gouvernement... Alors ? On attend quoi ?
                   

                  • joletaxi 21 avril 2013 13:00

                    Que se passerait-il si l’État français — c’est à dire nous, le peuple — décidait de ne plus rembourser la dette publique ?

                    c’est une bonne idée.
                    on ne paierait plus qu’une partie des retraites, on ferait de même avec la fonction publique, etc, car ne l’oublions pas, nous vivons pour le moment à crédit.
                    En Californie(état US qui était encore il y a peu, juste avant que des écolos rabiques n’influencent les élus, la 5° puissance économique mondiale) on paie les fonctionnaires avec des reconnaissances dettes, émises par l’état californien, une autre forme de monnaie, dont la valeur se constate chez le légumier du coin.
                    Bref, à moins de réduire drastiquement notre addiction à l’emprunt, en menant des politiques « cigale » on dépendra du bon vouloir des « rentiers » à acheter nos papiers.
                    Mais ,juste pour rire, avez-vous une idée de ponction prélevée sur la richesse nationale pour satisfaire les exigences du traité de Kyto, et les lubies des écolos, sans aucun résultat ?
                    En sortant de l’euro, on pourrait aussi dévaluer,ce qui constatera l’effacement de notre richesse fictive.


                  • ecolittoral ecolittoral 21 avril 2013 13:54

                    Bon article mais avec une petite erreur. « Vos versements (prêt) enrichissent... la banque par de l’argent frais en monnaie sonnante et trébuchante. »

                    C’est toujours de l’argent fictif. Un salaire, par exemple, est une opération comptable qui s’effectue de la banque « employeur » à la banque salarié. Il ne s’agit pas d’un transfert « papier monnaie ». Les seuls transferts de fonds proviennent des commerces qui encaissent et déposent les liasses et rouleaux de pièces à leur banque.
                    Pour ce qui est de l’orgie de monnaie virtuelle ET inaccessible au commun des mortels, particuliers, entreprises, nous sommes au bout du rouleau. 
                    On ne doit pas s’étonner si autant d’états, Venezuela, Allemagne etc...rapatrient et reconstituent leurs stocks d’or ! Certains ont dû commencer la maintenance et les essaies sur « leurs » planches à billets dans la zone euro. Chypre, grave erreur, vend 400 tonnes d’or.
                    Que choisir à votre avis ? De l’argent virtuel ? des liquidités virtuelles ? des liquidités réelles d’une monnaie flottante(sic) ? de l’or ? de l’argent(métal) ? autre chose ?
                    Pour stopper un compte, limiter un distributeur, il suffit d’appuyer sur un bouton.
                    Les Chypriotes l’on appris à leurs dépends. Et comme ça a fonctionné une fois....


                    • Bur K Bur K 21 avril 2013 16:02
                      @ ecolittoral
                      Votre salaire représente la contrepartie monnayée en échange de la richesse que vous avez produite avec votre travail. À la différence du prêt, dont le montant est un tour de passe-passe du banquier. Le prêt est de l’argent dette, votre salaire est l’argent de votre travail. Deux écritures comptables, certes, mais qui représentent chacune une valeur totalement différente.

                      Si vous avez regardé la première vidéo, cette différence y est clairement expliquée. Mais c’est tellement énorme que ça échappe à l’entendement, j’en conviens.

                      Dans une civilisation écologique, les banques n’ont pas leur place, puisque leur fonction première est de pousser à la surconsommation, précisément en créant de l’argent dette



                    • tesla_droid84 22 avril 2013 16:29

                      Je ne suis pas tres d’accord, dans le systeme actuel, l’intégralité (ou presque) de la monnaie scripturale n’étant que dette, votre salaire est forcement la dette de quelqu’un. 

                      Si nous remboursions tous nos dettes, il n’y aurait plus un rond sur tous les comptes en banques avant d’avoir terminé. C’est pour cela que le systeme actuel est un peu le jeu des chaise musicale, tant que la somme des crédit contractés sur une année est supérieure à la somme des remboursement sur la même période tout va bien... Mais c’est pro cyclique comme systeme, quand tout va bien les gens font des crédit, qui peut aller vers l’excès de confiance et la création de bulles (financière, immo, sectorielle (internet par ex)). Quand ça va mal comme aujourd’hui, les acteurs ne contractent pas assez de nouveau crédit, la monnaie se raréfie et certains ne peuvent plus rembourser. 

                    • joletaxi 21 avril 2013 16:42

                      Il aura fallu tout ce goulbi goulba pour arriver à exprimer votre mantra

                      Dans une civilisation écologique, les banques n’ont pas leur place,

                      c’est quoi une civilisation écologique ?

                      c’est nouveau, ça vient de sortir.

                      combien de pauvres gens mourront,car notre santé, notre bien être dépendent de notre accès à l’énergie bon marché,pour donner des gages à des farfelus inconscients dans votre genre ?


                      • Bur K Bur K 21 avril 2013 18:35
                        Combien de pauvres gens sont morts, pour alimenter votre surconsommation avec de l’argent dette ? 

                        Ça vous a rendu obèse, à vous gaver comme un porc.
                        Ah ! Le troll joletaxi s’est encore fait dessus ! smiley

                      • Le péripate Le péripate 21 avril 2013 18:55

                        On pourrait bien sur interdire les réserves fractionnaires (appeler ça « argent dette » ne fait qu’ajouter à la confusion). La limite d’un système à réserve fractionnaire est bien sur la capacité de la banque à convertir à la demande les substituts de monnaie en vrai monnaie, ou, argent ou autre. Cette limite a disparu définitivement lorsque Nixon coupa le dernier cordon qui liait le dollar à l’or.

                        A partir de là, on peut bien sur dériver vers n’importe quoi. Mais, en soi, la réserve fractionnaire n’est pas un vol, si le banquier en est responsable, ce qui n’est plus le cas puisque’ ils savent par avance que les gouvernements paieront. C’est l’aléa moral.

                        • joletaxi 21 avril 2013 19:57

                          mais d’un autre point de vue, il n’est peut-être pas très intelligent de creuser le sol pour extraire un métal, pour ensuite aller l’enterrer dans une cave blindée ?

                          L’administration démocrate sous carter et Clinton, ont posé les jalons de la catastrophe actuelle, Busch a mis la cerise sur le gâteau, et on stigmatise le libéralisme, un comble.


                        • ecolittoral ecolittoral 22 avril 2013 10:54

                          Quel libéralisme ?

                          Si je monte ma boîte, que je sais compter, que mes employés (correctement) payer travaillent bien, que le banquier m’accorde un prêt à l’investissement...ou pour remporter un marché, alors, je vis dans un monde libéral.
                          Est ce le cas aujourd’hui ? 
                          Pour le moment, on me demande de payer une dette, d’accepter que des produits venus de l’autre bout de la terre envahissent MES marchés. Pour que MON banquier qui encaisse la dette puisse, en plus, faire des affaires à l’import/export.
                          Qui pilote ce machin ? Les politiques ? Ils ne sont plus que des stylos et des collecteurs d’impôts.
                          Des stylos pour signer les accords du « monde des affaires ». Pas du monde des entrepreneurs.
                          Collecteurs d’impôts pour rembourser la dette, sauver pour la ènième fois DEXIA, et garantir mon banquier que, s’il fait des conneries, la « banque de défaisance » sera là pour faire payer le contribuable. Quoi que, piocher directement sur les comptes (Chypre) c’est plus rapide et efficace !!!
                          L’argent dette est un système privé qui ne tiendra plus très longtemps.

                          Ou sont les « politiques » capables de préparer et organiser un VRAI système libéral avec une monnaie sûre ET accessible. Des services publics ET la multitude d’entrepreneurs ET de salariés ET de chômeurs qui n’attendent que ça.
                          Tout le monde est prêt à mettre un coup de collier pour relancer (recréer) une économie RÉELLE. Pour ça, il faut un minimum de règles et de l’argent qui circule.
                          L’inverse du monde de l’argent dette.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès