Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’argent par les fenêtres

L’argent par les fenêtres

Le gouvernement assure que pour réussir son pacte de compétitivité, il va faire des économies, et ils sont nombreux à craindre que les ménages soient mis une fois de plus à contribution, alors que d’autres pistes pourraient être exploitées.

Le gouvernement s’est donné comme mission de récupérer 50 petits milliards d’euros

Il faut savoir que les dépenses publiques augmentent régulièrement, et ceci depuis 1999, avoisinant aujourd’hui les 1200 milliards d’euros, or la loi des finances qui se flattait de lui infliger un régime minceur a modestement réduit leur niveau de 15 petits milliards. lien

Pour réaliser ces économies, l’état va-t-il s’en prendre aux caisses chômage, à celle de la sécurité sociale, donc aux ménages, ou va-t-il choisir d’autres pistes ?

La fraude fiscale, ce sont 100 milliards qui échappent à la France, or le gouvernement, à la suite des menaces qu’il a lancé aux fraudeurs, espère récupérer 1 modeste petit milliard (lien), alors que les mesures mises en place par Obama pour lutter contre l’évasion fiscale devraient lui rapporter 210 milliards de dollars.

On peut aussi s’interroger des raisons qui ont poussé Bercy à retirer de sa liste noire les iles Bermudes, et Jersey, paradis fiscaux notoires, et d’avoir considérablement amaigri la liste « Falciani  ». lien

Et quid de ceux qui sont coupables d’évasion fiscale, comme MC Do, qui devrait plus de 2 milliards à l’état ? (lien) ce qui n’est qu’une goutte d’eau sur les 600 milliards d’euros concernant la fraude fiscale qui échappent à la France. lien

Quant à la fraude aux cotisations sociales, dont sont coupables des grosses entreprises, elle se monterait à près de 30 milliards d’euros. lien

Au-delà de la fraude, il reste encore les niches fiscales, responsables d’un manque à gagner pour l’état de 160 milliards. lien

Quittons le domaine des finances pour aller dans celui de l’armée, par exemple…

Un militaire français gagne en moyenne quasi 3000 euros par mois, soit plus de 1000 euros de plus qu’un instituteur (lien) et les primes offertes aux militaires s’ajoutent pour plus du tiers à cette somme. lien

Les instituteurs, et autres professeurs, seraient donc moins utiles au pays que les militaires ?

Mais ce n’est pas tout.

On pouvait découvrir dans le numéro 2157 du 15 janvier 2014 de l’hebdo « Le Point », une information passée assez inaperçue : tout le monde a entendu parler du fameux Rafale, cet avion dont les ventes à l’étranger, annoncées systématiquement avec grand fracas, se sont finalement soldées chaque fois par des échecs…or, au moment ou les caisses sont désespérément vides, le gouvernement vient de faire à Dassault un joli cadeau d’un milliard d’euros pour « améliorer les performances de l’avion de chasse ». lien

Tout d’abord, on peut se poser la question de la pertinence de ce genre de dépenses, qui, en mettant un doute sur les qualités de l’avion, donne à fortiori raison aux états qui finalement ont porté leur choix sur d’autres avions…

Plus grave, c’est que l’on découvre que le budget de l’armée s’élevant à 46 milliards, a été « sanctuarisé », d’autant qu’il ne tient pas compte du prix des guerres menées actuellement, ni de celui de la recherche dans ce domaine, et de la « coopération militaire ». lien

Dans le domaine de la santé, au-delà des services qui tentent de découvrir les fraudeurs de la sécu, qui, même si les sommes sont conséquentes, (150 millions d’euros), on apprenait récemment sur l’antenne de BFM-TV, lors d’une interview menée tambour battant par Jean-Jacques Bourdin, le 15 janvier 2014, à 8h35, face à Marisol Touraine, que l’Algérie était redevable à la France d’un joli pactole, ceci étant en rapport entre autres avec l’hospitalisation du président algérien qui vient d’être de nouveau accueilli au Val de Grâce. lien

Malgré les questions insistantes de l’animateur journaliste, la ministre s’est contentée d’une réponse évasive, mais par d’autres sources bien informées, il s’agirait d’au moins 600 millions d’euros. vidéo

Dans le domaine énergétique, alors que la France agit, à Bruxelles, contre les énergies renouvelables (lien), l’argent est en train de partir vers le puits sans fond de la « rénovation » des vieilles centrales nucléaires.

Le programme annoncé à hauteur de 45 milliards d’euros serait en fin de compte plus que doublé, et devrait atteindre les 100 milliards d’euros. lien

De plus les pannes à répétition de ces centrales coutent 1 millions d’euros par jour d’arrêt, et on pouvait lire dans le journal « les échos » le 17 janvier 2014 que le taux de disponibilité des centrales était tombé pour 2013 à 78%. lien

Ajoutons l’énorme gâchis financier que représente l’EPR, dont le prix de départ de 3 milliards d’euros sera finalement multiplié par 3, alors même que cette centrale nucléaire qui se voulait exemplaire, souffre de nombreux défauts de conception. lien

Dans le domaine de l’administration, l’état regorge de structures diverses, dont l’intérêt reste à prouver, comme par exemple le CESE (conseil économique social et environnemental) qui coute à l’état bon an, mal an,  40 millions d’euros, sans compter les CESE installés en région qui coutent pour leur part 30 millions annuels. lien

En effet, notre pays croule sous les commissions, les groupes de travail, les comités consultatifs, ces instances offrant l’originalité de permettre des doubles emplois à foison, et qui couteraient en principe 30 millions d’euros annuels…mais peut-être beaucoup plus.

On y trouve les 680 « comités Théodule », et dont il est question, à chaque nouveau quinquennat, d’en réduire le nombre…sans beaucoup de résultat.

C’est d’ailleurs ce qu’à promis, après Nicolas SarköziFrançois Hollande, mais au vu d’autres promesses non tenues, il est raisonnable d’en douter.

Par exemple, « le comité de la prévention et de la précaution  » coute au pays 80 000 euros, largement dépassé par « le comité national de l’initiative française pour les récifs coralliens », dont les 38 membres se réunissent tous les deux ans, et qui coute annuellement au pays la bagatelle de 150 000 euros. lien

Il est difficile d’évaluer le nombre de ces commissions, car il y en a un peu partout, dans les conseils généraux, régionaux, mairies, qui devraient être de l’ordre de 10 000lien

Alors que Claude Bartolone, souhaitait supprimer un tiers de ces comités, leur reprochant de couter cher, pour des résultats discutables…à preuve un autre comité Théodule, le « conseil d’analyse de la société » qui bénéficie d’un budget de près de 3 millions d’euros (lien) François Hollande vient de décider d’en créer un nouveau : le « conseil stratégique la dépense publique », commission qui se réunira chaque mois.

Sur le chapitre des élus, puisque nous avons un président qui se veut « normal », ne pourrions-nous avoir aussi des députés et des sénateurs normaux, dont le nombre pourrait être considérablement réduit, à l’image de nombreux pays, ce qui provoquerait des économies bienvenues ?

N’est-il pas aussi choquant de voir accorder une voiture, un appartement de fonction, des collaborateurs, des agents de sécurité, aux ex-présidents, ce qui coute au pays chaque année, 5 millions d’euros. lien

Et quid des 6000 euros en moyenne offerts chaque mois aux élus de l’Assemblée nationale et du Sénat, destinés à couvrir leurs frais de fonctionnement, sans qu’il leur soit besoin de fournir le moindre justificatif, et qu’ils utilisent comme bon leur semble, ce qui représente pour les seuls députés près de 45 millions d’euros par an. lien

Au Danemark, ces frais ne sont remboursés que lorsqu’un justificatif est produit, et dans ce pays, ils utilisent leur propre voiture pour se déplacer, mangent à la cantine…lien

Qui sait que pour obtenir le statut de préfet, sans en exercer la fonction il suffit d’avoir des amis haut placés qui vous accordent ce titre, ce qui vous permet d’ajouter à vos revenus 4000 euros brut par mois en guise de retraite ?

A titre d’exemple Brice Hortefeux, ou Michel Delebarre font partie du nombre de ceux que l’on peut qualifier de « préfet bidon », et ils sont plusieurs dizaines dans ce cas… lien

Ils sont près de 5,5 millions en France à occuper un emploi de fonctionnaire (lien) et leur nombre continue de grandir (lien) et alors que nos voisins outre-Rhin en comptent 50 pour 1000 habitants, nous en avons quasi le double dans notre pays.

Il reste aux français la possibilité d’organiser, comme aux USA, un blocage budgétaire, qui, en mettant au chômage technique 20% des fonctionnaires ferait économiser 17,5 milliards d’euros. lien

En additionnant ces économies possibles, on dépasse largement les 400 milliards d’euros, sans pour autant pénaliser les ménages, et favoriser leur pouvoir d’achat n’est-il pas le moyen de relancer, par la consommation, la croissance du pays, comme l’affirment les experts en économie et les artistes de la chanson du dimanche ?  lien

Alors que le chômage poursuit sa progression, (lien) le « président normal » prendra-t-il enfin des décisions normales ? L’avenir nous le dira.

Comme dit mon vieil ami africain : « Les chameaux ne rient pas les uns des autres de leurs bosses ».

L’image illustrant l’article provient de « contribuables.org »

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens sur le même sujet

Mollande, terre de mirages

Des sous et des déçus

En marche pour une 6ème

L’énergie en partage

Un président tétanisé

La taxe carbonisée

La retraite au flamby

Hollande, un pays au plus bas

La sauce hollandaise ne prend pas

L’improbable révolte des sans

Qu’est-ce qui cloche ?

Monsieur « Plan Plan »

J’aime pas les riches

Faire sauter la banque

Le discours du Bourget partie 1-partie 2

Blog de René Dosière


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

184 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 28 janvier 2014 09:09

    La nouvelle politique de notre « gôôôôche » étant aux cadeaux aux entreprises (sans contrepartie), il est très douteux que l’on s’attaque aux différentes niches fiscales , fraudes fiscale, délocalisations ... et autres, qui font le bonheur ... de leurs actionnaires.

    Nous sommes totalement dans un système libéral qui donne tout pouvoir aux entreprises. La théorie, jamais démontrée, étant une retombée en cascade, des profits des entreprises .... vers les salariés et la société. C’est la base de la doctrine libérale.

    Bienvenue dans un monde qui s’effondre.


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 janvier 2014 09:13

      Alpo

      je partage...
      ils n’ont toujours pas compris qu’en prenant l’argent aux ménages, ils privent le pays d’une possible croissance...
      étonnant que ces énarques, malgré leurs longues études, aient si peu compris le mécanisme économique qui peut faire vivre un pays.
      résultat, le mur s’approche dangereusement.

    • Hermes Hermes 28 janvier 2014 10:57

      Olivier : LE sujet à remettre sur le devant de la scène : TAFTA



    • olivier cabanel olivier cabanel 28 janvier 2014 11:40

      Hermes

      le lien ne marche pas ?

    • Hermes Hermes 28 janvier 2014 13:29

      Merci      smiley


    • mpag 28 janvier 2014 14:15

      L’auteur parle de dépense publique et de la responsabilité des politiques et de leur incompétence et vous du prétendu auteur qui se résume au libéralisme
      - je crains fort que le simple mot « libéralisme » soit la cause du dogme qui vous ronge la vue au point de voir qu’un seul responsable

      -je vous assure que dans d’autres pays notamment la suisse profondément libéral, il est possible d’avoir un déficit de 35 - 40 % du PIB avec un chômage quasi inexistant, ......et dans d’autres pays bien moins....

      - ne confondez pas irresponsabilité et amateurisme, au pragmatisme et à l’intérêt général dont semble dépourvu nos politiques
      On peut très bien vivre correctement dans une société libéral


    • Cédric Moreau Cédric Moreau 28 janvier 2014 15:58

      « ils privent le pays d’une possible croissance... »

      Si tant est qu’une croissance soit désirable. Personnellement, je vois la croissance (du PIB) comme un ennemi à part entière. Mais dès lors, on entre dans la contradiction : déjà qu’on y arrive pas sans croissance, comment la décroissance peut-elle être une bonne chose ?

      Tout simplement car si on en arrive à des résultats contradictoires, c’est que nos postulats de départ sont fauxA savoir les liens entre travail, revenus et modes d’émission de la monnaie.

    • AlainV AlainV 28 janvier 2014 18:38

      à Mpag

      Pas de pauvres en Suisse ?
      Quand beaucoup de salariés vivent sous le seuil de pauvreté...

      On vient d’abaisser l’aide sociale, alors que la sécu, les loyers, les transports, la nourriture sont deux à trois fois plus élevés que chez nous.
      A votre avis, pourquoi tant de Suisses s’installent dans le sud de l’Alsace et en Franche-Comté ? Comparez les loyers de Montbéliard et de Deulémont !

      Personne ne serait jaloux des immigrés si les ultrariches n’avaient pas capté la richesse produite depuis 1980. Les salaires seraient trois fois plus élevés en France si les bénéfices des grosses entreprises avaient été versé en salaires et pas aux actionnaires en dividendes. Résoudre ce « problème » amènerait à faire disparaître presque toutes les difficultés que nous rencontrons, y compris le racisme et la xénophobie.
      Lisez Paul Krugman, il explique cela très bien.


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 janvier 2014 19:02

      pour ce qui est de la Suisse, pour y avoir vécu une dizaine d’année, vous semblez en avoir une image d’épinal... eh oui, il y a aussi des pauvres en Suisse...et du chômage...


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 janvier 2014 19:06

      cedric moreau

      personnellement, je suis pour la décroissance...
      elle est souvent mal comprise, il ne s’agit pas de se serrer la ceinture, mais de consommer différemment, de refuser l’obsolescence programmée... etc
      le vrai problème est le gouffre qui s’est crée entre les plus pauvres et les plus riches...
      le gaspillage de l’état, la mauvaise gestion et les mauvais choix énergétiques...
      enfin, la liste est longue.
      le discours du bourget était recevable, mais hélas, Hollande n’a manifestement pas l’intention de l’appliquer

    • Gauche Normale Gauche Normale 29 janvier 2014 16:54

      Je suis désolé olivier, mais pour moi la croissance est une « idée » purement réactionnaire.

      Je pense effectivement qu’être obsédé par la croissance est dangereux. Charlie Hebdo a d’ailleurs publié un excellent article dans lequel il était expliqué que les vers de terre et chauve-souris créaient de la richesse non comptabilisée dans le PIB. Ce sont d’excellents « agriculteurs » dont le boulot est très bien fait. Trop, même. Pour Monsanto et compagnie c’est surtout une occasion manquée de faire du business. Il convient donc de tuer ces charmantes bêtes (la fabrication du produit adéquat créera des emplois), de les remplacer par un produit chimique (ça fera un bon chiffre d’affaires)... Complètement fou c’est sûr.

      Mais les décroissants, en nous accusant sans cesse de polluer, fait une confusion riches/pauvres (qui n’a de ce point de vue rien à envier au libéralisme, cf.flat tax) : quand ils parlent d’emprunte écologique moyenne on ne sait jamais de qui il s’agit précisément. Des millions de pauvres qui ne peuvent même pas se chauffer et manger leur fameux « 5 fruits et légumes par jour » ou des industriels qui souillent les plages et épuisent les ressources ? Curieusement, ils ne parlent jamais de ces derniers.

      Mettre capitalistes et classes populaires dans le même sac est une erreur.


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 janvier 2014 17:01

      gauche normale

      ne sois pas désolé, je partage cet avis...
      comme je l’ai dis dans un des commentaires, je suis pour la décroissance.
      si, à la fin de l’article j’évoque la croissance, c’est seulement pour être dans la logique du gouvernement qui pour faire baisser le chômage espère la croissance.
      rien de plus,
      voici le commentaire en question :

      cedric moreau

      personnellement, je suis pour la décroissance...
      elle est souvent mal comprise, il ne s’agit pas de se serrer la ceinture, mais de consommer différemment, de refuser l’obsolescence programmée... etc
      le vrai problème est le gouffre qui s’est crée entre les plus pauvres et les plus riches...
      le gaspillage de l’état, la mauvaise gestion et les mauvais choix énergétiques...
      enfin, la liste est longue.
      le discours du bourget était recevable, mais hélas, Hollande n’a manifestement pas l’intention de l’appliquer


    • Gauche Normale Gauche Normale 29 janvier 2014 20:39

      Aaaah oui, en fait je voulais écrire dans la première ligne croissance et non pas croissance. Sinon, lisant pas mal de vos articles, je m’en doutais déjà que vous ne croyiez plus en la croissance. C’est la décroissance que je ne soutiens pas.


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 janvier 2014 20:46

      gauche normale

      tout s’explique...
      faudra qu’on en parle un jour ou l’autre.
      j’ai déjà abordé le thème de la décroissance, je crois qu’il faudra que j’y revienne avec plus d’arguments.

    • olivier cabanel olivier cabanel 30 janvier 2014 13:43

      effectivement la croissance n’est qu’une solution illusoire,

      la terre n’est pas extensible,
      la réponse passe par une réelle égalité, une fraternité, et la liberté par dessus tout.
      les richesses sont un gâteau mal partagé, 
      lorsqu’un gouvernement aura enfin compris qu’il faut faire en sorte que la richesse soit mieux partagée, on aura fait un pas intelligent nous amenant vers une société égalitaire, solidaire, et à mon humble avis, on n’a pas, en haut lieu, compris réellement cette necessité.
      merci de ton commentaire

    • lois-economiques lois-economiques 30 janvier 2014 13:46

      Olivier Cabanel a écrit :

      "J’ai déjà abordé le thème de la décroissance, je crois qu’il faudra que j’y revienne avec plus d’arguments."

      J’approuve  : 

      La décroissance EST une nécessité absolue allez sur mon site vous trouverez tout les arguments que vous souhaitez afin de promouvoir la décroissance.



    • bernard29 bernard29 28 janvier 2014 09:38

      Bravo pour votre travail . je vous le dis parce que justement je pensais à ce récapitulatif des économies possibles e dont on nous a bassiné un peu partout pendant l’année 2013.et qui restaient lettre morte..

      Qui se souvient des projets de révision de la liste d’agence et organismes consultatifs qui devait nous rapporter quelques milliards etc... Enfin vous parlez de tout et c’est très bien.

      Sauf peut être le nombre d’élus à l’assemblée nationale et au Sénat. On a plus du double de parlementaires qu’aux USA pour une population 6 fois moindre


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 janvier 2014 10:54

        bernard

        merci...
        au fait, au sujet du nombre d’élus au sénat, et à l’assemblée, j’ai bel et bien suggéré une diminution des effectifs...j’aurais pu en chiffrer le résultat, mais je l’avais évoqué dans un article déjà ancien.
        cette mesure pourrait apparaitre populiste, mais je pense qu’elle est indispensable.
        en tout cas, merci de votre commentaire.

      • olivier cabanel olivier cabanel 2 février 2014 15:21

        Groumpf

        belle piste à creuser en effet !
        merci de l’avoir suggérée
        à+

      • Ecométa Ecométa 28 janvier 2014 09:52

        Bonjour,

        On sait tout... le problème c’est que rien ne se fait !


        • claude-michel claude-michel 28 janvier 2014 09:55

          J’ai la tête qui tourne en voyant tous ces milliards qui s’envolent.. ?

          Bravo pour l’article qui va au fond...des milliards dépensés un peu n’importe comment...Vous démontrez l’incompétence de nos dirigeants actuels et passés..à gérer notre pays..mais le plus affligeant est que tous ces « FLAMBEURS » veulent continuer leur sordide machination mafieuse...A part le mot MAFIA je ne vois pas d’autre qualificatif qui leur conviendrait.. !
          Encore merci+++

          • olivier cabanel olivier cabanel 28 janvier 2014 10:56

            claude michel,

            c’est à se demander s’ils ont vraiment l’intention d’économiser intelligemment notre argent ? 
            il y a de quoi en douter.


          • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 28 janvier 2014 22:12

            D’accord avec Olivier.

            Moi aussi j’ai cru longtemps que les politiques souhaitaient par leur action améliorer la société mais un retour sur ces dernières décennies prouve exactement le contraire au moins au gouvernement. Que certains députés soient sincères, je n’en doute pas mais je n’en serais certaine que si ils renonçaient à leurs avantages et ne remplissaient cette fonction que par idéalisme ... on peut rêver ...


          • Fergus Fergus 28 janvier 2014 10:02

            Bonjour, Olivier.

            Excellent article. Et excellentes questions.

            Les gouvernements passent et les gabegies restent. Quant à la lutte contre l’évasion et la fraude fiscales, elle reste anecdotique, les mesures prises visant à enfumer l’opinion en lui faisant gober la réalité d’une action déterminée là où l’incurie règne en maître. La radiation des Bermudes et de Jersey de la liste noire des paradis fiscaux est, à cet égard, significative du fait que l’on prend les Français pour des idiots alors que cette mesure ne vise qu’à protéger les avoirs de « bons amis » de la nébuleuse industrielle et financière qu’il ne faut surtout pas froisser. Tout cela est à la fois scandaleux et pathétique !

            Quand nos compatriotes ouvriront-ils les yeux et descendront-ils dans la rue pour exiger la fin des privilèges exorbitants et des poursuites drastiques contre les parasites de la société qui se gavent en toute impunité ?

            Cordialement.


            • olivier cabanel olivier cabanel 28 janvier 2014 10:56

              merci Fergus

              je partage totalement ton indignation.
              cordialement aussi.
               smiley

            • bleck 28 janvier 2014 18:03

              @ Fergus


              Descendre dans la rue ?

              Vous n’y pensez pas ,

              Pour se faire traiter de fachos par vous et vos semblables tels Pelletier et autres Sydney ?

              Laissons faire les choses : la poire pourrie va tomber toute seule de l’arbre

              A l’odeur je dirais que c’est pour dans pas longtemps et
               même avant

              Le piétinement que ça va être dés qu’elle sera tombée

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 janvier 2014 10:08


              Il ya bien un moyen de rééquilibrer les finances publiques, c’est de sortir de l’ UE et de l’euro pour relancer la croissance, exemple la Suède, en dehors de l’ UE, dont l’économie tourne à plein régime.

              Hollande, comme tous les Chefs d’Etat européens, ne peuvent plus mener de politiques intérieures nationales, c’est Viviane Reding qui est venue l’expliquer aux Députés., mais des politiques européennes.

              Et quelles politiques européennes ? De l’austérité à perte de vue... « Une zone euro à l’ image de l’Allemagne, austérité acte III  » avec des contrats contraignants etc.

              Une erreur ? Sûrement, mais si l’ Allemagne dit que l’austérité doit continuer....

              L’objectif serait plutôt de finir d’achever les services publics. (article 106 des Traités européens.)

              Le problème, c’est que derrière les budgets publics, il y a des milliers d’emplois, et en période de chômage ..., cela ne va pas arranger les statistiques de Pôle Emploi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès