Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’arme du Banquier : le Ratio Cook 8%

L’arme du Banquier : le Ratio Cook 8%

En entrant dans une de ces innombrables succursales de banques, pour y déposer son modeste chèque de fin de mois, il peut arriver qu’un quidam, constatant l’ampleur des moyens matériels et humains, se pose la question : « Mais « Comment ça marche ? »

Mais ! C’est simple ! 

- Grâce à tous les clients qui déposent à la banque leurs modestes chèques de fin de mois, la banque prête de l’argent et, avec les intérêts, la banque paye ses employés. 

- Oui, mais je consomme ma paye et de plus, je constate qu’il y a autant de prêts élevés qu’il y a de modestes chèques de fin de mois ? 

- Il faut savoir qu’il y a des gens très riches qui placent leur argent à la banque pour toucher des intérêts. C’est grâce à l’argent de ces gens riches que la banque prête de l’argent, et ... etc. etc. 

- Ah ! Bon ! 

Mais, en sortant de sa succursale bancaire, il peut arriver que le quidam, constatant l’immensité des villes dans lesquelles il évolue, où tout, absolument tout, est construit et acheté à crédit, et cela, jusqu’à la dernière "caillasse", se pose la question : "Mais ?" 

- Soit, les riches sont très riches, très nombreux et très philanthropes ? 

- Soit, le banquier n’a pas tout dit ? 

le Ratio Cook 8% 

En effet, un banquier fait légalement ce qui conduirait tout autre individu en prison. 
Il y a belle lurette que les Banques ne se posent plus la question. À savoir si dans l’instant où elles accordent un prêt, elles disposent ou ne disposent pas de l’argent disponible. Elles prêtent ou elles ne prêtent pas. Point, c’est tout ! 

L’avantage des chèques, des cartes bancaires et des virements. 

Les transactions ne s’effectuent plus en espèce mais en virement de toutes sortes. Les Banques prêtent des chiffres sur du papier ordinaire. Toutes les Banques pratiquant la même méthode, personne ou presque n’y voit plus rien. Et, cela arrange tout le monde. 

Tout le monde est content. 

Cette inflation privée est pratiquement invisible. Elle remplace avantageusement l’inflation publique. Il est vrai que l’inflation publique a toujours donné la nausée aux économistes et aux politiques. 

Un garde-fou 

Néanmoins, on imagine facilement que les dérapages sont possibles et qu’il a été nécessaire d’imposer des limites. Le législateur nous a donc concocté une loi qui réglemente et est supposée nous protéger des abus des banquiers. 
Le "ratio Cook" 8 % impose à la banque de maintenir un rapport minimum de 8 % entre, d’un côté son fonds propre et de l’autre son crédit à la clientèle. 
En clair, lorsqu’un banquier possède 8 euros, il a le droit de prêter 100 euros fictifs (de l’encre noire sur du papier ordinaire). 
En revanche, le remboursement avec les intérêts font entrer 200 euros vrais (profit du travail). 

- Ah ! Je commence à comprendre ! 

Bien entendu, lorsque l’on arrive légalement à une pareille situation, il faut compter avec les aménagements, les accommodements, les tricheries, les dérogations et les tolérances admises. 
C’est ainsi, qu’en additionnant tout cela, certains banquiers parviennent, paraît-il (mais il ne faut pas le répéter), à prêter jusqu’à 150 euros fictifs pour 1 euro de fonds propres. 

- Comme cela, j’ai tout compris ! 

Cela n’est pas suffisant, on peut faire encore mieux. 

Avec 8 euros vrais, prêter 100 euros fictifs pour recevoir 200 euros vrais, cela peut donner l’impression d’un troc fructueux. 
C’est exact ! Mais cela prend beaucoup de temps, trop de temps, des années ! L’opération s’effectue sur un grand nombre d’années et il faut aussi compter avec l’inflation. Que des soucis ! 

On peut envisager un profit plus rapide et plus sûr

Le fin-du-fin, pour un Banquier, c’est de faire le contraire de ce que l’on attend de lui. C’est de prêter de l’argent : 

- soit à un client dont il sait par avance que son projet n’est pas viable et qu’il va à la faillite ; 

- soit à un client qu’il devine vulnérable et que l’on pourra artificiellement contraindre, par un « coup tordu », à la faillite lui aussi. 

L’important dans les deux cas, c’est de s’assurer que les investissements seront bien effectués et qu’ils seront récupérables (tout ou partie, récupérables). 
En effet, même si la banque, dans un mauvais cas, ne récupère que 50% du prêt, la chose s’effectue sur une courte durée et cela reste néanmoins une excellente opération. 

Gagner en peu de temps 50 euros vrais pour un prêt de 100 euros fictifs reste un bon coup. La banque installe dans sa comptabilité les 50 euros vrais, passe un coup de gomme sur les 100 euros fictifs perdus, et peut relancer immédiatement plusieurs opérations similaires. 

Le piège du mythe de la réussite « Bernard TAPIE » 

Des PME promises au meilleur avenir, mais créées par des “jeunes” non-aguerris aux embrouilles financières, peuvent êtres ruinées en quelques semaines par des manipulations bancaires. 
Une traite impayée, un artifice transforme le crédit en dette. La PEM est contrainte à rembourser illico presto un prêt prévu sur plusieurs années. C’est la liquidation judiciaire. 

Tout bénéfice 

La banque gomme un prêt fictif et alimente ainsi son fonds propre en argent vrai. Un « copain » à l’affût s’empare à bon compte de l’entreprise ou de seulement ses brevets et s’en va les faire fructifier ailleurs. 
Bref ! Lorsque l’on se lance dans les affaires, il vaut mieux être en bon terme avec un Dieu protecteur. 

Le PIB est heureux ! 

Tout cela, ce sont des factures, des frais de justice, des frais d’huissiers, des transactions financières profitables au PIB. 
Le PIB, c’est de la croissance. La croissance, c’est le pays qui s’enrichi. Quand le pays s’enrichit, c’est de l’argent pour ceux qui en ont besoin. Va sans dire, de l’argent pour les riches ! Pour être pauvre, on n’a pas besoin d’argent. 

On comprend mieux la raison pour laquelle les riches accusent les pauvres de ne jamais faire d’effort pour dépenser plus. « Salauds de pauvres ! » 

Le « trou » du Crédit Lyonnais, une bonne affaire qui en arrange plus d’un. 
Un trou de 260 milliards de Francs. L’équivalent au produit d’une année d’impôt sur le revenu. 
Sans prendre en compte les profiteurs directs de cette gigantesque arnaque, l’embrouille arrange beaucoup de monde. 

Dans les milieux bancaires, personne n’est dupe. Chacun sait ouvertement que les transactions entre Banques ne sont plus que « de l’encre sur du papier ordinaire » qui repose sur le trou du Crédit Lyonnais. 

Pour cela, il aura suffi que le Gouvernement annonce que le trou du Crédit Lyonnais sera couvert par l’État. Rien d’autre ! 

Sans doute pour service rendu, le grand superviseur de cette gigantesque arnaque financière s’est retrouvé propulsé à la tête de la Banque européenne. Bon courage ! 

Texte rédigé en juillet 1996. Seules certaines conversions en euros ont été effectuées. 

L’Argent Dette de Paul Grignon (Money as Debt FR) from Bankster on Vimeo.

On comprend aujourd’hui comment l’Europe a pu créer artificiellement un fonds de 750 milliards d’euros (sans le moindre centime) pour venir en aide à ces pays en faillite gérés ouvertement par les curés. 

Ces 750 milliards d’euros aboutiront dans les banques, placés sur les marchés boursiers (de l’argent mort). 

En contre partie, on demandera aux habitants de ces pays de se mettre au travail et de se serrer la ceinture pour rembourser le généreux prêt européen avec des euros vrais. 

Se sortir de l’Europe ! Et, vite ! 
http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2010/06/30/se-sortir-de-l-europe-et-vite.html 


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • yoananda 3 décembre 2010 11:18

    J’emprunte 1 milliard de dollars à la BCE ou la FED, a un taux très bas de 1% ou 0,25%.
    Disons, pour faire plus simple, j’emprunte à la FED à 0,25%.
    Je place mon argent sur le FOREX en spéculant sur d’autres devises ou bien, je le dépose sur livret A Français a 1,75%.
    Soit un différentiel de (FED) 1,5% ou (BCE) (0,75%).
    A bout d’un an 1,5% de 1 milliard = 15 millions de dollars, ou 7,5 millions d’euros.
    Je rembourse mon emprunt après de la FED ou la BCE.

    J’ai gagné plusieurs millions, sans rien faire, sans risque.

    Si en plus, je suis pas trop mauvais, je peux obtenir des rendements de l’ordre de 10% (c’est la norme actuelle dans le finance), soit plutôt 100 millions. sans rien faire.

    Bien sûr, tous les placements ne sont pas toujours gagnants, mais sur la foule qui spéculent, y en a un paquet qui gagnent ce genre de sommes. Les autres ? ben on les renfloue avec l’argent public pour qu’ils puissent continuer. Alors pourquoi se gêner ?

    En plus, il y a les « effets levier » qui permettent de jouer sans emprunter, avec de l’argent que l’on n’a pas, et donc, de multiplier les 100 millions.
    En plus, il y a les « shadow banks » et les « paradis fiscaux » (oups, non coopératifs) qui permettent de ne même pas payer d’impôts ou de charges sociales.

    Donc pourquoi aller travailler et faire un métier honnête ?

    Le ratio de cooke dans tout ça ? c’est pareil, c’est un autre levier pour faire plus d’argent avec de l’argent. En plus il n’est même plus respecté (aujourd’hui ce sont les accords de Bale II et III mais tout le monde s’en moque).


    • tchoo 3 décembre 2010 12:18

      Je suis une banque
      j’emprunte 1 milliard de dollars à la BCE ou la FED, a un taux très bas de 1% ou 0,25%.
      Disons, pour faire plus simple, j’emprunte à la FED à 0,25%.
      et je consens un prêt à un état, prenons l’Irlande d’aujourd’hui, en pleine déconfiture à 6.75% parce que des agences de notations ont décidés
      Je gagne 6.5% d’intérêt sur de l’argent qui n’existait pas au détriment d’un pays et surtout des ces habitants qui ont cru bon de sauver la banque du pays qui s’en allait à vau l’eau.

      Je suis une banque, je m’enrichis sur le dos des travaillants et je vous em..............


        • plancherDesVaches 3 décembre 2010 13:10

          Je ne vois pas ce que l’Euro vient faire là-dedans, car le système est mondial.

          Il nous appartient, par contre, de diffuser la vraie information auprès de tout le monde afin de ne pas se tromper de cible quand les choses tourneront mal.
          Encore plus mal, je veux dire.


          • kéké02360 3 décembre 2010 13:16

            Il y en a marre de nous prendre pour des trous de Bâle smiley

            Intéressons nous aux banques !!! Il est temps !!!!  smiley 

            J’ai cru comprendre que les banques françaises ( crédit agricole entres autres.... )se sont engagées pour moitié du prêt aux Grecs ( sachant qu’ils ne pourront jamais rembouser leur dette ! ), est-ce vrai !???

            Pourrions nous voir ensemble sous forme de tableaux les différentes banques qui sévissent sur notre territoire et faire :
            un hit des plus endettées ,
            un hit de celles que nous avons renflouée sans nous consulter ( avec le montant des sommes versée ).
            un hit des banques qui soutiennent des projets d’économie durable ou des associations d’aides au pays du Sud .
            Un hit ..............

            Il me semble que nous sommes en droit de savoir la vérité pour procéder rapidement à une karchérisation des bankracailles en mettant notre argent au bon endroit ......

            Qui peut nous éclairer afin d’agir !?????

            PS s’il y en a un(e) qui dit que sa banque est meilleure je le moinse smiley


            • plancherDesVaches 3 décembre 2010 20:21

              Tu es vraiment un kéké.

              Mais je vais faire comme Wikileaks, soit te donner de l’information tout simplement parce que nous sommes en France, passés à un système d’éducation payant.
              Et ça, ça m’énerve.
              L’éducation, comme la médecine sont des biens qui doivent rester commun. Et c’est ce qui tuera le pouvoir en place.
              Tout comme la récupération de la justice. Un truc de droite.

              Sache d’abord que je possède un tableau graphique des avoirs, des dettes ainsi que le poids boursiers de chaque banque mondiale.
              Le souci est que personne, sauf le directeur de la banque, ne sait ce que la banque possède réellement.
              Tu veux un exemple.. ??
              Avant chaque bilan trimestriel, les banques utilisent un système identique à celui que les dirigeants de droite de la Grèce ont utilisé pour avoir moins de dette.
              Il faut un swap entre leur dette et un garant à hauteur de 43% de leur bilan.
              C’est à dire qu’ils truquent leurs comptes.

              Va-z’y, moisse-moi : j’ai une banque aussi pourrie que les autres.
              Mais elles y sont OBLIGEES !!!!!!!!!!!!!!!!
              Histoire de faire croire qu’elle « gagne de l’argent ».
              L’expression ne te rappelle rien, entre nous.. ??

              L’habit fait le moine, mais jamais longtemps.


            • kéké02360 3 décembre 2010 21:51

              Et bien Planche à billet des Vaches !!!

              Partage les tes tableaux graphiques çà peut intéresser , même un Kéké smiley


            • tmd 3 décembre 2010 13:23

              Une erreur cependant dans cet exposé. À partir des 8 euros déposés, la banque ne va pas créer 100 euros à partir de rien. Elle va emprunter 100 euros (92 en fait, 100-8) auprès de la BCE.

              Aussi, dans les scénarios des commentaires d’emprunt d’1 milliard, disons que vous pouvez aussi faire un mauvais placement, en donc perdre de l’argent. Un petite broutille de quelques dizaines de millions. Et cette broutille vous fera cruellement défaut lorsqu’il faudra rembourser le milliard ! C’est le rôle de ce ratio de 8% (Greenspan préconise 10%) : si la banque n’a pas 80 millions de fonds propres, elle ne peut pas emprunter 1 milliard.


              • xray 3 décembre 2010 20:08


                Bien NON ! La banque n’empruntera rien du tout. Surtout pas à la BCE. 



              • lolo 3 décembre 2010 13:43

                Une idée toute simple, nationalisons les banques (ne serait-ce même qu’à 50%). Les bénéfices générées par les banques retrournant à l’état, les déficits et la dette des états se réduiraient à une vitesse fulgurante. Mais bon, je ne sais pour quelle raison, cette solution paraît horriblement affreuse aux banquiers et aux politiciens et institutions européennes.

                Ce qui est scandaleux c’est que les banques, qui créent de l’argent à partir de rien, se font payer des intérêts sur de l’argent virtuel. Donc en conclusion, l’état et le citoyen paye un impôt privé sur la création monétaire...C’est tout de même fantastique. Moi aussi tiens demain, je me propose de créer un fichier excel, d’y inscrire dessus le chiffre de 1 million d’euro, puis de le prêter aux particuliers ou à l’état moyennant intérêt...A tous les coups, on va me dire que je n’en ai pas le droit (et je finirai en prison), mais pourtant les banques l’ont bien ce doit, un droit qui aurait du rester propriété de l’Etat et non la propriété d’une caste privée.

                Enfin, tout l’argent virtuel des banques ne correspond finalement à rien, la valeur de cet argent virtuel dépasse de loin la quantité de richesse de l’économie mondiale. Donc après tout, on pourrait se dire que leur milliards gagnés virutellement ne vallent rien. Eh bien non, un euro gagné virtuellement, via des intérêts gagnés sur une somme virtuelle, permet tout autant qu’un euro vrai d’acheter sa baguette, une voiture...C’est là ou le vol véritable vol des travailleurs s’effectue, c’est que cet argent virtuel rentre en conccurence avec l’argent vrai (issu de la création de richesse) pour l’achat de bien...Et après on s’étonne que le travail soit dévalorisé, pas étonnant du tout.
                En quelque sorte, les banquiers vivent comme des pachats en usant de la fausse monnaie qu’ils produisent à foison, et personne ne dit rien. Quelle époque fantastique. Je suis sur qu’elle paraitra complètement surréaliste aux générations futures.


                • GIGI 3 décembre 2010 15:35

                  Oui, vôtre analyse est très juste
                  Mais pour bien comprendre ce qui se passe réellement il faut y apporter quelques précisions
                  Ce holdup monumental qui consiste à faire rembourser de vrais intérêts sur un capital fictif que les banques nous prêtent est le fruit d’une longue machination qui prends sa source dans les années 70 .
                  ACTE 1 en 1971
                  DECORELLATION DU DOLLAR PAPIER DE L’OR SOUS LA PRESIDENCE DE NIXON
                  L’état Américain avait imprimé tellement plus de dollars qu’il n’y avait d’or en réserve ,que la situation devenait explosive .
                  Et depuis lors tous les pays du monde ont procédé de la sorte avec leurs monnaies nationales .
                  Les états n’ont donc plus le devoir d’échanger nos billets contre de l’or,nos billets ne sont plus que de vulgaires bouts de papier auxquels nous voulons bien donner la valeur qui est imprimée dessus 
                  Depuis 1971 LE MONDE AVAIT DEJA COMMENCE A FONCTIONNER AVEC DE LA FAUSSE MONNAIE
                  ACTE 2
                  EN 1972 REUNION DES BANQUIERS INTERNATIONAUX A Bâle en Suisse ( Bâle i )
                  Là aussi les banquiers avaient déjà tellement triché, en prêtant beaucoup plus qu’ils ne possédaient, qu’il fallait régulariser la situation ,avec le fameux ratio Cook.de 8%.
                  Ce ratio de 8% a permis aux banques de prêter en toute légalité 12,5 fois ce qu’elles possédaient ( 8 X 12,5 = 100 )
                  ACTE 3
                  EN 1973 VOTE DE LA LOI POMPIDOU INTERDISANT A L’ETAT FRANCAIS D’EMPRUNTER AUPRES DE SA BANQUE NATIONALE
                  Et dans la foulée tous les états du monde ont légiféré de cette manière
                  Petite précision d’importance POMPIDOU était un ancien responsable de chez ... ROTSCHILD
                  ACTE 4
                   EN 1974 PREMIER DEFICIT DE LA FRANCE EMPRUNTANT DU CAPITAL ( fictif ) AUX BANQUES PRIVEES ET DEPUIS JAMAIS REMBOURSE POUR ARRIVER A UN TOTAL DE 1600 MILLIARDS € EN CETTE ANNEE 2010
                  Si les pays avaient emprunté de l’argent à leurs banque nationales ,les citoyens ne seraient endettés qu’envers eux mêmes et les intérêts versés auraient alimenté les trésors publics
                  Au lieu de cela les intérêts de la dette s’en vont vers des patrimoines privés qui en nous prêtant de l’argent fictif nous créent une dette réelle que nous devrons rembourser avec nôtre sueur et jusqu’à notre dernière goutte de sang
                  LA SITUATION ACTUELLE EST PIRE QUE CE QUE LE COMMUN DES MORTELS PEUT PENSER
                  LES BANQUES AYANT TELLEMENT PLUS TRICHE QUE CE QUI ETAIT LEGALEMENT PREVU ( prêter 12,5 fois plus qu’elles ne possèdent ) ,ELLES SONT EN FAIT DESCENDUES A UN RATIO MOYEN DE 2,5 % CE QUI EN FAIT VEUT DIRE QU’ELLES ONT
                  PRËTE 40 FOIS LE MONTANT DE CE QU’ELLES POSSEDENT
                  SACHANT QUE LE CAPITAL FICTIF QU’ELLES NOUS PRETENT PASSE EN PERTE RELLE DANS LEURS BILANS SI CELUI CI NE LEUR EST PAS REMBOURSE IL SUFFIT DONC DE SEULEMENT 2,5% D’ARGENT PRETE NON REMBOURSE POUR QU’ELLES SOIENT EN ACTIFS NEGATIFS
                  AUTRE FAIT TRES INQUIETANT
                  Au niveau mondial quand une banque est en faillite la BCE et le FMI ne renflouent pas directement la banque mais prêtent de l’argent là aussi fictif aux états qui eux viennent au secours de la banque
                  Ce qui a pour effet d’endetter encore plus le contribuable qui devra encore suer plus pour venir au secours du patrimoine privé des banquiers internationaux
                  NOUS ASSISTONS A UNE CHOSE INIMAGINABLE OU LE CAPITAL FICTIF PRODUIT PAR QUELQUES UNS VA DEVORER LES VALEURS RELLES QUE CHACUN DE NOUS POSSEDENT ET CE PAR LE BIAIS DES AUGMENTATIONS D’IMPOTS DE TAXES ET AUTRES PONCTIONS NECESSAIRES AU SAUVETAGE DE NOS BOURREAUX


                • Ariane Walter Ariane Walter 3 décembre 2010 18:36

                  @ Gigi,
                  Cela paraît tellement insensé. C’est pourtant la réalité !!! De quoi se flinguer...Ou les flinguer au choix...


                • plancherDesVaches 3 décembre 2010 20:07

                  Vu le niveau de vos commentaires, en effet, Ariane, c’est une bonne idée.
                  Miéleusement votre.


                • Never Give Up Never Give Up 3 décembre 2010 23:01

                  @ Lolo,
                  Vous avez raison mais est ce que le fait que nos dirigants soient obligés d’emprunter au secteur privé avec interet n’est pas au final un garde fou...

                  Au vu de leur serieux, imaginez nos politiques pouvant emprunter librement aux banques centrales, ben je peux vous garantir que nos monnaie ne vaudraient plus grand chose et que l’on se taperait une hyper inflation du genre « Zimbabwe » ou « Weimar »... 


                • candide candide 4 décembre 2010 11:04
                  @Never give up

                  Vaut il mieux un hyperinflation ou un asservissement des peuples ??
                  Dans la premier cas, ça touche tous le monde (donc même les riches) et dans la second que les pauvres. 
                  Donc, à mon avis il vaut mieux l’hyperinflation car tout sera fait pour que ça s’arrête au plus vite.
                  et dans le second, où seuls les pauvres en bavent alors que les riches se gavent, le seul moyen de l’arrêter c’est, malheureusement, ... une révolution !

                • Never Give Up Never Give Up 4 décembre 2010 22:30

                  Peut etre... Mais au final est ce qu’il ne vaudrait pas mieux avoir des dirigants serieux et responsables qui cessent tout simplement de nous endetter en claquant le pognon n’importe comment...


                • Never Give Up Never Give Up 3 décembre 2010 22:50

                  A l’auteur
                  Daccord avec vous, par contre le passage
                  « On peut envisager un profit plus rapide et plus sûr.  »
                  « La banque installe dans sa comptabilité les 50 euros vrais, passe un coup de gomme sur les 100 euros fictifs perdus... »
                  C’est négatif ces 100 Euros ne sont pas fictifs et la banque les doit à une autre banque pour la simple et bonne raison qu’ils ont été dépensés par l’emprunteur...

                  Concernant le ratio de 8%, la solution est peut de etre de monter ce ratio afin d’éviter les dérives, c’est ce qui est réclamé par pas mal d’économistes mais cela passe par une réforme du système et donc pas une volonté politique
                  Cordialement


                  • xray 4 décembre 2010 11:18


                    Bien NON ! Une fois l’opération réalisée, la banque passe un coup de gomme sur le prêt en argent fictif. Elle déchire l’hypothèque qui ne sert plus à rien. 


                    La banque ne doit rien à personne puisque toutes les banques fonctionnent sur le même principe. 
                    C’est la victime du prêt fictif qui a dépensé l’argent.  
                    C’est l’emprunteur qui est censé devoir.  Non pas la banque. 



                  • Never Give Up Never Give Up 4 décembre 2010 22:26

                    Une banque A me prete 100 €, j’utilise ces 100 € pour vous acheter votre maison, vous déposez ce chèque à votre banque B, Et ben la banque A doit 100 € à la banque B...
                    Meme si je rembourse pas...
                    Je suis loin d’etre un spécialiste mais ca parait logique, peut etre que votre raisonement tient quand la banque A et B est la meme.


                  • plancherDesVaches 4 décembre 2010 01:40

                    Le boulot de chercheur ou d’ingénieur consiste à construire en fonction de données fiables.
                    Nous savons que toute donnée ne peut être absolument fiable et nous oblige à appliquer des coefficients de sécurité tant sur la matière utilisée, sur les moyens mis en oeuvre que sur les projets nouvellement calculés.
                    Afin que nous soyons des machines à penser à peu près fiables, nous avons été programmés afin d’intégrer la statistique (fiable) et la probabilité (acceptant une marge d’erreur).
                    Ceci se retrouve dans ce discours d’une de nos machines.

                    http://www.dailymotion.com/video/xfa8ah_economistes-atterres-frederic-lordo_news

                    Cette machine se révoltera et explosera lorsque les conditions de survie de son système seront identiques aux miennes. Soit, nulles.


                    • chuppa 4 décembre 2010 07:49

                      Comme vous tous, j’ai apprécié l’article MAIS quelle conclusion stupide et réductrice qui donne de l’auteur une image d’ado égaré dans la finance.
                      En effet, que viennent faire l’Euro et les curés dans ce bastringue ????


                      • xray 4 décembre 2010 12:17


                        Tiens, il se réveille ! Tout ce qui n’est pas issu d’un dieu imaginaire ne peut être que des stupidités.  On savait,  « chuppa ». Vous ne nous apprenez rien. Seriez vous en mesure de nous apprendre quelque chose, 

                        Qu’est ce que l’euro et les curés viennent faire dans les sombres affaires financières ? 

                        L’EUROPE des curés
                        http://mondehypocrite.midiblogs.com/ 



                      • Yann Patin De Saulcourt Yann Patin de Saulcourt 4 décembre 2010 21:46

                        Si j’ai bien compris en substance  : Si chacun retire 8 euros de la banque, ça fait 100 euros de prêt qu’elle ne peut plus faire...

                        Vu ainsi chacun peut mesurer le pouvoir qu’il a, même en étant pauvre !

                        Ceci rend donc très crédible l’idée de Eric Cantona qui propose de retirer son argent le 7 décembre.
                        On comprends aussi mieux pourquoi les ministres réagissent !

                        On comprends encore pourquoi même l’argent des minimas sociaux sert à la spéculation, ce que j’ai expliqué et étayé hier dans un article publié le même jour que le votre.

                        Merci vivement pour ces éclairages pédagogiques, merveilleusement complété par d’excellents commentaires !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès