Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’aumône au Grand Canyon

L’aumône au Grand Canyon

La Terre est bleue comme une orange
Éluard
 
Aumône : Ce qu’on donne aux pauvres pour les soulager.
 
La source même du problème – le crédit trop facile – est fallacieusement considérée comme sa solution. Les gouvernements tiennent absolument à faire quelque chose, et ils ont décidé de tenter futilement de prolonger le boom artificiel des dernières années. Ce faisant, ils ne font que continuer de creuser plus profondément le trou dans lequel nous nous trouvons. Le réajustement nécessaire n’en sera que plus prolongé et dévastateur pour plus de gens. Le gouvernement américain continue de creuser son trou financier Martin Masse

Le clavier d’ordinateur : une mitraillette à zéros

Il y a quelques années, au Canada, on parlait de la dette nationale de 600 milliards de dollars canadiens, et cela nous provoquait des crampes au ventre. Aujourd’hui, les chiffres roulent au point tel point que le clavier de l’ordinateur est devenu utile dans sa fonction « mitraillette » : on appuie sur un chiffre, ensuite sur le 0, et on garde la touche enfoncée pendant quelques secondes. Ça donne une idée du gouffre financier dans lequel les peuples de la Terre s’enfoncent.
 
Un Grand Canyon économique, créé par le monde souterrain de la finance, dans une vaste entreprise d’escroquerie souterraine.
 
Quand on perd un fichier électronique, on dit qu’il s’en va dans le cyberespace.
L’argent a été créé dans le cyberespace et a été avalé dans le cyberespace. Sauf que ceux qui l’ont créé ont eu le temps de transformer ce « produit » abstrait en réalités dans leur portefeuille.
 
Le vaisseau Terre coulé par une torpille à cravate

Depuis que les télescopes peuvent être propulsés dans l’espace, on peut, de visu, observer ce petit ballon bleu que l’on nomme maintenant « vaisseau ».
Certes, un vaisseau ! Depuis des décennies, la camarilla à cravate – détentrice de sommes colossales, participative au financement des politiciens – que trop souvent – a varlopé les comptes des petits épargnants.
 
Plus besoin de bas de nylon ou d’arme pour braquer une banque. Faites partie d’un club sélect, vendez du crédit, et envoyez la mallette de vos gains dans un paradis fiscal via transferts électroniques.
 
Cette torpille à « tête chercheuse » est en train de faire basculer la Terre dans le cyberespace.
 
En prenant soin d’acheter su solide avant…
 
La calculette : nous sommes tous millionnaires…sans le savoir.

Prenons le plan de relance aux États-Unis.
 
700 milliards de dollars.
Ajoutons 500 milliards de donné.
On en arrive à 1200 milliards de dollars.
 
 La planète compte 6,7 milliards d’habitants. Si on prend seulement les 700 milliards de dollars américains et qu’on les divise par les 6,7 milliards de personnes qui vivent sur terre, cela équivaudrait à 104 millions de dollars par habitant ”.

L’argent va à ceux qui perdent notre argent en spéculation et il ne reste plus rien pour les êtres humains, commentait un abonné d’Agoravox.
 
Dans un article intitulé L’assouplissement quantitatif, François Marginean nous flanque devant les yeux une image qui vaut…1000 milliards de dollars.
 

 
 
Le pauvre à la rescousse du Grand Canyon
On a soulagé les petits portefeuilles des citoyens moyens avec une voracité de lion qui n’a pas mangé depuis des mois. Pour vous donner une idée des proportions azimutées, voyez les précisions qui suivent :
 
Pour vous donner une idée de grandeur et vous mettre ce chiffre en perspective, la crise du marché de l’hypothèque résidentiel (subprime) était au plus de 23 000$ milliards aux États-Unis. Nous nous échinons avec ces plans de sauvetage pour sauver les marchés boursiers, mais il n’est évalué qu’à un peu moins de 15 000$ milliards au total, aux États-Unis encore. Le PIB de ce dernier est de 14 200$ milliards. La valeur totale de tous les marchés boursiers du monde ne dépasse pas les 50 000$ milliards, selon la World Federation of Exchanges. L’assouplissement quantitatif. François Marginean
 
C’est comme si une météorite était tombé sur Terre et que chaque citoyen de ce monde devait passer devant un énorme cratère pour et y lancer une pièce de 2$ de temps en temps pour boucher le trou.
À quoi sert de boucher les trous si on ne se débarrasse pas des rongeurs ? 
Il ne reste qu’à infiltrer de mort aux rats leur caviar.
Sinon nous n’aurons plus rien à manger. 
 
L’argent désatomisé

Nous voilà dans l’univers des échanges électroniques. Là où la réalité est créée par la fiction.

La distance entre la réalité des biens et les échanges boursoufflées par les spéculations, a fini par créer une distance démesurée entre le bien réel et le bien fictif… mais échangeable. Du moins électroniquement…Et pas par n’importe qui…
 
Le papier est en train de retourner aux arbres, puisque la société semble se diriger vers une économie de transferts électroniques.
 
Prochainement, on va d’abord refuser dans le commerce, puis cesser d’imprimer, les billets de 100, puis de 50 dollars. Il restera les liasses de billets de 20 dollars distribués par les guichets automatiques et qui, inflation aidant, ne serviront plus bientôt que pour les pourboires.
Rien de complexe et rien de douloureux, On va dématérialiser l’argent, comme on a dématérialisé les titres boursiers, il y a quelques années, lesquels ne valent plus le papier sur lequel on les a imprimés, s’ils ne sont pas “enregistrés dans le système” via courtier. Un titre au porteur est devenu une curiosité… et la plupart du temps une arnaque. De même les “cusips”, mais je laisserai d’autres en parler… L’argent ? À quoi bon ?  Pierre JC Allard 

Vendre la chaise avant que l’ouvrier trouve le bois pour la fabriquer 

Les transactions continuent de se faire, mais elles demeurent fragiles, car les valeurs acquises, où à acquérir, semblent ébouleuses et invisibles.
 
Où est passé le tangible ? Le vrai ? Pour tout dire, la voracité est à un point tel que les spéculateurs vendent les chaises à crédit avant qu’elles ne soient créées.
Et ce sont les « traders » qui peuvent en plus vous vendre du crédit sur la valeur (sic) de votre chaise. Car pour eux, une chaise peut devenir une maison…
 
Et la chaise devient musicale. Comme une berceuse pour endormir le consommateur.
Le produit dérivé est déterminé par ce que quelqu’un d’autre est prêt à payer pour le contrat. La valeur est fondée sur un scénario artificiel que "X" sera la valeur "Y" si "Z" arrive. …La réalité de la situation s’apparente à un jeu de chaises musicales - sans chaises. The 700 billion dollar elephant in the room Thomas Kostigen  

La Terre : une pomme gangrenée

Dans le poème d’Éluard, la Terre est une orange ronde et bleue.
 
Dans la réalité c’est une pomme pourrie infestée par des vers électroniques ( Eh ! oui !), cravatés, qui contrôlent les masses monétaires des pays… et les politiciens.
 
Il ne reste plus au citoyen que de passer par le Grand Canyon et y jeter ce pourboire de papier ou de métal que lui a gardé l’économiste pour les petites occasions.
 
L’aumône est pour les pauvres : AIG est devenu pauvre. Le citoyen l’a « aumônié » de quelque 170 milliards de dollars.
 
GM est devenu pauvre… Des banques étasuniennes sont devenues pauvres. Partout dans le monde, des trous… Et partout nous sommes devenus les esclaves de l’aumône.
C’est le citoyen qui va payer pour cette nouvelle neuvième merveille du monde. L’œuvre de rongeurs bien coiffés à droite. L’œuvre d’un paon dont la queue versicolore cravache tous les rameurs du vaisseau Terre.
 
Les castors à Auschwitz

C’est un peu cynique que de voir les petites gens rembourser ce qu’ils se sont fait brigander. Ils rétrocèdent une dette qu’ils n’ont pas créée.
Pas de cagoules, pas d’armes.
 
C’est la grosseur des dents du rongeur qui détermine sa valeur.
 
Les castors bâtissent des barrages avec leurs dents et leur queue. Les rats de la finance, eux, « débâtissent » des débâcles. Pour que les castors en construisent d’autres…
 
Et les castors continuent de besogner.
 
Les financiers sont de bouffis trappeurs occultes : ils veulent la peau des castors, mais ils la veule vivante. Car après la crise, le besogneux sera encore là, impavide, vidé, à quatre pattes, la queue basse, à se brûler comme un lampion devant des dieux à chemises blanches.
 
L’aumône totale.
 
La Terre est devenue un énorme Auschwitz. Les humains sont asphyxiés par une race qui se croit supérieure. 
 
Et c’est le prisonnier qui fait vivre les bourreaux. Et grassement…

Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Shim 21 mars 2009 13:29

    "Si on prend seulement les 700 milliards de dollars américains et qu’on les divise par les 6,7 milliards de personnes qui vivent sur terre, cela équivaudrait à 104 millions de dollars par habitant ”.



    C’est une blague de mauvais goût, ou bien vous avez les capacités de calcul d’un hamster hémiplégique ?

    700 milliards divisés par 7 milliards, ça fait 100.

    Pas 100 millions.



    • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 mars 2009 15:18

      Shim,
      J’opte pour le hamster hémiplégique. smiley
      L’insulte est vraiment drôle.
      Je n’ai pas fait de calculs, ce calcul est tiré d’un abonné d’Agoravox. J’ai dû oublier des chiffres quelque part.
      Je vous transcrit un autre calcul de cet abonné :

      “il me semble qu’il y a un réel problème avec la répartition de la richesse”Si nous prenons le cas de la France et les 26 milliards € investis par notre gouvernement avec l’argent des contribuables.
      26 milliards pour 60 millions d’habitants.
      Cela représente la somme de 433,33 millions d’euros par habitant
      . »
      Est-ce exact ?
      Je n’ai pas compté, j’ai trancrit. Personne n’a sursauté en voyant ces chiffres. J’ai fait confiance aux français, étant moi-même d’origine française...depuis 1764. smiley
      Alors nous sommes bien des hamsters...
      C’est pour ça qu’on est crétin au point de faire rouler l’économie en trottinant sur une roulette dans une cage.
      Bonne journée !



      • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 mars 2009 19:10

        Bonjour Shim,
        Pour ceux qui veulent se batte pour les chiffres je vous envoie la note que j’avais prise, Hélas ! Je n’ai pas noté le nom de l’auteur.
        Le but de l’article, en passant, n’est pas d’avoir des chiffres : les énomistes sont là pour ça. Le but est de démontrer le trou énome dans lequel nous nous enfonçons. Ça a l’air de sables mouvants. Et dites vous que nous n’avons rien vu. Les bulles n’ont pas fini d’éclater...
        Voici le texte : Voici un calcul qui démontre que de bien compter parfois, prouve que ce qui est fait, est mal fait.

        Un simple calcul. Un résultat impressionnant.
        Réflexion et simple calcul envoyés à CNN par un téléspectateur :
        Le plan de relance des banques prévu avec l’argent des contribuables coûtera la somme de : 700 milliards de dollars prévu par le plan de relance Américain + les 500 milliards déjà donnés, + les milliards d’euros que donnent les gouvernements européens aux banques en crises en Europe.
        Pour essayer d’avoir seulement un aperçu de ce que cela représente le téléspectateur a fait le calcul suivant :

        “ La planète compte 6,7 milliards d’habitants. Si on prend seulement les 700 milliards de dollars américains et qu’on les divisent par les 6,7 milliards de personnes qui vivent sur terre, cela équivaudrait à 104 millions de dollars par habitants”.
        “Si on avait remis cet argent à chacun des habitants de la planète non seulement on aurait éradiquer la pauvreté mais tous les habitants de la terre seraient devenus millionnaires”.
        Il conclue en disant :
        “il me semble qu’il y a un réel problème avec la répartition de la richesse”Si nous prenons le cas de la France et les 26 milliards € investis par notre gouvernement avec l’argent des contribuables.
        26 milliards pour 60 millions d’habitants.
        Cela représente la somme de 433,33 millions d’euros par habitants.
        Si l’on considère une famille de 4 personnes cela ferait 1,733 Milliards.
        Avec une telle somme les familles auraient ainsi largement pu rembourser leur hypothèque et il n’y aurait pas eu de crise.
        Même une somme plus modeste le leur aurait permis et aurait relancer la consommation.
        La crise est bien là maintenant et les gouvernements se moquent de nous.
        L’argent va à ceux qui perdent notre argent en spéculation et il ne reste plus rien pour les êtres humains
        Passe ces calculs à tous ceux que tu connais !


        Je me suis fié à ces calculs.
        Alors, pour ceux qui savent mieux compter, faites-le. Le GRand Canyon reste le même : Je sais que la dette actuelle des étatsuniens représente actuellement 5000$ par habitant.
        Que selon un certain économiste , la guerre en Irak, a été évaluée à 3000 milliards de dollars, si les États-Unis quittent en 2017.
        Pour faire bref, nous sommes rognés, rongés, volés, trompés par une bande de voyous qui - en terme d’éthique et de morale,- n’a rien à envier au régime hitlérien des années 1930.
        Et... c’est ce qu’on sait...
        Ce que nous ne savons pas, on nous le cache ou on nous le livre par petits paquets de mauvaises nouvelles.





        • Blé 22 mars 2009 06:40

          Les chiffres que vous donnez pourraient servir à une prochaine manifestation. Mettre sur des pancartes la somme que représente cette crise pour chaque français. Les élites sont toujours en train de nous dire que nous n’avons pas bien compris, avec ces pancartes ils pourraient nous dispenser de leurs commentaires et de leurs explications "pédagogiques".


          • paul muadhib 22 mars 2009 17:08

            les humains sont asphixies par une race qui se croit superieure !! rien a rajouter sauf "swing la bacquaise dans l fond d la boite a bois ? carriere dans l humanisme , bravo !!
            salut amical d irlande ,


            • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 22 mars 2009 20:16

              Bonjour Paul,
              5 enfants, vit avec un salaire, etc. En Irlande...
              J’étais cerain que tu étais québécois... Swing la bacquaise ....
              J’aime le gens qui savent vivre les pieds sur terre. Tu as fait bien des métiers, Moi aussi.. Je ne suis pas le genre à m’enfermer dans une carrière.
              Bonne journée ! Et bonne vie...
              Gaëtan

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès