Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’automobile va-t-elle redevenir un luxe ?

L’automobile va-t-elle redevenir un luxe ?

La hausse du prix des carburants nous amène à cette question.

Cette dualité pourrait faire l’objet d’un sujet de philosophie au baccalauréat. Tentons donc l’exercice.

Une question revient comme un leitmotiv dans la bouche des interviewers, à l’abord des débats politiques sur le pétrole ou le climat : l’automobile va-t-elle redevenir un luxe ?

Le propre des sociétés humaines est de fonctionner sur des représentations issues de l’inné et des acquis culturels. Ceci est encore plus évident dans nos sociétés de consommation où, une fois les besoins premiers de la pyramide de Maslow satisfaits, les échanges de biens et de services se fondent sur le désir, lui-même basé sur ces représentations.

Comment peut-on dégager une philosophie du luxe ?

Un bien luxueux peut être ce que l’on aime posséder parce que c’est de qualité, durable, d’une esthétique exceptionnellement attirante.

Ce peut être un bien rare dont le prix est inaccessible à un grand nombre de personnes.

Dans une économie mondiale où 20% des gens détiennent 80% des richesses, le luxe peut provoquer un sentiment de privation chez une grande partie de la population parmi les 80%, si ces personnes considèrent qu’un bien luxueux leur est nécessaire.

C’est dans le cadre de cette seconde représentation que prend sens la question : "L’automobile va-t-elle redevenir un luxe ?".

Au début de l’ère automobile, seul un petit nombre de personnes avaient accès à ce mode de transport ; les autres pouvaient ressentir une privation, privation d’une liberté de se déplacer pour ceux qui désiraient voyager, ou handicap dans la recherche d’un avenir meilleur pour ceux qui voulaient étendre leur zone de travail. 

Les constructeurs, par la production standardisée en grande série, ont démocratisé l’usage de la voiture. Leur figure emblématique est Henri Ford. Il déclarait qu’il fallait bien payer les ouvriers pour que ceux-ci puissent acheter des voitures. C’est une vision keynésienne de l’économie : on alimente l’offre pour une stimulation de la demande. C’est aussi ce qui a guidé Jacques Maillot à Nouvelles Frontières, et qu’on retrouve dans son slogan : "Il faut démocratiser le voyage".

Peu à peu, l’automobile est devenue un besoin, indispensable, non seulement dans nos représentations mentales, mais également dans notre vie quotidienne. C’est surtout vrai depuis les années 1970 : l’urbanisme a été construit autour de la voiture, corollairement à une réduction des services publics de transports urbains et à une fermeture de nombreuses lignes SNCF interurbaines liées à la recomposition territoriale de la France.

Les effets de notre urbanisme, de nos préférences dans nos modes de déplacement et de notre représentation de l’automobile dans toutes les mégalopoles du monde, particulièrement en Chine et en Inde, alimentent une crise énergétique et climatique sans précédent dans notre histoire. Cela nous renvoie aux débuts de l’ère automobile, celle du bien luxueux inaccessible, en raison de l’inflation du coût de fonctionnement de la voiture (prix des carburants). La boucle est ainsi fermée.

Lorsque notre gouvernement distribue des chèques à fonds perdus pour financer l’augmentation des dépenses de fonctionnement des ménages, il redonne temporairement à la voiture le statut de bien de consommation courant.

Le lien entre l’accès à la voiture et le luxe - et donc la légitimité de la question posée - se conçoit si on considère la baisse d’accès à l’automobile sous l’angle d’une privation. Il est alors légitime d’évoquer la nature de celle-ci. Est-ce une privation de liberté de posséder une voiture, ou de liberté de se déplacer ? Dans le premier cas, on est dans le cas d’un enfant bavant devant un beau jouet dans la vitrine d’un magasin, celui du pur désir, d’une libido de la société de consommation. Dans l’autre cas, nous sommes dans la privation d’une des libertés les plus fondamentales : celle de se déplacer. Dans un cas, on est dans le fonctionnement des sentiments humains, l’envie, la jalousie ; dans l’autre, on est dans le fonctionnement essentiel d’une société, dans l’intérêt général. On peut alors considérer que l’Etat n’a pas à financer l’achat d’objets de désir ; en revanche il doit garantir la reconnaissance des libertés fondamentales.

Deux choses ont changé dans le contexte mondial, par rapport au début des années automobiles : la connaissance du problème du réchauffement climatique et l’existence du pic de pétrole. Ces deux questions ont rapport à l’intérêt général, et nous conduisent à revisiter notre conception de la liberté, en songeant aux générations futures. Elles auraient dû orienter les politiques publiques vers l’usage intensif des transports publics, dont l’automobile est une composante grâce aux systèmes de transport à la demande. L’instauration d’un ticket transport, à l’instar des tickets restaurants, qu’il soit à la charge des entreprises ou de la collectivité, est une fuite en avant, nous enfonçant encore davantage dans le précipice des déficits. On sacrifie l’avenir pour le présent. Cela nous empêche de repenser notre mobilité pour trouver des solutions plus efficaces.

 

Il vaudrait mieux encourager les ménages à investir dans l’achat de voitures à carburants alternatifs, et les entreprises à effectuer des plans de déplacements, c’est-à-dire à investir dans la rationalisation et dans l’organisation de nos modes de déplacements. L’usage automobile en général et son coût pour chacun diminueraient ainsi.

Pour aller vers de telles politiques, nous devons rompre le lien luxe/automobile, pour que la moindre facilité d’accès à la voiture ne soit plus vécue comme une privation de la liberté de se déplacer. Nous augmenterons ainsi notre liberté de choix dans un éventail de modes de transports équilibré, avec une meilleure qualité de vie. C’est à la puissance publique de créer les conditions pour que ce choix puisse exister. Pour le moment, nous n’en prenons pas le chemin. On continue à acheter la paix sociale, à creuser le déficit des comptes publics, au grand bénéfice des pays producteurs de pétrole, et au grand dam des populations les plus fragiles, celles qui gagnent moins de 1250 euros nets par mois, soit la moitié des actifs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (69 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • (---.---.189.247) 30 août 2006 11:30

    Très bon sujet.

    cependant une précision qui a son importance :

    Pour ce qui concerne L’afrique, le pétrole n’est malheureusement pas

    au grand bénéfice des pays producteurs de pétrole

    Au contraire des pays comme la france ou les USA alimentent des guerres civiles, des coups d’états, ils y placent des gouverneurs (Sassou n’guesso), les conscessions sont privées et à l’usage exclusif des firmes occidentales !

    Le peuple africain n’en tire aucun bénéfice.

    CQFD !


    • Dominique Bied (---.---.89.36) 30 août 2006 23:17

      L’essentiel des ressources pétrolières mondiales se trouvent en Arabie Saoudite. Ce pays engrenge des ressources financières énormes, ce qui est malsain pour l’économie mondiale. Les pétrodollars viennent se recycler dans les pays occidentaux sous la forme d’achats de biens et de services et de placements sur les marchés financiers, c’est ce qui a permis à la macroéconomie de tenir le coup. Cependant, Nous perdons la maitrise financière ce qui est gênant. De plus, l’Arabie Saoudite a financé le wahabisme, générateur de terrorisme, et c’est notre mode de consommation entre autres, en consommant vers un quasi fournisseur unique, qui est en partie responsable de cela. L’occident a été très irresponsable en matière de gestion de l’énergie. Nous le payons très cher et c’est bien évidemment les plus fragiles qui paient l’addition la plus lourde. Aussi bien à l’UMP qu’au PS, ils n’ont pas anticipé cela, alors que c’était évident. Personnellement, j’avais anticipé la crise pétrolière depuis 1992. C’est en 2002 que j’ai adhéré à cap21 pour soutenir Corinne Lepage.


    • Globalia (---.---.212.160) 31 août 2006 09:33

      Dans ces cas-là, il serait plus juste de dire au plus grand bénéfice des émirs saoudiens.


    • Globalia (---.---.212.160) 31 août 2006 10:11

      La voiture à énergie propre n’existe pas. Ce n’est pas parce qu’on utilise plus le pétrole pour les voitures qu’il n’y aura plus de pollution à cause de ces voitures. Nous n’aurons pas résolu un problème, nous l’aurons seulement déplacé. Que ce soit en utilisant le colza, l’électricité, la pile à combustible, l’hydrogène ou autres, il y aura toujours une énorme pollution pour produire ces nouveaux carburants en quantité suffisantes pour approvisioner tous les accros à la voiture. La seule solution c’est arrêter d’utiliser la voiture inutilement mais ça, peu de gens sont prêts à le faire.


    • rjolly (---.---.227.38) 30 août 2006 11:50

      Masse Critique Vendredi 22 septembre : « Arrêtons de tourner en rond, passons aux actes ! Opération à Paris, Strasbourg, Tours... » A Paris tou(te)s les altermobilistes (piétons, cyclistes, fauteuils, rollers, poussettes, long boards...) ont rendez-vous à partir de 18h30 pour se réapproprier la place de l’Etoile.


      • GRL. (---.---.91.38) 30 août 2006 12:33

        Luxe ? Mmmm , pour ce qui est de la voiture , il conviendrait simplement de reperer l’attitude que nous avons avec ce type de véhicule pour se faire .

        Inadaptation .

        Regardez un engorgement au centre ville le matin aux heures de boulot : Des véhicules en enfilade , crachotants et immobiles ou roulant au pas , mais déjà , des véhicules 5 places dont une seule est occupée.

        ..........

        Cliché vrai et concepts chers .

        Nous comptons alors souvent deux vehicules 5 places par foyers , occupés par monsieur d’un coté et madame de l’autre. Trop . De plus , Elle aura choisi sa voiture parmi les modèles pensés un peu pour les femmes autour de la manoeuvrabilité et des accessoires ou autres criteres , peu omporte , la taille peut etre aussi, et Lui , aura choisi un modèle peut etre plus imposant , ou conduira la familiale , ou peut etre même son 4x4 perso.

        Hantise de perdre .

        Il faudra assurer , assurer lorsqu’on sait que cette vie à credit peut basculer dans le surendettement , lorsque un accident vous donne tort, lorsque le voleur est parti avec votre véhicule , votre autoradio , ou même ... pour une simple rayure sur la portiere . Tout risque est né . Tout risque est chere !

        Gaspillage .

        L’assurance doit marcher , alors on change tout et à tout bout de champ , une rayure ? On change l’aile , une petite panne , on change les pieces ... on ne répare presque plus , il parait que c’est trop cher ... Et puis on preferera le neuf , n’est ce pas ? On ne paie pas cette foutue assurance pour rien quand même !

        J’achete , je jette !

        Mais ce n’est pas tout, pour garder , une voiture sans « perdre d’argent » , il convient de la vendre au bout de deux ans , et de racheter , parfois le même modèle avec la nouvelle coque ou , mmm , celle la n’est pas mal non plus et ... Nous arrivons au concept de la voiture ... jetable.

        Distinctions dérisoires , le pauvre a des bosses sur sa clio , le riche n’en a pas ? ha ha ha ... on a pas des vies faciles ...

        ....... mais enfin , quand , dans ce pays , cessera t’on de vivre au dessus de nos moyens ? Quand ?

        A moi , pas à moi ? Non , à moi !

        Imaginez vous bien , et vous le savez d’ailleurs , que tout ce petit monde de consommation automobile , de la publicité à 20h30 jusqu’à la casse , n’est même pas à vous , non , vos voitures , ne-vous-appartiennent-PAS ! ... pour la plupart évidemment .

        Elle sont encore à vos BANQUES. Ceci est possible parce que l’on vous a dit que vous pouvez acheter des choses avec de l’argent que vous n’avez pas , pratique mais il me semble que çà déforme la notion de bien , d’argent , et même de luxe , à terme , non ?

        S’adresser aux consommenteur comme à des ados est une maniere quasi certaine d’obtenir une réaction consumériste d’adolescent, soit tres compulsive. Les publicistes le savent , les banquiers aussi.

        Les banques elles font les bénefices de notre lethargie . Les gens sont perpetuellement devant un etal de bonbons et la seule chose qu’ils aiment aujourd’hui , c’est avoir l’impression ... de les choisir . Et cela à l’ai tellement agréable que des qu’ils en ont gouté un ... mmmm , ils le recrachent , attirés par le choix du suivant . Maintenus en état « d’enfance » , nous oublions que tout cet argent se gagne par le travail , que tout ces biens , ces concepts , technololgies , ... se paient cher , en vérité .

        Mais alors voilà un trouble fete , le prix de l’essence , .... augmente . Si si ! Et çà c’est la grosse colère , hein ?

        Tout etait si bien reglé mais il faut que ces foutus pays pleins de pétroles et de turbans , et tout leurs petroliers pleins d’euros et de dollars , nous empechent d’utiliser la voiture , avec tout ce que l’on a sacrifié pour l’avoir , c’est tout de même un comble ... pire , une ... injustice !!!

        Et j’arrete là , cqfd pour ma part ! On est quand même pas mal dans le faux . Il y a toute une attitude à modifier si l’on veut se SERVIR de nos voitures , et non pas exister au travers d’elles comme un ado avec ses fringues déjantées smiley)

        La voiture , est donc déjà DEJA un luxe et cela tient de la maniere dont nous l’achetons , et de comment nous l’utilisons ... il suffit de voir les parkings des sociétés , lorsque la nouvelle scenic sort , tout le monde a la scenic , lorsque c’est le picasso , tout le monde a le picasso , la laguna , Tout le monde a la laguna . Cerveaux lavés , comptes en banque lavés .... pétroliers et banquiers heureux !

        ....les crédits qui bouffent l’argent des familles et toute cette merde irresponsablement donnée à respirer en ville , eux , sont indélibiles ... A méditer.

        GRL.


        • Basique (---.---.53.17) 30 août 2006 21:07

          ah je vous aime vous !! smiley


        • Dominique Bied (---.---.89.36) 30 août 2006 23:46

          Je suis assez d’accord avec vous. Si vous allez sur mon blog, j’ai une centaine d’articles sur le sujet. Je suis d’accord aussi sur le fait que c’est l’usage de la voiture qui n’est pas bon, et non la voiture elle-même.

          Pour donner quelques chiffres afin de concrétiser ce que vous dites :

          L’automobile représente 25% du budget moyen des ménages.

          Elle consomme 170 mètres carré d’espace public par voiture en milieu urbain, ce qui est ruineux pour le contribuable et pour les comptes publics car cela oblige à surinvestir dans la route. Elle prend en moyenne 1.6 fois plus de surface que l’habitat sur le territoire national.

          1km de rocades urbaines 2X2 voies en souterrain coûte 150 millions d’Euros par km, soit 2 fois le budget annuel de l’université de Rouen. A une époque où il faut financer l’économie de la connaissance, on est en plein gaspillage.

          Le taux moyen d’occupation des voitures est de 1.4, et 1.1 sur le trajet domicile travail.

          Le manque à gagner sur 30 ans de l’usage excessif de la voiture est de plusieurs centaines de milliers d’euros par famille. J’ai fait un petit tableur pour mes conférences sur le sujet, c’est édifiant.

          En France, il y a en gros 30 millions de voitures, 30 millions de ménages, 30 millions d’actifs. Chaque voiture roule en moyenne 40km par jour sur 1h15 en 3.3 fois. C’est donc un outil à rentabilité d’usage faible.

          L’usage de l’automobile fait 1 million de morts par an dans le monde, soit une guerre 14 tous les dix ans, un véritable génocide. C’est le mode de transport le plus meurtrier et de loin, en sus d’être le plus cher au km.

          Il y a 800 millions d’automobiles dans le monde qui émettent à peu près 1.5 milliards de tonnes de gaz à effet de serre par an. Pour information, la planète ne peut en absorber que 4.

          Elles consomment Près de 1 milliard de tonnes équivalent pétrole par an. En sus, si on voulait passer aux biocarburants, il faudrait 1 hectare par voiture et par an.

          En terme énergétique, une voiture consomme 1kWh par km parcouru, c’est l’équivalent d’un halogène laissé allumé pendant que vous êtes au travail par km. Au niveau mondial cela représentera bientôt 15000 milliards de kwh. Rappelons qu’une centrale nucléaire fournit une puissance de 1500 megawatt. Faites la multiplication, c’est gigantesque.

          Bref, aucun chef d’entreprise ne s’engagerait sur un investissement aussi catastrophique pour la planète et ses habitants. Il nous faut réfléchir en adultes et regarder la réalité en face, les faits et rien que les faits, même si cela ne fait pas plaisir pour améliorer la vie de nos enfants.


        • Dominique Bied (---.---.89.36) 30 août 2006 23:50

          L’article est une réflexion philosophique pour montrer comment le matraquage des médias nous laissent dans des modes de pensée conservateurs. Dire que l’automobile va redevenir un luxe sous-entend qu’elle nous est indispensable dans tous les cas et qu’il faut continuer comme avant. Si on veut se déplacer à moindre coût, il faut changer de logique.(voir mon blog).

          Je rappelle que 70% des ménages ont une voiture et 40% en ont 2. Le surinvestissement routier fait que même les gens qui n’ont pas envi de se déplacer en voiture ne peuvent faire autrement. Je prépare un article sur les effets de coupure dans l’urbanisme.


        • GRL (---.---.91.38) 31 août 2006 11:12

          A votre idée l’article tenterait de montrer qu’on nous laisse dans des modes de pensée dits conservateurs , mais ce que j’essaie de vous montrer , c’est qu’on pense à votre place , ni plus ni moins , et là çà n’a plus rien de philosophique .

          La voiture dans bien des cas et devant son coût , n’est PAS indispensable, à moins qu’on vous ai mis dans la tête que trois km à vélo peuvent tuer un homme , mais les gens ne raisonent PAS comme celà .

          Le vélo , c’est ringard , les transport en commun , c’est trop en commun , le diesel , même si çà pollue plus , c’est moins cher , et puis la voiture , c’est plus sur ... Apres la résidence suveillée avec alarme et gardien , , voici le 4x4 , enclave sécuritaire mobile à l’interieur d’une ville devenue menaçante ... nevrose etc ... au plus la dépersonnalisation des individus opère par la suggestion intempestive , au moins les gens choisissent ce qui leur arrive tout en gardant l’impression qu’ils font encore des choix . Ainsi , il n’y a à mon sens rien de conservateur dans l’attitude des consommateurs dans le sens où elle leur est tout simplement dictée par des gens qui ont une vision tout à fait avantgardiste du buisness , si avantgardiste qu’ils arrivent tout de même à réaliser la prouesse d’ecrire dans votre cerveau à votre place . Eux , connaissent leurs interets et négligent l’interet commun . Cette veine d’industriels ont integré la psychologie dans leur mode opératoire , et malheureusement , n’ont des vues à long terme qu’au travers de leurs perspectives de vente .

          Mais j’entends , on preferera justifier , voire même philosopher à cette occasion , alors qu’eux pétroliers , banquiers et concessionnaires , eux vis à vis de nous , n’ont qu’une politique de conquete et d’exploitation de nos revenus . Les banques creent l’agent qu’elles vous pretent , la bagnole innovante que vous achetez , n’a rien d’innovant qu’une ouverture qui vous reconnait le pass que vous avez dans la poche , qui ouvre toute seule le coffre , que des trucs inutiles à part si l’on vous a dit que comme çà vous existerez un peu plus , entre collegues de boulot , faut voir les heures de discussion et les pavaneries que çà entraine , c’est à pleurer de honte .

          Et d’autre crient à la destruction de nos cadres de vie , et on leur signifie qu’on ne veut pas les entendre , les obligeant à transformer peu à peu leur discours en des mouvements de plus en plus virulents , faute d’écoute , et ce jusqu’à finir par se faire traiter de faf par toute cette France consumériste au cerveau mou ! Mais merde , quoi , les voilà , les lignes , les perspectives , les conséquences de cette politique autour de la bagnole mais du reste aussi évidemment !

          Personnellement çà me fait bien marrer que l’essence augmente , parce que la pas mal d’entre nous pourraient se passer de tout ce cirque automobile , et parce que je me passerais bien de tout ce que celà entraine . Chacun reste libre de se blottir dans son petit confort , mais la note sera forcément salée . Dommage , en France , quand on a pas la clim dans l’auto , ben , pfff on a pas une vie facile , hein , peuchere ! Allez va , y a pas de honte à se reveiller , je vous assure !

          GRL


        • moniroje (---.---.246.3) 30 août 2006 15:36

          Très intéressant ! surtout le commentaire de GRL ! parce que l’article en lui-même qui termine par des « on » faciles et à attendre que la puissance publique agisse pour nous, dommage... cette expression immature d’attendre de ses supérieurs qu’ils trouvent pour nous ! et qu’ensuite on accusera d’incompétence.

          La voiture, ce cher objet... devient de plus en plus cher.

          Mais n’oubliez pas que les Chinois qui n’ont qu’une voiture pour 14 habitants, espèrent atteindre la proportion française d’aujourd’hui : une voiture pour deux habitants ! Alors, le réchauffement climatique !! bonjour les dégâts à venir !!

          Perso, je trouve que les transports en public doivent être améliorés en qualité ; assez pour qu’on cesse de préférer le confort de notre toto coincée sur un périph bouché toute la journée à un entassement comme des harengs dans un métro puant où on risque en plus d’être agressé ! Marre des autobus censés passer toutes les 20 minutes aux heures creuses et qui passent en vérité toutes les 45 minutes ! Faisons des tapis roulants au lieu des trolleys ; au lieu des autobus, mettons le long des trottoirs des mini-voitures électriques disponibles moyennant qqs euros dans une fente appropriée pour CB.

          Et aussi cesser de fabriquer des voitures pas chères ; vous pouvez être assurés qu’à Paris, les voitures Twingo ou C3 ou toute autre petite voiture polluent beaucoup plus par leur nombre que toutes les Bentleys de la capitale roulant au même instant.

          Enfin, je reste toutefois optimiste : tout cela viendra parce que je l’ai écrit sur AgoraVox et que donc ya plein de gens qui l’ont déjà penser. Faut juste attendre que le pétrole ne présente plus assez d’argent à gagner et comme par hasard, hop, la voiture à pile à combustible (qui est déjà bien au point ; la Mercedes classe A fait ses 150 à l’heure avec une autonomie de 450 km depuis deux ans ; c’est déjà pas mal) fera son apparition ; tous ses problèmes qu’on prétextait pour retarder son apparition seront évanouis comme par magie.

          Bien sûr, cela sera notre futur proche ; avec des pays comme l’Arabie Séoudite et le Vénézuela et autres pétroliers qui auront pris le virage comme il faut pour ne pas sombrer dans une noire misère ; et au lieu de citernes de sans-plomb, yaura des citernes à hydrogène (sans risque d’explosion) ; et nos enfants bichonneront leur C2 à pile à comb et iront au musée de l’automobile pour voir nos voitures à nous, celles qui ont pollué si gravement notre planète et ils nous jugeront pour notre égoïsme et notre inconscience.


          • Remy (---.---.29.19) 30 août 2006 15:46

            Completement d’accord avec l’article et surtout la conclusion de dominique Bied. Dans le commentaire de GRL il manque un element essentiel dans la reflexion sur « Ces foutus pays pleins de petrole et leurs petroliers pleins d’euros et de dollars » c’est les 80% de taxes que nos chers élus ramassent au passage à la pompe !! cela fait le litre d’essence à 30Cts d’euros HORS TAXES je le rappele quand même ! Alors produit de luxe le petrole ou produit avec une volonté d’en faire un luxe ? nous pouvons tout accepter, même des phrases comme celle de Mme Parisot (Presidente du Medef) je cite : La reponse au problème du pouvoir d’achat c’est la compétitivité des entreprises" bien sur ! c’est vrai que nous somme QUE la 4eme puissance économique du Monde !! Question : Le pouvoir d’achat sera-il à un niveau correct lorsque nous serons premier ? Nous savons tous que, avec un salaire à 1500 euros, la moitié part dans le loyer, à moins que se loger deviendra aussi un luxe dans l’avenir ? L’Etat paye déjà les 3/4 du loyer des smicards par l’intermédiaire de la Caisse d’allocation familliale et maintenant le 13eme mois par la PPE, le ticket transport... et j’en passe pourquoi ? la fuite en avant c’est là qu’elle se situe.... Jusqu’a quand l’Etat assurera les benefices mirobolants de certaines sociétés en maintenant artificielement la tête hors de l’eau de leurs employés payés le strict minimum ? La phrase d’Henri Ford citée dans l’article est pleine de bon sens : « Bien payer les ouvriers pour qu’ils puissent achetter des voitures » y compris celles à energie propre. C’est ce bon sens que notre société, qui marche sur la tête, a perdu. Seule une volonté politique pourrait inflechir cette pente savonneuse sur laquelle nous sommes où tout deviendra un luxe : Se déplacer mais aussi se loger et se nourir (voir le succes du Hard Discount). La question est toujours la même : Dans qu’elle société voulons nous vivre ?


            • Aymeric (---.---.100.34) 30 août 2006 16:05

              Je pense qu’il faut distinguer la voiture en ville et la voiture à la campagne. En ville c’est un luxe, à la campagne, c’est nécessaire.

              D’autre part, des politiques dans ce sens existent déjà, par exemple dans ma ville, la cité des Ducs de Bretagne.

              Dans mon entreprise, on propose à ceux qui viennent travailler en bus ou en tramway une réduction qui approche les 50% sur leur abonnement annuel. Une partie est payée par la communauté urbaine, une autre partie par l’entreprise, et le reste vient d’une réduction du tarif de la TAN (la société de transport en commun). De plus dans le cadre de cette opération, tout a été revu dans l’entreprise pour ceux qui viennent à vélo. Les places de parking sont en voie de disparition mais les garages à vélo sont agrandis et sécurisés.

              D’autre part, il y a une politique forte de la communauté urbaine pour réduire le nombre de voiture en ville. L’été dernier, par exemplen les places de stationnement qui étaient déjà payantes ont vu leur prix grimper de manière prohibitive, et les places qui n’étaient pas payantes sont devenu payantes.

              Il y a des travaux partout en ville qui rendent la vie infernale aux automobilistes. Des boulevards qui étaient en 2x2 voies, passent en 2x1 voies, avec une nouvelle voie spéciale pour les transport en commun. Des locations de vélo sont disponnible dans les parking souterrains. Cette offre n’est pas encore un succès, je pense en grande partie à cause du manque de visibilité (le piéton doit descendre dans un parking souterrain pour trouver la location de vélo !), et malgré un prix très attractif. Pour ma part j’ai découvert ça récemment, et depuis je vais régulièrement louer un vélo près de chez moi.

              Certains grincent des dents, l’opposition municipale attise les rancoeurs des automobilistes, et aussi des commerçants du centre ville, mais il faut reconnaitre que ça commence à faire un peu effet. On voit de plus en plus de vélos en ville, et ils roulent plus vite que les voitures car les voitures sont systématiquement bloqués dans les embouteillages aux heures de pointe.

              Je trouve ça risqué de la part de Jean-Marc Ayrault et son équipe, car il y a vraiment beaucoup de mécontentement, certains logiques et prévisible, mais d’autre moins : De plus en plus de gens se plaignent que les TER, les bus et trams sont bondés, qu’il n’y en a pas assez. C’est dommage car celà aurait pu être un vrai succès.

              Pour autant, j’adère assez à cette politique, même si je trouve qu’il y a des manquements.

              Auparavant, avec ma compagne nous avions 2 voitures, mais nous en avons vendu une, peu de temps après avoir emmenagé à 15min à pied de mon lieu de travail. Je fais donc partie du nombre croissant de mes collègues qui ne viennent plus travailler en voiture. D’ailleurs j’ai fait l’essai, si je venais travailler en voiture, je mettrais aussi 15 minutes !

              Je ne sais pas si J.M. Ayrault compte se représenter en 2008, mais il a intérêt a ce que sa politique montre enfin son coté positif au plus grand jour, à moins qu’il n’a que faire de son successeur et qu’il espère un poste doré en 2007 dans le sillage de son amie Ségolaine...

              Etrange. Bien que la majorité des habitants de l’agglomération Nantaise grogne contre ces aménagements « anti-voiture », je pense que c’est réellement une bonne idée (j’ai la chance de ne pas être automobiliste, ça aide).

              Enfin il reste encore une bonne année pour voir comment celà va évoluer...


              • (---.---.108.233) 30 août 2006 20:53

                @aymeric « Il y a des travaux partout en ville qui rendent la vie infernale aux automobilistes. Des boulevards qui étaient en 2x2 voies, passent en 2x1 voies, avec une nouvelle voie spéciale pour les transport en commun »

                Vous avez de la chance . Je vis à Carcassonne et je crois que pas grand chose n’est fait pour désengorger le centre ville ! Il y a trois rocades ,Nord , Sud et Ouest . Les gens qui utilisent la N113 qui relie Narbonne à Toulouse (direction est/ouest ),en passant naturellement par Carcassonne ,doivent - si ils souhaitent éviter le centre ville- passer par la rocade sud puis ouest en venant de Narbonne (ou dans l’autre sens si ils viennent de Toulouse) .ces deux rocades sont si bien pensées qu’il est plus aisé/rapide de passer par le centre ville que par les rocades (malgré les bouchons ) .Je vous explique pas le bordel aux heures de pointes , ainsi que la pollution que se ramasse les Carcassonnais smiley . M’enfin nous avons quand même la chance d’être dans une région très ventée ce qui fait que de l’air se renouvelle assez vite une fois les heures de pointes passées smiley

                ps : il n’y a pas de rocade Est donc pas de connexion pour les utilisateurs de la 113 vers le nord smiley


              • Olivier de Termes Olivier de Termes 31 août 2006 02:38

                Carcassonne... Une horreur ! Les rocades sont agrémentées d’une multitude de rond-point, et aux heures de pointe, c’est la loi de la jungle pour s’engager sur l’un d’eux.

                Sans compter le centre ville, et son système de sens uniques, un véritable manège qui tourne en sens inverse des aiguilles d’une montre... si tu as le malheur de louper ta rue échappatoire, tu gagnes le droit à faire un tour complet de la ville gratuitement, sauf l’essence et la pollution bien sûr.

                La plupart du temps, on pourrait se passer de la voiture pour aller dans le centre, mais où se garer ? Le parking Gambetta est en construction depuis des millénaires, le retard vient des fouilles archéologiques, il devrait en principe être livré fin 2007.

                Quant à Narbonne, c’est la cata, la municipalité a décidé d’augmenter les sens uniques fin juin, le tour de manège est dans l’autre sens, ce qui fait que pour la plupart des gens qui viennent de la N113 en provenance de Carcassonne, et voulant rejoindre les administrations et les centres commerciaux installés sur la route des plages, au lieu de faire un quart de route en passant par l’hôpital, sont obligés de faire le tour complet de la ville... Le bilan est un quart d’heure de perdu et de la pollution en plus...


              • Olivier de Termes Olivier de Termes 31 août 2006 03:35

                Très bon sujet, je sais ce qu’est le luxe pour y avoir travaillé pendant 25 ans...

                Mais de nos jours la voiture n’est certainement pas un luxe, quand je travaillais en région parisienne, le banlieue à banlieue est une véritable horreur, être obligé de prendre le bus puis le train pour aller sur Paris, puis un autre train avec une éventuelle navette pour arriver sur le lieu de mon travail... Le bilan se soldait à 1h30 pour en gros 50km à vol d’oiseau, alors que prendre sa voiture ne coûte que 45mn, si en plus on a des horaires décalés pour cause de responsabilités professionnelles, et qu’il faut galérer à 21 ou 22hh pour trouver un éventuel moyen de locomotion pour rejoindre ses pénates, il n’y a pas photo !

                Aujourd’hui j’habite dans un coin totalement isolé, en moyenne montagne à 500m d’altitude, un canton qui est réputé pour être le « trou du cul du monde », aucun transport en commun, j’ai une modeste bagnole qui accuse 18 ans à son état-civil, et je suis bien content de l’avoir, il faut bien que je vive, pouvoir transporter du bois et du pétrole pour me chauffer, faire mes courses pour bouffer quand même, la première grande ville est à 70km de chez moi.

                Je fais quoi pour être écolo ? J’achète un âne ou un mulet et j’organise une expédition d’une semaine pour me ravitailler à la ville ? Le souci est qu’en pays cathare, les commanderies templières accueillant et hébergeant le voyageur sont reléguées au titre d’icônes...

                Allons, allons, il faut arrêter les clichés, il y certainement des cons qui prennent leurs gros 4x4 pour le prolongement de leur petit sexe, mais il existe aussi des gens pour qui l’automobile est bien loin du luxe et de l’existentiel, simplement un outil nécessaire à leur simple vie.


              • (---.---.108.180) 31 août 2006 08:59

                @Olivier de Termes « Carcassonne... Une horreur ! »

                Vous résumez assez bien la situation . Pour ceux qui ne connaissent pas Carcassonne ,voici le plan de la ville à droite la N113 venant de Narbonne , en haut à gauche la N113 venant de Toulouse (vers le Nord-Ouest)

                [url]http://www2.carcassonne.org/carto/planville.html[/url]

                vous pouvez zoomer et deplacer la carte .


              • (---.---.107.66) 31 août 2006 11:07

                @ Olivier de Termes

                Quelqu’un vous a forcé à aller vivre dans un coin totalement isolé ? Non. Donc il s’agit bien d’un luxe. Si vous voulez être écolo, vous choisissez d’habiter dans une ville ou un village, où tout est à proximité, et où la voiture est superflue au quotidien. Ou alors vous vous arrangez pour vivre en autarcie dans votre coin isolé si la présence humaine vous insupporte.

                C’est complètement pernicieux de faire croire aux gens que la voiture leur est nécessaire alors qu’on sait pertinemment qu’elle va devenir hors de prix dans les années qui viennent. Ca reste une question de choix de vie, quoi qu’on en dise.


              • Dominique Bied Dominique Bied 28 août 2010 23:37

                raison de plus pour faire évoluer les choses. Tout n’est pas statique.

                Pour les mieux isolés, il faut réfléchir partage de voitures, covoiturages, transport à la demande. Innovons encore et encore et créons du lien. Le développement durable c’est du lien au service de l’innovation et de notre environnement.


              • demian au sud-est-nord-ouest (---.---.227.180) 30 août 2006 16:34

                quote :Faut juste attendre que le pétrole ne présente plus assez d’argent à gagner et comme par hasard, hop, la voiture à pile à combustible

                ... c est beau la confiance d un adepte de la terre plate smiley


                • hulk (---.---.48.49) 30 août 2006 18:22

                  J’aimerais bien que vous nous expliquiez d’où on tirera l’énergie pour produire l’hydrogène de vos piles à combustible...


                  • L'enfoiré L’enfoiré 30 août 2006 20:50

                    Dominique, Bon sujet et bonne question. Tout le monde continue à faire comme « si ». Tout le monde, les producteurs, les consommateurs et leurs gouvernants jouent à l’autruche avec la tête dans le sable. On ne veut pas savoir que la belle voiture que l’on va acheter va peut-être finir sa vie au garage sans pouvoir faire l’office pour lequel elle a été conçue. Mais quand on a plus de pétrole, on a des idées... Ouais. La pile dans le coco, les champs de colza et tout i quanti. Une éolienne sur le toit, personne n’y a pensé. Bizarre. C’est vrai qu’il était vraiment facile de se fournir à la pompe. Et pour faire cela pendant un siècle, nous avons vendu notre âme. Le livre « La face cachée du pétrole » d’Eric Laurent est édifiant sur le sujet. (pub gratuite) La voiture n’a jamais été à mes yeux qu’un outil comme beaucoup d’autres. Passer au suivant, je suis prêt à le faire. Mais je le voudrais de préférence avec un toit qui protège, un moyen de transport qui ne me fait trop ramer dans les files, qui me fait aller où je veux, avec le luxe qui clinque le moins possible (j’aime pas trop les voleurs), pour la couleur je demanderai à ma moitié et pour le reste, j’en ai plus rien à cirer.... Voilà le design est fait. Y-a plus qu’à. A+


                    • Thierry (---.---.2.1) 31 août 2006 14:36

                      La lecture des différents commentaires montre bien la difficulté à faire comprendre que, par delà le problème de la voiture et du pétrole, c’est le problème du mode de vie, de l’urbanisme, de l’organisation de la société de consommation qu’il faudra penser autrement.

                      Aujourd’hui, la norme est d’habiter un pavillon en banlieue, faire ses courses dans le supermarché de la ville et se déplacer facilement en voiture. Demain, tout ça sera terminé. Et compter sur le progrès technique pour l’hypothétique remplacement du pétrole par la pile à combustible ou les biocarburants tient plus de la foi que de la réalité pour l’instant...


                      • Docdory (---.---.180.28) 1er septembre 2006 17:51

                        Il serait interessant de faire un petit calcul subversif .

                        Imaginons une personne gagnant 2000 euros par mois , qui achète une voiture de milieu de gamme à 20000 euros avec laquelle il fera 20000 km par an pendant 10 ans en faisant des trajets moitié ville , moitié route à une vitesse moyenne de 60 km/h . Un calcul simple montre que ces 20000 km annuels seront parcourus en 333 heures .

                        Mais pour faire ce trajet il aura dépensé 2000 euros de voiture ( le dixième du prix d’achat ) . Si sa consommation est de 8 litres / 100 km , il aura utilisé 1600 litres de carburant à 1,30 euros le litre en supermarché soit 2280 euros , 1000 euros d’assurance , 300 euros de révisions et réparations et 420 euros en péages et quote -part des impôts ayant trait à la création et à l’entretien de l’infrastructure routière , ce qui fait un total de 6000 euros , soit trois mois de son salaire .

                        Trois mois de travail représentant environ 500 heures de travail , la dépense effective de temps pour parcourir ces 20000 km est de 333 plus 500 , c’est à dire 833 heures , autrement dit la vitesse moyenne EFFECTIVE pour faire ces 20000 km avec cette voiture est de 20000 divisés par 833 c’est-à-dire environ 24 km/heures , soit la vitesse moyenne d’un vélo conduit par un cycliste modérément entraîné . A noter que le cycliste ne perdra pas ensuite son temps en salle de sport pour éliminer sa graisse superflue puisqu’il aura déjà fait ce sport pour ses déplacements !!! ( on pourrait même presque ajouter les heures passées en salle de sport comme une partie du temps réel passé à faire les 20000 km de trajet en voiture ...)

                        En résumé , je ne sais pas si l’automobile redeviendra un luxe , mais même dans ce cas de figure , ça ne sera pas une très grande perte !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès