Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’écologie, une religion comme une autre ?

L’écologie, une religion comme une autre ?

L’écologie serait à plusieurs points de vue semblable à une religion. Et comme dans le cas de toute religion, on pourrait faire du business avec elle. C’est un économiste reconnu qui le dit !

Dans un éditorial du Financial Times daté du 9 janvier 2007, John Kay, un économiste écossais, ancien professeur de prestigieuses universités telles qu’Oxford, London Business School, etc., nous affirme : "Le monde des affaires devrait traiter le mouvement écologiste comme n’importe quelle autre croyance religieuse." Ça a le mérite d’être dit !

Bon, n’importe qui peut dire n’importe quoi, mais lorsqu’il s’agit d’un professeur émérite qui écrit dans le Financial Times, et que cet éditorial et repris dans Courrier international, on est en mesure d’imaginer que ce conseil peut potentiellement être suivi par les décideurs ! Alors est-ce si étonnant, comme idée ?

L’écologie, une religion ?
On peut effectivement mettre en parallèle écologie et religion. La religion est essentiellement fondée sur un dogme (l’existence de Dieu, par exemple), auquel s’ajoutent des pratiques gérant les comportements humains. Eh bien, pour l’écologie, le dogme serait, par exemple, le réchauffement planétaire imminent, et la pratique, ce seraient les économies d’énergie !

Pour rester dans cette comparaison "externe", John Kay rapproche les théories apocalyptiques des écologistes de celles des chrétiens : "C’est pourquoi les écologistes attachent autant d’importance à l’idée que non seulement le monde se réchauffe, ce qui est vrai, mais surtout que ce serait de notre faute, ce qui est discutable."
Selon lui, la faute humaine dans le réchauffement est discutable ! Tout bon spécialiste de la planète Terre trouvera mille preuves que l’homme est la cause du réchauffement. Mais si on prend le point de vue de l’économiste capitaliste froid, croire que l’homme est à l’origine du réchauffement n’est pas sans rappeler la conviction que la faute humaine est à l’origine de son éviction du jardin d’Eden, ni sans rappeler le mythe de l’Apocalypse, la colère de Dieu, le déluge, etc., pour ne parler que du christianisme.

L’écologie est un bon filon
Enfin, il affirme : "Le lien de cause à effet entre l’accumulation de carbone et la croissance de la société industrielle moderne apporte la justification du lien entre nos péchés commis dans le passé et les catastrophes qui nous attendent." Donc, selon lui, comme dans n’importe quelle religion, "les hommes d’affaires n’ont pas à adhérer."

Et là, on peut imaginer pourquoi, par exemple :
- pouvoir polluer sans arrière-pensée
- vendre n’importe quoi ayant un label bio, écologique, renouvelable au croyant, qui pensera racheter son salut auprès de la nature en accomplissant un geste écologique !

Mais après tout, n’est-ce pas déjà le cas ? Les pétroliers essaient de se voiler la face pour ignorer le réchauffement afin de vendre leur pétrole. S’ils étaient convaincus de la responsabilité de l’homme dans le réchauffement, ils n’oseraient tout de même pas continuer à nous rendre pollueurs !

Finalement, cet éditorial fait sursauter, mais il explique bien des choses sur le comportement des industriels...


Moyenne des avis sur cet article :  3.19/5   (84 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • Kohlgarten (---.---.27.167) 19 janvier 2007 08:05

    L’écologie peut être un peu religion quant elle n’est plus le thème d’un débat politique mais uniquement une question de bonne conscience. « As-tu fait ton tri sélectif ? Moi oui, je protège la planète et je n’achète plus de produits qui polluent ». Elle devient vraiment religion quand elle n’accepte plus l’idée que l’homme est un prédateur et qu’exister c’est faire du mal aux autres, c’est modifier l’environnement. L’homme mange des animaux et des plantes, il se fait une niche dans un écosystème pour sa survie, délogant d’autres espèces animales. L’écologie à l’extrême, c’est une négation de la vie ?


    • boissières (---.---.0.158) 30 janvier 2007 15:31

      « exister c’est faire du mal aux autres » curieuse conception des êtres vivants...quel mal aux autres êtres vivants font les plantes qui existent bien pourtant ?

      pour moi exister , vivre, c’est avoir une place temporaire, limitée dans le monde vivant : sans notion de bien ni de mal, homme, animal ou plante


    • jcm (---.---.79.214) 19 janvier 2007 08:53

      Réduire l’écologie à la seule question du réchauffement planétaire serait une ineptie de la part de ce John Kay, et il faut reprendre de plus près ce qu’il écrit dans le Financial Times :

      "les apôtres de l’environnement ne s’intéressent donc pas à des solutions pragmatiques pour résoudre les changements du climat ou à des solutions techniques pour les stopper. Ils sont même moins intéressés par cette évidence que, si nous étions véritablement décidés à réduire nos émissions de CO2, nous pourrions le faire massivement sans affecter sérieusement nos économies et nos vies.

      Des éoliennes sur nos toits et aller travailler en vélo n’ont aucune conséquence décisive, mais ils y tiennent.

      Chaque idéologie a besoin de rituels qui démontre la fidélidé de ses adhérents."

      Donc pas d’intérêt pour des solutions pragmatiques : on se demande quels « écologistes » ce monsieur fréquente, et il n’a visiblement pas fait le tour de la question.

      Sur le fait que nous pourrions réduire nos émissions sans affecter nos économies, qu’il nous démontre comment, qu’il lise le scénario « NégaWatt » et nous dise si, de son point de vue, ce serait sans la moindre conséquence économique.

      Et si ce scénario serait évidemment l’un des moyens à mettre en oeuvre afin de réduire nos émissions de GES il faudrait ne pas s’en tenir là.

      Sur des éoliennes, parcs industriels ou installations individuelles, et autres méthodes pour produire électricité mais aussi chaleur utilisable à partir du soleil etc... on peut démontrer que la généralisation de telles installations pourrait avoir des conséquences économiques notables, tout comme des modifications de nos modes de déplacements en auraient si elles étaient massives (vélo ou autres alternatives à la voiture).

      Cet économiste est peut-être spécialisé dans une ou deux branches de l’économie et l’on sait que dans la plupart des disciplines le cloisonnement ne permet pas à un spécialiste d’avoir de la pertinence dans un un secteur voisin : quand on va voir un médecin, on choisit un spécialiste des os pour une fracture, et non un cardiologue !

      Soit cet homme est de bonne fois, mais plutôt niais, soit il travaille pour sa chapelle et occulte les réalités qui pourraient le déranger, afin de servir un théorie favorable aux intérêts qu’il défend.

      Il est donc soit niais soit malhonnête.


      • Michel (---.---.95.241) 19 janvier 2007 09:01

        « Selon lui, la faute humaine dans le réchauffement est discutable ! Tout bon spécialiste de la planète Terre trouvera mille preuves que l’homme est la cause du réchauffement. Mais si on prend le point de vue de l’économiste capitaliste froid, croire que l’homme est à l’origine du réchauffement n’est pas sans rappeler la conviction que la faute humaine est à l’origine de son éviction du jardin d’Eden, ni sans rappeler le mythe de l’Apocalypse, la colère de Dieu, le déluge, etc., pour ne parler que du christianisme. »

        Tout est dit dans le terme « économiste capitaliste froid »... c’est pas l’« économiste capitaliste froid » qui mesure les pertes de masse des glaciers, qui s’interrogent sur l’influence des taches solaires sur le réchauffement climatiques, qui s’inquiètent des conséquences de la disparition des derniers forets primaires ...etc ... etc... Donc l’argumentation de l’« économiste capitaliste froid » est sans fondement parce qu’il ne cherche pas à comprendre le lien entre la survie de l’espèce humaine (et des autres espèces) avec son environnement (pris au sens « large »). Une fois qu’on écarte ce type de reflexion (certes complexe), on peut s’adonner aux « plaisirs » des raccourcis faciles, comme celles de comparer l’écologie à une religion...

        Par contre l’« économiste capitaliste froid » se demande-t-il si le capitalisme n’est pas une religion ? Les religions, tout comme les systèmes économiques, sont des entités complètement artificelles, crées par l’homme et pour l’homme, il est bien plus facile de trouver des connections entre elles !


        • Michel (---.---.95.241) 19 janvier 2007 09:04

          « Par contre l’ »économiste capitaliste froid« se demande-t-il si le capitalisme n’est pas une religion ? Les religions, tout comme les systèmes économiques, sont des entités complètement artificelles, crées par l’homme et pour l’homme, il est bien plus facile de trouver des connections entre elles ! »

          J’aurais du plutot écrire « Par contre l’ »économiste capitaliste froid« se demande-t-il si le CULTE du capitalisme n’est pas une religion ? »


        • ZEN zen 19 janvier 2007 09:24

          John Kay, aussi bardé de diplôme qu’il soit, n’est ni ignorant, ni malhonnête. Il pense sur commande, selon les intérêts à court terme des investisseurs.Logique. Il néglige de dire que l’écologie est D ’ABORD une science, avant d’être un mouvement militant, dont les choix peuvent être discutés...


          • jcm (---.---.79.214) 19 janvier 2007 09:39

            Désolé, Zen, utiliser une notoriété qui semble grande pour présenter une thèse à ce point mal ficelée ne constitue pas un gage d’honnêteté !!!

            Une thèse qui mériterait 0,5 points pour le papier et l’encre et qui, à l’examiner de près, déshonore à la fois ses diplômes de Kay et ceux qui la publient !!!

            « Il pense sur commande... » : pour peu qu’on y mettre le prix, il écrira ce qu’on lui dictera d’écrire...


          • ZEN zen 19 janvier 2007 09:57

            jcm,bonjour

            Dans mon esprit,« penser sur commande » voulait dire : selon l’idéologie dominante des intérêts industriels, qu’il ait des rapports avec eux ou non.C’est une hypothèse de ma part, ne le connaisant pas, mais il y tellement d’exemples aux usa de scientifiques compromis idéologiquement.Il y a sans doute une grande part de mauvaise foi et/ou d’aveuglement.

            Quand on a le nez dans le guidon, l’avenir importe peu , selon la terrible logique : « business first » Comme quoi on peut être un bon spécialiste en sa matière et un ignorant sur certains problèmes essentiels.Combien d’économistes à oeillères !...J’en connais deux qui essaient de penser globalement : René Passet et Patrick Viveret.


          • toto (---.---.84.10) 19 janvier 2007 09:53

            « Selon lui, la faute humaine dans le réchauffement est discutable ! Tout bon spécialiste de la planète Terre trouvera mille preuves que l’homme est la cause du réchauffement. »

            Si vous étiez un peu moins « naturellement gauchiste » (pourquoi naturellement ?), et un peu plus critique à l’égard des idées et slogans émises par les médias à longueur d’année, vous vous renderiez vite compte que :

            1) la thèse que l’homme soit à l’origine du réchauffement climatique ne fait pas l’unanimité parmi les scientifiques (même si les médias ne donnent la parole qu’à ceux qui sont pour...)

            2) la thèse que le réchauffement climatique soit réel, de grande ampleur, et non un simple soubresaut, etc. ne fait pas non plus l’unanimité

            Lire à ce sujet l’article sur AgoraVox : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17610 Et si le réchauffement climatique provenait des taches solaires ?

            Il me semble que ces sujets devraient précisément être discutés, et non être présentés comme des dogmes coulant naturellement de source.

            Je recommande ausi le livre de Michael Crichton, « Etat d’urgence », et notamment l’annexe de l’auteur, qui donne des liens sur Internet (les critiques de Jancovi, pour ma part, ne m’ont pas convaincu)... A chacun de se faire sa religion ?!


            • gd (---.---.238.2) 19 janvier 2007 10:35

              Il est toujours amusant de voir que quelqu’un qui se soucie des problèmes écologiques est systematiquement un gauchiste, et qu’un gauchiste n’a aucun sens critique particulièrement vis à vis des médias. C’est une assertion sans le moindre fondement et un brin diffamatoire, le mot gauchiste ayant un certain nombre de sous-entendu très rouge sang !

              Ensuite pour reprendre le point (1) et (2) si ils ne font pas l’unanimité, il sucite un très large consensus... Mais qq scientifiques proposent la génèse comme alternatives à la théorie de l’évolution !!! L’unanimité n’est donc pas un argumentaire... Il y a toujours des contradicteurs et c’est heureux. Enfin si l’on entendait dans les médias les scientifiques « pro » rechauffement et les antis avec une durée proportionnelle à la representativité de chaque groupe, vous n’ententreriez même pas la thèse « anti ». Il est donc archi faux de dire que les médias ne donnent pas la parole au anti, au contraire, ils sont largement sur-repésentés.


            • toto (---.---.84.10) 19 janvier 2007 11:04

              Quand j’écrivais « naturellement gauchiste », je faisais uniquement référence au texte de présentation de l’auteur par lui-même, qui se définit ainsi... L’emploi du mot naturellement dans un contexte d’auto-présentation me faisant tiquer !


            • luisito luisito 19 janvier 2007 11:28

              @toto Je vois pas pourquoi vous vous focalisez sur un adjectif de ma presentation ! Si ce mot vous gene, oubliez le, c’est pas important, c’etait juste pour dire que c’est dans ma nature, c’est pas artifiel, pas plus.

              Mais la n’est pas le sujet.

              Vous ne croyez pas en la cause humaine du rechauffement ! On va prendre un autre exemple alors : la couche d’ozone.

              L’homme a emis des gaz dans l’atmosphere qui ont detruit cette couche, l’homme a arrete d’en emettre le trou semble se resorber. Si on avait raisonne comme vous : « j’y crois pas, ya pas de preuve » on aurait sans doute plus bcp de couche d’ozone pour nous proteger et on grillerai sur place.

              Donc heureusement que des gauchistes,des ecolos ou les citoyens credules croient au rechauffement et font pression pour arreter les emissions de gaz a effet de serre car
              - si le rechauffement n’est pas du a l’homme : on peut essayer de le limiter.
              - si le rechauffement n’est qu’un soubresaut : on peut tout de meme eviter de polluer encore plus et risquer un vrai rechauffement plus durable
              - si vous avez tord et que ce rechauffement est bien du a l’homme : ouf, il y a eu des gens intelligents pour prendre des mesures preventives et limiter les degats !


            • berenice (---.---.164.50) 25 janvier 2007 20:34

              Moi, l’effet de serre, la couche d’ozone, j’avoue que j’avais pas toujours tout bien compris. Jusqu’à ce que je tombe sur le blog www.thedino.org Y’a toute une série d’articles (des « leçons ») qui expliquent l’énergie éolienne, les 4X4... Ca s’appelle « Ecologie pour les nuls ». C’est marrant et super bien fait.


            • gd (---.---.238.2) 19 janvier 2007 11:22

              oups.. Mes plus plates excuses, je n’avais pas vu la référence...


              • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 19 janvier 2007 12:03

                Il y a bien des pays pour dire que la scientologie est une religion.

                Pourquoi l’écologie ne pourrait pas être aussi un religion.

                Il y aura bien des intégristes pour négativer ma réponse, commme dans toute bonne religion qui se doit.


                • gd (---.---.238.2) 19 janvier 2007 12:26

                  « Il y aura bien des intégristes pour négativer ma réponse, commme dans toute bonne religion qui se doit »

                  Le déaccord n’est pas le fait unique des intégristes ! Et le fait qu’il y est des intégristes ne fait pas d’une cause quelconque une religion... Votre phrase que l’on peut trouver bien tournée est cependant pleine d’illogisme. Je permets donc d’être en désaccord.

                  Il faudrait tout de même pas oublié que l’écologie, avant de devenir politique et avoir parfois de fortes tendances new-age proche de la croyance, est une science ! C’est donc à priori loin d’être une religion. Et que des individus prient mère nature ne fait pas des écologistes en générale un groupement religieux !


                • toto (---.---.84.10) 19 janvier 2007 12:12

                  @ l’auteur : je vous trouve particulièrement dogmatique. Vous partez d’a priori selon lesquels seuls les gauchistes et les écolos ont raison et sont les « bons », tandis que (tous) les autres sont les « méchants » et n’ont que faire de la planète et l’état dans lequel il la laisseront à leur descendants.

                  Pour ma part, qui ne suis ni gauchiste ni écolo-politique, mais écolo-soucieux de la nature, je crois que les choix politiques et industriels doivent être mûrement réfléchis, et non soumis à l’arbitraire des sondages.

                  Par exemple, et pour probablement encore une génération, les promesses de l’éolien (notamment) ne valent pas la réalité économique du nucléaire (je sens que je vais m’en prendre une ! smiley ), et je ne parle pas seulement des nuisances sur le paysage...

                  Quant à la cause humaine ou non du réchauffement climatique (ou non), ce n’est pas que j’y crois ou que je n’y crois pas : je suis dubitatif. Ce qui est presque certain, c’est que les variations du climat sont en augmentation. Et il faut se souvenir que, de mémoire humaine, il y a eu des périodes où la température était plus élevée, ou plus basse, qu’aujourd’hui, pendant plusieurs siècles... Sans que l’homme y soit pour quoi que ce soit.

                  Je renvoie encore une fois à l’article sur les taches solaires comme autre cause possible de changement de climat terrestre : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17610

                  Encore une fois, il me paraît primordial et citoyen d’en discuter : pas de se renvoyer des dogmes à la figure.


                  • luisito luisito 19 janvier 2007 12:31

                    @Toto

                    Je n’ai pas dit que seuls les gauchistes verts ont le monopole de l’ecologie ! Loin de la ! Je dis juste que heureusement que des citoyens clairvoyant sont sensible a ce dogme (c’est un dogme si vous voulez), car eux vont faire pression pour agir pour resoudre ce pb climatique.

                    Mr Kay (c’est bien la le vrai sujet non) et vous etes dangereux dans le sens ou vous etes dubitatif. Or douter c’est ne rien faire ! Il vous faut combien de preuve pour reagir ? Quel est le ratio de scientifique « pro-rechauffement cause par l’homme » faut-il pour reagir ?"

                    Finalement Mr Kay doute, mais passe outre pour agir a sa maniere : faire du business. Vous vous doutez mais vous faites quoi alors ? vous attendez encore un peu pour etre sur que la planete pourisse bien a cause de nous ?

                    Moi je crois, c’est ma religion si vous voulez, que l’enjeu est tellement important qu’il faut arreter d’emettre des doutes sans cesse et agir. Pendant la seconde guerre mondiale, les allies ont doute pour les camps d’extermination. Ils ont doute et n’ont pas agit (ni meme alarmer le monde).

                    Bien evidement, on doit garder ses doutes, etre critiques, emettre des hypotheses... mais tout en agissant, c’est le principe de precaution.


                  • Romain (---.---.10.200) 19 janvier 2007 12:17

                    Et le libéralisme sauvage c’est pas un dogme ? Croire que la technique nous sauvera et que vu qu’elle nous sauvera ca sert à rien de se prendre la tête à ne pas polluer c’est pas un dogme peut être ?


                    • gd (---.---.238.2) 19 janvier 2007 12:44

                      Attention à la loi de Godwin  ! Il n’est jamais bon de faire de comparaison, souvent douteuse avec la Shoah. C’est rarement pertinent, et c’est un terrain très très glissant !


                      • (---.---.109.12) 19 janvier 2007 12:47

                        Si le réchauffement climatique est aujourd’hui phénomène essentiellement, la responsabilité de l’homme est encore largement discutée, et le sera probablement toujours (puisque la croyance en la causalité est une superstition, selon Popper). Cela est particulièrement vrai outre atlantique, même si des histoire de gros sous peuvent se trouver derrière.

                        Plutôt que de prendre en considération le réchauffement climatique, cet économiste aurait mieux fait de parler plus généralement du coût écologique de chaque individu. Par ailleurs, une religion ne se réduit pas à une croyance et à un ensemble de pratique, il s’agit là d’un rapprochement grossier. Tout ceci m’amène à penser que cet économiste ne maîtrise pas son argumentation.

                        Malgré cela, je vois mal en quoi faire du business avec l’écologie nuirait à celle-ci ; au contraire cela pourrait permettre d’accroître la gamme des services et produits écologiques, voire même de faire muter les moyens de distribution et de publicité, et de sensibiliser le public. Après, bien sûr, chacun aura toujours à séparer le bon grain de l’ivraie...


                        • (---.---.109.12) 19 janvier 2007 12:49

                          hum, désolé, la première phrase est mal passée :

                          « Si le réchauffement climatique est aujourd’hui un phénomène essentiellement admis [...] »


                        • ZEN zen 19 janvier 2007 15:56

                          @P:xxx.x2.109.12)

                          Je crois que vous avez mal lu ou mal compris Popper, un épistomologue éxigeant : cette affirmation est à remettre dans le contexte d’une critique d’un positivisme scientiste naîf ;Exprimée ainsi, elle n’a pas de sens et contredit l’idée même de scientificité.Tout phénomène est le produit d’une pluralité de causes, obéit à un déterminisme complexe.


                        • troll (---.---.82.132) 19 janvier 2007 13:00

                          mal ficele cet article : en le lisant on a le sentiment inverse de ce que vous pensez vraiment...


                          • luisito luisito 19 janvier 2007 13:04

                            Je ne fais que rapporter et analyser un article du Financial Time, donc ce n’est pas ma pensee. Pouvez vous precisez votre remarque ?


                          • parkway (---.---.18.161) 19 janvier 2007 13:52

                            troll, je confirme mon post sur l’ambivalence de luisito...


                          • parkway (---.---.18.161) 19 janvier 2007 13:51

                            « S’ils étaient convaincus de la responsabilité de l’homme dans le réchauffement, ils n’oseraient tout de même pas continuer à nous rendre pollueurs ! »

                            Vous êtes naîf ? ou j’ai encore rien compris ?(dans ce cas, vos commentaires sont ambivalents)

                            vous pensez que ceux en qui vous croyez sont des humanistes ?

                            Votre religion vous trompe, ce ne sont pas des dieux bénéfiques.


                            • Anto (---.---.178.10) 19 janvier 2007 14:06

                              Oui c’est pareil que :

                              « si les producteurs savaient que le tabac tue, vous croyez qu’ils continueraient à en vendre ? »

                              Par contre, je pense que l’auteur faisait référence à l’argumentaire de l’économiste en le ridiculisant, non ? C’est vrai que son double langage assez lourd. Alors qui a raison ?


                            • luisito luisito 19 janvier 2007 14:11

                              @anto et parkway :

                              Oui oui c’est bien de l’ironie !

                              Il n’y a pas de double langage, il y a dans cet article deux voix :
                              - celle de Kay qui tent a penser que l’ecologie est une religion, et donc qu’ont peut en faire du business
                              - ma voix qui ne fait que commenter sa position.

                              Donc effectivement j’ai voulu ironiser sur son cynisme !


                            • parkway (---.---.18.161) 19 janvier 2007 16:46

                              ok, pour moi luisito !

                              separez mieux vos commentaires de ceux que vous rapportez, merci encore !


                            • Bob Marone (---.---.130.212) 19 janvier 2007 14:03

                              C’est incroyable comme les négateurs du réchauffement anthropique du climat arrivent comme des mouches à m... dès que le sujet est abordé. Propagande sceptique exxoniste !


                              • (---.---.229.236) 19 janvier 2007 14:07

                                « Selon lui, la faute humaine dans le réchauffement est discutable ! Tout bon spécialiste de la planète Terre trouvera mille preuves que l’homme est la cause du réchauffement. »

                                Arf ! Tous le monde sait que les scientifiques ne sont pas du tout d’accord la dessus (Cf Alégre).

                                En fait, les écolo ne sont que des communistes reconvertis, ca permet de s’afficher anticapitaliste (le rapport avec la polution ?? Qu’elle pays plus polué que l’URSS ou les pays de l’Est ??) tout en gardant sa bonne conscience stalinienne.


                                • Anto (---.---.178.10) 19 janvier 2007 14:55

                                  Comme c’est expliqué plus haut, l’unanimité est le pire ennemi de la science, donc heureusement qu’il y a des contradicteurs sinon la terre serait toujours plate. Par contre il ya un concensus autour du réchauffement du à l’activité humaine alors qu’il n’y en pas autour des autres théories marginales.

                                  Il est acquis de toute façon que la concentration de CO2 n’a jamais été aussi élevée et qu’elle augmente plus rapidement que jamais. Il est aussi acquis qu’on a pu observer un semblant de synchronisme entre les pics de concentration de CO2et les pics de t°.

                                  Contrairement aux précédents le pic que nous vivons n’a rien de cyclique ou de naturel. Donc quoiqu’il arrive, l’équilibre de l’écosystème terrien est perturbé. Comme il n’est pas stable, on ne peut prévoir les conséquence d’un tel boulversement.

                                  De deux choses l’une : soit on voit le fait que, depuis 10 ans, nous avons connu 8 des dix années les plus chaudes depuis 150 ans comme un épiphénomène ,une coincidence, soit on l’interprète comme un signe précurseur de cette rupture.

                                  Dans tous les cas, l’atmosphère telle que nous la connaissons, n’a jamais connu de telles concentration de CO2. Etes vous pret à prendre le risque de fermer les yeux sous pretexte que vous vous voulez le chantre du combat contre la pensée unique ?

                                  A propos c’est Allègre


                                • Anto (---.---.178.10) 19 janvier 2007 15:01

                                  Par ailleurs, pour la remarque sur le communisme et les verts, si vous voulez une analyse bien liberale et bien capitaliste du réchauffement climatique, je vous conseille de vous renseigner sur le rapport Stern.

                                  Cet économiste (de surcroit banquier) anglais estime que le réchauffement climatique pourrait coûter 7500 milliards $.

                                  voilà. J’ajouterai que tous les grecs sont homos.


                                • (---.---.229.236) 19 janvier 2007 15:02

                                  « Par contre il ya un concensus autour du réchauffement du à l’activité humaine alors qu’il n’y en pas autour des autres théories marginales. »

                                  Bein non, justement. Il n’y a concensus que sur le réchauffement, c’est tout.

                                  « Il est acquis de toute façon que la concentration de CO2 n’a jamais été aussi élevée et qu’elle augmente plus rapidement que jamais. »

                                  Tss, vous savez bien que les statistiques anciens sont des plus difficile à utiliser.

                                  « Contrairement aux précédents le pic que nous vivons n’a rien de cyclique ou de naturel. »

                                  Pourquoi le climat devrait il etre cyclique ?? Et l’hiver 1709 ?

                                  « Dans tous les cas, l’atmosphère telle que nous la connaissons, n’a jamais connu de telles concentration de CO2. Etes vous pret à prendre le risque de fermer les yeux sous pretexte que vous vous voulez le chantre du combat contre la pensée unique ? »

                                  Quel risque ? Il n’y a aucun risque. Et oui, je ne suis pas prés à jeter des milliards d’hommes dans la misére parce que certains ont peur d’une chose dont on ne sait en définitive rien.


                                • (---.---.229.236) 19 janvier 2007 15:05

                                  "Cet économiste (de surcroit banquier) anglais estime que le réchauffement climatique pourrait coûter 7500 milliards $.

                                  voilà. J’ajouterai que tous les grecs sont homos."

                                  « Pourrait ». Avec des si, on serait tous communistes a l’heure actuel..

                                  Les grecs ne sont pas homos, mais pédés. Faut pas tous confondre jeune homme.


                                • gd (---.---.238.2) 19 janvier 2007 15:16

                                  « Bein non, justement. Il n’y a concensus que sur le réchauffement, c’est tout. »

                                  Liser le rapport de l’IPCC, et on reparle de concensus !!! De toute evidence ou vous maitrisez mal votre sujet, ou vous etes de mauvaise foi... Mais je vous laisse avec plaisir nous montrer le contraire.


                                • Anto (---.---.178.10) 19 janvier 2007 15:20

                                  okay mea culpa pour les grecs.

                                  Et c’est vrai il a utilisé le conditionnel notre economiste. De toute manière je ne pense pas pouvoir vous convaincre. Disons que c’est comme au poker, il faut payer pour voir.


                                • (---.---.229.236) 19 janvier 2007 15:20

                                  Moi ? C’est à ceux qui présentent une nouvelle thése de la prouver. Tant que cela n’est pas fait, elle est fausse. Donc votre thése est fausse.

                                  De toute façon, il ne faut pas s’en faire : le capitalisme va résoudre sans difficulter l’eventuel probléme de CO².


                                • Gnole (---.---.192.187) 19 janvier 2007 15:26

                                  On voit que vous êtes très porté sur la science mon cher .236 ... vous n’y comprenez rien mais vous vous intéressez, c’est un bon début, continuez smiley

                                  Allez je vous aide, pour 1709 revoyez le chapitre « occurence statistique à long terme » ça pourrait vous éclairer

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès