Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’économie va très bien, tout va bien, dormez bien (1)

L’économie va très bien, tout va bien, dormez bien (1)

Profits record des multinationales et des grands établissements financiers, record des fusions acquisitions en 2006, records boursiers, OPA des bourses américaines en Europe, échec du cycle de Doha, chute de l’immobilier US, éclatement des classes moyennes aux Etats-Unis et en Europe, baisse du pouvoir d’achat, montée de la précarité, montée des extrémismes... Tout va bien, dormez-bien.

En ouvrant mon quotidien en page économie hier matin, voici les principaux titres que je découvre :

- La City se prépare à des bonus record
- Les Américains à l’assaut des bourses européennes
- Tous les records de fusions et acquisitions seront battus en 2006
Et sous ce dernier titre, l’article commence ainsi : « Le volume de l’année 2000, alimenté par la bulle Internet, est déjà surpassé par les opérations annoncées cette année. »

Wall Street n’a jamais été aussi haut et le Cac 40 est remonté aux niveaux de cette même année 2000. Il paraîtrait que cela est dû entre autres à un excès de liquidités dans le monde. Et le fait est que les entreprises américaines croulent sous les liquidités[1], leurs profits n’ayant jamais été si élevés, et leurs investissements si réduits[2].
Ces liquidités sont si importantes que l’on en est arrivé à la situation inédite où les grandes entreprises jouent le rôle de prêteurs[3] de l’économie dans les pays du G7, alors qu’elles devraient normalement être en situation d’emprunteurs ! Le ratio d’investissement, lui, n’a jamais été aussi bas depuis plusieurs dizaines d’années. Ce qui inquiète la Banque de France et lui fait se demander si la situation est bien « normale »[4]...
Et lorsqu’on réalise l’ampleur du déficit de l’Etat américain, comparé à la situation décrite ci-dessus, on peut se demander si l’économie mondiale tourne bien rond.
La conséquence de cet afflux de liquidités astronomiques (alimenté par seize trimestres consécutifs de croissance à deux chiffres) vient s’ajouter aux autres liquidités astronomiques des fonds de pension : une course effrénée aux concentrations, comprendre OPA ou encore fusions acquisitions. Car des entreprises qui doutent sur l’avenir préfèrent utiliser leurs liquidités pour atteindre leur « taille critique et ne pas mourir[5] » - encore qu’à ce niveau ce soit de la gloutonnerie - plutôt que d’investir dans leur développement.

Mais pourquoi les dirigeants de ces entreprises douteraient-ils, puisque tout va bien, comme l’a dit hier encore Ed Lazear, chef des conseillers économiques de la Maison Blanche en annonçant une baisse de la croissance US en 2006 et 2007 : « ...le chômage est en baisse et les salaires devraient augmenter... Le PIB est en baisse au troisième trimestre mais devrait se reprendre au quatrième trimestre... L’inflation est moins forte que prévu pour 2006... », et d’ajouter, comme autant de signes que l’économie est solide : « ...les prix de l’énergie ont chuté [...] le sentiment des consommateurs est positif et la Bourse a été très solide[6]... ».

Le fait est que les statistiques liées à l’immobilier, parues en fin de semaine dernière, ne sont pas bonnes du tout, et ont jeté un coup de froid sur la communauté financière.
Au moment où j’écris cet article, c’est une autre nouvelle concernant l’indice du sentiment des consommateurs américains qui baisse en ce mois de novembre, ces deux nouvelles entraînant dans leur sillage un dollar à son plus bas cours depuis août dernier[7].
Serait-ce donc le spectre de la récession sur fond de dette américaine colossale, d’éclatement de la bulle immobilière et de chute du dollar, comme annoncé par LEAP/E2020[1] dès février sur AgoraVox[2], qui inhiberait les grandes entreprises ?

Ou bien est-ce l’échec du cycle de Doha et la fin de la mondialisation telle qu’on la connaissait depuis trente ans ?
C’est vrai que si la mondialisation et son cortège de déréglementations à tout va au profit des pays riches - comprendre en majorité les grandes entreprises et les investisseurs institutionnels - s’arrête, personne ne sait comment les investissements et flux financiers de ces derniers seront affectés. En tout cas, ce ne sera pas positivement. Et qui dit arrêt de la mondialisation dit fin de la libéralisation des marchés, et retour au protectionnisme ?
C’est en tout cas ce à quoi songe de plus en plus de monde, Etats-Unis et UE en tête. Balivernes ? Alors pourquoi l’échec de Doha, si ce n’est le refus d’une forme déguisée de protectionnisme[8] ?

La nouveauté depuis quelque temps c’est que même les bourses s’y mettent, les bourses américaines (Nyse et Nasdaq) faisant le forcing pour absorber les deux principales bourses européennes (respectivement Euronext et LES)[9]. La raison officielle de cette attaque en règle provient du fait que les coûts de transactions seraient largement réduits et l’accès des Américains aux bourses européennes renforcé. De plus, le renforcement de la transparence (loi Sarbanes-Oxley 2002) aurait fait augmenter les coûts d’audit de 63% rendant ainsi les places boursières américaines moins attrayantes... Pour des entreprises dont les capitalisations se comptent en milliards de dollars !
Mais, curieusement, on assiste en même temps à la création d’une place boursière pan-européenne concurrente, créée par sept des plus importantes banques d’investissement mondiales[10]. Il est vrai qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Leur point commun  : ces banques d’affaires (qui n’en ont plus que le nom) génèrent tellement de profits sur la spéculation - 90% de leurs revenus pour certaines, elles investissent même leurs propres capitaux - qu’elles font dire à certains qu’elles n’auraient même plus besoin de clients...
De là à se demander pourquoi ces sept banques, dont quatre sont américaines, Citigroup, Goldman Sachs, Merril Lynch et Morgan Stanley, investissent le marché européen avec autant de précipitation...

Certains seraient tentés d’y voir des rats quitter le navire. D’autres, une façon d’anticiper un retour au protectionnisme. D’autres, seulement une prise de position massive des principaux acteurs financiers en dollars dans la zone euros.

Mais tout va bien, nous dit la Maison Blanche, et Monsieur Paulson son secrétaire au Trésor connaît bien l’économie, son ancien métier est PDG de banque... de la banque Goldman Sachs, justement.

A suivre...

David Carayol
Paris (France)

http://europemondi.hautetfort.com/

Notes :
[1]
ProAT.com, paru dans www.letemps.ch

[2] Article La Tribune

[3] Les cent premières entreprises de l’indice S&P ont prêté pour 1300 milliards de dollars en 2005.

[4] Banque de France - Le comportement d’investissement des entreprises est-il normal ? Août 2006

[5] Cette expression largement répandue dans les milieux de l’entreprise est largement utilisée pour justifier la plupart des acquisitions des grosses entreprises.

[6] Le gouvernement Bush abaisse ses prévisions de croissance
[7] Le dollar chute en direction des 1,3 €
[8] Cycle de Doha ou la grande comédie
[9] Les Américains à l’assaut des bourses européennes

[10] Sept banques d’affaires tentent de contourner les bourses européennes



Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (154 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Lui (---.---.178.61) 24 novembre 2006 11:54

    Bon article.

    « tout va bien », en effet

    Je suis persuadé que dans les années 20 on disait la même chose.

    Puis dans les années 30.

    Et ainsi de suite.

    Le siècle du Capitalisme a été le plus violent de l’histoire de l’humanité.

    Ce qui nous disent tout va bien sont ceux qui profitent du système et en tirent les ficelles.

    Courage, tel est le mot qui nous manque le plus pour nous rebeller.


    • (---.---.30.243) 24 novembre 2006 13:38

      Le capitalisme et moi-même allons bien merci, et vous ? smiley


    • latapie (---.---.248.33) 26 novembre 2006 20:48

      « Le siècle du Capitalisme a été le plus violent de l’histoire de l’humanité »

      Ben voyons ! on oublie les 60 millions de morts dus aux pays communiste.

      Certains ne doutent de rien ..


    • Lui (---.---.178.61) 30 novembre 2006 19:14

      J’attendais cette réponse...

      Selon vous de quoi est né le socialisme ? N’est -ce pas le capitalisme tout puissant du 19ème siècle qui a provoqué la création de son propre contraire ?

      Enfin que s’est-il passé en 1989 à Berlin ? Puis qu’est-il arrivé à la Russie, à la Chine ? Le communisme n’ a il pas été vaincu ?

      Toute forme d’idéologie mène au totalitarisme et donc à la violence, à la domination de l’homme par l’homme. C’est ce que les communistes, et les (néo)capitalistes ne comprennent pas.

      Mais le peuvent-ils seulement ?


    • ZEN zen 24 novembre 2006 12:04

      Merci pour cet article et les documents qui l’accompagnent. J’attends la suite...


      • parkway (---.---.18.161) 24 novembre 2006 13:45

        je ne suis cependant pas d’accord avec ce que vousd îtes de la mondialisation.

        Avant la mondialisation, les gens et les entreprises vivaient « mieux » que maintenant.On n’était moins soumis au profit que maintenant avec moins de conflits sociaux ;

        Se débarasser de la mondialisation ne peut que renforcer le bien-être de la planète et diminuer les « actions » de nos chers financiers...


        • Depi Depi 24 novembre 2006 15:02

          C’est vrai on était jamais aussi bien qu’en étant tous ouvriers et mineurs.

          Non mais vraiment..


        • arnaud (---.---.197.20) 24 novembre 2006 18:34

          régression de la mondialisation et un certain protectionnisme n’empêchent en rien le progrès technologique. ça permettrait surtout de ralentir les délocalisations, la désindustrialisation et réduire la bulle financière. et m^me s il y a un ralentissement des Nouvelles technologies, est ce que ça perturbera notre quotidien ? il y a 2 enjeux majeurs pour demain :dépendance énergétique et sauver la planète. le reste, cest du confort, une espèce d’insatiable besoin d’avoir le bidule dernier cri, d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte...tiens, jvais m^me bazarder mon pc

          oups, cest celui du patron !

          bien à vous , arnaud


        • Jean-Pierre An Alré (---.---.201.219) 28 novembre 2006 19:32

          >> Avant la mondialisation, les gens et les entreprises >> vivaient « mieux » que maintenant.On n’était moins soumis >> au profit que maintenant avec moins de conflits sociaux

          C’est beau la faculté d’oublier.


        • (---.---.248.19) 24 novembre 2006 16:20

           smiley

          @ l’auteur : cet article est sans queue ni tête, donc deux questions :
          - êtes vous l’inventeur de la machine à générer toute seule des textes anti-mondialisation ?
          - avez vous piraté l’inticateur « article intéressant » pour obtenir un score positif à la cubaine, en dépit du vide sidéral de l’article ?


          • (---.---.75.129) 25 novembre 2006 13:44

            au contraire inculte c’est un excellent article de synthèse qui met en lumière des graves disfonctionnements

            chapeau bas au rédacteur ca fait plaisir de voir qu’il y encore des gens intelligents sur agora vox.


          • René Job (---.---.132.30) 24 novembre 2006 19:01

            Bon article. Bien informé. Merci.

            A suivre les mouvements que vous décrivez, on a le sentiment que les opérateurs anticipent des fermetures de frontières et un cloisonnement du monde en grandes régions unifiées. Ils se positionnent donc aux endroits où le développement économique risque d’être fort. L’Europe « fermée » serait en effet une zone très dynamique. Ce qu’elle ne peut pas être si on la place en concurrence directes avec les géants Chinois, Indiens et Brésiliens.

            Ensuite leurs liquidités risquent de ne plus rien valoir si les économies ne génèrent pas assez d’activité concrète, c’est-à-dire non spéculative (au sens péjoratif du terme).

            Nous verrons.

            A vous lire, pour la suite.


            • MOISE (---.---.233.131) 24 novembre 2006 21:12

              @L’auteur,

              j’ai aussi été surpris en lisant ce genres de nouvelles sur les OPA des places européennes. et les offres de rachats grimpent tres vites... en six mois l’offre est passé de 900€ et quelques a plus de 1250€ et quelques !

              En plus, dans le quotidien , il etait ecrit que si l’offre n’avaient pas été réglémentée pour etre réévaluée au bout de six mois, çà aurait été avant !

              Bon article donc, mais comme les autres j’attend la suite...

              @Dépi,

              Quand vous comprendrez que l’argent ne se mange pas, vous aurez aussi compris que c’est le travail qui donne de la valeur aux choses matérielles et aux gens donc aux humains, et non pas l’argent ; et surtout, même avec les plus mauvaises conditions de travail(celles qui rapportent le plus normalement (cf les gamines chinoises de 14 ans qui travaillent plus de 16h/jours dans les usines de couutres et de jeans...) !).

              La SPECULATION ne construit RIEN, le logement par exemple !La spéculation ne fait que poussez les gens a la rue dans ce domaine.

              Quand je parle de la bourse avec mes amis, je dit toujours « Monopoly planétaire », et j’y ajoute que çà detruit trop de choses par rapport a ce que çà permet de construire.

              Les gens qui veulent vivre simplement ne doivent pas etre pénalisés par ce genre de comportement.

              @ arnaud

              Je reformulerais vos deux enjeux majeurs en DECROISSANCE de Consommation énergétique (ou au moins STOPPER la croissance de consommation energetique +2% /an en moyenne en france). En clair, fabriquer des négawatts(1 négawatt est un 1 watt qui a été économisé alors qu’il aurait du etre consommé).

              Quand a sauver la planète, je reformulerais en dévelloper l’idée d’un dévellopement SOUTENABLE(ou durable mais je préfère soutenable car a connotations moins économique). Comme le disait Jean peirre jancovici ce soir(24.11.2006) dans « C dans l’air » : "le pb du changement climatique doit etre DEFINITIVEMENT réglé que ses enfants partent en retraite. C’est a dire moins de 50 ans !

              Je pense que remplaçer la loi de « plus de volume » qui régit tout règle de L’OMC doit etre changée par une régle de base qui doit absolument etre réaffirmée : l’HUMANISME.


              • arnaud (---.---.222.249) 25 novembre 2006 00:09

                suis bien d’accord avec toi MOISE

                mais keski peut pousser ceux qui s’en mettent plein les fouilles aujourd’hui à une volte-face vers plus de partage et d’humanité ? sérieusement rien ! et la crainte du lendemain risque peut-être m^me de précipiter les choses : vite, vite faisons des réserves car m^me si les autres manquent, mOi au moins j’en aurai.(rappelle toi la déferlante dans les magasins le lendemain de la déclaration de la 1ere guerre en irak ou même celle la veille d’une grève des transports !)

                mais bon mieux vaut y croire et continuer d’essayer de convaincre (ne serait ce que le voisin ou le copain)

                arnaud


                • (---.---.37.70) 25 novembre 2006 01:18

                  Ah Ah AH !

                  du protectionnisme !!!

                  Le truc qu’à permit le Nazisme en Europe ? Z’avez raison les gars, Le pen et ses copains des autre pays à 80%, c’est ca qui nous faut !

                  PS : 25% des français travail pour l’exportation..


                  • René Job (---.---.131.188) 26 novembre 2006 15:02

                    « PS : 25% des français travail pour l’exportation.. »

                    ça ne signifie rien.

                    On « exporte » vers l’Allemagne. On « importe » depuis l’Irlande vers la France. On importe depuis la Chine vers la France.

                    Votre vocabulaire est insuffisant.

                    Si d’ailleurs les choses continuent d’aller comme elles vont, 25% des français ne travailleront plus pour leur plus grande majorité. C’est tout.

                    L’avenir n’est ni Le Pen ni la mondialisation sauvage. L’avenir consiste à constituer des blocs politiques intrinsèquement homogènes et à définir des règles précises d’échange entre eux. Pour le bien des populations et l’avenir de la planète.

                    Et l’Europe n’est plus la solution car la manière dont elle est construite, conduit à l’impasse et à l’arrivée de ce que vous redoutez : le totalitarisme.

                    Merci de vous réveillez.

                    Il y a un proverbe qui dit que : « la route des enfers est pavée de bonnes intentions ».

                    Dans ce cas, il s’applique parfaitement.


                  • Yvance77 (---.---.234.111) 25 novembre 2006 11:38

                    Oui excellent article, mais concretement que faut il faire.

                    C’est toujours la même chose bon sang, il y en a qui excelle diagnostic, mais dans l’exercice pratique on y saute comment.

                    Cela fait plus de deux decennies que le suicide collectif, par le jeu de l’enfouissement à la mode de la tête d’autruche a commencé, et on accuse la fatalité.

                    Les manifs à la façon communiste ne donneront aucun résultats, hormis une grêve générale et de longue durée pour faire tout plié, et encore ...

                    Il est ou le leader qui fera avancé la chose c’est tout ce qu’il manque en fait.

                    A peluche


                    • David Carayol David Carayol 25 novembre 2006 14:19

                      Bonjour à tous,

                      Et merci pour vos commentaires encourageants smiley Qu’est ce qu’il faut faire Yvance77, je me pose la question depuis un certain temps déjà et la réponse n’est pas facile à trouver. Mais il y’a quand même un certain nombre de remarques qui reviennent fréquemment quand j’en discute ou que je lis sur le sujet. Tout d’abord la mondialisation est un processus global qui n’est pas contrôlable car il n’y a pas de gouvernance mondiale, donc en gros pas d’autorité politique démocratique pour contrôler ses travers. Du coup c’est la porte ouverte à toutes les aberrations qui s’illustrent à merveille aujourd’hui par des entreprises qui ont compris depuis longtemps les bénéfices qu’elles pouvaient tirer de ces lacunes en matière de gouvernance. Il y’a bien une institution qui s’appelle l’OMC mais elle représente qui sinon les gouvernements des pays en question, qui comme l’illustre très bien le cas Paulson aux Etats Unis partagent déjà depuis longtemps le même lit que ces multinationales ! Et quand on sait comment les directeurs des deux autres institutions financières globales (FMI et Banque Mondiale) sont nommées, le Directeur de la Banque Mondiale est directement nommé par le président des Etats Unis, et celui du FMI est nécessairement un Européen, ça laisse songeur.. Enfin une remarque au passage, je serais curieux de savoir comment la Commission européenne a pu donner le droit à des banques d’ouvrir leur propre plate-forme financière !? Il y’a donc deux points flagrants : 1. La mondialisation est en dehors de tout contrôle. 2. Les simulacres de gouvernance qui existent sont totalement non démocratiques.

                      La première étape serait donc d’amener la composante démocratique à un niveau global. Hélas ça ne va pas se faire du jour au lendemain. En ce qui me concerne je crois que l’Union Européenne a le même problème aujourd’hui ; alors qu’elle a une taille économique qui lui permettrait d’avoir un impact important sur une meilleure gouvernance économique mondiale, son fonctionnement est également non démocratique. Le fait est qu’elle est surtout contrôlée par quelques hauts fonctionnaires qui font parti de la Commission européenne, la Commission est ainsi la seule institution habilitée à proposer des lois européennes ! Le Parlement européen n’a même pas ce pouvoir !! quand on parle de division des pouvoirs entre le législatif et l’exécutif. A ce propos voir l’article suivant écrit suite à la dénonciation de ce fait il y’a 1 mois à peine... par un des Vice Président de cette même Commission. Voir article. Fin de la parenthèse.
                      -  Et pour ça tout d’abord il faut avoir un fonctionnement démocratique en Europe. Et là je fais de la pub pour NEWROPEANS premier mouvement politique trans-européen à se présenter au Parlement Européen en 2009, car c’est pour ça que j’y suis. Puis une fois que ces conditions de mise en œuvre d’une politique démocratique existent, alors on peut commencer à changer les choses dans le sens de l’intérêt général.
                      -  A ce propos une remarque qui va de soit mais qui apparemment passe de plus en plus inaperçue aujourd’hui c’est la question du conflit d’intérêt. Quelle crédibilité pour un Secrétaire au trésor américain censé représenter l’intérêt général lorsque les mesures qu’il prend concernent directement son intérêt personnel ou celui de ses amis ? et je parle de lui car je l’ai cité dans mon article, mais si je m’amusais à chercher en Europe...

                      Puis nous allons réfléchir dans quelques semaines à notre programme socio-économique à Newropeans, et je vous invite à me faire part de vos idées, ou à devenir membre comme ça vous pourrez directement participer à nos débats sur notre Intranet (tous les membres de tout pays ont accès au même forum).

                      Mon opinion personnelle c’est qu’il faudrait créer des garde fous à tous ces mouvements de capitaux tout d’abord, puis aux déréglementations à tout va.
                      -  Effectivement re-hausser les barrières à l’entrée dans des zones données, par exemple l’UE serait une des solutions pour éviter les délocalisations à tout va afin de rivaliser avec des produits bien moins chers ailleurs. C’est ce qui se passe en Amérique Latine également ou la zone de libre échange des Amériques (incluant les Etats Unis) est de plus en plus remise en cause... En fait c’est déjà le cas pour l’agriculture entre autres, mais également pour les produits manufacturés puisque les droits d’entrée pour les Pays du Sud, en particulier l’Afrique, sont bien plus élevés pour eux vers l’UE que pour nous vers ces pays (que ce soit en termes de taxes douanières ou de conditions phytosanitaires plus strictes...). Ceci dit je n’approuve pas ces subventions ni ces méthodes, je dis simplement que c’est le cas aujourd’hui.
                      -  Pourquoi ne pas réfléchir aux produits ou catégories de produits qui ont le plus de répercussions économiques dans nos sociétés de pays développés ? ce ne sont pas les produits agricoles en tout cas.. mais plutôt les produits manufacturés et de plus en plus les services.
                      -  Ensuite pourquoi pas ne pas taxer les mouvements de capitaux, comme le proposait sans succès ATTAC ?
                      -  et de même il ne me semblerait pas anormal de taxer la valeur ajoutée des produits vendus ce qui aurait le mérite de rééquilibrer, d’une part les prix par rapport à un produit fabriqué en Europe, d’autres part de contrer cette tendance des multinationales à dire : « si vous nous taxez trop on délocalise notre siège ! ».

                      Pour les pays du Sud beaucoup a été écrit pour dire qu’une libéralisation des échanges SUD-SUD bénéficierait largement à chacun et dans des conditions beaucoup plus équilibrées que les échanges NORD-SUD actuels. Il ne s’agit pas d’arrêter tout commerce avec les pays du SUD, une mondialisation équilibrée peur leur apporter plus de bien être économique et humain mais encore faut-il que les règles commerciales soient équitables. Et ce n’est pas le cas aujourd’hui, c’est pour ça que DOHA échoue.

                      Voilà des suggestions ? n’hésitez pas à les poster ici ou sur mon blog http://europemondi.hautetfort.com/ Merci et bon we David


                    • candide (---.---.214.114) 25 novembre 2006 18:24

                      Merci David pour cette analyse impartiale et parfaitement documentée. Je recommande également à tous le site de Newropeans pour la qualité de ses débats notamment et ses prises de positions virulentes mais ô combien justifiées contre le fonctionnement parfaitement ANTIDEMOCRATIQUE de la Commission européenne à Bruxelles. Voir à ce titre les échanges avec Mr Jacob censé représenté cette dernière et les éditos de Mr Biancheri dénonçant l’imposture Stalienne et son fonctionnement opaque. Edifiant !


                      • candide (---.---.214.114) 25 novembre 2006 18:29

                        Concernant le dernier message de l’auteur, il me semble que c’est une première dans un espace dit démocratique qu’un parlement élu au suffrage Universel ( ici le Parlement Européen) n’ait point l’initiative des Lois.


                      • louis mandrin (---.---.62.131) 28 novembre 2006 09:53

                        20ème étage, tout va bien, 19 ème...tout va bien, .....5ème, tout va bien.....tans qu’on a pas touché le fond, tout va bien...mais gare au réveil, il va faire mal...j’ai entendu dire qu’il avait été mis pour sonner (la droite, la gauche ??? les partis traditionnels ???) en mai 2007....je pense que la gueule de bois sera assurée


                        • René Job (---.---.132.7) 1er décembre 2006 00:18

                          @ David

                          Ce qu’il faut faire ?

                          Ou bien on ne fait rien ou bien on fera une révolution.

                          Pourquoi ?

                          Parce que plus je regarde le fonctionnement de l’ensemble mondial, de ses acteurs, plus il apparaît que même un mouvement comme ATTAK et autre est voué à l’échec.

                          De fait, il n’y a rien à faire à part provoquer un grand chambardement qui oblige chaque ensemble à se replier partiellement sur lui-même en neutralisant les puissances financières à l’oeuvre. Elles n’ont que faire de nos petits problèmes. J’oserai dire que pour elles, nous ne sommes que des sortes « d’insectes précaires ».

                          La plupart des candidats à l’Elysée prônent une réduction de l’Etat et une privatisation des services publics. Bien sûr aucun ne le dit franchement car il ne serait pas élu. C’est quand même le mouvement général. Tout ça finira mal.

                          Je suis convaincu que les arguments raisonnables n’ont aucune chance de l’emporter. C’est d’ailleurs ce qui explique l’existence d’une Ségolène ou d’un Nicolas. C’est aussi ce qui disqualifie les autres.

                          L’Europe du TCE aura lieu. Et il n’y aura aucune régulation monétaire favorable aux citoyens européens ou à la continuité des services publics. Sur l’échiquier mondial, nos États ont été sacrifiés aux intérêts particuliers de quelques uns, lesquels, si ça va mal iront en Suisse ou aux États Unis. Quant à l’État français, il pourra bien s’effondrer, qu’importe.

                          Les futurs foyers culturels du monde ne sont pas en Europe. Dans 25 ans, on n’y fera plus de bénéfices ni plus rien d’intéressant d’ailleurs. smiley

                          C’est tout simplement triste car ça signifie que nos élites nous ont bel et bien trahi.

                          J’ai dû mal à me résoudre à cette interprétation mais pourtant, elle a le mérite de rendre cohérents les replis culturels auxquels on assiste un peu partout en Europe ainsi que le sentiment diffus que pour s’en sortir, il faut partir s’installer ailleurs.

                          L’Europe est un champ de fleurs fânées.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès