Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’écotaxe enterrée

L’écotaxe enterrée

Le gouvernement a fini par résilier son contrat avec Ecomouv', la société chargée de collecter l’Ecotaxe. Le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, a annoncé jeudi devant les sénateurs, lors de la séance des questions au gouvernement qu’il avait par lettre résilié le contrat avec Ecomouv. Il a bien précisé qu’il existait des doutes sur la validité du contrat initial au regard des exigences constitutionnelles qui s'imposent à l'Etat lorsqu'il confie à des personnes privées la gestion de certaines activités. ".

Suite aux conclusions de Grenelle de l’environnement et après avis favorable du Conseil d’Etat sur l’externalisation du recouvrement de la taxe poids lourds, le 27 décembre 2007, la loi sur l’écotaxe est votée. Pour l'application de la taxe sur les poids lourds, l'Etat est autorisé à confier à un prestataire extérieur la mise en œuvre du dispositif technique nécessaire à la collecte de l’Ecotaxe. Après un appel d’offres, le contrat est signé avec Autostrade per l’Italia le 20 octobre 2011

Si d’autres solutions étant techniquement et juridiquement envisageables, la décision d’externaliser la collecte de l’écotaxe, dans le cadre d’un partenariat public-privé a fait consensus au Parlement lorsqu’elle a été prise. C’est un choix politique motivé par la logique de réduction des effectifs de fonctionnaires qui prévalait et ne permettait pas d’envisager les créations de postes nécessaires à la mise en place de ces contrôles. Le gouvernement s’était donné comme objectif de maximiser le montant des recettes tout en minimisant le risque de contentieux dus aux exigences techniques en termes de contrôle de cette collecte

Dès le début il est apparu que la société Écomouv’, malgré qu’elle ne elle ne pouvait ignorer les difficultés de sa tâche, s’est engagée sur des délais et des performances qu’elle ne pouvait tenir. Et il y a fort à parier qu’en Janvier 2014 (date du début de la collecte) elle n’aurait pas été prête. On ne le saura jamais, car la collecte n’a jamais débuté.

Cette taxe devait être collectée sur 15000 kilomètres de réseau taxable (10 000 kilomètres de réseau national non concédé et 5 000 kilomètres de routes locales) avec un taux moyen de 13 centimes d’euro par kilomètre. Pour une rentrée financière de 1,1 à 1,2 milliard d’euros répartis entre l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (700 à 760 millions d’euros), la société Ecomouv (230 millions d’euros), les collectivités (160 millions d’euros) et la TVA (50 millions d’euros). Le système était composé de 173 points de contrôle fixes (les « portiques ») et 130 points de contrôle déplaçables.

Face à la colère des routiers, l'écotaxe a été suspendue le 9 octobre 2013 par le gouvernement, qui étudiait depuis les solutions juridiques pour rompre ses liens avec Ecomouv'. Selon les termes de l’accord de PPP, la résiliation doit dans les un premier temps, coûter plus d’un milliard d'euros aux contribuables, 800 millions pour l'indemnisation des dépenses engagées par Ecomouv' (c’est inscrit dans le contrat et ça comprend les 173 portiques, le système informatique, et les 230 millions de loyer pour 2014). Les 1.03 milliards sont un minimum, car à cela il convient d’ajouter :

Le manque à gagner pour la société Ecomouv’, puisque le contrat avait été signé pour une durée de 13 ans. Il y aura des négociations ardues, car il ne faut pas oublier que dès lors que l’écotaxe a été votée par le Parlement, la suspension de l’écotaxe est une décision politique sans aucun fondement juridique et ça va compter si ça passe en justice et ça fait forcément passer par la case justice. L’Etat devrait verser les bénéfices qu’aurait dû recevoir Ecomouv’ pour la durée de 13 ans. Donc si on se base sur un bénéfice minoré à 25%, ça fait 230 x 0.25 x 13 soit environ 750 millions. L’Etat devra régler le plan social des 200 personnes embauchées par Ecomouv (si on se base sur un an d’indemnité ça nous fait environ 12 millions). Il faut surtout ne pas oublier le manque à gagner de 970 millions d’euro de collecte de la taxe. Donc ça nous fait au bas mot une ardoise de 1.8 milliard d’euro et un manque à gagner de 970 millions d’euro par an.

Suite aux révoltes des « bonnets rouge », et des transporteurs, des personnalités politiques (droite gauche confondus) avaient dénoncé les modalités cet accord, notamment sur les 20% de l'impôt collecté que l’entreprise devait récupérer. Une commission d'enquête parlementaire a pourtant indiquait qu'aucune irrégularité n'avait été commise dans la décision et les applications de cette taxe.

Conclusion : Comme en ce moment on n’a pas vraiment besoin d’argent, on peut s’asseoir sur une dépense de 1.8 milliards et un manque à gagner de 970 millions par an. Les routiers étrangers pourront continuer à détruire les route « gratuites » l’hiver. La prochaine manifestation des routiers aura comme thème « la non restauration du réseau routier parce que plus financé ». Le transport des fruits et légumes du Maroc et de l’Espagne coutera 13 centimes de moins au kilomètre et les maraichers bretons devront vendre leur bonnet rouge pour survivre à cette concurrence qu’ils ont contribué par leur bêtise à mettre en place. Les socialistes ont encore prouvé par leurs actes qu’ils étaient incapables de gouverner un pays. Ils sont les premiers à dire : on n’arrête pas un chantier de 6 millions d’euro et sont les premiers à arrêter un chantier de 1.8 milliards.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • ETTORE ETTORE 31 octobre 2014 09:48

    quelle gabegie !!!!!

    tu mets, j’enlève, j’enlève, tu mets !
    c’est la patate chaude politicienne
    Franchement, j’irais bien lui planter un portique devant sa maison à l’autre ex hollande
    si seulement on pouvait s’en servir pour taxer les conneries de nos politiques
    Cette affaire resteras un monument/portique à la gloire des élus, une statuaire représentant
    toute la lâcheté de certains[NES] et il va de soi, qu’il ne seras de cesse pour eux de faire disparaitre au plus vite ce symbole de lâcheté.morale

    • TSS 31 octobre 2014 10:34

      Le GVT qui cite l’Allemagne en exemple, à tous propos et hors de propos, aurait dû

       dire aux français qu’en Allemagne la taxe aux poids lourds existe depuis 10 ans et que les

       camions français qui y vont paient sans barguiner et que le gvt de la RFA n’a

       pas cédé aux pressions... !!


      • adeline 31 octobre 2014 15:29

        Excellente nouvelle, enfin. Je soupçonne un grave problème d’architecture et pour faire simple de faisabilité. Condoléances aux 350 employés.


        • oncle archibald 31 octobre 2014 16:05

          La suspension de l’écotaxe est une décision politique sans aucun fondement juridique et qui va nous couter un bras. 


          Le pire de tout est l’hypocrisie avec laquelle le gouvernement socialiste va plaider contre Ecomouv pour faire déclarer « inconstitutionnels » les termes du contrat signé par son prédécesseur, mais qu’il avait approuvé (c’est si rare une mesure qui faisait l’unanimité !) et qu’il voulait mettre en oeuvre jusqu’à ce que, sous la pression de la rue, il y renonce ! 

          Cette procédure n’a aucune chance d’aboutir et ce n’est bien évidemment qu’une manoeuvre politicarde destinée à éviter le paiement des grosses indemnités qui seront dues pendant le mandat de notre bon roi François Normal. Ils espèrent donc repasser la patate chaude au gouvernement suivant.

          Quoi qu’il en soit, pour Ecomouv comme pour le barrage de Sivens, c’est le contribuable lambda, vous et moi, qui pairs la note. 

          Question de fond : à quoi bon prendre des décisions dans un cadre législatif si c’est pour renoncer à les appliquer sous la pression d’une poignée d’illuminés ? Sommes nous encore dans un état de droit ou courbons nous la tête devant certains braillards .. J’ai bien dit certains … Une poignée de « sauveurs des grenouilles vertes » ici, un millier de bretons là, et surtout pas quand plusieurs milliers de personnes descendent dans la rue en d’autres circonstances. 

          Ce gouvernement est aux abois et nous allons le payer très cher, en euros mais aussi en ressentiment et en souffrances de tous ceux qui n’ont jamais le droit à la parole. Une seule solution : la dissolution.

          • christian pène 31 octobre 2014 16:07

            ......et c’est maintenant qu’on nous dit que le contrat n’était pas forcément valide ? de qui se moque-t-on ? sinon des Français .....mais qui s’est moqué des Français sinon Sarkozy puis Hollande ?


            • Mowgli 1er novembre 2014 04:02

              « .mais qui s’est moqué des Français sinon Sarkozy puis Hollande ? »

              Sans oublier la Grande Zohra et le Miteux Rance


            • zygzornifle zygzornifle 3 novembre 2014 12:45

              on va se ramasser une Ségotaxe d’ici peu ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès