Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’effarant rapport Pisani-Ferry / Enderlein qui recommande la baisse (...)

L’effarant rapport Pisani-Ferry / Enderlein qui recommande la baisse du pouvoir d’achat

Deux économistes, allemand et français, ont proposé un agenda de sortie de crise. Leur recette miracle : un blocage des salaires, qu’il camoufle sous le terme convergence ! Une proposition qui est un contre-sens économique et qui en dit long sur les errements intellectuels de notre époque.

Un contre-sens économique
 
S’ils ont raison de souligner qu’il est essentiel de lutter contre le chômage, qui atteint 15% de la population active en France, partir du postulat que la recette allemande du début des années 2000 pourrait marcher aujourd’hui est absurde. D’abord, il ne faut pas oublier que la potion amère du chancelier Schröder avait alors fait de l’Allemagne le pays malade de l’Europe, avec une croissance très faible, et qu’il a produit une baisse de 15% du pouvoir d’achat pour un tiers de la population, une forte hausse de la pauvreté (plus élevée qu’en France encore aujourd’hui malgré le différentiel de chômage).
 
Mais surtout, la potion amère allemande a été rendue possible par sa spécialisation industrielle et l’explosion de ses exportations, mais aussi par le fait que les autres pays européens ne menaient pas la même politique, ce qui a maintenu ses débouchés, et a compensé la faiblesse de la demande intérieure par ses exportations. Tout le problème est que ce raisonnement, appliqué à l’échelle du continent européen, comme il l’est depuis 2010, tue la croissance au lieu de la relancer. Face à une crise de la demande, une politique de l’offre généralisée est vouée à l’échec car elle pèse sur la demande.
 
La social-démocratie à la dérive

Dans cette même logique, il n’est tristement pas surprenant d’entendre le ministre « socialiste » du travail dire qu’il ne donnera pas de coup de pouce au SMIC. Nous sommes arrivés à la situation folle où ce qu’on appelle la gauche aujourd’hui fait beaucoup moins pour les bas salaires que ne le faisait une droite encore sous influence gaulliste il y a 19 ans ! Pire, François Hollande baisse les coûts des entreprises de dizaines de milliards, de facto pris aux ménages, dans une logique folle dénoncée par le « prix Nobel d’économie » Paul Krugman. Et cela est d’autant plus vrai que la course à la compétitivité est illusoire et suicidaire alors qu’à 2000 kilomètres, le SMIC est dix fois plus bas !

Il faut rappeler ici que l’économiste en question, Jean Pisani-Ferry, conseille déjà le gouvernement, ce qui en dit long sur les socio-démocrates ! Il est même classé à gauche ! Il y a de quoi avoir le tournis quand on se rend compte que la droite d’il y a 20 ans était peut-être plus prudente sur cette quête destructrice de la compétitivité, encore sous l’influence de Ford et du gaullisme. Aujourd’hui, la gauche de gouvernement a brûlé toutes les leçons de Keynes et reste sourde aux critiques d’économistes pourtant modérés comme Krugman et Stiglitz aux Etats-Unis ou Gréau et Sapir en France. L’avenir ne sera pas tendre avec ces « socio-libéraux » qui n’ont plus rien de sociaux.
 
De manière intéressante, le rapport ne parle pas directement de blocage des salaires, comme l’annonçait le Spiegel. Mais quand on appelle à la convergence salariale avec un pays qui a fixé le SMIC à 8,5 euros par heure pour 2017 quand il est un euro plus haut en France, cela revient à cela.

Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 29 novembre 2014 12:12

    c’est ton europe ! et pas autre chose.


    • TSS 29 novembre 2014 12:28

       C’est un processus en route depuis 50 ans (principe de la grenouille) !!

       A propos le nobel d’economie n’existe pas ,c’est un satisfecit decerné par un pool

       de banques.... !!


      • Doume65 29 novembre 2014 13:08

        « François Hollande baisse les coûts des entreprises  »

        Chouette, je vais bientôt pouvoir m’en payer une !
        Plus sérieusement, qu’est-ce que vous avez voulu dire ?


        • Ronny Ronny 29 novembre 2014 16:46

          Je ne veux pas opposer public et privé, c’est ce que recherchent nos gouvernants depuis des lustres... Et il y en a tellement qui tombent dans le panneau


           Mais je signale que le salaire de la fonction public est gelé depuis 2010 et jusqu’en 2017, ce qui revient à une baisse du pouvoir d’achat (par rapport donc à l’inflation) de 15 à 20% environ...

          Cette politique est donc *déjà* en place !





          • mimi45140 29 novembre 2014 18:47

            Pour ne pas être étonné , il suffit de se doter d ’ un bon rétroviseur , l’histoire s’ est déjà chargé de ces épisodes , nous avons connu les mêmes phénomènes il y a 80 ans et 120 ans , le meilleur moyens d appréhender notre futur consiste à connaître au mieux notre passé , quelques vidéos d’ Annie Lacroix Riz apportent un certain éclairage sur les jours à venir .


            • septikettak septikettak 29 novembre 2014 20:08

              Je suppose que la baisse du pouvoir d’achat, c’est pour les autres et non pour eux qu’ils le préconise, ces pourritures


              • cassandre4 cassandre4 2 décembre 2014 00:34

                 Bien évidemment, qui c’est qui a cogité comme des ânes, pour trouver cette super bonne idée, çà prouve, quand même !... merde !.quand même, leur supériorité intellectuelle, et cela justifie amplement leur gamelle (en or massif, sans doute !) mais néanmoins bien méritée !  smiley


              • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 29 novembre 2014 21:19

                Enfin une baisse, enfin !

                Après
                - la hausse du chômage,
                - la hausse de la pauvreté,
                - la hausse des prix,
                - la hausse des taxes et des impôts,
                - la hausse des températures,
                - la hausse de la radio-activité,
                ...

                Voilà enfin une baisse !

                Et vous n’êtes pas contents ?


                • franc tireur 29 novembre 2014 22:32

                  Ce qui est vrai est que les salaires francais ont augmenté beaucoup plus vite que la productivité , ils ont meme continué a augmenter pendant la crise contrairement a nos voisins .Macron pestait recemment contre la preference des entreprises pour la hausse de salaires et le dividence plutot que pour l investissement .La solution serait le retour aux 39 heures mais payées 35, Macron en reve la nuit . Cela dit avec une classe politique francaise aussi lache pas de grand risque que ca se produise a court terme .

                  Savez vous par ailleurs que les salaires francais bruts sont les plus elevés de l’OCDE ? Une experience serait interessante : verser les salaires bruts aux francais, qui feront ensuite des cheques aux organismes publics . Pour que chacun comprenne le cout de leur système social.



                  • cassandre4 cassandre4 2 décembre 2014 00:45


                     Vous avez bougrement raison de le souligner, « le salaire moyen en France ne cesse de progresser » ; c’est principalement du à l’effet <<bistro>>, (vous mettez un milliardaire, dans un bistro, au milieux de 12 Smicards, et vous faites la moyenne des salaires !) c’est le mode de calcul de la « masse salariale » qui sert de base au « salaire moyen Français ! »  smiley


                  • RICAURET 29 novembre 2014 23:30

                    pourquoi ils ne nous prennent pas nos salaires et nous donnent en contre partie des tickets de rationnement
                    ils ont hypothéquè nos maisons au pres des banques mais si une personne vient me la lever il dira bonjour au diable

                     
                     A BON ENTENDEUR SALUT


                    • fcpgismo fcpgismo 30 novembre 2014 09:24

                      Le pouvoir d’achat est un pouvoir de destruction c’est salutaire de le réduire d’autant que le gaspillage est au plus fort.

                      Avec 1500€ net par mois et pour une personne on vit très bien ( moto velo loisirs )
                      Tout ce qui est au dessus de ce seuil détruit rend avide et cupide le toujours plus.
                      Vive la décroissance,la sobriété l’utilisation avec parcimonie des matières premieres pour les générations futurs.

                      • julius 1ER 30 novembre 2014 14:48

                        @fcpgismo,

                        c’est un point de vue , singer les riches dans leur mode de consommation n’est certainement pas la panacée mais imposer un revenu maximal et un revenu minimal peut aussi être une option !!!!!!!

                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 novembre 2014 10:44

                        Tout ceci est parfaitement normal.
                        Ceux qui croient que l’UE et l’euro ont échoué, se trompent lourdement, nous arrivons aux buts fixés par leurs promoteurs, et qui n’ont rien à voir avec les buts idylliques qu’on nous a vendus.


                        Il s’agissait de manière très habile de provoquer les mêmes résultats que Reagan & Tchatcher :
                        faire une révolution conservatrice contre les peuples, et faire baisser le prix du travail.

                        Annie Lacroix Riz l’explique, Robert Mundell l’avoue au Guardian :

                        « Le retrait du contrôle de la monnaie par les gouvernements, empêchera l’utilisation de politiques monétaire et budgétaire keynésiennes par les vilains petits élus pour sortir une Nation de la crise »
                        « Envoyer les Etats providence d’ Europe aux égouts ! »

                        Il faut sortir le plus vite possible de ce piège et revenir aux monnaies nationales, qui elles, permettent « des politiques monétaires et budgétaires keynésiennes ».

                        Ce n’est ni une vue de l’esprit, ni vanter la Corée du nord.
                        L’Allemagne et les Pays Bas ont planché sur une sortie de l’euro.
                        L’Angleterre s’est bien gardé d’entrer dans la zone euro, comme la Suisse et la Norvège.

                        L’Italie de Mattéo Renzi annonce que si le plan de Junker échoue, l’ Italie sortira de l’euro en 2015.


                        En dehors de nos europathes compulsifs, personne ne croit sérieusement que Merkel, Cameron Mattéo Renzi soient de dangereux Coréens du nord....

                        • christophe nicolas christophe nicolas 30 novembre 2014 12:27

                          Le plan Juncker ? 

                           
                          • - Des TGV avec 30% de marge entre Poitiers et Limoges dont il faudra supprimer la traction électrique dans 10 ans ?
                          • - Des installations portuaires, routières ou aéronautiques qui seront démodées dans 30 ans
                          • - Des centrales nucléaires déjà démodées
                          • - des supergrids catastrophiques pour la magnétosphère
                          • - etc...
                           
                          Plein de choses vont changer et on a besoin d’une mutation pour éviter un précipice par d’une accélération vers le précipice.

                          Entre nous, on se demande comment il est encore à son poste, Al Capone a beaucoup moins blanchi que lui. Juncker, c’est une lessiveuse internationale...

                        • julius 1ER 30 novembre 2014 14:51

                           Face à une crise de la demande, une politique de l’offre généralisée est vouée à l’échec car elle pèse sur la demande.

                          @ l’auteur, 

                          c’est une vérité basique que bien peu de gens perçoivent, mais en matière d’économie, il y a tellement de conneries qui sont racontées que l’on aurait du mal à en faire le tour sur ce forum !!!!!!

                        • julius 1ER 30 novembre 2014 15:02

                          le pire dans tout çà c’est çà : allez voir ce lien 



                          çà c’est de la tartufferie sur une grande échelle, un chinois qui vient se moquer des 35 h et la fonctionnarisation de la France sous les applaudissements du Medef.......... ce serait risible sauf que ce chinois en question est un ancien ambassadeur ............donc fonctionnaire.
                          avouez que c’est l’hôpital qui se fout de la Charité et montre bien le niveau intellectuel des gens du Medef ....... dans ce cas je dis « povre France que n’as-tu point fait pour mériter çà » !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


                        • elpepe elpepe 1er décembre 2014 01:35

                          oui en effet un tdc avec une cravatte reste toujours un tdc, mais avec une cravatte,
                          Le pb est que des comme ca, il y en a un ocean mamamia


                        • christophe nicolas christophe nicolas 30 novembre 2014 11:03

                          On peut dire que ce n’est pas clair. Un sacrifice temporaire pour sortir de l’UE, on comprendrait, mais là....


                          En tout cas je viens de bien comprendre l’hot-cat de Rossi, je peux vous dire que techniquement le chauffage gratuit et non polluant est à portée de main. Ca pourrait être un joli cadeau pour fêter la sortie de l’UE... une sorte de compensation qui redonnerait du pouvoir d’achat même si on a moins d’argent. Au passage, on peut aussi faire cela avec d’autres systèmes pour les déplacements. Franchement, il ne faut pas avoir peur de sortir de l’UE, ce sera très rapidement compensé.

                          Si ces fous flinguent les frontières, et bien on fera comme Jeanne d’Arc en partant d’un petit bout de territoire... Certains veulent un gouvernement mondial et une pensée unique, ce sont des orgueilleux, il faut toujours plusieurs sources d’inspiration où on va au syndrome de l’eau stagnante qui croupit, c’est l’objet des nations souveraines.



                          • vesjem vesjem 30 novembre 2014 13:16

                            2 connards de « fils de » sans nul doute , qui sont nés avec une cuiller d’argent dans la bouche ; ignobles individus


                            • Piotrek Piotrek 30 novembre 2014 14:37

                              C’est pourtant évident. Par quel miracle notre système pseudo-capitaliste peut-il nous rapporter à nous français la prospérité perdue aujourd’hui ?

                              Fait historique : l’économie s’est mondialisée, presque tous les pays de la planète se sont basés sur notre modèle de production et de consommation.
                              On leur a fait produire, ils se sont mis à travailler dans l’espoir d’une « vie meilleure » architecturée autour de babioles, calquée sur nos modèles de société de consommation.
                              On c’est pas moi ou vous, c’est le système. Système qui :
                              - Place en haut de l’échelle sociale et de celle de valeurs celui qui produit la breloque la plus rentable (l’oligarque)
                              - Place en bas de l’échelle sociale celui qui se doit d’acheter la breloque la moins chère possible
                              Ce double effet, pression concurrentielle et pression consumériste ne pouvait que déboucher vers la mondialisation. La mondialisation a été acceptée à l’étranger uniquement car on a fait briller dans les yeux de l’élite locale notre modèle de vie consumériste.

                              Les oligarques en ont profité le plus certes, mais on en a indirectement tous profité, on a eu accès à des ressources naturelles exotiques et des produits bon marché, les impôts que payait LVMH grâce à l’export de ses sacs et de ses parfums, c’était de l’impôt à payer en moins.

                              Ensuite, petit à petit, la barrière du coût de la délocalisation diminua. Les emplois exportés par le prétexte de la concurrence, par le prétexte de l’augmentation du pouvoir d’achat (en baisse depuis 1973) ne concernaient que des taches manuelles simples et répétitives.
                              Le seul espoir pour les entreprises pour lesquelles le coût de la délocalisation était encore trop élevé, c’était la course à la productivité : produire autant pour moins cher. La France devint le champion planétaire incontestable de la productivité avec un petit bémol : c’est la part salariale qui a fait les frais du produire moins cher.

                              Mais la productivité ne nous permit pas d’interrompre, la lente progression de la mondialisation, bien au contraire, puisque à un moment on décida de commencer à délocaliser les principes de la productivité. On donna aux pays émergents le moyen de produire pour moins cher comme nous le faisions. On parle encore de qualité du produit. La qualité subira le même sort que la productivité, simple question de temps.

                              Aujourd’hui, nous en somme arrivés au paroxysme de la mondialisation. Nous en sommes au point qu’il est moins cher de produire des tomates industrielles en Chine. Un container remplit à moins de 18 tonnes coûte 1000$ pour un trajet Chine-Europe.
                              1000$ voilà la marge de manoeuvre d’un producteur en France qui a envie de produire localement.

                              Dans cette configuration du monde, c’est pas tant la France qui coule, c’est le reste du monde qui émerge à force de vouloir vivre comme nous avec les mêmes rêves de babioles. Et donc par la mécanique de mondialisation, on voit qu’il n’y a pas de système à sauver puisque nous en sommes victimes de ce système. Symétriquement donc, on ne fait qu’essayer de sauver notre rêve de babioles auquel nous avant tant profité autrefois, comme à un drogué.

                              Sauver le rêve américain en France n’a que 3 alternatives :
                              - On se met au niveau des autres, en diminuant le nombre de babioles par ménage
                              - On crée une barrière magique invisible autour de nous en espérant garder le même nombre de babioles par ménage (ce qui n’est qu’une déclaration de guerre commerciale dont seront victimes les dernières entreprises qui exportent encore. En Chine on dira que les sacs de LVMH sont de toute façon produits à la chaîne)
                              - On continue de gesticuler et on devient la SNCM du monde.

                              Moralité, faut pas tenter de sauver le système, mais proposer une alternative. C’est évident :
                              - Quelques soient vos idées, vous êtes tous motivés par un désir de justice profond qu’aucun aménagement du système actuel est incapable d’offrir.
                              - Que ce système profite à peu qui n’ont aucun mérite à avoir ce qu’ils ont
                              - Que le système dégénère partout sur terre laissant au plus grand nombre dans la misère
                              Et que même si l’on y arrivait par une pirouette magique, il resterait :
                              - La problématique de la destruction de l’environnement
                              - La problématique de la dette publique (planétaire)
                              - La problématique du système financier devenu fou et qui menace d’exploser.

                              Donc, vous voulez sauver le système pour garder quelques espoirs de pacotilles, c’est ça ? Je crois avoir démontré que ça n’a aucun sens, ni philosophique, ni humain, ni mathématique.


                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 novembre 2014 20:03

                                Piotreck,
                                C’est l’ UE qui nous a mis de force dans la mondialisation, mais ce n’est pas une fatalité.
                                « D’où vient la mondialisation ? »


                              • thierry3468 30 novembre 2014 16:14

                                Réveillez vous les gars ....Goldmann Sachs a demandé une baisse des salaires de 30 % en France et vous croyez que ces larbins au gouvernement ne vont pas suivre les recommandations de leur maitre .Tout est mis en place pour cette baisse du pouvoir du peuple au nom de la fumeuse lutte contre les déficits.Macron ne vient pas du monde ouvrier et fera tout pour obéir au diktat de la finance internationale.


                                • Ruut Ruut 1er décembre 2014 07:00

                                  J’accepte cette mesure uniquement si le gouvernement et le président ne sont payés qu’au SMIG.
                                  Qu’ils nous montrent l’exemple.


                                  • BA 1er décembre 2014 07:11

                                    L’Union Européenne est en faillite.

                                    Pour la période 2014-2020, les 28 Etats européens se sont engagés à donner 908 milliards d’euros au budget de l’Union Européenne.

                                    Mais ça, c’était avant.

                                    La Cour des comptes européenne a fait ses comptes : elle vient d’annoncer que les 28 Etats européens allaient encore devoir payer.

                                    En tout, les 28 Etats européens vont devoir payer 326 milliards d’euros supplémentaires !

                                    Vous avez bien lu : il manque 326 milliards d’euros dans la caisse de l’Union Européenne !

                                    Lisez cet article ahurissant :

                                    La Cour des comptes s’alarme du trou faramineux du budget européen.

                                    Ce rapport souligne entre autres le fait que les États membres devront débourser 1 234 milliards d’euros pour couvrir les engagements de la Commission. Ce montant totalise les 908 milliards prévus pour les paiements de la période et quelque 326 milliards supplémentaires correspondants à des décaissements liés aux deux périodes budgétaires précédentes, au moins.

                                    http://www.euractiv.fr/sections/priorites-ue-2020/la-cour-des-comptes-salarme-du-trou-faramineux-du-buget-europeen-310327

                                    L’Union Européenne, c’est 28 Etats dont la dette publique atteint 11930,266 milliards d’euros.

                                    L’Union Européenne, c’est 28 Etats qui doivent payer 908 milliards d’euros pour le budget européen 2014-2020, alors qu’ils sont déjà hyper-endettés.

                                    Et aujourd’hui, nous apprenons qu’en plus, comme si ça ne suffisait pas, il va falloir trouver 326 milliards d’euros supplémentaires pour éviter la faillite de l’Union Européenne !

                                    Mais avec quel argent ?

                                    Hein ?

                                    Avec quel argent ?

                                    L’Union Européenne, c’est le tonneau des Danaïdes.

                                    L’Union Européenne, c’est un mécanisme perdant-perdant.

                                    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.


                                    • Gauche Normale Gauche Normale 1er décembre 2014 11:54

                                      Ces deux terroristes qui ne font que ressasser ce que nous disent (et imposent) médias, patronat et politiciens depuis 30 ans méritent le Prix Nobel d’Économie, à l’instar de l’ectoplasme Tirole.


                                      La Banque de Suède adore décorer les Inventeurs de Poudre, pourquoi ne pas le faire avec eux ?

                                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 1er décembre 2014 13:17

                                        Finalement la France ne guérira pas de cette maladie !
                                        Qu’ a t-elle la France à ruminer indéfiniment ce que le Chancelier Schröder avait décidé pour l’Allemagne ? Qu’ont-ils ces apprentis-présidents Gauche-Droite à réserver leur première et timide sortie à Tante Merkel ? Les responsables politiques doivent appliquer les décisions qui sont compatibles avec la situation économique et sociale de leur pays ; l’Allemagne n’est pas la France et la différence n’est pas seulement dans l’appellation !

                                        De là à vouloir gommer les différences (culturelles et autres) entre tous les peuples d’Europe pour faire un « amalgame social » stable... Bruxelles n’est que la Tour de Babel !


                                        • zygzornifle zygzornifle 2 décembre 2014 08:19

                                          ils ont tous entre 10 et 20 SMICS par mois ......


                                          • CN46400 CN46400 2 décembre 2014 08:21

                                            Baisser les salaires pour limiter le chômage : mon oeil, le meilleur moyen de « maîtriser » les salaires c’est encore, et toujours,évidemment « l’armée des chômeurs » (KM) . Non il s’agit de baisser les salaires pour augmenter les dividendes du capital au détriment du travail. Mais en Allemagne, comme en France on ne dit jamais tout haut ces choses-là......


                                            • BA 2 décembre 2014 11:58

                                              Le 8 février 2013, l’européiste Jean Quatremer était désespéré.

                                              Jean Quatremer pleurnichait car il venait d’apprendre que le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suède, la Finlande et l’Allemagne avaient gagné : ces cinq Etats avaient obtenu que le budget européen pour la période 2014-2020 soit en baisse.

                                              Ces cinq Etats avaient obtenu que le budget européen baisse à 908,4 milliards d’euros pour la période 2014-2020.

                                              Lisez cet article :

                                              David Cameron, le triomphant.

                                              C’est le vainqueur par KO. Le Premier ministre britannique avait fixé sa ligne rouge : 885 milliards d’euros de crédits de paiement (l’argent effectivement décaissé). Dès son arrivée, il avait averti : « Les chiffres doivent redescendre, et si ce n’est pas le cas, il n’y aura pas d’accord. » Pour le leader tory, le dernier compromis ébauché par Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen, était encore trop haut. De 943 milliards en crédits de paiements, le curseur fut donc ramené à 913 milliards d’euros. Toujours trop pour Cameron. « Il ne voulait pas d’un chiffre commençant par 9 », raconte un diplomate. Finalement, au bout de trente heures d’âpres marchandages, les Vingt-Sept ont topé à 908,4 milliards. Cameron est apparu triomphant face à la presse : le fameux chèque obtenu par Thatcher en 1984 n’a pas été touché alors qu’il « était attaqué de tous les côtés ». Et la France n’est pas parvenue à l’isoler. « Les Pays-Bas, la Suède, la Finlande et Angela étaient à mes côtés », s’est-il rengorgé.

                                              http://www.liberation.fr/economie/2013/02/08/budget-de-l-ue-peze-perdu-pour-hollande_880574

                                              Mais le 26 novembre 2014, la Cour des comptes européenne balance une bombe.

                                              Dans son rapport, page 5, paragraphe XVIII, la Cour des comptes écrit que l’Union européenne est en faillite.

                                              Les Etats européens devront donner 908 milliards d’euros au budget européen, et en plus, comme si ça ne suffisait pas, ils devront donner 326 milliards d’euros supplémentaires !

                                              En clair : il y a un trou de 326 milliards d’euros dans la caisse de l’Union Européenne !

                                              Et ça, ce n’était pas prévu !

                                              Si les Etats ne bouchent pas ce trou de 326 milliards d’euros, l’Union Européenne sera en cessation de paiements.

                                              Lisez ce rapport :

                                              Les États membres seront tenus à l’avenir de contribuer à hauteur de 1 234 milliards d’euros pour couvrir les décaissements correspondant aux engagements. Ce montant se compose des 908 milliards d’euros convenus aux termes du CFP pour la période 2014‑2020 (paiements), auxquels s’ajoutent 326 milliards d’euros supplémentaires correspondant aux décaissements des crédits d’engagement des CFP précédents, ce qui pourrait affecter la capacité de la Commission à satisfaire toutes les demandes de paiement pendant l’exercice au cours duquel elles sont présentées.

                                              http://www.eca.europa.eu/Lists/ECADocuments/LR14_02/QJ0614039FRN.pdf

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès