Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’emploi, oui, mais comment faire ?...

L’emploi, oui, mais comment faire ?...

J’ai lu l’entretien que le sociologue Louis Chauvin a accordé à Marianne2. Quand on évoque le financement des retraites, tôt ou tard, on ne peut pas ne pas s’interroger sur la situation de l’emploi depuis la fin des années 70 en France. 10% de taux de chômage environ, des jeunes peinant à s’insérer et des seniors qu’on vire avant l’heure. J’ai parfois le sentiment que la vie professionnelle active, c’est 20-25 ans maxi en France. Et après, on s’étonne qu’il manque des fonds pour financer les retraites.

Donc, le problème, clairement, c’est l’emploi. Sauf qu’une fois cela dit, on n’a rien dit. Protéger et relancer l’emploi, c’est la quadrature du cercle sur laquelle les politiques de gauche et de droite se cassent les dents depuis 30 ans sans parvenir à la percer.

J’ai déjà abordé le problème sous l’angle de l’industrie il y a une dizaine de jours.

Soit on se livre à un véritable protectionnisme pour bloquer les délocalisations, mais on peut s’attendre à des mesures de rétorsion de la part des pays qui se prendront les mesures protectionnistes dans les dents. Et puis franchement, a) cela ne va vraiment pas dans le sens de l’histoire b) tous les pays qui ont mené une politique protectionniste l’ont généralement payé cash sauf quand ils le faisaient très subtilement (USA, Japon, Chine). Après, il y a le protectionnisme fûté qui consiste, comme Jean Arthuis le propose depuis un moment, à accroître les taxes sociales pour réduire l’impact du coût du travail sur le prix final des produits. Le problème, c’est que c’est un tantinet violent pour le pouvoir d’achat des Français...

Au passage, j’ai souvent entendu nombre d’individus de gauche expliquer que la France était le second pays au monde à attirer les investisseurs étrangers. Cela m’a toujours étonné. Mais grâce à Jean Arthuis que j’ai écouté (28:00, sqq sur la vidéo) à l’Université de rentrée du MoDem, j’ai la clef du mystère : en fait, ce sont surtout des bons du trésor qu’ils achètent, c’est à dire, en somme de la dette française ! Vous parlez d’investissements ! En somme, plus on investit en France, à l’heure actuelle, plus cela signifie que nous, les Français, nous nous endettons. Chapeau...

Soit on tente une véritable révolution, un changement de logiciel, comme le proposer Corinne Lepage. C’est sympa sur le papier, mais, dans la pratique, c’est une autre paire de manches. Corinne Lepage compte beaucoup sur les États pour assurer la transition dans son Vivre Autrement. Vu la gueule des États en question (au moins la France, en tout cas), je ne les vois pas assumer quelque rôle leader que ce soit par les temps qui courent. Par ailleurs, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel commençait à s’intéresser au coût de la révolution verte à la laquelle rêve Angela Merkel, et, force était de constater qu’elle a un coût. Un coût monstrueux. Tiens, rien que pour l’énergie, il faudrait que l’Europe investisse 3 000 milliards d’euros pour adapter ses réseaux de distribution et ses infrastructures aux énergies vertes. Alors certes, l’industrie écolo est séduisante dans les discours, sans doute créatrice d’emplois, mais impossible à mettre en place sans une révolution logistique associée, domaine dans lequel presque personne n’a l’ombre ne serait-ce que du quart de la moitié du dixième d’une idée.

Soit on table sur les services à la personne, mais, très lapidairement, je vais évacuer cette fausse bonne idée. Les services à la personne produisent très peu de valeur ajoutée et ne sont pas exportables ; aucun impact en termes commerciaux, l’assurance d’un appauvrissement du pays à terme s’ils deviennent le coeur de l’emploi dans notre pays.

Reste les petites mesures au jour le jour. Le crédit d’impôt sur les emplois à domicile, par exemple. Pas fameux, mais mieux que rien : cela permet à pas mal de gens de vivre en gardant des enfants, en aidant des gens âgés, en assurant l’entretien des maisons, et cetera. Dans les mesures proposées, j’avais jugé pertinente celle de Bayrou en 2007 avec ses deux emplois francs. Pas de charges pendant 5 ans sauf 10% destinés à assurer le financement des retraites. Je trouvais, et trouve encore l’idée astucieuse.

Cela étant, je ne vois dans l’immédiat aucune solution miracle pour l’emploi, et, en tout cas, certainement pas les solutions prônées par la gauche et la gauche de la gauche, qui consisteraient à générer une multitude d’emplois publics ou à rigidifier considérablement le marché de l’emploi sans avoir sécurisé les entreprises au préalable.


Moyenne des avis sur cet article :  2.87/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 septembre 2010 10:38

    À l’auteur

    « Protéger et relancer l’emploi, c’est la quadrature du cercle sur laquelle les politiques de gauche et de droite se cassent les dents depuis 30 ans »

    Il serait sans doute temps de partir de l’hypothèse que le plein-emploi est inatteignable et en tirer les conséquences pour élaborer une nouvelle stratégie réaliste (susceptible de s’accommoder d’un retour inespéré du plein-emploi).

    Pour y parvenir, Il convient de faire évoluer le Capitalisme « ordinaire » vers un Capitalisme intrinsèquement Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable grâce à l’instauration d’une Allocation Universelle transitoire suivie de la génération d’un Dividende Universel permanent et évolutif, « fonds de pension national et privé », sorte de coopérative-capitaliste, solidairement et collectivement géré par une structure spécifique, indépendante de l’État et représentative des citoyens-électeurs-contribuables qui résoudra le problème du chômage et permettra l’Acquisition Citoyenne du Pouvoir Économique.
    (cf.
    Mémoires présidentiels : 2012 - 2022)
    Un nanti capitaliste (monomaniaque & sans complexe).


    • plancherDesVaches 28 septembre 2010 14:22

      Jean-Pierre...

      Pas la peine d’essayer de convaincre un gars de droite....

      Et, de plus, ce n’est pas en posant des rustines rectificatives telles l’écologie, l’éthique ou l’équitable que l’on traitera les problèmes de fond que sont la trop forte concentration de richesse...
      Puisque ces rustines nous semblent nécessaires JUSTEMENT parce que le capitalisme a trop bien fonctionné.


    • kiouty 28 septembre 2010 17:02

      "Protéger et relancer l’emploi, c’est la quadrature du cercle sur laquelle les politiques de gauche et de droite se cassent les dents depuis 30 ans« 

      C’est faux et archi-faux, les politiques de droite comme de gauche n’ont jamais protégé ou relancé l’emploi, leur objectif, c’est la privatisation, la dérégulation et la diminution des services publics, la concurrence, l’ouverture des frontières et tout le toutim, en gros tout pour baisser les salaires et favoriser l’actionnariat. Bon, en théorie ça devait profiter a tout le monde au bout d’un temps indéterminé. Sauf que la redistribution des richesses par percolation ne s’est jamais faite spontanément. Quand bien même la redistribution serait dans la nature du libéralisme, il y a eu une telle vigueur dans la captation du capital, avec l’aide des politiques qu’elle ne s’est pas produite.

      La ou ils se cassent les dents, c’est qu’ils sont dans une position schizophrène, ou on tente de faire voir au peuple qu’on bosse pour eux en faisant exactement l’inverse. Mais la réalité est têtue et s’impose tous les jours. Malgré cela, l’aveuglement idéologique perdure, aidé en cela par le lavage de cerveau quotidien en numérique HD de millions de gens (vous savez, l’état méchant avec son carcan de règles et de fonctionnaires feignasses qui empêchent les profits... euuuuuuuuuh, je veux dire la »croissance" de se libérer


    • Croa Croa 28 septembre 2010 23:48

      « Il serait sans doute temps de partir de l’hypothèse » plutôt que gauche et droite nous bourrent le mou et que leur objectif n’’a jamais été de relancer l’emploi. smiley


    • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 28 septembre 2010 11:49

      Il existe des solutions : Il suffit de faire la même chose que les pays qui n’ont pas (ou moins) de problème de chômage : Canada, Nouvelle-Zélande, Australie ...

      Baisse drastique du budget de l’état.

      Vous signalez, à juste titre, que le chômage a progressé, en France, dans les années 70. C’est à cette époque que les dépenses publiques ont passé la barre des 40% du PIB (actuellement, nous en sommes à 53%).

      Il y a une corrélation indiscutable entre dépense publiques et chômage.
      Je vous engage à lire cette étude sur l’exemple du Canada :

      La raison du succès canadien

      • foufouille foufouille 28 septembre 2010 11:52

        « Il y a une corrélation indiscutable entre dépense publiques et chômage. »
        NAIRU
        les patrons ne touche pas de subventions pour delocaliser


      • Croa Croa 28 septembre 2010 23:52

        NON, « Il suffit de faire la même chose que » nous même Français dans les années 60 : Une politique étatique, c’est à dire ni collectiviste ni libérale mais bien contrôlée.


      • foufouille foufouille 28 septembre 2010 11:50

        ya plus de boulot
        pas la peine rever a l’esclavage


        • plancherDesVaches 28 septembre 2010 14:29

          "Reste les petites mesures au jour le jour. Le crédit d’impôt sur les emplois à domicile, par exemple. Pas fameux, mais mieux que rien : cela permet à pas mal de gens de vivre en gardant des enfants, en aidant des gens âgés, en assurant l’entretien des maisons, et cetera."

          A condition que les domestiques n’enregistrent pas les conversations... smiley


          • patdu49 patdu49 28 septembre 2010 17:03

            moi j’ai tellement d’idées, que pfiouuu j’aurais du mal à en faire la synthèse ..

            déjà l’emploi n’est pas une fin en soit.

            donc il faut oter le cliché, comme quoi ça serait une source d’épanouissement de l’individu etc etc etc ..
            ça ça fonctionne pour une minorité de travailleurs, qui aiment vraiment leur boulot, pour qui c’est une passion, etc ..et quand leur vie, leurs moyens, leur permette de couvrir à l’aise les besoins fondamentaux d’existance.

            perso je ne me suis jamais autant épanouie dans la vie, que depuis que je ne suis plus en emploi ..., je trouve mes activités, bien + interressantes aujourd’hui.

            et niveau financier, je ne suis pas moins dans la mouise, donc là déjà, il y a un problême, ... quand le travail n’apporte rien de + financièrement dans un foyer fiscal, que les minimas sociaux pourtant 2 fois sous le seuil de pauvreté, ... un grave soucis de répartission des richesses dans le pays...

            pour relancer une économie, et du bonheur, il faut produire intelligent, consommer intelligent, etre équitable socialement, fiscalement, et aussi au niveau de la justice tout court.

            pour le moment, la France à tout faut.

            les gens sont pas foncièrement très heureux, quand on les interroge, par rapport à d’autres pays à richesses comparables ..

            et niveau justice sociale et fiscale, c’est assez catastrophique, niveau justice tout court aussi ...
            niveau des emplois beaucoup ne servent strictement à rien à part polluer, et rendre les gens débiles profonds, etc ... vont à l’encontre du bonheur.

            et au contraire, il y a un manque d’emploi dans des domaines, utiles, comme la santé, etc ..

            sinon l’etat est endetté, mais pas la FRANCE elle même, il y a du pognon en france, ça dégueule de partout ...
            1400 milliards sur les seules assurances VIE ..

            il n’y a jamais eu autant de richesses, jamais eu autant de riches qu’au moment ou j’ecris ces qq lignes.

            donc la solution passe principalement par un meilleur partage des richesses, ça ne tuera pas les + riches d’etre un peu moins riches, ça ne les rendra pas malheureux, croyez moi bien ... de vivre dans une société + équitable, et plus pacifiée.

            la solution passe aussi par le partage du travail, la semaine de 4 jour par exemple.

            et bien entendu, ça passe aussi par des moyens considérable, dans la lutte contre la délinquance en col blanc, magouilles et compagnies ... notes de frais, et j’en passe et des meilleurs, et ainsi que par une forte taxation de la rente, aujourd’hui les rentiers, les spéculateurs, gagnent + que les travailleurs... c’est simplement INADMISSIBLE.

            ça passe également par un partage des richesses du patrimoine comme j’en fait la démo dans mon article içi :

            http://bellaciao.org/fr/spip.php?article106770


            • foufouille foufouille 28 septembre 2010 18:07

              on a plus besoin de bosser si on robotise presque tout
              on pourrait meme se payer le luxe
              une allocation sociale inconditionnelle a 1500 brouzoufs
              chacun ferait ce qui lui plait


            • patdu49 patdu49 28 septembre 2010 17:08

              sinon je t’invite aussi à lire les articles des autres sur agoravox ..

              tu te rendrais compte ainsi, que le taux de chomage en France, n’est pas de 10%, mais + proche de 20 à 25 % ...

              plutot que de répèter les mensonges des sociologues et intellos de mes deux, qui font parties des nantis, si protégés des UDF UMP MODEM FN etc .. et d’une partie non négligeable de mondains du PS.

              http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/derniers-vrais-chiffres-du-chomage-81816


              • ffi ffi 28 septembre 2010 21:08

                Depuis que l’intensification du libre-échange est invoqué (et réalisé) en tant que meilleure solution contre le chômage, et que le chômage s’aggrave, à mon avis, ce ne sera pas très pénalisant de faire refluer le libre-échange.

                Avec des douanes, l’on pourrait collecter des droits de douane, éviter les entrées illégales sur le territoire...


                • moebius 28 septembre 2010 22:35

                  le probléme ce sont nos zélites qui sont des incapables, des assistés qui pétent dans la soie des fénéants qui veulent moins d’état pour en avoir plus, On devrait les pendre et c’est aussi simple que ça


                  • Croa Croa 28 septembre 2010 23:58

                    Pire que ça ! Ce ne sont ni des incapables ni des fénéants mais des vendus !

                    Ceci nous mène toutefois à la même conclusion tout aussi simple.


                  • Blé 29 septembre 2010 12:44

                    Le gouvernement va verser aux banques 45 milliards d’intérêts sur les emprunts qui, eux ne sont pas remboursés. Cela me fait penser à ces états africains qui ont payés en intérêts trois ou quatre fois le montant initial mais qui, lui n’était jamais remboursé. On entend moins parler des dettes du « tiers monde » !!

                    Les emplois dans ces conditions, à quoi servent-ils ?
                    S’il n ’ y a pas d’ emploi c’est que les banquiers n’ en veulent pas, ils investissent ailleurs avec la bénédiction des gouvernements.


                    • Peretz Peretz 29 septembre 2010 18:22

                      Il y a une grande naïveté dans ce débat. Depuis les années 82 en France, tout a été fait pour les grandes entreprises au détriment de l’emploi. Sous prétexte que plus elles grossissent plus elle embauchent. Qui est derrière ce dogme qui est totalement faux comme on le voit. En fait il faudrait repasser au fordisme, comme le disent P.Jorion et Patrick Artus. Facile à démontrer. Mais Laurence Parizot ne serait pas d’accord. On se demande pourquoi. www.voixcitoyennes.fr


                    • sleeping-zombie 3 octobre 2010 10:38

                      Changer le logiciel me parait une meilleure idée.
                      Les enfants ne travaillent pas, ça a un cout, et ce cout n’est pas formellement pris sur les salaires. A ce que je saches, personne ne demande de baisser l’age minimum légal du travail de 16 a 12 ans, sous prétexte que l’éducation nationale est déficitaire.
                      Alors pourquoi le cout de « les vieux ne travaillent pas » devraient être portés par les seuls salariés ? après tout, la police, l’armée, les hopitaux et les écoles n’ont jamais dégagés le moindre bénéfice, et ça les empêche pas de fonctionner...


                      • zelectron zelectron 3 octobre 2010 12:32

                        Chaque emploi de fonctionnaire en trop, nuit gravement à la santé de la France.


                        • celuiquichaussedu48 celuiquichaussedu48 3 octobre 2010 13:32

                          Ouais, avec moins de médecins et d’infirmiers, on sera en meilleur santé ! smiley


                        • Jean-paul 3 octobre 2010 15:43

                          En parlant de sante ,la France a le plus grand pourcentage de malades souffrant de depressions et d’anxiete .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès