Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’endettement excessif, c’est fini ?

L’endettement excessif, c’est fini ?

Rupture de stock. Alors que nombre d’entreprises cherchent en vain à se débarrasser de leurs stocks, Orange a annoncé être en rupture de stock d’iPhone d’Apple. Le monde à l’envers. Alors, la crise, sauf pour Apple ? Ou alors, la crise, la crise, nous rabâche-t-on, mais en réalité, pas si grave que ça ?
 
Il serait inepte de conclure à une exagération infondée de la crise économique sous prétexte qu’Orange est en rupture de stock d’iPhone. Reste que le symbole est très fort. A partir de 60 euros, l’iPhone n’est plus réservé aux riches. Par conséquent, on peut en déduire qu’en France, la consommation, au moins de produits technologiques à la mode, ne faiblit pas. 
 
Alors, où sont les vagues de licenciés par milliers ? Les centaines de milliers de chômeurs supplémentaires depuis le début de la crise, à l’automne 2008 (la crise financière ayant débuté 1 ans avant, mais la transmission à l’économie réelle n’a eu lieu qu’en fin 2008) ? Y aurait-il une déconnexion totale entre les « privilégiés », ceux dont les revenus sont élevés, ceux dont l’emploi n’est pas menacé, et les « fragiles », smicards, ceux dont l’emploi fait partie des secteurs jugés obsolètes dorénavant ?
 
Ce pan de la société française, les « privilégiés », sont-ils responsables de cette rupture de stock ô combien symbolique ? Il est permis d’en douter. Les produits comme l’iPhone sont devenus des indispensables. Il faut les avoir. Par conséquent, les foyers ne pouvant pas se permettre cet achat compensent cette carence par l’endettement. Les nouveaux besoins créés, malheureusement trop onéreux pour nombre de Français, sont malgré tout acquis en masse.
 
Pour qu’il y ait rupture de stock « pratiquement partout » comme l’affirme Orange, et pour que les iPhone soient vendus « en deux-trois jours après que nous les ayons reçus », c’est bien que la clientèle ne se limite pas à quelques privilégiés. Le smicard achète l’iPhone, aujourd’hui. Parce que la téléphonie est devenue indispensable. Et la mode incroyablement prégnante.
 
Economiquement, on ne peut que se féliciter d’une telle réussite. Mais où va mener cet engouement ? Là encore, les ventes record d’iPhone sont un symbole de la surconsommation délirante, laquelle a amenée les Américains dans le gouffre d’endettement dans lequel ils sont. IPhone : réussite marketing aujourd’hui pour désastre social demain ? Car si les envies matérielles croissent quasiment de manière exponentielle (les PC avant-hier, les Mac hier, l’iPhone aujourd’hui), les revenus, eux, ne croissent très peu, voire pas du tout.
 
Comment, alors, satisfaire ces envies matérielles sans argent ? L’endettement. Celui-ci était de très bon ton il y encore deux ans, les opposants à son excès étant taxé de ringards n’ayant rien compris à l’économie de marché mondialisé, il l’est beaucoup moins aujourd’hui… dans les discours. Mais dans la pratique, il FAUT avoir l’iPhone, quitte à s’endetter (parce que c’est bien ce que font les consommateurs qui payent en plusieurs fois). Et quitte à créer une nouvelle bulle d’endettement, commandée par les nouveaux biens, devenus rapidement indispensables. Laquelle bulle explosera, un jour où l’autre. Encore une fois.

Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 31 juillet 2009 10:33

    Le rapport entre l’Iphon et le téléphone à boutons est le même qu’entre la peinture et la photo, qu’entre la vinyl et le cd laser. C’est la même différence qu’entre ces deux véhicules électriques :

    http://199.84.131.196/catacombes/EV1Eulogy.htm Voir vidéo .


    • fonzibrain fonzibrain 31 juillet 2009 12:15

      à quoi sert cet article ?


      • tvargentine.com lerma 31 juillet 2009 12:30

        Encore un article d’une autre époque de Jean Pierre Chevenement et son copain Didier Motchane auraient pu écrire en 1970 à une autre époque sur d’autres produits car leux aussi avaient ce type de discours sur la croissance économique,la consommation,le crédit..............

        On retrouve les mêmes mots clés « surconsommation délirante »,« envies matérielles »,
        ....bref un article anti-économie de marché

        Bref cela ne change pas aujourd’hui avec en plus 2 articles de notre ami DUGUE

        http://www.tvargentine.com



        • mouton-garou mouton-garou 31 juillet 2009 12:31

          J’ai du mal a croire à une bulle d’endettement sur les iphone.
          Etant donné que les bulles atteignent plusieurs centaines de milliard de dollar, il n’y a que dans l’economie virtuelle que l’on puisse trouver des produits suffisamment chers pour les justifier.


          • Marc Bruxman 31 juillet 2009 13:50

            L’article est à coté de la plaque. La crise actuelle est une crise de surproduction. Quand on produit trop de certains biens comme les bagnoles alors que tout le monde est déja équipé, on cesse d’en vendre dès que l’argent se tarit.

            Maintenant il n’y a pas encore de surproduction pour des produits neufs et innovants et donc les gens qui ont rationalisés leurs achats de bagnoles réorientent leur budget. Plutot que de lacher 300 € par mois dans un crédit auto, on peut largement changer de caisse tous les 10 ans et investir ailleurs ces 300 Euros.

            Il se trouve que l’iphone est utile et qu’il répond aux besoins des gens. Mais pour nuancer l’article, il répond avant tout aux besoins des cadres qui ne sont pas touchés par la crise. Et donc qui achétent le produit en masse. Il n’y a pour l’instant pas de surproduction. Mêmes si les ventes sont énormes, il y a suffisamment de gens friqués à satisfaire pour écouler la marchandise.

            Ce qui change dans cette crise, c’est que la bulle de l’endettement étant tombée, cela a fait apparaitre des surproductions. Le secteur industriel est donc très durablement touché. Il est fort probable par exemple que les ventes de voiture vont se stabiliser à un niveau bas. Et cela est valable pour tout le secteur industriel. Bonne nouvelle, celui ci a été largement délocalisé et on paie donc largement moins les pots cassés qu’ailleurs.

            Comme le montre le succès de l’iphone, l’innovation par contre reste payante. Apple ne fabrique d’ailleurs pas ce produit (c’est TSMC qui a le contrat). Le message est clair pour les acteurs économiques : innover ou mourrir. Mais cela fait depuis la fin des années 90 que tout le monde le sait. La bulle de crédit n’a fait que masquer un phénoméne déja amorcé.

            La morale de l’histoire, si vous êtes jeunes, instruisez vous et préparez vous à innover. Car tous les boulots « bas de gamme » vont bientot souffrir très lourdement sachant qu’une nouvelle vague d’innovation technique arrive.

            Les inégalités vont augmenter et les services à la personne vont effectivement redevenir le gros des emplois pour ceux qui n’ont pas fait d’études ou pas fait les études qu’il faut.


            • Lucrezia 31 juillet 2009 17:49

              Tous les Français râlent pour une « baisse » de leur pouvoir d’achat. Baisse par rapport à quoi ? Le problème est qu’ils se laissent crééer sans cesse de nouveaux besoins concernant les loisirs ou les nouvelles technologies ( média, électroniques ou ménagers ... ) sans pour autant augmenter les recettes ... Alors ils « taillent » dans les budgets vêtements et surtout alimentation....après ils viennent se plaindre qu’ils bouffent de la « merde » ... normal, c’est qu’ils achètent de la « merde » et ils en ont pour leur argent - Ni plus, ni moins !

              A chacun ses « valeurs » !


              • herve33 31 juillet 2009 18:14

                Endettement excessif et l’iphone , quel rapport ?

                Le gout des gens pour les valeurs technologiques est plutôt une chose saine , au moins , c’est basé sur du concret , cela permet de faire avancer la technologie . c’est pas comme ceux qui spécule en bourse et qui placent leur argent sur du virtuel afin de gagner plus .


                • Marc Bruxman 31 juillet 2009 19:25

                  Lol la technologie basée sur du concret. Pour être un heureux travailleur de ce secteur que je défend volontiers pour tout ce qu’il apporte à l’homme, permet moi d’en douter.

                  Beaucoup de valeurs technologiques sont plus proche de la sorcellerie que du concret. Autrefois, le curé préchait des trucs magiques et les gens payaient pour. Aujourd’hui la boite de techno vend un produit qui parfois est magique, mais souvent non. C’est l’inculture qui donne cet effet « magique ».

                  Après de même que la religion marche pour controler une population, le secteur technologique fournit de bons outils pour améliorer la productivité. Nous sommes devenus les prêtres du monde capitalistes. Et croyez moi cela n’est pas désagréable du tout !

                  Et puis bon, technologie et spéculation financière sont liés, très liés. Toute l’innovation à laquelle on assiste est financée à coup de milliards dépensés d’avance en expectation d’un ROI titanesque. Qui souvent ne se matérialisera pas puisque l’outil technologique aura en réalité détruit métiers et valeurs.

                  Mais le monde capitaliste est ainsi fait, ceux qui auront investi la dedans se les doreront à l’or fin, et on recommencera tous autant que l’on est sur un nouveau projet.

                  Le fait est que le monde capitaliste a trouvé en la technologie sa raison d’exister. Et de ce fait, mieux vaut investir ou travailler la qu’ailleurs. Quelque soit le pouvoir, les sorciers ont toujours eu une place privilégiée.


                • Forest Ent Forest Ent 31 juillet 2009 18:24

                  Il y a un moyen très simple d’être en rupture de stock, c’est de ne pas fabriquer ou livrer assez de produits. Ca n’a pas nécessairement à voir avec le fait qu’il se vende bien ou pas.

                  Mais dans le cas d’Apple, c’est plus clair : la spécialité de cette entreprise, c’est le marketing. Dont la manipulation du buzz. C’est pour cela que l’on trouve régulièrement des « infomerciales » du style « il n’y en aura pas pour tout le monde », procédé de bonimenteur de foire médiévale.

                  Si j’en juge par cette page, ça fonctionne bien. :)


                  • Marc Bruxman 31 juillet 2009 19:17

                    Apple est très bon pour le marketing oui c’est vrai.

                    Mais leur vrai force cela reste la conception des produits, ou souvent tout a été pensé dans les moindre détails. Prenez un chargeur de portable PC, vous vous galérez à enrouler le cable quand vous voulez le ranger. Apple a prévu une petite pièce en plastique qui simplifie bien la vie. Prenez le clavier qui s’éclaire la nuit. La encore, c’est Apple qui l’a fait.

                    C’est toutes ces petites innovations qui font que j’aimes bien les produits Apple. De même pour l’iPhone, des téléphones tactiles qui permettent d’accéder au net, il y en a plein. Mais même si l’iPhone a de gros défauts de jeunesse (comme le copier/coller arrivé trop tardivement ou la non gestion des vcards) c’est un produit que j’ai adopté très rapidement et dont je pourrais difficilement me passer aujourd’hui.

                    Pour ce qui est des capacités de production d’Apple, je pense que TSMC (puisque Apple ne produit pas) ne veut pas se mettre dans la merde le jour ou le marché va se retourner. Et également que ce même TSMC préfére certainement réduire les cadences des premiers lots de sorte à ce que ca coute moins cher si il y a un gros défaut. C’est cool de vendre un million de téléphone le premier jour mais si il y a un vice caché, le rappel des produits va couter la peau du fion. Donc on réduit la cadence, on laisse les premier consommateurs testés et on monte en charge quand tout est validé.


                  • Forest Ent Forest Ent 31 juillet 2009 20:45

                    Tout cela est vrai. Mais cette page m’interpelle quand même sur le publijournalisme citoyen. :)


                  • mortimer mortimer 31 juillet 2009 20:46

                    Benji, je ne pense pas que le phénomène de l’Iphone illustre parfaitement la sur-consommation que, par ailleurs, on peut constater avec vous. En effet, il s’agit certainement d’un produit consommé en masse, mais dont la nouveauté est telle qu’il s’agit bien là d’un phénomène sociétal à lui tout seul. Comme le GSM avant lui, il n’est pas la conséquence d’une mode (il n’est pas un « effet » de mode) mais la « cause » d’un changement profond, celui de l’accès à l’internet en mode mobile de la majeure partie de la population. Bien entendu, les sacrifices auxquels sont prêts tous les consommateurs de ce type de services sont certainement disproportionnés en comparaison des revenus de certains (sacrifices d’ailleurs plus important en ce qui concerne l’abonnement que dans l’achat proprement dit). Cependant, le rôle de l’Iphone dans la vie des individus qui en font l’acquisition, par rapport à un portable classique, va bien au-delà de celui joué par un écran plat (en comparaison d’une TV classique). A ce titre, il s’agit aujourd’hui de prêter attention au Google Phone, que la communauté des developpeurs (bien plus importante que celle de l’Iphone puisqu’il s’agit d’un OS « open source »), va rapidement améliorer et pour lequel elle va produire de plus en plus d’applications (sur lesquelles se fonde le succès de ces smartphones).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Benji27


Voir ses articles







Palmarès