Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’équation qui empoisonne l’économie mauritanienne

L’équation qui empoisonne l’économie mauritanienne

R = C + E

R, comme Revenu, C, comme consommation, E , comme épargne. Simple comme bonjour. Le Revenu (R) est égal à la consommation (C) plus (+) l’épargne (E).

Un Revenu s’utilise soit en Epargne, soit en Consommation. La proportion de revenu utilisée en consommation, ne peut plus être épargnée. Lapalissade ? Non. Drame quotidien du ménage mauritanien. Et certainement de tous ceux des pays en développement.

En somme, y a–t-il une politique mauritanienne du revenu  ?

Comment fait-on en Mauritanie pour allier la production, la productivité et le revenu. L’absence de politique du revenu ne serait-elle pas à l’origine de la crise socio-économique des ménages et de celle que vit toute la population ?

L’Etat n’est-il pas le premier fautif dans l’appauvrissement actuel des ménages, et la déliquescence matérielle des populations.

La consommation des ménages : du matériel vers l’immatériel.

Le revenu des ménages en Mauritanie est entièrement consacré à la consommation. Hélas, depuis quelques années, cette consommation a pris un contenu critique pour la survie du ménage et a consacré son endettement définitif.

En effet, si l’on examine les composantes de la consommation du revenu dans les années soixante-dix et au début des années quatre-vingts l’on s’aperçoit que ces composantes étaient alimentaires à plus de 70%, le reste se répartissait en dépenses d’habillement et de santé principalement.

Dans tous les cas, la part de consommation s’orientait vers les besoins du ménage au sens stricto sensu. Le ménage gérait son revenu pour des dépenses de survie ? Pas pour des dépenses artificielles.

Traditionnellement, en effet, le revenu du ménage s’orientait entièrement en biens physiques dont l’importance est évidente chez tous ses membres : « le sac de riz, la provision de thé et de sucre…et la facture mensuelle du boutiquier du coin qu’il fallait rembourser pour que le père de famille puisse traverser la rue en toute quiétude… »

C’était cela les composantes principales de la grille de consommation du ménage qui s’aménageait parfois des dépenses de fêtes (souvent des crédits contractés) qui aggravaient les revenu en fin de mois et bien entendu les charges domestiques (eau et électricité s’il y a lieu) . Ces dernières d’ailleurs étaient rejetées en fin de liste de consommation vue que ces services s’acquéraient souvent par une fraude généralisée sur les branchements électriques et hydrauliques. Une tolérance qui constituait curieusement une dépense de transfert de l’Etat vers les ménages. Appelons-la : fraude tolérée.

En définitive, la consommation du ménage était donc entièrement quasi-matérielle. Riz, pâtes, sucre, pain, thé, habits, chaussures, loyers, eau, électricité, et santé.
Cette grille maintenait une gestion du revenu orientée vers les besoins des ménages. Une saine option de consommation qui focalisait sur la cellule familiale. Toute dépense, autre que celle prévue dans cette grille, était un luxe et donc bannie. Les membres du ménage trouvaient le pain, l’habit et quelques soins. Et voilà que le pire arriva : le besoin immatériel fit son apparition.

L’affectation « saine » d’un revenu désormais confisqué.

Jusque dans les années 2000, l’affectation du revenu était « saine » car orientée totalement et exclusivement vers les besoins du ménage.

La répartition d’un revenu de ménage-type se présentait ainsi : Alimentation : 70 %, Habillement : 15 %, Transport : 10 % Santé et autre : 5 %

Ces pourcentages restaient assez stables avec de faibles variations quelles que soient la catégorie, la nature ou la période. En effet, l’affectation des revenus en Mauritanie est fonction des catégories (faibles et moyens revenus notamment) de la nature du revenu (salarial fixe mensuel ou revenu variable et saisonnier) ou d’événements structurels (fêtes et manifestations) qui accaparent périodiquement une part importante du revenu (habits, moutons de fêtes diverses etc.).

Dans tous les cas et jusqu’à récemment le revenu du ménage avait donc deux caractéristiques : il était affecté à l’acquisition de biens physiques essentiellement, et cette affectation était totale. D’où l’absence de toute épargne de la part du ménage.

Consommation = alimentation + habillement+ transport +autres (faible pourcentage : santé, scolarité)

R (100%) = consommation (100%) + Epargne (0%)

L’équation R= C + E , se réduisait, en fait, à R= C où le Revenu est entièrement résorbé par la consommation.

Durant la période précitée, l’épargne faible ou inexistante laissait la place à la consommation. Ce qui était négatif.

Le point positif, par contre, était que le ménage consacrait son revenu à ses besoins vitaux.
Le ménage s’endettait, il vivait souvent sur un revenu instable mais il avait la caractéristique d’affecter ses moyens à ses besoins réels. Il réalisait une affectation optimale de ses ressources propres et s’ajustait saisonnièrement à travers les petits emprunts au long cours (le boutiquier du coin) et la solidarité familiale.

La destruction du revenu des ménages

Au cours de ces dix dernières années deux facteurs on détruit cet équilibre instable.
Le premier est celui inhérent à la cherté de la vie dont les fondements sont à rechercher aussi bien dans l’absence de compétitivité, de production et de productivité de l’économie nationale que dans des facteurs inhérents à l’économie internationale ( flambée des prix des céréales et de l’ énergie).

Le second facteur et non des moindres est dû paradoxalement à l’Etat lui-même. En effet, par l’introduction des fournisseurs télécoms étrangers, l’Etat a détruit le revenu du ménage. Cela peut semble curieux à première vue, mais c’est une réalité que même les statistiques sur l’évolution du revenu des ménages se refusent à prendre en considération.

Depuis l’introduction du premier opérateur GSM en Mauritanie la structure de la consommation du ménage a changé du tout au tout. La consommation téléphonique a pris une place très importante dans l’affectation du revenu.

Prenons un exemple. Avant 2000, un ménage qui avait pour tout revenu, 20 000 UM mensuels, les affectait ainsi : 14.000 en alimentation, 3000 en habillement, 2000 en transport et 1000 en santé et autres.

Avec l’intégration de la charge de communication téléphonique, 25 % à 40 % du revenu ont été affectés à l’achat de cartes de recharges GSM. Soit 5000 UM à 8000 UM mensuellement. Cette proportion peut passer du simple au double en fonction du nombre de membres dans la famille et de sa structure (les enfants usant les revenus du ménage par l’achat des recharges téléphoniques) et durant les grands évènements (fêtes…).

Si donc on soustrait du revenu du ménage, la charge générée par le poste « communication », le ménage se voit privé du quart, ou quasiment du tiers de son revenu. Et dans certains cas cela dépasse ces proportions de façon dramatique. Certaines familles se privant de tout pour recharger leur GSM. 

Les compagnies de GSM en Mauritanie ont en effet développé une politique agressive de consommation du téléphone portable à telle enseigne que non seulement le citoyen en est devenu dépendant (culture d’une parlotte stérile), mais use son maigre revenu de façon dramatique (une indigence de fait). La surconsommation des crédits en communication est même passée socialement en phénomènes de frime et de « m’as-tu-vu » dramatiques.

Ces compagnies participent ainsi à saper l’économie mauritanienne, par la confiscation de l’épargne nationale qui leur est drainée à travers la consommation téléphonique sous forme de bénéfices qu’elles engrangent sans contreparties réelles. Des milliards dont on prive le développement de l’économie nationale.

Ainsi, relativement au ménage, il est passé d’un revenu, certes maigre, mais consacré aux besoins vitaux, à un revenu qui s’est encore rétréci puisque confisqué par le poste consommation des produits télécoms.

Dans cette situation, le ménage est obligé de faire un arbitrage entre ses dépenses vitales et les dépenses qui ne le sont pas naturellement mais qui le sont devenues socialement et culturellement (la surconsommation téléphonique, notamment).

Cela se fera au détriment de l’alimentation, de l’habillement, du transport, de la santé , de la culture ou de l’éducation.

Cette situation a des conséquences dramatiques : sous-alimentation (rachitisme et anémies), habillement non renouvelé et non soigné (porteur de maladies et de frustrations pour les enfants notamment), chômage (déplacements coûteux pour rechercher du travail) absentéisme ( lieux de production et administrations désertés), maladies non soignées (médicaments, médecins et cliniques hors budget), culture oubliée (livres et savoirs inabordables) et éducation médiocre (concédée à bas prix et par des institutions sans ressources).

Amputé donc du tiers de son revenu, le ménage se trouve confronté au dilemme de la survie. N’ayant ni les moyens de se maintenir face à une vie qui devient très chère et qui fait fondre son revenu et un avenir obscur car il n y a pas d’avenir sans épargne, le ménage est dans une situation alarmante qui explique d’ailleurs le profond malaise qui touche l’économie mauritanienne.

Tous les moyens qui devaient être consacrés à ces dépenses du ménage se retrouvent dans une carte GSM payée au prix fort au profit de géants des télécoms qui exportent leurs bénéfices, laissant des ménages exsangues, et une économie à genoux, faute d’une épargne qui leur est confisquée. Une épargne-moteur de l’économie. Une épargne pour l’investissement public et privé.

En effet si l’on considère que la fonction « Revenu » de l’individu est la suivante :

Revenu = Consommation + Epargne

La fonction revenu national est la suivante :

Revenu= Consommation + Investissement

Or l’investissement ne peut se réaliser que deux manières :

- L’investissement public (budget de l’Etat)

l’investissement privé (budgets privés-entreprises, individus)

Relativement à l’investissement public, il se réalise au détriment du revenu des ménages et ne lui profite pas. Pour trois raisons :

- C’est un investissement qui se fait au détriment d’une politique de développement cohérente et même d’un modèle de développement apparent et suivi.

- C’est un investissement essentiellement réalisé sur des emprunts internationaux qui hypothèquent l’avenir du pays et accroissent, chaque jour, le taux d’endettement par tête d’habitant.

- C’est un investissement sur ressources mal gérées sinon confisquées et dilapidées par une nomenklatura à bien des écrits furent consacrés..
 
 Relativement à l’investissement privé, il se réalise lui aussi au détriment du revenu du ménage (le cas des télécoms précité en est illustratif) et cela pour trois raisons essentielles :

- C’est un investissement entièrement tourné vers un profit capitalistique réalisé par une oligarchie de commerçants et banquiers se souciant peu d’une formation quelconque de capital fixe au profit du pays.

- C’est un investissement qui ne bénéficie pas d’une épargne locale soutenue de la part des ménages. La pauvreté des dépôts d’épargne publique auprès du système bancaire en est le premier exemple. Sans dépôts en épargne tout investissement est pénalisé.

- C’est un investissement qui ne s’insère pas dans une stratégie globale de développement et de production dans un plan de développement public mis en œuvre par l’Etat et contrôlant la participation des capitaux privés à la réalisation des objectifs de développement nationaux (distribution de revenu, croissance du tissu commercial et industriel ; résorption du chômage, compétitivité des entreprises, productivité etc.)

L’investissement public est aussi improductif que l’investissement privé dans le développement national. D’ailleurs l’interpénétration entre leurs acteurs, à savoir entre l’Etat et les détenteurs de capitaux privés est un frein réel qui fut tant de fois dénoncé à travers la complaisance, l’utilisation abusive des marchés gré-à-gré, de l’octroi douteux des marchés publics etc. Et cela jusque dans la manipulation des taux d’intérêts bancaires et autres triturations insoupçonnées et insoupçonnables au profit d’un investissement que se partagent des groupes et non pas la nation.

L’aggravation de la situation des ménages : Un Etat sans politique des revenus

Si l’on examine le comportement des entreprises en Mauritanie (nationale et étrangères), qui a côté de l’Etat sont distributrices de revenus, on remarque une véritable démission de ce dernier dans sa politique des revenus à leur égard.

Le travailleur mauritanien est entièrement laissé au bon vouloir et à la merci de ces entreprises. Des travailleurs licenciés abusivement, des entreprises qui font fi de toute réglementation sociale et du travail, sans que les organismes de l’Etat en matière de travail et de sécurité sociale interviennent, font partie de l’actualité quotidienne.

Le travailleur mauritanien semble quémander son revenu et est prêt à toute concession pour conserver son emploi face à une démission de l’Etat. Concessions qui vont de l’acceptation d’un salaire sans proportion avec ses qualifications, au gel de ses augmentations salariales légales, ou de son avancement professionnel.

Pour conserver son revenu, le ménage mauritanien est soumis à cette contrainte de l’absence de l’Etat pour défendre son niveau de vie.

En effet, aucune stratégie de l’Etat n’est définie dans sa politique des revenus à l’égard des entreprises, de lier le revenu à des paramètres objectifs. Notamment la productivité de l’entreprise. Le niveau de revenu se doit d’être indexé périodiquement sur la productivité de l’entreprise afin de redistribuer une part des bénéfices sur les travailleurs. En Mauritanie, l’Etat ne se préoccupant pas de cet aspect, les entreprises engrangent une part du revenu qui doit revenir au salarié.

Cependant la politique des revenus peut aussi utiliser d’autres instruments tel que l’allègement de la taxation des dividendes distribués aux travailleurs actionnaires minoritaires ou encore la non-imposition complète (ou le relèvement des intérêts perçus ) des comptes spéciaux d’épargne où une part du revenu pourrait être virée, par consensus avec l’employé, par l’employeur etc.

Sans politique de revenu dont pourrait profiter, à moyen et long terme, le ménage (par l’épargne qu’il constituerait) et le pays (par l’investissement) , la croissance économique est une vue de l’esprit. Le ménage étant un vecteur important de cette croissance, il est jusque-là ignoré des politiques publiques qui n’y voient que des individus pas la cellule fondamentale de tout développement.

Si l’équation du revenu empoisonne l’économie mauritanienne, c’est justement parce que celui dont elle module le niveau de vie au plus haut point, à savoir le ménage, est aujourd’hui dans une situation économique critique à laquelle l'Etat n’apporte aucune solution. Car dans cette équation, l’Etat ne voit que l'un de ses termes : la Consommation (C) qui lui permet de justifier toutes ses dépenses et les crises de sa politique sociale.

Quant aux autres termes, le Revenu (R) et l’épargne (E), ils sont laissés au compte du ménage pour lequel tant le revenu que l’épargne se réduisent à la consommation (C). Et le serpent (économique) mord sa queue (sociale).

Pr ELY Mustapha.

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • fourminus fourminus 16 juillet 2011 11:18

    Les mauritaniens deviendraient rachitiques pour le plaisir de téléphoner ?
    Vous ne prendriez pas le peuple pour des idiots ?

    La grande nouveauté en Mauritanie me semble plus la sédentarisation. Nouakchott n’existait pas il y a 50 ans. La sédentarisation est accélérée par l’ouverture de la route goudronnée qui traverse le pays du nord au sud et prive les nomades des anciennes activités caravanières.

    Le modèle esclavagiste (base ancestrale de l’économie) s’efface progressivement au profit du salariat encouragé par l’arrivée de migrants venus du Sénégal ou du Mali.

    Voilà des changements qui me semblent plus importants que les dépenses de gsm...

    Sans oublier ce qui ne change pas : le gout des Maures pour la poésie et leur sens magnifique de l’hospitalité.


    • Pr ELY Mustapha Pr ELY Mustapha 16 juillet 2011 14:10

      Qu’on ne s’énerve pas ! LOL

      L’économie n’est pas une science exacte.

      Beaucoup de variables peuvent être prises en considération dans cette équation.

      Mais oubliez la route des caravanes ( on ne peut appeler au développement en parlant de caravanes !) et je ne sais quel modèle esclavagiste qui est en train de « s’effacer » (ce qu’est tout a fait erroné puisque l’esclavage existe toujours).

      Quant à la poésie des maures et à leur hospitalité, elles n’auraient pas changé d’un iota depuis des siècles.

      Vous l’avouez vous-mêmes, il y a une sédentarisation des populations mauritanienne est c’est là où dans les villes le revenu des ménages est à la base de l’économie familiale. Or ce revenu est détruit par les dépenses immatérielles au détriment de dépenses vitales pour la vie du ménage. C’est un constat général et vérifiable sur le terrain.

      Mais il me semble vous voulez faire d’arguments d’agence de voyage ou de l’imaginaire des voyageurs du siècle dernier (caravane, poésie, hospitalité), des facteurs économiques et c’est là où vous trompez largement.

       Même si l’économie n’est pas une science exacte, cette inexactitude, elle ne la doit pas à l’imaginaire mais à des faits, certes fugaces mais qui n’échappant à l’analyse. Et c’est là tout son intérêt d’aider à comprendre sans enchainer la compréhension. Entre ce qui est (économique)  et ce qui devrait être (imaginaire), il n y a qu’un pas et vous l’avez franchi. A vous d’ajuster ou de persister dans …l’imaginaire.


    • exocet exocet 16 juillet 2011 23:49

      Bonjour, je ne sais pas pour la Mauritanie, mais pour la France votre équation est incomplète :

      Vous écrivez : R revenu , C consommation E épargne
      avec Revenu = Consommation + épargne.

      Ici en France,
      Revenu = Loyer + Consommation + Impôts et Taxes + ...Epargne s’il en reste.

      A peu près la moitié de la population n’a pas de loyer à payer, chez ceux là un certain nombre paient un crédit pour l’achat de leur logement.

      La France compte environ un million de kilomètres carrés de territoire métropolitain, soient cent millions d’hectares pour soixante millions d’habitants, mais pour acheter un vingtieme d’hectare pour y bâtir sa maisonnette, il faut dépenser en moyenne dix ans du salaire médian pour le seul achat des cinq cent metres carres du terrain...« constructible ».

      Ce mot de « constructible » prend là toute sa saveur, et ...toute sa valeur.


      • Pr ELY Mustapha Pr ELY Mustapha 17 juillet 2011 01:06

        Deux considérations m’ont poussé à simplifier l’équation du Revenu

        -  La première c’est le caractère improductif de l’impôt sur le revenu des ménages en Mauritanie, vue la faiblesse de ce revenu. La retenue à la source très erratique, ne concernant que les salaires dérisoires de la fonction publique n’a pas de productivité significative.

        -  La seconde considération est d’ordre pratique. L’article étant écrit pour le grand public il fallait aller à l’important sans sacrifier l’essentiel.

        Ainsi si je devais le réécrire dans une approche approfondie la simple équation retenue pour plus de clarté (R=C+E) se décomposerait ainsi :

        Revenu net = revenus bruts [(revenus primaires + revenu secondaire) – (impôts directs + cotisations sociales)] + consommation finale + Epargne (Epargne de constitution + Epargne de précaution + Epargne de spéculation).

        Vous voyez que cela est bien compliqué pour une article d’une presse générale d’information.

        Remarque : dans l’équation que vous mentionnez, le « loyer » fait économiquement partie de la consommation donc de « C ». Il peut effectivement être très lourd et absorber une bonne part du revenu en France.

        Il reste cependant qu’en Mauritanie les variables les plus significatives restent le revenu, la consommation et l’épargne vue la faiblesse de fiscalisation des ménages.

        Toutefois, j’aurai aimé mieux présenter le sujet en recourant à d’intéressantes variables explicatives et non quantitatives ex : les « anticipations rationnelles » (Friedman) ou le cycle de vie ( distance entre niveau de revenu et niveau de consommation chez F. Modigiani).

        Les limites de l’article ne le permettant pas. La simple information ne le nécessitant pas.Vous voyez que « constructible » vaut aussi pour les articles de presse. LOL

        Bien à vous


        • Jacques Raffin Jacques Raffin 18 mai 2012 14:21

          Passionnante incursion dans l’économie mauritanienne !
          Je détestais déjà le GSM… maintenant, j’ai une raison de plus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès