Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’état de crise permanent. Explication à travers le monde du (...)

L’état de crise permanent. Explication à travers le monde du vivant

Pourquoi les crises économiques risquent-elles de devenir permanentes ? Pour essayer d’y voir clair, il faut imaginer et bien comprendre ce qu’est devenu le monde économique dans sa globalité. Depuis quelques décennies, le monde s’est complexifié à une allure très rapide, avec par exemple l’apparition des pays émergents qui jouent à présent un rôle clé dans un processus continu de mondialisation ainsi que dans le maintien des grands équilibres macroéconomiques à échelle planétaire (échanges des biens et services, circulation des capitaux, cours des monnaies, réserves de change, politiques monétaires, géopolitique) ; les sociétés sont donc devenues de plus en plus structurées, imbriquées, interdépendantes, multipliant les relations entre leurs diverses composantes.

La complexité ne peut se comprendre sans faire appel à la notion de niveau d’organisation, et c’est cette notion que je vais mettre en évidence dans cet article, associée aux problématiques de régulation, et à travers elles avec l’appui de l’exemplarité du monde vivant (au sens des équilibres biologiques), expliquer pourquoi les instabilités économiques au niveau mondial risquent de perdurer.

Il n’est donc plus à démontrer que le monde est devenu complexe, justement parce que la complexité se définit (entre autres) par le nombre d’éléments qui composent un système, le nombre de relations qui les relient, le nombre de niveaux d’organisation, le nombre d’interactions et de boucles de rétroaction qui opèrent. La structure du système économique planétaire (avec ses frontières, pays, régions, zones monétaires, réseaux de communications, flux, ressources, niveaux d’organisation, organes de contrôle et de régulation, etc.) et ses dynamiques sont des points clés dans l’appréhension et la compréhension de cette complexité.

En préalable à cette réflexion, il est nécessaire d’aborder succinctement ce qu’est un système de régulation, à travers deux chainons essentiels que sont les effecteurs et les servomécanismes, des appareils ou des systèmes que l’on rencontre partout dans le monde du vivant, le monde sociétal ou économique qui nous environnent. Ils sont en nous, tout autour de nous et pourtant jamais les analystes économiques, les politiciens, évoquent ces notions pourtant essentielles pour comprendre les phénomènes d’équilibre ou de déséquilibre, d’ordre ou de désordre, de croissance, de récession, de flux ce capitaux, de krach boursier, de dérive, d’explosion, d’implosion, de point de rupture, de point de bifurcation, etc.

Mais j’imagine bien que si demain vous entendez un politicien prononcer dans un discours les mots ‘effecteur’ ou ‘servomécanisme’, vous sursauterez de consternation, et vous vous demanderez s’il n’est pas un peu devenu fou !

Qu’est-ce qu’un effecteur ?

Prenons l’exemple d’un appareil dont la fonction est de réguler la température de l’eau d’un récipient chauffé par une résistance électrique. Lorsque la température de l’eau atteint une certaine valeur, le courant s’arrête, et l’eau se refroidit lentement ; dès qu’elle atteint une autre valeur inférieure à celle pour laquelle l'appareil est réglé, le courant passe à nouveau pour réchauffer l’eau. L’appareil étant réglé pour maintenir une certaine température, celle-ci ne fera qu’osciller autour d’une moyenne avec plus ou moins d’amplitude selon la sensibilité. On a dans ce cas affaire à un effecteur, c’est-à-dire un appareil qui produit un effet, grâce à un facteur (une entrée) qui est l’apport énergétique, et doté d’une fonction de régulation en constance qui ouvre ou ferme le circuit électrique.

Qu’est-ce qu’un servomécanisme ?

L’effecteur est réglé pour produire un effet à une valeur donnée (non réglable). Pour reprendre l’exemple précédent, si on a besoin d’un réglage permettant d’obtenir d’autres niveaux de température de l’eau, il faudra que de l’extérieur du système, il y ait un mécanisme qui influe sur le réglage, pour obtenir d’autres niveaux de contrôle ; on a alors transformé l’effecteur en servomécanisme (exemples : chauffage avec un thermostat, régulation de la température corporelle, régulateur de vitesse).

Il faut donc bien faire la distinction entre « effecteur »  et « servomécanisme ». L’effecteur produit un effet régulé par un système de boucle de rétroaction en constance (feedback), alors que le servomécanisme est capable de faire varier le niveau de l’effet, grâce à des informations (consignes ou commandes) venant d’un niveau supérieur.

Schéma d’un effecteur (avec boucle de rétroaction positive et négative)

JPEG JPEG

 

Exemple de régulation chez l’être humain

Prenons un autre exemple très simple venant du corps humain. Le cœur retiré de l’organisme devient un système autonome, et continue à battre à sa fréquence propre. Il est transformé en un simple effecteur dont l’effet est l’éjection d’une certaine quantité de sang (à l’extérieur de l’organisme il est une simple pompe à débit constant). Placé dans le corps humain, il se comporte différemment du fait qu’il est englobé dans un niveau d’organisation supérieur qui lui donne des consignes en relation avec les besoins de l’organisme (grâce entre autres au système sympathique et parasympathique). L’effecteur est donc transformé en servomécanisme, dépendant complètement du niveau d’organisation supérieur. Il a perdu une partie de son autonomie et ‘se plie’ à une exigence d’ordre supérieur venant de l’organisme tout entier pour satisfaire au plus juste ses besoins (ni plus ni moins). Le cœur n’est pas en mesure de ’décider’ de lui-même de la fréquence qu’il doit adopter.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Après cette longue introduction expliquant les mécanismes impliqués dans un système de régulation, je vais à présent, comme je l’ai dit au début de l’article, aborder les aspects de ‘niveaux d’organisation’ qui permettront de mieux comprendre pourquoi les phénomènes d’instabilités économiques à travers le monde ont tendance à perdurer et pourraient encore s’amplifier. Le monde du vivant offrant un modèle du genre, avec en plus une quasi-perfection dans tout ce qui a trait à la régulation en constance, il me paraît intéressant de pouvoir procéder à quelques analogies avec l’économie.

Niveaux d’organisation dans le monde du vivant

Les organismes vivants sont, de la cellule au corps tout entier, structurés en niveaux d’organisation qui s’emboitent les uns dans les autres : molécules, organites, cellules, tissus, organes, systèmes fonctionnels, organisme tout entier. Chaque niveau d’organisation est muni de systèmes de régulation et se trouve englobé par un niveau d’organisation supérieur qui agit sur lui grâce à des commandes transmises par de l’information circulante (informations nerveuses ou hormonales).

Niveaux d’organisation du monde productif

Ces notions de niveaux sont essentielles pour comprendre le fonctionnement de l’économie à quelque échelon que ce soit, car un système économique est composé de nombreux systèmes imbriqués à l’image du corps humain, fonctionnant à la fois d’une manière quasi-autonome mais également sous l’influence ou sous la direction de commandes ou consignes extérieures provenant d’un niveau d’organisation englobant. En économie, tous les composants sous ouverts au sens thermodynamique (échanges de matière et énergie) et sur le plan informationnel (échange d’informations). Et c’est cette ouverture, ces relations nombreuses avec l’environnement, ces échanges, qui permettent par exemple à une entreprise de fonctionner, de conserver ou faire évoluer ses structures. On retrouve encore les mêmes notions que pour un organisme vivant (flux de matières, énergie, informations, contribuant à l’équilibre et à l’évolution de l’individu d’une espèce).

Pour décrire la structure du monde productif à l’échelle mondiale, de la même façon que je suis parti de la molécule pour arriver à l’organisme tout entier, je partirai de l’individu pour arriver au monde dans sa globalité. Nous avons alors pour l’entreprise et son contexte, une structure de type : individu, entités intra-entreprises (groupes, départements, services, …), sites, entreprises ou organismes, filiales, sociétés mères. Mais le système ne s’arrête pas là, car l’ensemble du monde productif est englobé dans des structures d’une autre nature, que l’on qualifiera d’étatiques. Alors continuons ; nous avons désormais les niveaux suivants : état, groupe d’états, zone monétaire, zone économique, zone géographique, et enfin le monde entier. On voit bien qu’il s’agit d’une continuité par rapport à la structure du vivant, avec toutefois une rupture non négligeable puisque qu’on est passé du biologique au sociologique.

Chaque niveau d’organisation dans le monde productif, à l’image de l’être vivant, est capable de se réguler, mais reçoit aussi des consignes du niveau supérieur qui l’englobe en vue de changer ses états, ses niveaux d’équilibre, ses tendances, ses paramètres de fonctionnement (équivalent des paramètres physiologiques de l’organisme). En fait, ce que je viens d’affirmer n’est pas tout à fait exact dès qu’on dépasse le niveau ‘pays ou nation’, et c’est là que vont commencer les problèmes.

Quand on observe l’organisation du monde à l’échelle des états, on remarque qu’il s’est organisé par zones. La France est un élément de la zone euro et de l’ensemble européen. Chaque pays de ces zones (composants d’un système) est en relation avec tous les autres et participe à une dynamique d’ensemble. La zone euro est elle-même un sous-ensemble de l’union européenne, qui elle-même est un sous-ensemble de la zone géographique Europe, et qui elle-même est un sous-ensemble d’un monde encore plus vaste, la planète entière. La zone Europe est déjà un niveau supérieur d’organisation englobant des états, mais elle est devenue avec la mondialisation, un niveau englobé par un niveau supérieur ultime, le niveau mondial. Et pour le moment on s’arrête là, tant que nous n’aurons pas colonisé la Lune ou la planète Mars.

On retrouve donc des similitudes avec la structure en niveaux d’organisation que l’on observe dans le monde vivant.

Comparaisons entre l’économie et le vivant

De là, est-il possible de procéder à des analogies, entre le fonctionnement d’un organisme vivant et la société (productive ou non) dans son ensemble. Evidemment, ne nous égarons pas trop vite, il n’y a pas de comparaison possible sur le plan de la complexité, ni sur le plan de la finalité, mais on peut trouver facilement des analogies si on prend comme angle d’observation les phénomènes de régulation et de crises (apparition de maladies !). Sur le plan de la régulation, il y a déjà une différence essentielle : les systèmes de régulation de l’organisme sont basés sur des boucles de rétroaction en constance (rétroaction négative), c’est-à-dire visant le maintien d’un paramètre à une valeur donnée (cholestérol, glycémie, taux de calcium, nombre de globules rouges, etc..) ; quand aux systèmes économiques, les régulations se font souvent en tendance (croissance oblige !) avec parfois la mise en place ou le déclenchement (involontairement bien souvent) de boucles de rétroaction positive (effets d’emballement) qui conduisent à des instabilités grandissantes, voire des phénomènes de rupture.

Cette particularité de nos sociétés à vouloir toujours croître et cela dans de nombreux domaines, ne nous familiarise pas avec les notions d’équilibre. Mais comment peut-il y avoir équilibre tant que la population mondiale augmentera ? (mais là, c’est un autre problème). Nous l’avons vu, les systèmes de régulation sont bien présents au niveau des états, avec plus ou moins d’efficacité, celle-ci dépendant de la capacité de nos gouvernants et de nos institutions à prendre les décisions appropriées visant à stabiliser les systèmes, ou bien à gérer une tendance sans qu’elle se transforme en une dérive incontrôlable (cas des dettes souveraines).

Mais au-delà des états …

Au-delà des états, les systèmes de régulation commencent à faire défaut. Au niveau européen, nous avons la banque centrale (BCE), avec un mandat assez limité, mais qui a su élargir ces dernières années ses prérogatives, des centres de décisions (commission, parlement), également limités dans leur capacité et leur pouvoir à réguler, plus enclins à réglementer, et la différence est de taille. On a vu que l’euro était fragile à cause justement de l’absence d’un niveau englobant jouant le régulateur vis-à-vis des niveaux inférieurs, et d’un manque de ressources communes (comme un être vivant partage des réserves pour tous les organes lorsqu’il est soumis à une période de jeûne). L’Europe a réagi en mettant en place certaines structures manquantes (MES, union bancaire, rôle renforcé de la BCE, etc..), ayant pris conscience que le système européen tel qu’il fonctionnait avant la crise, privé de ces structures, était défaillant, et que par nécessité il n’avait pas d’autres choix que de s’adapter.

Si on monte encore d’un cran, nous arrivons au niveau ultime, le monde, sommet de cette pyramide hiérarchique. La mondialisation s’est construite sur un déséquilibre entre pays riches et pays pauvres, offrant des opportunités aux deux parties. Le problème est qu’elle s’est réalisée sur la base des intérêts particuliers, en oubliant les fondamentaux qui concourent à l’équilibre de l’ensemble. Toujours dans cette comparaison avec le monde vivant, la machinerie cellulaire concoure au maintien de la structure de l’individu tout entier, et le maintien en vie de cet individu contribue au maintien de la structure de la cellule. La finalité d’un être vivant est bien le maintien de sa structure, basée sur une coopération à égal niveau de l’ensemble des composants de l’organisme. Il faudra très certainement que la société toute entière définisse une forme de finalité pour ce monde économique à dimension planétaire, autre qu’à travers une architecture purement marchande orientée vers le ‘toujours plus’ … plus de production, plus de productivité, plus de rentabilité, plus de compétitivité, plus de croissance, plus d’échanges, plus de tout, plus encore, … si on veut parvenir à des équilibres pérennes qui dépassent largement les aspects purement économiques, en se recentrant sur la nature et l’humain.

Conclusion

Je précise que cette analyse fait abstraction des jugements de valeur que je peux avoir vis-à-vis de la mondialisation (c’est un autre sujet). Je prends le monde tel qu’il est, comme un état de fait, et m’interroge tout simplement sur les manquements qui conduisent aux instabilités observées. J’ai fait un parallèle entre l’organisation du monde vivant, qui présente des modèles intéressants et quasi-parfaits en ce qui concerne les processus de régulation biologiques, et le monde économique qui se construit au fil du temps, modifiant sans cesse ses structures et ses fonctions.

La crise actuelle qui a débuté en 2007 aux Etats-Unis paraît interminable, et quand bien même une légère reprise semble s’amorcer en Europe et aux Etats-Unis, on a l’impression que tout reste fragile, et que tout peut à tout instant s’écrouler. Les politiques monétaires ultra-accommodantes participent certainement à cette reprise, mais les effets restent assez insignifiants, dérisoires au regard des moyens financiers mis en œuvre. Ces moyens se chiffrant en milliers de milliards d’euros, risquent de créer de nouvelles instabilités, et on en a vu quelques signes récemment quand la FED a décidé de ralentir ses opérations de Quantitative Easing.

Le manque de régulation (et d’entente) ou niveau européen et mondial, dans un monde devenu complexe, crée les instabilités, tout simplement parce qu’un système complexe, comme l’est le monde économique actuel, dans le cadre du maintien des grands équilibres ne peut s’affranchir de mécanismes efficaces de régulation. La complexité est antinomique avec la causalité linéaire et le déterminisme ; elle est le siège de phénomènes souvent imprévisibles, non-linéaires, chaotiques, et c’est bien par rapport à ces caractéristiques, aux propriétés émergentes qui en découlent, qu’une intelligence régulatrice, une nouvelle forme de gouvernance, à des niveaux d’organisation extra-étatiques (européen et mondial), devra voir le jour.

Alors, impossible cette régulation mondiale ? Si la réponse est oui, alors préparons-nous à vivre en état de crise permanente, comme une maladie devenue chronique.

Alain Desert

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 28 février 2014 10:44

    Parce que qui dit compétition dit bagarre permanente, tricheries permanentes, vol permanent, meurtres permanent, déstabilisation permanente...organisation de la victoire donc il faut éliminer les autres, le maximum d’autres....TOUS les autres...

    si vous voulez gardez la compétition qui est élimination, tout ceci comme encore pire sera...

    que ceci soit écrit que ceci se réalise

    Quand à l’origine de ce foutoir en nous même, non sujet absolu..alors le pire va continuer jusqu’a ce que on change de route....ou disparaissions prématurément...changer radicalement est notre seul non choix..de choix il n’y a même pas..

    je sais ça ne me dit rien...qu’y puis je ?c’est là pour qui veut y aller......notre cerveau binaire divise pour analyser, on a d’un coté moi qui sait et l’objet de l’analyse....ceci etait là comme outil pour survivre....mais pas pour vivre.....comme on ne sait pas vivre on survit partout,alors partout on retrouve cette binarité moi contre l’univers et contre les autres.ceci est tres simple....la souffrance produite est le seul catalyseur qui nous est là pour nous...Mère Nature avait prévu cela..helas on s’est habitué à souffrir...le catalyseur de la souffrance psychologique vécu sans y toucher mentalement, laissée libre de ses mouvements donc et non plus refusée , ouvre le reste du cerveau entre enfance et pseudo stade adulte, que nous n’atteignons alors jamais, comme une plante qui ne ferait jamais de fleur.....aucun parfum dans notre vie il y a........


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 février 2014 10:48

      À l’auteur :
      « Pourquoi les crises économiques risquent-elles de devenir permanentes ? »

      La Refondation du Capitalisme & l’Instauration d’un Dividende Universel financées par l’Épargne constitue un paradigme élégant qui annihilerait la potentialité d’éclatement de crises économiques.

      Lire, SVP :
      Refondation du Capitalisme & Dividende Universel
      ou/et
      http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/40/ ... cerite.pdf

      Le Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.

      Ce projet de « Refondation du Capitalisme et de création d’un Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.

      Objectif Principal :
      Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique
      Par un effort préalable d’épargne soutenu, les « démunis » (par opposition aux « nantis ») acquerront collectivement des actions du capital des entreprises du secteur marchand, banques incluses.
      Cette participation au capital pourra être minoritaire (minorité de blocage) ou majoritaire.

      Objectifs Spécifiques :
      I)
      Transformer le « capitalisme ordinaire » en un véritable 
      Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
      Les représentants des « démunis », démocratiquement élus, géreront ce patrimoine financier de manière à infléchir Recherche, Développement, Production & Commercialisation des entreprises contrôlées : Refondation du Capitalisme.
      II)
      Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un 
      Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage ainsi que celui de la « lutte des classes ».
      II.1)
      À terme, les profits des entreprises sous contrôle des « démunis » seront partiellement distribués à l’ensemble des « démunis » sous forme de Dividende Universel.
      II.2)
      a) Ceux qui le souhaiteraient pourraient s’arrêter de travailler et se satisfaire du Dividende Universel.

      b) Ceux qui souhaiteraient gagner plus que le seul Dividende Universel pourraient travailler dans l’économie marchande et, éventuellement, y gagner des rémunérations faramineuses sans être accusés d’exploiter qui que ce soit.
      II.3)
      Si plus personne ne souhaitait travailler dans l’économie marchande, celle-ci s’effondrerait totalement et, avec elle, le patrimoine accumulé des « démunis » deviendrait stérile et interdirait le bénéfice du Dividende Universel.



      • Gandalf Claude Simon 1er mars 2014 08:11

        « Le manque de régulation (et d’entente) ou niveau européen et mondial, dans un monde devenu complexe, crée les instabilités, tout simplement parce qu’un système complexe, comme l’est le monde économique actuel, dans le cadre du maintien des grands équilibres ne peut s’affranchir de mécanismes efficaces de régulation. La complexité est antinomique avec la causalité linéaire et le déterminisme ; elle est le siège de phénomènes souvent imprévisibles, non-linéaires, chaotiques, et c’est bien par rapport à ces caractéristiques, aux propriétés émergentes qui en découlent, qu’une intelligence régulatrice, une nouvelle forme de gouvernance, à des niveaux d’organisation extra-étatiques (européen et mondial), devra voir le jour. »


        Une gouvernance supra-étatique ne tient pas compte des différences culturelles, et c’est forcément l’échec. 
        Et bien, j’en suis arrivé à la conclusion opposée à la votre.
        Pour solidifier un système, il est préférable de l’atomiser, c’est à dire affranchir les citoyens des politiques monétaires acommodantes ou restrictives des banques centrales et des banques commerciales ou des politiques économiques des gouvernements qui avantagent l’électorat et les copains plus qu’autre chose, et de leur donner le droit de monnaie.
        Ainsi, il n’y a plus de risque de crise systémique, la problématique de privilégier les too big too fail n’existe plus, chaque acteur a son destin économique entre ses mains, et non pas quelques financiers de Wall-Street accros à la coke et aux putes, qui sont trop puissants pour s’amuser du destin de milliards d’individus.
        Nous l’avons déjà notre gouvernance mondiale, et voilà à quoi elle ressemble : (http://nymag.com/daily/intelligencer/2014/02/i-crashed-a-wall-street-secret-society.html).



        • alain-desert alain-desert 1er mars 2014 08:58

          Bonjour, Votre réflexion est intéressante. J’ai pris soin de dire en conclusion que j’appuyais cette analyse sur un état de fait, et que si on voulait de la stabilité dans le contexte actuel, il était certainement nécessaire de mieux réguler. Cela ne veut pas dire que j’approuve le processus de mondialisation. La mondialisation rend le système global très fragile à cause effectivement des problèmes systémiques, et effectivement pour la robustesse du sytsème, il n’est pas souhaitable de continuer sur cette voie. il faut supprimer les liaisons qui font qu’un problème quelque part dans le monde entraîne des effets de vagues sur toute la planète.


        • trevize trevize 1er mars 2014 13:51

          Effectivement, un système « atomisé » ou distribué est beaucoup plus robuste qu’un système monolithique. Mais on ne peut pas perdre de vue que toutes les nations, tous les peuples, vivent sur la même planète et sont donc dépendants les uns des autres. Aussi, il est nécessaire que l’ensemble des nations partage un socle de règles communes, essentiellement économiques. Ce jeu de règles est le super-état. A priori, il émerge peu à peu de lui-même avec le temps. On peut accélérer le processus en exerçant des contraintes extérieures : c’est la mondialisation. à terme, lorsque les règles sont intégrées par tous les états du système, le super-état se trouve constitué de fait et ne nécessite pas de structure extérieure, puisqu’il se trouve distribué dans tous les éléments du système.

          Au passage, oui les contraintes extérieures ont un effet d’uniformisation, de « rabotage des différences » mais cet effet n’est pas total, et chaque état garde une certaine identité. On peut le voir, à une autre échelle, en France, qui est un état depuis des centaines d’années, mais chaque région, chaque département, a tout de même gardé son identité propre. Que chaque état intègre les règles communes n’implique pas obligatoirement que tous ces états soient des clones équivalents.

          économiquement, on peut très bien imaginer un système double. Une monnaie mondiale pour les échanges longue-distance, et une myriade de monnaies locales, pour chaque région (voire chaque ville)


        • Gandalf Claude Simon 1er mars 2014 19:27

          @Trévise :


          Ce jeu de règles s’appelle tout simplement le droit international.
          Sinon, il y a l’ONU.

          J’ai regardé le fonctionnement des monnaies locales françaises, les SEL, et c’est effectivement très bien fait et très simple.

        • Zip_N Zip_N 1er mars 2014 12:20

          Pour plus de sécurité, qui veut jouer la question à pile ou face ? 50%-50% ?c’est à dire que celui qui joué et tout perdu on lui redonne un minimum pour recommencer, le gagnant garde tout, et tous les participants redonne une mise au perdant, c’est la régulation européene. Il y en a forcement qui devront baisser leur salaire. Ils pourraient commencer par baisser le salaire des financiers, ou faire un salaire mondial individuel maximum et plafonné.

          Un équilibre est assez difficile car c’est au pays qui s’endette le moins. On est pas dans une théorie de celui qui s’ enrichit le plus pour fonctionner à un niveau économique aussi elevé et déséquilibré. Si on était dans une théorie mondiale de gagnant-perdant, ce que l’un perd l’autre le gagne se réaliserait, ce qui est pas le cas. Tous les pays sont dans le -, si l’économie générale était fonctionnelle, tout ce qui est pas le moins serait dans le plus, il y aurait pas autant de dettes en si peut de temps. Ils arrivent pas a s’en sortir en faisant des dettes, comment vont t il faire et procédé pour le remboursement inversé ? est ce une fiction ? comment vont t-ils faire pour ponctionner des miliards pour un remboursement sans que cela ai un impact négatif ou désastreux sur l’énonomie ?

          Il y a pas un centime remboursé et il y a déja la ceinture sérée. Encore si les dettes étaient déja remboursées, les économistes auraient eu une circonstance aténuante sur leur technique et savoir en cas de pépin mais la c’est pas le cas. Ils surfent sur l’inflation monnétaire pour limiter leur perte ça fait un tampon de 10-15% par décénnie. Le mieux pour eux c’est qu’ils remboursent tout en 1 fois 50 ans après le crédit. Ils auront eu un rabais d’inflation de peut etre 60% ou plus. A force d’accumuler les richesses en centaine d’années il devrait y avoir un enrichissement petit à petit et pourtant c’est pas le cas.

          L’armement mondial étant estimé autour des 2000 miliards $, par an, les plus gros producteurs sont américains. Ce montant c’est le prix et l’équivalent de 20 France au travail dans le monde qui travaillerait exlusivement pour l’armement mondial, 20 France salariées pour la dépense. Ce montant est l’équivalent humain de 500 000 milions de personnes dans le monde qui travailleraient à armer. Voila le prix et nombre surréaliste de l’armement mondial et de la dette actuelle. De quoi revoir quelque calculs économiques de régulation et vos théories d’approche de fond en comble.

           


          • Zip_N Zip_N 1er mars 2014 15:34

            Oups ! rectification, je voulais dire l’équivalent humain de 500 milions (non pas 500 000 milions) 


          • Zip_N Zip_N 1er mars 2014 14:44

            Alain-désert, vous considérez vous comme un économiste financier ou un journaliste «  »lambda«  » ?

            -Je cite « le temps du secret bancaire est révolu » (je dis c’est un principe)
            « le temps du secret bancaire est révolu »

            -Il faut en finir avec les paradis fiscaux, car nous n’avons à tolérer,
            les lieux, ou se cachent l’argent de la spéculation, du crime et de la fraude.

            -A quoi sert t il, et je le dis a nos compatriotes, de faire des règles dans notre pays si des grandes banques, dans notre pays ou ailleurs, peuvent avoir des filiales dans les paradis fisccaux, qui s’exonèrent des règles prudencielles, qu’on essaie de faire respecter chez nous. Il n y a plus de paradis fiscaux

            -Miracle, en 6 mois, on a obtenu la fin des paradis fiscaux, extraordinaire.

            -Comme je vous l’avait promi en 2009, nous avons mis fin aux scandales des
            paradis fiscaux, fantastique la course, maintenant, je le dis sous le contrôle d Eric Woerth, tous ces pays qui veulent signer une convention fiscale avec la France, on leur demande pourquoi ils ne l’ont pas fait avant.

            -Je vais vous dire qui est mon adversaire, mon veritble adversaire il a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu et pourtant il gouverne, cet adversaire c’est le monde de la finance. Sous nos yeux, en 20 ans, la finance a pris le contrôle de l’économie, de la societé et même de nos vies, désormais il est possible en 1 fraction de seconde de déplacer des sommes d’argent vertiginieuses, de menancer des états, des mettre a bas des banques de délocaliser des entreprises....

             

             


            • Xavxav 2 mars 2014 21:26

              Vous écrivez : « on a l’impression que tout reste fragile, et que tout peut à tout instant s’écrouler. ». 

              Le problème, c’est que ce n’est pas qu’une impression. Ces milliards de dollars créés et injectés dans l’économie entraineront tôt ou tard un nouveau krach boursier.


              • Stof Stof 3 mars 2014 07:32

                « La jungle est plus riche en innovations que le champs de blé » (comme dirait mon frère qui est économiste).
                C’est la force du chaos libéral. Seulement, on oublie que la nature connais parfois des effondrements sévère avant de retrouver son équilibre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès