Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’Etat ne fera AUCUNE économie en 2013

L’Etat ne fera AUCUNE économie en 2013

La réduction du déficit budgétaire de 2013 sera intégralement supporté par les contribuables...

Le 04 octobre dernier, je dénonçais dans un article intitulé "Il n’y a pas 10 Milliards d’économie sur le budget de l’Etat !" ce que je croyais être un mensonge de notre gouvernement concernant le budget et les économies puisque, écrivais je, l'Etat dépensera 1 Milliard de plus en 2013 qu'en 2012.

J'étais loin du compte ! Je m'étais arrêté en fait au tableau de la page 11 du projet de loi de finance. Or, fort judicieusement, un lecteur me fit remarquer qu'il y avait un autre tableau page 23. Incroyable, un petit astérisque en page du premier tableau signalait que celui-ci ne tenait pas compte des dotations au Mécanisme européen de stabilité et à la Banque européenne d'investissement. C'était donc bien le tableau de la page 23 qui était juste !

Or que nous dit ce tableau de la page 23 ?

Ce tableau nous apprend que l'Etat dépensera en 2013 374,5Mds d'Euro alors qu'il n'en aura dépensé que 368,6Mds en 2012 ! Oui, vous avez bien lu, l'Etat dépensera 5,9Mds d'euros DE PLUS en 2013 qu'en 2012 ! Et ce n'est pas tout :

Nous apprenons que les recettes fiscales nettes augmenteront de 29Mds d'euros.... Oui, 29 et non pas 20 comme annoncé.

La conclusion de cette page vaut son pesant d'or : "Pour 2013, le déficit budgétaire connaîtra une amélioration de 22 Md€, pour s’établir à 61,6 Md€"

Si les dépenses de l'Etat augmentent, si la pression fiscale augmente, il y a au moins une bonne nouvelle dans ce projet de budget, la France sera contrainte à moins d'endettement. Sauf que, comme vous l'aurez remarqué, c'est UNIQUEMENT l'augmentation de la fiscalité qui permettra ce résultat. UNIQUEMENT. 29Mds d'euros d'augmentation de recettes fiscales et 22Mds de réduction de déficit budgétaire !

Il semble bien que la jolie histoire des 3 fois 10Mds (10Mds d'économie de l'Etat, 10 Mds d’augmentation de la fiscalité sur les particuliers et 10Mds d'augmentation de la fiscalité sur les entreprises) ne soit qu'une fable.

Alors, Mensonge, Monsieur le Président ?

 Article paru sur MaVieMonArgent


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 10 octobre 2012 10:39

    quelqu’un aura t-il les couilles de mettre son nez dans toutes les niches. Le probleme c’est que derrierre chaque niche il y a un lobby et des interets particuliers.

    voir : http://2ccr.unblog.fr/2010/12/03/niches-en-or-massif/


    • Robert GIL ROBERT GIL 10 octobre 2012 10:48

      et precisons que ces niches ce n’est pas 10 ou 20 milliards, mais...172milliards ! Mais il faut le cran d’aller chercher l’argent la ou il est ! Il faut le courage de s’attaquer au capital, chose que Flamby ne fera pas, il roule pour les memes que son predeceseur..


    • TDK1 TDK1 10 octobre 2012 11:21

      La première des niches, celle qui « coûte » le plus à l’Etat, c’est l’exonération de la moitié de la population de l’IRPP. Il ne s’agit pas de « capitalistes », n’est ce pas ? Le seconde, celle à laquelle le gouvernement eut l’intention de s’attaquer mais s’est repris, c’est le taux de CSG/CRDS des retraités, énorme manque à gagner pour l’Etat. 

      Ceci pour dire que les « niches », qui sont des régime dérogatoires au régime général de l’impôt, sont, en général (à part deux ou trois cas particulier mais il ne faut pas généraliser sur les « niches » à partie de deux ou trois cas qu’il est facile de corriger) motivés par un intérêt général supérieur au montant hypothétiquement collecté. Nous l’avons vu avec le Scellier, nous sommes à 35 000 chômeurs de plus et un secteur locatif neuf en panne parce que deux fonctionnaires bornés de Bercy avaient expliqué que cette « coutait ». En réalité, le bilan fiscal de sa supression est catastrophique et la Duflot s’est empressée de recréer une nouvelle incitation fiscale pour relancer la machine. Autre exemple de cette stupidité, on limite les avantages fiscaux sur les investissements en entreprises mais on se sent obliger de créer la Banque d’Investissement. Du coup, outre les aspect purement totalitaires et arbitraires, l’investissement dans les PME coutera beaucoup plus cher avec une strucutre à faire fonctionner... 

    • foufouille foufouille 10 octobre 2012 18:22

      « et precisons que ces niches ce n’est pas 10 ou 20 milliards, mais...172milliards ! »

      faut pas toucher aux niches liberales


    • TDK1 TDK1 10 octobre 2012 11:12

      Normal, on nous prend pour des concons...


    • PapaDop PapaDop 10 octobre 2012 18:20

      « Normal, on nous prend pour des concons... »TDK1
      « Et visiblement, ils ont raison. »Cogno3

      Tiens ,Cogno3 vous faites de l’autocritique maintenant ?


    • colza 10 octobre 2012 13:00

      Une question :
      Maintenant que le MES est en route, il va s’agir de le financer. Si j’ai bien compris, la participation de la France au pot commun est de 16 milliards d’€.
      Où va-t-on les trouver ?


      • spartacus spartacus 10 octobre 2012 13:44

        Un budget complètement falsifié.

        Bravo pour avoir vu ça !

        Mais y’en a surement d’autres !

        Une escroquerie et une complexification volontaire des chiffres.

        A chaque ligne des évolutions en volume (inflation déduite) ou en valeur pour volontairement prendre le lecteur lambda qui essaye de comprendre pour un con.

        • kalagan75 10 octobre 2012 13:44

          J’avais aussi trouvé 6 Ma€ d’augmentation mais peut-être que nos amis socialos comptent en « euro constant »
          karine berger , député ps et apparemment économiste officielle puisque présente sur tous les plateaux télé , se gardait bien d’afficher tes données : sur les dépenses publiques , elle s’est permise de parler « d’une réduction de l’accroissement » , trop fort !!


          • LE CHAT LE CHAT 10 octobre 2012 15:11

            le budget est aussi falsifié que la croissance qu’on calcule à 0% en bidouillant bien pour ne pas dire qu’on est en recession ou les chiffres du chômage bien différents de ceux de pat du 49 l’expert sur agoravox smiley  .....


            • mrdawson 10 octobre 2012 15:14

              Il a toujours été clair qu’à gauche la solution c’est d’augmenter les recettes et d’augmenter les dépenses, à droite de diminuer les recettes et de diminuer les dépenses. Il n’y a en réalité qu’au centre qu’un candidat proposais de faire quelque chose pour le déficit en réduisant les dépenses et en augmentant les recettes.


              • titi 10 octobre 2012 17:07

                « Il semble bien que la jolie histoire des 3 fois 10Mds (10Mds d’économie de l’Etat, 10 Mds d’augmentation de la fiscalité sur les particuliers et 10Mds d’augmentation de la fiscalité sur les entreprises) ne soit qu’une fable. »

                C’était une évidence.

                Les discours sur les « salauds de riches », « les salauds de patrons », ne sont que des écrans pour masquer la dépenséïte aigüe des ministères.


                • eau-du-robinet eau-du-robinet 10 octobre 2012 17:32

                  — début de citation —
                  L’Etat français ne fera AUCUNE économie en 2013
                  — fin de citation —

                  C’est ce qu j’ai essayé à dénoncer (indirectement) dans mon dernier article publié sur Agoravox :

                  Où trouver l’argent ?

                  Et la dette publique grimpe de manière ininterrompu !

                  Compteur de la dette publique

                  Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, deux experts qui s’appuient sur deux siècles de données, estiment qu’à partir de 90% du PIB, la dette publique réduit la croissance de 1%.


                  • foufouille foufouille 10 octobre 2012 18:23

                    "un secteur locatif neuf en panne parce que deux fonctionnaires bornés de Bercy avaient expliqué que cette « coutait ». En réalité, le bilan fiscal de sa supression est catastrophique et la Duflot s’est empressée de recréer une nouvelle incitation fiscale pour relancer la machine."

                    une bonne niche liberale


                    • titi 11 octobre 2012 00:39

                      @foufouille

                      Sans les dispositifs « borloo », « robien », « perissol », etc... l’investissement locatif ne présente aucun intérêt.
                      Alors vous allez me ressortir le couplet sur les marchands de sommeil.
                      Sauf qu’une grande majorité des bailleurs n’est pas constituée de marchands de sommeil.

                      D’ailleurs l’existence même de ces dispositfs le démontre !!!
                      Pourquoi devoir inciter fiscalement des gens à investir, si l’investissement est déjà rentable ?


                    • foufouille foufouille 11 octobre 2012 12:45

                      Sauf qu’une grande majorité des bailleurs n’est pas constituée de marchands de sommeil.

                      mais si, hlm compris
                      quand c’est plus louable, tu revends
                      le hlm explose et on en reconstruit un au autre
                       


                    • PapaDop PapaDop 10 octobre 2012 18:59

                      L’auteur ,merci pour vos recherches ,c’est un beau lièvre que vous avez soulevé ,avec cette nouvelle lampée de branquignoles ,je crois que l’on peut dire que la chasse est ouverte ...


                      • Jimmy 10 octobre 2012 20:15

                        si nous acceptons de faire des économies pour rembourser la dette de la France cela veut dire que nous considérons cette dette comme légitime
                        elle ne l’est pas
                        au contraire creusons la encore, dépensons à tout va, cela précipitera la fin du système et nous pourrons enfin repartir à zéro

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès