Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’Etat surendetté va emprunter et fait de la pédagogie ... aux (...)

L’Etat surendetté va emprunter et fait de la pédagogie ... aux particuliers endettés !

Ainsi, le gouvernement, à l’initiative du Président de la République va lancer début 2010 un emprunt national dont personne ne connaît le montant ni les modalités, ni d’ailleurs le taux de rémunération.

Mais François Fillon nous explique qu’ : "Il permettra de "dessiner la France de l’après-crise" avec "de grands projets d’avenir", a-t-il affirmé, en soulignant qu’il ne s’agissait pas "d’un deuxième plan de relance"

Clairement : Le gouvernement nous présente un nouvel exercice rhétorique destiné à masquer "la misère" du même tonneau que la "croissance négative" de Christine Lagarde ...

Philippe Seguin au nom de la Cour des Comptes, n’y va pas par 4 chemins. Il : " a averti qu’"à répéter que les caisses sont vides, il ne faudrait pas accréditer l’idée, paradoxale, qu’elles sont inépuisables"

En soit, emprunter n’est pas une mauvaise chose, sauf si l’emprunteur est déjà lourdement endetté et même surendetté ...

Définition du surendettement trouvée sur le site de la DCCCRF

La distinction entre endettement et surendettement est importante. Avant le surendettement, il y a presque toujours un endettement mal contrôlé. Des solutions existent pour enrayer la détérioration d’une situation financière, dès la survenue des difficultés de remboursement et avant même les premiers impayés.

Solutions que le Président semble ignorer puisqu’il va utiliser la vieille méthode des surendettés : A savoir, trouver de l’argent frais pour continuer à garder le même train de vie.

Va-t-on s’acheminer vers un refinancement de la dette au travers de l’emprunt comme l’ont fait récemment deux grandes entreprises françaises ?

Lafarge et Saint Gobain, tous deux spécialisés dans les matériaux de construction, ont chacun annoncé un refinancement de leur dette lundi 15 juin. Le premier a lancé une nouvelle émission obligataire de 750 millions d’euros, venant compléter celle d’un milliard d’euros du 18 mai et l’augmentation de capital en février. La dette nette consolidée du groupe était évaluée à 17,68 milliards d’euros à la fin du premier trimestre 2009. Le groupe a aussi mis en place un programme de désinvestissements d’un milliard d’euros pour l’année 2009 et a ainsi déjà cédé 230 millions d’euros d’actifs.

Le second a trouvé une autre solution pour refinancer sa dette et table sur un crédit renouvelable (revolving) obtenu auprès de 24 banques pour un montant de 2,5 milliards d’euros. De quoi refinancer « l’intégralité de sa dette long terme venant à échéance d’ici à fin 2010 », estimée à 11,7 milliards d’euros à la fin de l’année 2008. Le groupe avait réalisé une augmentation de capital de 1,5 milliard d’euros et deux émissions obligataires de 1,75 milliard d’euros au total - Source Usine Nouvelle

En tous cas, au gouvernement on compte bien "ratisser" l’épargne des français au nom de la confiance que ceux-ci accorderaient à l’équipe qui dirige la France : "La France a la chance d’avoir une épargne privée très importante. Les Etats-Unis et l’Angleterre sont beaucoup plus endettés que la France mais en plus, les ménages sont également endettés" confie Patrick Devedjian

Problème : Cette épargne, réalisée par les français, ne peut être "réquisitionnée" comme l’aimerait Messieurs Devedjian et Fillon !

Afin de convaincre les français de la future "bonne utilisation" de leur épargne ainsi recyclée, François Fillon nous fait, sur le sujet, un discours de vendeur de voitures "d’occasions maquillées" : "Samedi le Premier ministre avait réaffirmé devant les cadres de l’UMP que jamais ils (le gouvernement) n’accepteraient que "l’on finance des dépenses courantes, des dépenses de fonctionnement avec un emprunt qui consiste au contraire à associer les Français à l’effort de relance de l’économie". Et à "ceux qui pensent que l’emprunt pourrait être une solution de facilité pour résoudre tous les problèmes", notamment dus aux "déficits qui pèsent sur les comptes", François Fillon leur avait indiqué qu’ils se trompaient"

Lorsqu’on connaît la parole des politiques concernant l’affectation de fonds vers des destinations non prévues ou la modification des durées initiales que la situation impose : Montant de la vignette automobile affectée aux personnes âgées, Abandon de l’abondement du fonds de réserve des retraites, la CRDS créée par Alain Juppé pour une durée de 13 ans et qui devait disparaître le 31 janvier 2008 mais qui a été prolongé par Lionel Jospin jusqu’au 31 janvier 2014 puis abrogée et prolongée jusqu’à extinction de la dette par Philippe Douste Blazy, on devient ... méfiant ...

A tel point que, si les français ont constitué une épargne importante, ils n’ont que très peu confiance dans la capacité de nos dirigeants d’en faire bon usage, puisqu’ils sont, selon un sondage (Ifop pour le Journal du Dimanche et M6) : 82% à refuser de souscrire à l’emprunt, contre 17% qui y seraient plutôt ou tout à fait favorables

Interrogé sur le grand emprunt national annoncé par Nicolas Sarkozy, le ministre de la Relance Patrick Devedjian a estimé, dimanche 28 juin sur Radio-J, que : si 17% des Français souscrivent à cet emprunt d’Etat, alors son succès est "assuré". Ne voulant pas s’avancer sur un éventuel montant, il a toutefois estimé que 100 milliards d’euros, un chiffre évoqué dans la presse, serait un montant "trop important" pour cet emprunt. "C’est beaucoup", a-t-il dit.

Soit, mais si 17% suffisent à combler de bonheur nos éminences :

- Nul à ce jour ne sait, qui seront les établissements financiers qui vont accepter de souscrire aux 83% restants ?

- Ni quelles seront leur exigences ?

Pour l’instant, A l’Elysée, Matignon et aux finances : Silence radio !!!!

Néanmoins, concernant "les inquiétudes qui s’expriment dans la majorité sur la dérive des comptes publics", Patrick Devedjian tient à ajouter avec sa "candeur" habituelle : "... / ... que l’emprunt permettrait de "faire face aux dépenses exceptionnelles", de réaliser "des gains de productivité". "Nos emprunts, on les remboursera par un surcroît de croissance et pas par une économie de bout de chandelle", a-t-il affirmé. Le ministre de la Relance a espéré la sortie de crise pour le deuxième semestre 2010, évoquant "beaucoup de petits signes positifs"- Nouvel Obs

Positifs ? L’économiste en chef du FMI, Olivier Blanchard semble moins catégorique que Patrick Devedjian sur la sortie de crise : Historiquement, les grandes crises financières entraînent à la fois une perte de production, qui n’est jamais totalement rattrapée, et un ralentissement de la croissance par rapport à la période précédant la crise. Ce qui est sûr, c’est que la sortie de crise devra s’accompagner d’ajustements structurels.

Compte tenu des très nombreuses fermetures d’entreprises et de la désindustrialisation du pays, on voit mal comment le gouvernement va, même avec un emprunt, remettre en route ce qui n’existe plus ... Par contre, on a une petite idée sur ceux qui seront les "ajustements structurels"

En gros, l’Etat va essayer d’emprunter leur épargne aux français pour se comporter comme un joueur de poker qui n’a, au mieux qu’une paire de 8 et s’apprête à "faire tapis" !!

Car lorsqu’on connaît "l’originalité" de la destination de cette épargne, on a de quoi sourire jaune.

Dans la perspective du séminaire gouvernemental réuni ce dimanche à Matignon pour fixer les priorités financées par l’emprunt, Patrick Devedjian a évoqué les investissements dans l’économie verte (isolation des bâtiments, voitures électriques), les biotechnologies, le câblage à très haut débit, le financement des lignes TGV, la filière bois ou encore ... le Grand Paris.

Ce qui signifie des créations d’emplois à long (voire très long) terme et surtout ciblées sur des secteurs où les Bouygues (Grand Paris et isolation) ou Bolloré (Bluecar) sont en pôle position. Un hasard certainement ...

Entre temps, l’Etat "modeste" va sabrer dans TOUTE sa fonction publique (sauf celle qui travaille à l’Elysée et Matigon) en essayer de stimuler la création d’emplois, soit temporaires, soit de haute technologie, mais peu demandeurs en main d’oeuvre.

Mais l’Etat le jure la main sur le coeur : Les "emplois verts" sont la panacée contre la crise de l’emploi !!!

A tel point qu’on se demande si l’expression, si jolie à l’oreille, est bien comprise par nos dirigeants de tous poils ?

Or, ces emplois verts, comme le fait remarquer Terra Eco  : "... / ... désignent aussi bien le chef d’entreprise de tissu écologique que l’agriculteur bio, ou le refondeur d’aluminium des faubourgs du Caire. Des situations très diverses avec des revenus hétérogènes et des niveaux de dangerosité très différents ../ ... "

La réduction des gaz à effet de serre qui seraient selon certaines sources gouvernementales un "formidable gisement d’emplois" (comme les services à la personne qui devaient représenter 500.000 postes nouveaux d’ici à 2008-2009 alors que le nombre en 3 ans atteint 75 000 en "équivalent temps plein" ?)

L’effort pour parvenir à l’objectif européen de réduire de 30% les émissions des gaz à effet de serre en 2020, en cas d’accord international, devrait permettre de créer, en France : 316.000 emplois dans les énergies renouvelables, et : 564.000 autres dans les secteurs d’activités liés à l’efficacité énergétique comme les transports et le bâtiment. Selon le WWF

A comparer avec : "Fin mai 2009, en France métropolitaine, 3.625.600 personnes inscrites à Pôle emploi étaient tenues de faire des actes positifs de recherche d’emploi (3.843.100 y compris Dom), dont 2.543.100 étaient sans emploi (catégorie A) et 1.082.500 exerçaient une activité réduite courte ou longue (catégories B et C)" - Source Yahoo Finances

Définition des catégories par le Pôle Emploi (INSEE)

catégorie A : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi ;
catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ;
catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue (i.e. de plus de 78 heures au cours du mois) ;
catégorie D : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’une maladie…), sans emploi ;
catégorie E : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés).

Très honnêtement, si un particulier surendetté allait voir des amis ou, un ou plusieurs banquiers pour leur emprunter de l’argent frais avec de tels projets, il ne fait nul doute que les réponses seraient dans l’ensemble négatives.

C’est probablement en en partant de ce principe, que Nadine Morano s’est personnellement occupé du surendettement ... des ménages, comme l’expliquait (entre autre) Le Figaro

Nadine Morano veut tendre la main aux familles en difficulté. La secrétaire d’Etat à la Famille a reçu, les représentants des grandes banques, de la Fédération bancaire française ainsi que de l’Union nationale des associations familiales. L’objectif : signer une charte soulignant l’engagement de ces différents acteurs à travailler en faveur d’un meilleur accompagnement des familles dans la gestion de leur budget.

Concrètement, les partenaires de la charte se sont engagés à « promouvoir l’éducation à la gestion du budget familial pour aider les familles à mieux gérer leurs obligations financières au quotidien, à mieux préparer le financement de leurs projets et à prévenir et anticiper leurs difficultés financières et le
surendettement ».

De quelle façon compte-t-on promouvoir cet engagement ?

Cet engagement passera essentiellement par la promotion du site internet Monbudget.famille.gouv.fr , lancé par les pouvoirs publics et destiné à « offrir gratuitement aux familles des outils pratiques et concrets pour y voir clair dans leur budget ».

Rien que ça !!!

Ce site propose une série d’outils afin d’aider les familles à bien gérer leur budget, via plusieurs rubriques thématiques. La rubrique « Je gère mon budget » offre ainsi à l’internaute un simulateur permettant d’équilibrer les recettes et les dépenses du foyer. L’onglet « Je gère mon argent » fournit les clés pour entretenir de bonnes relations avec son établissement bancaire, ainsi que des solutions de crédits pour éviter le surendettement. Des informations sur les démarches à effectuer en cas de chômage ou encore de déménagement sont également disponibles avec la rubrique « Je gère mes changements de vie ». Les deux autres rubriques se composent de conseils pratiques, avec « Trucs et astuces » et « J’apporte ma contribution », un blog destiné aux usagers du site pour donner leurs avis et conseils sur les sujets abordés.

Interrogée sur la portée de ce nouveau projet social, Mme Morano a tenu à rappeler qu’ « on estime à plus de cinq millions le nombre de foyers surendettés en France et qui dit difficultés financières peut aussi dire perturbations graves dans la vie des familles » et que, le site internet monbudget.famille.gouv.fr , répond aux demandes « de nombreuses familles » de disposer d’ "outils pour mieux les aider à refaire surface" ... / ... Source Débat Actualité française

Espérons que ces familles aient profité de leur période d’endettement pour s’acheter un ordinateur et une connexion à l’Internet !!!!

On reste au choix : Dubitatif, amusé ou enervé par cette seule réponse proposée aux familles en difficultés économiques ! Débat Actualité Française pose d’ailleurs la question à ses lecteurs : "Est-elle la juste réponse d’un fort besoin d’assistance relatives aux informations claires et complètes qui se serait fait ressentir dans les ménages français ?"

Le Président et le gouvernement qui n’ont pas besoin de se rendre sur le Net pour apprendre à gérer nos finances, ont trouvé dans le lancement de ce nouveau service, l’occasion de de se foutre , une fois de plus, de la gueule des français mais cette fois-ci, à : "Très haut débit" ...

Mais puisque 17% de souscripteurs suffiront, semble-t-il, à faire péter les bouchons de champagne à l’Elysée, à Matignon, dans les ministères et chez les titulaires du bouclier fiscal, "tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes" !!!

Crédit illustration
Monbudget.famille.gouv.fr

Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 30 juin 2009 12:17

    La question de fond, c’est pourquoi emprunter aux particuliers plutôt que sur les marchés, alors que cela revient d’habitude plus cher ? Ce simple fait devrait être considéré comme alarmant pour beaucoup de raisons.

    Quel sera l’usage de l’argent ? Un principe de base de compta nat, c’est de ne pas affecter les recettes aux dépenses. L’état taxe et emprunte quand il a besoin de sous. Il dépense ce qu’il a envie de dépenser. Ce sont deux sujets distincts.

    L’endettement de l’état est français est excessif ? Il ne l’état pas tant que ça il y a 7 ans. Mais force est de constater que 7 ans de gestion par l’UMP ont produit un résultat inquiétant. Globalement, la droite, c’est un discours de rigueur, et une pratique de gabegie et de petits cadeaux aux copains. Le plus embêtant dans le gouvernement actuel, ce n’est pas le niveau de la dette mais celui de la corruption.

    L’article n’apporte pas beaucoup d’info nouvelle sur tous ces sujets, mais il a raison de signaler que les plans de relance seront de bonnes occasions de magouille. Dans les bulles, le contribuable se fait avoir à la montée et à la descente. A la descente, dans l’urgence et la panique, on fait tout passer.


    • Alpo47 Alpo47 30 juin 2009 12:59

      On va encore dire que je fais du « mauvais esprit », mais si ces 17 % de Français sont les plus fortunés, l’emprunt sera largement souscrit. Et je pense que c’est ce qui va arriver.
      Parce qu’un emprunt, garanti par l’Etat, certainement doté d’un bon taux de rémunération, fera la joie et enrichira ... tous ceux qui on les moyens d’y souscrire très largement.
      Bien, entendu, c’est le contribuable, essentiellement la « classe moyenne » qui, in fine, règlera l’addition. Un nouveau transfert de richesse vers les déjà nantis.

      Il s’agit donc de la continuation de la politique Sarkozienne, « ENRICHISSONS LES RICHES ET APPAUVRISSONS ENCORE LES PAUVRES ».

      Etonnant que ces derniers ne soient pas encore dans la rue !


    • Forest Ent Forest Ent 30 juin 2009 14:40

      @ Actias

      Quote : on ne peut pas correler de maniere significative l’explosion de la dette à l’ump.

      Yes we can. Je l’ai fait, et pas mal d’autres articles sur AV aussi. Coeff >0,7. Après, on peut toujours interpréter une corrélation en termes de causalité, mais c’est un autre débat.

      Sur le fond, je pense qu’il y a causalité, sans pouvoir nécessairement le démontrer. Les gouvernements mènent habituellement des politiques correspondant au strict contraire du mandat qu’ils ont reçu. C’était vrai aussi du PS.

      Ce serait intéressant de caractériser les grands objectifs que les gouvernements se sont donnés, ce qu’ils en ont fait, et corréler. Je parie sur une valeur entre -0,9 et -0,7.


    • Serge Serge 30 juin 2009 12:18

      à l’auteur...
      Félicitations pour votre article très bien documenté et dont l’ analyse sur les conséquences de la politique socio-économique de Sarkozy pour la France d’en bas sont pertinentes.
      Pour compléter ( car en tout domaine il y a un gouffre entre les sirènes gouvernementales et la réalité !!! ) je citerai un article paru dans « Capital » de J.Gadrey ( économiste membre de la commission Stiglitz,chargée par Sarkozy d’élaborer de nouveaux indicateurs économiques ) ...

      « Entré en vigueur début juin,le R.S.A. affiche un double objectif très ambitieux.Inciter les milliers de bénéficiaires de minima sociaux ( principalement le R.M.I. et l’allocation de parent isolé ) à reprendre un emploi.Et permettre à 700 000 personnes de passer au dessus du seuil de pauvreté( 880 euros mensuels) d’ici 2012.Malheureusement,IL EST PROBABLE QUE CE DISPOSITIF ECHOUERA SUR CES DEUX POINTS.

      Pour commencer,le R.S.A. est loin d’être aussi incitatif que ce que prétend le gouvernement.Tel qu’il est conçu,il permettra aux Rmistes reprenant un travail de toucher un complément de revenu durable de 349 euros en moyenne pour un 1/4 temps,de 249 euros pour un mi-temps et de 50 euros pour un plein temps.Une récompense financière en réalité à peine plus élevée que celle du système précédent...Du coup l’effet incitatif du R.S.A. sera anecdotique.Pour preuve,dans les 34 départements où il est testé depuis plus d’un an,le taux de retour sur le marché du travail ets de 3,38%,pratiquement le même que dans le reste de la France ( 3,1% ).

      Mais il y a pire ;tel qu’il fonctionnera le R.S.A. va à COUP SÛR INCITER LES ENTREPRISES A DEVELOPPER L’EMPLOI PRECAIRE,EN PARTICULIER DANS LE SECTEUR DES SERVICES A LA PERSONNE...Encore une fois,il suffit de regarder ce qui se passe dans les départements où les Rmistes touchent déjà le R.S.A. pour s’en rendre compte:seuls 31% y ont retrouvé un emploi payé plus de 1 000 euros par mois, CONTRE 40% AILLEURS !UN COMBLE !!! »

      Or tous les médias aux ordres et à pensée unique n’ont de cesse de vanter ce dispositif...sans regarder la réalité du terrain !!!


      • LE CHAT LE CHAT 30 juin 2009 12:24

        ça va être dur , les économies des français sont plutôt comme ça !


        • ZEN ZEN 30 juin 2009 13:23

          Pour faire écho à Forest
          Frémeaux l’a dit clairement hier :
          «  »Au lieu de demander aux plus riches de participer par l’impôt à la réduction des déficits, au nom de la solidarité nationale, Sarkozy recourt à l’emprunt. Il offre une rente à ces mêmes nantis, ceux qui peuvent encore épargner par ces temps de crise, rente qui leur sera payée par l’ensemble des Français !" (P.Fremeaux)


          • Le péripate Le péripate 30 juin 2009 14:50

            J’ai l’impression que l’auteur a quelques difficultés avec les chiffres. Ce sont donc 17% des français qui souscriraient l’emprunt. Comment passe-t-on de ce pourcentage d’emprunteurs à 83% de la somme qui resterait à réunir !? Additionne-t-on torchons et serviettes ? Mystère..... Une bonne indication sur la validité des chiffres qui sont brandis par nos prophètes de malheur. Passons.

            Mais le plus drôle n’est pas dans l’illétrisme mathématique de l’auteur (et de ses lecteurs qui ne remarquent rien smiley ). Il est dans la reprise mot pour mot de la critique libérale du fonctionnement de l’Etat. Hollande s’est dépassé dans cette exercice, exercice périlleux car les clercs socialistes n’ont de cesse de clamer que l’état ne se comporte pas comme un ménage, ou une entreprise. Accordez vos violons !
            Le souci de cohérence est bien le cadet des soucis de ceux qui font profession d’obtenir le pouvoir pour eux. L’essentiel, c’est de gueuler.


            • Le péripate Le péripate 30 juin 2009 15:01

              Comme preuve de ce que j’avance concernant l’analyse orthodoxe socialiste de la comparaison état ménage, voici le point de vue de l’expert fameux d’Avox sur la questionsmiley


            • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 30 juin 2009 15:20

              Peripate

              Ne perdez pas de temps, vous pouvez allez directement sur mon nouveau papier http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/avenir-des-retraites-en-france-les-58316 pour les nimber de vos commentaires « vibrants d’incompétence »

              Je serais désolé que quelqu’un vous brule la priorité !!!


            • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 30 juin 2009 15:13

              Peripate (mon troll préféré du moment !)

              LISEZ les textes . selon un sondage (Ifop pour le Journal du Dimanche et M6) : 82% à refuser de souscrire à l’emprunt, contre 17% qui y seraient plutôt ou tout à fait favorables

              Je ne suis pas « Ifop pour le Journal du Dimanche et M6 » Si vous niez les chiffres adressez-vous directement à eux !!!

              Quant à mon « illétrisme mathématique » (d’ailleurs, on écrit : illettrisme sans accent), il me semble anecdotique à côté de vos commentaires « vibrants d’incompétence » comme le disait le regretté DESPROGES ...


              • Le péripate Le péripate 30 juin 2009 15:34

                D’accord sur le é. Mais vous n’avez toujours pas compris. Vous écrivez (c’est bien vous, n’est-ce pas ?), je cite, « Nul à ce jour ne sait, qui seront les établissements financiers qui vont accepter de souscrire aux 83% restants ? » Ici, il s’agit clairement d’une somme d’argent, pourcentage pourtant obtenu par soustraction du pourcentage des 17% de personnes qui emprunteraient du total des français (100%). Donc, expliquez moi comment une soustraction qui porte sur des personnes donne une somme ? Je répète donc : illettré.

                Sinon, ça fait quoi de parler comme un libéral ? smiley

                Surtout, ne vous excusez pas de commettre de grossières erreurs, l’avant-garde éclairée se doit d’avoir toujours raison, sinon, ou va-t-on ?


              • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 30 juin 2009 15:49

                Peripate

                Un petit mot de « Péripate » sur le site Web pour les surendettés qui n’ont pas de PC connecté au Net ? Nul doute que le commentaire sera à la hauteur. Les internautes n’ont pas l’occasion de rire tous les jours ....

                Message personnel : Au passage, lorsqu’on accuse quelqu’un d’illettrisme, on soigne son lettrisme ...


              • Le péripate Le péripate 30 juin 2009 16:23

                En l’occurrence, il s’agit d’illettrisme mathématique. Alors, un mot d’excuse pour les grosses conneries par vous écrites ? Oui ? Non ?
                Je sais, ce n’est pas facile de reconnaitre être un nul en math. smiley


              • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 30 juin 2009 16:49

                Peripate

                L’illettrisme « mathématique » n’existe pas dans le vocabulaire français ! Dommage, pour une fois que vous essayiez de nous montrer vos capacités en termes de néologisme ....

                Allez, vous aurez d’autres chances de polluer d’autres de mes articles. Au fait, vous m’avez déçu. Vous n’êtes qu’en troisième position sur mon dernier article sur les retraites.

                Un petit peu d’arthrose ?


              • Le péripate Le péripate 30 juin 2009 17:08

                Je suis surement plus jeune que toi. Toujours aucune excuse ? Tu n’as rien dans le ventre, dégonflé. On reconnait quand on écrit des conneries, ça arrive à tout le monde, mais pas à l’avant-garde éclairée du prolétariat. Minable.


              • ZEN ZEN 30 juin 2009 17:14

                Péripate a vraiment besoin de vacances
                Il faut vous ménager , mon vieux !
                L’eau est bonne à Soulac ou à Lacanau..


              • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 30 juin 2009 17:15

                Peripate

                Minable, c’est justement ... le mot que je cherchais pour qualifier vos commentaires.

                Merci de votre participation ....


              • Le péripate Le péripate 30 juin 2009 17:25

                Mais je suis en vacances, Zen ! C’est pour ça que j’ai un peu de temps à consacrer à botter le cul de quelques prophètes de malheur et menteurs professionnels. smiley


              • Le péripate Le péripate 30 juin 2009 17:26

                Au fait, juste pour vérifier, Benard. 2+2 = ? smiley


              • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 30 juin 2009 17:43

                Oh ! je suis désolé d’apprendre que vous l’ignorez !


              • ASINUS 30 juin 2009 20:21

                bonsoir peripate , moi je suis nul en math mais j ai comme l impréssion que l argent qui
                manque c est celui generé par le bouclier fiscal « pas seulement mais pour part importante » j ai comme l impréssion que cet argent que l on as restitué aux plus nantis
                vas leur servir a souscrire cet emprunt dont moi le miserable vermissau je vais payer les interets si en evitant de me tataner le posterieur vous aviez l urbanité de m expliquer en
                quoi ce comportement de liberal moralement liberé differe d un comportement mafieu et clanique je vous en saurais gré


              • Le péripate Le péripate 30 juin 2009 23:52

                Très subtile remarque. smiley


              • ASINUS 1er juillet 2009 07:48

                bonjour mcm d accord , justement je me plains d avoir le parrain le plus prevaricateur qui me laisse une portion de plus en plus congrue pour pouvoir servir ses affidés, de la à penser a me debarasser du parrain actuel pour un moins gourmant ...
                nul en math et en psycho par contre je suis bon tireur et assez habile aux « pieges a cons » pensez vous que je doive faire une corrélation entre mes talents et ceux qui me vouent a la terreur économique ?


              • Blé 30 juin 2009 16:16

                Quand on voit les sommes d’argent engrangées par les sociétés qui ont été privatisées(elf, autoroutes,) l’état s’appauvrit volontairement. Faire un emprunt c’est effectivement garantir une rente pour ceux à qui l’état rend de l’argent pour trop perçu(bouclier fiscal).
                Il faut croire que cette crise est du pain bénit pour les protégés du Petit.
                C’est tout simplement honteux que des politiques puissent agir comme des mafieux au vu et su de tous. On ne peut pas appeler cet emprunt autrement que du « rakette ».


                • Serge Serge 30 juin 2009 17:11

                  Votre constat et votre colère sont justes...
                  Des millions d’êtres humains « découvrent » depuis quelques mois les fondements du capitalisme qualifiés ainsi par J.Stiglitz,prix Nobel d’économie,ancien conseillé de Clinton...qui a donc « vécu » le système de l’intérieur...

                  « Il est clair que LE VOL DISSIMULE EST UNE COMPOSANTE DU CAPITALISME DEPUIS LONGTEMPS. »


                • Serge Serge 30 juin 2009 17:22

                  Face au rouleau compresseur médiatico-politique sur le refrain du « çà va mieux » il y a la réalité...mur incontournable !
                  Ainsi,ce jour,PRISME ( patronat de l’intérim ) publie ses chiffres...

                  Pour les six premiers mois de 2009 les effectifs intérimaires ont chuté de...35,5% soit l’équivalent de 220 000 EMPLOIS TEMPS PLEINS !!!

                  Et F.Roux,délégué général de PRISME,tient à préciser :
                   « Nous ne sommes pas certains d’avoir ATTEINT LE POINT BAS. »

                  La réalité se passe de commentaires !!!


                  • ranik 30 juin 2009 23:46

                    Les banques et l’état font du madoff ponzi à plein tube,et personne ne va les condamner à 150 ans de prison...


                    • Rough 1er juillet 2009 00:58

                      @l’auteur...
                      vous êtes bien nul en calcul comme le dit Péripate...même s’il a oublié un accent....
                      17% des français peuvent, s’ils le veulent, souscrire 100% de l’emprunt...tout comme 83% des français n’y parviendraient pas s’ils n’en avaient pas les moyens.....
                      Rappelez-vous les cours de CP...pas d’addition de choux et de carottes...pas de soustraction non plus....
                      Que vous soyez chômeur avec une telle incompétence en arithmétique est un juste retour des choses !!


                      • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 1er juillet 2009 09:00

                        Si vous vouliez montrer ce qu’est un commentaire imbécile, c’est réussi. Comme je l’ai dit à Péripate, prenez-vous en à Ifop et M6 quant à votre allusion sur mon chômage, elle relève du CP que vous évoquez ....


                      • Arno_ Arno_ 1er juillet 2009 10:45

                        @l’auteur

                        Je ne comprends pas très bien votre entêtement concernant les chiffres évoqués par Le Peripate et par Rough :

                        Ils sont manifestement idiots, vous même le reconnaissez lorsque votre seule réponse est de dire « prenez-vous en a Ifop et M6 ». Mais alors, pourquoi diable citer dans votre article de pareils anneries ?

                        C’est un peu facile de copier-coller les conneries d’une autre source pour argumenter dans un article pour ensuite s’en defendre en disant « c’est pas moi c’est eux »

                        Soit vous reconnaissez - a priori - que ces chiffres ne veulent rien dire et vous ne vous en servez pas, soit vous reconnaissez - a posteriori - votre erreur...


                      • paul 1er juillet 2009 07:43

                        La technique financière est un sujet de spécialistes, et encore, ils se contredisent entre eux .
                        Si les français sont très sceptiques sur cet emprunt, c’est parce que sarko n’a pas donné la
                        destination de cet emprunt, sinon remplir les caisses de l’État dont Fillon a déjà dit qu’elles
                        étaient vides : pas rassurant .
                        sarko, depuis l’époque Balladur, a œuvré efficacement pour vider les caisses de l’ État en
                        privatisant à tour de bras .Aujourd’hui, son remède principal à la crise, c’est de vider la fonction
                        publique de tout son personnel, y compris les policiers (bientôt remplacés par des privés) .

                        La question qu’ il faut se poser, au delà du bien fondé de cet emprunt sans savoir à quel taux, pour quelle durée, et dans quel but précis (un détail !), c’est qui va y souscrire ?
                        Et bien, ceux qui ont trop de monnaie, par exemple les bénéficiaires du bouclier fiscal...


                        • Serge Serge 1er juillet 2009 08:26

                          à Paul...
                          « les bénéficiaires du bouclier fiscal... »

                          Excellente remarque ...« Jouer en Bourse » étant très risqué depuis quelques mois Sarkozy s’empresse de voler au secours de ses très,très riches copains pour leur assurer un profit garanti par l’Etat et payé par la France d’en bas.
                          Ce qui confirme cette magouille c’est qu’il a annoncé cet emprunt avant même de définir à quoi cela va servir...du jamais vu...c’est la « rupture » à la sauce sarkozy !!!

                          Et dans la foulée la casse des services publics continuent à grande échelle !!!
                          Bientôt une « police »,des « écoles » etc...financées par les actionnaires du Cac 40 et cotées en bourse pour réaliser de juteux profits !!!


                        • just_a_life just_a_life 1er juillet 2009 09:39

                          Comment faire confiance à cette classe de véreux qui tiennent la france par les c******es ,et qui vont grâce à cet emprunt non voulu par la majorité du peuple renflouer leur comptes ....... et nous comme des cons ,ont payent......pffffffff.

                          http://www.mediapart.fr/journal/france/250609/sarkozy-pere-et-fils-sont-cites-au-detour-d-une-affaire-de-fausses-factures

                          magouilles sur magouilles sans cesse !!!! le peuple est con et croit encore à la mouche bleu qui pète en plein vol.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès