Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’étude INSEE sur les revenus et le patrimoine des ménages (...)

L’étude INSEE sur les revenus et le patrimoine des ménages :

Un premier survol de l'étude de l'INSEE apporte des informations intéressantes. 94% des Français détiennent un patrimoine, les familles monoparentales souffrent plus de pauvreté, le système fiscal n'incite pas à la naissance d'enfants, les enfants d'immigrés ne gagnent pas moins que les Français de souche, voire plus.

L'INSEE vient de publier son étude sur les revenus et le patrimoine des ménages français.

N'ayant pour l'instant reçu que le dossier de presse (comme tous les confrères, d'ailleurs, même ceux qui vous font des pages sur ladite étude...), nous ne sommes pas en mesure de vous faire un compte rendu ni une analyse exhaustifs du sujet.

Néanmoins, à travers le vocabulaire spécifique, voici les principaux points que nous avons retenus :

  1. Le travail ne paie plus. Les Français actifs les moins aisés qui n'ont pas vu baisser leur niveau de vie le doivent aux prestations ou mesures fiscales et les Français actifs plus aisés qui ont vu leurs revenus progresser le doivent à leur patrimoine. En 2008, le niveau de vie médian des personnes vivant dans un ménage en France métropolitaine s’élève à 19 000 € par an, soit 1 580 € par mois selon l’enquête Revenus fiscaux et sociaux (ERFS). Les 10 % des personnes les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 10 520 € annuels et les 10 % les plus aisées disposent d’un niveau de vie supérieur à 35 550 €.
  2. Les écarts augmentent. Depuis 2004, les niveaux de vie des personnes les plus modestes cessent d’augmenter plus rapidement que les niveaux de vie intermédiaires alors que ceux des plus aisées continuent leur progression, si bien que le rapport entre la masse des niveaux de vie détenue par les 20 % les plus aisées et celle détenue par les 20 % les plus modestes augmente de 4 à 4,3.
  3. En revanche, après une période de décrue quasiment continue, l’intensité de la pauvreté s’est accentuée depuis 2002 : le niveau de vie médian des personnes pauvres (773 € par mois en 2008) augmente ainsi moins vite que le seuil de pauvreté. Cette intensification de la pauvreté est à relier au rebond du nombre d’allocataires du RMI observé entre 2001 et 2005.
  4. La "monoparentalité" appauvrit. Le taux de pauvreté des familles monoparentales s’accroît entre 1996 et 2008, particulièrement entre 2004 et 2008, période durant laquelle il gagne 4 points, pour atteindre 30 %.
  5. En 2010, 94 % des ménages vivant en France détiennent un patrimoine privé. Deux ménages sur trois possèdent à la fois des actifs financiers et des biens immobiliers, un tiers ne détient que des produits financiers et 4 % ne disposent que d’un patrimoine immobilier, en sus de leur(s) éventuel(s) compte(s)-chèques. Pour les 6 % des ménages qui ne détiennent ni actifs financiers, ni biens immobiliers, ce sont plus souvent des personnes vivant seules ou élevant seules leur(s) enfant(s), vivant dans de grandes agglomérations et dont les ascendants ne disposent eux même d'aucun patrimoine.
  6. Les variations patrimoniales sont essentiellement dues aux fluctuations de l'immobilier qui demeure l'investissement principal de la majorité des Français. 8% d'entre eux consacrent jusqu'à 44% de leurs revenus à l'effort immobilier.
  7. Nouveauté de la part de l'INSEE : quelques données statistiques ethniques (très timides mais néanmoins intéressantes).
(cliquez pour agrandir)
On y apprend en particulier que le niveau de vie d’un descendant d’un seul parent immigré ou de deux originaire(s) d’un pays européen est en moyenne comparable au niveau de vie d’un Français de parents nés français (-1% d’écart). En revanche, lorsque le ou les parents ont migré d’un pays d’Afrique, l’écart est plus marqué (- 30 %). Si on exception des sans emploi, à caractéristiques identiques des personnes (même configuration familiale, même catégorie socioprofessionnelle de la personne, de son père et de sa mère, ...), les écarts de niveaux de vie entre les descendants d’immigrés et les Français de parents nés français se réduisent, voire s’inversent, selon leur âge et l’origine géographique des parents. Lorsque les descendants d’immigrés africains ont plus de 25 ans, leur niveau de vie se rapproche du niveau de vie des Français de parents nés français. Après 25 ans, le niveau de vie des descendants d’immigrés européens est supérieur à celui de ces derniers. Ces statistiques méritent d'être étudiées de près car elles tordent le cou au discours ambiant sur la discrimination. Les immigrés, quelque soit leur pays d'origine, ne connaissent pas d'écart de revenus dès lors qu'ils s'assimilent et jouent le jeu de la société française.
Enfin, la société française pénalise la naissance d'enfants. Les personnes vivant en couple sans enfant disposent en moyenne du niveau de vie le plus élevé :
25 580 euros annuels en 2008 selon l’enquête Revenus fiscaux et sociaux (ERFS). Pour une année donnée, le niveau de vie est d’autant moins élevé que le nombre d’enfants est important, que le parent vive seul ou en couple. A partir de deux enfants dans le ménage, les niveaux de vie des personnes sont nettement plus bas : 22 370 euros en moyenne pour celles vivant en couple avec deux enfants et 19 620 euros avec trois enfants ou plus. La naissance d’un enfant provoque un « décrochage » du niveau de vie par rapport à leur situation antérieure : les ménages concernés perdent en moyenne de 2 à 11 % de leur niveau de vie entre l’année précédant la naissance et celle lui succédant immédiatement. Cela semble tenir au fait que la naissance s’accompagne d’une diminution de l’activité au sein du ménage : cela engendre une baisse des revenus liés à l’activité qui n’est pas compensée par les impôts et les prestations sociales.
 
article proposé par MaVieMonArgent.info

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Bilou32 Bibi32 30 avril 2011 14:18

    Une petite mise au point pour ceux qui pensent qu’ avoir des enfants « rapporte » et pour ceux qui crient à l’injustice de la discrimination...qui se ferait surtout contre les français de souche !




    • MONOPARENTALITE=PAUVRETE...
      LE GROUPE COMMUNISTE.FRONT DE GAUCHE AU CONSEIL MINICIPAL DE PARIS L’ A COMPRIS....AIDE COMPLEMENTAIRE A L’ ALLOCATION LOGEMENT D’ ENVIRON 200 EUROS EN DESSOUS D UN SALAIRE DE 1800 EUROS....A PARIS.. BRAVO !!!!

      volila le genre de mesures que devrait prendre tous les gouvernements de la droite-langouste a la gauche- caviar....mais ils ont tous des amis et donateurs avocats ou banquiers d’affaires...au lieu d’etre toujours en campagne electorales...et nous vendre des gadgets................ TOUSENSEMBLE


    • patdu49 patdu49 30 avril 2011 20:33

      « le système fiscal n’inciterait pas à faire des enfants »

      ... avec les parts fiscales, pour les + aisés, classes moyennes supérieures, et classes aisées au dessus, là si , ça ne coute pas de fric, ça peut meme en faire gagner de faire des gosses.
      et pour les très très pauvres, les jeunes de moins de 25 ans notamment, issus des milieux les + pauvres, ça sauve carrement parfois , puisqu’on peut passer de ZERO€ par mois de revenus, à un minimum de 700€ 

      « Deux ménages sur trois possèdent à la fois des actifs financiers et des biens immobiliers » là c’est du grand n’importe quoi ...
      ça voudrait dire que la france est au bas mot à 66% de proprios, cette phrase ... ça me parrait être au dessus de la réalité ?

      sinon lire mon article sur le pouvoir d’achat :

      http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/pouvoir-d-achat-baisse-ressentie-92597









      • c.d.g. 30 avril 2011 22:37

        1) meme avec une part supplementaire (il faut deja avoir au moins 3 enfants pour avoir 1 part) un enfant ne rapporte pas d argent. meme dans les classes les plus aisées. Il faut un logement plus grand, payer l ecole (privee si on suit votre tropisme), une grosse voiture. Quand il seront grand, ils voudront faire des etudes et la ca va etre cher : logement, voiture, sejour linguistique ...

        2) proprietaire ne veut pas dire qu ils ont fini de rembourser ! Avec la flambee actuelle de l imorbilier on a des gens qui sont trop pauvres pour etre locataire mais qui peuvent etre proprietaires (endette sur 30 ans mais bon, personne les a force)

        3) si un produit financier est un livret A, c est pas difficle d avoir tout le monde avec des placements financiers


      • fifilafiloche fifilafiloche 2 mai 2011 01:43

        Ces chiffres viennent confirmer ce que je vous disait dans votre dernier article ; votre richesse ne vient pas de votre travail, mais de votre capital, essentiellement grâce à l inflation immobilière que les baby boomers ont acquis à moindre frais au temps de l’inflation. Vous auriez été Allemand, où l’Etat n’a pas organisé la rareté de l’offre en imposant aux promoteurs de travailler en flux tendu, vous pourriez revendiquer une « propriété » légitime de ce capital. Maintenant, soyez citoyen et remerciez l’UMPS pour avoir constamment favorisé votre génération aux dépends des plus jeunes, soyez solidaires et consommez ce capital virtue, de préférence dans le pays qui vous a permis de l’accumuler...


        De toute façon, il est condamné à se déprécier dans les dix années à venir, les bilans des banques étant trop chargés de ces actifs à haut risque.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès