Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’Europe gaspille l’argent du contribuable Breton…

L’Europe gaspille l’argent du contribuable Breton…

Si les Bretons voient de plus en plus fleurir les panneaux « financé par l’Europe » apposés sur des nouvelles écoles, des piscines, ou encore des carrefours, il faut bien rappeler aux Bretons que cette manne financière miraculeuse vient en réalité de leurs impôts. On tente de faire croire aux Bretons et autres peuples européens, que l’Europe serait une institution mythologique, une sorte de corne d’abondance qui distribuerait sans limite des richesses aux travers de subventions et de financement de projet locaux.

L’argent de l’Europe, c’est d’abord l’argent des Bretons !

L'Europe gaspille l'argent du contribuable breton

Les Bretons versent chaque année environ 1,2 milliard d’euros au travers de leurs impôts prélevés par l’état français, et les clichés français sur les subventions européennes accordés aux Bretons sont bien éloignés de la réalité. La Bretagne perçoit de l’Europe moins de 900 millions d’euros, soit une différence négative d’environ 300 millions d’euros annuels que les Bretons offrent à l’Europe.

Cette différence budgétaire, les Bretons ne sont pas les seuls en Europe à la subir, les frais de fonctionnement de l’Europe sont colossaux. Quand l’Union européenne décide de subventionner des éleveurs Bretons, c’est autant d’argent - et même plus - qu’elle prélève aux Bretons, car les procédures administratives d’affectation des fonds sont lourdes et coûteuses.

Un budget qui ne tient pas debout
Saviez-vous que depuis 14 ans la Cour des comptes européennes a refusé de certifier le budget de l’Union européenne. Le rapport final de la cour des comptes européenne a jugé que 92% du budget 2009 présentant un trop haut niveau d’illégalité et d’irrégularités. Ce budget 2009 passera comme tous les ans en force grâce aux députés européens qui ont tout intérêt à ce que l’Europe continue de grossir et dépense encore et toujours plus. Ces mêmes députés qui devraient agir pour défendre les intérêts des contribuables européens et les libertés des peuples d’Europe, mais que les Bretons ne se fassent pas d’illusion, ils n’auront aucun représentant au parlement européen lors des élections de juin 2009, le découpage hexagonal est volontairement ciblé pour noyer les votes des peuples Bretons, Catalans, Alsaciens, Flamands, Basques et Corses au sein de grandes circonscriptions électorales.

Des gaspillages qu’on ne compte plus
Il serait beaucoup trop long de lister les milliards d’euros dilapidés chaque année par les parlementaires européens, mais quelques exemples suffisent à illustrer ces gaspillages.

3,7 milliards d’euros, c’est la somme perçue depuis 1996 par la Turquie sous la forme de crédits de « préadhésion » visant à financer les réformes internes nécessaires à son adhésion au sein de l’Union européenne. Si celle-ci venait à rentrer dans l’Europe elle toucherait annuellement - d’après les études réalisées par la Commission européenne - plus de 30 milliards d’euros.
2,4 milliards d’euros, c’est en 2008 le budget pub de Bruxelles afin de promouvoir l’Union européenne, ce budget dépasse le budget publicitaire mondial de Coca Cola.
15,4 millions d’euro, pour les élections européennes de juin 2009 (voir à ce sujet le communiqué d’Adsav, le Parti du Peuple Breton), c’est le montant prévu par le parlement européen pour l’envoi dans l’espace d’une urne de vote agrémentée du slogan « On peut voter partout ».
1,8 millions d’euros, c’est la somme investie en 2009 par la Commission Européenne pour un matraquage publicitaire visant les irlandais ayant voté massivement contre le traité de Lisbonne. Cette lobotomie publicitaire va se dérouler jusqu’à la date du second référendum irlandais. 

Elections européennes, les bretons des pions ?L’Europe actuelle, un étatisme à la française

L’Union européenne a été construite en partie par des français, et le modèle européen qui en découle est celui d’un super-état à la française, où l’état (l’Union européenne) passe avant le peuple. L’Europe est devenue un mastodonte qui ramasse l’argent dans les poches des contribuables européens grâce aux impôts des états membres, et qui après des procédures administratives aussi lourdes que les procédures française, le reverse aux états membres afin qu’ils le réinvestissent pour des projets décidés par Bruxelles.

Alors que la France ne laisse toujours pas aux Bretons la liberté de gérer eux-mêmes leur argent pour l’éducation, les transports, et autres domaines, c’est aujourd’hui l’Europe à un échelon au-dessus qui vient se mêler en plus de la France des activités que la Bretagne pourrait gérer elle-même dans le cadre d’une émancipation en vue de redevenir une nation souveraine au sein d’une Europe aux Cent Drapeaux.


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • titi 10 avril 2009 12:35

    Votre raisonnement sur la balance fiscale est un raisonnement libéral.
    Votre remarque sur les dépenses de l’EU est un raisonnement poujadiste.
    Je ne pensais pas que les régionnalistes Bretons relevaient de ces obédiences politiques !!
    Il me semblait qu’ils étaient plutot de gauche.

    Comme quoi on est pas toujours bien informé.

    Je pensais également que l’EU etait une institution « libre échangiste, libérale et anti-sociale ». Je vois qu’en fait il s’agit d’une institution dont le modèle est l’Etat francais Jacobin et centralisateur.

    Comme quoi on est vraiment pas bien informé.


    • K K 11 avril 2009 08:21

      il y a aussi des autonomistes breton d’estreme droite. Des ultra conservateurs.


    • Bois-Guisbert 11 avril 2009 10:42

      Il me semblait qu’ils étaient plutot de gauche.

      C’est bien, même si maladroit, de préciser implicitement que la lucidité n’est ordinairement pas de gauche smiley


    • Lediazec Lediazec 10 avril 2009 12:54

      @ titi. Tous les bretons ne sont point logés à la même enseigne...


      • titi 10 avril 2009 14:13

        Je me doute bien... ou du moins je l’espère bien...


      • Breizh Breizh 10 avril 2009 14:12

        Poujadiste ? C’est un qualificatif politique généralement utilisé de manière péjorative pour parler de populisme, or dénoncer le gaspillage des impôts que versent les Bretons c’est du simple bon sens sans flatterie des bas instincts.
        Quand à l’autre aspect du poujadisme corporatiste, le « corporatisme » instauré par certains états autoritaires dans l’entre-deux guerres n’était pas semblable à nos idées. Nous souhaitons une nation organisée suivant un modèle fédéraliste, où les contre-pouvoirs sont réels.

        Le « libéralisme » est un mot mis à toutes les sauces pour mieux asseoir l’étatisme.
        J’appartiens au parti Adsav, le Parti du Peuple Breton, qui encourage l’esprit d’entreprise et l’initiative économique, mais, les lois du marché ne doivent pas être un prétexte à la recherche absolue du profit.
        Le « matériel » et la « richesse » ne sont pas des fins en soi !
        Contrairement au principe libéral qui veut que « la société n’existe pas, seuls les individus existent », nous pensons que la recherche du profit individuel ne doit pas non plus aller contre le bien commun.


        • Zalka Zalka 10 avril 2009 14:30

          Les indépendantistes sont pathétiques. Lorsque vous aurez eu gain de cause, vous trouverez le moyen de militer pour l’indépendance du finistère vis à vis du morbihan et des côtes d’armor qui symboliseront votre nouvel opresseur.


        • Breizh Breizh 10 avril 2009 14:38

          Tout peuple a droit à son indépendance. Pourquoi vouloir être dirigé par les autres quand on peut l’être par soi-même ?
          Par ailleurs, la présence française est néfaste en Bretagne.
          Les droits fondamentaux des Bretons sont confisqués, la Bretagne est une colonie de seconde zone qui en plus d’être détruite culturellement et spoliée de ses richesses se voit aujourd’hui entrainée par la France dans son suicide.

          Depuis l’an 845, la Bretagne existe dans ses frontières actuelles et forme par le fait un ensemble cohérent tant au niveau culturel que politique. Sa taille et sa population la place au rang des petites nations atteignant la « taille critique » suffisante pour vivre au mieux économiquement tout en permettant une expression pleine et rapprochée de la démocratie. Comparativement, le finistère (qui n’existe -comme tous les départements- que depuis 1790) ne disposerait pas des moyens suffisants pour s’autosuffire économiquement et souffrirait d’une image floue autant au plan international qu’au niveau de la population. Rappelons que, selon le dernier sondage du Télégramme-Presse-Océan (17/09/2000), seulement 1% des bretons se reconnaissaient dans leur département respectif (!)...


        • titi 10 avril 2009 15:06

          Si je vous dis que je paie des impots sur le revenu, sur le foncier, sur les ordures et que je ne recois rien de l’état : rien de la CAAF (revenus trop élevé) , rien de la sécu (j’ai la chance d’être en bonne santé), rien de l’Educ Nat (pas d’enfant).
          Ma balance fiscal est donc largement négative et je réclame moins d’Etat. Je souhaite géré moi même mon argent : j’épargnerai plus et si j’ai besoin j’utiliserai cette épargne. Et les autes ? Bah qu’ils se débrouillent.
          Je suis quoi ? Je suis un libéral.

          Remplacez « Je » par « Les bretons », « l’Etat » par « l’UE », et « les autres » par « Turquie » et vous obtenez votre propre discours. CQFD.

          La bonne question c’est qu’est ce que le bien commun au XXIème siècle.
          Est ce le bien à l’échelle d’une région (votre discours), de la France (le discours de nos Jacobins) ou du Continent (discours de l’UE).
          Personnellement que mes impots aille à développer les « marches »(je n’ai pas oublié d’accent) de l’UE je pense que c’est la garantie de la paix future.


        • Breizh Breizh 10 avril 2009 16:21

          Le malentendu entre nous (et avec un des autres intervenants) réside dans la conception de la nation.

          Pour vous votre nation est la France, et en ne parlant que des bretons je suis un individualiste, sauf que ma nation c’est la Bretagne, et que je ne parle pas des MES impôts mais des impôts des bretons, donc de mon peuple, qui est un tout composé de riches et de pauvres, de gens en bonne santé et en moins bonne santé.

          Quand je dis que « je pense que la recherche du profit individuel ne doit pas non plus aller contre le bien commun. », j’indique justement que je place la solidarité nationale au dessus de l’individualisme.

          L’individualisme n’est pas conforme à l’esprit de solidarité nationale qui conçoit le travail comme un devoir social et non seulement une source d’enrichissement personnel ou familial.


        • faxtronic faxtronic 10 avril 2009 17:32

          Et moi ma nation c est le Berry. Du foin pour nos vaches, le Berry independant !


        • titi 10 avril 2009 17:41

          Au contraire. C’est exactement ce que je disais.

          La question du « c’est quoi le bien commun », implique de savoir de quelle communauté on parle. Et donc qu’est-ce qui définit une communauté.


        • Breizh Breizh 10 avril 2009 14:14

          Concernant le régionalisme, je suis indépendantiste, et le parti politique auquel j’appartiens l’est également. Je te suggère cet article sorti récemment qui appelle à tourner définitivement la page du régionalisme

          http://blog.adsav.org/174/tournons-definitivement-la-page-du-regionalisme/


          • Zalka Zalka 10 avril 2009 14:24

            Et demain, en exclusivité, l’article « le contribuable corse paie les gaspillages de l’Europe » par Corsica Independenzia fascista.


            • Breizh Breizh 10 avril 2009 14:27

              Et bien s’ils ont les chiffres pour l’étayer en quoi cela dérange de mettre face à la réalité. Je ne suis pas Corse et ne connais rien à l’économie Corse, donc je n’émettrai aucun avis, mais sur la Bretagne les faits sont là.


              • Zalka Zalka 10 avril 2009 14:36

                Les faits sont là ?

                Vous détaillez longuement la liste des « gaspillages », sans d’ailleurs vous souciez le moins du monde des autres contribuables européens (ce qui montre votre pitoyable nombrilisme de chauvin pathétique), mais vous ne faites que donner deux chiffres brut non vérifiables sur ce que donnerait et recevrait la Bretagne.

                J’attend les chiffres globaux sur ce que donne et reçoit chaque région. Par ailleurs, vous devriez étudier le concept de « solidarité nationale » qui explique que la coins un peu plus riches donnent un peu plus et reçoivent un peu moins, de manière à ce que tout le monde puisse se dévellopper.


              • Breizh Breizh 10 avril 2009 14:47

                Je suis Breton, je parle des bretons, les gaspillages concernent tous les européens, et quand je dis « Ces mêmes députés qui devraient agir pour défendre les intérêts des contribuables européens et les libertés des peuples d’Europe » je place également l’absence de conviction des députés européens au niveau de tous les peuples d’Europe qui subissent ces mêmes déboire de l’étatisme à la française de l’Union Européenne.


              • LE CHAT LE CHAT 10 avril 2009 14:48

                @zalka

                c’est vrai ça ! que fait Neuilly sur Seine pour les pauvres bergers du monte Cinto ? rien , à part une loi liberticide sur le port des cagoules , costume traditionnel de là bas !


              • faxtronic faxtronic 10 avril 2009 17:34

                « je suis breton, je parle pour les bretons »

                Aaarf

                http://www.youtube.com/watch?v=enuJMMR8a6E


              • faxtronic faxtronic 10 avril 2009 17:41

                et a tou ceux qui ont oser les mariages non consanguins, et qui de fait ne font plus parti d aucun peuple, tu leur dit quoi.

                Moi j ai deux grand parent corses. Selon ces porcs d independantistes, il faut 3 grand parents corses pour etre corses ( j aime la recursivite de ce discours).

                Alors qu il faudrait donner le pouvoir a des consanguins comme toit et tous les autres.


              • K K 11 avril 2009 08:29

                Faxtronix,
                Moi je n’ai que deux grands parents bretons, et deux Normands... Comment fait on dans ce cas ? Je suis d’accord avec vous, ces raisonnements sont stupides.


              • LE CHAT LE CHAT 10 avril 2009 14:41

                l’Europ godaïe les doupes des contribuabs chtis ! bind ’eud ’voleux !


                • Kalki Kalki 10 avril 2009 16:09

                  Crise 1929-40 : Des économistes ont détruit les Républiques

                  http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=22451


                  Crise 1929-40 : Des économistes ont détruit les Républiques

                  L’histoire contemporaine est sous influence. Quelles sont les causes de la défaite française de 1940 ? Les classes dirigeantes françaises ont-elles planifié dans la décennie 1930, comme leurs homologues belges guidées par la Banque nationale de Belgique, l’occupation prochaine de leur pays par l’Allemagne de Hitler ? À la lumière d’archives françaises et étrangères, pour la plupart jamais encore dépouillées, Annie Lacroix-Riz revient sur les origines de Vichy.

                  Présentation :

                  Comment comprendre l’engagement des banquiers et industriels dans la " collaboration économique " avec les Allemands entre la défaite et la libération de Paris sans s’interroger sur la phase précédente ? Annie Lacroix-Riz signe Un essai très engagé, qui bouleverse notre connaissance de cette période de l’histoire de France et au-delà, des relations internationales. Cet ouvrage défend la thèse que les hommes de Vichy ont préparé leur arrivée au pouvoir et que la transformation des institutions, rendue nécessaire par la crise, passait par la défaite française. L’ouvrage montre ainsi, dans une approche nouvelle, que les causes de l’Occupation sont avant tout intérieures. Il aborde la question de la nature des actions menées de 1933 à 1939 en faveur de l’axe Rome-Berlin. Surtout, il met en exergue le caractère déterminant de l’économie dans le fonctionnement de la société française des années 30.


                  • Kalki Kalki 10 avril 2009 16:20

                    Il faut garder en mémoire le crime de haute trahison, contre le peuple, la nation, la démocratie, la république.

                    A votre avis on pourrait mettre qui proposer qui pour Crime de haute trahison ?

                    Les économistes ? Les néocapitalistes ? Le néolibéralisme ? Tous les idéologues ? Tous les politologue ? Tous les gens de pouvoir ?

                    Tous les sarkozistes ? Tatcher ? Berlusconni ? Bush ? Puttin ?

                    Toutes les gauches molles qui ressemblent a des droites ? Toutes les droites qui ressemblent a des extrèmes droites ?


                  • Kalki Kalki 10 avril 2009 17:37

                    « On a donc négocié sur le plan économique et financier d’une part.
                    On a saboté le réarmement, le ministre de la guerre constate que Renaud ne veut pas faire de char (... et puis Schneider non plus et puis les autres, ils ne veulent plus, ça ne les intéresse plus )
                    donc on ne réarme pas, et le livre montre qu’on n’a pas du tout réarmé plus ( ce qui est une légende très largement répandue)
                    La légende c’est qu’on aurait pu gagner, mais on n’a pas eu de chance à cause des 40H par semaine ( et c’est pour ça qu’on ne réarmer pas du tout) et à partir des 48h on aurait réarmé ( c’est entièrement faut , et le livre le montre de manière formelle garantie par la banque de France)

                    La banque de France dit : y a toujours pas d’investissement industriel, il y a que de l’investissement spéculatif. ( excusé moi l’investissement spéculatif ça fait pas frabiquer des cannons, et d’ailleurs ça ne donne pas de travail aux horaires qu’on veut, et ça ne vaut rien dans l’économie REEL)

                    Cela vous rappelle t’il quelque chose ?

                    Donc on ne réarme pas, mais on fait plus que ça, on prépare des plans avec l’étranger (vers l’Allemagne nazie national-socialiste, l’Espagne de franco).
                    Donc on ne réarme jamais ( ou si vous préférez dans notre aire on dirait : on ne fait pas tourner la machine de guerre économique)
                    Ce que l’on fait : Comme on sait que l’Allemagne va faire guerre, on négocie sans arrêt, on se couche.

                    On fait semblant de faire la guerre : on négocie avec l’ennemi au dernier moment pour que l’élite reste roi d’un royaume (cette élite-là aurait pu changer de pays, elle l’a fait, laissé faire, et a favorisé cette invasion).

                    Bien entendu que la similitude avec ce qui se passe aujourd’hui est frappante :Vous dites la bourgeoisie, les élites intellectuelles.
                    Du point de vue des élites c’est la même chose (soumission aux »mondialismes « nouvel ordre mondial ? Pour le bien de tous ? ça, c’est la question à garder en tête)
                    Je dirais que du point de vue des élites intellectuelles : mon sentiment personnel est que la situation est plus grave qu’elle n’était en 1940 .
                    L’histoire contemporaine est sous influence, je considère que l’histoire est en posture de dépendance plus grande qu’en 1940.

                     »PS de kalki au niveau psychologique : il y a un effet qui fait que l’on préféra le « voisin le plus proche » (Hitler, franco, Mussolini) aux voisins éloignés (Staline). Finalement sans aucune considération idéologique ou peut-être un peu ? Le communisme (même celui de Staline) ne permettait pas de controler les peuples comme l’ont fait les totalitarismes en cette période, ce qui e ne doute pas doit intéresser toute élite du monde en tout temps même aujourd’hui !(sociologiquement : fascisme et nazisme c’est de la soumission, bolchévisme, prétendument un peu plus tourné sur le « peuple » par le peuple, c’est l’acceptation sans avoir le choix ce qui revient à la même chose au final, un peu comme dans nos « démocraties » pardon république, oh fait communiste et anarchiste ne font pas bon ménage il faut le rappeler)

                    _ Il faut les empêcher de nuire
                    _ Oui, mais comment ?
                    _ Il faut (re) constituer un mouvement (citoyen, humain) qui soit en mesure de les tenir en respect
                    _ Mais il n’y a personne.
                    _ Si y a des militants, il y a qu’a reconstituer les organisations. De toute manière, ce n’est pas la peine de se mettre la tête sous le sac, si on ne le fait pas ... c’est ça la question !

                    Oui là est la question :
                    L’histoire pourrait avoir les mêmes causes ( l’économie, la soif économie, l’économie de l’ombre, les élites qui ne défendent par leur peuple et qui sont prêt a vendre leurs nations économiques idéologique et culturelle)...
                    L’histoire de l’humanité pourrait être finir pire que le pire des cauchemars : un monde totalement sous contrôle, un monde de pensé unique , un monde ou on ne remet pas en cause le sacro-saint marché ( le marché étant juste une manière de voler , de faire payer, de faire travailler la majorité de la population sans même voir qu’elle paye, car le marché l’économie et ses raisons sont soit bien trop abstraites, soit beaucoup trop idéologiques)

                    Bienvenue dans un monde globalement TOTALITAIRE.

                    La nouvelle guerre ne sera pas contre un autre pays : la guerre sera contre tout ceux qui penseront différemment, contre tous ceux qui verront l’organisation du monde FONDAMENTALEMENT autrement.

                    Apprêtez-vous à vous soumettre OU À FAIRE PARTIE DES ENNEMIES de l’ordre unique.
                    On pourra toujours laisser des apparences de faux rebelle en politique qui n’auront jamais le pouvoir tout ceci donner l’illusion de pluralisme alors qu’il s’agit de penser unique,de politique unique, de société unique ( qui n’appartienne plus aux nations, aux peuples) voila la traitrise des élites, la HAUTE TRAHISON contre le peuple (et pas seulement des intêrets), voilà le CRIME CONTRE L’HUMANITE, PAR LA VOLONTER DE CONTROLER LES PEUPLES QU’ILS SONT sensés SERVIR POUR LE BIEN COMMUN, économique ET SOCIAL/HUMAINS !

                    On pourra laver les cerveaux avec la télévision, et les journalistes ne s’en priveront pas, pourquoi ? parcequ’il n’ont pas la capacité critique, c’est toujours mieux de
                    1. respecter la ligne idétoriale /éditoriale
                    2. Aller dans le sens de tout le monde suivre la meute, il ya plus de chance pour que le papier ou le journal se vende et rapporte.
                    3. Surtout ne pas critiquer trop profondément, des critiques sur la forme c’est tout aussi vendeur (psychologiquement, et puis ça donne une certaine crédibilité au journal d’information) et on ne remet pas en question l’idéologie, le fond de tout le problème.

                    Qui n’est pas capable de critiquer n’est pas un journaliste, n’est pas un philosophe.
                    Qui n’est pas capable de prendre du recul, d’analyser, n’est pas un journaliste, n’est pas une philosophe.

                    Je dirais que c’est plus de la race des chiens des vautours ou des hyènes ( ou un mix).

                    Dans ce spectre : pourquoi Sarkozy se met dans l’OTAN ?


                  • Axel Axel 10 avril 2009 16:47

                    @ l’auteur
                    Vous êtes français avant d’être breton ou breton avant d’être français ?

                    Par ailleurs, quelle place donnez-vous au métissage ethnique dans votre nationalisme décérébré (par exemple un enfant né d’une mère bretonne et d’un père alsacien) ?


                    • Axel Axel 10 avril 2009 16:56

                      « En 2008, sur son site internet Adsav revendique, plus de 750 adhérents. » Nous pouvons donc affirmer que les membres de l’Adsav ne sont qu’une minorité de crétins, une goutte d’eau dans la population bretonne.

                      Next.


                      • Axel Axel 10 avril 2009 17:24

                        J’ai le droit de dire : « j’aime pas taggle » ?


                      • Shaytan666 Shaytan666 10 avril 2009 17:23

                        Euh ! Si la Bretagne devient indépendante où la France va t’elle parquer ses SNLE ?


                        • michaeljean 10 avril 2009 18:32

                          Bon c’est vrai que çà fait un peu poujadiste ; Adsav étant un parti d’extrême-droite (pardon de la droite nationale !) ceci explique peut-être cela.
                          D’un autre coté, il y a du vrai dans ce pamphlet contre cette Europe technocratique d’aujourd’hui. En ce qui concerne la Bretagne, on pourrait faire la même comparaison avec ce qu’elle verse à l’état français et ce qu’elle reçoit en retour ; je n’ai plus les chiffres en mémoire mais je me souviens qu’ils étaient assez effarants ; et depuis le temps que la France pompe la Bretagne ! C’est d’autant plus scandaleux quand on voit la différence entre le développement de la Bretagne et celui de la région Ile-De-France, entre les revenus des bretons et ceux des autres ; l’égalité républicaine s’applique différemment selon que l’on est plus ou moins « français » ; mais tous ceux qui ce sont intéressés à ce problème et à la glorieuse histoire de la Bretagne souveraine et indépendante savent que ce n’est pas fait par hasard, bien au contraire. Quand la Bretagne a été annexée par la force à votre hexagone pourri, elle n’a pas seulement perdue son indépendance mais aussi sa richesse ; à l’époque on parlait de la Bretagne comme la perle de l’Europe ! D’où la volonté de ses voisins français de se l’approprier ; « Une Bretagne trop forte risquerait de remettre en cause l’unité de la République » c’est ce genre de rengaine que l’on entend souvent dans la bouche de ceux qui nous dirigent ! La boucle est bouclée !
                          De plus, j’ajouterais que c’est Paris qui s’occupe des subventions européennes données à la Bretagne, sauf que si ces subventions ne sont pas utilisées au bout d’un certain temps et bien elles doivent être rendues ; ce qui est déjà arrivé.


                          • masuyer masuyer 10 avril 2009 20:12

                            Pour info, Adsav est à la Bretagne ce que le FN est à la France. Je reviendrais vous en reparler plus tard.

                            Da Vreizh, paour-kaezh faskour peus ken ’met mont d’o’r un dro deus kostez Skrignag, ’mechañs vo graet da jeu dit. Sac’h kaoc’h, mab deus ar re n’esu gwerzhet ar vretoned d’ar boched.


                            • masuyer masuyer 10 avril 2009 21:42

                              Un peu plus long sur Adsav

                              Je me rappelle d’une affiche d’Adsav, représentant le minaret d’une mosquée surplombant un village et légendée : « Ca c’est la France, la Bretagne c’est autre chose ». Il se situe dans l’exacte filiation de la Bezen Perrot et des Bagadoù Stourm de sinistre mémoire en Bretagne. Une petite photo des Bagadoù Stourm, pour se faire une idée de l’inspiration des uniformes.

                              Au cas où Breizh voudrait nous faire croire que Adsav c’est différent, je vais conter une petite anecdote. Il y a quelques années, lors de la Nuit de la Gavotte à Poullaouen, une petite bande de militants d’Adsav, bien dégagés derrière les oreilles, était venue. Ils arboraient des T-Shirts Bagadoù Stourm. T-shirt qui rappelaient de bien mauvais souvenirs au participants les plus âgés. Nous avions dus leur demander fermement de quitter les lieux.

                              Certains s’étaient aussi amusés à refaire le portrait d’un de mes amis. A plusieurs, tant ils sont courageux.


                              • sparrow 10 avril 2009 22:12

                                Bravo, le pied là où il fallait le mettre, même si sa sent très mauvais. Il faut être pour l’Europe, mais pas comme elle a été construite, comme un meccano sans mode d’emploi avec des mini-mini dictateurs qui n’ont même pas besoins de faire des revendications pour qu’ont leur accorde des privilèges. Les méchants c’est pas vraiment les députés européens, élus par le peuple, mais c’est surtout une clique de fonctionnaires européens qui sont là presque à vie, indéboutable et qui, eux, dirigent le CHMILBLIK, (pour les plus vieux LE MACHIN, et pour les plus jeunes… ?, je ne sais pas). Des pseudo démocrates qui nous dirigent sans partages, qui gardes sournoisement leur os, pour exemple les commissaires européens ; qui peut les virées à part eux-mêmes.
                                Y a un truc que j’ai adoré en passant en Bretagne c’est les autoroutes gratuites ? Vous faites comment ? Nous en Savoie (Haute et Basse Savoie), on arrête pas de payer. A propos, il fait très beau chez nous et on bronze.

                                 


                                • moebius 10 avril 2009 22:24

                                   autoroute gratuite, beaucoup d’efforts ont été fait pour désenclaver la Bretagne. Elle a su en profiter c’est tant mieux


                                  • sparrow 10 avril 2009 22:32

                                    Alors on fait comment, nous ? on paie pour les autres, c’est facheux. Dites moi si la notion d’entraide nationale, pour les indépendentistes, n’est valable que quant ils en profitent ? il fait toujours beau ici, et en plus on peux faire du ski en tee-shirt. Le seul problème c’est les coups de soleil.


                                  • michaeljean 11 avril 2009 10:11

                                    Encore un qui c’est de quoi il parle ! Je veux pas vous faire de la peine mais à chaque fois que je fais mes allés/retours de Région parisienne en Bretagne je passe par le péage pour payer ! Une fois l’investissement rentabilisé cette autoroute devait être rendue gratuite mais elle ne le sera jamais. De plus la région bretagne et ses contribuables ont payé une bonne partie des frais ; idem pour le TGV avec l’aide de Bruxelles.


                                  • amenis 10 avril 2009 22:25

                                    Mouarf , ça calme ...
                                    Merci masuyer


                                    • manusan 10 avril 2009 23:38

                                      Les alcooliques du Morbihan dépensent l’argent du contribuable des cotes d’Armor.


                                      • MR MERLIN Perpleks 10 avril 2009 23:43

                                        Ne pas oublier que les gaulois et les bretons trouvent leurs racines dans des tribus celtes :
                                        Que ce soit les osismes, les curiosolites, les redones, les namnètes etc......,
                                        a l’exception des vénètes du morbihan.
                                        Pour ce qui est de la Bretagne aujourd’hui, Breizh sait aussi bien que nous qu’elle n’existe que comme entité folklorique,
                                        kenavo


                                        • Bernard 10 avril 2009 23:48

                                          Ciao,
                                          Je suis Italien, du Nord de l’Italie (la Lombardie), mais je me débrouille pas mal en Français (Komz a ra un tammig Brezhoneg ivez ...) donc :
                                          Pour tout dire je trouve que la plupart des jeunes de votre pays sont plutôt prétentieux, tristes et ringards.
                                          C’est d’ailleurs une opinion courante dans toute l’Europe et ailleurs.
                                          La plupart des intervenants que j’ai pu lire ici le confirme.
                                          Tout ce qu’il y a de plus parler creux et politiquement correct.
                                          Votre pays est vraiment déprimant et déclinant, il n’a plus de personnalité et vous y rabâchez toujours les mêmes vieux poncifs affligeants.
                                          Chez moi il y a encore des pays ayant leur personnalité, leur saine fierté, une vie politique qui n’est pas convenu d’avance, et je dois dire qu’un partit politique comme ADSAV ! y aurait toute sa place dans la vie politique (ce sont d’ailleurs les seuls intervenants qui ont dit quelque chose de sensé et de sérieux ici) ; mais je regrette pour la Bretagne qu’elle soit si loin de mon Italie du Nord (la Padanie) et j’imagine le courage qu’il doit falloir à des gens sensés pour survivre au milieu de tant de tristes crétins.
                                          Bennozh Doue da Adsav ! (Mille grazie per Adsav ! ... e che gli altri vadano a cagare ...)
                                          Kenavo. Arrivederci

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès