Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’Europe va à sa perte malgré l’existence de solutions (...)

L’Europe va à sa perte malgré l’existence de solutions monétaires éthiques

 En Espagne, il n’y a pas que la forêt qui brûle puisque les marchés flambent et comme la finance est interconnectée, l’incendie se propage, on ne sait pas où précisément mais ce sera en Italie, ou en France, ou même en Allemagne, pays inébranlable, financièrement sain mais tout de même placé dans le collimateur de Moody qui pourrait enlever à la première économie européenne son triple A. Tout ça à cause d’un autre incendie financier qui a commencé il y a quelques années en Grèce et que les pompiers de l’Europe, réunis en sommets incessants, se sont employé à contenir. Rien de tel que des liquidités pour arroser les banques et les emprunts souverains. La BCE a joué le jeu sans grand enthousiasme. Quelques mille milliards d’euro à 1% ont été proposés aux banques pour un emprunt de trois ans. Ce qui logiquement aurait dû permettre aux états de souffler à court terme. Ce fut en effet le cas. Mais le problème, ce sont les emprunts sur plus de cinq ans et là, Italie et Espagne sont dans une situation délicate. Ces pays sont mis dans une position où les prêts sont conçus de telle manière qu’ils mettent les Etats dans une situation où ils risquent de ne pas pouvoir les rembourser, à moins de faire payer les contribuables. Au final, les populations vont s’appauvrir et ces emprunts à 5%, voire même 7, sont une bombe à retardement. Il se dit qu’en Italie, la rentrée scolaire risque d’être différée faute de moyens financiers, du moins dans certaines régions au bord de la faillite. Et voilà donc l’Europe au bord de la faillite morale ou éthique. L’Europe, ce continent fondé sur les savoirs et l’instruction peine à donner un enseignement à ses enfants.

 En fait, on connaît le problème. C’est la concentration de l’argent. La stratégie visant à renforcer les banques ne sert à rien. Prenons le cas de l’Espagne. Ce ne sont pas les banques qu’il faut renflouer mais les populations afin qu’elle puissent acheter les logements vides à des prix raisonnables et là, les banques s’y retrouveront à la faveur d’un circuit financier vertueux car il sert l’économie réelle, celle qui permet à des millions de gens d’acquérir des biens et de bénéficier de quelques services publics. Les dirigeants européens se plantent complètement. La seule solution pour sauver l’Europe de son effritement durable, c’est de pratiquer la méthode du renflouement des ménages dotés de bas revenus en faisant fonctionner une planche à billet pour générer un impôt négatif de grande envergure. J’en ai déjà parlé mais l’idée est trop audacieuse et peut-être trop généreuses pour les plus démunis. On ne l’a jamais noté, ni déclaré, mais la société actuelle n’a pas pour ressort essentiel la générosité. Et c’est pour cette raison que l’Europe est vouée à sa perte et à accomplir son destin de malédiction qu’elle épouse sans qu’elle l’ait choisi délibérément. Juste un effet systémique de classe. Les plus favorisés captent les revenus et augmentent leur patrimoine.

 C’est assez incroyable car beaucoup d’économistes distingués, notamment à Londres, savent que la politique monétaire actuelle conduit les Etats dans le mur et promet l’Europe à un sous-développement durable. Tout ça parce que la monnaie n’est pas injectée au bon endroit, chez les plus démunis, des gens qui dépenseront le moindre euro car ils ont des tas de besoins à satisfaire et s’il achètent des biens, alors l’économie repart avec une croissance équitable. A l’inverse, si les liquidités sont injectées dans les banques, l’argent ne sait pas où se placer, les riches continuent à épargner, quitte à jouer sur la spéculation, ce trou noir qui détruit la monnaie. Et l’économie réelle s’assèche, pas entièrement car quelques riches sont disposés à faire tourner l’économie, ils achètent des produits LVMH ou des Ferrari.

 La question, c’est quand les dirigeants vont-ils prendre conscience qu’ils se trompent et qu’ils mènent leurs pays à la perte. Le mystery train de la vie en Europe finira par un terminus pour beaucoup. La civilisation occidentale prend une porte de sortie mais on ne sait pas où elle va entrer.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juillet 2012 11:45

     « La seule solution pour sauver l’Europe de son effritement durable, c’est de pratiquer la méthode du renflouement des ménages dotés de bas revenus en faisant fonctionner une planche à billet pour générer un impôt négatif de grande envergure. »


    c’est pas très précis, une autorisation de prélèvement automatique au distributeur pour tous ?
    la BCE financerai le SMIC pour les PME ?
    les pays ou cela fonctionne comme l’allemagne ce qui compte ce sont les inégalités, il y a une proportionnalité entre le capitale et ce que l’on peut en faire dans l’industrie.

    • Cédric Moreau Cédric Moreau 24 juillet 2012 15:31

      Vous voulez du précis ? Voici (avec toutes ses autres appellations) :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Allocation_universelle


    • bigglop bigglop 24 juillet 2012 19:38

      Bonsoir à tous,

      @Bernard Dugué, désolé mais votre article est vraiment attristant.

      Que proposez-vous ?
      1) ne pas sortir du « cadre », rester dans un système d’idéologie néolibérale avec ses dogmes :
      déréglementation des marchés (financiers), autorégulation du système, concurrence libre et non faussée, libre circulation des capitaux, des biens et des personnes, etc...
      L’ordolibéralisme de Merkel prône tout cela à travers des mesures structurelles (austérité) et Hollande n’a rien « renégocié » du tout, sinon un engagement très flou et largement insuffisant d’un budget de 130 mds € pour une relance de la croissance.
      Nous constatons l’efficacité de ces mesures avec la Grèce, le Portugal (en faillite technique), l’Irlande, l’Espagne et l’Italie. Au final les plans de sauvetage ne font que remplacer une dette antérieure par une nouvelle à de nouvelles conditions (durée, taux) et le problème n’est pas réssolu. La restructuration de la dette grecque (Private Sector Involvement) a été un échec, car il a fallu, après, à nouveau recapitaliser les banques grecques toujours en faillite.

      2) Quand vous dites qu’il faudrait que les politiques ouvrent les yeux, vous êtes vous aussi aveugle. Comme disait Coluche : Nos hommes politiques ne sont pas cons, ils savent ce qu’ils font
      Depuis le début de la crise, et même bien avant (déréglementation financière, Acte Unique et banque universelle de Jacques Delors, titrisation des créances de Bérégovoy), ils ont bien pris les décisions correspondant aux demandes des marchés financiers et spéculatifs.
      Tous ces sommets européens et internationaux ne sont que de la poudre aux yeux et depuis combien de temps et combien de fois « on a sauvé l’Euro » alors qu’il s’agit d’une crise systémique du système financier international avec un transfert massif de la dette privée vers celle des Etats tandis que les profits sont privatisés notamment dans les paradis fiscaux.
      Ils parlent de « solidarité européenne » avec un transfert massif de souveraineté budgétaire des états à la Commission Européenne, au début, par le biais du MES et du futur TSCG pour aller vers une Europe Fédérale, mais ancrée dans des valeurs néolibérales, non démocratiques au bénéfice des acteurs financiers.

      Il suffit de relire ces dernières interventions de Mario Draghi sur l’irréversibilité de l’Euro et la mort du système social européen pour ouvrir les yeux.


    • slipenfer 24 juillet 2012 11:58

      Nous avons 10 ans de retard sur les USA
      Détroit, Usa..ville fantôme
      Les villes fantômes et barbares de l’American Dream
      Au pays de la misère médicale la santé aux Etats-Unis (vidéo).

      Donner de l’argent aux pauvres on peu y croire,mais faudra pas trop compter
      la dessus...


      • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juillet 2012 13:48

        Hollywood vous nourri l’âmes.


        @slipenfer combien de temps penses tu mettre pour faire un Samsung DP7000A3B 23" LED Tactile USB 3.0 + Sennheiser RS170 , c’est coréens en plus.


      • bruenor bruenor 24 juillet 2012 13:06

        Tiens , la concentration de la richesse d’un côté et l’accroissement de la misère de l’autre ça me rappelle « la théorie de la paupérisation » d’un certain Karl Marx.


        • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juillet 2012 13:42

          des chats qui chassent mieux que d’autre et des chats malades meurent.

          c’est cruellement naturel.

        • robin 24 juillet 2012 13:18

          Et pendant ce temps 25 500 milliards d’euros se baladent dans les paradis fiscaux qui sont censés en plus exister depuis 2008.....elle est pas belle la vie......lol ?!


          • LeClérocrate 24 juillet 2012 16:32

            « Riche » est un terme qui s’applique à des personnes (du moins dans le sens pécunier du terme). Pourquoi diable voulez vous l’appliquer aux animaux ???


          • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juillet 2012 16:32

            Dans la nature, on ne prend que ce dont on a besoin, et c’est pour cette raison que la notion de riche ou de pauvre n’existe pas chez elle.


            vous confondez peut être la situation générale et la situation d’ensemble. l’Homme est un loup pour l’Homme. Même une louve pense à aller chercher de la nourriture pour se louveteaux.

            « Et quand cette prévarication prend des proportions impensables, cela donne la situation d’aujourd’hui où quelques individus ont tout, et le reste des humains presque rien. »

            Rien n’empêche les plus pauvres d’aller se servir chez le plus riche sinon la peur.


            Ce n’est pas le fait qu’ils aient tout qui pose problème, c’est qu’ils ne réinjectent pas l’argent dans le système, l’argent est bloqué dans leurs mains car il ne savent qu’en faire.

            Le problème c’est que ce n’est pas de l’argent. C’est des biens, des terrains, des usines qu’il ont gagné en utilisant les autres ,leur temps ,leur cerveau et en étant motivé par cela.
            pendant que certain achete des pate toute l’année d’autre se paye des plat préparé des restaurants, on va pas demander à l’etat de leur dire que l’argent accumulé de certain n’etais rien. 

            tu te fait du mal en te demandant si notre société peut faire comme des tribus communautaires, tout le monde ne se connais pas, il y a des étrangés dans notre pays.
            s’il l’ont partagais tous les fonctionnaire vivraient mieux et les pauvres moins bien, c’est simplement se choisir d’autre maître par désarroi.

            je vais lire le texte d’etienne chouard.


          • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juillet 2012 16:58

            Dans certain coin du monde il peuvent donner de l’argents à tous il couperont des arbres, fabriqueront des moteurs, ramasseront des pierres.


            ICI tout est à quelqu’un donc si tu donnes des billets à tous le monde, ça risque de changer les droits de possession qu’on certains sur une foret, un tas de pierre, etc...


          • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juillet 2012 17:32

            les banquiers utilisent le crédit pour facturer la monnaie.


          • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juillet 2012 18:08

            En plus c’est pire.

            les banques prêtent aux individus.
            les individus achètent une maison à des artisans
            les artisans achètent de quoi se nourrir et des produits étrangés (20%).
            la maison a 100000€ en vaut déjà 80000€.
            donc le salaire de 2000€ deviens 1600€
            et l’individus se retrouve à payer 120000€ + les intérêts , la maison à 100000€
            donc faillite.


          • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juillet 2012 18:31

            le grand défaut de la politique du Promoteur immobilier, c’est qu’il faut une demande de logement. expliquer pourquoi la création des maisons s’est faite au bon endroit.

            finis par casser le prix des maisons.

            Pour un crédit d’entreprise, ils ne demandent pas le salaire.

          • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juillet 2012 19:04

            un risque que la mairie et les banquiers travaillent ensemble pour la prospérité de leur commune.


            certain n’hésite pas à casser l’industrie( ex : Rennes) pour faire de l’argent sur la faillitte de Peugeot.


          • Antoine Diederick 24 juillet 2012 16:20

            "Ce ne sont pas les banques qu’il faut renflouer mais les populations afin qu’elle puissent acheter les logements vides à des prix raisonnables et là, les banques s’y retrouveront à la faveur d’un circuit financier vertueux car il sert l’économie réelle, celle qui permet à des millions de gens d’acquérir des biens et de bénéficier de quelques services publics. Les dirigeants européens se plantent complètement. La seule solution pour sauver l’Europe de son effritement durable, c’est de pratiquer la méthode du renflouement des ménages dotés de bas revenus en faisant fonctionner une planche à billet pour générer un impôt négatif de grande envergure. J’en ai déjà parlé mais l’idée est trop audacieuse et peut-être trop généreuses pour les plus démunis. On ne l’a jamais noté, ni déclaré, mais la société actuelle n’a pas pour ressort essentiel la générosité"

            Je vous plusse Bernard, j’y ai pensé il y a quelques jours...vous l’avez mis en forme...

            évidemment c’est très audacieux et pas très orthodoxe....mais tant qu’à faire...


            • Peretz1 Peretz1 24 juillet 2012 18:52

              Exact. La planche à billets, dont les banquiers ont horreur, est la seule solution, à condition de bien savoir la faire marcher. Cela fait des mois que j’y pense. Mais avant que Hollande se décide ...


            • Le péripate Le péripate 24 juillet 2012 16:39

              Le constructiviste divise le monde en deux : les ignorants d’une part, et lui-même d’autre part.

              Et naturellement il ne comprend pas pourquoi ses si bonnes propositions ne reçoivent pas l’accueil unanime qu’elles méritent.

              En l’espèce il y a manifestement un contresens sur le terme éthique.


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 18:55

                au Péripate,

                « Et naturellement il ne comprend pas pourquoi ses si bonnes propositions ne reçoivent pas l’accueil unanime qu’elles méritent. »

                Pas faux....

                Mais pensons autrement. Les objets doivent avoir une utilisation et s’ils sont là autant les utiliser.

                Or, ils sont là.


              • Le péripate Le péripate 24 juillet 2012 18:59

                Je ne suis pas contre, mais de quels objets parlez-vous ? Des billets de Monopoly ? Je n’ai jamais essayé de payer avec... parce que j’ai une petite idée de la manière dont ils seraient reçus.

                Mais j’ai peut-être compris à côté.


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 19:17

                donc vous n’avez pas compris l’article de Bernard....

                il y a des bâtiments vides construits en Espagne et on met des gens à la rue....


              • Le péripate Le péripate 24 juillet 2012 19:23

                Ah, ok. C’est que le terme « objet » est assez flou, non ?

                Si vous voulez. De toutes façons il est connu que si des gens usent de quelque chose dont ils ne sont ni propriétaires, ni responsables, le bien en question dépérit rapidement.

                C’est une manière de détruire comme une autre.


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 19:30

                en terme de destruction de valeur aujourd’hui, que vous faut-il de plus ?


              • Le péripate Le péripate 24 juillet 2012 19:36

                Que voulez-vous dire ? Que je serais pour la destruction de valeur ?

                L’immobilier espagnol est un exemple de malinvestissement. L’école autrichienne d’économie explique ça très bien, renseignez-vous.


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 19:42

                ce n’est pas cela là question, la question est que avec des biens durables même résultats de mauvais investissements, ils seraient inutiles ? Ce serait donner plus d’importance à l’investissement qu’à son résultat, même si dans le chef de l’investisseur il y a eu mauvaise appréciation de retour sur investissement.


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 19:45

                vous qui êtes libéral, ne pourriez-vous pas penser que celui qui a risqué et mal investi jusqu’à perdre une partie de sa mise doit accepter son erreur et qu’à moins de tout perdre, qu’il puisse au moins récupérer quelque chose ?


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 19:48

                Au Péripate , je suis d’accord avec la notion de « mauvais investissement », c’est pas là la question....


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 19:51

                Au Péripate, non, je ne veux pas dire que vous seriez pour la destruction de valeur, mais il faut considérer la destruction de valeur actuelle......et qu’il n’est pas sain de l’accepter sans proposer une contre partie économique à cette destruction.....


              • Le péripate Le péripate 24 juillet 2012 19:54

                Bon.... je ne vois pas vraiment où vous voulez en venir. Voulez-vous que les propriétaires de ces logements inutiles les abandonnent ? Peut-être faudrait-il leur demander leur avis, non ? Et que feriez-vous vous même dans la même situation ?

                Moi je n’en sais rien.


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 20:03

                qu’ils les abandonnent partiellement avec des contreparties....à moduler


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 20:05

                ...et comme cela va pour le moment, ces propriétaires en seraient peut-être heureux ? smiley


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 20:14

                ...et pas que les propriétaires....


              • Le péripate Le péripate 24 juillet 2012 20:15

                Ma foi... vous avez l’air doué pour la négociation. Si votre idée est bonne, personne ne vous empêche de contacter les propriétaires et les « locataires ». N’oubliez pas de demander une petite commission.
                 smiley


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 20:22

                j’aurais voulu vous associer à ce projet, sachant que vous aviez quelques biens et sommes à investir....bref, je recherchais un associé au fait de la réflexion économique.... smiley

                Je vous sens prudent....

                Merci pour cet échange... smiley


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 20:24

                mais, j’ai entendu dire que l’Etat espagnol pourrait se mettre sur les rangs....et donc, nous devrions nous dépêcher à régler cette affaire....


              • Le péripate Le péripate 24 juillet 2012 20:27

                 smiley

                Moi quelques biens.... je crois que vous vous faites une fausse idée.

                Je suis libéral parce que je suis pauvre, ou modeste comme vous voudrez, et que le libéralisme est la meilleure chance de ceux qui ont peu.

                C’est ce que je crois.


              • Leo Le Sage 24 juillet 2012 20:33

                @Par Antoine Diederick (xxx.xxx.xxx.41) 24 juillet 19:17
                Vous dites : « ces propriétaires »
                C’est sérieux votre truc ?
                Le propriétaire en général n’a pas beaucoup de bien.
                Vous voulez spolier le pauvre ère qui s’est fait berner par quelques société immobilière mal embouchée ?

                Vous parlez d’utilisation : Vous ne croyez pas que pour les très riches une maison quelque part à une utilité même une fois pas an ?
                Vous voulez obliger les gens à aller payer un hotel, où ils ne pourront pas faire ce qu’ils veulent ?
                 
                 
                Cordialement

                Leo Le Sage
                (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


              • panpan 24 juillet 2012 22:16

                « éthique » ? C’est quoi « éthique »  ? Ca existe encore ?

                "Lorsque le diable voudra s’emparer de la terre, il n’aura pas de fourche, ni de tenailles, ni de langue de feu... Il ne nous torturera pas. Il baissera juste un tout petit peu notre niveau d’éthique. Et tout le reste suivra.

                C’est fait  !


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 22:42

                a Leo le Sage,

                Je suis sérieux même si j’ai plaisanté avec Le Péripate...

                Je me suis pas renseigné mais je suppose bien que les centaines de logements vides en Espagne ont été construits par des promoteurs qui ne verront pas le taux d’occupation escompté...et donc une perte pour eux , à moins de tout vendre à des vacanciers chinois....

                Or bien de jeunes couples ont emprunté pour se loger et maintenant n’ont plus de job....

                Alors plutôt que de laisser des biens en friche pourquoi essayer d’imaginer un système pour concilier les choses....

                Et donc une injection d’argent sur des biens durables avec des amortissements longs....faut y réfléchir


              • Antoine Diederick 24 juillet 2012 23:02

                a Leo Le Sage, je ne parle pas de celui qui est propriétaire de son logement mais de ceux qui ont monté des projets de constructions inutilisés mais pas inutiles....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès