Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’homme qui valait 47 milliards

L’homme qui valait 47 milliards

Peut-on être trop riche ? Bill Gates Incomes Taxes pourrait être le nom du nouveau logiciel de Microsoft, destiné à calculer sa fortune. Seule nouveauté : c’est le Trésor américain qui l’a mis au point.

"Ma déclaration d’impôts doit être stockée dans un ordinateur spécial, parce que les ordinateurs habituels ne parviennent pas à en gérer les chiffres", a déclaré Bill Gates au cours d’une conférence de presse à Lisbonne. L’homme est aussi connu pour être le créateur de Microsoft que pour être le plus riche du monde. Les services fiscaux des Etats-Unis sont obligés d’héberger les données le concernant sur un ordinateur spécial.

"Je reçois constamment des avis me disant que je n’ai pas payé ceci ou cela, alors qu’en réalité c’est parce que l’ordinateur ne convient pas", a-t-il ajouté sur la chaîne de télévision privée TVI.

Saon patrimoine est estimé à 47 milliards de dollars (39 milliards d’euros), selon la revue Forbes. Time a consacré Gates, sa femme Mélinda et le chanteur Bono, "personnalités de l’année" pour 2005, en se fondant sur leurs activités caritatives pour lutter contre la pauvreté et améliorer la santé dans le monde. La fondation Bill et Melinda Gates, avec un fonds de 29 milliards de dollars, est la plus grande fondation caritative du monde. Elle équivaut par exemple au PNB de la Lybie.

Le risque paie. C’est ainsi dans une économie libérale, qui plus est dans une économie de marché. L’effet "ascenseur" de cette progression hallucinante (moins de 30 ans !) laisse un goût d’injustice, non aux travailleurs occidentaux qui bénéficient déjà de protections sociales conséquentes, plutôt aux travailleurs indiens ou chinois qui ont été brutalement jetés dans cette économie de marché. Combien sont-ils à rêver d’être un nouveau Bill Gates ? Là semble résider la perversion. Comme est malsain cet engouement à faire espérer à des enfants être un jour le nouveau Zizou...

Encore sommes-nous (un peu) rassurés de voir qu’une partie de cette fortune colossale est dirigée vers l’aide caritative. On a même envie d’y croire. Après tout, un type aussi intelligent, qui semble faire preuve de responsabilité et pas seulement d’orgueil, on n’en connaît pas beaucoup chez nous...

L’Etat, les Etats, nos sociétés ont laissé des Bill Gates faire fortune au-delà des échelles rationnelles. Ils ont aussi laissé un milliard de personnes sans eau, sans électricité, mourir de faim, dans les horeurs infinies de la guerre. De là à penser qu’il y a un lien de causalité, en tout cas une corrélation, il y a moins d’un pas. La fondation Gates apparaît alors, pour le moins, comme un juste retour des choses, voire comme le rétablissement d’une injustice.

Il ne semble plus possible de faire avancer le train de l’économie autrement que par le marché, et donc le risque d’entreprise. Que celui-ci soit rémunérateur ne choquera personne. La question demeure l’obligation sociétale que cette organisation induit envers les plus faibles. Sans espérer qu’ils deviennent des Bill Gates, mais au moins qu’ils aient à manger.

C’est le but du commerce équitable, tel que le développent les labels Max Havelaar, des structures comme Boutic Ethic, Artisans du Monde et La Grande Girafe. Les petits logiciels font les grosses fortunes, les petites rivières de solidarité, un océan d’espoir !


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • superaleur (---.---.127.18) 2 février 2006 21:13

    Bénissons notre époque si riche en confusion entretenue et où le discours libéral sombre dans le néant de sa propre dialectique... Battons nous pied à pied contre ce lavage de cerveau de la pensée unique : Les riches ont toujours eu leurs œuvres de bienfaisance : En cela, rien de neuf sous le soleil... Il ne s’agit pas de redistribution mais plutôt de s’acheter à bon compte une conscience...on ne sait jamais...et voilà où nous mène cette bonne vieille culpabilité judéo-chrétienne. Où dans une étude sociologique des oeuvres de bienfaisance du début de la révolution industrielle à nos jours, on apprend que ce cher Bill a un cœur comme vous et moi. Qui pourrait en douter maintenant qu’a été diffusée sur tous les médias du monde la preuve de la contribution de THE BIG ONE envers les plus démunis ? (Qui serait assez cynique pour évoquer la réduction d’impôts induite et la magnifique opération de communication ainsi générée...). Ces fadaises à propos du risque pris par les CREATEEEEEEURS d’entreprise m’exaspèrent au + haut point. Et pourquoi cette fascination pour le risque ?... La juste estimation du risque, ne devrait’ elle pas être le prélude à toute action propre à l’homme raisonnable ? Risquer sa vie pour la gagner est hélas le quotidien vécu par encore un trop grand nombre de salariés, sans parler du risque de se faire licencier du jour au lendemain... Mais il s’agit là sans- doute des aléas propres à l’existence d’êtres faibles à la vie médiocre, de dégâts collatéraux envers de quasi ruminants, insectes à l’apparence humaine...alors que le RISQUE pris par le prédateur, l’aigle flamboyant qui s’abat sur sa proie est autrement + glorieux !!! Vive la jungle et sa rude mais légitime loi libérale !


    • (---.---.24.225) 3 février 2006 18:54

      Superaleur, Quand on parle de la these liberaliste, encore vaut t’il mieux la connaitre pour en parler.... Je ne pas liberal, je dis juste que tu ne la connais en aucun point.


    • k-pax (---.---.149.167) 3 février 2006 23:10

      et dieux creaa la mort


    • superaleur (---.---.127.18) 2 février 2006 21:18

      Bénissons notre époque si riche en confusion entretenue et où le discours libéral sombre dans le néant de sa propre dialectique... Battons nous pied à pied contre ce lavage de cerveau de la pensée unique : Les riches ont toujours eu leurs œuvres de bienfaisance : En cela, rien de neuf sous le soleil... Il ne s’agit pas de redistribution mais plutôt de s’acheter à bon compte une conscience...on ne sait jamais...et voilà où nous mène cette bonne vieille culpabilité judéo-chrétienne. Où dans une étude sociologique des oeuvres de bienfaisance du début de la révolution industrielle à nos jours, on apprend que ce cher Bill a un cœur comme vous et moi. Qui pourrait en douter maintenant qu’a été diffusée sur tous les médias du monde la preuve de la contribution de THE BIG ONE envers les plus démunis ? (Qui serait assez cynique pour évoquer la réduction d’impôts induite et la magnifique opération de communication ainsi générée...). Ces fadaises à propos du risque pris par les CREATEEEEEEURS d’entreprise m’exaspèrent au + haut point. Et pourquoi cette fascination pour le risque ?... La juste estimation du risque, ne devrait’ elle pas être le prélude à toute action propre à l’homme raisonnable ? Risquer sa vie pour la gagner est hélas le quotidien vécu par encore un trop grand nombre de salariés, sans parler du risque de se faire licencier du jour au lendemain... Mais il s’agit là sans- doute des aléas propres à l’existence d’êtres faibles à la vie médiocre, de dégâts collatéraux envers de quasi ruminants, insectes à l’apparence humaine...alors que le RISQUE pris par le prédateur, l’aigle flamboyant qui s’abat sur sa proie est autrement + glorieux !!! Vive la jungle et sa rude mais légitime loi libérale !


      • (---.---.119.163) 2 février 2006 22:27

        Yop Superaleur

        J’aime bien ton style ;)

        Rappelons aussi que Billou et Jobs n’ont pris aucun risque car ils ont quasiment tout volé à d’autres ! Jetez donc un oeil sur le Film « Pirates of Silicon Valley »...

        ++


        • BB (---.---.132.150) 3 février 2006 11:11

          Je me demande combien de personnes sur terre gagne plus de, allez, 100 SMICs, c’est déja pas mal pour une petite vie tranquille, et combien les salaires cumulés de ces « centenaires » représentent de SMICs ?

          On pourrait y ajouter le stock a savoir toutes les fortunes personnelles.

          Combien de SMICs cela représenterait ?

          Si vous avez des estimations ou des études la dessus je suis preneur.

          Une autre question (décidément votre article est très riche !) est-il souhaitable que toutes ces défiscalisations « humanitaires » soit gérés par des associations caritatives, des fondations ?

          La lutte contre la pauvreté, la santé, font partie des grandes missions des états, pourquoi dé fiscaliser pour confier à d’autres ces missions ?

          Tout cela ressemble à un grand show télévisé.

          « Nous avons filmé pour vous la petite prostituée thai qui garce à la fondation « machin » à obtennu une boite de capotes anglaises, chaque jour la fondation « machin » lutte pour améliorer la santé de la sous humanité non occidentale... »

          Déresponsabilisassion et libre échange au menu !

          Si vous avez des estimations ou des études la dessus je suis prenneur.

          Une autre question (décidément votre article est très riche !) est-il souhaitable que toutes ces défiscalisations « humanitaires » soit gérés par des associations caritatives, des fondations ?

          La lutte contre la pauvreté, la santé, font partie des grandes missions des état, pourquoi défiscaliser pour confier à d’autres ces missions ?

          Tout cela ressemble à un grand show télévisé :"

          - Nous avons filmé pour vous la petite prostituée thai qui garce à la fondation « machin » à obtennu une boite de capotes anglaises, chaque jour la fondation « machin » lutte pour améliorer la santé de la sous humanité non occidentale... "

          Déresponsabilisassion et libre échange au menu !


          • BB (---.---.132.150) 3 février 2006 11:12

            Pour Bill j’ai la solution, il devrait demander aux impôts américains de passer sous LINUX !


            • Prosper Prosper 3 février 2006 11:28

              Ah ah ah ! EXCELLENT !


            • Cyberugo (---.---.151.24) 3 février 2006 14:16

              Ce qu’il faut aussi ajouter, c’est que ces dons à une fondation caritative permettent à Bill Gates d’avoir d’importantes exonérations fiscales, et au vu des nombres colossaux dont on parle, ceci ne doit pas représenter une petite somme...


              • misterachel (---.---.46.145) 4 février 2006 11:43

                Messieur les raleurs

                Donnez la moitie de vos revenus annuels à une association caritative et vous aurrez le droit au chapitre , c ’est à dire critiquer Bill Gates

                A ce que je sache il ne vend pas de la drogue , ne prostitue pas des humains , n’ achete pas des armes de destruction massive pour asservir un peuple , et l ’ONU la recompensé .

                Donc les moralisateurs , faites en de memme , et apres vous pourrez la ramener .


                • BB (---.---.149.213) 5 février 2006 00:10

                  Si je donne la moitié de mes revenus à des association caritatives, je n’aurai plus de quoi vivre, il faudra que je demande à cette association de m’aider, c’est idiot !

                  Ho ! et puis vous avez raison, si on critique Bill Gate, ce Mahomet des temps modernes, c’est parce qu’on est jaloux.

                  Ne seriez-vous pas un peu manichéen ?

                  Ps : pas de méprise, manichéen n’est pas une insulte


                • Ludovic Charpentier (---.---.68.72) 7 février 2006 13:13

                  Sauf qu’avec la moitié de ses revenus, Bill Gates peut s’acheter le Togo... Avec la moitié de mes revenus, je peux difficilement acheter un appart smiley.


                • machinchose (---.---.129.40) 4 février 2006 11:57

                  promis quand je disposerais de plus de 20 milliards de patrimoine (je parle en Euro disons) je jure que je serais disposé à en redistribuer. 1) parce qu’à ce niveau là ça ne changera rien à mon niveau de vie (quelle blague) 2) parce que ça améliorera mon image de géant adepte du monopole 3) parce que ça me permettra de bien dormir sans culpabiliser sur le fait qu’une immense partie de l’humanité vit avec 1 dollar par jour. 4) parce que c’est gratifiant 5) parce que fiscalement c’est très intéressant. 6) parce que ça fera de moi (et je ne crois pas que ce soit négligeable) automatiquemetn quelqu’un de politiquement incontournable, me sortira de la stricte sphère économique et augmentera ma capacité d’influence (et donc mes affaires)

                  la seule difference avec BILL c’est que je redistribuerais à un systeme de redistribution publique, démocratique et neutre plutôt que de faire de la charité (qui est quelque chose d’assez odieux en ce que ça consiste à choisir ses bons pauvres sur des critères moraux ou photogéniques)


                  • Roues Libres Claude DP 6 février 2006 16:58

                    Pour faire simple. A supposer que l’on puisse effectivement répartir la fortune de Bill Gates entre les 6 milliards d’humais de cette planète, ce qui suppose que l’on vende Microsoft à un martien, cela nous ferait un peu plus de 6€ chacun... Cessons donc ces amalgames stupides qui tendent à nous faire croire que la ruine des riches ferait la fortune des pauvres.


                    • (---.---.129.40) 7 février 2006 16:12

                      personne ne demande à BILL de donner à tout le monde. c’est très bien s’il est content le bougre mais merci de ne pas en faire un super héro sous pretexte qu’il donne un peu et que ça n’a pour lui QUE des avantages. Proportionnellement et même humainement beaucoup de gens donnent beaucoup plus s’en vantent beaucoup moins.


                    • Diaugene Diaugene 7 février 2006 12:51

                      30 ans d’economies pour apeine 39 milliards....Pauvre Bill !

                      Plus que 870 ans d’efforts et il pourra aider les Francais a rembourser leur dette.

                      Mais pour amasser la fortune de Gates, Cesar qui economisa toute sa vie de -52 av JC jusqu’a hier matin, a du mettre de cote plus de 2000 E de l’heure, jour et nuit. Dur !

                      Qaund a Lucy, la smicarde de la Rift Valley, elle s’en serait sortie en 2,7 millions d’annees si elle n’etait pas morte de la varicelle dans sa prime jeunesse.

                      Pas etonnant que les ordis cafouillent !


                      • Labastille Gregorio (---.---.6.242) 7 février 2006 18:12

                        Je vis dans un pays ou il y a une forte cocentration sur l’economie surtout les jeunes qui vivent n’ont aucun espoir.Nous ne savons pas si demain Dieu ouvrira une porte pour eux afin qu’ils puissent un jour trouver un endroit ou ils peuvent gagner ce qu’il veulent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès