Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’hypocrisie des européistes : le chômage et les statuts de la (...)

L’hypocrisie des européistes : le chômage et les statuts de la BCE

Depuis le 1er janvier 1999, conformément au traité de Maastricht, la BCE est responsable de la mise en oeuvre de la politique monétaire en zone euro. Le SEBC (Système Européen de Banques Centrales) est composé de la Banque Centrale Européenne (BCE) et des Banques Centrales des états membres alors que l'Eurosystème regroupe la BCE et les 19 Banques Centrales des pays de la zone euro.

La situation économique et le niveau de chômage dans l'UE (y compris la zone euro) nous poussent à nous interroger sur les moyens institutionnels mis en oeuvre, notamment par la BCE pour des initier et soutenir améliorations.

Souvent on entend dire que la Banque Centrale Européenne (BCE) n'a que pour seul objectif de (tenter de) maintenir l'inflation autour de 2% en zone euro, qu'elle n'a pas d'autres objectifs et qu'elle est complétement indépendante (des ordres ou des influences) des dirigeants "politiques" de la zone euro.

En fait les marges de manoeuvres de la BCE sont plus étendues que celles issues d'une lecture rapide (et incomplète) de l'article 127 du TFUE définissant ses missions. En fait les objectifs sont divisés en deux parties :

 * Stabilité des prix (inflation autour de 2% - valeur arbitraire)
 * Et le reste :" Sans préjudice à l’objectif de stabilité des prix, le SEBC apporte son soutien aux politiques économiques générales dans l’Union, en vue de contribuer à la réalisation des objectifs de l’Union, tels que définis à l’article 3 du TUE".

L'article 3 parle de développement durable basé sur la croissance économique équilibrée et la stabilité des prix, une économie sociale de marché (?) hautement compétitive (re ?) qui tend au plein emploi et au progrès social et un niveau élevé (re re ?) de protection et et d'améliorarion de la qualité de l'environnement. 

Ce qui est important est le terme "sans préjudice de l'objectif de la stabilité des prix". Cette rédaction hiérarchise de facto les objectifs en plaçant la stabilité des prix comme le plus important et le plus prioritaire. Rien ne doit être fait si une des conséquences était une variation des prix.

On peut noter que la FED, banque centrale (de statut privée) des Etats-Unis à un quant à elle un mandat duale non hiérarchisé.

Une question que nous sommes en droit de nous poser : En quoi la stabilité des prix conduirait automatiquement au plein emploi et à la croissance ? C'est pourtant ce qu'affirme le site web de la BCE : « L’Eurosystème contribue à la réalisation de ces objectifs [l’objectif secondaire de l’article 3] en maintenant la stabilité des prix »

Le premier objectif n'étant pas atteint, la série de ceux contenus dans le deuxième est négligée. Le chômage (ou le taux d'emploi pour être plus novlangue) n'est donc pas traité.

Par contre, l'UE sans opposition de la BCE, est prête à toutes les compromissions sur ces objectifs sous le dogme intangible de la liberté de circulation des biens, des services, des capitaux et de la main d'oeuvre (art. 26). Les délocalisations, les travailleurs détachés, la concurrence déloyale venant de l'étranger sont quelques exemples d'atteinte grave à la stabilité des prix et à la détérioration du niveau et de la qualité de l'emploi au sein de l'UE et surtout de la zone euro.

En fait, à travers le monde, cet objectif principal de stabilité des prix (maîtrise de l'inflation) n'est celui d'aucune banque centrale sauf celui de la Bundesbank.

Et ce n'est pas étonnant car pour obtenir l'adhésion des allemands au traité de Maastricht, les statuts de la BCE ont été quasiment recopiés sur ceux de la Bundesbank, et pour certains points sous une forme plus stricte. L’article 127 du traité n’est rien d’autre que la reprise de l’article similaire du Bundesbank act de 1957, qui lui-même s’inspirait des statuts de la Bank Deutscher Länder de 1948.

Les statuts de la BCE, définis dans un traité international, ne sont quasiment pas modifiables ou alors par l'intermédiaire de l'article 48 qui définit un mécanisme d'une complexité effroyable demandant l'unanimité des pays membres à plusieurs étapes du processus.

Néanmoins, le niveau de pauvreté progresse au sein de l'UE et le nombre de chômeurs augmente au sein de la zone euro. Mais ces considérations ne sont pas suffisantes pour infléchir la trajectoire euro-libérale.

Que signifie que la BCE doive "Contribuer aux objectifs économique de l'Union" ?Quelle procédure ? rien n'est écrit, rien n'est en place.
Quels sont les objectifs ? Qui décide ? Avec quels moyens ?

En fait ces objectifs communs n'existent dans la réalité pas car les pays membres sont en opposition flagrante.

L'eurogroupe, réunion mensuelle des ministres des finances des pays membres de la zone euro, est une instance informelle. De plus, ce groupe ne représente pas l'UE dans son ensemble.Il n' a pas de procédure formalisée de discussion entre la BCE et l'eurogroupe. La BCE reste une institution complétement indépendante (art. 130) et ne peut pas être pilotée par l'eurogroupe et encore moins par un état membre. Mais cette indépendance est en contradiction avec l'objectif affiché de collaboration. En cas de non compréhension ou désaccord la BCE reste seule maître de ses décisions. 

En conclusion la BCE n'a qu'un seul objectif qu'elle n'arrive pas à atteindre, la maitrise de la stabilité des prix. Elle ne veut pas, ne peut pas, n'a pas les moyens ni les procédures pour traiter les autres considérés comme secondaires et même subsidiaires. Nos grands Hommes n'ont même pas pensé intégrer de mécanisme d'échange formel voire de contrôle en cas d'urgence de cette institution qui ne représente que les banques et l'oligarchie au mépris des travailleurs et des populations.

Bien que tout ça nous coûte très cher, malheureusement, seule une catastrophe économique pourra faire changer les choses.

Yannick HERVE, pour "Les Clés de l'Europe"
06/01/2016


Moyenne des avis sur cet article :  3.97/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • leypanou 7 janvier 09:38

    Bien que tout ça nous coûte très cher, malheureusement, seule une catastrophe économique pourra faire changer les choses. : même s’il y a une catastrophe économique, ils changeront les hommes mais pas l’idéologie, donc on ira toujours dans la même direction.

    De toute façon, avoir choisi Mario Draghi, un ex-Goldman Sachs, pour la diriger : on sait déjà où on va car Goldman Sachs n’a pas la réputation de travailler pour le bonheur de tout le monde mais seulement pour la finance mondialisée.


    • zygzornifle zygzornifle 7 janvier 12:32

      BCE= Bandits, Crapules Européen ....


      • PRCF PRCF 7 janvier 15:30

        L’Union Européenne et l’Euro ont bien un but :

        • faire les poches aux travailleurs pour remplir celles des actionnaires, des banquiers des patrons. l’UE et l’euro sont des armes de destruction massives utilisées pour faire baisser les salaires et mettre en concurrence les peuples
        • empécher en supprimant toute souveraineté nationale les peuples de s’opposer au pouvoir absolu, totalitaire de l’oligarchie capitaliste.

        L’objectif de « stabilité des prix » est un euphémisme pour traduire l’objectif de rentabilité maximal du capital.

        www.initiative-communiste.fr


        • lsga lsga 7 janvier 18:32

          @PRCF
          L’État français avait exactement le même objectif, comme l’URSS stalinienne que vous vénérez tant.
          La souveraineté nationale : c’est pour les fachos.


        • bourrico 7 8 janvier 09:32

          @lsga

          T’en vois bcp vénérer l’URSS Stalinienne, ou c’est juste une de tes innombrables affabulations et autres mensonges éhontés parsemés de calomnies dont tu es si friand ?

          T’es un enfumeur et rien d’autre, révolutionnaire de salon. smiley

        • lsga lsga 8 janvier 16:55

          @bourrico 7
          Le PRCF se fonde sur le 7ème congrès de l’internationale, celui qui a donné les pleins pouvoir à Staline.
          Voir le discours de leur gourou sur la fondation du PRCF. 

          Ils sont officiellement stalinien. (cad : ils croient qu’il est possible d’être socialiste dans un seul pays, alors que le socialisme n’est possible qu’à une échelle mondiale.)

          Parler de souveraineté nationale dans le contexte d’un Capitalisme « mondialisé » tient de l’enfumage intellectuel. Aucune souveraineté nationale n’est plus possible (où alors, des « souveraineté nationale » comme dans les anciennes colonies françaises qui sont toujours dominés par l’Impérialisme français). 

        • Robert GIL Robert GIL 7 janvier 16:15

          Problèmes de démocratie ? « Il faut plus d’Europe ». Problèmes d’intégration ? « Il faut plus d’Europe ». Problèmes économiques ? « Il faut plus d’Europe ». Problèmes sociaux ? « Il faut plus d’Europe ». Le mot Europe est devenu un vrai joker. Lorsqu’on manque de quelque chose, il suffit d’ajouter le mot Europe et le discours devient subitement cohérent...lire la suite


          • Samson Samson 7 janvier 18:01

            « Bien que tout ça nous coûte très cher, malheureusement, seule une catastrophe économique pourra faire changer les choses. »
            Ah, ben on y va tout droit ! Il apparaît bien vain d’encore chercher à colmater les voies d’eau laissées par l’iceberg du néo-libéralisme ! Et faute de canots, inutile même de crier « Sauve qui peut ! », c’est maintenant à l’orchestre du Titanic €uropéiste que revient la tâche de se préparer à entonner le « Plus près de toi, mon Dieu » final : il ne saurait plus longtemps tarder ! smiley


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 7 janvier 20:30

              Bonjour,
              .
              On pensait la menace de la déflation éloignée pour longtemps en zone euro, grâce à la politique monétaire adoptée par Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, mais voilà qu’elle (re)pointe le bout de son nez. Il y a encore peu, les économistes de la BCE tablaient sur une inflation en zone euro pour l’ensemble de l’année 2015 à 0,3%, notamment grâce à la fameuse politique de quantitative easing, qui consiste, pour la Banque centrale européenne, à injecter chaque mois des dizaines de milliards d’euros sur les marchés financiers en rachetant des obligations d’Etat détenues par des investisseurs privés.
              .
              C’est raté. La BCE a beau arroser les marchés financiers de près de 60 milliards d’euros chaque mois, rien n’y fait. Du moins pour l’instant. L’inflation, qui était censée reprendre quelques couleurs grâce à cette thérapie monétaire non conventionnelle, est plus pâle que jamais. Selon les prévisions de la BCE, annoncées ce jeudi lors d’une conférence de presse par son président, l’institution de Francfort ne table désormais que sur un minuscule 0,1% de hausse des prix pour cette année. Certes, le patron de la BCE se garde d’employer le mot déflation qui pourrait faire trembler les marchés financiers, les ménages et autres entreprises. Mais les chiffres parlent d’eux-mêmes.
              .
              Inflation à 0,1% en 2015
              Les mouvements positifs qui devaient s’amorcer tant sur le plan de l’inflation que sur celui de la croissance économique sont tous (sans exception) en recul. La BCE revoit à la baisse toutes ses prévisions, non seulement pour 2015, mais aussi pour 2016 et 2017. Elle table désormais sur une inflation de 0,1% en 2015, 1,1% en 2016 et 1,7% en 2017.
              http://www.liberation.fr/planete/2015/09/03/zone-euro-la-deflation-est-elle-a-l-horizon_1375209
              .
              La nuit dernière en Asie : 29 minutes pour un krach boursier en Chine
              http://www.lesechos.fr/monde/asie-pacifique/021602331445-cette-nuit-en-asie-29-minutes-pour-un-krach-boursier-en-chine-1190323.php
              .


              • fred.foyn Le p’tit Charles 8 janvier 07:05
                La France à voté NON mais se retrouve sous le jouc de la mafia européenne sans rien dire...
                Ce peuple est pitoyable... !

                • GrandGuignol GrandGuignol 8 janvier 09:27

                  @Le p’tit Charles

                  « Ce peuple est pitoyable... ! »

                  Pas vraiment au vu de la désinformation des médias, de plus la majorité du peuple enfermé dans le quotidien (métro,boulot,dodo, tâches ménagères, éducation des enfants, etc) n’a plus vraiment la « force » et le temps de chercher à comprendre et se laisse guider aveuglément.

                  Les médias eux sont vraiment pitoyables, les représentants des peuples sont pitoyables et l’on pourrait chanter sur l’air de la série « Dallas » :

                  « L’UE son univers impitoyaaaaaaaable !! »


                • bourrico 7 8 janvier 09:29

                  @Le p’tit Charles

                  Ce peuple est pitoyable


                  Tu t’es vu Charlus simplex ?
                  je te secouerai bien mais j’ai peur que ta tête fasse un bruit d’évier. smiley

                • fred.foyn Le p’tit Charles 8 janvier 09:56

                  @GrandGuignol...Le peuple fait les médias en les soutenant...donc le peuple est bien pitoyable...comme le mec en dessous décérébré du PS qui lâche sa connerie quotidienne... !


                • GrandGuignol GrandGuignol 8 janvier 10:32

                  @Le p’tit Charles

                  « Le peuple fait les médias en les soutenant. »

                  Non, non, le choix des médias n’appartient pas au peuple, il lui est imposé ! (sauf en ce qui concerne internet).
                  Les médias TV et la presse écrite sont imposés et dirigés par des milliardaires et autres oligarques à la solde de leur rentabilité. Voir entre autre cet article sur AV :
                  Qui possède les médias ?

                  De plus si l’état ne finançait pas en majeure parti les médias de la presse écrite, la plupart des journaux nationaux auraient mis la clef sous la porte.
                  Le peuple se rabat sur ce qu’on lui propose et ceux qui veulent créer un média (TV ou écrit) qui ne ne correspond pas à la pensée unique sont soit ostracisé, soit laisser pour compte sans aide ni subventions.

                  Donc le soutien du peuple envers les médias, n’est pas un soutien réel, mais plutôt un non choix qui s’impose.


                • fred.foyn Le p’tit Charles 8 janvier 10:41

                  @GrandGuignol...(Non, non, le choix des médias n’appartient pas au peuple, il lui est imposé).. ?
                  Les médias ne peuvent exister qu’avec le peuple..sans lui il n’en y aurait pas tout simplement..Quand au patrons de ces médias ils sont élus par le même peuple (qui donne son argent pour les engraisser..) qui est hélas incapable de voir la réalité (voir notre classe politique actuelle..)
                  Ce sont les peuples qui font la société en votant pour les dirigeants de la planète...A ma connaissance les élections existent bien non..Faut juste reconnaître ses fautes en élisant des gens douteux.. !


                • GrandGuignol GrandGuignol 8 janvier 11:07

                  @Le p’tit Charles

                  je comprends ce que vous dites, c’est le peuple qui soutient, qui élit, etc...
                  OK, quelque part vous avez raison, le peuple est endormi et vote comme des veaux, je suis d’accord.
                  Mais quels autres choix ont ils devant les yeux ? Aucun, c’est ce que j’essaie de vous expliquer.
                  La plupart n’ont pas le temps ou la force de faire l’effort nécessaire pour élargir leur champ de vision et se rabattent sur ce qui leur est proposé.

                  Alors oui ce sont des veaux qu élisent leurs bourreaux, mais des veaux qui subissent une propagande telle qu’il est bien difficile pour la majorité d’être objectif, anesthésié et hypnotisé qu’ils sont par les flux d’informations qui convergent évidemment toutes vers le même but.

                  Les élections au niveau national c’est du flan car la plupart du temps il n’existe pas de réelle opposition.
                  En France tous les partis médiatisés tendent vers le même but : soit rester dans l’UE, euro, OTAN (PS, LR) soit renégocier les traités ( FdG, FN, DLF et consort) ce qui est IMPOSSIBLE, et donc rester dans l’UE.

                  Le choix est donc simple soit tu restes dans l’UE, soit tu restes dans l’UE en renégociant. c’est le même son de cloche et vous parlez d’un choix ?


                • julius 1ER 9 janvier 08:19
                  Mais quels autres choix ont ils devant les yeux ? Aucun, c’est ce que j’essaie de vous expliquer.
                  La plupart n’ont pas le temps ou la force de faire l’effort nécessaire pour élargir leur champ de vision et se rabattent sur ce qui leur est proposé

                  @GrandGuignol

                  on ne peut pas toujours excuser les gens sous prétexte qu’ils n’ont pas le temps, pas le choix ..etc
                  c’est trop commode comme excuse et c’est tellement facile !!!!

                  lorsque 10 millions de gens regardent le dernier journal de Claire Chazal comme si c’était la mort du pape en direct ; on ne peut que taper dans la fourmilière et dire .... çà suffit réveillez-vous, n’acceptez plus d’être des esclaves, personne ne fera les réformes indispensables à votre place !!!!

                • GrandGuignol GrandGuignol 9 janvier 14:52

                  @julius 1ER
                  « on ne peut pas toujours excuser les gens sous prétexte qu’ils n’ont pas le temps, pas le choix ..etcc’est trop commode comme excuse et c’est tellement facile !!!! »

                  Ce n’est pas un excuse mais la réalité !

                  Le manque de temps est surement une des causes majeure de la désinformation des gens, je le constate tous les jours, les gens rentrent du boulot, sont crevés et veulent s’évader, se relaxer, pas réfléchir.

                  Les plus informés sont les jeunes et les chômeurs ....lol, c’est pourtant vrai.

                  Depuis petit je regarde la TV ( noir et blanc au tout début) et ce n’est que récemment que j’ai compris l’importance de l’influence hypnotique et de son utilisation sur les masses.
                  Pour quelle raison croyez vous que les gens restent apathique face à la dictature qui se met en place, la cause principale n’est elle pas l’information ou le manque d’information ?

                  Combien n’ont pas ou ne veulent pas d’accès internet, n’ont pas de PC ou de tablettes, les personnes âgées par exemple qui n’utilisent pas la technologie actuelle.

                  Combien encore, pris dans le système de réussite superficielle et tant que tout va bien pour eux, pas de problèmes...

                  D’autres facteurs rentent en jeu c’est sur, mais la propagande télévisuelle axée sur le superficiel et la désinformation contribue largement à la moutonnerie générale.

                  « lorsque 10 millions de gens regardent le dernier journal de Claire Chazal comme si c’était la mort du pape en direct »

                  C’est bien ça, de l’ hypnose de masse, tout est suggestion, de la pub , aux films, aux journaux d’info, de la suggestion et lorsque l’on assène 10 milles fois les mêmes mensonges ceux ci se transforment en vérité pour les fidèles téléspectateurs.

                  "on ne peut que taper dans la fourmilière et dire .... çà suffit réveillez-vous, n’acceptez plus d’être des esclaves, personne ne fera les réformes indispensables à votre place !!!!"

                  Oui, je suis d’accord mais leur responsabilité est elle pleine et entière, en conscience, ou est elle altérée par la propagande ? Jusqu’ où sont ils responsables si depuis toujours on leur assène le même message ?
                  Il faut être un esprit curieux pour échapper à la doxa médiatique et se poser les bonnes questions, ce qui n’est pas le cas de la plupart dont la curiosité est anesthésiée par le déversement continu de superficialité.


                • GrandGuignol GrandGuignol 8 janvier 10:12

                  "Les statuts de la BCE, définis dans un traité international, ne sont quasiment pas modifiables ou alors par l’intermédiaire de l’article 48 qui définit un mécanisme d’une complexité effroyable demandant l’unanimité des pays membres à plusieurs étapes du processus.« 

                  Ce point essentiel n’est jamais évoqué par les tenants d’une autre Europe (FN, FdG, DLF et Cie..).
                  Pourtant il est crucial de comprendre qu’au sein de cette UE totalitaire, aucune renégociation des traités n’est possible. L’unanimité des 28 pays membres est impossible.

                   »Bien que tout ça nous coûte très cher, malheureusement, seule une catastrophe économique pourra faire changer les choses."

                  Une catastrophe économique entrainerait peut être une suppression de l’argent papier et le puçage RFID ou autre comme nouveau moyen de paiement....Bon je pousse un peu loin, mais le puçage devient de plus en plus banalisé et le risque d’une suppression de la monnaie courante s’accentue.
                  N’étant pas expert économique ce n’est qu’un avis personnel.

                  Si la France sort de l’UE et de l’Euro, elle se dégage alors de l’engrenage de la dette éternelle et de la soumission au dictat européen, et risque même d’amorcer la désintégration de l’UE.
                  La France est, si je ne m’abuse, l’un des plus gros contributeur de l’UE, si la France sort de l’UE et de l’Euro, d’autres pays membres de l’UE suivront ils ce chemin, un effet boule de neige est il prévisible.... ?

                  Merci à l’auteur de cet article qui définit clairement l’origine et le rôle de la BCE.


                  • LeClérocrate 8 janvier 11:35

                    Une question que nous sommes en droit de nous poser : En quoi la stabilité des prix conduirait automatiquement au plein emploi et à la croissance ?

                    En rien. C’est même l’inverse. L’économiste Philips a démontré que c’est l’inverse, plus l’inflation augmente et plus le chomage diminue. C’est la célèbre « Courbe de Philips » :
                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Courbe_de_Phillips


                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 janvier 16:16

                      Une banque, c’est seulement une banque... la cause de l’échec est ailleurs. 


                      Le « projet européen » ne se concrétisera pas pour des raisons bien plus profondes. 

                      L’Europe impérialiste, en se repliant après avoir dévasté les Continents asiatique et africain et en ... se maintenant comme une Hyper-Colonie sur les terres indiennes ne pensait pas qu’elle venait de créer l’embryon de la mondialisation qui, en se développant ces dernières décennies, fait qu’aujourd’hui il n y a ni petits pays ni grands pays ni rien du tout ! Le monde est un amalgame qui agglutine des pays et des coalitions selon les montagnes de milliards de merde mises en jeu... 

                      Alors qu’avant les années 80 seuls les pays occidentaux « innovaient », « produisaient » et « exportaient », tous les pays du monde en font de même aujourd’hui ! Pour des raisons que vous connaissez parfaitement, je ne vous expliquerais pas que dans ce monde sans queue ni tête, ce sera l’Europe qui aura plus de difficultés pour « survivre ». 

                      Vous êtes trop sophistiqués pour pouvoir vous réadapter... Cette formule de « transitoz energétique » ressemble beaucoup à l’utopie européenne ! 

                      • izarn 8 janvier 21:39

                        La stabilité des prix ?
                        C’est une foutaise ou quoi ?
                        Quand il y a de l’inflation, puis augmentation de salaire, les prix des biens sont constants.
                        Donc il y a stabilité des prix. CQFD.

                        Mais ce n’est pas la stabilité des prix, mais la stabilité de la monnaie qui interesse la banque et le capitaliste rentier...
                        Ben oui, quand l’euro baisse face au dollar, tu perds en patrimoine capitalistique. Puis quand on te rembourse tes obligs à 1000 euros au taux de 0,5% 4 ans plus tard avec de l’inflation/an à 8%, tu l’as dans le fion. Hé oui !
                        Pas besoin de sortir d’HEC pour comprendre ça.

                        Alors la BCE défends quoi ? Le Capital....
                        Ce n’est meme pas une analyse marxiste !


                        • izarn 8 janvier 21:45

                          @izarn
                          Pour les zintelligents je leur propose de machouiller :
                          « Quand l’euro baisse face au dollar, tu perds en patrimoine »
                          Comme quoi, les zuniens auront toujours l’avantage face au pov’con qui croit en l’euro....
                          Pour lutter contre le dollar, il faut faire comme Poutine....
                          Avec nos tares, c’est demain la veille !


                        • julius 1ER 9 janvier 08:11

                          on voit bien qu’en 2016 on attaque la 9 ie année de crise et on se retrouve dans une position proche de celle vécue par Roosevelt dans les années 30 avant qu’il ne mette en place le new-deal .


                          car une crise gérée par les conservateurs aujourdhui comme hier est une catastrophe !!!!

                          chômage endémique, 
                          spéculation effrénée
                          ,appauvrissement généralisée des classes moyennes et populaires, 
                          retour des nationalismes d’extrème-droite, 
                          aucune perspective de développement sur une grande échelle, 
                          aucun projet fédérateur au moins au niveau européens(juste une vision comptable)
                          aucune ambition sur le développement des énergies nouvelles, sur les transports, les infrastructures ...
                          pire que çà on sacrifie le rail au bénéfice de la route (loi Macron )

                          pendant ce temps 30 000 milliards de dollars dorment dans les paradis fiscaux........ c’est cela la gestion de l’économie vue par les multinationales !!!!!!!!!!!!!

                          autant laisser gérer un incendie par un pompier-pyromane !!!!!!!!!!!!! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès