Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’idéologie managériale

L’idéologie managériale

L'idéologie managériale peut être vue comme une continuation de l'idéologie entrepreneuriale. Celle-ci avait été fondée par Adam Smith, si l'on peut dire, dans son Enquête sur la richesse des nations (1776).

Mais l’idéologie entrepreneuriale a été refondée par Schumpeter autour d’une idée centrale, l’innovation[1]. Peter Drucker reprendra cette idée dans les années cinquante.


[1] Théorie de l'évolution économique (1911). Il écrit que « L’innovation est osée ; pour la plupart des producteurs, elle est presque impossible ». Mais si l’un d’entre eux y parvient, « Il réalise alors un gain. Sa contribution n'a été que sa volonté et son action, il a simplement combiné d'une manière neuve des éléments présents. Il est entrepreneur, son gain est un profit. »

 

 Entre les apports de ces deux Autrichiens installés aux Etats-Unis, s’inscrivent les contributions de témoins et de théoriciens comme Burnham et Galbraith qui décrivent l’apparition d’une nouvelle classe : celle des managers et de la technostructure. Mais, surtout, entre l’époque où écrit Schumpeter et celle ou écrit Drucker, quelques événements, quelques phénomènes ont eu lieu : deux Guerres Mondiales ; l’avènement d’une « révolution bureaucratique » en Russie et d’une « révolution fasciste » en Italie et en Allemagne (issues en grande partie de la Première Guerre Mondiale) ; enfin, au sortir de la Deuxième Guerre Mondiale ; la « reconstruction » et l’avènement du consumérisme.

Ce que décrivent Burnham et Galbraith, c’est l’apparition d’une nouvelle classe dominante. Trotskyste repenti, Burnham[1] établit un parallèle entre les bureaucraties russes et allemandes, puis étend hardiment sa comparaison à celle qui domina aux Etats-Unis pendant le New Deal. L’Etat « soviétique » ayant fait disparaître la bourgeoisie russe, il croyait voir le même phénomène se produire sous l’impulsion de Hitler et de Roosevelt. Les phénomènes offraient, il est vrai, quelques similitudes, mais la conclusion était hâtive. C’est parce que la bourgeoisie russe était mal établie que la bureaucratie bolchevique avait pu s’y substituer si facilement. Les bourgeoisies allemandes et états-uniennes étaient bien plus solides et le demeurent encore. Cependant sa conclusion était une illusion que semblait partager, à l’époque, Schumpeter, le fondateur de l’idéologie entrepreneuriale. Dans un livre de 1941, il n’hésitera pas à écrire que « loin d'être un obstacle à la démocratie, la bureaucratie en est le complément inévitable »[2]. Mais il ne décrivait pas, comme Burnham, l’apparition d’une nouvelle classe dominante suite au triomphe d’une idéologie révolutionnaire, mais la production d’une nouvelle classe dominante, aux Etats-Unis, par le système économique lui-même : la classe des managers. Galbraith reprendra cette analyse et décrira l’apparition de l’idéologie de cette nouvelle classe qu’il nommera technostructure.[3]

C’est ce moment historique que décrit aussi Drucker. Il reprend l’idéologie entrepreneuriale fondée par Schumpeter en 1911, mais, loin d’abdiquer, comme son devancier en 1942, devant l’inexorable avènement de la bureaucratie socialiste, il pose le postulat : « L’entrepreneur, c’est le manager. » Et fort de cette découverte, il n’hésitera pas à conclure qu’il a fondé une nouvelle science : le management.

Mais c’est à ce moment aussi qu’apparaît le consumérisme, l’idéologie d’une classe moyenne qui a assez d’argent pour consommer abondamment et bruyamment. Cette nouvelle classe intermédiaire est à fois grégaire dans ses comportements et individualiste dans l’idée qu’elle se fait d’elle-même. Elle est issue de l’immense classe du salariat et veut s’identifier à la bourgeoisie pour qui elle travaille, à qui elle cherche à s’identifier et parfois même à se mêler par la voie du sang ou des loisirs. Dans les années soixante du siècle, il était convenu de nommer cette nouvelle classe sous le terme générique de « cadres ». Le cadre veut peser de tout son poids comme salarié et comme client. Mais les inégalités sont grandes et grandissantes dans cette classe de salariés privilégiés. Et très vite, parlant d’eux, on a parlé du « malaise des cadres ».

 

Aujourd’hui en France, on a adopté le terme de manager, mais on ne parle pas encore du « malaise des managers ».

(à suivre)



[1] Managerial Revolution (1940) Trad : L'ère des organisateurs (1947). Préface de Léon Blum.

[2] Capitalisme, socialisme et démocratie (1942)

[3] The new industrial State (1967). Trad  : Le nouvel état industriel (1968)

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 30 mai 2013 12:35

      Une méthode de management, très efficace d’ailleurs, consiste à créer voire à renforcer le chômage, comme le fait l’Europe en ce moment. Le chômage n’est pas une fatalité ... il y à un système d’arrière tout ça ... tout une planification avec un but précis.

      Pourquoi c’est efficace et pour qui ?

      Le marché du travail suit en gros celui de l’offre et de la demande.

      Moins il y des chômeurs plus grandes sont les chances de trouver un travail ou de changer d’entreprise. Hors en augmentent le chômage les patrons créent :

      a) plus de pression sur les travailleurs
      On leurs dit : Tu vois si tu est pas content ta que t’en aller il y à 50 personnes qui attendent pour prendre ta place.

      b) et plus de pression sur les chômeurs
      Il-s sont obligé d’accepter des salaires de misère (on parle de plus en plus des travailleurs pauvres) s’ils veulent décrocher un travail, voire d’accepter des heures supplémentaires non payé ! Les patrons cherchent avec tous les moyens imaginables à réduire le coût salarial pour que les actionnaires trouvent plus de bénéfices et eu même aussi bien sur !

      Une autre méthode de management pour faire baisser les salaires est celle du dumping salarial voire la directive Bolkestein ( plombier polonais) qui est devenue une réalité.

      Voila ce que l’Europe réserve aux travailleurs, rien de bon. 
      Cette Europe la à été crée par les riches pour les riches !

      Sortons de cette Europe la, celle les traitées de Maastricht et de Lisbonne, et vite !


      • jef88 jef88 30 mai 2013 13:21

        Le management ce sont les procédures et les chiffres avant les hommes !
        La direction c’est le commandement pour atteindre un objectif . Le principal critère c’est l’homme !
        En 1974 quand j’ai eu mon premier poste de direction, j’ai eu d’excellents résultats : venant du tas, je parlais à mes subordonnés, écoutais leurs suggestions ..... Résultats : amélioration de la sécurité, de la productivité avec d’excellentes relations entre tous les participants !
        En 1990 j’ai appris que n’étant pas ingénieur, je ne POUVAIS plus être directeur : je n’étais pas un bon manager .........................

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès