Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’immigration est-elle responsable du chômage ?

L’immigration est-elle responsable du chômage ?

Les élites politiques n’ont pas toujours le courage d’affronter l’opinion publique sur cette question. Pourtant, elles pourraient s’appuyer sur de nombreux travaux scientifiques pour éclairer nos concitoyens.

Les autorités espagnoles envisagent de renvoyer dans leur pays d’origine des centaines de milliers de travailleurs étrangers, les Pays-Bas songent à renforcer les tests de culture censés filtrer les immigrants, il y a quelques mois des ouvriers anglais ont manifesté pour réclamer la préférence nationale en matière d’embauche….La tentation de freiner les flux migratoires est grande en période d’envolée du chômage. La crainte qu’expriment les salariés les plus exposés au marasme économique est légitime mais est-il permis pour autant d’affirmer que l’immigration est une des causes principales du sous emploi ? Certains continuent à le prétendre, sans que l’on prenne le temps de leur apporter la contradiction. C’est le cas d’ un certain Gerard Pince (1) qui nous a gratifié d’une sorte d’”audit” de l’immigration qui se termine par la proposition d’ éloigner un demi million d’immigrés (non européens) afin de ramener le taux de chômage à 4%. Peu versé dans la nuance, il explique qu’après son travail les arguments “immigrationnistes ont définitivement perdu leur pertinence“. La réalité est, à l’évidence, beaucoup plus complexe, voire totalement différente.

Le plus souvent, les immigrés sont distancés par les autochtones sur le marché du travail.

Les autochtones subissent l’entrée de travailleurs supplémentaires si la compétitivité de ces derniers est supérieure (salaires plus bas et/ou meilleures compétences). Or il est rare qu’un travailleur immigré bénéficie d’une telle avance. Cette situation ne se rencontre, à notre connaissance, qu’ en Hongrie et en Italie. Dans ces deux pays, la probabilité de trouver un emploi est deux fois plus forte pour un immigré que pour un local. Ailleurs les locaux bénéficient d’une “prime à l’embauche” qui peut atteindre des niveaux considérables comme c’est le cas en Belgique, au Danemark ou aux Pays-Bas. Dans ce dernier pays, le taux de chômage moyen des immigrés est deux fois et demi plus elevé que la moyenne des locaux. La France est dans une situation intermédiaire, proche de celle du Royaume-Uni ou de l’Allemagne, avec un sur-chômage des immigrés de l’ordre de plus 50%. Ceci explique que depuis 1990 l’emploi occupé par les immigrés n’a progressé que de 5%, soit deux fois moins vite que l’emploi total.

Comment expliquer ce handicap des salariés nés à l’étranger ? On peut invoquer des caractéristiques individuelles (barrière de la langue, âge, qualification…) mais elles ne rendent compte que d’une partie de cet écart. Un travail récent met en évidence le rôle de la structure des emplois et du manque de mobilité géographique des immigrés. “Historiquement les vagues d’immigration de travail dans notre pays ont toujours eu pour vocation d’occuper un emploi sans contact avec la clientèle : bâtiment, cuisines de restauration, chaînes de montage de l’industrie automobile, ramassage des ordures ménagères, travaux agricoles. Un changement brutal se serait opéré dans les années 80 où la proportion d’emplois sans contact a baissé rapidement ” (2 : L. Bouvard, P-P. Combes, B. Decreuse, M. Laouénan, B. Schmutz and A. Trannoy, 2009 « Géographie du chômage des personnes d’origine africaine : une discrimination vis-à-vis des emplois en contact avec la clientèle »,Revue Française d’Economie) au profit, par exemple, du commerce ou de l’hôtellerie restauration . Pour des raisons qui tiennent en partie à la réticence d’un trop grand nombre d’ employeurs privés, les immigrés sont sous représentés dans ces emplois. Afin d’accéder à ces postes ils n’est pas rare qu’ils se mettent à leur compte. A cette discrimination à l’embauche s’ajouteraient les difficultés qu’ils rencontrent pour quitter les grands centres urbains et rejoindre les zones moins denses où se situent de plus en plus les emplois de service (on évoque en particulier la difficulté à trouver une place en HLM en dehors de sa commune ou de son département).

Les obstacles spécifiques que rencontrent les immigrés sur le marché du travail peuvent expliquer la proportion importante d’inactifs parmi les personnes en âge de travailler. On pense ici aux femmes dont le taux de chômage est deux fois supérieur à celui des femmes non immigrées.

Quand l’immigration encourage l’emploi non qualifié

La France est l’un des pays industrialisés qui reçoit le plus d’immigrants à faible qualification. A priori, on peut craindre que ces flux occasionnent un effet négatif sur l’emploi et les salaires des ouvriers et employés autochtones les moins qualifiés. Il s’agit d’un coût direct de l’immigration, rapide et socialement douloureux. Toutefois il existe des retombées positives, moins visibles mais tout aussi réelles (3). 

On peut repérer trois effets indirects. Le premier réside dans les dépenses des immigrants et de leurs familles qui, le plus souvent, procèdent à des achats de biens et services riches en main d’oeuvre non qualifiés (alimentation, produits manufacturés peu coûteux…). Le second effet concerne les entreprises qui embauchent de la main d’oeuvre peu qualifiée et qui pourraient être tentées de la remplacer par des équipements pour affronter l’intensification de la concurrence ou contourner une pénurie de personnel. L’existence d’une main d’oeuvre immigrée supplémentaire incite les firmes à freiner une recherche souvent outrancière de productivité qui s’exerce au détriment de l’emploi de tous les salariés, y compris autochtones. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles le secteur tertiaire américain, pays de forte immigration, est beaucoup plus créateur d’emplois qu’en France. Enfin, chacun peut constater dans son quartier que les immigrés maintiennent et développent des activités délaissées par les Français (commerce de proximité en particulier). Eventuellement, ceci peut être l’occasion d’embaucher des salariés supplémentaires. 

Et pourtant ils consomment….

Les immigrés ne sont pas tous producteurs mais ils sont tous consommateurs, comme chacun d’entre nous. Dans la mesure où ils ne vivent pas en complète autarcie, ces achats alimentent la production générale et encouragent l’emploi dans tout le pays. Les habitants de Montbéliard ont pu le vérifier lorsque entre 1984 et 1986, plus de 5 % de la population a disparu en raison d’une incitation au départ des immigrés. Le résultat fut aussi rapide que désastreux : ”Le nombre de logements vides s’accroît, les organismes HLM ont près de 3 000 logements vacants. Si le départ des immigrés n’est pas la seule cause, le secteur du bâtiment et des travaux publics perd 1 000 emplois en 5 ans (…)  Une enquête auprès des commerçants réalisée par des élèves du collège des Buis à Valentigney conclut à de très fortes baisses de chiffre d’affaires dans les supermarchés, boulangeries, boucheries, bureaux de tabac, pressing…Les moyens financiers des communes sont touchés par la diminution de la taxe d’habitation et de la dotation générale de fonctionnement, toutes deux liées au nombre d’habitants. Au total, les effets sont très négatifs pour l’économie de la région. ” (4)

 L’économiste américain Julian Simon nous fournit un modèle pour déterminer si cet effet “demande” peut compenser les pertes que subissent les salariés locaux qui sont concurrencés par les immigrés. Selon lui, l’immigration se traduit par un gain net en termes d’emplois si la consommation relative des immigrés (par rapport aux non immigrés) est plus forte que leur probabilité relative d’occuper un emploi. En reprenant les chiffres fournis par Gerard Pince dans son brulot anti-immigration, on peut montrer montrer que c’est bien le cas en ce qui concerne les immigrés extra-européens, ceux-la même qu’il souhaite voir partir en nombre (Leur consommation représente 77% de celle des français de souche tandis que leur chance de trouver un emploi atteint 75% de celle des français). En revanche, contre toute attente, c’est la présence des immigrés européens qui pourrait avoir un un effet négatif sur l’emploi des autochtones…

Les économistes ne nient que l’entrée massive de travailleurs immigrés puissent détruire de l’emploi, mais ils démontrent qu’à moyen terme cette offre de travail supplémentaire suscite une demande nouvelle qui compense voire excède les pertes initiales. Le malthusianisme ne parait pas une bon remède pour lutter contre le chômage. La France en est un bon exemple puisqu’elle le pratique depuis des décennies sans résultat probant (pré-retraites, diminution du temps de travail…) Reste à imaginer d’autres pistes plus imaginatives, plus fructueuses et plus conformes à nos traditions.
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.37/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

140 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 27 mai 2009 10:09

    Dans la mesure où ils ne vivent pas en complète autarcie

    C’est souvent le cas , comme dans certains quartiers de Marseille ou le quartier chinois à Paname . Une économie souterraine importante , beaucoup de travail au black n’apportant strictement rien à la collectivité .

    Les patronats européens jouent de la conccurence de cette main d’oeuvre à vil prix pour exercer une pression à la baisse sur les salaires des locaux , et si l’immigration n’est pas responsable à elle seule du chômage , elle est à coup sûr responsable du niveau misérable des salaires les plus bas .

    J’ai parlé de ce problème dans un article traitant du cas particuliers des routiers venant des pays de l’est .


    • Trashon Trashon 27 mai 2009 11:18

      "Les patronats européens jouent de la conccurence de cette main d’oeuvre à vil prix pour exercer une pression à la baisse sur les salaires des locaux , et si l’immigration n’est pas responsable à elle seule du chômage , elle est à coup sûr responsable du niveau misérable des salaires les plus bas ."

      Vous démontrez vous même que ce n’est pas l’immigration qui est responsable de la baisse des salaires mais bien le patronat !

      Donc pourquoi quand Goliath vous met dans la merde vous en prennez vous à David ? 


    • Acturevue Acturevue 27 mai 2009 11:41

      Je pense que dire que les immigrés vivent en autarcie est non fondé. Mais quand bien même cela serait vrai pour certains. N’est-il pas normal de se replier sur sa communauté quand on doit faire face au racisme permanent des « bons français », quand on se voit accusé de tous les maux, alors même que leur pays ont été détruit par les effets directs ou indirects de la colonisation. Alors même qu’ils n’ont pas de droit de vote ou qu’ils ont pour la plupart à se contenter de logements insalubres... Les exclure conduit forcément à se replier , et ne pas se sentir « français ». Il serait peut-être temps de revoir la relation que l’on entretien avec eux, qui sont une richesse pleine de différence , plutôt que des salles gens qui volent les emplois et qui augmentent les chiffres de la délinquance. Le terreau de la violence, ce n’est pas le fait qu’ils soient noir, immigrés ou arabes, mais qu’ils soient pauvres et exclut parce que on accepte de profiter de leur richesse, mais on refuse de les considérer comme français et de reconnaître leur droit.


    • LE CHAT LE CHAT 27 mai 2009 12:27

      @acturevue

      c’est plutôt de nos richesses , nos emplois , nos logements sociaux , notre système de santé que les immigrés viennent profiter et pas l’inverse !!!


    • Massaliote 27 mai 2009 13:59

      « Leurs pays ont été détruits par les effets directs ou indirects de la colonisation ». C’est beau comme l’évangile selon St MARX !

      Ouvrez un peu les yeux et vous verrez qu’ils se sont très bien débrouillés tous seuls pour détruire tout ce que la colonisation leur avait apportée.

      ET NON, VOUS NE FEREZ GOBER A PERSONNE LE REPLI COMMUNAUTAIRE CONSEQUENCE DE LA XENOPHOBIE BIEN CONNUE DE CES FRANCAIS DE SOUCHE QUE VOUS MEPRISEZ TANT.


    • abdelkader17 27 mai 2009 14:10

      @Chat
      Qu’est ce que cette vision réductrice de l’étranger, vous avez colonisé ces pays, pillé leurs richesse pendant des décennies, vous continuez à en détenir les clefs et les leviers par des politiques cyniques et criminels, alors arrêter un peu d’accuser les étrangers des malheurs de l’occident, c’est de la mauvaise foi.
      Profiter de quoi ?quand je vois vos réactions primaires, le mythe de la France en particulier terre d’accueil et d’ouverture n’est bel et bien qu’un mirage et je pense que c’est pareil ailleurs.
      Vous avez eu besoin de cette main d’oeuvre corvéable à merci, maintenant vos dirigeants vont exploité la misère sous d’autres cieux bien plus cléments, il faut composer avec ses erreurs et son passé, l’histoire n’est jamais à sens unique.


    • abdelkader17 27 mai 2009 14:12

      correction
      cyniques et criminelles.


    • LE CHAT LE CHAT 27 mai 2009 14:26

      @ abdelkader

      ne m’associe en aucun cas au « vous » . Je ne suis en aucune façon responsable des politiques coloniales dont ont bénéficié quelques profiteurs ! est ce que je te rends responsable des agressions islamique en europe au 8eme siècle ou de l’esclavage des noirs . pas plus que chez vous nos dirigeants ne demandent notre avis !!


    • abdelkader17 27 mai 2009 14:27

      @Massaliotte
      Parce que la colonisation à été une oeuvre d’émancipation des peuples, aller faire gober ça à vos enfants et encore, la colonisation n’a rien apporté d’autre que la misère, le sang, la destruction des cultures,le pillage des richesses, l’esclavage légalisé, tout ça au nom de la mission civilisatrice de notre bonne vieille France ou ailleurs de la vieille Europe.


    • abdelkader17 27 mai 2009 14:40

      @Le chat
      tu procèdes de la même manières quand tu parles des immigrés, comme si c’était un tout monolithique, réponse du berger à la bergère.


    • Nobody knows me Nobody knows me 27 mai 2009 14:52

      >> Ouvrez un peu les yeux et vous verrez qu’ils se sont très bien débrouillés tous seuls pour détruire tout ce que la colonisation leur avait apportée.

      Mais bien sûr, ça doit être ça !! Les tonnes d’historiens et de chercheurs devaient avoir les yeux fermés quand ils ont fait leurs investigations. Et ils devaient tenir les parchemins à l’envers également...

      Si vous réfutez les faits historiques démontrés, vous allez avoir des ennuis.
       smiley


    • Nobody knows me Nobody knows me 27 mai 2009 14:54

      Mdr, aujourd’hui le « Dessous des cartes » est présenté par Jacob...


    • Nobody knows me Nobody knows me 27 mai 2009 15:03

      >> Je ne suis en aucune façon responsable des politiques coloniales dont ont bénéficié quelques profiteurs !

      Pourtant, vous et moi en profitons encore et toujours. Et le cautionnons par nos votes à nos représentants qui perpétuent cette politique.

      Pourquoi l’armée française a-t-elle une quirielle de contrats avec les pays d’Afrique centrale, d’après vous ?
      On me dira que notre armée maintient l’ordre dans ces pays et empêche que tout le monde se trucide, d’accord. Mais soyons cohérent, si on veut fermer le robinet, on fait rentrer toutes les troupes en France et vous verrez si l’uranium arrive aussi facilement dans nos centrales. M’étonnerait pas que le prix de l’électricité augmente... Et ce serait pas la faute d’une privatisation cette fois.


    • abdelkader17 27 mai 2009 15:05

      Hubert est un raciste sioniste défendant l’idéal d’un exclusivisme colonial juif.


    • Massaliote 27 mai 2009 16:00

      @NOBODY

      Une occasion de vous instruire :

       

      • LETTRE A Mr BOUTEFLIKA, président de la République algérienne.

        • Monsieur le Président,
          En brandissant l’injure du génocide de l’identité algérienne par la France, vous saviez bien que cette identité n’a jamais existé avant 1830. Mr Ferrat Abbas et les premiers nationalistes avouaient l’avoir cherchée en vain. Vous demandez maintenant repentance pour barbarie : vous inversez les rôles ! C’était le Maghreb ou l’Ifriqiya, de la Libye au Maroc. Les populations, d’origine phénicienne (punique), berbère (numide) et romaine, étaient, avant le VIIIème siècle, en grande partie chrétiennes (500 évêchés dont celui d’Hippone/ Annaba, avec Saint Augustin). Ces régions agricoles étaient prospères.

      Faut-il oublier que les Arabes, nomades venant du Moyen Orient, récemment islamisés, ont envahi le Maghreb et converti de force, « béçif » (par l’épée), toutes ces populations. « Combattez vos ennemis dans la guerre entreprise pour la religion….Tuez vos ennemis partout où vous les trouverez » (Coran, sourate II, 186-7). Ce motif religieux était élargi par celui de faire du butin, argent, pierreries, trésor, bétail, et aussi bétail humain, ramenant par troupeaux des centaines de milliers d’esclaves berbères ; ceci légitimé par le Coran comme récompense aux combattants de la guerre sainte (XLVIII, 19, 20) . Et après quelques siècles de domination arabe islamique, il ne restait plus rien de l’ère punico romano berbère si riche, que des ruines (Abder-Rahman ibn Khaldoun el Hadrami, Histoire des Berbères I, p.36-37, 40, 45-46. 1382)

      Faut-il oublier aussi que les Turcs Ottomans ont envahi le Maghreb pendant trois siècles, maintenant les tribus arabes et berbères en semi esclavage, malgré la même religion, les laissant se battre entre elles et prélevant la dîme, sans rien construire en contre partie. Faut-il oublier que ces Turcs ont développé la piraterie maritime, en utilisant leurs esclaves. Ces pirates barbaresques arraisonnaient tous les navires de commerce en Méditerranée, permettant, outre le butin, un trafic d’esclaves chrétiens, hommes, femmes et enfants. Dans l’Alger des corsaires du XVI ème siècle, il y avait plus de 30.000 esclaves enchaînés. D’où les tentatives de destruction de ces bases depuis Charles Quint, puis les bombardements anglais, hollandais et même américain…Les beys d’Alger et des autres villes se maintenaient par la ruse et la force, ainsi celui de Constantine, destitué à notre venue, ayant avoué avoir fait trancher 12.000 têtes pendant son règne. …/

      Faut-il oublier que l’esclavage existait en Afrique depuis des lustres et existe toujours. Les familles aisées musulmanes avaient toutes leurs esclaves africains. Les premiers esclavagistes,

      Monsieur le Président, étaient les négriers noirs eux-mêmes qui vendaient leurs frères aux Musulmans du Moyen Orient, aux Indes et en Afrique (du Nord surtout), des siècles avant l’apparition de la triangulaire avec les Amériques et les Antilles, ce qui n’excuse en rien cette dernière, même si les esclaves domestiques étaient souvent bien traités.

      Faut-il oublier qu’en 1830, les Français sont venus à Alger détruire les repaires barbaresques ottomans qui pillaient la Méditerranée, libérer les esclaves et, finalement, affranchir du joug turc les tribus arabes et berbères opprimées.

      Faut-il oublier qu’en 1830, il y avait à peu près 5.000 Turcs, 100.000 Koulouglis, 350.000 Arabes et 400.000 Berbères dans cette région du Maghreb où n’avait jamais existé de pays organisé depuis les Romains. Chaque tribu faisait sa loi et combattait les autres, ce que l’Empire Ottoman favorisait, divisant pour régner.

      Faut-il oublier qu’en 1830 les populations étaient sous développées, soumises aux épidémies et au paludisme. Les talebs les plus évolués qui servaient de toubibs (les hakems), suivaient les recettes du grand savant « Bou Krat » (ou plutôt Hippocrate), vieilles de plus de 2.000 ans. La médecine avait quand même sérieusement évolué depuis !

      Faut-il oublier qu’à l’inverse du génocide, ou plutôt du massacre arménien par les Turcs, du massacre amérindien par les Américains, du massacre aborigène par les Anglais et du massacre romano-berbère par les Arabes entre l’an 700 et 1500, la France a soigné, grâce à ses médecins (militaires au début puis civils) toutes les populations du Maghreb les amenant de moins d’un million en 1830 en Algérie, à dix millions en 1962.

      Faut-il oublier que la France a respecté la langue arabe, l’imposant même au détriment du berbère, du tamashek et d es autres dialectes, et a respecté la religion (ce que n’avaient pas fait les Arabes, forçant les berbères chrétiens à s’islamiser pour ne pas être tués, d’où le nom de « kabyle » -j’accepte).

      Faut-il oublier qu’en 1962 la France a laissé en Algérie, malgré des fautes graves et des injustices, une population à la démographie galopante, souvent encore trop pauvre, -il manquait du temps pour passer du moyen âge au XX ème siècle. Mais en bonne santé, une agriculture redevenue riche grâce aux travaux des Jardins d’Essais, des usines, des barrages, des mines, du pétrole, du gaz, des ports, des aéroports, un réseau routier et ferré, des écoles, un Institut Pasteur, des hôpitaux et une université, la poste… Il n’existait rien avant 1830. Cette mise en place d’une infrastructure durable, et le désarmement des tribus, a été capital pour l’État naissant de l’Algérie.

      Faut-il oublier que les colons français ont asséché, entre autres, les marécages palustres de la Mitidja, y laissant de nombreux morts, pour en faire la plaine la plus fertile d’Algérie, un grenier à fruits et légumes, transformée, depuis leur départ, en zone de friche industrielle.

      Faut-il oublier que la France a permis aux institutions de passer, progressivement, de l’état tribal à un Etat nation, et aux hommes de la sujétion à la citoyenneté en construction, de façon, il est vrai, insuffisamment rapide. Le colonialisme, ou plutôt la colonisation a projeté le Maghreb, à travers l’Algérie, dans l’ère de la mondialisation.

      Faut-il oublier qu’en 1962, un million d’européens ont dû quitter l’Algérie, abandonnant leurs biens pour ne pas être assassinés ou, au mieux, de devenir des habitants de seconde zone, des dhimmis, méprisés et brimés, comme dans beaucoup de pays islamisés. Il en est de même de quelques cent mille israélites dont nombre d’ancêtres s’étaient pourtant installés, là, 1000 ans avant que le premier arabe musulman ne s’y établisse. Etait-ce une guerre d’indépendance ou encore de religion ?

      Faut-il oublier qu’à notre départ en 1962, outre au moins 75.000 Harkis, sauvagement assassinés, véritable crime contre l’humanité, et des milliers d’européens tués ou disparus, après ou avant, il est vrai, les excès de l’O.A.S., il y a eu plus de 200.000 tués dans le peuple algérien qui refusait un parti unique , beaucoup plus que pendant la guerre d’Algérie. C’est cette guerre d’indépendance, avec ses cruautés et ses horreurs de part et d’autre, qui a fondé l’identité algérienne. Les hommes sont ainsi faits !

      Monsieur le Président, vous savez que la France forme de bons médecins, comme de bons enseignants. Vous avez choisi, avec votre premier ministre, de vous faire soigner par mes confrères du Val de Grâce. L’un d’eux, Lucien Baudens, créa la première Ecole de médecine d’Alger en 1832, insistant pour y recevoir des élèves autochtones. Ces rappels historiques vous inciteront, peut-être, Monsieur le Président, à reconnaître que la France vous a laissé un pays riche, qu’elle a su et pu forger, grâce au travail de toutes les populations, des plus pauvres aux plus aisées -ces dernières ayant souvent connu des débuts très précaires -. La France a aussi créé son nom qui a remplacé celui de Barbarie. Personne ne vous demandera de faire acte de repentance pour l’avoir laissé péricliter, mais comment expliquer que tant de vos sujets, tous les jours, quittent l’Algérie pou r la France ?

      En fait, le passé, diabolisé, désinformé, n’est-il pas utilisé pour permettre la mainmise d’un groupe sur le territoire algérien ?

      Je présente mes respects au Président de la République, car j’honore cette fonction.

      Un citoyen français, André Savelli, Professeur agrégé du Val de Grâce.


    • Nobody knows me Nobody knows me 27 mai 2009 16:15

      Je ne vous ai pas attendu pour m’instruire et je connaissais cette lettre. Voici le droit de réponse d’un citoyen algérien. Beaucoup de commentaires sont également très lucides, vous pourrez les trouver sur ce lien. Avec ce point de vue, on pourrait rebalancer la purée sur Hiroshima et Nagazaki et dire « ooooh ben vous avez déjà vécu ça, vous êtes habitués »...

      Droit de réponse à l’adresse du professeur André Savelli, Hôpital du Val de Grâce

      C’est au hasard de mes errances de bédouin, que je viens de tomber sur votre « Lettre ouverte à M. Bouteflika, président de la République Algérienne », publiée sur le site du
      « Journal Chrétien » daté du 10 décembre 2007, suivant lien :
      http://www.spcm.org/Journal/spip.php?breve4711
      Etant peu soucieux de savoir si l’on vous a ou non répondu officiellement à votre lettre ouverte en même temps que peu curieux des pérégrinations médicales des uns ou des autres, c’est à titre de citoyen algérien outragé, que je voudrais réfuter ici, un certain nombre de contre vérités que vous n’avez pas craint d’avancer, au mépris des règles ordinaires de l’honnêteté intellectuelle dont font preuve en général, les hommes de l’art comme vous l’êtes. Quel dommage donc, M. le professeur ! Et permettez-moi ici, de passer en revue quelques unes de vos assertions qui relèvent tout bonnement de l’imposture.
      - Quand vous prétendez citer le Texte sacré de l’Islam, en attribuant le passage suivant au Coran : «  »Combattez vos ennemis dans la guerre entreprise pour la religion…..Tuez vos ennemis partout où vous les trouverez. – Coran, Sourate II, 186-7«  », vous commettez là, une falsification caractérisée du texte sacré, puisque le Verset en question se traduit comme suit :
      «  »Combattez au nom de Dieu, ceux qui vous combattent et n’agressez point, Dieu n’aime pas les agresseurs…Tuez-les (les agresseurs) et chassez-les, d’où ils vous ont chassés. La fitna (le désordre) est pire que la guerre….«  ». Seraient-ce là les syndromes d’une trop longue fréquentation pédagogique de la psychopathie que vous enseignez depuis si longtemps M. le professeur ? Je le crains pour vous….
      - Quand vous prétendez «  »qu’en 1830, les français sont venus à Alger détruire les repaires barbaresques ottomans qui pillaient la Méditerranée, libérer les esclaves et, finalement affranchir du joug turc les tribus arabes et berbères opprimées«  »….cela tient du donquichottisme béat, pour qui se souvient de la fameuse harangue du Roi Très Chrétien à ses députés en cette journée du 2 Mars 1830 : «  »…mais je ne puis laisser plus longtemps impunie l’insulte faite à mon pavillon ; la réparation éclatante que je veux obtenir, en satisfaisant l’honneur de la France, tournera, avec l’aide du Tout-Puissant, au profit de la chrétienté. »
      Et dire que c’est le même genre de discours de marchands trompeurs et pilleurs, que l’on continue de servir encore aux bons peuples, comme le font aujourd’hui, les Bush et leurs supplétifs de France et de Navarre, pour vendre la guerre pétrolière contre l’Irak, l’Afghanistan – et probablement demain contre l’Iran, tantôt au non de la lutte contre le terrorisme, tantôt au nom de la démocratisation….
      C’est assez souligner, pour revenir à l’Algérie, – et bien avant que le récent ouvrage de Pierre Péan ne vienne opportunément le rappeler – que beaucoup d’historiens savaient de quel coté se trouvaient les pillards, c’est-à-dire les hordes de marchands-mercenaires ayant noms de Bourmont, de Sellières et autres Schneider, arrivés dans les bagages de la soldatesque de cet infortuné Charles X, à qui l’invasion et le pillage de l’Algérie ne porta pas bonheur, puisqu’il fut forcé d’abdiquer quelques semaines plus tard pour s’exiler à Prague, puis en Autriche où il s’en fut mourir, de honte et surtout de choléra....comme les « barbares » mouraient eux, de paludisme, n’est-ce pas docteur ?.....
      - Vous persistez ensuite dans le dénigrement et l’imposture contre la société algérienne d’alors – 1830 – en écrivant : «  »Les talebs les plus évolués qui servaient de toubibs (hakems) suivaient les recettes du grand savant – Bou Krat – (Hyppocrate), vielles de plus de 2000 ans. La médecine avait quand même sérieusement évolué depuis !...«  » Dommage M. le professeur, que vous feignez d’ignorer que la société algérienne en 1830, faisait partie intégrante – et le demeure encore -, de ce vaste ensemble civilisationnel qu’est le monde arabo musulman. Dommage aussi, que vous ayez cru devoir escamoter les apports décisifs de la médecine arabo musulmane à un Occident médiéval, longtemps pétri d’ignorance, de ruralité et d’obscurantisme. Quelle ingratitude, monsieur, à l’égard de vos premiers maîtres en la matière, comme Ibnu Sina, Ar-Razi ou Abulkassis pour ne citer que ces grands précurseurs dont les travaux ont constitué les premiers fondements de la médecine moderne. Dommage enfin, que vous feignez d’ignorer que c’est à Bagdad que fut édifié le premier et le plus grand hôpital de l’époque, plus de 7 siècles avant l’Occident. Non, M. le professeur Savelli, votre feinte amnésie n’est que la conséquence d’une regrettable inclination de pied noir indécrottable et nostalgique de « l’Algérie de papa ». Nostalgique au point d’en adopter à la fois, la même posture de supériorité et le même ton de condescendance et de refus de regarder l’Histoire. En en assumant toutes les facettes….En particulier les moins brillantes, comme par exemple l’Histoire des crimes établis, perpétrés par la colonisation française et que vous cherchez à escamoter et à gommer, en convoquant d’autres génocides….En faisant sciemment l’amalgame entre des génocides réels, comme ceux subis par les Amérindiens en Amérique et les aborigènes en Australie et les génocides supposés comme ceux qu’auraient subi les Arméniens ou les « romano berbères » comme vous dites….
      Pour le reste, je ne m’appesantirai que pour l’humour, sur votre effort méritoire pour comprendre la langue arabe « à votre rythme » et surtout pour l’interpréter à l’aune de vos propres phantasmes, quand vous écrivez par exemple et avec une touchante suffisance :
      «  »Faut-il oublier que la France a respecté la langue arabe, l’imposant même au détriment du berbère, du tamashek et des autres dialectes et a respecté la religion (ce que n’avaient pas fait les Arabes, forçant les berbères chrétiens à s’islamiser pour ne pas être tués, d’où le nom de kabyle – j’accepte)«  »Du vrai délire linguistique, M. le professeur ! le terme kabyle étant tout simplement dérivé de la racine arabe de قبيلة – قبائل – قبائلي. – (tribu, tribus, membre de la tribu).
      Je profite de l’anecdote pour signaler que ce genre d’erreur – souvent dû à une faible maîtrise de la langue arabe - est très courant même chez les pseudo « orientalistes » réputés, comme Denise Masson, voire même Jacques Berque. Il suffit pour s’en apercevoir, de comparer les traductions plus ou moins sérieuses – sournoises serait plus juste ! - du Coran, faites par ces derniers, avec la magistrale traduction donnée par le regretté Cheikh Muhammad Hamidullah, ce véritable apôtre moderne de l’Islam des Lumières.

      Enfin, - et j’en finis par le « bouquet » de la lettre ouverte - quand M. Savelli débute son factum en prétendant que l’identité algérienne «  »n’a jamais existé avant 1830«  » en se fondant curieusement sur des propos ambigus du grand leader nationaliste algérien Ferhat Abbas, mais en faisant totalement l’impasse sur les incontournables « Histoire de l’Afrique du Nord » de Charles –André Julien ou « l’Algérie, Nation et Société » de Mostéfa Lachraf qui réfutent brillamment l’un comme l’autre, les thèses coloniales niant l’existence de la Nation Algérienne.
      Encore une ignorance feinte, M. le professeur ! N’est-ce pas là d’ailleurs la pire des ignorances ?. (Abdelkader Dehbi).


    • abdelkader17 27 mai 2009 16:20

      @Massaliotte
      tissu de connerie d’un professeur nostalgique de la mission civilisatrice de la France.
      Par contre notre bon professeur lui à sciemment oublié tous les massacres et les exactions dont s’est rendu coupable le colonialisme et Algérie des enfumades de Bugeaud en passant par la torture institutionnelle, les camps de regroupement, le napalm et toutes ces saloperie.
      Ces infrastructures profitaient en premier lieu aux colons, qui exploitaient les indigènes.
      Le colonialisme est une abomination et ce ne sont pas pas « vos bons sentiments » et vos tentatives de réhabilitation en règle qui changeront la donne.


    • Shaytan666 Shaytan666 27 mai 2009 18:45

      Hubert, le lien ne marche pas !!!!!


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 28 mai 2009 01:34

      Combien de fois devra-t-on le dire ? Bien sûr, on maltraite les immigrants... mais la solution est simplement qu’il n’y ait pas d’immigrants - ce qui est mieux pour eux comme pour nous - et la façon de le faire est de fermer non pas la frontière physique, mais la frontière intangible parfaitement contrôlable, de l’accès aux services. On ne le fait pas, parce que blâmer les immigrants est facile et que ça détourne l’attention de l’incurie de la gouvernance que nous avons.


      Pierre JC Allard

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 28 mai 2009 01:50

      Le passé est le passé. Mais il reste que l’Afrique ne s’en sortira pas si une collaboration entre les autochtones et l’Occident ne permet d’y ramener un peu de l’ordre qui y a régné durant la période coloniale... et plus jamais pas la suite



      PJCA

    • LE CHAT LE CHAT 27 mai 2009 10:20

      si l’immigration n’est pas à elle seule responsable du chômage , elle l’est pour la pression exercée à la baisse sur les bas salaires par le patronat européen qui compte sur ces travailleurs à vil prix pour exercer un chantage sur les travailleurs les moins qualifiés . J’ai évoqué le sujet dans un article sur le cas particulier des routiers .

      Dans la mesure où ils ne vivent pas en complète autarcie

      c’est malheureusement souvent le cas , avec des quartiers communautarisés où l’économie souterraine et le travail au black n’apportent strictement rien à la France .


      • Massaliote 27 mai 2009 10:31

        Quid des dépenses de santé ?

        La sécurité sociale est plombée par la CMU dont tous ces CPF sont bénéficiaires et les dernières lois Jospin faisant obligation de soins et de subsistance à tous étrangers en situation irrégulière pouvant attester qu’ils sont atteints de maladies graves (cancers, sida, etc...) les dits irréguliers n’étant de ce seul fait PLUS EXPULSABLES. Ceci constitue un véritable appel à tous les malheureux atteints de maladies incurables. Très productifs pour la société française...

        C’ EST GRAND, C’ EST BEAU, C’ EST GENEREUX LA FRANCE !

        Et ils sont où les rois des cons ?




        • LE CHAT LE CHAT 27 mai 2009 10:33

          Idem pour la pression sur le budget des prisons ..........


        • abdelkader17 27 mai 2009 11:42

          @Massaliotte
          On retrouve là les poncifs de nos petits franchouillards sur l’immigré qui viendrait uniquement profiter du système Français et vider un peu plus les caisses de l’état.
          Le chômage structurel ne date pas d’hier et en aucun cas pour unique facteur d’explication l’immigration, mais est plutôt le fruit de politiques visant à réduire le plein emploi et accroitre la concurrence entre le salariat.
          La casse de l’outil industriel, les délocalisations, l’abandon de certains secteurs du à la mutation de l’appareil industriel, la robotisation,la précarité comme norme salariale contemporaine et ce quelque soit les individus, la compétitivité comme seul horizon.
          C’est d’une aberration de vouloir expliquer les mutations socio-économiques d’une société par son immigration, fruit de processus divers et complexe.
          De plus les immigrés très peu qualifiés sont toujours employé dans des secteurs où le travail est ingrat et pénible que la majorité des autochtones délaissent qui vident les poubelles, ou se fait exploiter dans la restauration ?
          Les patrons voyous qui n’hésitent pas à employer une main d’oeuvre sans papier, l’ami Bouygues grand patron du bâtiment et ami intime de notre président ne se prive aucunement.
          Les étrangers ont bon dos surtout en période de crise aiguë,qui dit immigration dit émigration
          l’aveuglement dont vous êtes le fruits vous dispense d’une analyse globale et vous prive de la reconnaissance du sacrifice que cela représente pour l’exilé.
          A voir documentaire de Gilles Balastre le chômage à une histoire.


        • Nobody knows me Nobody knows me 27 mai 2009 13:23

          Très productifs pour la société française...

          C’est vrai que depuis l’avènement de Sarkozy, la France n’est plus une république mais une entreprise, une TGE... Elle doit rapporter du pognon.
          Ses hôpitaux doivent rapporter. Ses écoles, ses collèges, ses lycées, ses facultés doivent rapporter. Ses transports doivent rapporter.


        • Philou017 Philou017 27 mai 2009 15:50

          Et ils sont où les rois des cons ?

          Les rois des cons, c’est vous. Vous avez laissé les financiers, les multinationales et leurs amis les dirigeants politiques piller ces pays sans rien vraiment faire pour leur développement.

          Maintenant que des gens viennent se faire soigner ici, on vous les désigne comme des boucs-émissaires et vous aboyez avec les loups.
          Pendant ce temps, les financiers ruinent la planete en se gavant sur les délocalisations, les degraissages et autres cadences de travail infernales, tout en jouant à un casino dement qui met l’économie mondiale sur la paille. Pendant que les riches se font rembourser leurs pertes sur le dos des contribuables, on vous invite à vous serrer la ceinture en attendant des jours meilleurs.

          Salauds d’immigrés...


        • marcel 27 mai 2009 10:32

          "Le malthusianisme ne parait pas une bon remède pour lutter contre le chômage. La France en est un bon exemple puisqu’elle le pratique depuis des décennies sans résultat probant (pré-retraites, diminution du temps de travail…) Reste à imaginer d’autres pistes plu"

          Si le France pratiquait le mathusianisme ( théorie développée par T.R.Malthus (essai sur le principe de population) selon lequel il est nécéssaire de mettre le chiffre de population d’un pays donné en adéquation avec ses possibilités (capacités de charge ), comment expliquer qu’elle ait laissé sa population croître au-delà du raisonnable et surtout qu’elle laisse des populations issues du 1/3 Monde se reproduire comme des lapins ?

          J’avoue ne pas saisir votre conception du malthusianisme.


          • Nobody knows me Nobody knows me 27 mai 2009 13:28

            >> comment expliquer qu’elle ait laissé sa population croître au-delà du raisonnable et surtout qu’elle laisse des populations issues du 1/3 Monde se reproduire comme des lapins ?

            Parce que, Mr le vétérinaire, l’extermination de masse est interdite depuis à peu près 60 ans. Malgré qqs réfractaires de ci de là qui se permettent des petites fantaisies...

            On a bien inventé la capote et d’autres moyens contraceptifs, fait de la prévention, mais que voulez-vous ? On ne peut pas couper la queue de tous les hommes et ligaturer les trompes de toutes les femmes sous prétexte qu’il y a trop de chômage... ou que leur origine soit autre que la France.


          • Le petit département éclairé 27 mai 2009 15:04

            Marcel,
            Il s’agit du malthusianisme appliqué au marché du travail. Ici cela consisterait à se partager les emplois entre français plutôt que d’accroître le nombre d’emplois. On peut faire un parallèle avec les préconisations de Malthus. Dans le domaine auquel il s’interessait, celui des subsistances, il recommandait de répartir les biens alimentaires entre un nombre de comparses plus faible. Rationner une ressource plutôt que l’accroître relève du matlhusianisme.


          • moebius 27 mai 2009 21:57

            vous n’avez pas lu cet article. C’est du bla bla pour vous mais étes vous sur de l’avoir compris ?


          • barbouse, KECK Mickaël barbouse 27 mai 2009 10:39

            bonjour,

            les immigrants, quel jolie terme générique pour cacher un trop grand ensemble de différence pour etre « rapidement explicite »,

            il manque quelque éléments a votre démonstrations pour être un peu plus réaliste,

            vous dites les immigrants ont plus de mal a trouver un emploi, c’est vrai, et en même temps les immigrants sont pour parti inemployable ( problème de langage, de compétence a louer sur le marché du travail tel qu’il en reste un, tout le monde n’a pas accès a une éducation nationale, etc..),

            pour parti employable mais n’ont pas de réseaux à piston,

            et enfin d’autres sont confronté a tellement de problèmes humain au mètre carré que l’énergie qui leur reste pour travailler est parfois insuffisante pour garder leur emploi au delà d’une période d’essai.
             
            Vous dites les immigrants consomment, on vous répondras qu’ils envoient aussi de l’argent a l’étranger, autant que possible, et qu’ils sont un facteur de redistribution de l’argent public via les aides vers la consommation national, mais un facteur de dispersion de l’argent issue du travail vers l’international.
             
            et enfin, votre démonstration ne prend pas en compte le « cout » de la gestion des immigrants qui se font aussi sur les impots des autochtones,
             
            comme les plans banlieues de certains endroits ( parce que dans quantité de banlieue il y a des français), les couts des centres de rétentions pour sans papiers, les enveloppes données à ceux qui font un retour avant de refaire un aller, les réseaux d’associations subventionnés, les batiments a entretenir ou a reconstruire aprés dégradation ou incendie, le tarif horaires des forces de l’ordre et autres fonctionnaires chargé de s’occuper de cet réalité,

            et même pour certain on y ajouterai le cout en anti dépresseur des profs de zep ajouté a celui des frais de voiture rayées ( euphémisme), en frais hospitalier des agressés, en frais judicaire et en ponction sur l’envellope de l’aide juridique autant des victimes des crimes d’immigrés que du droit à la justice de l’immigré,

            Et encore, on y ajouterai le cout pour repenser les programmes scolaires vers le bas, les portiques de sécurité, le cout des forces de l’ordre supplémentaires embauchées depuis sarkozy,

            le cout des moults pot de vins pour acheter un peu de paix social par les maires, du truc mis dans une MJC cassé 3 jours aprés en passant par les caméras sur certains parking ou quartier résidentiel,

            Et même peut etre les frais supplémentaire dans les métros, les gares, les aéroports, les lieux touristiques où l’on passe d’un peu de mendicité/ pick pocket a une agression en règle.

            Il faut y ajouter peut etre aussi, le cout des soins « gratuits », et de tout le systeme de surveillance sanitaire obligé de se spécialisé avec les maladies d’horizon étrangères, de peur qu’une épidémie tropical, ou chinoise, passe la frontière en même temps qu’un sans papier.

            cette liste est non exhaustive, mais je pense que si on veut regarder sérieusement le cout de l’immigration, on ne peut pas seulement dire qu’ils consomment et ont plus de mal a trouver du travail.

            amicalement, barbouse.


            • Trashon Trashon 27 mai 2009 11:12

              Bienvenue sur signal-vox   


              • herve33 27 mai 2009 11:28

                Ce que l’auteur oublie , c’est qu’une bonne partie des immigrés sont employés dans des secteurs où les autochtones refusent de travailler comme le BTP , ou des emplois non valorisants . De plus , les conditions de travail de ces immigrés sont souvent à la limite de légalité , voire de la dignité humaine .

                Cependant , l’immigration est effectivement un problème car n’importe quelle société a des limites pour l’assimilation de personnes de culture différente . Et surtout elle doit exiger que ces immigrés acceptent de respecter nos valeurs surtout en ce qui concerne les droits de la femme .

                Mais , les charters de reconduite à la frontière sont complètement inefficace et très couteuses , , et n’ont que pour but de flatter l’électorat d’extrême droite .

                Le seul moyen de combattre l’immigration est de dissuader les candidats à l’immigration de le faire , et le seul moyen , c’est le développement , et malheureusement la crise que nous connaissons qui impacte en premier lieu les pays les plus pauvres ne va faire qu’augmenter les flux migratoires .


                • ronchonaire 27 mai 2009 12:11

                  Au fil de ses articles, l’auteur dévoile le fond de sa pensée. Sous couvert d’humanisme et d’ouverture d’esprit, il considère tout à fait normal de faire venir des immigrés uniquement pour leur offrir des boulots peu qualifiés et mal payés. Il cherche à nous convaincre, en manipulant les chiffres à sa guise, qu’il est en fait très bénéfique pour le pays d’importer des pauvres, peu éduqués et en mauvaise santé. Il va même jusqu’à se féliciter du fait que les immigrés soient moins productifs, donc moins bien payés, que les « autochtones », car cela les empêche en pratique de venir les concurrencer sur le marché du travail ; cela démontre, nous explique-t-il, que les immigrés ne viennent absolument pas voler le pain des français, contrairement à une idée largement répandue. Il a raison sur ce point : les étrangers ne volent pas le pain des français, ils se contentent de grignoter les miettes que les français veulent bien leur laisser, en léchant le sol s’il le faut. Avouez que c’est un progrès considérable et qu’il y a vraiment de quoi être fier de la façon dont la France accueille ses étrangers.

                  Voilà donc tout ce que les bénis oui-oui, avec leur grands principes à la con, ont à offrir aux immigrés : ils ne leur proposent pas de les sortir de la misère, seulement de venir vivre leur misère en France au lieu de la vivre dans leur pays. C’est vrai que quitte à mourir de faim, autant le faire en ramassant les ordures des riches habitants d’un pays étranger plutôt qu’en essayant de cultiver dignement son lopin de terre dans son propre pays. Cerise sur le gâteau : vous êtes priés de ne surtout pas vous opposer à cela, sous peine de passer pour un immonde raciste ; puisqu’on vous dit que c’est de l’humanisme, bordel !


                  • unandeja 27 mai 2009 12:24

                    Responsable certainement pas mais ce qui est certain est-qu’elle l’alimente.
                    Plus on a de candidats pour un nombre de postes à pourvoir et plus on a de chomages.
                    Si a cela on rajoute de nouvelles entrées sur le territoire ; on augmente mathématiquement le nombre de candidat pour un nombre de postes qui reste identique.

                    La problématique logement est identique.

                    Quant on sait que l’immigration est surtout le fait de personnes peu qualifiées et que la crise touche ces emplois industriels peu qualifiés....


                    • ZEN ZEN 27 mai 2009 12:38

                      Mes ancêtres ,immigrés Goths , sont arrivés sans papiers...
                      Ils se sont installés en Lorraine où ils ont contribué au développement de cette région si déshéritée à l’époque...
                      C’est comme le Marocain du coin de ma rue, toujours là pour dépanner les gens , indispendable après vingt heures et les dimanches
                      J’ai même entendu parler d’un Italien qui avait quitté son village, victime d’ostracisme, que les gens ont fini par regretter
                      Il était...boulanger !


                      • Philou017 Philou017 27 mai 2009 13:31

                        Article fallacieux rempli de contre-vérités, d’exemples trompeurs, de généralisation sans argument.

                        La vérité est que c’est nos politiques a travers le libéralisme qui ont favorisé l’immigration massive. Par le dogme stupide de la libre-circulation des personnes sans controle, sanctionné par les accords de Schengen.
                        On a présenté tous les avantages de la libre-circulation sans parler des inconvénients, dramatiques, du point de vue de l’immigration massive, du développement des mafias et des trafics de drogue et autres, sans parler des magouilles financieres et fiscales à grande échelle.

                        Est-ce que les immigrés prennent le boulot des Autochtones. Oui, dans la mesure ou l’emploi n’est pas extensible, surtout dans le système libéral qui centralise et délocalise, et où un surcroit de main-d’oeuvre entraine plus de chômage et de pression sur les conditions de travail.

                        Les immigrés font le travail que ne veulent pas faire les Francais ?
                        Argument tres spécieux, et tres faux. Bien sur, les Francais ne veulent pas faire un travail pénible dans de mauvaises conditions et mal payé.
                        Dans ce cas-là, la juste régulation du marché consiste à faire ce qu’il faut pour améliorer les conditions de travail et augmenter les salaires. A partir de là, on trouve du monde.

                        L’immigration massive et le libéralisme amènent les entreprises à embaucher des travailleurs immigrés pour faire le boulot difficile, en les payant mal et sans guère améliorer les conditions de travail. Quel progrès...

                        Ceci dit on peut voir des cotés positifs à l’immigration. D’abord le mélange des cultures et des individus me parait faire partie de l’avenir et cela se serait produit de toute façon.
                        D’autre part, la présence de communautés immigrées permet de faire un lien avec des pays-sous-développés et de les aider. Pays que nos gouvernements, nos multinationales et leur bras armé, les organismes de régulation internationaux, ont beaucoup fait et continuent de faire pour les maintenir dans un état de sous-développement.
                        Nous payons une dette en les accueillant, en quelque sorte.

                        Mais cette immigration se fait dans les pires conditions : chomage, pauvreté, inegalitarisme croissant, et donc tendances au communautarisme, au racisme, au repli identitaire.

                        Ce sont les mêmes qui se sont servi de l’Europe pour installer le libéralisme, dont beaucoup et particulièrement les Français ne voulaient pas, qui ont permis l’immigration massive dans les pays européens. Cela permettait à ces élites cyniques de disposer de main-d’oeuvre pas chère, d’augmenter la pression sur les travail, de casser les avantages sociaux et particulièrement le modèle Français, de morceler et diviser la société, de lui faire perdre de vue ses repères, ses idéaux et son unité. Afin de développer une société de consommation, individualiste, cynique et inégalitaire, pour le plus grand profit des élites financières.

                        Tout ceci a été en grande partie voulu. Il serait presque comique de voir certains politiques se servir des problèmes dus à l’immigration, qu’ils ont eux-mêmes provoquée, pour instituer une politique ultra-sécuritaire liberticide et fragiliser la société pour mieux la contrôler, en lui désignant des boucs-émissaires.

                        Pourtant les grands responsables, c’est nous, qui avons laissé les financiers installer leur système et leurs visions destructrices.

                        Reste plus qu’à se serrer les coudes en faisant en sorte que les choses se passent au mieux. La gabégie et la stupidité des politiques en place ne dureront pas éternellement.


                        • Nobody knows me Nobody knows me 27 mai 2009 16:05

                          >> Dans ce cas-là, la juste régulation du marché consiste à faire ce qu’il faut pour améliorer les conditions de travail et augmenter les salaires. A partir de là, on trouve du monde.

                          Ca c’est le viagra des Attali et autres Minc. Le marché qui s’auto régule tout seul par miracle, on voit très bien où ça mène... Mais l’hypnose est commencée depuis fort longtemps et la loi des marchés auto-régulés avec air conditionné est désormais un dogme qu’il est hérétique de remettre en question.

                          Donc d’un côté, un patronat (et tout ce qui va avec : politiques, medias, ...) qui nous assssssssure que le marché va régler les problèmes de conditions de travail, de salaire, ...
                          De l’autre côté, les salaires n’augmentent pas et les emplois les plus merdiques restent tels quels et ont les filent aux pauvres, forcément peu regardant sur les conditions de travail.


                        • mike57 27 mai 2009 13:35

                          On voudrais que chaque endroit de la planète de nos jour bénéficie d’un niveau de vie comparable au notre ou tout le monde aurait son logement avec l’eau courante, l’électricité, une voiture, un emploi, un pc avec l’adsl...
                          Il est absolument illusoire d’essayer de croire qu’il y a suffisamment de ressources sur terre pour que tout le monde puisse beneficier de notre niveau de vie... Même les chinois et les indiens l’ont compris, et c’est pour cette raison qu’ils n’ont besoin que d’une partie de leur population pour faire tourner leur économie, l’autre, la population massivement rurale crève dans les champs....

                          C’est triste a dire, mais on y peut rien, ou alors il faudrait que l’on donne tout ce que l’on a, et la oui, on serait tous égaux sur terre, toutes les richesses reparties entre 6 milliard d’individus, autrement dit quasiment rien par habitant ! Et le population mondiale augmente !

                          C’est pour cette raison, que beaucoup d’entre vous jugerons a juste titre cynique, que je considère que l’on ne peut pas se soucier de toute la misère du monde éternellement, que le niveau que nous avons atteint, nous pouvons très bien le perdre du jour au lendemain si nous n’y prenons pas garde, et qu’il faut a tout prix que nous restions a notre niveau de développement.
                          C’est malheureux mais moi quand je vois des gamins crever la faim en Somalie, des guerres civiles meurtrieres au Soudan, la première chose que je me dit c’est "heureusement que nous vivons sur une terre qui a reglé depuis bien longtemps tous ces problemes",

                          Alors biens sur on peut aider, mais l’on ne pourra jamais ramener les 6 milliards d’homo sapiens qui vivent sur cette planète a notre niveau c’est impossible.
                          La chine par exemple sait qu’elle n’a besoin que de 400 millions de siens pour faire tourner son économie, les 600 millions de ruraux sont a leurs yeux des éléments non indispensables. Ce qui d’ailleurs explique probablement les ravages du sida dans les camapagnes, et l’absence de femmes dans les bleds paumés...

                          Efin bref, on peut trouver cela révoltant, mais moi je pense que les alter mondialistes et l’extrême gauche sont des gens qui n’y connaissent rien, ni a l’histoire, ni au développement, ni aux civilisations, ni même a la véritable nature de l’être humain.
                           Je leur recommande vivement avant de balancer des théorie sur un monde meilleur d’ouvrir des livres d’histoire, des bouquins sur les géopolitiques de peuplements à travers l’histoire, Atlas historique, voir même des bouquin de bio, histoire de faire le rapprochement entre les mécanismes du monde vivant et ces étonnantes similarités avec les mécanismes de nos sociétés...
                          Peut être se rendraient ils alors compte qu’il est purement utopique et irréalisable d’éradiquer la misère dans le monde, et qu’appauvrir les puissances existantes ne changera rien au problème.
                          Et faire venir en masse des centaine de millions d’emigrés venus de pays pauvres n’apportera rien d’autre qu’un appauvrissement de nos terres...

                          Je suis qui plus est parfaitement conscient que démographiquement nous ne faisons pas le poids, et que nous courrons a notre suicide si nous ne sommes pas en mesure de contrôler les flux...
                          Et je suis pleinement conscient que nous connaitrons le même sort si nous ne nous faisons pas l’effort d’entretenir et d’améliorer notre système de société si nous voulons continuer a faire face aux problèmes tel que nous l’avons toujours fait. Il ne suffit pas d’atteindre un pallier, il faut s’y maintenir et viser le suivant....

                          C’est cruel mais c’est ainsi, on ne peut pas être tous égaux.
                          Je ne reprocherais jamais a quelqu’un de tout faire pour fuir la misère. Il suit ces instincts de survie.
                          Mais il est de notre devoir de s’assurer que tout notre héritage ne tombe pas en ruine . Et faire entrer 40 millions de migrant chez nous va purement dans ce sens....


                          • Nobody knows me Nobody knows me 27 mai 2009 14:04

                            >> Un immigré intracontinental a le même faciès et la même culture, ce n’est donc pas un immigré. C’est la raison pour laquelle français de souche signifie Européen de souche de nationalité française.

                            Encore une fois, vous m’expliquerez la ressemblance physique et culturelle entre un espagnol et un suédois ?
                            Merci d’avance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Prospero


Voir ses articles







Palmarès