Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’impact de la taxe à 75% sur le football français

L’impact de la taxe à 75% sur le football français

On blâme très souvent la forte fiscalité des hauts revenus. Il est vrai que si sur le fond cette politique parait morale et juste, elle est bien plus critiquable sur sa forme actuelle qui manque de progressivité, notamment en ce qui concerne l’impôt sur le revenu et la taxe à 75%. On entend souvent dire d’elle qu’elle est désincitative pour les talents et les cerveaux du pays qui le perçoivent parfois comme une punition contre le succès. Qu’en est-il dans le milieu du football ? A l’heure où les clubs de la ligue 1 grondent et menacent de faire grève contre la taxe à 75% sans être étouffés par la honte que devrait leur inspirer une telle idée dans un pays où le nombre de situations de misère et de précarité explosent, dans un silence médiatique parfois assourdissant, peut-on considérer qu’il y a danger pour le football français et son championnat ?

Précisons tout d’abord une chose. Il faut en finir avec le « syndrome Gainsbourg » qui part de l’idée fausse que sur 100€ gagnés, 75€ partent en fumée dans le cadre de cette taxe. Comme toute tranche de l’impôt sur le revenu, la taxe à 75% n’entraine pas pour les revenus, ici des footballeurs, une taxation intégralement au pourcentage auquel elle correspond, ici 75%. En l’espèce cette taxe devrait s’appliquer sur les revenus supérieurs à 1 millions d’euro (la tranche inférieur de l’impôt sur le revenu étant à 45%). Cela signifie donc que pour un revenu d’1.1 millions d’euros, la taxe à 75% ne serait responsable du prélèvement que de 75 000€, c’est-à-dire seulement 6.82% du revenu total et pas 75%. Le montant du revenu inférieur à 1 million d’euros restant soumis aux tranches plus basses de l’impôt sur le revenu. En ce qui concerne l’impact qu’aura cette taxe sur la mobilité des joueurs en France (en clair, leur fuite) une étude vient d’être publiée dans l’American Economic Review en août 2013 par Henrik Jacobsen Kleven, Camille Landais et Emmanuel Saez. Cette première dans le monde de la recherche est intitulée « Taxation and International Migration of Superstars : Evidence from the European Football Market ».

L’étude part du principe que « la mobilité internationale [des joueurs] est élevée, ce qui en fait un véritable laboratoire pour étudier l’effet de la fiscalité ». Elle traite des carrières « des joueurs de première division pour 14 pays de l’Union européenne […] de 1985 à 2008 ». Les chercheurs soulignent que « la loi Bosman de la Cour de justice européenne de 1995 a facilité le transfert des joueurs et [permis] une expérience quasi expérimentale [pour] déterminer (i) l’élasticité du nombre de joueurs étrangers par rapport à son taux d’imposition net. (ii), l’élasticité du nombre de joueurs domestiques par rapport à son taux d’imposition net ».

La conclusion de l’étude est sans appel. Parmi les paramètres qui expliquent la mobilité des joueurs, la fiscalité est de très loin le premier facteur, bien avant un quelconque patriotisme, défini ici comme le sentiment d’appartenance à une nation. Cette idée de patriotisme est très loin de suffire pour retenir des joueurs soucieux de mettre à l’abri leurs revenus mirobolants, ce qui explique largement les différences de répartitions entre joueurs nationaux et étrangers. En effet, une fiscalité attrayante pour les hauts talents inonderait le marché de joueurs étrangers de très haut niveau et éliminerait les joueurs nationaux. C’est le cas de l’Italie, et de l’Espagne et dans une moindre mesure l’Angleterre et l’Allemagne. Ce mécanisme entraine un effet de déplacement (sur les joueurs nationaux moins payés) qui montre que des taxes incitatives sur les hauts talents repoussent les joueurs nationaux vers des championnats de moins bon niveau (secondes divisions des grands pays du football, Suisse, Turquie…). A l’inverse, il est clair que les grands joueurs disparaissent (qu’ils soient nationaux ou étrangers) des championnats dont la fiscalité est pesante pour ne laisser place qu’à un championnat composé de joueurs essentiellement nationaux généralement moins bien payés et de joueurs étrangers beaucoup moins bons (Le cas d’école est ici celui de la France). La mobilité des talents est un enjeu de politique économique crucial. Surtout lorsque les impôts diffèrent substantiellement entre les pays, et que les barrières à la migration sont inexistantes comme dans le cadre de l’Union européenne.

On peut donc en conclure que cette taxe à 75% fera fuir les grands joueurs de France et abaissera le niveau des équipes des clubs de ligue 1. Les revenus indécents devraient se raréfier (sauf peut-être dans les clubs où le financement n’est pas un problème comme au PSG aux mains des Qataris), mais est-ce là un mal ? Après la honte nationale inspirée par l’équipe de France à la coupe du monde de 2010 en Afrique du Sud ou les nombreux dérapages de nos footballeurs stars, n’est-il pas préférable que les joueurs qui n’ont pour valeur et éducation que le goût du bling-bling laissent la place à des joueurs peut être moins bons, mais payés de manière un peu plus décente et moins déconnectée de leurs supporters, de leur hymne national, de la réalité de la crise, ou encore des valeurs originelles du sport ?

JPEG - 173.3 ko
foot ce soir : France-Hollande
na ! http://www.dessinateur.biz/blog

Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • bourrico6 31 octobre 2013 10:07

    Le plafonnement des revenus d’un individu en tant que personne devrait être plafonné.
    Un seul individu ne devrait pas posséder des milliards à lui tout seul, ça n’a aucun sens, il n’y a rien qui justifie une telle valeur, sauf à vouloir jouer les Pharaons.

    C’est l’accumulation sans limite qui engendre un retour de bâton sous forme de taxe, ben oui, ceux qui n’ont rien tentent d’en piquer une partie à ceux qui ont tout... étonnant non ?
    Comment osent ils !?

     smiley


    • rocla+ rocla+ 31 octobre 2013 10:20

      Le plafonnement des revenus d’un individu en tant que personne devrait être plafonné.
      Un seul individu ne devrait pas posséder des milliards à lui tout seul, ça n’a aucun sens, il n’y a rien qui justifie une telle valeur, sauf à vouloir jouer les Pharaon


      Mais non , les revenus  des riches doivent perdurer , ne serait-ce que pour rendre 
      jaloux les ânes et les bourricots .... smiley



    • bourrico6 31 octobre 2013 10:45

      Toi c’est une araignée que t’as dans le plafond mon pauvre.


    • kalagan75 31 octobre 2013 11:10

      bourrico6 et demosthène sont une unique entité ...


    • rocla+ rocla+ 31 octobre 2013 11:13

      La seule question est de savoir si Démosthène est plus bourricot 

      ou si Bourricot est plus démosthène . 

      On frise le mystère ... smiley

    • King Al Batar King Al Batar 31 octobre 2013 11:21

      Bonjour,

      Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites sur plafonnement des revenus. Moi même, je suis pourtant choqué et ne cesse de dire qu’aucune profession ne mérite d’être payée 100 000 fois ce que gagne une sage femme, ou une institutrice. Pourtant, nous vivons dans un monde et il faut avoir conscience de certaines réalités.

      Ce que je pense c’est qu’on devrait laisser les gens gagner ce qu’il peuvent sans limitation, mais qu’en revanche on devrait plafonner le patrimoine. Voyez vous, si dans un village vous avez 100 pommes pour 50 habitants. Si tout va bien, tout le monde en a deux. Mais si l’un se met à vouloir en posseder plus il peut en avoir 51 sans empecher les autres de manger. Au dela, il devient nuisible pour les autres.
      Et bien l’argent c’est pareil. Il ne s’agit pas d’une ressource illimitée. Par conséquent celui qui en possède plus que de raison, est forcément nuisible pour les autres.
      Voila pourquoi je pense que ce n’est pas les revenus qu’on devrait plafonner mais le patrimoine. Mais même a un niveau élevé. Je pense à 10 millions d’euros par exemple. voir meme 20 avec l’immobilier ca peut monter vite. Estimer ce que couterai de mettre à l’abris une famille de riche pour 4 générations par exemple.

      Mais au dela de ce montant, la personne pourra toujours travailler si ca lui chante, mais elle ne pourra plus rien gagner. JE crois qu’il existe réelement une ivresse de la richesse, comme il existe une ivresse du pouvoir. Et que cette ivresse est particulièrement nocive pour les concitoyens. MAis toutefois, cela me parait normal qu’un individus qui fasse quelque chose de particulièrement rentable, puisse gagner en proportion de ce qu’il rapporte.

      Vraiment plafonner le patrimoine me parait bien plus sensé que plafonner les revenus.

      Merci de m’avoir lu


    • kalagan75 31 octobre 2013 11:23

      ici ce n’est pas « docteur Jekyll et M. Hyde » , tu sens que bourrico semble se transformer, c’est plus fort que lui ... la contrariété le rapproche de l’insulte .


    • bourrico6 31 octobre 2013 15:20

      Vraiment plafonner le patrimoine me parait bien plus sensé que plafonner les revenus.

      Oui, je me suis mal exprimé, je parlais de la richesse globale d’un individu.


    • bourrico6 31 octobre 2013 15:21

      bourrico6 et demosthène sont une unique entité ...

      Continues dans cette voie, tu iras loin.


    • kalagan75 31 octobre 2013 15:26

      bourrico , enfin demosthene, je t’ai déjà dit que tu étais le seul à faire une faute de conjugaison ici sur avox ; et tu viens une nouvelle fois de la faire ...
      tu es un crétin , et je pèse mes mots


    • bourrico6 31 octobre 2013 16:02

      la contrariété le rapproche de l’insulte .

      La bêtise surtout, et les types dans ton genre qui partent dans leur délire.


    • bourrico6 31 octobre 2013 16:04

      bourrico , enfin demosthene, je t’ai déjà dit que tu étais le seul à faire une faute de conjugaison ici sur avox ; et tu viens une nouvelle fois de la faire ...
      tu es un crétin , et je pèse mes mots

      Mouarf, ça c’est de l’enquête, la preuve irréfutable... une faute... je te le redis, continues, tu iras loin.
      Me faire traiter par de crétin par toi est un plaisir que tu ne saurai saisir.


    • bourrico6 31 octobre 2013 16:10

      Allez, je suis grand seigneur, te voir te ridiculiser me fais pitié.

      Mon pseudo est récent parce que le précédent était « cogno5 » mais la modération ayant fort peu apprécié que je lui exprime ma façon de penser au sujet d’un texte vous invitant à aller assister à un conférence du sieur Juppé.

      J’ai incrémenté le n° car, et j’en suis vraiment navré pour toi, je ne me cache pas, je n’ai qu’un pseudo à la fois, mais mon coté suicidaire avec la modération fait que j’en suis au n°6... et ce n’est surement pas fini.


    • kalagan75 31 octobre 2013 16:27

      alors bourrico , tu as donc besoin toi aussi d’un bescherelle afin d’apprendre la conjugaison de l’impératif .


    • kalagan75 31 octobre 2013 16:37

      au fait , tu n’as pas besoin d’être grand seigneur : tu postes en ip fixe ... donc oui, cogno et bourrico étaient forcément le même personnage , ce qui ne contredit en rien que cogno = bourrico = demosthene le roi de l’insulte .

      dernière remarque : demosthene fait des fautes de conjugaison dans 2 temps ...


    • soi même 1er novembre 2013 23:45

      @ King Al Batar

      « Ce que je pense c’est qu’on devrait laisser les gens gagner ce qu’il peuvent sans limitation »

      Il y a aussi une autre alternative, et que le revenus soit calculer en fonction de nos nécessités réels et non pas cette marchandisation des talents, qui fait plus on est célèbre plus on a de la puissance à généré de la richesse, plus que l’ on gagne un salaire mirobolant.

      Le surplus d’argent resterait propriétaire de l’entité qui le paye, et serait dans l’obligation de le faire circuler dans le social, cela lui éviterait de se retrouver imposé d’office par exemple 75% de ses bénéfices.

      Il y a un double avantage à cela, il aurait de se fait une véritable équité social qui ferait aussi bien que femme de ménage pourrait avoir un salaire équivalent à un footbaleux , car une femme de ménage est aussi utile qu’un footbaleux pour la société et deuxièmement l’argent ne pourrait plus se cumuler dans un cercle restreint du fait qu’il a l’obligation de circuler dans le social.
      Qui apporterait sans contexte une amélioration généralise de la société.

      Il est vrais comme cette forme social n’est pas appliquer , elle va paraître particulièrement restrictive à tous ceux qui pense que la seul but de l’homme est de se faire de l’argent pour pouvoir existé au détriment des autres qui n’auront pas les moyens de le faire .

      Ce n’est pas cette objection qui va discrédité que tout où tard nous serons amener à le faire car c’est une nécessité de notre époque de rétribuer le superflue.

      On le voit bien actuellement comment le fossé se creuse entre des riches qui non aucuns but social et une paupérisation massive des salaries qui ne cessent de grandir au point qu’il y a un basculement qui est en train de tétanisé toute l’économie mondiale.
       

       


    • Robert GIL ROBERT GIL 31 octobre 2013 10:11

      On nous explique qu’en France les joueurs gagnent 2 à 3 fois moins qu’à l’étranger, et les mêmes nous expliquent que les salariés français gagnent trop par rapport aux travailleurs asiatiques, donc dans la logique libérale, il faut un alignement par le haut pour les hauts salaires et un alignement par le bas pour les bas salaires ! C’est indécent, alors qu’en France beaucoup de personnes ne savent pas comment elles vont faire pour donner à manger à leurs mômes après le 15 du mois, et que des retraités, qui gagnent 800 € en ayant travaillé toute leur vie, n’arrivent pas à joindre les deux bouts.......

      voir : GRANDIOSE : UNE GREVE POUR MILLIONNAIRES !


      • bourrico6 31 octobre 2013 10:48

        il faut un alignement par le haut pour les hauts salaires et un alignement par le bas pour les bas salaires !

        S’il n’y avait pas autant de niais, ce genre de chose serait impossible.

        Comme disait mon ami Don Salluste : « C’est normal, les riches c’est fait pour être très riche, et les pauvres très pauvre ! »


      • King Al Batar King Al Batar 31 octobre 2013 11:29

        « Copiez coller d’un post que j’ai mis y a deux jours »


        Bonjour à l’auteur et merci pour son article.

        Etant moi-même un passionné de football, je vais tenter de vous expliquer pourquoi les dirigeants de clubs voient cette mesure d’un mauvais oeil. Sans toutefois vous donner mon avis personnel, simplement en vous expliquant leur point de vue.

        Déjà, il faut comprendre que cette taxe ne touchera en fait pas les joueurs directement. Pour faire simple, les joueurs ont des grilles de salaires, comme dans chaque profession. Si vous, pour votre boulot on vous dit que vous vallez XXXXXX euros, dans n’importe quel club en Europe, les joueurs qui jouent en France qu’ils soient francais ou non, n’accepteraient jamais de jouer pour XXXXXX - 500000 euros, pour des raisons de fiscalité interne au pays, surtout si dans les autres pays européens ils toucheront leur salaire conforme à leur revenu potentiel.
        Par conséquent, ce sont les clubs de foot qui vont prendre en charge la fiscalité, et pas les joueurs.
        Il faut bien comprendre que le foot n’est pas un sport comme les autres. C’est un spectacle et également une économie. Par rapport à un spectacle, je le comparerais au Cinema, compte tenu de son ifluence dans le monde. C’est également une économie, un business, un marché. Et les footballeurs sont l’équivalent de la matière première et le produit fini serait le spectacle proposé. Un peu comme le marché automobile. Lorsqu’on augmente l’imposition des joueurs (payées par les clubs), c’est comme si on augmentais les charges de production d’un produit fini (le pestacle). A titre de comparaison, c’est un petit peu comme si nous demandions au constructeur automobile de continuer à être compétitif sur le marché, en leur taxant le prix d’achat des matériaux nécéssaire à la fabrication des véhicules...
        Théoriquement, c’est faisable, mais il y a des entreprises qui seront plus exposées que d’autres...

        Après effectivement, ceux qui n’en ont rien a foutre du foot diront « et alors ? » qu’est ce qu’on en a a foutre si les clubs de foot moyens, de province, font faillite (vous vous doutez bien que Monaco ou Paris s’en foutent royalement de cette loi, ils sont capable de débourser 40 millions pour acheter un joueur, donc cette loi ne les attends meme pas).

        MAis au final ce n’est pas très juste quand même. Vous vous trouvez cela juste en tant que Francais, car vous vous dites, après tout, tout le monde participe à l’effort fiscale, pourquoi pas les plus riches.
        Mais de leur point de vue à eux, le football est une compétition Européenne et seuls nous allons demander aux clubs de payer leur joueurs plus de 50% de ce que les autres clubs Européens ne les paye. Car ce que vous ne savez peut etre pas, c’est que même avant cette loie, les fooballeurs évoluant en France étaient les plus taxés d’Europe.
        De leur point de vue, ce qu’il faudrait c’est que tous les clubs de foot Européens soient taxés de la même manière. Ce serait peut utile que la parlement Européens y réfléchisse sérieusement. Quit à appplique l’impot à 75% à toutes les équipes Européennes. Mais que toutes les entreprises (club) faisant partie de ce marché (les compétitions) disposent des mêmes moyens...

        Enfin et cela reste mon point de vue, cette loi me parait un peu injuste car je suis sur que les footballeur faisant parti d’un climat médiatique malsain, seront les seuls qui payeront en totalité cet impot. Je m’explique. Aujourd’hui, on trouve abhérant qu’un footbaleur (qui viens souvent de classes sociaes très basses) touche autant. C’est un point de vue (pour ma part je trove cela abérant qu’il y ait des mecs qui soient payés des millions au global, qu’ils soient footballeurs, comédien, chef d’entreprise, ou riche héritiers. Je ne fais pas de catégorisation chez les millionaires). Mais du fait de ce climat, tout le monde connait les salaires des footballeurs, et leur rémunérations sont publiées régulièrement dans la presse.
        En revanche, nous ne connaissons pas du tout les rémunérations des tennisman (qui sont tous résident fiscal suisse... très chic comparé au foot), ni des comédiens, et encore moins des patrons de multinationales Francais, comme Total ou Danone, Nestlé, Renault etc... Ni même ceux des traders ou des dirigeant financier. Bref, j’ai l’impression que le millionaires fils de pauvre et un peu stupide, sera taxé, la ou le millionnaire un peu plus malin évadera son fric par des combines dont eux seuls ont le secret.

        Donc effectivement de notre point de vue de citoyen lambda cette greve parait forcément déplacées. Maintenant, un esprit éclairé essaye toujours de faire preuve d’empathie pour comprendre les points de vue d’autrui. Le drame sur cette planête c’est que tout le monde a ses raisons. Et quand on le fait on comprend pourquoi les dirigeants de clubs la trouve injuste, car elle ne sera appliquée qu’au club francais qui participe pourtant a des tournois internationaux, donc sportivement elle est injuste. Et elle est injuste aussi vis à vis de nombreux millionaires moins exposés qui pourront faire de l’évasion fiscale car le grand public n’a pas connaissance de leur rémunération.

        Pour ma part, étant donné la situation économique Européenne globale,de l’Espagne, l’Italie, l’Angleterre etc... Je pense que cette taxe pour les très haut revenus passerait mieux si elle impactait tous les clubs de foot Européens. Pour être vraiment égalitaire et juste.
        Et j’aimerais bien qu’on ne dise pas que seulement les footballeurs ne méritent pas de gagner des millions, mais que tous les millionaires ne méritent pas leur salaire. En effet, de mon point de vue il n’existe aucune activité qui mérite d’être rémunérée 100 000 fois plus que celle d’un instituteur ou d’une sage femme... Mais bon.


        • spartacus spartacus 31 octobre 2013 12:02

          De Lima est l’archétype de l’éducation gauchiste économique en France. Un formateur à Science Po pour devenir fonctionnaire et en plus méprisant. Des notions de l’économie comme un gâteau qu’on coupe en tranche. Description du court terme sans analyse des conséquences à long terme.

          Ignorant la valeur de la prise de risque, de la macro et micro économie comme le savoir de la lecture d’un bilan. Ignorant qu’en économie l’important ce n’est pas le visible, mais l’invisible. 

          -Prof bobo par excellence :
          Un prof à Science po découvre la loi de  mais de Barthélémy de Laffemas.
          Dès que vous taxez un bien ou un service, l’agent économique taxé s’adapte.
          Notons le mépris bureaucratique envers ceux qui aiment le football et les stars.

          Ignorant la lecture d’un bilan, le montage d’un prévisionnel d’analyse économique et d’esprit critique sur l’état et l’interventionisme. 
          Les joueurs sont des CDD. N’importe quel chef d’entreprise prévisionne ses recettes et dépenses. A partir du moment ou l’état interventionniste crée une distorsion fiscale en cours de CDD, il met en difficulté l’entreprise. 
          Bien entendu l’auteur préfère allez dans l’air du temps de la stigmatisation qu’une approche analytique et comptable des conséquence de lois dogmatiques.
          L’auteur ne pense certainement pas au stadiers, caissiers et autres salariés des clubs qui vont se retrouver au chômage. Ni aux gens qui ne seront jamais embaucher pour des compétitions internationales, ni à l’industrie du Football qui ne deviendra jamais grande en France. 

          Il préfère de façon nihiliste que tous le monde soit pauvre. Si c’était l’homme de la rue cela ne serait pas grave, mais quand on sait que ces gens sont des profs et que c’est cette éducation qu’ils infligent. Nous comprenons tous pourquoi la France est l’un des dernier pays communistes de la terre.

          Imaginons l’auteur à la tête d’une entreprise..... 
          Jamais de prise de risque, jamais d’investissement cher. Une faillite douce.
          Il préférera embaucher des joueurs insipides qui ne rapportent rien à des joueurs de talent qui rapporteront beaucoup. Une PME de quartier qui ne s’élèvera jamais.

          L’éducation nationale doit sortir de cette mentalité indécente de profs de gauche moralistes qui s’abrite dans le nihilisme de la pauvreté pour tous à une richesse inégalement partagée vecteur de talents. 

          • alberto alberto 31 octobre 2013 14:30

            Oui, t’as raison, Sparta

            D’ailleurs au vu du couteau qu’il planque et du sang qui lui dégouline des canines, il ne peut qu’être bolchevique !


          • Pyrathome Pyrathome 31 octobre 2013 14:50

            ni à l’industrie du Football qui ne deviendra jamais grande en France. ...
            .
            Merci de bien préciser que le sport est devenue une industrie de spéculation et de blanchiment.....
            Mais maintenant il s’agit surtout de faire comprendre à tous ceux qui dépensent des fortunes pour aller dans les stades voir 22 pingouins jouer à la balle et faire des bras d’honneur à ceux qui les nourrissent grassement, de déserter intégralement les stades....
            Je rêve de voir jouer ces crétins dopés à mort dans des stades totalement vide et devant des télés sans spectateurs qui ne regardent donc pas les pubs de merde...
            Là, ça serait une vraie quenelle !!! la mise à mort des parasites.....


          • bourrico6 31 octobre 2013 15:25

            De Lima est l’archétype de l’éducation gauchiste économique en France

            De la part d’un archétype de la droite patronale, c’est assez classique.

            Sinon tu parles d’un monde de pauvre ?
            Mais encore une fois tu te surpasses, le chacun sa gueule débridé débouche sur des hordes de pauvres au cas ou tu ne t’en serai pas aperçu.
            Ce sont tes idées qui créent un monde de pauvre et de miséreux.


          • spartacus spartacus 31 octobre 2013 16:42

            Comment voulez vous comprendre l’économie quand 80% des prof votent à gauche, 

            Que voulez vous que l’élite auto proclamée sorte quelque chose avec un enseignement aussi sidéral tel que l’exemple ci dessus résumé analytique de l’économie foot des profs pareils qui assaisonnent l’économie avec le dogme ?

            Quand à Science Po l’enseignement est en décalage total avec les réalités. 
            Quand on forme la cette capacité à ne pas voir, ne pas comprendre.

            Quand on officie dans une école ou la direction se rémunère grassement, loge à l’œil dans des appartements républicains, gère l’école dans la plus parfaite opacité, paye des enseignants à l’absentéisme débordant. Allez donc faire apprendre l’économie.
            Demandez donc à l’auteur son carnet de présence, et s’il fait comme l’indique la cour des comptes ses 25 jours d’absence anormale payés hors congés comme les autres ?

            Quand on voit ces pseudo-économistes tous collectivistes sortir de Science Po, ou ENA qui n’ont jamais lu un livre de Hayek c’est dramatique, il faut
            fermer ces écoles marxiste et Keynésiennes qui ne sort qu’une élite insultante et méprisante phagocyté par un enseignement économique partiel et collectiviste.

            La France crève de cette minable élite sortie du formatage idéologique de ces écoles nuisibles.

          • kalagan75 31 octobre 2013 17:16

            Tu es tout de même un peu excessif spartacus mais le problème essentiel est la formation des enseignants : la grande majorité suivent un cursus classique passant du bac , à l’université, au concours et directement au collège ou au lycée.
            Ils n’ont, finalement , jamais quitté « l’école » . La très grande majorité des enseignants n’a jamais vu une entreprise de sa vie, ni même vu un ouvrier d’ailleurs , alors un bilan ...


          • Gauche Normale Gauche Normale 31 octobre 2013 17:48

            Des nouvelles de l’éducation nationale marxiste :


          • spartacus spartacus 31 octobre 2013 17:52

            Je suis excessif ?

            Notre pays est en train d’être détruit par une formation de masse à la jalousie et une élite formatée Keynésiene. 
            Nous savons tous que les idées de Marx se résument à « déteste celui qui est plus riche que toi, et jamais n’admet qu’il puisse contribuer à la collectivité ». Celui qui gagne de l’argent ne peut profiter réellement de ses gains que le 15 novembre de chaque année, et doit subir le racisme de ces gens. 

            Nous en voie de soviétisation rapide. Chaque jour nous sombrons dans la servitude étatique.
            Nous avons des bolchéviques au pouvoir qui discutent entre eux. L’opposition se résume à des socialistes interventionnistes issus des mêmes écoles.

            Nos enfants, nos entrepreneurs, nos talents quittent le pays comme cela c’est toujours passé dans les pays passés au communisme. 

            Les impôts approchent les niveaux de Cuba. Les keynésiens ont chargé les générations suivantes de 1900 milliards de dettes et 4 000 milliards de dettes sont hors bilan mais engagées sur leur nom. L’épargne n’est plus protégé. 

            Les libertés fondamentales s’écroulent doucement tous les jours. Au 1er janvier les gens ne pourrons même plus choisir librement leur mutuelle. 

            Le CICE est fait pour que chaque entrepreneur se courbe devant chaque bureaucrate. 

            L’année prochaine ils ne voient pas que les salaires vont êtres limités pour eux à 2.5 SMIC, et qu’au fur du temps le seuil baissera.

            La semaine dernière ils intervenaient pour que Amazon fasse payer le transport, la semaine prochaine on imagine qu’il obligeront les grandes surfaces à augmenter leur prix de 10% pour favoriser la concurrence des petits épiciers !

            Ils font passer l’impôt comme arme idéologique même si les effets pervers cause un préjudice à l’économie.

            Pas un Français ne fait la différence entre contribution sociale et impôt. 

            57% du PIB, bientôt 60 sont des factures de l’état.

            Et j’en passe. Cette année j’ai pas embauché personne, j’en ai même plus envie. Je suis attristé de voir que je fais plus de chiffre avec le Kazakhstan qu’avec mon propre pays et je le vois tous les jours s’écrouler.

            Non je n’exagère pas !

          • kalagan75 31 octobre 2013 18:37

            c’est le terme bolchévique qui me gène même si les impôts et charges que l’on nous impose s’approche de la spoliation, mais on ne m’a pas encore envoyé au goulag


          • spartacus spartacus 31 octobre 2013 20:55
            Il n’y a pas besoin de Goulag parfois pour détruire des vies qui avaient un but.
            Si bolchevique est trop fort disons « collectivistes ». Ils feront faillite avant de passer l’étape « Goulag ».

            Citons Maurice Allais :

            Une économie collectiviste mène inéluctablement non seulement à des organisations bureaucratiques inefficaces, génératrices d’innombrables injustices, mais également à la perte des libertés politiques, à des régimes dictatoriaux et à un écrasement des citoyens par ceux qui se sont emparés de l’État.

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er novembre 2013 07:03

            Spartacus,

            Rapport de la Cour des Comptes : les contribuables font cadeau chaque année de 172 milliards d’euros aux entreprises. 172 milliards, pas 172 millions.

            « La Cour des Comptes....cadeau annuel de 172 milliards d’euros aux entreprises »

            Quant aux impôts , 24 milliards par an, que nous versons au budget de l’ UE, ils servent aussi à financer les délocalisations d’entreprises à travers un bidule qui s’appelle « Fonds européen d’ajustement à la mondialisation ».

            Renault a reçu par exemple 24,5 millions d’euros pour licencier 3500 personnes en 2009, au frais du contribuable.

            Dans la catégorie des assistés par l’Etat et par l’UE, les entreprises ne sont pas les dernières à piquer dans la caisse . Arrêter de jouer les victimes, vous en devenez ridicule.


          • spartacus spartacus 1er novembre 2013 09:56

            @bibi brind acier

            Hélas comme les autres vous n’avez jamais dirigé ni lu un bilan ni compris le fonctionnement d’une entreprise, ni analysé les tenant et aboutissants des « cadeaux ».

            Il n’y a que dans l’esprit des étatistes que ce s’appelle des « cadeaux ». Ils n’existent que parce que ceux qui les donnent veulent un agenouillement devant l’état et des mercis.

            Les « subventions », sont bureaucratiques et typiquement soviétisantes
            La subventionnite c’est du socialisme. C’est de l’interventionnisme et particulièrement clientéliste. 

            Elles correspondent au schéma intellectuel des gauchistes qui voudraient comme vous le démontrez qu’il faudrait s’agenouiller devant des bureaucrates et l’état pour dire merci.

            Elles ne correspondent qu’a la demande de groupe de pression, et les monopoles étatiques sont en général les plus profiteurs.
            Par exemple le CICE, les entreprises les plus « bénéficiaires » seront dans l’ordre : GDF-SUEZ, EDF, VINCI. Toutes dans des secteurs « protégés ». 

            Les entreprises ne veulent pas de subventions, pas du socialisme interventionnisme dérégulateur de la concurrence. Elles veulent pouvoir travailler avec moins de règlements et de passes droit et de déformation de la libre concurrence par l’état interventionniste. 

            Vous confondez cause et conséquence comme les coupables. 
            C’est ’interventionnisme socialiste qui crée une demande incessante de groupes de pression pour déformer le marché libre pour des intérêts catégoriels. La cause des subventions c’est le socialisme qui justifie l’interventionisme, pas l’entreprise. 

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er novembre 2013 11:31

            spartacus,
            Les chiffres de la Cour des Comptes sont ceux de 2010, sous Sarko 1er.

            Je sais que 80% des subventions vont aux plus grosses entreprises.

            La question est de savoir pourquoi vous n’allez pas manifester devant le MEDEF, si vous considérez que c’est un scandale ??


          • Fergus Fergus 31 octobre 2013 14:06

            Bonjour, De Lima.

            Vous écrivez « On peut donc en conclure que cette taxe à 75% fera fuir les grands joueurs de France et abaissera le niveau des équipes des clubs de ligue 1. Les revenus indécents devraient se raréfier (sauf peut-être dans les clubs où le financement n’est pas un problème comme au PSG aux mains des Qataris), mais est-ce là un mal ? »

            100 % d’accord avec vous.

            Qui plus est, la France subit le même type de dérive que certains de ses voisins et toute mesure qui servirait à remettre les pieds dans le monde réel et non plus celui de la spéculation ou des salaires extravagants va dans le bon sens. Quel intérêt d’avoir un Barcelone dans notre pays ? Ou un Arsenal qui a pu, en différentes occasions depuis 2004 aligner une équipe ne comportant pas un seul britannique ? On marche sur la tête.


            • Luc le Raz Luc le Raz 31 octobre 2013 16:48

              Bonjour Fergus,

              Je vous ai « plussé », bien qu’en fait je m’en « foot ». smiley


            • alberto alberto 31 octobre 2013 14:49

              Bon concernant le foot et cette affaire dite de la taxe à 75% :

              1 les clubs acceptent de payer des mecs 100 000€ par mois mais refusent de payer provisoirement un peu plus d’impôt pour aider les finances publiques plombées par 15 ans de gouvernance de droite

              2 Çà belle lurette que les joueurs de foot (comme la plupart des sportifs de haut niveau) ont délocalisé leur fiscalité. Mais peut-être usent-ils de temps en temps des bienfait de la Sécu...(ceci est une autre histoire...)

              3 Nonobstant ce qui précède, je m’interroge encore sur le laxisme des clubs de formation, (qui utilisent largement les mânes du denier public), n’exigent pas de leurs élèves par contrat une contrainte de rester dans leurs club durant quelques année avant d’en changer. Quitte à un autre club désirant acquérir les talents d’un tel joueur de rembourser sont club d’origine des frais de formation initiaux...en sus de sa « valeur marchande ».

              Bien à vous.


              • King Al Batar King Al Batar 31 octobre 2013 15:22

                « 2 Çà belle lurette que les joueurs de foot (comme la plupart des sportifs de haut niveau) ont délocalisé leur fiscalité. Mais peut-être usent-ils de temps en temps des bienfait de la Sécu...(ceci est une autre histoire...) »

                Cette affirmation est fausse et mensongère. Tous les joueurs de foot qui jouent en Ligue 1, donc dans des clubs Français payent des impots en France. Les Français qui jouent dans des clubs étranger payent des impots dans le pays ou ils travaillent.
                Le football ce n’est pas le tennis. Effectivement, les tennisman Français ne mériteraient pas de défendre nos couleurs car ce sont tous des résident fiscaux Suisse.
                JE crois qu’en Ligue 1, il y a eu une tentative, une fois, avec les PSG (d’avant) et un joueur qui a été Ballon d’Or qui s’appelle Ronaldinho. Et la magouille c’était que ses primes (pas son salaire de base) étaient versés sous la forme de contrat de sponsoring en partenariat avec l’équipementier. MAis ca na pas fonctionné et le fisc leur est tombé dessus.

                Et maintenant c’est pir en pir, puisqu’on sait très bien combien les joueurs de foot gagnent, il ne peuvent pas faire d’évasion facilement.

                MAis peut etre avez vous des preuves qui peuvent renforcer votre argumentation. Sinon, arretez de mentir, c’est pas parce qu’on est sur un site citoyen ou on peut tout dire, ou presque, qu’il faille que vous racontiez de la merde fausse et difamante.


              • alberto alberto 31 octobre 2013 15:48

                Oui, King, t’as raison, j’y suis allé un peu fort en amalgamant tous les joueurs !

                Je voulais surtout parler des « stars »...Étrangers en France, français à l’étranger...

                Quand Beckham vient jouer gratuitement au PSG, tu ne sens pas un peu la magouille ?

                Quant à certains contrats publicitaires, ils sont tout simplement occultés !

                Bien à toi.


              • escoe 31 octobre 2013 16:54

                Et maintenant c’est pir en pir, puisqu’on sait très bien combien les joueurs de foot gagnent, il ne peuvent pas faire d’évasion facilement

                Bien sûr que si. Que faites vous des contrats d’image signés avec des sociétés en Suisse ou au Liechsteinstein et des dessous de table avec les agents (par hasard j’en connaît quelques uns qui changent la Maserati ou l’Aston Martin tous les ans...)


              • Fergus Fergus 1er novembre 2013 09:01

                Salut, Alberto.

                 

                King a raison sur la fiscalité.

                 

                Quant à la formation, il ne faut pas confondre les sport-études publics qui ne débouchent sur rien et les vrais centres de formation professionnels (à capitaux essentiellement privés) qui permettent aux meilleurs de signer un contrat pro dans leur club, quitte à être cédés, plus ou moins rapidement, à d’autres clubs. Auxerre s’était fait une spécialité de la formation de jeunes qui, revendus sous contrat, permettait à ce modeste club de rester en D1. Au prix de terribles dégâts chez les 90 % de jeunes broyés par ce système et renvoyés directement vers l’ANPE sans le moindre bagage reconnu.

                 

                Bonne journée.


              • Pere Plexe Pere Plexe 31 octobre 2013 17:09

                Les magnats du foot s’offusquent d’une taxe qui frappe les plus riches d’entre eux.Et bien chiche !

                abandonnons cette mesure.Mais exigeons en contrepartie que leurs sociétés,les grands clubs, payent au juste prix la construction l’usage et l’entretien des stades, les services d’ordres déployés, et qu’ils renoncent aux subventions publiques ainsi qu’a celles des sociétés en affaire avec les collectivités locales et gentiment priées de mettre au pot pour continuer à obtenir des contrats.

                Nul doute que le contribuable y gagnera !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès