Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’indépendance énergétique

L’indépendance énergétique

L’indépendance énergétique est un facteur déterminant pour les relations internationales, et qui leur nuit depuis déjà un bon nombre d’années. Le pétrole et les autres énergies fossiles étant des denrées épuisables inéquitablement réparties, il s’ensuit que les pays les plus puissants cherchent sans cesse à se les accaparer, car tout ce qui est rare, dans notre beau monde capitaliste, est cher.

De plus, ces denrées sont pour la plupart difficilement exploitables, et leur extraction coûte cher en hommes, en investissements et en retombées environnementales.

Bien sûr il est possible que ces denrées aient été justement sélectionnées pour leur caractère non renouvelable, car les denrées épuisables sont un élément décisif de la dépendance des peuples envers ceux qui les possèdent. En nous assujettissant à une technologie dont les investissements sont trop lourds pour être supportés par chaque individu, les gouvernements et ceux qui les financent nous tiennent en leur pouvoir. Il suffit de prendre comme exemple le pétrole, qui est désormais devenu vital, et dont les possesseurs (quelques multinationales) craignent l’obsolescence (et ce malgré les pollutions qu’ils engendrent) : il suffirait qu’une voiture à eau, ou à électricité soit « vendable » en termes économiques, et c’est tout un pan majeur de l’économie qui s’effondrerait rapidement.

Mais, heureusement pour ceux qui nous exploitent, l’eau et l’électricité sont devenues avec le temps des denrées qui se font également rares, et qui pourront bientôt être vendues à prix d’or. l’air est encore gratuit (même s’il n’est pas toujours sain), mais il ne fait aucun doute que certains travaillent déjà à le rendre rare, pour pouvoir un jour nous le vendre !

Il n’est pourtant pas si évident que cela que l’énergie se doive d’être épuisable ou vendable : le soleil en envoie tant qu’il peut, l’eau représente environ 70% de la surface de la Terre et se déplace continuellement, le vent souffle jour et nuit…

Ces énergies gratuites et inépuisables sont rendues payantes et rares non en raison de leur caractère propre, mais à cause des technologies qui permettent de les exploiter. L’électricité produite par les barrages est continue, et c’est la maintenance, le stockage et l’investissement, le transport qui sont payants. Pour les panneaux solaires, ce sont les hautes technologies permettant le stockage, et aussi la main d’oeuvre qui coûtent cher, et pour les éoliennes il en va de même.

Il suffirait d’imaginer l’équipement de chaque foyer de manière hybride (éolien plus solaire, pompe à chaleur plus éolien…) pour parvenir rapidement à l’obsolescence de toutes les énergies fossiles polluantes, et en évitant le maximum des coûts de transports de ces énergies. De plus, chaque pays, selon les caractéristiques de son environnement, pourrait atteindre l’indépendance énergétique tant souhaitée.

Pour ce faire, il n’est à vrai dire nul besoin d’argent, mais de bonnes volontés. mais que faire quand la volonté est guidée par l’argent ?

Pourtant, il est impressionnant de constater à quel point, lorsque l’on s’imagine remplaçant l’argent par la volonté et l’intérêt général, le futur paraît aussitôt plus positif. Quand on évoque le problème d’une énergie autrement plus vitale que l’électricité, l’eau, on sait bien que les techniques pour l’extraire, la traiter et la transporter ne sont que rapports financiers. De l’eau, il y en a pour tous et pour chacun, et nous avons les moyens de l’apporter partout. Les défis technologiques sont désormais relevés, et on peut même imaginer que la volonté politique se concrétise.

Mais cette volonté politique, qu’elle existe ou non, n’est pas réalisable dans le cadre du fonctionnement capitaliste. Tant que l’argent et le profit dirigent les volontés, il n’y aura ni amélioration des conditions de vie de tous, ni sauvegarde de la planète. L’hyper-production, l’obsolescence rapide des produits, le consumérisme des pays riches vont à l’encontre des politiques sociales, du partage équitable et du développement durable, car il a été décrété que tout ce qui est rare est cher. Tant que cette loi sera au dessus de toutes les autres, on préférera jeter que de réparer, vendre médiocre et peu résistant, pourvu qu’on vende.

L’indépendance énergétique, et tous les bienfaits qui la suivraient, ne sont possibles qu’à la condition d’un changement majeur de paradigme : viser à l’opulence plutôt qu’à la rareté.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • PhilVite PhilVite 3 août 2009 14:06

    Et les soldats seront troubadours ?
    Le changement de paradigme que vous appelez de vos voeux me semble hors de portée de l’humanité, et pour très longtemps encore.


    • beneolentia beneolentia 4 août 2009 08:20

      si les hommes étaient moins égoistes, et si le pouvoir n’était pas entre les mains de dictateurs, de pseudos démocraties, ou d’intérêts financiers l’indépendance et l’autonomie énergétique de chacun serait a mon avis déjà chose faîte.


      je cite l’auteur :

      « Il suffirait d’imaginer l’équipement de chaque foyer de manière hybride (éolien plus solaire, pompe à chaleur plus éolien…) pour parvenir rapidement à l’obsolescence de toutes les énergies fossiles polluantes, et en évitant le maximum des coûts de transports de ces énergies. »

      pourquoi entre les mains de dictateurs ?
      il suffit de constater que sur les quelques 190 pays que comporte la planéte, les pseudos démocraties sont trés minoritaires.

      pourquoi entre les mains de pseudos démocraties ?
      car depuis des décénnies le gens votent pour élire des dictateurs, qui ne les consultent plus une fois élus, et qui créent loi sur loi afin de restreindre les libertées.

      pourquoi entre les mains d’intérêts financiers ?
      parce que personne n’est plus autonome quand a sa maison (locataires), ou son travail (employeur).

      on vous a privé de votre autonomie, et c’est votre autonomie qui fait votre liberté.

      imaginez que si chacun possédait sa maison et son terrain en propre, que si chacun était autonome au niveau alimentaire (fermier), on en reviendrais a des petits villages peuplés et répartis partout harmonieusement.

      mais, bon ça ne doit pas rapporter assez d’argent l’autarcie alimentaire et l’indépendance locative.

      alors y rajouter en plus l’indépendance énergétique, ça doit déplaire fortement a ceux qui veulent vous contrôler, et vous utiliser.

      ps : existe t’il quelque chose qui ressemble encore un peu a une vraie démocratie ?
      oui, la Confédération suisse.

      je cite "En effet, en Suisse, le corps électoral dispose de deux instruments qui lui permettent d’agir sur un acte décidé par l’État : il s’agit du référendum, qui peut être facultatif ou obligatoire, et de l’initiative populaire qui est le droit d’une fraction du corps électoral de déclencher une procédure permettant l’adoption, la révision, ou l’abrogation d’une disposition constitutionnelle."













      • mixaboulette 31 mars 2011 10:53

        Il suffirait d’imaginer l’équipement de chaque foyer de manière hybride (éolien plus solaire, pompe à chaleur plus éolien ou chaudières à granulés …) pour parvenir rapidement à l’obsolescence de toutes les énergies fossiles polluantes, et en évitant le maximum des coûts de transports de ces énergies

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès