Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’industrie du porno en faillite

L’industrie du porno en faillite

Le sexe ne cessera jamais d’être le premier objet de nos fantasmes. Chaque seconde, 28 000 internautes recherchent un site porno sur la toile. Pendant ce temps-là, paradoxalement, l’industrie du X est en péril et les sex shop doivent faire face à de nouveaux types de demandes. Pour en savoir plus, News of Marseille a mené l’enquête à Marseille.

Assassinée par le porno 2.0 l’industrie du X est en crise. En moins de 20 ans, les sites pour adultes ont envahi la toile. Côté chaffers, les moteurs de recherche répertorient plus d’un quart de pages à caractère pornographique, de quoi passer quelques longues nuits en solitaire !

Alors qu’à l’époque il suffisait d’acheter un DVD ou souscrire un abonnement Internet pour avoir accès à des contenus pour adultes, n’importe qui peut aujourd’hui mettre en ligne des images pornos sur Internet. Le développement dustreaming, de sites comme Youporn et bien d’autres sites de visionnage gratuits (totalement anonymes) mettent en danger les professionnels du X.

Une concurrence déloyale très douloureuse pour les maisons de production. Ici, les acteurs sont moins bien payés qu’avant et les bénéfices sont en chute libre. Pas étonnant qu’une actrice comme Carla Cox soit obligée de se produire en province pour arrondir ses fins de mois.

Le constat demeure tout aussi alarmant pour les petits cinémas pornos, tous obligés de mettre la clé sous la porte. Chez nous, à Marseille, seul le cinéma L’Étoile résiste. Face à la baisse de fréquentation, Alex, le gérant n’a pas dit son dernier mot. Officieusement, les salles obscures de L’Étoile sont devenues des lieux de « rencontre et de partage » pour la population gay marseillaise. Ici, la prostitution est strictement interdite et le patron compte bien s’inspirer de ce nouveau type de demandes en se transformant en club échangiste par exemple.

Les sex shop font peau neuve

Un peu comme le cinéma, les sex shop aussi sont en perte de vitesse. Dans ce milieu, les dizaines de commerçants marseillais sont discrets sur leurs chiffres d’affaires mais les nombreuses banderoles proposant sans cesse des réductions témoignent d’une santé financière loin d’être au top.

Les grandes chaînes comme X Center et Eros Center, installées à Marseille et ses alentours proposent de plus en plus de services. En plus d’une boutique offrant des objets et accessoires sexuels en tout genre, un vidéo club et des salles de projection privées offrent un peu plus de confort aux clients. Les petites boutiques se calquent sur ce modèle-là pendant que de nouveaux types de sex shop poussent comme des champignons.

Les love shop envahissent Marseille. Très loin de l’univers glauque, froid et sombre des vitres teintées du cours Lieutaud, des boutiques comme 1969 proposent de consommer le porno autrement. Ici, les hôtesses sont souriantes, le design des objets est travaillé pour paraître moins effrayant. Très apprécié chez les femmes, ce style de boutiques privilégie le soft au hard… Et si c’était ça l’avenir du porno ?


SAUVONS LES SEX SHOP ! par News_of_marseille

Laurent Marin - News of Marseille


Moyenne des avis sur cet article :  2.87/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 28 janvier 2012 14:09

    savez vous qu’au debut le vibromasseur etait a usage medical et que l’histoire de son invention se confond avec celle de l’hystérie et de son traitement...
    a decouvrir :
    http://2ccr.unblog.fr/2011/10/27/ca-vibre-pour-elles/


    • Aldous Aldous 28 janvier 2012 17:37

      Le sexe ne cessera jamais d’être le premier objet de nos fantasmes.

      Ha ?

      Et l’eau mouille ?


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 28 janvier 2012 19:38

        Article en faillite pour cause de pip dégonflée, ces filles n’étaient de toutes façons que des silly connes de l’avalée, ce manège infernal une foire aux jambons, un festival de couenne, du réchauffé à l’huile de panne, va falloir vous mettre au viazac, moitié viagra, moitié prozac, résultat, tu bande plus mais tu t’en fous ! Internet a bousillé le joujou à rocco, finie la récré terminé la lola...


        • kiouty 28 janvier 2012 22:56

          Bon, ok l’industrie du X s’adapte et développe de nouveaux modèles face à internet. Je trouve ça extrêmement positif !
          Franchement, qui va pleurer sur le passé ?

          Pour gagner du fric avec des magasins physiques, il faut tout simplement trouver une valeur ajoutée qui n’est pas téléchargeable, et c’est bien ce que font ces nouveaux magasins décrits en fin d’article.

          Bon, en plus, pour une fois on nous fait pas des lois à la con pour permettre aux anciens modèles de continuer à exister, comme dans le domaine de la musique.
          Les majors du disque feraient bien de s’inspirer de l’inventivité des acteurs économiques du porno.


          • molotov molotov 30 janvier 2012 21:47

            Sarkozy se « retire » de la politique pour de bon si il perd les élections,(en tout les cas c’est une déclaration officiel courant troisieme semaine de janvier 2012).

            Peut être qu’il viendra grossir les rangs de gigolo a petite bi... en mal de vocation !


            • le poulpe entartré 31 janvier 2012 02:03

              Dans le X rien que des branleurs ?


              • momo momo 31 janvier 2012 12:28

                Et il y a aussi le rayon « Poil » qui cotoie le rayon des anciens films (ou il y a des filles poilues) car on ne trouve plus de filles poilues dans la rue ou en boite. L’épilation est passée par là. Etonnament, le rayon « poil » des sex-shop est le seul rayon où les dans le sfilms proposés les filles... ne baisent pas. Il ya bien sur des exceptions et elles commencent à se multiplier, mais il est un fait des plus étonnnant qu’on y baise pas. Elle montre seulement leurs poils et certaines, sans baiser, se font plus de fric que bien d’autres épilées qui font du hard le plus trash. Etonnant, ça aussi ! Si ça intéresse certaines...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

NewsofMarseille

NewsofMarseille
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès