Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’inexorable montée des inégalités

L’inexorable montée des inégalités

Quand il y a de la croissance, les inégalités augmentent : l’essentiel va à une infime minorité (les 93% de croissance des revenus qui vont à 1% de la population en 2010 aux Etats-Unis). Mais quand c’est la crise, les inégalités augmentent également, comme le montre cette nouvelle enquête.

L’appauvrissement du pays
 
Cette nouvelle enquête de l’INSEE démontre encore une fois la faillite du système économique actuel. Elle rappelle, de manière utile que le revenu médian des français (qui sépare les 50% qui gagnent le plus des 50% qui gagnent le moins) était seulement de 1630 euros par mois en 2011. Les 10% qui gagnent le moins disposent de moins de 900 euros par mois, les 10% les plus riches gagnent un peu plus de 3200 euros par mois. Des chiffres utiles à rappeler à une élite qui pense être beaucoup plus proche que la moyenne du fait de l’envolée des très hauts salaires, soulignée par Emmanuel Todd. Pire, il faut noter que les revenus des plus riches ont nettement progressé en 2011.
 
Aujourd’hui, 8,7 millions des Français vivent sous le seuil de pauvreté, 14,3% de la population, contre 14% en 2010. Pire, depuis 2008, notre pays compte pas moins de 900 000 pauvres de plus. Il faut noter que la pauvreté progresse fortement pour les chômeurs (38,9% contre 35,8%) et les jeunes de moins de 30 ans (19,4% contre 17,7%). De manière totalement hallucinante, la ministre déléguée en charge de la lutte contre l’exclusion a déclaré que ces chiffres « confortent le gouvernement dans ses choix  », comme si ses choix allaient réduire d’une quelconque manière la propagation du fléau.
 
Un agenda anti-social
 

Il n’est pas inintéressant de mettre en parallèle la tribune de Jean Peyrelevade dans les Echos. Utilisant la rhétorique classique du besoin de compétitivité, et faisant comme si le pouvoir d’achat des ménages avait monté (alors que Jacques Sapir a bien montré qu’il baisse depuis 2005 environ), il propose de réduire le coût unitaire du travail de 1% tous les ans pour « modérer la progression salariale  ». Pour faciliter la chose, il propose d’augmenter progressivement le temps de travail et de « revenir progressivement sur les 35 heures » en clair « travailler plus pour une rémunération inchangée  ».

 
Il ajoute à sa potion amère un allongement de la durée de cotisation pour les retraites ainsi qu’une réduction des dépenses de l’Etat. Bref, il propose une recette qui ressemble fortement à la mauvaise potion qu’ont avalé la Grèce et l’Espagne et qui a abouti aux résultats désastreux que l’on connaît. On peut au moins reconnaître à Jean Peyrelevade de dire ce qu’il pense et de ne pas trop camoufler derrière l’agenda de compétitivité sa volonté de baisser les salaires. E t on se demande bien comment la France pourrait se redresser avec une baisse simultanée de la demande publique et privée…
 
Ce système économique produit une explosion des inégalités avec des pauvres toujours plus pauvres et des riches toujours plus riches. Mais les mauvais docteurs néolibéraux affirment qu’il faut encore saigner les plus pauvres pour que nous allions mieux. A croire qu’ils veulent une révolution.

Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Le taulier Le taulier 14 septembre 2013 15:33

    Mon cher Laurent, faudrait que tu apportes une cohérence intellectuelles entre les idées que tu développes et ton engagement politique. On ne peut pas prôner une politique de gauche et être dans un parti de droite.

    Comment dire...c’est fromage ou dessert mais pas les deux.


    • Claudec Claudec 14 septembre 2013 18:38

      Et la démographie dans tout ça ?

      Chaque jour, plus de 200 000 êtres humains s’ajoutent à la population terrestre. Par un effet purement mécanique, lié à la structure pyramidale de la société et au sort qui les a fait naître ainsi, 70% de ces nouveaux arrivants vont prendre place parmi les pauvres, à la base de la pyramide sociale.

      Phénomène purement démographique à l’origine de tous nos maux, mais sujet tabou dont personne ne parle.

      Pour approfondir cette réaction, voir :

      http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com

      Les articles et commentaires publiés sur ce blog sont accompagnés de schémas, à l’intention des visiteurs que décourage la lecture.


      • Robert GIL ROBERT GIL 14 septembre 2013 20:33

        oui mais beaucoup disent HEUREUSEMENT QU’IL Y A DES RICHES POUR …, alors finalement on peut dire que LES PAUVRES MERITENT LEUR SORT , qu’en pensez-vous ?


        • Claudec Claudec 14 septembre 2013 21:52

          Par ROBERT GIL (---.---.---.61) 14 septembre 20:33

          Sans compter ceux qui tout en souhaitant voir leur condition s’améliorer et en faisant des efforts pour y parvenir, se trouvent finalement bien comme ils sont et ont nulle envie de devenir « riches ».
          Il y a des pauvres heureux, non pas spécialement d’être pauvres, mais de vivre tels qu’ils sont.
          Sans vouloir faire de cas particulier mais à titre de témoignage, je me souviens avoir été très heureux dans des situations de grande pauvreté matérielle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès