Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’inflation, un choc plus psychologique qu’économique

L’inflation, un choc plus psychologique qu’économique

L’inflation fait la une des journaux. Au JT de 20 heures, le prix des pâtes et de l’essence a été jugé plus important que la victoire de la droite en Italie. Faut-il s’inquiéter de l’augmentation des prix ? Tout dépend du rythme, mais, pour l’instant, c’est surtout la presse et les commentateurs qui font de cette tendance à la hausse un problème de société qui pour certains, représente un drame. Pourtant, si on examine les chiffres, il n’y a pas de quoi s’affoler, la France ne va pas se retrouver comme sous l’Occupation. Il ne faut pas exagérer. 3,8 % d’inflation sur un an. C’est disons, entre 1 et 1,5 de trop. Et c’est ce chiffre qui est significatif, représentant une perte de pouvoir d’achat réelle (et, encore, les revenus vont s’aligner pour certains). L’épargne populaire n’est pas encore en danger. Le livret A rapporte 3,5 points et le LEP 4,25. Nous ne sommes pas revenus en 1983, quand l’inflation avait deux chiffres.

Le drame de l’inflation, il est pour l’instant dans la tête. 1 à 2 points de pouvoir d’achat, ça se récupère sans se priver, il suffit d’être vigilant. C’est bien la presse qui construit la représentation sociale et économique. Cette inflation est perçue comme insupportable parce qu’elle est vécue collectivement. Mais lorsque de vrais problèmes ne touchent que quelques ménages, l’opinion s’en moque parce qu’elle ne le vit pas collectivement, comme un seul peuple de 60 millions d’âmes. Chaque mois, des milliers d’individus sont licenciés. Pour ces gens, la perte de pouvoir d’achat se compte en dizaines de points. Dans ces cas-là, il faut réellement se serrer la ceinture. L’opinion s’en moque ; la majorité n’est pas touchée. Mais quand c’est un ou deux points pour chacun, alors, quelle affaire d’Etat !

Prenons le salaire moyen, 1 900 euros net. Pour compenser une perte de pouvoir d’achat de 1,5 points, il faut économiser environ 30 euros par mois. Rouler un peu moins, faire quelques impasses au choix, une sortie resto, quelques places de cinés, un gigot d’agneau, une boîte de chocolats fins, changer d’abonnement pour son portable, ne pas craquer sur un vêtement qu’on ne mettra même pas si ça se trouve ; baisser d’un demi-degré la température intérieure ; et, pour les vacances, est-ce nécessaire de bouffer à toute heure et d’occuper une terrasse de café pour s’y croire ? Bref, ce ne sont pas les solutions qui manquent. Après la phase dite du consumérisme hédoniste où on ne regardait pas trop les prix, on doit s’attendre à voir apparaître un consumérisme résilient. Une sorte de rigueur budgétaire appliquée à soi-même et dont on voit les effets sur sa comptabilité, alors qu’on maîtrise les économies. Le mélomane fera l’impasse sur le rosbif à 20 euros le kilo, alors que le gourmet se privera de quelques places de cinés et d’une paire de pompes dont il n’a pas besoin. La consommation résiliente n’a rien d’un drame. Elle traduit la souplesse adaptative et intelligente, pensée, qu’on peut opposer aux tensions inflationnistes. Et ne pas voir dans cette augmentation des prix un effet de Satan. (J’ai sorti les précaires de ce raisonnement. Car, pour eux, inflation ou pas, leur situation est scandaleuse. Et c’est un autre débat.)

Nos modes de consommation devront changer profondément d’ici vingt ou trente ans. La cause, le pétrole et le progrès planétaire. Le confort thermique et mobile (transport) ne sera plus assuré. Se (sur)chauffer et se déplacer sera un luxe. Par contre, un confort de vie sédentaire pourra être assuré avec l’électricité qui, produite par des dispositifs spécifiques, continuera à alimenter les appareils électroménagers, les ampoules électriques et les dispositifs audiovisuels. Il faut se préparer à s’adapter à un autre mode de vie et prendre conscience que les ressources naturelles étant limitées, il faudra ajuster nos existences à ces ressources et jouer pour l’essentiel sur ce qui est renouvelable.

Comment interpréter cette inflation ? Elle passera difficilement dans l’opinion, surtout si son origine est principalement spéculative (ce dont je doute, mais, bon, on ne sait pas encore...) Mais il faut se rendre à l’évidence. Ce monde idyllique à l’inflation presque nulle, protégeant les épargnants et les consommateurs, est sans doute révolu. Il faut vraiment se croire sur une île protégée (une bulle fabriquée dirait Sloterdijk) pour imaginer que l’économie est stable et qu’un monde est installé définitivement. L’inflation est due à la mondialisation et à l’entrée dans le standing matériel, chaque année, de dizaines de millions d’individus sur la planète. Ils sont indiens et chinois pour une bonne part ; le reste, des hommes et des femmes de tous les continents. Comment leur refuser le droit de vivre comme les citoyens des pays membres de l’OCDE (nous, en France, en Europe, au Japon, au Etats-Unis) organisation que du reste ils vont rejoindre. La tension inflationniste sur les matières alimentaires et minières vient de ce processus. Un phénomène auquel l’opinion n’a pas été préparée et qui pourtant était prévisible. C’est comme le choc pétrolier de 1974. A la différence près que l’ampleur sera tout autre et que les ressorts sont plus économiques que politiques. Quand une ressource se raréfie, elle se vend au plus offrant. C’est la loi du marché international. Ensuite, c’est à chaque pays qu’il incombe d’établir des mécanismes de rééquilibrage pour réduire les inégalités sociales (à noter l’avantage des pays ayant des ressources, ce qu’ont bien pigé Poutine et Chavez). Sachant bien entendu que des besoins méritent d’être protégés des effets du marché. Que de débats politiques en vue.

Au café du commerce, le bal des faux-culs sera de mise. Combien pour pleurer sur les augmentations de l’essence, du pain, des pâtes ? Mais les mêmes, s’ils ont un bout de terrain, en héritage, ou acheté un certain prix, ne rechigneront pas à le vendre trois fois plus cher parce qu’il y a pénurie. Ils sont du bon côté, celui de l’offre, fiers et contents d’être au centre des enchères et puis en colère quand l’Etat leur prend une part de plus-value qui leur laisse quand même une tranche de gâteau assez conséquente, des euros par dizaines de milliers. Par contre, quand l’essence augmente parce que les pétroliers jouent aussi sur la rareté et que les Chinois veulent rouler en automobile, ils trouvent cela terriblement injuste et râlent. Comme aurait dit Desproges, pour ces gens-là, un monde injuste est un monde qui ne se plie pas à leurs désirs.


Moyenne des avis sur cet article :  2.84/5   (87 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • aquad69 17 avril 2008 10:03

    Bonjour Bernard,

    "L’inflation, un choc plus psychologique qu’économique" ? Seigneur... Psychologique, qu’il disait !

    Plongé dans mes difficultés de fin de mois, j’ai essayé de convaincre mon banquier que tout celà n’était que "psychologique", et que mes dettes, disons entre 1 et 1.5 % du capital de sa banque, c’était évidemment "de trop", mais qu’il ne fallait pas exagérer, qu’il ne fallait pas s’affoler... et que le drame de mes dettes, il était pour l’instant dans sa tête ! Nous ne sommes pas sous l’occupation, tout de même !

    Mais mon banquier ne semble pas lire les brillants articles économique des philosophes d’Agoravox...

    "Prenons le salaire moyen, 1900 Euros net". Mais vous vivez dans un Monde de bobos, vous ? Vous qui vous présentez comme "en quête d’un emploi", c’est ce que vous touchez chaque mois ?

    Franchement, Bernard, je n’ai d’habitude rien contre vos articles ; on y trouve mëme des choses intéressantes.

    Mais là vous devenez indécent de suffisance doctorale. Ressaisissez-vous !

    Amicalement Thierry

     


    • JL JL 17 avril 2008 11:16

      aquad69, il me semble que vous dites deux sottises dans la même phrase : selon vous, votre dette à la banque serait, et de 1.5 % du capital du banquier, et qu’il n’y avait pas là de quoi fouetter un chat.

      Si votre banquie est aussi riche que la mienne, je doute qu’une dette de 1.5% de soncapital pour un seul individu soit une broutille.


    • nasko 17 avril 2008 12:43

      1000 fois d’accord aquad.


    • aquad69 17 avril 2008 12:48

      Vous avez parfaîtement raison... Mais savez-vous ce que c’est que le second degré ?

      Amicalement Thierry


    • aquad69 17 avril 2008 12:50

      Re

      réponse adressée à JL, bien sûr... Thierry


    • JL JL 17 avril 2008 14:53

      aquad69, vous qui donnez des cours de second degré : vous devriez savoir que ça ne fonctionne que dans certains cas, et ça ne dépend pas de l’un des protagonistes mais du degré de leur complicité de pensée.

       


    • Le péripate Le péripate 17 avril 2008 10:19

      Si le salaire moyen est de 1900 euros, le salaire médian n’est que de 1400 euros. La pauvreté est définie en France comme la moitié du salaire médian soit à peu près 3,5 millions personnes, et à 60% pour l’Europe, soit à peu près 7 millions de personnes. Sans compter que les loyers ne sont pas comptabilisés dans le taux d’inflation de l’Insee.

      Pour ces personnes là, c’est vraiment dur. Mais ce n’est peut-être pas ceux que l’on entend le plus se plaindre.


      • geko 17 avril 2008 10:57

        Le plein d’essence passe de 40 à plus de 50 euros, mon caddie moyen de 50 à 85euros(que des produits de base), je ne pète pas dans la soie et je ne vous parle même pas de l’augmentation du gaz Mr Dugué. 1 à 2 points ? Vous avez appris à compter en lisant "Boule et Pif" ?

        Je n’y vois rien de psychologique, vous vivez d’amour et d’eau fraiche Mr Dugué ou vous êtes rentier ?


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 13:07

        Moi, mon plein d’essence n’augmente pas, je mets chaque fois 50 euros dans le réservoir !


      • Soleil2B Soleil2B 17 avril 2008 14:15

        Tu es donc content Dugué ? T’as cru faire un trait d’esprit ?

        - Alors si tu es con-tant-mieux !


      • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 17 avril 2008 17:05

        J’approuve ce commentaire, pour les gens au SMIC, voire au salaire médian, la hausse des logements et de la nourriture de base est considérable (8 à 10% de leur budget).

        Mais cela n’invalide pas tout à fait les propos de l’auteur : cette question de la solidarité est, comme il le dit, politique et non pas économique. C’est la question de la redistribution du sacrifice et de la rigueur qu’ils auront plus de mal à faire que d’autres dont ,en particulier et surtout, ceux qui parlent de sacrifice dont ils s’exemptent eux-mêmes.


      • tvargentine.com lerma 17 avril 2008 10:49

        Aujourd’hui Mr DUGUE nous écrit "un billet"  sur l’inflation

        Vite !!!!!,nous devons le nommer à la BCE ,ces bons à rien n’ont vraiment rien compris à l’économie ,alors que Mr DUGUE a tout compris

        D’ailleurs,il reserve ses "billets" en exclusivité mondiale Au café du commerce qu’est devenu AGORAVOX entre lui et Morice

        Tiens mon article critique sur Ségolène ROYAL n’a pas été publié ????

        DUGUE ET MORICE sont des pigistes

         


        • Zalka Zalka 17 avril 2008 11:24

          Mieux vaut être pigiste que crétin.


        • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2008 10:54

          @BERNARD

          à se serrer la ceinture de 30 euros en plus depuis des années , on finit par devenir anorxique du maroquin ! c’est ce que que ressentent la pluspart des français , car les statistiques de hausses de pouvoir d’achat ne sont que des moyennes et ne concernent pas la france d’en bas qui n’a droit que 1 à 2 % d’augmentation par an alors que les patrons du CAC 40 ont multiplié par 10


          • 5A3N5D 17 avril 2008 11:06

            @ Lechat, 

            Les fonctionnaire devront se contenter de 0,8% cette année (comme tous les ans en fait.) : 0,5% au printemps, 0,3% à l’automne.

            Je ne parle évidemment pas des retraites.


          • 5A3N5D 17 avril 2008 11:07

            Oups ! Les fonctionnaires (avec un S ! )


          • JL JL 17 avril 2008 10:55

             

             

            Bonjour Bernard Dugué, si hier vous avez publié votre meilleur article, aujourd’hui auriez vous publié le plus mauvais ?

            Je lis : ""Au café du commerce, le bal des faux-culs sera de mise. Combien pour pleurer sur les augmentations de l’essence, du pain, des pâtes ? Mais les mêmes, s’ils ont un bout de terrain, en héritage, ou acheté un certain prix, ne rechigneront pas à le vendre trois fois plus cher parce qu’il y a pénurie.""

            De fait, avec cette vente, ils achèteront un 4x4. Le prix des terrains, sauf erreur de ma part n’intervient pas dans le calcul de l’INSEE. Et le prix des 4x4 va baisser, et lui, il interveient. Je veux dire par là que l’augmentation des prix des produits de première nécessité est pondérée par la baisse relative des produits de luxe et de haute technologie.

            Si bien que la moitié de la population, celle qui avec 1400 euros par mois et moins peine à acheter ces produits qui ont augmenté eux de 5, 10, 15 %, et qui n’achète rien de superflu devra se serrer dramatiquement la ceinture.

            Bon, on n’est pas là de voir défilé des gens dans la rue en criant : "On veut manger".

             


            • Proto Proto 17 avril 2008 10:57

              Les émeutes de la faim commencent à éclater un peu partout dans le monde, mais Mr Dugué, en bon occidental soucieux de son pouvoir d’achat, considère que la crise économique mondiale est l’oeuvre d’une vulgaire propagande des médias...

              "Le drame de l’inflation, il est pour l’instant dans la tête."

              Faux et archifaux


              • MagicBuster 17 avril 2008 10:58

                La pauvreté rend les gens honteux, sinon cela feraient des années que les pauvres seraient tous les jours dans la rue. C’est le modèle de notre société qui est fait pour exclure ceux qui n’ont pas eu de rendez-vous avec la réussite.

                Pour autant, la pauvreté extrême ne rend pas les gens moins honteux, simplement, quand on n’a plus rien à perdre . . .

                La situation me parait pire que celle décrite dans l’article, il y a de plus en plus de gens qui sont en dessous du deuil de pauvreté, parmis ceux la des handicapées, des fonctionnaires, des femmes seules avec des enfants, des retraités etc . . .

                Quand tout ces gens vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans ce cas . . . ça risque de chauffer car il y a aussi des personnes de 20, 30, 40 ans en pleine force de l’age qui n’ont pas dit leur dernier mot.

                Sans compter que ces personnes ont aussi des amis, solidaires.


                • Pierre 17 avril 2008 14:54

                  "il y a de plus en plus de gens qui sont en dessous du deuil de pauvreté, parmis ceux la des handicapées, des fonctionnaires, des femmes seules avec des enfants, des retraités etc . . ."

                   

                  C’est marrant vous mettez sur le meme plan les handicapes et les fonctionnaires ainsi que les familles monoparentales et les retraites.

                  Donc selon vous il est aussi malchanceux d’etre fonctionnaire que handicape ? eh bien quittez votre poste de fonctionnaire Darcos sera content ! smiley

                  A moins que vous pensiez que les fonctionnaires sont des handicapes.... vraiment vous osez penser ca a haute voix ? smiley

                   

                  Allez continuez a vous plaindre (a nous faire rire) mais faites attention a ce que vous ecrivez ca pourrait agacer un handicape !


                • Mjolnir Mjolnir 17 avril 2008 11:00

                  Quelques remarques :

                  "Pour compenser une perte de pouvoir d’achat de 1,5 points,"

                  1,5 points, c’est le chiffre officiel. Quelle est l’inflation réelle du panier moyen ? Combien doit on dépenser en plus pour acheter des aliments de base ou pour se déplacer pour aller travailler ?

                   

                  "Rouler un peu moins, faire quelques impasses au choix, une sortie resto, quelques places de cinés, un gigot d’agneau," etc...

                  ... ce qui entraînerait une décroissance générale et qui risquerait de détruire encore plus d’emplois. (Ceci dit, je dis ça sans vouloir pour le moins du monde défendre la logique économique basée sur une augmentation sans fin de la consommation mais, hélas, le monde fonctionne comme ça pour l’instant)

                   


                  • Le péripate Le péripate 17 avril 2008 11:13

                    Les moyennes sont bien utiles pour cacher de profondes disparités. Peut-on comparer le panier d’achat d’un revenu à 1900 euros qui comprend certainement de l’électronique, des loisirs, un budget vacances, qui est probablement propriétaire de son logement, avec celui d’un revenu à 800 euros où la part du loyer et de l’alimentation est prépondérant ?


                  • Mjolnir Mjolnir 17 avril 2008 11:22

                    Je reconnais mon ignorance en économie : y a t il un indice d’inflation sur la consommation quotidienne, sur les "paniers types" ? S’il est vrai que le prix de certains produits, comme tout ce qui est "high tech", baissent (ce qui contribue à une déflation) le prix des aliments augmentent. Or, on n’achète pas une télé HD tous les mois mais on achète du pain tous les jours.

                    Est ce que le calcul de l’inflation se fait avec des prix pondérés ? (c’est à dire qu’un produit qu’on achète quotidiennement compte plus qu’un objet qu’on achète rarement)


                  • Le péripate Le péripate 17 avril 2008 11:32

                    C’est plus de l’économétrie que de l’économie. L’Insee propose un simulateur personnalisable en fonctions des habitudes de chacun ici. C’est instructif.


                  • Mjolnir Mjolnir 17 avril 2008 11:42

                    Merci pour le lien. Intéressant ce simulateur, encore que j’ai un doute sur le calcul du coût de l’alimentation...


                  • Mjolnir Mjolnir 17 avril 2008 11:45

                    je voulais écrire "l’inflation du coût de l’alimentation", pardon.


                  • biztoback 17 avril 2008 12:35

                    très interessant ce simulateur, en gros tt a augmenté sauf les biens durable de loisir...


                  • tvargentine.com lerma 17 avril 2008 11:18

                    Mr DUGUE écrit

                    "Comment interpréter cette inflation ? Elle passera difficilement dans l’opinion, surtout si son origine est principalement spéculative (ce dont je doute, mais, bon, on ne sait pas encore...) "

                    Mon dieu,quel médiocrité que cet article écrit par un libertaire pigiste

                    Et dire que des imbéciles approuvent son discours

                    Nous pouvons apprécier le (ce dont je doute, mais, bon, on ne sait pas encore...) "

                     


                    • Zalka Zalka 17 avril 2008 11:28

                      "Mon dieu,quel médiocrité que cet article écrit par un libertaire pigiste

                      Et dire que des imbéciles approuvent son discours"

                      C’est cela que vous appellez une participation saine à un débat démocratique ? Un auteur a une opinion différente, donc c’est un médiocre. Des lecteurs partagent le point de vue de cet auteur, donc ce sont des imbéciles.

                      Vous pleurnichez en permanence de l’intolérance des autres, mais vous ne faites que démontrez la votre ici même. Une chose est sûre : vous êtes à la fois un médiocre et un imbécile.


                    • Gasty Gasty 17 avril 2008 13:26

                      @ Zalka

                      Il faut comprendre lerma qui a dû pour plaire à sa dulcinée d’Argentine se plier à la cuisine traditionnelle des Gauchos.

                      les Gauchos préfèrent le boeuf en "mix grill" avec les Parilladas ou Asados.

                      Cuits à la braise, les entrecôtes, le boudin, le chorizo, les ris de veau sont servis en énormes portions accompagnés de Chimichuri, une sorte de moutarde d’argentine ( du costaux) élaborée à base de 22 herbes différentes.

                       

                      Depuis , ses hémorroïdes le font tournoyer sur sa chaise . De plus,il fait une fixation sur les gauchos depuis cette époque.


                    • MagicBuster 17 avril 2008 11:41

                      Les mensonges du libéralisme :

                      "Le libéralisme, c’est plus de choix et des meilleurs prix pour le consommateur"
                      "Le libéralisme, c’est le libre-jeu du marché"
                      "La croissance crée des emplois"
                      "Seul le marché est apte à déterminer le juste prix des matières premières, des devises, ou des entreprises"
                      "L’entreprise crée des richesses. Elle est la source de la prospérité des pays et de leurs habitants"
                      "La mondialisation profite à tous"
                      "Le libre-jeu du marché crée par lui-même les conditions de l’équilibre"
                      "Le libéralisme est le seul choix possible, sous peine de s’isoler du Monde"
                       

                      http://www.syti.net/Liberalisme.html

                       


                      • Proto Proto 17 avril 2008 12:23

                        Je connais cet excellent site.

                        Très bon lien merci.

                         


                      • coati coati 18 avril 2008 16:44

                        Le système actuel n’est plus libéral.


                      • tvargentine.com lerma 17 avril 2008 11:42

                        Mr DUGUE écrit n’importe quoi et d’ailleurs dans cette simple phrase il démontre son discours creux

                        "Comment interpréter cette inflation ? Elle passera difficilement dans l’opinion, surtout si son origine est principalement spéculative (ce dont je doute, mais, bon, on ne sait pas encore...) "

                        Qui est-il pour douter des facteurs spéculatives ?????

                        Un expert en économie de marché ?? alors qu’il est libertaire et anti-économie de marché ?

                        Il suffit de regarder le prix des matières premieres sur les marchés depuis 12 mois pour comprendre que l’inflation est principalement d’ordre spéculative et que les fonds spéculatives se sont déplacés du marché boursiers aux marchés des matières premieres

                         


                        • Zalka Zalka 17 avril 2008 13:12

                          La connaissance des mécanismes de l’économie est indépendante de l’opinion que l’on a du système actuel. Par ailleurs, je ne sais pas d’où vous sortez votre définition de "libertaire", mais ceux ci sont précisément pour une économie de marché totalement dérégulé. Donc en affirmant qu’il est contre l’économie de marché ET libertaire, vous étalez votre ignorance.


                        • MagicBuster 17 avril 2008 11:45

                          10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution :

                          1 La hausse des prix de 40% - La misère en travaillant

                          2 Deux poids et deux mesures pour les salariés et les dirigeants d’entreprises

                          3 Deux poids et deux mesures pour la justice

                          4 Le décalage entre les impôts élevés et l’inefficience croissante des services de l’état

                          5 Le sabotage organisé des services publics pour justifier leur privatisation

                          6 La corruption à tous les niveaux de l’Etat

                          7 Les subventions abusives distribuées par l’Etat aux entreprises

                          8 La tromperie des "35 heures"

                          9 Les accords multilatéraux négociés dans le dos des citoyens et qui vident la démocratie de son contenu

                          10 Le saccage de l’environnement par les entreprises, en toute impunité

                           

                          http://www.syti.net/Revolution.html

                           


                          • MagicBuster 17 avril 2008 11:48

                            L’endettement, bombe à retardement pour imposer le libéralisme

                            http://www.syti.net/Endettement.html

                            L’AGCS : Vers la privatisation totale des services publics

                            http://www.syti.net/AGCS.html

                            etc... etc ...

                             


                          • Pierre 17 avril 2008 14:45

                            "10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution"

                            La Revolution ? vous voulez dire celle de 1789 ou on a change le roi par un empereur va-t-en guerre ? Vous appelez ca une revolution ?

                            Ah moins que vous pensiez a la revolution rouge... une grande, amusante mais courte experience...

                            Ou alors vous pensez nostalgique a Mai 68... -"qu’est ce qui s’est passe Papa en Mai 68 ?" -"oh rien mon enfant, trop de Francais avait consomme de la Marijuana en meme temps..." 

                            va dont te la faire toute seule ta revolution on t’attendra (pas).


                          • coati coati 18 avril 2008 16:46

                            Une révolution dans un système démocratique ? Ca donne quoi ça ?


                          • mac 17 avril 2008 11:55

                            Les gens se rendent peut-être compte qu’on se fout d’eux et c’est pour cela qu’ils se plaignent.

                            Le salaire médian (qui est bien plus parlant que la salaire moyen) est de l’odre de 1400 euros net.

                            Le smic qui suit l’inflation officielle (3,2%, chiffre sur lequel il y aurait beaucoup à dire...) va passer à 1000 euros net.

                            Prenons l’exemple d’un salarié médian à 1400 euros net dont la progression suit celle de la fonction publique (actuellement à peine 0,6% par an).

                            Une petite équation et quelques logarithmes plus loin on en arrive à la conclusion suivante :

                            dans à peine 14 ans, ce salarié (au rytme où vont les choses ) aura rejoint le rang des smicards comme plus de la moitié de ses concitoyens.

                            C’est du concret ça, c’est pas du domaine l’impression ou du café du commerce...

                             

                             

                             

                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès