Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’injustice monétaire et la dette

L’injustice monétaire et la dette

Dans un récent billet, je défendais l'idée d'un dividende universel. Je voudrais maintenant m'attarder sur le problème central à l'origine de cette proposition : le mécanisme actuel de la création monétaire.

Ce billet est issu de ®om's blog, publié sous licence cc-by-sa.

L'argent e(s)t la dette

On parle beaucoup d'une de ses conséquences (surtout en ce moment) : la dette publique.

Si nous n'avons aucune idée de son fonctionnement, nous pouvons penser que nous dépensons trop, et qu'il serait bon de songer à rembourser cette fichue dette. Sans explications, devant le compteur de la dette nationale défilant à toute allure en bas d'un écran de télévision pendant un JT, les téléspectateurs croient sans doute qu'une politique de rigueur est nécessaire, car après tout, il est bien naturel rembourser ses dettes. Quelle arnaque ! Si nous remboursions nos dettes, il n'y aurait plus d'argent : l'argent provient de la dette. Au seul bénéfice des banques.

Posez-vous la question : comment est-il possible que nous soyons tous (les ménages, les entreprises, les États) endettés en même temps (certains jusqu'à la faillite), alors que nous créons toujours plus de richesses ? Envers qui sommes-nous tous endettés, et pourquoi ?

Création d'argent ex-nihilo

Voyons plus en détail comment tout cela fonctionne.

Lorsqu'une banque accorde un crédit à un client (par exemple pour acheter une maison), elle ne lui prête pas l'argent qu'elle a : elle le crée (par une opération comptable). Le client va ensuite lui rembourser, sur plusieurs années, grâce à sa dure labeur, l'argent qu'elle lui a "prêté", avec des intérêts. Au fur et à mesure du remboursement du principal, l'argent est "détruit" (de la même manière qu'il a été "créé", c'est la raison pour laquelle il n'y aurait plus d'argent si nous remboursions nos dettes), mais il reste les intérêts, qui eux, sont au seul profit de la banque (qui sont des intérêts sur de l'argent qu'elle n'avait pas !). Il n'est d'ailleurs possible de lui payer qu'en récupérant, grâce à son travail, l'argent issu d'autres prêts effectués (indirectement), puisque (presque) tout l'argent vient de la dette. Déjà, l'injustice est flagrante : une banque privée crée de l'argent à son profit à partir du travail des autres, sans rien faire (à part manipuler une base de données).

Mais ce n'est pas tout, en créant de l'argent, la banque augmente la masse monétaire, donc dévalue la monnaie déjà en circulation. L'important, ce n'est pas la valeur que l'on possède en €, c'est la part que cette valeur par rapport à tout l'argent en circulation. Ainsi, augmenter la masse monétaire à son seul profit équivaut à "voler" une (toute petite) part de l'argent que possède chacun. La population, qui ne profite pas de cette création monétaire, doit donc travailler toujours plus pour "récupérer" cet argent et payer des intérêts toujours plus importants à ceux qui le leur prend.

Et globalement, cela pose un problème de remboursement : lorsque tout l'argent provient du crédit (en réalité, 90 95%), le total prêté à tous vaut P (le principal), et il faudra rembourser P+I (avec les intérêts). Sauf que l'argent des intérêts n'existe pas, il serait impossible de les rembourser maintenant. Ce qui le permet, c'est simplement le décalage dans le temps du remboursement, rendu possible grâce à la croissance (c'est-à-dire lorsqu'il y a plus de nouveaux prêts effectués pour rembourser les anciens). Sans croissance ce système inique s'écroule. Il faut donc une production toujours plus importante uniquement pour "rembourser" (en fait, "donner" serait plus juste) les richesses créées aux banquiers. Ainsi, ceux qui créent les richesses sont endettés envers ceux qui créent l'argent.

Beaucoup s'étonnent des inégalités qui augmentent, et s'en prennent soit aux entreprises, soit aux « assistés ». Mais la cause des inégalités, c'est le mécanisme de création monétaire. Il faut que la création monétaire soit distribuée à chacun.

La dette publique

Depuis la réforme de 1973 (loi Rothschild) et son article 25, la France a l'interdiction d'emprunter son argent directement auprès de la banque centrale, sans intérêts. Elle doit donc l'emprunter, avec intérêts, aux banques privées, qui elles, ont le droit de "créer l'argent".

En 1992, cette règle est inscrite au niveau européen dans l'article 104 du traité de Maastricht (qui est repris par l'article 123 du traité de Lisbonne en 2007) :

Article 104 :

1. Il est interdit à la BCE et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées "banques centrales nationales", d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite.
2. Le paragraphe 1 ne s'applique pas aux établissements publics de crédit qui, dans le cadre de la mise à disposition de liquidités par les banques centrales, bénéficient, de la part des banques centrales nationales et de la BCE, du même traitement que les établissements privés de crédit.

Voilà d'où vient la dette qui augmente inexorablement : l'État est obligé d'emprunter son propre argent avec intérêts auprès d'acteurs privés.

Constatez l'évolution de la dette publique avec et sans intérêts depuis 1979 (source) :

Réformes d'austérité

Des réformes sont prévues pour lutter contre les déficits, sans remettre en cause ce système inique.

En France, la réforme constitutionnelle contre les déficits a pour but de parvenir à l'équilibre budgétaire (heureusement, elle ne devrait pas passer, l'UMP ne devrait pas réunir une majorité de 3/5e). Cela paraît pourtant presque naturel de ne pas dépenser plus que ce que nous avons. Mais à la lumière de l'injustice de la création monétaire, nous pouvons sans peine imaginer les impacts pour les finances de l'État et de la Sécurité sociale si le principe d'équilibre budgétaire avait une valeur constitutionnelle.

Au niveau européen, le "Pacte pour l'Euro" annonce une grande braderie sur les droits sociaux.

Commentaires sur le revenu de base

Je profite de ce billet pour vous livrer quelques commentaires sur le revenu de base et son financement.

Présentation

Le revenu de base désigne le versement d'un revenu inconditionnel à chaque citoyen pour satisfaire ses besoins primaires.

Ce concept peut paraître étrange, selon la manière dont on le présente. J'ai l'impression que, face à quelqu'un qui n'en a jamais entendu parler, si je dis :

Je suis favorable à un revenu de base, un revenu versé tous les mois permettant de vivre sans emploi rémunéré.

l'idée sera difficilement acceptée, tellement elle semble illogique lorsque nous avons intégré la fameuse "valeur travail" (ou plutôt "valeur emploi") : pourquoi gagnerait-on de l'argent sans travailler ?

Par contre, si je dis :

Lorsqu'on augmente la masse monétaire ("on crée de l’argent"), comment cela doit-il se passer : on donne tout cet argent créé à quelques acteurs privés et rien aux autres, qui devront le gagner et l'emprunter avec intérêts à ceux qui en bénéficient, ou alors on distribue cette augmentation à tout le monde équitablement ?

je pense que la personne prendra plus facilement conscience qu'un revenu non-issu du travail est naturel, que ce n'est pas une aumône (demander de l’argent sans rien faire simplement parce qu'on en a envie), mais un dû, dont actuellement nous sommes privés injustement.

Financement

Je suis très étonné que certains proposent un financement du revenu de base sans remettre en cause la création monétaire privée.

J'ai peut-être manqué quelque chose, mais je trouve absurde d'uniquement redistribuer les richesses au sein de la population, si nous laissons en place l'énorme redistribution de toute la population vers les banques. Je ne dis pas que le dividende universel suffirait à financer un revenu de base (je n'en sais rien), mais financer un revenu de base sans dividende universel me paraît aberrant.

J'aime beaucoup l'analogie d'Étienne Chouard (vers 8mn30) :

C'est comme si on avait une inondation, un robinet qui coule à fond, il y a de l'eau partout. On est tous là avec des serpillères à éponger, et personne ne ferme le robinet.

Conclusion

Le système monétaire actuel est injuste. Il explique à mon avis une grande partie des problèmes de société (dette publique, inégalités, précarité, retraites…), et les personnalités politiques se disputent entre eux sur certaines conséquences sans jamais s'attaquer à la cause.

Je pense que les choix politiques sont trop importants pour être confiés à des politiciens.


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 12 mai 2011 07:50

    En 1971 la dématérialisation de la monnaie supprime la convertibilité en or. Ce
    découplage suivi de mesure de dérégulation permettra les excès de la crise que nous
    payons aujourd’hui. L’union européenne participe à ce détournement de richesse,
    l’article 104 du traité de Maastricht interdit à la BCE et aux banques centrales
    d’accorder des découverts ou des crédits à toutes les autorités publiques. Depuis
    1973 la France s’est interdite de créer la monnaie dont elle a besoin pour financer
    son développement et ses investissements (écoles, routes, hôpitaux…etc.) mais
    également son fonctionnement (salaires des fonctionnaires, loyers …etc..), et elle
    s’est obligée à emprunter auprès des organismes financiers.Lire :

    http://2ccr.unblog.fr/2011/05/07/creation-dargent-et-endettement-public/


    • Kalki Kalki 12 mai 2011 11:15

      Non non ce n’est pas un problème de création monétaire ou d’économie

      c’st un problème de partage, dans un monde ou il n’y a plus de travail

      et ou tout le monde sans exception est inutile

      https://singularite.wordpress.com


    • Robert GIL ROBERT GIL 12 mai 2011 15:43

      c’est vrai que c’est un probleme de partage...............

      http://2ccr.unblog.fr/2010/11/14/lhypothetique-partage/


    • Aldous Aldous 12 mai 2011 09:54

      Très bon article bien documenté.

      La privatisation du droit régalien de battre monnaie est la clef de asservissement des états-nations au cartel bancaire mondial.

      Il est très important de comprendre que le phénomène du cycle de prêts consécutifs destinés à couvrir les intérêts des dettes antérieures génère un phénomène de dépendance similaire à celui d’un drogué envers son dealer.

      Les états sont drogués depuis les années 1970 à la cocaïne du crédit et font les poches des contribuables ou vendent le bien public pour se payer leur came.


      • Abou Antoun Abou Antoun 12 mai 2011 12:21

        Les états sont drogués depuis les années 1970 à la cocaïne du crédit et font les poches des contribuables ou vendent le bien public pour se payer leur came.
        Expression imagée simple et très pédagogique.


      • OuVaton OuVaton 12 mai 2011 15:22

        Une analyse à la Jacques Duboin. Bravo ! 

        L’économie doit devenir distributive et non plus basée sur une concurrence artificielle et génératrice de profits pour une minorité de petits malins qui savent créer la pénurie, installer le monopole et la spéculation sous couvert de fausse compétition, l’obsolescence des produits et tout ça en épuisant les ressources de la planète. 

      • jpm jpm 12 mai 2011 10:12

        Cher Rom, j´ai plusse votre article même si je ne partage pas toutes vos opinions. Evidemment qu´un Revenu Universel pourrait se financer en partie grâce à la création monétaire, mais il ne faut quand même pas trop attendre de cet aspect des choses.

        Ce que vous décrivez dans votre article s´appelle la planche a Billets. Créer de la monnaie et créer de la richesse ce n´est pas tout à fait la même chose. Imaginions que nous vivions dans un monde fermé ou la quantité de richesses n´évolue pas et qu´un gouvernement décide de créer de la monnaie pour distribuer généreusement à chaque individu… il est probable que très vite votre argent ne vaille plus rien… car les richesses produites n´ayant pas augmentées, il faudra plus d´argent pour payer la même chose, chacun étant prêt à payer plus cher pour avoir le droit de consommer. Seul ceux qui possèdent déjà quelque chose seront gagnants… Donc cela ne fera pas forcement l´affaire des plus démunis… qui en général n´ont pas de patrimoine.

        Ce qui est important c´est donc de créer de la richesse, par le travail et l´exploitation durable des ressources naturelles et ensuite de repartir équitablement ces richesses grâce à un impôt progressif qui touche tous les revenus. Dans tous les cas, il ne faut pas décourager ceux qui veulent et qui peuvent produire et donc gagner plus, car ce sont eux qui financent grâce à leurs impôts la redistribution.


        • Taverne Taverne 12 mai 2011 10:21

          « Ce qui est important c´est donc de créer de la richesse ». Oui c’est important mais on peut aussi créer de la richesse humaine...


        • jpm jpm 12 mai 2011 10:27

          Certes certes Taverne la richesse humaine est importante... et j´en suis parfaitement convaincu. Malgre tout lorsque vous faites vos courses... vous avez beau avoir des rapports chaleureux et humains avec votre epicier de quartier... il faudra quand meme payer la note avec de l´argent qui si possible vaut encore quelque chose. La monnaie representant plus ou moins la richesse produite par le pays (ou la region du monde)... vous avez donc tout interet a ce que cette richesse augmente pour que votre epicier ne decide pas d´aumenter ses prix... car il craint que votre argent ne represente plus rien.


        • rom92 rom92 12 mai 2011 10:33

          « Ce que vous décrivez dans votre article s´appelle la planche a Billets. »
          Mais que l’argent soit créée par des banques privées à leur seul bénéfice, ou que l’argent ainsi créé soit distribué équitablement entre tous, c’est la planche à billets. Sauf que dans un cas c’est injuste, dans l’autre non.

          Et oui, il y a de l’inflation. Mais l’inflation, c’est un problème quand tout le monde ne bénéficie pas de la création monétaire. Si elle est distribuée entre tous, l’inflation n’est plus un problème (elle représente alors une petite « redistribution », comme je l’explique <a href="http://blog.rom1v.com/2011/02/dividende-universel-un-enjeu-majeur-de-societe/#comment-63404">ici</a>).

          Ça ne change rien au fait qu’il faut toujours produire ce dont on a besoin, avec ou sans dividende universel, ce n’est pas le problème.


          • jpm jpm 12 mai 2011 10:54

            Une petite clarification... les banques ne beneficient pas de l´argent cree, mais seulement des interets sur les sommes empruntees, ce qui je vous l´accorde est deja beaucoup. Apres que des gouvernements dispendieux soient obliges d´emprunter pour boucler leur budget... c´est un autre probleme. Cela veut dire que soit les recettes sont trop faibles (dues a des baisses d´impots injustifiees) soit les depenses sont trop elevees, soit les deux. Dans tous les cas, emprunter c´est reporter le deficit sur les generations futures. Ce n´est donc pas forcement de la faute des banques... meme si nous sommes bien daccord qu´elles y ont tout interet smiley


          • AntoineR 12 mai 2011 11:16

            @ rom92

            Evidemment qu’il faut que les états aient des comptes équilibrés. Mais un des problèmes actuels est que les intérêts des dettes sont tellements lourd aujourd’hui que les états ne peuvent être dans le positif. Tous les ans, la totalité de l’impôt sur le revenu part en intérêt de la dette.

            La vente de l’hippodrome de Compiègne par Monsieur Woerth n’a payé que 33 minutes d’intérêts.....


            Je pense qu’il faut arrêter le massacre.
            Traitons la vraie cause de nos problèmes. Cette arnaque de la dette.

            Si on regarde globalement les choses, un pays qui améliore ses techniques et sa productivité ne devrait pas s’appauvrir.

            On travail plus vieux, on aura bientôt plus de sécu ou d’écoles publiques pour nos enfants alors que l’on ait capable de fabriquer des objets en quatre fois moins de temps qu’il y a 20 ans....Comment peut-on accepter cela....


          • rom92 rom92 12 mai 2011 11:06

            Oui, les banques ne bénéficient que des intérêts. Mais ces intérêts, ce sont les emprunts futurs… donc au final, ça ne change pas grand chose.

            "Apres que des gouvernements dispendieux soient obliges d´emprunter pour boucler leur budget... c´est un autre probleme. Cela veut dire que soit les recettes sont trop faibles (dues a des baisses d´impots injustifiees) soit les depenses sont trop elevees, soit les deux.« 

            Mais non justement. Ils sont obligés d’emprunter, puisque l’argent, c’est la dette…

            Imagine un État (fictif) n’utilisant pas encore d’argent. Ils créent déjà plein de richesses, mais n’ont pas d’argent pour l’échanger. Arrive alors un banquier, qui installe sa banque privée, permettant des crédits. Personne n’a d’argent à l’état initial, mais la banque peut leur en prêter avec intérêts. L’État est alors obligé d’emprunter l’argent (puisque personne n’en a) pour permettre les échanges des richesses qu’il possède déjà, et il devra en rendre plus que ce qui est en circulation (donc il faudra emprunter ce nouvel argent pour rembourser les anciens crédits). C’est pour cela que je dis que ceux qui créent les richesses sont endettés envers ceux qui créent l’argent.
            Une petite fable (simplificatrice) pour mieux comprendre : http://www.michaeljournal.org/ilenauf.htm

             »Dans tous les cas, emprunter c´est reporter le deficit sur les generations futures."

            Oui, et le déficit ne peut qu’augmenter dans le temps : on ne peut pas faire autrement qu’emprunter avec intérêts pour avoir de l’argent, et emprunter augmente le déficit… qu’il faudra rembourser avec de nouveaux crédits. C’est un cercle vicieux.


            • jpm jpm 12 mai 2011 11:53

              Je ne crois pas que les etats soient obliges d´emprunter... et surtout je ne suis pas daccord avec votre remarque comme quoi l´argent c´est la dette. L´argent n´est qu´un outils qui permet d´echanger des biens et des services. Allez dire aux partisans des SEL (Systeme d´Echange Local) qu´ils crreent de la dette.

              Par contre on devrait pouvoir dire que la dette c´est l´argent du future... enfin cela devrait etre cela. Normalement on emprunte pour financer un projet qui devrait generer de la richesse qui pemette ensuite de rembourser le pret et de generer de l´argent en plus. Evidemment pour un etat ce n´est plus le cas lorsqu´ils emprunte pour financer ses couts de fonctionnement... ou meme tout simplement pour rembourser les interets de sa dette passee. Par contre emprunter pour construire un pont ou un hopital c´est different.

              Quoiqu´il en soit un etat n´est jamais oblige de s´endetter... il peut tres bien augmenter les impots et les taxes s´il ne peut contenir ses depenses. Mais bon, pour des raisons electorales il est toujours plus facile de reporter le remboursement des deficits sur les successeurs... un peu comme une patate chaude... sauf que la patate elle ne refroidit jamais.


            • AntoineR 12 mai 2011 11:36

              Si on continu avec la dette, les intérêts ne feront qu’augmenter. On finira par n’avoir plus aucun service publique et payer toujours autant d’impôts.
              50 Milliards d’intérêts cette année, 100 Milliards dans 5 ans. 200 Milliards quand on n’aura plus le triple A...
              Plus de retraites, plus de sécu, plus de prof, une armée privatisée ne protégeant plus que les banques...
              Continuons à croire que ce sont les fonctionnaires qui nous coûtent trop cher. Continuez à avancer les moutons, l’abbatoir n’est plus très loin.



              • rom92 rom92 12 mai 2011 11:57

                "surtout je ne suis pas daccord avec votre remarque comme quoi l´argent c´est la dette. L´argent n´est qu´un outils qui permet d´echanger des biens et des services.« 
                L’argent est un outil qui permet d’échanger. Mais il provient de la dette, dans le système actuel. Je suis d’accord avec vous, ce ne devrait pas être le cas, il devrait être en circulation permanente, et ne pas toujours devoir être réemprunté.

                 »Allez dire aux partisans des SEL (Systeme d´Echange Local) qu´ils crreent de la dette.« 
                Je parle bien sûr du système de banques centrales, pour toutes les monnaies réellement utilisées (€, $), pas des SEL…

                 »Quoiqu´il en soit un etat n´est jamais oblige de s´endetter... il peut tres bien augmenter les impots et les taxes s´il ne peut contenir ses depenses."
                Et les impôts et les taxes, ils provient d’où ? De l’argent de la population… qui provient d’où ? Au final, de la dette… (Presque) tout l’argent provient de la dette… Sans dette, il n’y aurait pas d’argent.


                • jpm jpm 12 mai 2011 12:56

                  Les impots et les taxes viennent du portefeuille des contribuables ou des consommateurs dans le cas de la TVA. Cet argent ne provient pas necessairement de la dette... il peut venir de votre travail, de la vente de votre production, et meme parfois d´un heritage. Ce qui provient de la dette... c´est les benefices engranges par une entreprise qui aurait emprunte pour se financer. C´est aussi le cas pour un etudiant qui a emprunte pour faire ses etudes et qui apres cela se retrouve avec un bon salaire (malheureusement de moins en moins vrai). Donc excusez moi, mais j´ai un peu du mal a vous suivre dans votre histoire d´argent qui proviennerait exclusivement d´une dette. L´accroissement monetaire qui permet d´accompagner la croissance d´un pays se fait effectivement grace aux credits distribues par les banques... qui financent des projets, comme par exemple l´achat d´une maison. Mais cela ne signifie pas que l´argent provient exclusivement de la dette. 


                • rom92 rom92 12 mai 2011 13:13

                  « il peut venir de votre travail, de la vente de votre production, et meme parfois d´un heritage. »
                  Mais tout l’argent provient des dettes. Si vous avez gagné de l’argent c’est que quelqu’un l’a emprunté. L’argent est créé par la dette.

                  J’ai peut-être été imprécis, en disant qu’il provient de la dette, je n’ai pas dit il provient de la dette nationale. Il provient d’une dette. On pourrait effectivement réduire la dette nationale, mais en la compensant par d’autres dettes (la somme de celles prises par les particuliers).

                  Si tu remplaces 1600 milliards de dette nationale, par chacun une dette de 26000€, ok il n’y a plus de dette « nationale », mais ça revient au même.


                  • enréfléchissant 12 mai 2011 13:24

                    Supprimer l’argent, supprimer le capitalisme et supprimer les gouvernements, c’est s’assurer :

                    la disparition de 95% des meurtres
                    la suppression de toute injustice
                    la mise en place de l’égalité des chances
                    la fin de l’oppression
                    la liberté politique pour tous
                    la facilité d’échanges par la gratuité totale

                    • rom92 rom92 12 mai 2011 18:27

                      Merci de ton argumentation convaincante.

                      </ironie>


                    • jpm jpm 12 mai 2011 18:53

                      Je suis quand meme de l´avis d´alchimie, votre amalgame entre la dette et l´argent me semble un peu fantaisiste. Mais bon, la verite des uns n´est pas forcement la verite des autres... surtout sur internet smiley


                    • rom92 rom92 12 mai 2011 19:02

                      Je vous conseille les 2 vidéos de l’Argent dette :
                      http://www.dailymotion.com/video/x75e0k_l-argent-dette-de-paul-grignon-fr-i_news
                      http://www.dailymotion.com/video/xbqww7_l-argent-dette-2-promesses-chimeriq_news

                      Ainsi que l’émission d’Arrêt sur Images qui leur est consacrée :
                      http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1297

                      L’interview d’Étienne Chouard (prof d’éco) sur l’Argent dette :
                      http://assoculturelibre.wordpress.com/2011/03/13/entretien-avec-etienne-chouard-1-largent-dette/
                      ainsi que sa conférence sur les enjeux de la création monétaire :
                      http://assoculturelibre.wordpress.com/2011/05/04/etienne-chouard-les-enjeux-de-la-creation-monetaire/

                      Des vidéos de Stéphane Laborde (auteur de la Théorie Relative de la Monnaie) :
                      http://www.dailymotion.com/Galuel#videoId=x8s098
                      http://www.creationmonetaire.info/2010/11/video-de-la-conference-avec-richard.html

                      Plusieurs billets de Stanislas Jourdan :
                      http://www.tetedequenelle.fr/2011/04/systeme-monetaire-dividende-universel/
                      (et suivre les liens)

                      Une petite fable (simplificatrice) pour mieux comprendre les mystères de l’argent :
                      http://www.michaeljournal.org/ilenauf.htm


                    • rom92 rom92 12 mai 2011 21:29

                      « T’es gentil Rom92, mais c’est un peu à toi d’expliquer pourquoi sans dette il n’y a pas d’argent. »

                      Je pense l’avoir expliqué dans l’article, en expliquant comment est créé l’argent, et apparemment c’est pas clair pour tout le monde. Je donne donc des liens bien plus complets pour mieux comprendre.

                      L’important, c’est de comprendre comment ça fonctionne, que ça soit moi ou quelqu’un d’autre qui explique (c’est d’ailleurs mieux si c’est expliqué de plusieurs manières différentes).


                    • jpm jpm 13 mai 2011 08:10

                      Bonjour Rom, une petite boutade pour bien commencer la journee. Puisque l´argent c´est de la dette... et que vous n´aimez pas devoir quelque chose aux banquiers... je vous propose de nous donner a Alchimie et a moi meme tout votre argent en especes sonnantes et trebuchantes et pour votre solde en banque, vous pouvez nous faire un cheque. Comment cela, vous ne voulez pas ? Pourtant il me semble qu´on vous aurrez debarasse d´un gros soucis smiley

                      Bon plaisanterie a part... chacun croit ce qu´il veut... ce n´est pas tres grave.

                      Par contre, si vraiment vous en avez marre d´engraisser votre banquier, pourquoi ne vous tournez vous pas vers des etablissement financiers plus solidaires et surtout plus ethiques, comme par exemple la Nouvelle Economie Fraternelle :

                      http://www.lanef.com/quisommesnous/introduction.php


                    • Croa Croa 12 mai 2011 19:02

                      à L’auteur,

                      Merci pour cet article pédagogique !  smiley il ne remplacera hélas pas les carences de l’éducation nationale en ce qui concerne l’instruction des jeunes sur l’économie.

                      Cet article n’est pas le premier traitant du sujet. Il y a pourtant encore des gens qui ne veulent rien comprendre au système... C’est si confortable de croire que nous vivons dans le meilleur des mondes possible ! Au moins de se croire dans un monde où l’arnaque ne serait pas dans les institutions. De vivre en un monde de Bisonours où bien, à la limite, en un monde dans lequel il y aurait bien quelques méchants, mais « bronzés » seulement !

                      à renouveler, pour que ceux qui ne veulent pas voir les réalités, finissent par s’enfoncer dans le crane les logiques, pourtant simple, d’une finance parfaitement corrompue. (Même sur ce forum certains doutent encore !)


                      • mononokehime mononokehime 13 mai 2011 08:38

                        Si une banque prête plus d’argent qu’elle n’en a il est évident qu’elle prend un risque en cas de crise car non seulement elle perd de l’argent qu’elle n’a jamais eu, mais en plus elle perd les intérêts de cette argent, c’est en partie de la que vient la crise des subprime avec des banques qui on prêté a des taux d’intérêt faramineux de l’argent qu’elle n’avait pas en croyant que tout le monde allait pouvoir rembourser.


                        Je donne un exemple très simple, lors d’un prêt immobilier, qui est en général l’achat d’une vie, il ne sert a rien d’essayer de rembourser le plus vite possible, d’une part parce que le fait de payer une somme fixe vous fait gagner de l’argent (a cause ou grâce à l’inflation) mais aussi parce qu’il faut préserver son potentiel d’épargne qui permet de gagner un peu d’argent a la fin de l’année et permet également de compenser les intérêts du crédit immobilier.

                        C’est pour cette même raison qu’il vaut mieux acheter plutôt que louer, puisque la location ne protège pas de l’inflation et au final on ne possède rien. 

                        Et la je ne parle qu’au niveau particulier, il reste le niveau de l’entreprise puis de l’état ou les mécanismes sont bien plus complexe.

                        • jpm jpm 13 mai 2011 09:30

                          Une autre raison pour laquelle il vaut mieux acheter que louer... c´est que vous ne payez d´impots sur le loyer que vous devriez vous donner en tant que proprietaire. Un locataire qui aurrait par ailleurs un bien immobilier qu´il loue a une autre personne devrait payer des impots sur le produit de cette location. L´achat de sa maison est donc un excellent placement net d´impots... enfin presque car il reste la taxe fonciere et les taxes chez le notaire smiley


                        • Croa Croa 13 mai 2011 20:05

                          « qu’elle prend un risque en cas de crise car non seulement elle perd de l’argent qu’elle n’a jamais eu, mais en plus elle perd les intérêts de cette argent, »

                          Mais non, elle ne perd rien, puisqu’elle n’a rien !

                          Elle ne perd que ce qu’elle comptait voler, ce qui correspond au moins aux intérêts. En fait tout dépend du calcul d’anticipation qu’elle aurait fait et donc des engagements prit auprès des actionnaires, lesquels peuvent subitement aller voir ailleurs (Potentiellement une catastrophe mais seuls les établissements secondaires plongeront.) La dette n’est qu’un processus d’asservissement qui en plus ponctionne les vrais richesses et peu importe qu’au final l’argent n’ai presque plus de valeur puisque de toute façon la banque raflera la mise. (Par « la banque » comprendre les agents présents dans les banques centrales.)


                        • rom92 rom92 13 mai 2011 13:53

                          À voir aussi :
                          http://www.dailymotion.com/video/xfkmmz_les-dettes-publiques-louis-even_news
                          « Comment se fait-il que la population soit endettée pour des choses qu’elle a produites elle-même ? »
                          « La plus grosse escroquerie de tous les temps »

                          L’explication de l’Île des Naufragés en vidéo :
                          http://www.dailymotion.com/video/xg03ch_monnaie-monnaie_news


                          • jpm jpm 13 mai 2011 14:26

                            Une remarque a propos de la population qui serait endettee... je tiens a preciser que ce n´est pas toute la population qui est endettee mais seulement la partie la plus pauvre... ceux qui n´ont pas recu de patrimoine de leur famille... et qui n´ont pas un salaire suffisant pour epargner chaque mois. Les autres, ceux qui ont deja tout... ce sont eux les preteurs, eux qui investissent dans les obligations d´etats... et donc ce sont les plus riches qui recoivent les fameux interets des dettes des plus pauvres.
                             
                            La dette des etats reposent sur les epaules de tout le monde, c´est a dire de chaque citoyen... mais 26 000 euros ce n´est rien pour Madame Betencourt (meme pas un demie enveloppe en papier kraft) alors que cela represente 5 ans de RSA pour les plus demunis... et encore si on ne le leur supprime pas.

                            C´est pour cela qu´il faut exiger une meilleure repartition des richesses... et une imposition plus juste des personnes aisees pour ne plus laisser les gouvernements generer du deficit au detriment des plus demunis... et pour le plus grand benefice des riches. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

rom92

rom92
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès