Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’inquiétant déclin industriel de la France

L’inquiétant déclin industriel de la France

Le rapport intérimaire remis au ministre de l’industrie le 5 janvier 2010 est un véritable cri d’alarme sur l’état de la France comme pays industriel majeur.

Par Marc Dupuis (D&E)
 
Les rapporteurs ont raison de souligner que la crise multi-facettes de 2008 a révélé les limites d’un modèle de développement en partie déconnecté de l’économie réelle, au contraire les écosystèmes basés sur le triptyque innovation- production services se révèlent plus solides que ceux qui réservent aux économies développées une spécialisation sur les seuls services. 
Le déclin industriel de la France n’est pas un constat nouveau, ce qui frappe c’est son ampleur face à un voisin comme l’Allemagne, c’est aussi le manque de volonté politique à long terme, au-delà des effets d’annonce de nos gouvernants face à cette situation.
Ce déclin industriel se manifeste de multiples manières, d’abord l’emploi, au moment où nous atteignons les 10% de taux de chômage c’est 500.000 emplois industriels qui ont été perdu entre 2000 et 2008. Ce déclin touche la France d’avantage la France que la plupart des autres pays d’Europe, notamment l’Allemagne et l’Italie. Le déclin ne touche pas seulement les secteur à faible valeur ajoutée, mais concerne tout autant les industries à valeur ajoutée croissante, ce qui dément les affirmations illusoires de certains économistes spécialisant les pays développés sur une plus grande valeur ajoutée alors que les pays « émergés » comme la Chine et l’Inde se positionnent dès à présent sur ces industries. Le paradoxe est que certains secteurs éprouvaient avant la crise des difficultés importantes de recrutement, c’est le cas de l’électricité électronique, de la mécanique, de l’industrie des métaux et de process. Nettement moins bien placée que la moyenne de la zone euro en termes de part de l’industrie dans la valeur ajoutée (16% contre 22,4%), la France ne supporte plus la comparaison avec l’Allemagne (30%)
L’emploi n’est pas le seul élément de dégradation de la position française, sa balance commerciale se dégrade aussi, seules les industries agro alimentaires et les biens d’équipement demeurent excédentaires rapportée aux exportations allemandes la part des exportations françaises a baissé de 57% en 1999 à 37% en 2008 ! Où est la faute ?
L’un des éléments clés évoqué est évidement la taille insuffisante des grosses PME toujours en comparaison de pays comme la Grande Bretagne ou l’Allemagne que l’auto entrepreneuriat présenté comme solution miracle ne résout en rien, d’autre part une insuffisant effort en matière de R et D malgré une bonne position en terme de dépôts de brevet ( la France est numéro 2 en Europe) 
Certes tout n’est pas noir dans ce tableau, mais faute d’une volonté politique autre que de communication, le recul pourrait devenir irréversible. L’idée force d’excellence environnementale pourrait être une des clés de la renaissance de notre volonté industrielle encore faudrait-il ne pas laisser passer les fenêtres de tir qui lui sont liées

Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • bonnes idees 4 février 2010 15:30

    Grave erreur pour la France que d’avoir brader, au poussierreux vide-grenier Européen, son savoir faire légendaire. Nous aurions dû le garder pour nous et pour nos entreprises.

    Imaginez-vous la réputation que nous aurrions si notre entreprise France c’était investi dans les travaux de très hautes connaissances. Jackpot à « trois 7 » chez Barriere.

    Nos produits de grandes technologies se seraient vendu comme des petits pains.

    N’y a t’il pas plus en plus de riches ?

    Le riche aime la qualité !


    • armand 4 février 2010 17:31

      bonnes idées et faxtronic, l’activité part ailleurs mais à terme , et c’est bien plus grave, la connaissance et le savoir faire disparaissent.
      Aux USA on ne trouve plus de blé et surtout plus personne connaissant cette culture
      Si en France on voulait re-ouvrir les mines, plus de connaissances....
      Si en France on veut relancer le textile, plus de connaissances...
      Si en France j’entreprend des travaux compliqués en batiment/voierie, c’est une entreprise Allemande qui a le matos et le savoir faire
      Si je veux une maison 0conso ce sera de la technique Allemande ( 2 architectes formés en France , et formés en Allemagne)
      etc etc etc


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 4 février 2010 21:20

      La France exporte systématiquement et sans cesse des capitaux depuis le XIX siècle, déjà avant l’arrivée de Napoléon III.

      Ce phénomène, lié à la concentration de grandes masses de capital - plus-value dans les mains de quelques financiers, a été à l’origine de plusieurs guerres pour le contrôle des colonies et des zones d’influence.

      Même après la II Guerre mondiale, les exportations de capitaux se sont poursuivies. Le résultat en a été, finalement, la destruction de l’économie. C’est vrai pour la France, mais aussi pour l’ensemble des « puissances occidentales ».

      Nous en avons parlé dans des commentaires précédents. Voir notre fiche :

      http://www.agoravox.fr/auteur/independance-des-chercheurs

      et en particulier, les articles de notre blog « La Science au XXI siècle »  :

      Vers une délocalisation générale de la recherche scientifique française et européenne ?
      Délocalisations, recherche scientifique et propagande politique
      Recherche scientifique et technologique : où est la « guerre économique » ?
      CNRS, délocalisation de la recherche et débâcle européenne (I)
      CNRS, délocalisation de la recherche et débâcle européenne (II)
      CNRS, délocalisation de la recherche et débâcle européenne (III)
      La Chine et la débâcle de la « division internationale du travail »

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/


    • JL JL 5 février 2010 10:37

      « N’y a t’il pas plus en plus de riches ? » (bonnes idées)

      Peut-être pas, mais assurément, il y a de plus en plus de pauvres, et les riches sont de plus en plus riches.

      Sarko qui se prend pour un prodige n’est qu’un vulgaire prodigue, mytho en plus. Avec l’argent des Français , hélas ! Son erreur a été de croire que notre industrie du luxe sauverait la France. Le bouclier fiscal est la clé de voute de cette politique absurde qui s’en est suivie depuis son accession au pouvoir.


    • Terran 5 février 2010 14:26

      Il y a de plus en plus de pauvres riches, et de plus en plus de riches pauvres, par la force des choses.
      Et encore, j’ai pas compté les pauvres d’esprits, je sais pas ou les ranger !!!

       smiley smiley


    • faxtronic faxtronic 4 février 2010 15:47

      Posez vous la question : comment se fait il qu en allemagne cela se passe mieux ?


      • Nho 4 février 2010 16:12

        Est-ce que ça ne s’est pas toujours passé mieux en Allemagne ?


      • Terran 5 février 2010 14:40

        @ Nho

        Justes quelques guerres et quelques effondrements économiques, à part ces détails historiques, tout c’est bien passé !!!

        Vous en êtes sur ?


      • plancherDesVaches 4 février 2010 15:51

        Je vais juste vous poser une question toute bête : comment un état pourrait agir sur la santé d’une entreprise alors que ceux qui détiennent l’entreprise veulent moins d’état... ??


        • plancherDesVaches 4 février 2010 15:53

          Moins d’état quand ça les arrange, bien sûr. Pour gagner un max de fric.

          Par contre, il faut que l’état leur fournisse des exploit.. pardon, des salariés au top...


        • Lemiamat 8 février 2010 09:47

          En même temps croire nos GRANDS HOMMES D’ETATS ne sont pas des hommes comme vous et moi, ils sont incorruptibles, parfait, sans défaut.... ah ben non.
          Si on arrêtait de leur donner du pouvoir, peut être qu’ils en abuseraient moins non ?


        • zelectron zelectron 5 février 2010 09:15

          @Vilistia
          La source principale du mal des PME françaises vient historiquement du fait que De Gaulle avait interdit à l’époque la création de banques mutuelles industrielles au profit des grandes banques pour qu’elles conservent leur monopole, le tout contrôlé par l’état. En Allemagne les entreprises et les banques siègent dans les mêmes assemblées générales, sont dans les mêmes conseils d’administrations, sont actionnaires les uns des autres...il est évident que, allez soyons incisifs, que ça se passe bien moins mal de l’autre coté du Rhin qu’ici où les banques n’ont de cesse que de chercher des poux, des noises, des chicaneries... enfin tout ce qu’il faut pour créer un climat de défiance...
          ps tout n’est pas rose à ce point en Allemagne non plus, es ist klar !


        • zelectron zelectron 5 février 2010 10:10

          @vilistia
          C’est comme ça que ça s’est passé, tu as fait la bonne déduction
          Dans un autre ordre d’idées les coopératives agricoles ont interdit aux paysans de vendre directement aux consommateurs (le législateur était à la solde de qui ?) et le crédit agricole en a bien profité (c’est un délicat euphémisme)


        • foufouille foufouille 5 février 2010 11:57

          en allemagne
          pas de smic
          doc boulot a 2€
          on peut aussi crever en travaillant en cas de chomage trop long


        • Terran 5 février 2010 14:30

          C’est un progrès en effet !
          Résultat des mesures de décroissances ?

          Résultat des mesures de la croissance verte ?

          Lequel est le coupable de ces crimes ?


        • Daniel Roux Daniel Roux 4 février 2010 16:59

          La désindustrialisation française à trois sources : La théorie des jeux, la recherche de la rentabilité maximale, la trahison des élites.

          La théorie des jeux parce que si le voisin réussit mieux en fabriquant à l’étranger, en vendant en Europe et en faisant ses bénéfices dissimulés dans un paradis fiscal, vous êtes sûrs de perdre sauf si vous l’imiter.

          La rentabilité maximale, parce que de cette façon vos investissements reçoivent double bonus, plus de marge et plus de cash pour vous quand vous récupérez vos bénéfices dans le paradis fiscal sans payer d’impôt.

          Souvenez vous de Majorette, entreprise florissante dans les années 70, dont le patron était accusé de fautes de gestion lorsqu’il rechignait à délocaliser. Sachez, de plus, que les multinationales exigent de leurs sous traitants qu’ils délocalisent comme elles afin d’être plus près des lieux de production.

          L’angélisme, c’est bien gentil mais ça vous cloue sur une croix. La crise actuelle est la conséquence directe de ces délocalisations massives encouragées par le dogme libéral du libre échange au mépris d’une concurrence loyale théorique servant de caution mais jamais réelle.

          La baisse des salaires en euros constants, le chômage et la précarité qui atteignent 20% des actifs et leur famille, appauvrissent toutes les classes sociales autres que la plus riche, celle qui est actionnaire des multinationales et qui détiennent le pouvoir.

          Conséquence, moins de demandes des ménages, moins d’investissements, moins de cotisations sociales sur les salaires, mais aussi plus de défaillances dans les remboursements de dettes, plus de faillites personnelles, plus de misère et au final, l’explosion des déficits.

          La trahison des élites ( une constance identitaire nationale depuis la conquête de la Gaule par César). Les Français se sont fait bernés par leurs représentants élus, par l’E.U. et par tous les Présidents depuis de Gaulle.

          Mais ils ont fait pire depuis en cédant à la démagogie et au populisme de Sarko.

          Ce n’était vraiment pas le moment d’élire un juriste spécialisé dans l’évasion fiscale, anti social, pro américain, autiste politique et psycho rigide, élitiste pipole, ignorant tout des sciences qu’elles soient humaines, scientifiques ou économiques, bling bling et haïssant les intellectuels.


          • Charles Martel Charles Martel 4 février 2010 20:07

            Daniel Roux a tout dit.


          • Ungh Ungh 5 février 2010 10:36

            En résumé, ça nous donne grosso modo cette magnifique carte , largement en dessous de la réalité ...


          • JL JL 5 février 2010 10:39

            @ Ungh, magnifique carte, en effet, merci.


          • Terran 5 février 2010 14:06

            Sarko est pas pro-américain, surement pas !!! smiley

            Il est pro-wall-street !! smiley


          • Terran 5 février 2010 14:33

            @ Cassoni

            «  »On se dit qu’on va préserver notre environement, mais on va délocaliser pour produire à bas coût chez ceux qui n’en n’ont rien à faire. Combien de temps se système tiendra-t-il encore ?«  »

            On se dit surtout qu’on devrait se protéger de notre environnement.
            Il n’y a qu’au pays des bisounours que l’on pense que l’environnement c’est notre pote.

            Enfin, moi je me dis ça hein !
            Les autres, je sais pas !!! Mais faudrait leurs demander non ?

             smiley


          • Yohan Yohan 5 février 2010 23:21

            Exact. juste commentaire de DR. 
            Pour compléter, j’ajouterai l’absence de scrupules et la veulerie qui caractérisent le haut patronat, en quelque sorte le reflet d’une certaine fabrique des « élites » à la française, des gens qui au fond méprisent l’entreprise et ses ouvriers.


          • jef88 jef88 4 février 2010 19:07

            la casse des PME en France a commencé sous Giscard. Souvenez vous de Barre qui proclamait « la chasse aux canards boiteux »
            Ensuite la gauche a fait la chasse aux patrons, ces affameurs et négriers. Pas ceux du CAC 40 ou des multinationales,mais toujours ceux des PME...

            Ce cycle se poursuit toujours : Faire de la place pour les gros et faire crever les petits (c’est toujours des parts de marché gagnées).

            En fait on récolte ce que l’on a semé. Selon les partis, les politiques sont soit complétement indifférents aux PME soit férocement opposés... On préfére les gens comme le PDG d’EDF.


            • Terran 5 février 2010 14:37

              «  »« la casse des PME en France a commencé sous Giscard. Souvenez vous de Barre qui proclamait »la chasse aux canards boiteux«  »«  »

              Et c’est Giscard qui a signé pour abandonner notre droit à émettre notre monnaie.
              C’est troublant !!! Coïncidence ils diront ! Croyez-le !

              Ne vous en faites pas nos col-vert sauront relever la situation !
              Ils savent si bien voler !

               smiley smiley


            • Marc Bruxman 4 février 2010 20:31

              La baisse de l’emploi industriel est une tendence lourde contre laquelle on ne peut rien. De même qu’il y a eu une forte baisse de l’emploi agricole. L’industrie d’une certaine façon produit trop bien trop vite et a tué sa part dans la chaine de valeur.

              Le seul point grave et que sur le peu qu’il reste la france n’est pas compétitive.

              Pour le reste, mieux vaut chercher la VA ailleurs. Une boite qui rentre en bourse comme Rentabiliweb montre que l’on peut encore créer de la valeur en France. Mais plus dans la « fabrication ». C’est le sens de l’histoire.


              • zelectron zelectron 5 février 2010 09:19

                @Marc,
                Ça veut dire que les industries manufacturières (au sens le + large) sont condamnées à mort ?


              • Terran 5 février 2010 10:51

                @ Villistia

                Mickey rit jaune

                Mickey riz jaune

                 smiley smiley


              • Terran 5 février 2010 15:13
                @ Bruxman

                En vous lisant, j’ai l’impression que l’industrie s’est fait ara-kiri et qu’elle est allée fêtez ça au champagne à la bourse !!!!
                 smiley

                Il y a une logique à tout !


              • Terran 5 février 2010 15:13

                hara ki riz

                 smiley smiley


              • rastapopulo rastapopulo 6 février 2010 01:05

                Gros nazes

                Méprisez l’industrie quel ironie de l’histoire

                l’industrie est la voix royal de l’indépendance des peuples !!! (surtout face à la finance anglosaxonne qui externalise depuis l’empire esclavagiste britanique).

                Alors les bolchéviques soutenus par Wall Street pour renverser le tsar trop indépendant...

                Revenons aux protections à long terme, à la nationalisation (un renflouement AVEC conditions) et aux transfert de technologie entre pays.

                Ce serait moins d’immigration, moins de pression, plus de développement, plus de coopération. 

                Le néoclassique est fini grosse

                C’est Roosevelt et Lincoln qui avait raison mais c’est la finance anglosaxonne qui a guagné.


              • calypso calypso 4 février 2010 21:55

                La plupart des pays avancés, à l’exception notable de l’Allemagne et du Japon, ont laissé s’affaiblir leur force de frappe industrielle. Le point de non retour semble désormais atteint. Ni les Etats-Unis, ni le Royaume-Uni, ni la France ne disposent désormais d’une force de frappe industrielle installée suffisante pour espérer préserver leurs parts de marché dans le commerce mondial. Il ne s’agit pas ici de défaitisme ni de déclinisme. Il s’agit de souligner qu’il nous faut impérativement repenser notre modèle de création de valeur

                La mutation de la géographie industrielle mondiale va s’accélérer au cours des prochaines années. D’une part, avec la montée en puissance des pays émergents, et en particulier celle de la Chine. D’autre part, avec les rares pays avancés qui ont mené une stratégie industrielle cohérente par un positionnement intelligent et une maîtrise de leurs coûts et de leurs marges. L’Allemagne va ainsi continuer de gagner des parts de marché sur les autres pays avancés.

                Déjà, une part importante de l’industrie française est en fait la sous-traitante de l’industrie allemande. La France, comme d’autres pays occidentaux, a désormais pris trop de retard pour changer le cours de l’histoire. On ne peut pas se contenter d’une stratégie défensive qui dilapiderait des ressources pour retarder les échéances. L’impératif, c’est de développer notre propre modèle de succès, et de rechercher de nouvelles sources de créations de richesse.


                • Axel de Saint Mauxe Nico 4 février 2010 22:03

                  Article intéressant mais incomplet.

                  Vous pourriez évoquer le cas de la Grande Bretagne, fortement désindustrialisée, ou plutot tournée vers « l’industrie » virtuelle de la finance et qui a eu très chaud aux fesses avec le crise financière. Ou l’Espagne qui n’a jamais été très industrialisée, dont le pseudo miracle économique n’était qu’un rideau de fumée évaporé lui aussi depuis 2008.

                  La « valeur » de l’économie d’un pays repose sur l’ensemble de ses richesses, qu’elles soinet naturelles, agricoles, industrielles. Toutes servent à financer l’innovation, source de progrès pour l’humanité.

                  En faisant le choix mortifère d’une illusoire industrie financière, un pays au contraire s’appauvrit et compromet son avenir. Ce sont les choix qui hélas ont prévalu en Europe depuis la crise pétrolière des année 70. 

                  Les pays qui ont été réticents à ce type de choix ont paradoxalement conservé une certaine crédibilité économique. Exemple : la France et l’Allemagne.

                  La concurrence libre mais faussée par les artifices du change monétaire et l’écart des standards sociaux (voulue par les idéologues bruxellois) auront sans doute raison de cette situation. 



                  • rastapopulo rastapopulo 6 février 2010 01:11

                    Le court terme de la finance anglosaxonne a réussi à contaminer l’Europe.

                    Bravo à nous !


                  • rastapopulo rastapopulo 6 février 2010 01:13

                    Le court terme de la finance britanique a contaminé l’europe. 

                    Bravo à nous


                  • fhefhe fhefhe 5 février 2010 05:19

                    Après la Seconde Guerre Mondiale le Japon et l’Allemagne n’avait pratiquement pas d’Armées mais surtout n’avaient pas à Financer de Programmes Militaires .... !!!!!!!!
                    Depuis le Japon et l’Allemagne figurent dans le Top 5 des pays les plus riches .
                    Il est vrai qu’en Allemagne les PMI/PME ont des fonds propres plus consèquents qu’en France.
                    Mais , ils ont SURTOUT des délais de paiements Clients / fournisseurs deux fois infèrieurs à la moyenne Française. Une loi (LME) a été vôtée en 2008 pour réduire ce délai à 30 jours...
                    60 % des Entreprises Françaises « vivaient » et « vivent » avec un « Crédit Fournisseur »...
                    Si les Fournisseurs exigeaient un paiement « Au cul du camion » (Tel est le cas pour la majorité des Bars...) ce serait la faillite pour bon nombre d’entreprises.
                    Quant à la Désindustrialisation de la France , elle est due SURTOUT à un recrutement d’Hyper Dilpomés sans aucune expérience en entreprise ce qui n’est pas le cas en Allemagne , Italie et dans les Pays Anglo-Saxon.
                    Je ne parle pas de Polytechnique , Centrale , les Mines etc....je parle des écoles de « Commerce » qui forment des Directeurs Financiers , de Marketing etc....on n’en a besoin Ok ....Mais que font-ils dans le secteur automobile ??? Dans les secteurs « Hi-tech » ??? dans le secteur de l’Electro Ménager ??? ...que l’on ne me dise pas que dans ces secteurs c’est la main d’Oeuvre qui coûte « cher »...
                    Les Allemands ont 3 marques de voitures Hauts de Gamme
                    Les Italiens (comme les Allemands) sont Leaders dans l’Electro-ménager Haut de Gamme...
                    Hormis nos Grandes , Très Grandes marques de luxe ....qu’ avons nous crée comme marques de « Luxe » qui puissent être portés par la classe moyenne . ???
                    Quel concept de magasins Prêt à Porter font référence ???
                    Ces deux derniers exemples font partie de l’Industrie du Textile.....L’ Espagne avec ZARA , les Allemands avec Hugo Boss , Adidas etc... l’Italie avec Diesel , Dolce et Gabana etc...ont envahi nôtre territoire...
                    Que fait nôtre « Coq Sportif » ?????


                    • plancherDesVaches 5 février 2010 13:09

                      Complètement d’accord.


                    • Démocratie & Entreprises Démocratie & Entreprises 5 février 2010 09:38

                      Bonjour,

                      Nous partageons totalement ce point de vue, même si on ne peut affirmer que le déclin industriel français (surtout visible au niveau de l’emploi industriel) provienne uniquement d’un défaut d’esprit d’entreprise.
                      Il faut savoir qu’en plus des multinationales « prédatrices » qui rachète des PME détenant un savoir-faire ou un marché de niche pour augmenter leurs parts de marché à bon compte, bon nombre d’entrepreneurs cherchent à se vendre dès qu’ils ont atteints un seuil critique car c’est le jackpot (et la retraitre dorée) assurée. Les allemands ont davantage à l’esprit la pérennité de leur entreprise et pratiquen moins qu’en france le « capitalisme d’héritier » dont les conséquences (incompétence grave) sont dramatiques.
                      Cordialement
                      AL


                    • Démocratie & Entreprises Démocratie & Entreprises 5 février 2010 11:15

                      ? ????

                      Se cacher de qui et de quoi ?

                      Qui est-ce qui se cache derrière le portrait d’une charmante jeune fille ?

                      AL


                    • Terran 5 février 2010 14:23

                      Ce qui compte sont les écrits ?
                      Ou alors ce sont le paraître ?

                      Que pourrions nous dire alors !!!!
                      Qui se cachent derrière les masques des bestiaux vert dans ce cas ?

                      Il y a un article à faire ?

                      Devons-nous nous faire plus bêtes que nous le sommes réellement ?
                      J’ai choisit un hélico, alors ça cache quoi ?

                      Si je vous disait que ça cache la misère et que j’aimerais en avoir un vrai ? Le même !
                      mouarf !

                      Et vous que cache derrière ce drapeau à 4 couleurs ?
                      Un bique ? oups, j’ai glissé, un bic ? pardon

                       smiley smiley


                    • foufouille foufouille 5 février 2010 12:02

                      la vie des gueux en allemagne

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès