Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’irrésistible internationalisation des entreprises françaises...

L’irrésistible internationalisation des entreprises françaises...

L’opinion publique, dans notre beau pays, donne toujours l’impression de considérer que nos entreprises en sont toujours au même stade qu’il y a cinquante ans, c’est-à-dire qu’elles ont des actionnaires exclusivement français, qu’elle ne produisent qu’en France et qu’elles exportent dans le monde ce qui vient des productions de leurs usines françaises et que leur bénéfice provient exclusivement des efforts des salariés français. C’est sans doute notre compréhension du patriotisme économique.

Or, depuis 50 ans, les choses ont beaucoup changé. Les sociétés françaises se sont internationalisées à outrance, par la vente d’abord de produits exportés de France, puis par la production dans quantité de pays européens et mondiaux en suivant les marchés. Les actionnaires sont devenus au moins à 50 % des actionnaires étrangers. Quant aux bénéfices, ils sont l’agrégation des bénéfices individuels de toutes les filiales dans le monde. Les dividendes sont versés pour 50 % à des actionnaires français et pour 50 % à des actionnaires étrangers, tout au moins pour les 150 à 250 plus grosses sociétés françaises. Pour certaines d’entre elles, dont la principale source de richesse provient de l’étranger, comme les compagnies pétrolières, le pourcentage de revenus d’origine étrangère est encore bien plus conséquent.

L’évolution de leurs activités, par ailleurs, du fait des marchés en développement dans le monde et de la recherche des coûts de production les plus faibles, les dirige de plus en plus vers les marchés émergents, ce qui veut dire que le pourcentage de bénéfices en provenance de France diminue continûment, ainsi que celui des effectifs français.

Quelques exemples récents, pour vous en convaincre : Schneider Electric, dont la croissance actuelle est tirée par le marché sud-asiatique, ne fait plus que 12/13 % de son chiffre d’affaire en France, pour 30 % dans les pays émergents, 25 % en Amérique du nord et 32 % dans le reste de l’Europe, hors de France. La production est encore assurée à 60 % en zone euro, mais Schneider Electric prévoit d’augmenter sa part de fabrication en Amérique du Nord et dans les pays émergents pour être en ligne avec ses marchés.

Autre exemple, Danone, dont le chiffre d’affaire hexagonal est de seulement 21pct de son chiffre total contre 42pct dans le reste de l’Europe, 18 en Asie et 19 dans le reste du monde.

Enfin SEB, entreprise moyenne familiale, fait 27 % de son chiffre d’affaire en France, 30 % dans le reste de l’Europe, 13 % en Amérique du Nord , 6 % en Amérique du Sud et 30 % dans le reste du monde. Par contre, son personnel est encore à 50 % en France.

On pourrait multiplier les exemples. Tout ceci pour dire que la mondialisation de notre industrie, que nous le voulions ou pas, est déjà faite, et les préoccupations de leurs dirigeants tout autant, voire plus, dirigées vers les pays les plus importants pour eux en profit généré, en importance de leur marché et en potentiel d’évolution de ces marchés. Étant Français et attachés à leur pays, ils demeurent particulièrement attentifs aux résultats en France et à l’évolution de leurs activités dans leur pays d’origine, mais leurs soucis quotidiens, leurs investissements futurs, et même leur présence physique, vont vers les pays qui représentent l’avenir de leurs sociétés.

On peut le regretter, mais il vaut mieux le savoir, et le prendre en compte dans la vision d’avenir que nous pouvons avoir de l’évolution de nos entreprises.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès