Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Economie > L’odieux « Choc de Compétitivité »

L’odieux « Choc de Compétitivité »

Cela ne vous a certes pas échappé cette semaine, au cas où : voilà un article des échos. Il est expliqué que nous, vilains petits travailleurs , gagnons trop d'argent et que c'est cela qui nuit à la grandeur compétitive de la France. Il est dit que nous devons nous serrer la ceinture si nous voulons regagner du terrain en Europe et dans le Monde.

Non Di Diou ! C'est pourtant simple ! Il suffit d'écouter nos grands décideurs et tout redeviendra magique et beau. L'Etat hésite un peu à avaliser aussi frontalement un tel projet, ça ferait désordre dans une économie socialiste... heu pardon, d'économie de marché socialiste...

Alors qu'est-ce à dire ? Et bien je m'en vais vous le conter :

L'INDUSTRIE FRANCAISE EN BERNE

D'où la délicieuse marinière de notre ami Montebourg, un magnifique foutage de gueule grandeur nature de la défense du Made In France. Si le gouvernement veut vraiment faire quelque chose, qu'il empêche la fermeture de l'usine d'Aulnay sous bois , PSA-Citroën.

Notre industrie a en effet perdue 450 000 emplois entre 2000 et 2008 et 270 000 entre 2008 et 2012. Avec de telles suppressions de postes, comment rester maitre de notre économie ? Comment ne pas sacrifier au tout mondialisé que nous propose l'économie de marché ? Ces emplois ont été délocalisé dans des pays ou la main d'oeuvre est à bas coût, pour conserver la fameuse compétitivité de ces entreprises "Françaises". En ont elles encore le nom, alors que leur fortune s'est bâtie grâce au travail des ouvriers de France ?

Pourtant nous sommes parmi les plus productifs de la planète : en 2012 nous aurons produit 75 000 euros de richesse contre 63 000 pour un Allemand et 65 000 en moyenne dans la zone Euro. Alors quid de cette manne ? Pourquoi tourner la page à l'excellence de notre pays ? Pour faire du profit en toute simplicité. Il s'agit simplement que nous, travailleurs, ne coûtions plus aussi cher à ces gentilles entreprises nationales ou multinationales.

LE RAPPORT GALLOIS

Est justement censé expliquer comment réaliser des économies. Mais évidemment ces économies sont à aller chercher dans la poche des tout-venant et certes non des plus aisés.

M. Gallois devrait d'ailleurs demander un allégement du coût du travail de l'ordre de 30 Milliards d'euros. Comment ? En l'abaissant pour les entreprises : diminuer purement et simplement les charges patronales ; autrement dit il suffit d'amputer radicalement le revenu des salariés et de leur famille. Comment ? Par le truchement de nouvelles taxes grèvant notre salaire, et magie il y'aurait ainsi plus de travail pour tout le monde, puisque le salarié coûterait moins cher.



Recette miracle non ? Si on lorgnait un peu du côté des revenus du capital, ne pourrait on trouver ces fameux 30 milliards ? Et l'évasion fiscale combien coûte-t-elle ? Pourquoi aucunes politiques coercitive n'est-elle mise en place afin de confondre ces abjectes délits d'initiés et autre arnaques capitalistiques ? De même que le coût des élus, à combien est-il estimé chaque année pour l'ensemble de la collectivité ?

Sachant qu'un député émarge à 20 000 euros par mois...un rapport qui coûte finalement bien cher non ?

SOLUTIONS ? 

10 % des emplois créés en 2011 sont au smic, et à cause de cette politique la France est un des pays d'Europe qui a le plus de bas salaire. Il convient donc de trouver une autre échelle de valeur dans la redistribution des richesses produite.

Une question simple se pose, à partir de combien estime-t-on que l'on "gagne trop" ? C'est une vraie question qui doit avoir le mérite d'être posée : où commence et où s'arrête l'indécence financière ? Avoir de quoi se loger, manger correctement, et se divertir (loisirs, vacances, etc...) Voilà les piliers fondamentaux de chaque être humain sur cette planète.

Alors comment accepter que certains se divertissent plus que d'autres en produisant beaucoup moins d'efforts ? Est-ce que l'on doit accepter que dans une société certains travaillent littéralement pour enrichir d'autres ? Sur la masse d'argent produite en une année en France par le fruit du travail, qui gagne quoi, et ce dans chaque strates de la société ?

Comme on vient de le voir, ce fameux "choc de compétitivité" n'a finalement qu'un seul but, toujours le même, enrichir les plus riches en demandant aux plus pauvres de travailler d'avantage.

C'est du servage moderne. Les moyens de se distraire ont augmenté, les drogues aussi sont plus nombreuses. Combien de temps les Français accepteront-ils cette domination sans rien en dire ? Toujours et encore tant que la majorité ne souffrira pas des problèmes des plus humbles. Mais dépêchez vous, nous sommes déjà près de 10 millions...

Révolutionnairement Vôtre,

Boris Rannou.

(Source chiffres : Alternatives Economiques novembre 2012)

L'odieu "Choc de Compétitivité"



Sur le même thème

Rendons à Airbus... les succès qui reviennent à Airbus !
De l’indécence ordinaire des puissants
Patrick de Carolis, la deuxième affaire Bygmalion
Le socialiste Lamy veut supprimer le SMIC (!)
TVA et TTC : Tout Va Augmenter et Tout est Très Compliqué


Les réactions les plus appréciées

Réactions à cet article

  • Par foufouille (---.---.---.124) 30 octobre 2012 18:19
    foufouille

    encore un peut et on va rigoler
    plus personne ne pourra rien acheter, comme les voitures neuves
    tous les crassus libertaryen feront faillite
    ca, ca va etre drole

    • Par Romain Desbois (---.---.---.55) 30 octobre 2012 18:32

      La crise de l’automobile est directement liée à la prime à la casse de Sarkozy/Fillon !

      En plus ça a mis sur la paille un paquet de petits garagistes tout en nous coutant un max de fric !!!

      C’est ça la gestion façon UMP.

    • Par foufouille (---.---.---.124) 30 octobre 2012 20:28
      foufouille

      les socialos font pareil
      en fait ca bloque au niveau de la revente d’occase
      un pauvre, ca changes de voiture quand elle est foutue
      pas pour se faire plaisir

    • Par Gasty (---.---.---.127) 31 octobre 2012 09:15
      Gasty

      Et les garages reprennent les anciennes automobiles à des prix plus compétitif qu’une vente à particulier pour la sortir du circuit. Une automobile bien entretenu qui pourrait encore servir et revendu à particulier pour la somme de 1000 euros est reprise par le concessionnaire 4000 euros. Offre d’appel soumise à reprises.

    • Par taktak (---.---.---.179) 31 octobre 2012 11:49

      Sur l’automobile, j’ai soumis le 13 octobre un article à modération sur les résultats économique sde PSA... ou l’on voit que Peugeot gagne de l’argent, et marge confortablement sur ses bagnoles...

      Dommage qu’il ne soit toujours pas publié

  • Par ROBERT GIL (---.---.---.205) 30 octobre 2012 18:27
    ROBERT GIL

    voici un texte d’après un article de Bob Herbert du « New York Times » ecrit le 19/10/2009 qui souleve le vrai probleme...

    http://2ccr.unblog.fr/2010/10/20/les-riches-nous-coutent-trop-cher/

  • Par Romain Desbois (---.---.---.55) 30 octobre 2012 18:37

    Ce n’est pas le coût du travail qui pèse sur le chômage, c’est le chômage qui pèse sur le coût du travail.

    Moins il ya de cotisants et plus les cotisations sont importatantes.

    • Par Romain Desbois (---.---.---.55) 30 octobre 2012 18:38

      AAAARG IMPORTANTES

    • Par devphil30 (---.---.---.62) 31 octobre 2012 10:53
      devphil30

      Je n’aime pas entendre coût du travail mais montant des cotisations sociales.


      Nous avons un système de justice et de répartition basé sur les cotisations sociales tant pour la famille ,le chômage , la retraite ces acquis date de 1945 avec le CNR.

      Et ces acquis le patronat ne les supporte pas donc on entend parler de cout du travail , de charge etc ...tout ce qu’ils veulent c’est un système privé pour les retraites qu’ils pourront contrôler comme ils contrôlent la maigre pitance que l’on nous alloues en fin de mois.

      Quelle est la différence avec les mines par exemple , ou les ouvriers avaient droit à un petit jardin , quelques kilos de charbon et un logement avec un salaire de misère.

      Aujourd’hui , c’est l’argent qui nous entrave , ne pas en avoir conduit à la misère , toucher de l’argent conduit à l’esclavage moderne

      Philippe 

  • Par Romain Desbois (---.---.---.55) 30 octobre 2012 18:54

    Une mesure toute simple : imposer l’affichage du prix d’achat producteur à côté du prix de vente

    Ca ne coute rien et qui peut rapporter gros !!!!

  • Par jef88 (---.---.---.54) 30 octobre 2012 19:01
    jef88

    le choc de compétitivité ?

    On se réveille !
    C’est depuis la création de l’OMC

    Le peuple l’a senti !
    mais les planqués, dans leurs tours d’ivoire y voient rien ! ! ! !

  • Par exocet (---.---.---.119) 30 octobre 2012 20:34

    Curieux, j’ai du mal à imaginer l’auteur comme un travailleur, avec sa belle tête de fonctionnaire....
    Celà dit, odieux, ça prend un « x » à la fin....

  • Par walden (---.---.---.126) 31 octobre 2012 09:38
    walden

    le salaire n’est pas un coût, c’est - du point de vue économique - un bénéfice : il lubrifie l’économie, nourrit la consommation et permet de réaliser la production. Supprimez-le et la production n’aura plus de sens : il n’y aura plus de client, ce sera une crise de production (cf : les temps modernes de chaplin, très bonne illustration de la chose). Quant au chômage, aux retraites, aux pensions d’invalidités, ce sont des salaires socialisés - les plus intéressant du point de vue des travailleurs puisqu’ils leur permettent de s’extraire du marché de l’emploi - marché de dupes, d’esclaves, etc.
    cordialement

    • Par L’immigré (---.---.---.235) 2 novembre 2012 16:19

      @Walden :
      Please allow me to correct you, dear friend.
      Le mot
      « salaire », à ce que je sais, n’est pas un bénéfice, du point de vue économique. De plus, il est utile de différencier « salaire brut » de « salaire net » : le coefficient est de 1,3 entre les deux, ce qui est assez conséquent, me semble-t-il. Pour que le mot « salaire » caractérise un bénéfice, il faudrait d’abord retrancher de ce salaire les frais suivants :
      1- Frais de logistique (transport [vers son lieu de travail, par exemple], manutention)
      2- Frais de consommation courante (eau, électricité, nourriture)
      3- Frais administratifs (impôts, taxes, social)
      4- Frais bancaires (remboursements d’emprunts, découverts, intérêts, agios)
      5- Amortissement de votre formation (scolarité, administration, association, thèse)
      etc.
      Lorsque vous avez déduit tout cela dans des proportions équivalentes, le reliquat est ce « bénéfice ». Certes, parfois, il ne reste quasiment rien...

      Après, comme vous dites, le salaire « lubrifie l’économie ». Je dirais plutôt que c’est un moteur de l’économie (par opposition à lubrifiant) puisque, vous l’aviez mentionné, le salarié est aussi un client potentiel qui, comme chacun le sait, fait vivre l’entreprise.

      Supprimer le salaire n’implique pas, comme vous le sous-entendiez, inéluctablement l’inexistence de clients : une entreprise de vente en gros exclusivement tournée vers l’exportation n’a théoriquement pas de clients parmi ses salariés sur le territoire national. En revanche, une entreprise qui décide de supprimer le salaire devra le remplacer par une autre forme de rémunération : intéressement, participation à des bénéfices, etc. voire, pire, remplacer ses salariés par des robots (production de masse à caractère répétitif et facile) si ceux-ci sont plus rentables.

      Bien entendu, il se peut que mon raisonnement soit discutable. Corrigez-moi.

      Par ailleurs, veuillez m’expliquer cette portion de phrase : « ils leur permettent de s’extraire du marché de l’emploi - marché de dupes, d’esclaves, etc. » De quoi parlez-vous et où voulez-vous en venir exactement ?

  • Par Traroth (---.---.---.53) 31 octobre 2012 10:40
    Traroth

    Hollande vient de recevoir à l’Elysée les dirigeants de l’OMC, du FMI et de la banque mondiale.


    Le pantin a reçu ses ordres...
  • Par Dzan (---.---.---.20) 31 octobre 2012 10:58

    J’ai déjà écrit sur le sujet, mais je vais répéter.
    Quand je suis rentré dans les années 60 dans une grande entreprise de la mécanique générale, nous avions des tours,Ernault Somua, Villeneuve, des fraiseuses Rouchaud, des machines à tètes multiples Renault. donc toutes françaises.
    Ma mère avait des appareils ménagers Moulinex, une cocotte minute SEB, un fer à repasser Calor.
    Mon père vendait des Mobylettes et des motos Motobécane, des engins ( scies circulaires, motoculteurs etc... ) équipés de moteurs Bernard ( filiale de Renault )

    Quand je suis parti à la retraite, les tours de mon usine étaient des tours à commandes numériques Ernault.....Toyoda (jap), Bohringer (all) il y avait des centres d’usinage Grob (all) Mitsui (corée) etc...
    Motobécane Bernard Seb, Moulinex ont disparu.

    Quant aux 35heures. Dans ma boïte, au bout de 6 mois, nous sortions autant de productivité qu’en 39 heures.
    Un exemple.
    Un opérateur sur CNC ( commande num) qui avait un temps de passe ( travail de l’outil, rien à voir avec le Carlton) de plus de 2 minutes ( TIO temps d’Inactivité de l’Opérateur) s’est vu attribuer une perceuse, de manière à occuper les 2 minutes de la CNC.

    Autre exemple : Une pièce qui avec des machines conventionnelles, occupait 5 personnes et demandait 5 heures d’usinage, est tombée à 35 minutes avec les CNC.
    La machine au service de l’homme ? Ou le retour au temps modernes de Charlie Chaplin.

    Une info. L’armée de terre vient de choisir des camions Ivéco ’ Ital) au lieu de Renault Trucks fabriqués en France.

  • Par Dzan (---.---.---.20) 31 octobre 2012 11:06

    Copé et consorts de droite ou de gauche n’ont aucune idée comment vivent les citoyens de base.

    Baisser la dépense publique ?

    Quelques chiffres

    La fédération des Etats Unis a au niveau central 435 à représentants à la chambre des réprésentants et 100 sénateurs au Sénat pour 300 millions d’habitants. En plus chaque état a ses chambres propres et un gouvernement dirigé par un gouverneur

    La France à 557 députés et 337 sénateurs pour 65 millions d’habitants,  représentants et une centaine de sénateurs.

  • Par JM (---.---.---.228) 31 octobre 2012 11:14

    Ah PSA Aulnay....
    Petit mémo.
    Chrysler (cette boite qui a fait faillite, puis renflouée par le gouvernement US après un sacré coup de ménage dans les effectifs) est également actionnaire dans le groupe PSA à 14,4%.
    Comme les Iraniens sont des « méchants », et qu’Obama combat l’axe-du-mal, la loi du Diktat Impérialiste est tombée. Chrysler passe un coup de fil à PSA :
    « Hey Boys : No more cars to be sold to Iran. »
    Problème : Le marché iranien, était le 1er débouché d’exportation de PSA, plus de 1 000 000 de véhicules par an. Ca en fait des pépètes en moins dans le CA de PSA.
    C’est pas grave, on ferme Aulnay pour compenser.

    Je résume : Un état et un actionnaire non-majoritaire dicte la conduite d’une multinationale française. Et tout le monde ferme sa gueule.

    Allez Montebourg, prends le 1er avion pour Washington et claque la facture à la gueule d’Obama, les gars d’Aulnay ne seraient pas contre un petit parachute doré. Ils ont de quoi payer avec leur planche-à-billets de la banque privée nommée FED qui tourne à mort. Elle ne peut pas imprimer davantage ? C’est pas grave, la CIA a également ça petite planche à billets....
    Tout ça m’écœure....

  • Par Jean-Louis CHARPAL (---.---.---.76) 31 octobre 2012 11:35

    Excellent article.

    Ne pas oublier que Les Echos, comme la plupart des feuilles de choux ultra libérales, est propriété d’un milliardaire ultra réac, d’un aristocrate du fric : Arnault le belge.

    Ce qui coûte le plus cher et de loin, au pays et au peuple, se sont tous ces assistés des Gouvernements qui se succèdent (droite dure et gauche molle confondues) : les privilégiés qui paient très peu d’impôts.

    Comme avant 1789, ce sont ceux qui gagnent le plus de fric qui contribuent le moins aux dépenses nécesasires et d’utilité publique de la Nation.

    Ces gens là sont fort peu compétitifs ! Ce sont même des parasites, non seulement inutiles mais nuisibles.

    Vivement une Révolution citoyenne qui remettent au placard tous ces rentiers du capitalisme de casino !

  • Par fcpgismo (---.---.---.219) 31 octobre 2012 12:12
    fcpgismo

    Tant qu’ il y aura Le FOOT la LOTERIE nationale, TF1, C+, la publicité, et toutes les instances médiatiques rien ne changera.La raréfaction des ressources naturelles va s’ accélérer.Seul une logique décroissante dans un esprit de fraternité amoindrira le choc, l’ amoindrira et rien d’ autre. 

  • Par spartacus (---.---.---.149) 31 octobre 2012 12:25
    spartacus

    Mais on l’a le choc de compétitivité !

    30 milliard d’impôts en plus pour les entreprises en France.
    Un choc de compétitivité négatif !
    2013 s’annonce sympa pour ceux qui ont voté Hollande et croient au père Noel.

    2013 se sera 65000 faillites d’entreprises. 
    Comme c’est dégelasse d’investir et que tous les actionnaires peuvent aller au diable,. 
    Pas de nouvelles entreprises pour les remplacer.

    Et puis comme on dissuade de faire des bénéfices car c’est trop horrible, de méchants et vilains actionnaires obligatoirement sanguinaires et cupides n’en feront plus. Les impôts sur les bénéfices seront tellement bas qu’il faudra a nouveau re sur-taxer.

    Et la baffe du système libéral que va prendre en pleine gueule la France par les Anglais.

    Ils ont supprimé comme avait fait le Canada il y a plusieurs années, à la hache 600 000 emplois de fonctionnaires glandeurs. Pendant que nous coulerons de chiffre de chomage impressionnant, ils embaucherons en masse. Ça a déjà commencé. Le chômage recule en Grande Bretagne. Et eux ont diminué l’impôt sur les bénéfices.
    • Par walden (---.---.---.126) 31 octobre 2012 14:16
      walden

      dire que le salaire est un coût pour l’économie, c’est comme dire qu’un conducteur est un coût pour la voiture : c’est une ineptie. si la libre concurrence nous entraîne à une politique inhumaine, contre productive et inefficace, laissons tomber la libre concurrence. la dette publique anglaise nous engage à considérer cette option.
      Par ailleurs, la situation sociale au RU est épouvantable, le PIB stagne et a davantage souffert de la crise qu’ailleurs. Un modèle discutable donc.
      Par rapport au protectionnisme, faut-il rappeler que TOUTES les puissances industrielles et commerciales se sont constituées en fermant leurs frontières - je songe aux USA en 1900, à la Chine en 2000 et ... à l’Angleterre en 1800.
      Faut-il rappeler également que le taux d’imposition a baissé sous Sarkozy alors que le chômage augmentait, faut-il rappeler que le taux d’implication de l’Etat a baissé pendant cette même période alors que le chômage augmentait.
      Par contre, les fonctionnaires honnis par vous cessaient de consommer rendant les usines inutiles, vestiges d’une époque révolue. C’est ce que vous voulez ?

    • Par walden (---.---.---.126) 31 octobre 2012 14:18
      walden

      j’oubliais
      http://www.professeurforex.com/2012...
      pas de quoi s’emballer quand la France est déjà sortie de la récession

    • Par spartacus (---.---.---.149) 31 octobre 2012 14:37
      spartacus

      @ walden

      La situation en GB était plus épouvantable avec la crise basée sur une économie de la finance.

      Cameron a modifié l’économie comme l’avait fait auparavant le Canada en virant les fonctionnaires devenus inutiles, avec les progrès technologiques et informatiques.
      l’économie ne peut que se redresser. Face à la France de l’immobilisme et des privilégiés bien au chaud dans leurs statuts, les entreprises angalises vont doucement mais surement devenir plus compétitives, m^me avec la Manche à traverser. Donc créatrice d’emploi de meilleure valeur et de bonne économie de marché.

      Une personne active privée est plus profitable à l’économie puisqu’il consomme et crée de la richesse qu’un fonctionnaire qui prend de la richesse, même si il consomme. 
    • Par walden (---.---.---.126) 31 octobre 2012 15:24
      walden
      tout d’abord, pour relativiser l’exploit de cameron, un ptit schéma comme on les aime en économie :
      http://www.alternatives-economiques...

      d’autre part, la situation de RU était épouvantable avec la crise précisément parce qu’il avait opté pour une politique libérale extrême (dérégulation et désinvestissement salarial).

      Parmi les fonctionnaires que vous qualifiez d’inutiles, on compte les instituteurs, les infirmières, les professeurs, les chercheurs voire les conducteurs de train. Ce sont des gens inutiles ?

      Enfin, le fonctionnaire ne coûte rien, il crée la valeur ajoutée qu’il perçoit. Si on diminue les impôts, l’argent va aux bénéfices jusqu’à ce qu’une entreprise prenne le parti de diminuer ses marges pour emporter le marché. A partir de ce jour, les concurrents s’alignent (ou disparaissent). Le pib correspondant aux indemnités des fonctionnaires disparaît donc purement et simplement à moyen terme si lesdits fonctionnaires sont renvoyés à leurs potagers. par ailleurs, la contraction du pib en résultant conduit l’appareil productif à une crise de surproduction (c’est ce à quoi on assiste). Les crises de surproduction se sont toujours soldées par un retour de la réglementation et de l’investissement salarial.

      pour finir, je me répète un peu, le salaire n’est pas un coût, c’est un bénéfice. Comme le conducteur n’est pas un coût pour la voiture : sans lui, la voiture ne sert à rien.

      La situation en GB était plus épouvantable avec la crise basée sur une économie de la finance.


      Cameron a modifié l’économie comme l’avait fait auparavant le Canada en virant les fonctionnaires devenus inutiles, avec les progrès technologiques et informatiques.
      l’économie ne peut que se redresser. Face à la France de l’immobilisme et des privilégiés bien au chaud dans leurs statuts, les entreprises angalises vont doucement mais surement devenir plus compétitives, m^me avec la Manche à traverser. Donc créatrice d’emploi de meilleure valeur et de bonne économie de marché.

      Une personne active privée est plus profitable à l’économie puisqu’il consomme et crée de la richesse qu’un fonctionnaire qui prend de la richesse, même si il consomme.
    • Par walden (---.---.---.126) 31 octobre 2012 15:27
      walden

      vous pouvez retirer les trois derniers paragraphes, fausse manoeuvre de copier-coller smiley

    • Par JL (---.---.---.29) 31 octobre 2012 15:53
      JL

      "Une personne active privée est plus profitable à l’économie puisqu’il consomme et crée de la richesse qu’un fonctionnaire qui prend de la richesse, même si il consomme. « 

      Type même de propos particulièrement débile ! Démonstration :

      - Une personne active privée : je suppose qu’il veut dire un travailleur non fonctionnaire.

      - un fonctionnaire »prend de la richesse" : autrement dit : un fonctionnaire crée de la richesse négative. Il fait moins que rien ! Fortiche, le mec ! CQFD.

      Faut-il être idiot pour dire des conneries pareilles.

      Ce que font les fonctionnaires, effectivement, c’est ’prendre’ quelque chose, à quelqu’un. Plus exactement, font quelque chose qui retire au Privé une occasion de faire du profit. La part des fonctionnaires serait vue comme du profit potentiel en moins.

      Mais voyons ça de plus près : de même que Laffer a établi une belle courbe pour montrer qu’au delà et en deçà d’un certain seuil, le produit de l’impôt était décroissant, on pourrait montrer qu’il existe un optimum en decà et au delà duquel, les profits sont décroissants.

      Je dis : il existe un optimum entre la part de la fonction publique et la part d’activités profitables.

      A défaut d’autres informations, je pose que ce partage est 50% 50%.

    • Par walden (---.---.---.126) 31 octobre 2012 17:24
      walden

      à propos du chômage anglais (7,9%), baisse légère du nombre, baisse drastique de la qualité de l’emploi - pour la route
      http://www.lemonde.fr/economie/arti...
      à lire jusqu’au bout, quand ils expliquent que les embauchés sont de faux indépendants, des gens qui financent eux-mêmes leur sécu,

    • Par spartacus (---.---.---.149) 31 octobre 2012 17:31
      spartacus

      On avait les mêmes critiques en 1990 quand Tatcher avait ramené le chômage de l’Angleterre à moins de 3% de la population active et que la france se situait à 8%.

      Les bobos faisaient la fine fine bouche et snobaient les nouveaux emploi par des « ce sont des emplois de services » « des emplois précaires »....
      Ça se répète.....Le libéralisme crée des emplois.....les bobos près du radiateur de la fonction publique ont peur qu’on s’intéresse à eux et à leur productivité.

    • Par julius 1ER (---.---.---.2) 31 octobre 2012 20:22

      Spartacus

      Tu nous em"de avec ton libéralisme à la noix, la réalité de ton système c’est que non seulement les oligarques jouent les travailleurs les uns contre les autres mais maintenant ce sont les pays les uns contre les autres et la farce de tout cela, c’est 24 trillons de dollars dans les paradis fiscaux en moins de 30 ans ! au départ il fallait échapper à l’ogre communiste qui phagocytait tout et à la chute du mur , c’était la fin des temps de Fukuyama, cad l’age d’or de l’humanité, Hors rien de tout çà les riches n’ont fait que s’enrichir sans contrepartie aucune et la pauvreté n’a fait qu’augmenter dans tous les pays développés et le chômage devient endémique, et si la GB a un léger mieux c’est l’effet JO et Jubilé de la reine , alors arrête de nous bassiner avec tes sornettes !
    • Par Romain Desbois (---.---.---.55) 31 octobre 2012 22:16

      « 2013 se sera 65000 faillites d’entreprises. » Spartacus , ce qui est dit est dit smiley

      Rendez-vous dans un an pour faire les comptes ?

  • Par sampiero (---.---.---.166) 31 octobre 2012 13:35
    sampiero

    Amusant tout ça ! 

    Le médef, organe central des rapaces en tout genre veut une baisse des salaires, la précarisation de l’emploi, la baisse des dépenses publiques, la baisse de leurs charges et impôts. : traduction : ils veulent de goinfrer encore plus

    -La droite française et tous les libéraux sont du coté du médef, donc des rapaces. La preuve, nombre d’entre eux se sont cotisés pour offrir son élection à sarkosy en 2007 (Le premier cercle). 

    -La droite française veut donc une baisse des salaires la précarisation de l’emploi, la baisse des dépenses publique, la baisse des charges et impôts des rapaces . : traduction : ils veulent de goinfrer encore plus les rapaces

    -50% des français ont revoté sarkosy en 2012. 
     
    -50% des français veulent donc une baisse des salaires, la précarisation de l’emploi, la baisse des dépenses publiques, la baisse des charges et impôts des rapaces . : traduction : ils veulent de goinfrer encore plus les rapaces.

    50% des français, et pas des plus riches, veulent donc plus de coups de pied au cul ! 
    Alors de quoi on parle ? Il faut leur en donner, ne pas les faire attendre ! smiley

  • Par sampiero (---.---.---.166) 31 octobre 2012 13:41
    sampiero

    -La droite française et tous les libéraux auxquels s’ajoutent les ânes veulent moins de fonctionnaires : moins d’infirmières , de médecins, de profs, d’écoles. etc...


    Le fonctionnaire est l’ennemi de la droite française et tous les libéraux (et des ânes ).

    Plein de fonctionnaires votent pour la droite française et tous les libéraux.

    Plein de fonctionnaires votent donc pour ceux qui veulent leur mort. 

    Alors de quoi on parle ? Il faut leur en donner, ne pas les faire attendre !

    Ces quelque sophismes montrent l’ampleur du désastre.
    • Par spartacus (---.---.---.149) 31 octobre 2012 14:27
      spartacus

      Caricaturer pour falsifier les faits.


      Mieux géré et moins cher ne veut pas dire moins de personnes sur le terrain.
      Ça ne veut pas dire moins de profs. 1,1 million de personnes à l’éducation nationale pour 850000 profs dont 90 000 ne sont pas devant des élèves.
      Ça marcherait mieux avec 900 000 profs devant leurs élèves et 200 000 administratifs de moins.

      L’état socialiste vient d’augmenter le budget de la police pour....embaucher 3000 Hauts fonctionnaires...ca changera rien sur le terrain, mais fait plaisir aux potes de Hollande qui sortent de l’ENA.

      La droite veut la justice sociale et la fin du statut et des avantages corporatistes. Mettre fin aux privilèges çà ne change pas la finalité de l’éducation.
    • Par walden (---.---.---.126) 31 octobre 2012 15:30
      walden

      la justice sociale voudrait que l’on retirât les gens du marché de l’emploi qui est une forme perverse d’esclavage, pas que l’on harcelât les rares personnes qui ont la chance d’exercer une activité profitable dans de bonnes conditions. Quant aux privilèges, je m’interroge davantage sur ceux des détenteurs de capital qui, sans rien faire, profite de l’organisation de l’activité en marché et de la plus-value produite par les travailleurs-travailleurs.
      Vous voulez parler chiffre ?

    • Par spartacus (---.---.---.149) 31 octobre 2012 18:13
      spartacus

      Walden au lieu de vous interroger aux 3500 "riches de manière exclusive, intéressez vous donc aux petit privilèges de 20% de la population qui additionnés sont en train de tuer le pays.


      Acquis sociaux et régimes spéciaux tuent le pays et ne sont qu’injustice sociale pour privilégiés du système.
  • Par sampiero (---.---.---.231) 31 octobre 2012 15:36
    sampiero

    quand on lit le nombre de diatribes , ne serait ce que sur AV, contre les fonctionnaires sans distinction aucune on va pouvoir ajouter aux différents « racismes » le racisme anti fonctionnaires.


    Et il faudrait inventer le « racisme » anti-cons".
  • Par Bracam (---.---.---.220) 31 octobre 2012 17:06
    Bracam

    Chose effarante et simple à comprendre : on parle bien de réduire le prix du travail, n’est-ce pas ? Et ce dans le but de réduire le prix des produits de consommation. Autrement dit, si le prix à la production baisse, tout vendeur (de service ou de produit) sera tenté soit, s’il dispose d’une situation dominante sur son marché, d’augmenter ses bénéfices tout en profitant de la baisse de son coût de production, soit de tenter de gagner des parts de marché en baissant le prix de ses produits, au détriment d’autres entreprises incapables de le faire. Cela s’appelle la concurrence libre et non faussée. Mais le commerçant qui baisse ses prix (grâce à la réduction des cotisations sociales, ce qui équivaut à une baisse indirecte du salaire) va se retrouver très vite dans la même situation qu’avant, si le marché qui est le sien est ultra compétitif et que donc, il couvre mal ou pas ses frais de production (ou que ses gains vont dans la poche des actionnaires, parfois même en contexte de bilans négatifs).Dans l’ultra libéralisme, un entrepreneur peut parfaitement travailler à perte, parfois durant longtemps, et cela irait de même si l’Etat renonçait à toute imposition. Parce que pour s’imposer face à des produits asiatiques fabriqués avec une main d’oeuvre 10 ou 20 fois moins payée, nous avons le temps de crever mille fois.

    • Par spartacus (---.---.---.149) 31 octobre 2012 18:05
      spartacus
      Bonjour Bracam
      La compétitivité n’est pas franco francaise, mais franco internationale.

      Réduire le prix du travail c’est pour être « compétitif », face à nos concurrents internationaux.
      Les bénéfices c’est pas une « tare » mais une bonne chose. Les bénéfices permettent d’avoir une bonne note bancaire, d’accéder au crédit, de trésorier des liquidités.

      la France a actuellement les entreprises qui ont le moins de bénéfices en Europe. 
      la France a les entreprises les moins auto fiancées du monde occidental et les salaires les plus chargés d’Europe.
      Bien rémunérer les actionnaires attire les actionnaires et favorise l’emploi et le business.
      Si vous avez 10000€ de la revente de votre dernière voiture. Allez vous les placer chez Peugeot qui n’aura pas de dividendes ces prochaines années ou chez Total chez qui vous êtes sur d’avoir un minimum de dividendes ?

       L’angleterre a réduit l’impôt sur les bénéfices de 20 à 18%. elle attire de l’investissement de toute l’Europe.
      La France sur le papier attire les actionnaires étranger, mais en réalité ce sont des filiales d’entreprises françaises qui externalisent les bénéfices et ré-investissent en france après exportation ailleurs des bénéfices.
      Par exemple, Renault a son siège financier international aux pays bas. Ses investissements Francais sont considérés comme étranger.

      Les « pays tiers » représentent 20% de nos concurrents. 80% de nos concurrents sont nos voisins. dans ces 80%, 70% sont 5 pays (Allemagne, USA, Italie, UK, Espagne).

      il faut baisser les charges sociales !
      Baisser les impots sur les bénéfices et favoriser les actionnaires pour créer de l’emploi.
      Baisser la charge étatique devenue insupportable.
      mais avec 25% d’obligés le lobby fait de la résistance.
    • Par Romain Desbois (---.---.---.55) 31 octobre 2012 22:23

      Bracam
      Je suis d’accord avec vous.
      Une paire de Nique ou de Adadas se vendent au moins 100 euros la paire ! Pourtant le coût de la main d’oeuvre ne correspond qu’à 0,5% du prix de vente !!!!!

      Ce n’est pas le coût du travail qui pèse sur le chômage, c’est le chômage qui pèse sur le coût du travail.

      Moins il y a de cotisants et plus les cotisations sont importantes.

    • Par titi (---.---.---.150) 1er novembre 2012 16:48

      « Une paire de Nique ou de Adadas se vendent au moins 100 euros la paire ! Pourtant le coût de la main d’oeuvre ne correspond qu’à 0,5% du prix de vente !!!!! »

      Et ? Allez encore un petit effort...

    • Par jacques lemiere (---.---.---.26) 4 novembre 2012 22:45

      certes, mais c’est une solution de dernier choix, en clair jouer sur le coût du travail , pour rester compétitif, on peut pleurer mais c’est la seule solution de court terme, et ça veut bien dire réduire notre train de vie... mais on ne peut pas faire que cela. L’idéal serait de faire des produits qui se vendent parce qu’ils sont les meilleurs..en gros technologie ou luxe...

      Il est difficile de comprendre pourquoi le fait de rejoindre le niveau de vie chinois est mal vu par des gens internationalistes...c’est de toutes façon la seule solution qui puisse stabiliser l’économie.. ce qu’on doit espérer c’est que les ouvriers chinois veulent consommer ...

      Quand on est de gauche et internationaliste, on a toujours le cul entre deux chaises..nos pauvres restent des riches..ce qui fait qu’à l’intérieur de nos frontière on plaide pour la redistribution des richesses il est alors difficile de ne pas souhaiter qu’un principe de justice ne devienne universel...et que l’on applaudisse pas que les pauvres du monde nous pompe un e partie de nos richesses...
  • Par julius 1ER (---.---.---.2) 31 octobre 2012 19:12

    article intéressant mais trop incomplet, la réalité c’est que l’économie capitaliste fonctionne avec l’offre et la demande, c’est quelque chose de fondamental pour comprendre, hors ce qui arrive , c’est que la demande est bloquée depuis de nombreuses années dans la plupart des pays occidentaux, par contre l’offre n’a fait qu’augmenter grâce surtout à l’amélioration de la productivité, hors le « Fordisme » ne fonctionne pas ou plus dans ce cas de figure, les gens consomment moins alors que l’offre augmente, mais surtout les pays émergents n’ont pas pris le relais dans le domaine de la consommation, je pense surtout à cause de la pression sur les salaires, et surtout la mauvaise répartition des salaires et revenus( vous n’êtes pas sans remarquer que cette pyramide des salaires et revenus commence à peser très lourd(trop lourd) dans l’économie certains gagnent bcp (trop") et spéculent(immobilier,biens entous genres) et d’autres pas assez( trop peu) le fordisme c’était justement la théorie qui voulait que chacun puisse acheter les marchandises produites, nous sommes en présence d’une économie bloquée et en total dysfonctionnement.. Pour moi la preuve en est que pour réclamer ce choc de productivité, les cent plus grands patrons français sont montés au créneau, ceci est une demande purement idéologique car dans une économie même en crise, le malheur des uns fait le bonheur des autres en d’autres termes, les entreprises ne sont jamais toutes à la même enseigne, certaines prospèrent d’autres vont moins bien
    hors réclamer un choc de compétitivité à des entreprises qui engrangent des profits est quelque chose de totalement hallucinant voir scandaleux, et totalement anti-économique ;
    un autre point, dans une gestion classique lorsque l’on est un dirigeant , on commence à réduire son salaire et ses émoluments, hors depuis le début de la crise en 2008, rien de tel
    je dirai même que c’est le contraire qui s’est passé, Nous sommes en guerre avec le capital
    qui n’a rien prévu, rien anticipé de cette crise de la demande , mais qui continue à faire comme ci de rien n’était, ce patronat à aucun moment ne se remet en cause et demande à l’ensemble des français de payer, en faisant d’une pierre, deux coups, pression sur les salaires à la baisse, mais par contre augmentation de ses revenus , cette fois payés par les salariés contribuables et je dirai cerise sur le gateau ( gisement de profits,que cette manne de 30 milliards ou plus !
    le patronat et ses grands dirigeants se sont lancés dans une guerre totale contre les salariés et le modèle français et là il ne faudra pas tergiverser, il faudra relayer le mot d’ordre
    des travailleurs espagnol, portugais, irlandais qui appellent à une grève générale !

    • Par Romain Desbois (---.---.---.55) 31 octobre 2012 22:25

      « Et dire que si les gens ne l’achetait plus, ca ne se vendrait plus » Coluche.

      Le talon d’Achille du capitalisme c’est notre porte monnaie. 

      Soyons acteur de notre consommation !!!!!

    • Par titi (---.---.---.150) 1er novembre 2012 01:55

      « un autre point, dans une gestion classique lorsque l’on est un dirigeant , on commence à réduire son salaire et ses émolument »

      Bah non... lorsqu’on est dans une gestion classique, on diminue le salaire de tout le monde.

  • Par Actias (---.---.---.34) 31 octobre 2012 20:14
    Actias

    Le plus triste c’est que vous ne vous rendez pas compte qu’ils n’y a plus d’espoir pour vous et vos familles (malgrés votre légendaire productivité que le monde entier vous envie jalousement).

    Vous croyez vraiment que vous aller tous pouvoir être fonctionnaires ou retraités ?

    Bon, si ca peut vous soulager, quand vous serez dans la merde jusqu’au cou dites vous que le reste de la planète ne tardera pas à vous suivre, pour raisons écologiques.

    • Par Romain Desbois (---.---.---.55) 31 octobre 2012 22:30

      La France est le pays d’Europe qui compte le plus grand nombre de milliardaires !

      Nous sommes dans un pays de cocagne !!!!

      La dette doit se comparer au patrimoine de la France .

      Faut arrêter de tout voir en noir !

      A qui cela profite sinon à ceux qui veulent réduire le niveau de vie des gens !

  • Par herbe (---.---.---.33) 1er novembre 2012 09:38
    herbe

    Merci pour l’article.

    Comme le sujet est le même je replace ici un commentaire déjà formulé :

    et j’y ajoute ceci tout aussi instructif :
  • Par gege061 (---.---.---.184) 1er novembre 2012 16:32
    gege061

    Extraordinaire.
    Voila que ces économistes distingués qui n’ont RIEN vu venir continuent a faire la morale et a donner des conseils.
    Parce que le cul dans la soie ne permet pas tout un peu de respect SVP taisez vous
    Et puis messieurs les journalistes des médias vous faites d’un honnête citoyen un citoyen révolté tant vos affirmations sont « politisées »
    Selon la télévision la France reste un pays qui accueille toujours les investissements devant la Grande Bretagne ( y compris venant d’allemagne) et c’est la pays qui compte le plus de milliardaires d’Europe.....et tout le monde sait que c’est avec le smic qu’on devient millionnaire

  • Par ecolittoral (---.---.---.95) 5 novembre 2012 10:26
    ecolittoral

    Article intéressant !

    Sauver PSA, la métallurgie, les raffineries ?
    Alors que l’énergie et les matières premières nécessaires pour le fonctionnement des « machines à se déplacer » coûtent de plus en plus cher ! 
    Les marchés de l’auto - mobile, c’était hier.
    Les raffineries, c’était hier. Les porte conteneur, camions, avions, c’est jusqu’à ce soir.

    La richesse ! Si je propose un chèque de 500 000 euros sur ce site, combien d’entre vous le refuseront, pour ne pas devenir un salop de riche ?

    « ...dans la merde jusqu’au cou dites vous que le reste de la planète ne tardera pas à vous suivre »
    Suivre ou précéder ? Cette matière, vous l’avez jusqu’ou ?

    « Et dire que si les gens ne l’achetait plus, ça ne se vendrait plus »
    Observez la contraction des marchés, les liquidations d’entreprises, l’assèchement du crédit. Etes vous sûr que « ça » s’achète toujours ?

    Est ce que vous croyez toujours que les énergies que nous utilisons sont infinies et bon marché ?

    Est ce que vous croyez que nous allons continuer à produire à temps plein, 35 h, 
    40 h, 50 h ?

    Vous êtes dans l’illusion. C’est un peu comme si vous décidiez qu’un type en costard cravate doit être un fonctionnaire ou un patron.

    Ce qui manque aujourd’hui, dans presque tous les pays, ce sont des responsables capables de définir et de faire respecter des règles communes assurant la sécurité, la production de biens et de services abordables pour la presque totalité de la population. On appelle ça, des représentants politiques !

    Ce qui se fait aujourd’hui, dans tous les pays, ce sont les initiatives locales, démocratiques d’abandon (de gré ou de force) de cet ancien système. 
    J’en ai bien profité, je ne regrette rien...mais c’est fini.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Boris Rannou


Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires