Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’UMP part en campagne contre l’assistanat : confusion autour (...)

L’UMP part en campagne contre l’assistanat : confusion autour du RSA

  Il y a quelques semaines le ministre des affaires européennes Laurent Wauquiez avait crée une polémique en déclarant « l'assistanat est le cancer de notre société » et proposait la création de nouvelles conditions aux allocataires du RSA comme de travailler 5 heures par semaine pour la collectivité à titre bénévole. Une proposition aujourd'hui remaniée par la majorité qui penche vers une contre-partie entre 5 et 10 heures de travail par semaine, mais rémunérées. Alors que ce mercredi 8 juin a eu lieu la convention de l'UMP sur la « justice sociale » où la réforme du RSA était mise sur la table, la confusion règne autour de ce débat. Entre Martin Hirsch, ancien membre du gouvernement et créateur du RSA qui défendait hier ce dernier et sa situation comptable sur France Info (et à la convention) et les attaques d'une partie de la majorité qui souhaite casser cette politique dite de l'assistanat, les citoyens ont du mal à s'y retrouver. Il est donc important d'éclaircir quelques points.

Des chiffres, des chiffres, mais peu de lettres

 Tout d'abord il faut savoir que le RSA, revenu de solidarité active mis en place en France le 1er Juin 2009 vient fusionner avec le revenu minimal d'insertion, plus connu sous le nom de RMI. Pensé et appliqué pour permettre un retour vers l'emploi d'une population précaire en permettant le cumul (graduel) de cette aide avec un salaire, son coût de fonctionnement est souvent mal interprété. Lorsque certains journalistes avancent la somme de 10 milliards d'euros par an (Sophie Roquelle au Figaro) (1), il convient de préciser que c'est en grande partie le coût du RSA socle (versé à ceux qui n'exercent aucune activité rémunérée), puisque le RSA « complément d'activité » fait l'objet d'une branche comptable qui fonctionne autrement : pour financer cet accompagnement d'aide cumulable avec la reprise d'un travail, l'État avait crée un nouvel impôt de 1,1% sur les revenus du patrimoine (revenus fonciers) et de placements (dividendes, assurance-vie,...). Or cette nouvelle taxe a rapporté 1,2 milliards d'euros à l'État en 2010, alors que les dépenses pour le RSA activité se sont élevés à 1,3 milliards d'euros au lieu des 3 milliards en prévision, les personnes qui ont bénéficié de ce complément de revenu n'étant que de 667 000 en 2010, contrairement aux 2 millions prévues. En ayant tablé sur cette prévision, le gouvernement avait mis sur la table 1,1 milliard d'euros supplémentaires en plus des recettes du nouvel impôt pour combler la future dépense, ce qui faisait un total de 2,5 milliards d'euros. C'est pour cela que « l'exercice » Rsa d'activité est jugé en bénéfice net sur l'année 2010 par Martin Hirsch (2). Quand à Sophie Roquelle, lorsqu'elle écrit « s'il coûte si cher [10 milliards d'euros], c'est que le RSA accompagne plus longtemps les travailleurs précaires : on peut bénéficier d'un complément de RSA jusqu'à 2755 euros de revenus mensuels », c'est donc tout simplement faux.

Fraude social et fraude fiscale

 Le problème de fond que soulève cet article publié dans le Figaro du 3 juin 2011 est encore une fois celui des finances publiques et de son équilibre mais l'auteur se tourne exclusivement vers les dépenses sociales, bien trop élevées selon son point de vue. Qu'en est-il des recettes fiscales ? En effet l'État souhaiterait ramener le déficit public de 8 à 6 % pour l'année 2011, ce qui implique d'augmenter les recettes et/ou de réduire les dépenses pour rassembler les 40 milliards d'euros nécessaires à cet objectif. Les moyens mis en œuvre concerneront majoritairement la réduction des dépenses et donc de nouvelles coupes budgétaires. On pourrait débattre longtemps sur le sujet et ce n'est pas l'objectif premier de cet article. J'aimerais seulement déclarer mon indignation face aux mots employés par Sophie Roquelle qui ne voit dans le RSA et plus généralement les aides sociales qu'un « puits sans fond » concernant des personnes dont « Leur univers se résume à un gros sofa face à un immense écran plat qui ronronne en permanence pour meubler la solitude ». Toujours et encore selon l'idée que la plupart des chômeurs sont volontairement sans emploi alors que la majorité d'entre eux souhaiteraient en réalité travailler. C'est une bonne chose de vouloir combattre les fraudeurs des aides sociales mais le véritable effort pour un équilibre du budget ne se situe pas là. Il s'agit encore une fois de diviser pour mieux régner, de monter les classes moyennes contre ces « assistés » qui (sur)vivent au crochet de l'État. Pendant ce temps le gouvernement continue à privatiser des entreprises publiques, offre un bouclier fiscal au plus riches (qui au passage les a exonéré des 1,1% taxés pour le financement du RSA complémentaire) et contribue à creuser ce fossé entre le peuple et ses élites. Le principal effort pour un budget équilibré serait de mettre en œuvre un certain courage politique vis à vis de la fraude fiscale. Car les mots ont déjà été prononcés, suite à la crise les chefs d'États avaient fait de la fraude fiscale un nouveau cheval de bataille mais aucune véritable action n'a été entreprise depuis.

 TommytheHerbs.

-(1) : article publié dans le Figaro du 3 juin 2011. http://www.lefigaro.fr/politique/2011/06/04/01002-20110604ARTFIG00005-la-france-des-assistes.php

-(2) : article publié dans les Echos du 1er juin 2011. http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0201409866882-le-fonds-rsa-excedentaire-de-1-milliard-d-euros-en-2010-171119.php


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 9 juin 2011 10:00

    et que compte faire l’UMP coontre les niches fiscales donc le detail est dans l’article ci-dessous :

    http://2ccr.unblog.fr/2010/12/03/niches-en-or-massif/


    • clostra 9 juin 2011 10:19

      Vraiment on n’en peut plus d’entendre des choses pareilles !
      Pourquoi pas une alternance dans l’emploi pour que chacun goûte aux emplois gratifiants.
      Et que dire de l’alternance politique avec tous ces gens qui s’accrochent au pouvoir, au frais de la princesse ?
      On va leur trouver des boulots à 4 heures de trajet par jour pour quelques heures mal payées !
      Vraiment c’est odieux !


      • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 9 juin 2011 10:21

        Bien d’accord avec vos arguments on est d’autant plus indignés que ce fameux article pourfendant « l’inertie canapé » des titulaires du RSA est écrit par Sophie Roquelle Cirelli femme de Cirelli PDG de GDF Suez qui lui, n’a pas de problèmes de fin de mois.

        On est jamais bien servi que par soi même.

        • voxagora voxagora 9 juin 2011 16:22

          .

          Comme quoi accuser est facile :
          l’inertie dont il est question est souvent, 
          chez les plus démunis et maltraités par la société,
          une inhibition qui finit par plomber l’esprit et le corps
          devant le non-aboutissement répété, encore et encore,
          de toutes les démarches pour tenter de s’en sortir.
          Cette dame doit penser que les pauvres devraient coucher par terre.
          .


        • leypanou 9 juin 2011 12:02

          Je plussoie toujours tous les articles qui cassent la désinformation ambiante. L’article du Figaro est dans la droite ligne du journal, donc ce n’est guère étonnant. Pour moi, un journal de ce type, je ne l’achète jamais et dis de ne pas l’acheter. L’achat de journal est un choix idéologique, comme regarder une chaîne. Mais le contrage de leur ligne idéologique sur les chaînes de télévision est autrement plus compliqué car elle est présente partout.


          • Nanar M Nanar M 9 juin 2011 12:20

            C’est allégations sont à gerber.
            Il est temps de ressortir les piques et les fourches pour foutre une branlée à tous ces gros parasites des merdias, de la poilitique et de la finance.


            • agent orange agent orange 9 juin 2011 14:42

              L’UMP contre l’assistanat ? Ils veulent mettre un terme aux aides versées à Dassault et autres banques qui jouent au casino ? Chiche !


              • lloreen 9 juin 2011 15:44

                Moi je suis d’accord à 100% !!!
                Montrez leur le lien : ils pourront déjà commencer à déquiller Sarkozy et les sarkobys
                http://www.dailymotion.com/video/xfkxkh_quart-d-heure-de-celebrite-de-jean-luc-nobleaux_news
                Et après , lorsque leur parti (et celui des autres prétendants) sera épuré de toutes les sangsues, ils pourront s’attaquer en choeur, avec Wauquiez, aux allocataires des minima sociaux.A mon avis, après la mission « messieurs propres », les caisses de l’état seront moins vides....


                • lloreen 9 juin 2011 15:47

                  Pierre de Vienne
                  Tiens, je connaissais pas le terme « inertie canapé ».La dame doit bien en connaître le principe pour l’avoir expérimenté dans un autre sens...


                  • aloha aloha 10 juin 2011 00:12

                    Bonsoir,


                    Votre indignation est légitime et bien pensée.

                    Il n’y a qu’à écouter les airs de maître d’école à l’ancienne qu’a pris Barouin pour tancer Hirsh à la suite de ses déclarations.

                    Il n’y a qu’à lire l’actualité de ce même jour pour en voir certains effarer qu’on puisse oser - vous rendez-vous compte : OSER !!! -penser à taxer les oeuvre d’art.

                    Il est tellement plus simple d’aller taper un peu plus fort encore sur la tête de ceux qui sont déjà englués dans le sol au point de ne plus pouvoir rester droit. Tous ces « pauvres » qui n’ont rien pour se défendre sérieusement. Ces raclures qui sont bien évidemment la seule et unique cause du déficit de l’Etat, avec les immigrés.

                    Le mépris exprimé publiquement par des journalistes (comme vous le notez) et par les hommes politiques à l’égard de ceux qui ne sont rien d’autres que les victimes d’un système qui marche sur la tête (et Dieu sait, si cela ce voit partout sur la planète actuellement !) est absolument infâme, intolérable, honteux et indigne.

                    Que des responsables politiques puissent dire ces choses avec une sorte de haussement d’épaule, comme si c’était une évidence, devrait les mener directement à la potence.

                    Ces gens n’ont strictement aucune idée de ce que représente le fait de vivre avec moins que le seuil de pauvreté (900 euros) qui est lui-même déjà ridicule...

                    Effarant d’aveuglement idiot et égoïste, révoltant de profit d’une place octroyant des droits qui ne lui ont pas été donné par le peuple. Car, pour le peuple, pour les votants (si l’on veut être intègre - Savoir si nous le devons est autre chose), qui est Copé, QUI ? A part, un, parmi les pires opportunistes...

                    Il est grandement temps de rendre à la Démocratie ses lettres de noblesse, perdues depuis belle lurette.

                    Merci de votre papier, toute indignation à ce sujet est importante et elle devrait être bien plus conséquente, si l’on songe à tout ce que cela peut suggérer pour l’avenir et ce que ces vampires ont l’intention d’en faire à l’encontre du peuple.

                    Ne vous leurrez plus ! Pour être démago puissance 10, je dirais : Ca n’arrive pas qu’aux autres.

                    Il nous faut nous unir, en aucun cas nous laisser prendre à leur jeu de délitement de la solidarité, de séparation des uns et des autres.

                    • THOMAS 10 juin 2011 06:46

                      Et nos paysans dans tout ça ?

                      Il y a des paysans qui galèrent vraiment.

                      Il y’en d’autres qui profitent du système alors qu’ils votent « libéral ».

                      A chaque fois il faut passer à la caisse pour compenser « leurs pertes ».

                      Pour être logiques avec eux-mêmes, il faut les obliger à souscrire des assurances spéciales pour faire face aux aléas de la vie.

                      S’ils n’y sont pour rien dans ce qui leur arrive, on peut dire la même chose des RSAistes.

                      Les fraudeurs existent dans toutes les catégories sociales, et c’est une minorité à chaque fois.

                      La seule différence c’est que les paysans, les restaurateurs, les débiteurs de tabac, les taxis, les pêcheurs etc… sont organisés en groupes de pressions.

                      Tout le monde en principe vote.

                      Mais il y en a qui utilisent leur vote à bon escient : les adhérents de ces groupes de pression.

                      Et nos responsables politiques sont très sensibles à leurs arguments.


                      • le journal de personne le journal de personne 13 juin 2011 04:13

                        Le prix de la dignité
                        … le RSA ? Ne m’en parlez surtout pas…
                        c’est un peu comme la cigarette du pendu qu’on offrait jadis gracieusement à celui qui montait sur l’échafaud et à qui on demande aujourd’hui de faire des courbettes pour la mériter…
                        sous prétexte que toute peine mérite salaire !

                        http://www.lejournaldepersonne.com/2011/06/le-prix-de-la-dignite/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

TommytheHerbs

TommytheHerbs
Voir ses articles






Les thématiques de l'article

UMP


Palmarès