Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La baisse du chômage est-elle significative ?

La baisse du chômage est-elle significative ?

La ministre de l’Economie, Christine Lagarde, a annoncé le 6 mars dernier une diminution massive du chômage en France. Le taux de chômeurs en France serait selon le BIT et Eurostat de 7,5 % (soit 2 200 000 demandeurs d’emplois) pour le quatrième semestre 2007 contre 8,8 % en 2006 (chiffres Insee). Comment expliquer une telle baisse malgré le contexte économique ?

Christine Lagarde, confiante et optimiste malgré une révision de la croissance pour 2008, a déclaré que la baisse du nombre de demandeurs d’emplois devrait se poursuivre cette année. La ministre explique que ce taux (le plus bas depuis 1983) a été atteint grâce à la création de 340 000 emplois l’année passée « pour une partie non négligeable, mais pas dominante, créés dans les services à la personne, dans le tertiaire en général, qui correspond à des externalisations par les entreprises, maintenance, logistique, etc. ». Elle a de plus ajouté que selon les statistiques, les CDI sont stables et que les emplois précaires n’ont pas augmenté.

Mais concrètement, ces emplois créés remplacent-ils vraiment le nombre d’emplois supprimés en 2007 ? Car l’actualité économique de l’an dernier regorge de cas de délocalisation et d’usines en faillite. De plus avec la crise de croissance, il n’est pas certain que l’économie se porte suffisamment bien pour que le contexte soit favorable à l’embauche. Beaucoup d’emplois se créent chaque année mais la plupart sont des contrats de courte durée ou de l’intérim.

Les objectifs du gouvernement clairement affichés sont d’atteindre un taux de chômage de 5 % et un taux d’emploi de 70 % en 2012. La crise financière de ces derniers mois pourraient-elles contredire cet optimisme ?

Les chiffres annoncés par les gouvernements sont toujours sujets à discussion quant aux critères retenus et aux personnes non comptabilisées. Reste que selon la définition un chômeur est une personne sans emploi et qui en recherche un activement. Pourtant les statistiques ne prennent en compte ni les personnes qui choisissent délibérément de ne pas s’inscrire à l’ANPE ou qui en sont radiées, mais elles excluent aussi les personnes qui occupent des emplois précaires à la recherche de CDI ou d’emplois à temps complet.

Ces différences notables de comptabilité ont d’ailleurs suscité un débat en 2007 entre les chiffres officiels de l’ANPE et ceux publiés par l’Insee. Les différents organismes notent bien une baisse du chômage, mais elle varie de 1 à 2 points ce qui rend difficile son évaluation. Les méthodes de mesure du chômage pourraient être réévaluées pour éviter ces divergences (voir étude de l’Inspection générale des finances).

Le marché du travail est complexe et résumer sa vitalité aux chiffres du chômage serait trop simple. Il faut avoir une vision plus globale et regarder dans son ensemble le marché de l’emploi. Le type de contrats de travail proposés ou créés constitue un bon indicateur du marché de l’emploi.

 

Derniers chiffres du chômage (janvier 2008)

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.52/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Gazi BORAT 28 mars 2008 11:36

    Cette baisse du chômage est souvent imputée à l’explosion des emplois dits "de service" vivier longtemps inexploité et aujourd’hui en plein développement.

    Pour examiner la réalité de ce viver d’emploi, reportons-nous à l’offre proposée par le monopolistique "service public de l’emploi" (ANPE) et observons son site "anpe.fr".

     

    Sous les code ROME "11211" (agent d’entretien) - 11112 (aide à domicile) - 11113 (aide maternelle), parmi les emplois les plus proposés de ce dynamique secteur.. Qu’y verra-t-on ?

    Une grande majorité de temps partiels des plus réduits (2 heures hebdo) : autrement dit, des trappes à pauvreté mais qui offrent l’avantage statistique de faire disparaitre des demandeurs d’emploi sans malheureusement les sortir au passage de la pauvreté..

    La réalité est féroce..

    gAZi bORAt


    • Yohan Yohan 28 mars 2008 12:12

      Comment qualifier cette baisse, face au solde des créations nettes d’emploi ?.

      Le gouvernement ferait bien de ne pas pérorer, en laissant croire autre chose que ce que ces chiffres ne disent pas : l’emploi n’est pas au mieux et le moral des chefs d’entreprise n’est pas bon.


    • Marie Pierre 29 mars 2008 13:31

      Gazi Borat,

      Il est vrai que les annonces corresndant à ces codes ROME proposent des emplois de 2 heures/semaine. Travaillant dans un organisme de formation ciblant ces emplois, j’étais au début inquiète de cette précarité.

      Il se trouve que pour de très nombreuses personnes, leur temps de travail hebdomadaire se situe entre 30 et 35 heures, car elles cumulent toutes ces heures dispersées.


    • alceste 2 avril 2008 09:06

      à Gazi Borat,

      Tout à fait d’accord avec votre réponse.

      à propos du vivier des emplois de service, j’ai gardé en mémoire une formule particulièrement délicieuse :

      "La France vieillit.
      La dépendance des personnes âgées et des handicapés représente un gisement extraordinaire d’emplois non délocalisables, estime le gouvernement." J’espère que vous apprécierez, comme moi, les termes "gisement" et "non délocalisables".

      Malheureusement, j’ai oublié de noter la source...


    • Titia A. 28 mars 2008 12:27

      Entièrement d’accord avec vos commentaires et c’est bien cette pauvreté croissante des salariés qu’il convient de dénoncer.

       


      • ZEN ZEN 28 mars 2008 12:32

        Il est bon de confronter toutes les sources :

         

        -Le premier portail d’information et d’échange sur le chômage et l’emploi

        Fabienne Brutus, la pasionaria de l’ANPE

        Un éclairage précieux de Fabienne Brutus

        Fabienne Brutus, agent ANPE, répond sur les vrais chiffres du chômage
        "...A l’automne 2005 étaient ainsi déclarés en France 2 millions et demi de chômeurs, et l’on se félicitait d’être passé sous la barre psychologique des 10 % de la population active. Or, toutes catégories confondues, ils étaient un peu plus de 4 millions inscrits à l’ANPE à la même époque : soit 15 % de la population active. S’y ajoutent les jeunes non indemnisés, les vieux dispensés de recherche d’emploi, les RMistes non inscrits ou encore ceux qui, par lassitude, abandonnent le pointage : un bon million de personnes en plus, selon Fabienne Brutus. Total estimé : 5 millions de chômeurs en France. 19 % de la population active..." (Le Monde)

        Chômage, l’art du camouflage

        Autres Chiffres du Chômage

        L’’UNEDIC ou le FIASCO de l’’assurance chômage

        Eric Maurin : chômage, le chiffre caché (Objet application/pdf)

        Contre journal:chasse aux chômeurs...


        • Marie Pierre 29 mars 2008 13:26

          Zen,

          Je rajoute cette information prise sur le site ASSEDIC

          "La convention de reclassement personnalisé a une durée maximum de 8 mois : Pendant ce temps, le salarié bénéficiaire d’une CRP est placé sous le statut de stagiaire de la formation professionnelle."

          Autrement dit, une personne licenciée économique, n’est pas enregistrée demandeur d’emploi pendant 8 mois puisqu’elle est stagiaire.

          De même, toutes les personnes en formation sont décomptabilisées du chiffre "officiel" des chômeurs. Et il y a du monde !


        • ZEN ZEN 29 mars 2008 13:44

          Bonjour, Marie-Pierre

          Tout à fait.. Cette remarque était dans un des liens que j’ai donné. J’en ai fourni trop, sans doute...Mais il fallait le rappeler..


        • tvargentine.com lerma 28 mars 2008 13:36

          La baisse du chômage est bien le reflet de la politique économique et social du gouvernement de Nicolas Sarkozy

          Sur un an, le nombre de chômeurs de catégorie 1 a baissé de 8,2 %.

          Il est normal que le chômage va continuer de baisser car c’est plus de 500.000 emplois qui seront créés jusqu’en 2015 dans les nouveaux métiers de services à la personne.

          Si l’on rajoute à cela la pyramide des ages des départs à la retraite dans le secteur privé,nous devrions arriver à 5% début 2010

          Vous stigmatisez les emplois

          "Sous les code ROME "11211" (agent d’entretien) - 11112 (aide à domicile) - 11113 (aide maternelle), parmi les emplois les plus proposés de ce dynamique secteur.. Qu’y verra-t-on ?"

          Mais ces emplois existent,ils correspondent à une demande et des personnes sont heureuses d’avoir un petit boulôt et donc d’avoir des revenus et ils se moquent bien des considérations de gochistes élitistes qui ont des avis sur tout et préférent voir des pauvres aux coins des rues que employés dans ces emplois de services

          Soyons réaliste,oui le chômage baisse,non la situation économique n’est pas aussi grise et pour cela il suffit de regarder que les hypers marchés sont pleins,les restaurants sont pleins,les week-end sont extremement chargés sur les routes..............bref que la croissance est bien présente

           

           


          • Gazi BORAT 28 mars 2008 16:36

            @ Lerma

            "...et des personnes sont heureuses d’avoir un petit boulôt et donc d’avoir des revenu..."

            Ne soyez pas ridicule..

            Vous pourriez tout aussi bien dire que grâce à la politique fiscale de Nicolas Sarkozy en faveur des plus riches, les poubelles de Neuilly sont mieux remplies et qu’ainsi, le poids moyen du SDF local y a augmenté..

            Amusez-vous à faire ce calcul : travaillez deux heures au SMIC, déduisez une heure de trajet (non rémunérée), déduisez encore les frais de transport.. Essayez aussi d’augmenter votre temps de travail en essayant d’obtenir un planning rempli par des heures glanées de çà de là..

            D’autre part, me souvenant que vous vous êtes prévalu un temps du bénéfice du RMI, pourquoi ne soulageriez-vous pas la communauté de votre entretien en allant vous même pratiquer les toilettes intimes d’électrices grabataires de votre bien aimé président ?

            gAZi bORAt


          • foufouille foufouille 28 mars 2008 16:54

            lerma tu es pitoyable. rest ds ton role de troll

            "des personnes sont heureuses d’avoir un petit boulôt"

            tu vis avec, toi ?


          • claude claude 28 mars 2008 17:42

            Lerma vous êtes une tâche !

            "Mais ces emplois existent,ils correspondent à une demande et des personnes sont heureuses d’avoir un petit boulôt et donc d’avoir des revenus et ils se moquent bien des considérations de gochistes élitistes qui ont des avis sur tout et préférent voir des pauvres aux coins des rues que employés dans ces emplois de services"

            bien sûr !!!

            un exemple parmi tant d’autres !

            les "hotesses de caisse", comme le sont élégamment désignées les caissières des super et hypermarchés, sont d’office assignées à des horaires tronqués  : 20H par semaine, répartis sur des plages horaires peu commodes : quelques heures le matin - coupure- quelques heures l’après-midi, on ne peut rien entreprendre car la journée est gélée .

            mais tout est fait pour que l’on croit que "tout est bien dans le meilleur des monde " ainsi que le montre cet article paru sur le site de l’ Action-CRItique-MEDias [Acrimed]. www.acrimed.org/

             

            www.acrimed.org/article2839.html

            "Grèves dans la grande distribution : des travailleurs pauvres en France ? Vraiment ?

            Nadine Floury

            Publié le mardi 26 février 2008

            • Le 1er février, les généreux commentateurs qui nous avaient habitués « aux grévistes privilégiés qui prennent tout le monde en otage » ont été apparemment surpris par la forte mobilisation des salariés de la grande distribution. Ainsi, il y aurait donc des centaines de milliers de travailleurs pauvres en France parce que précaires, sous-payés, souvent même en-dessous du SMIC. Mais, jusque là, que les entreprises de la grande distribution qui se targuent d’être les premiers employeurs dans notre pays, aient ainsi vécu dans l’illégalité, cela ne choquait pas plus que ça. En tout cas, cela ne choquait pas TF1 qui, dans son journal du 10 décembre 2007, disait ingénument « Ainsi certains salariés du grand commerce alimentaire n’étaient même pas rémunérés au SMIC. L’anomalie (sic) a été corrigée cet après-midi ». Une simple « anomalie »…

              Le mouvement du 1er février a révélé une situation dont il a bien fallu parler. Comment ?

            • III. Un conflit « inédit » à Marseille : fermons la parenthèse ?(...) Mais le 14 février les Echos, inspirés par le match PSG/OM, à venir, avertissaient que « les salariés de l’hypermarché Carrefour grand Littoral de Marseille jouent les prolongations » L’humour est douteux quand on connaît les salaires respectifs des caissières et des joueurs de foot.

              La nouvelle a été peu ébruitée, c’est le moins qu’on puisse dire. Et pourtant, c’est plus d’une centaine de salariés qui sont restés en grève pendant 16 jours.

              (...)

              France 2 en revanche, informe un peu plus régulièrement. Au 12ème jour de grève, on apprend ainsi au JT de 13 h. du 12 février que les caissières « ne gagnent que 950 euros par mois et demandent une hausse du prix de leurs tickets restaurants ». Suit un reportage qui leur donne la parole et qui indique notamment : « La revalorisation des tickets restaurants est estimée à 198 000 euros par an alors que le chiffre d’affaires est de 150 millions d’euros. Selon les salariés la pression des résultats prime sur tout le reste. ». Quatre jours, plus tard, le 16 février, toujours au JT de 13 h., alors que les « forces de l’ordre » sont intervenues contre les grévistes, l’information tient en quelques mots.

              Le 17 février à 20h, il faudra se contenter de quelques phrases : « Social toujours. A noter la sortie de conflit à Marseille. Après plus de 15 jours de bras de fer entre le direction de Carrefour et ses salariés, un protocole d’accord a été conclu, prévoyant notamment une revalorisation des contrats de travail à temps partiel ». Quand on sait qu’il ne s’agit que de la possibilité de travailler deux ou trois heures de plus par semaine, une telle « information » relève de la désinformation… (...)

              Les grévistes pouvaient-ils obtenir plus ? Ce n’est pas à nous d’en juger. Mais force est de constater que les résultats sont faibles : les salariés à temps partiel ont obtenu, entre autres miettes, deux à trois heures de travail en plus par semaine pour ceux qui le désirent et une augmentation de 3,05 à 3,50 euros du ticket restaurant. (...)

            • (....)
            • À noter, une chronique (inhabituelle dans ce quotidien….) de Jean-Michel Dumay parue dans Le Monde du 23 février. Sous titre « Honneur aux caissières de Grand-Littoral », on pouvait y lire notamment  : «  Carrefour, le numéro deux mondial et numéro un européen (premier employeur privé en France), va bien aussi. Merci. "Le résultat opérationnel du groupe (3,2 milliards en 2006) sera en progression sur l’exercice", indique un communiqué. De quoi rassurer sur le bénéfice net (1,8 milliard en 2006). Les ventes ont progressé de 7 % en 2007, portant le chiffre d’affaires à 92 milliards d’euros, soit le PIB de la Colombie. A Marseille, l’enseigne de Carrefour à l’hypertemple commercial Grand-Littoral devrait donc pouvoir payer les 45 centimes d’augmentation du ticket-repas concédée à l’issue des seize jours de grève de ses salariés (3,50 euros au lieu de 3,05 euros). Ce n’est pas rien une grève de seize jours dans la grande distribution. D’après le centre concerné cité par l’AFP, celle de février coûtera 3 millions d’euros en perte de chiffre d’affaires, soit 2 740 années de tickets-repas (en jours ouvrables, nouvelle valeur). A ce tarif, fallait-il tant attendre pour négocier ? Ce n’est pas rien non plus pour les salariés du centre, qui, en croquant leur sandwich au prix du ticket-repas, vérifieront le décompte des jours de grève sur leur fiche de paie (de 850 à 1 000 euros net, pour une trentaine d’heures hebdomadaires, selon les cas). Bon prince, l’hypermarché a accepté d’étaler le manque à gagner. Mais de l’éclair médiatique que fut cette bataille, ce sont les témoignages des valeureuses caissières qui demeureront. » Des témoignages que la suite de l’article rapporte. (...) "
            •  

            www.humanite.fr/2004-11-13_Politique_Les-emplois-discount-de-la-grande-distribution-Accepte-ou

            • " (...)Samira travaille dans un hypermarché d’un quartier nord de Marseille, sa journée est coupée en deux : de 10 heures à 12 h 30 et de 17 heures à 22 heures.« Les jours où je bosse, je suis absente 13 heures de chez moi pour un travail effectif de 7 heures, je perds mes journées pour à peu près 760 euros par mois. » Dans cet exemple, révélateur du travail quotidien de nombre de caissières, le temps partiel s’apparente plus à une vie écartelée. Comment trouver un autre emploi, accéder à une formation, ou encore par exemple prendre rendez-vous chez des médecins spécialistes ?(...)
            • (...)En 1995 est votée la loi sur l’annualisation du travail à temps partiel. Par ce biais, ce dernier connaît une modification substantielle de sa définition : le temps partiel peut désormais renvoyer à un calcul de temps annuel et non plus seulement hebdomadaire. Une caissière travaillant sur la base d’un contrat de 22 heures hebdomadaires peut, en fonction des prévisions d’affluence de la clientèle, travailler 26 heures une semaine, 18 heures une autre avec, dans tous les cas, un délai de prévenance de quinze jours, et ce sans modification de son salaire. (...)
            • (...)La grande distribution symbolise un terreau fertile de multiplication des travailleurs pauvres. En France, 3,5 millions de personnes, dont 80 % de femmes, touchent un salaire inférieur au SMIC. « Les études montrent que la progression des bas salaires constatée depuis une vingtaine d’années est intimement liée au développement des emplois à temps partiel, explique l’économiste Christian Jacquiau. Se développe ainsi toute une frange de salariés pauvres, qui travaillent sans parvenir à gagner leur vie. » Précarité, bas salaires, flexibilité, absence d’équipe de travail fixe : cette accumulation ne permet que rarement la mobilisation collective des salariés.(...) ""

          • Titia A. 30 mars 2008 18:44

            Je ne stigmatise pas les emplois précaires bien au contraire et je suis consciente en fréquentant des personnes qui occupent des emplois à temps partiel que ces personnes préfèrent avoir des petits boulots qu’aucun emploi du tout. En revanche faut-il se féliciter que ces personnes n’occupent pas des postes à temps complet qui leur permettraientt d’avoir des salaires décents et des fins de mois moins difficiles ?

            Ce que je note c’est qu’il existe beaucoup de temps partiel subi.

            D’un autre côté vous expliquez que 500 000 emplois seront créés d’ici 2015, mais combien de postes supprimés. C’est ce rapport emploi créés/emplois supprimés que nous ne pouvons connaître à l’avance qui détermine si le chômage baisse effectivement. Si l’économie se porte bien le nombre d’emplois créés est supérieur au nombre de licenciements.

            Quant à votre analyse sur la croissance, je demande des chiffres de comparaison entre la consommation actuelle et celle d’il y a 10 ans. Le pouvoir d’achat en baisse n’incite pas à la consommation, or la consommation est un moteur de la croissance...


          • foufouille foufouille 28 mars 2008 14:00

            les chiffres du chomage sont faux depuis au moins 30a

            en 81 il y avait deja 2000 000 de chomeurs.

            les chiffres officiels servent juste a bercer les gens

            "dormez bonnes gens l’etat pense pour vous"


            • claude claude 28 mars 2008 17:48

              bonjour,

              "Mais pourquoi est il si méchant et sarcastique ce Calmos, Parkway ?"

              en réponse à votre question et pour parodier une célèbre pub : " PARCE QUE !!!"

              mais il est encore meilleur quand il est bien secoué ! la pulpe est décollée !!!


            • claude claude 28 mars 2008 17:53

              mon bien cher calmos,

              aahhhhhhhhh ! le printemps qui va nous revigorer les artères, arrive !!! et il est normal de faire des barricades en souvenir de ce joli mois de mai, si agité, si créatif d’il y a 40 ans...

              et puis, vous vous ennuieriez sans que l’on ne vous titille ...


            • lavabo 28 mars 2008 17:53

              Attendez il faut le voir et le lire sur les articles de Morice


            • Titia A. 30 mars 2008 18:53

              Ce genre de discours est plutôt honteux....

              Vous vous permettez de juger des gens que vous ne connaissez pas. Premièrement je ne suis pas payer pour ça, je ne suis à la solde de personne si c’est ce que vous pensiez... Ensuite, de qui suis-je censée lécher les bottes ?

              Je ne disserte pas sur des chiffres j’essaie d’attirer l’attention sur une réalité, certains journalistes ont repris les chiffres annoncés par Christine Lagarde sans les analyser ni les commenter, je note simplement qu’il serait bon de vérifier au lieu de reprendre.


            • Frabri 28 mars 2008 17:48

              Depuis 1983 la fracture sociale s’élargit. Il y a de plus en plus de précarité.Avec les nouveaux contrats de travail la précarité ne peut que s’agraver Il y a de plus en plus de travailleur-ses pauvres. En 1983 il n’y avait pas de RMI, les trois quarts de RMistes ne sont pas inscrit-tes a l’ANPE.


              • ARFF 29 mars 2008 14:13

                article inutile .


                • Fred 30 mars 2008 14:02

                  Tous les gouvernements trichent sur les chiffres du chomage depuis un moment ou alors il creent des emplois de fonctionnaires ou d’autres emplois genre emploi jeune pour jouer artificiellement avec ces chiffres. Il est evident que le chiffre reel n’est pas de 7.5% par contre je trouve un peu hypocrite de mettre la faute sur le gouvernement actuel meme s’il est autant responsable que les autres.


                  • Titia A. 30 mars 2008 18:59

                    Le problème essentiel vient des critères retenus et du désaccord entre les instituts chargés de recenser les chômeurs...


                  • ARFF 31 mars 2008 11:19

                    marre de parler du chomage, des chiffrres qui ne veulent rien dire, et des politiques que le gouvernement francaouhete pourrait tenir .

                     

                    le jeu est faussé a la base, votre france n’existe plus, il y à des données finacieres mondiales qui empechent toute liberté d’action d’un gouvernement quel qu’il soit. Meme un gouvernement ultra-protectioniste n’y pourrait rien.

                     

                    disserter des heures sur l’interet des chiffres du chomage dont on sait par avance qu’ils sont faux, des déclarations pouet pouet de la ministre trucmuche et de la définition d’un chomeur dans une société où une grosse partie de l’argent n’est meme plus générée par le travail équivaut à parler pour ne rien dire.

                    Vous étes (presque) tous des quasi chomeurs, les travailleurs sont les esclaves de cet autre monde qui bossent 70 heures par semaines pour 30 euros par mois, continuez a vivre les yeux fermés et bienvenu dans Matrix !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès