Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La BCE, le géant aux pieds d’argile...

La BCE, le géant aux pieds d’argile...

Sur fond de cris de désespoir des peuples espagnols, portugais, irlandais, islandais et maintenant grec, on devrait se poser une question mais que fait la BCE et qu’est donc cette institution, son pouvoir en réalité et sa responsabilité dans l’échec de l’Europe…

 
Qu’est cette institution inconnue du grand publique ?
 
La BCE a été créée en 1998 et son siège est à Francfort-sur-le Main, en Allemagne La Banque centrale européenne (BCE) est la banque centrale de l’Union européenne. Dans tous les pays du monde, la Banque Centrale nommée la super-banque et se doit de posséder le privilège d’émettre les billets de banque, mais aussi une monnaie scripturale dite "monnaie centrale" à l’instar des privilèges de la Banque de France.
 
Mais voilà cette BCE n’a absolument aucun pouvoir sur l’émission de l’argent et en réalité c’est pire que ça, dans son livre A-J Holbecq, co-auteur avec Philippe Derudder, de LA DETTE PUBLIQUE, UNE AFFAIRE RENTABLE.

On y soulevé une incroyable réalité : Pourquoi l’État est -il obligé à payer l’intérêt à ces banques privées, directement ou indirectement, pour son propre financement ? "Les intérêts de la dette, c’est 120 millions d’euros par jour ! Et malgré les 1300 milliards d’euros d’intérêts que nous avons payés depuis janvier 1973 (article 25 de la loi du 3 janvier), nous devons toujours 1300 milliards d’euros de capital, ce qui prouve bien que les comptes recettes/dépenses des administrations publiques seraient globalement sur ce long terme en équilibre s’il n’y avait pas nécessité de financement de la dette publique auprès du privé".
 
Quid alors de sa mission de sauver de l’inflation puisqu’elle n’a pas de pouvoir sur l’émission de l’argent, sauver les banques ça elle sait mieux que quiconque le faire, puisque l’on a une dette abyssale dû fait que l’on a un système où la BCE prête de l’argent à 2 pour cent aux banques privées le nôtre qui nous le re-prête cette fois ci à un taux élevé…En tout cas faut avouer que comme tour de passe de passe, on fait rarement mieux…
 
« Celui qui contrôle l'argent de la nation contrôle la nation » (Thomas Jefferson). Et, comme le disait Edmond de Rothschild, le grand banquier international, si vous lui permettriez d'émettre l'argent d'une nation, il ne se souciera pas des lois.
 
En un mot les peuples européens payent une dîme seigneurale aux banques qui se sont littéralement approprié des nations…ce pouvoir absolu a été installé au 21eme siècle…et il est absolu car nos propres institutions l’ont votées…et donc nos représentants élus par nos voies l’ont mis en place…
 
Qu'a fait la BCE au cours de ses dernières années ?
 
Rien sur la crise immobilière de 2008, incapacité complète d’anticiper la bulle lorsque Lehmann Brother a fait faillite ah elle a bougé, tiens, là, elles financent ses banques, oups… Elle injecte du liquide dans le circuit bancaire à des taux très favorables et rebelote et pour cela, il suffit aux banques de présenter des actifs éligibles aux critères de la BCE, appelés “collatéraux” comme on peut le lire sur le site owen  : "des obligations, des bons du trésor, par exemple. En contrepartie de la “mise en pension” de ces titres auprès de la BCE et contre un taux d’intérêt au rabais (1,25% actuellement), les banques peuvent ainsi obtenir des liquidités illimitées. L’article continue en faisant une bonne remarque, l’illégalité de l’action de la BCE qui s’est ainsi doté d’un portefeuille de 74 milliards d’euros de titres de dettes souveraine, qui n’est pas sans entrer en contradiction" avec l’esprit des traités et notamment de l’article 123 du traité de Lisbonne qui stipule :

Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite.

Sauver l’euro au prix du dernier grec vivant ?
 
Marc de Scitivaux, économiste, vs Natacha Valla, chef économiste de Goldman Sachs. (i>Télé, 5/06/11)
Il ne s’agit pas d’aider les Grecs !

 
Et les spéculateurs sur les marchés financiers le savaient bien, et d’ailleurs à chaque fois qu’ils bousculaient la Grèce, ce sont les actions des banques européennes qui ont le plus trinqué et parmi ces banques, ce sont les banques françaises qui sont les plus concernées".
 
La banque centrale Vs les peuples
 
Selon le vice-Premier grec, l'Allemagne « en spéculant contre les obligations de son partenaire et ami (Athènes), et en permettant aux institutions monétaires et de crédit de participer à ce jeu misérable », permet à « des gens en Allemagne de gagner de l'argent ».
 
La BCE se comporte comme un virus pire que la Fed..suffit d'écouter leurs propos pour se demander s'ils sont tous atteints de folies...
 
Non seulement cette Banque centrale travaille pour les banques, elle dépasse ses prérogatives et en plus ose dire via un de ses président : Augmenter les salaires serait "la dernière bêtise à faire" en Europe et nuirait à la réduction du chômage, a estimé, dimanche, le président de la BCE Jean-Claude Trichet, renouvelant ses mises en garde contre les "effets de second tour" liés à l'envolée des prix des matières premières. 
 
Et ce qui pointe à l'horizon c'est une future attaque contre le smic jugé trop élevé en France selon Bruxelles…
 
Donc en gros sauvons les banques après leurs avoir servi le pouvoir absolu et laissons les peuples crevés sous le seuil de pauvreté qui touche environ 17% des habitants des 27 pays membres de l’Union européenne, les enfants et les personnes âgés étant les plus en danger, et 10% de la population n’a pas les moyens de chauffer convenablement son domicile, selon une étude publiée par Eurostat .

La BCE est une source de paupérisation terrible pour les des peuples, on paye des politique de saccage de ce triumvirat profondément anti-démocratique qu’est l’union européenne le FMi, la BCE  des prédateurs comme les autres organismes censés être nos représentant mais qui au final votent des lois détruisant notre richesse et qui au fil du temps commence à mettre sérieusement en danger nos vies et à exaspérer de plus en plus en plus de peuples en Europe…
 
Au final je ferais une simple conclusion un peu comme dans l’article d’owen cité plus haut : « faire payer aux citoyens le prix de dettes d’origine privées et nationalisées pour éviter un effondrement total du système financier » est une escroquerie, c’est un crime d’ordre économique et je ne comprends pas comment une institution qui ne respecte même pas les traités puissent continuer à exister alors que tout montre qu’elle est un organe mis en place par des banques privées !!!
 
 
Articles conseillés :
 
Owen la bce fait obstruction à la démocratie
La faillite ineluctable des états...
 
Blogs :
 
U.E. totalitaire planifiée
 
Jacques Attali reconnaît le caractère délibérément totalitaire de l'UE

Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Clojea Clojea 4 juillet 2011 11:45

    La BCE comme le FMI sont des prédateurs. Faire main basse sur les richesses et l’économie d’un pays sous couvert d’altruisme.
    A + Lorelei 


    • lambda 4 juillet 2011 12:05

       si peu de voix de députés européens s’élèvent pour condamner les options imposées à l’UE par les banksters qu’il faut relever le courage de l’un d’eux : NIGEL FARAGE

      Il est le porte voix du peuple grec mais il semble être le seul

      à écouter et diffuser largement :

      http://www.renovatiotv.com/blog,nigel-farage-les-bons-a-rien-de-bruxelles-28-juin-2011,991664797.html


      • J-J-R 4 juillet 2011 12:50

        Info centrale de qualité. Merci Lorelei de nous faire connaitre le livre A-J Holbecq, co-auteur avec Philippe Derudder, de LA DETTE PUBLIQUE, UNE AFFAIRE RENTABLE. Je vais m’empresser de le lire. En outre, vos liens sont très instructifs.


        • plancherDesVaches 4 juillet 2011 14:16

          Petite remarque, Loreleï.
          Attali est un libertarien de la pire espèce.
          En effet, sa critique des institutions n’est qu’un populisme destiné à habiller sa soif de gains par des « conseils » judicieux.

          Plus généralement, toutes les banques centrales agissent de la sorte. Elles font comme toutes les banques, elles prêtent.
          Là où leur malaise est par contre évident, est qu’elles prêtent à un taux NEGATIF, vu l’inflation en cours.
          Ceci ajouté aux dettes de tous les états, je vous laisse imaginer comme « la crise est finie » [lagarde dixit]

          Désolé pour les fainéants et les peureux, mais nous allons être obligés de refaire un 1789 si nous voulons continuer à manger.


          • millesime 4 juillet 2011 22:45

            Il sera bien difficile de revenir sur l’article 123 du traité de Lisbonne car il faut l’unanimité de l’ensemble des pays membres de l’UE de sorte que c’est « inscrit dans le marbre » pratiquement
            d’autre part le « cartel bancaire » fera tout pour éviter que l’on revienne sur ce traité.
            voir ce qu’en a dit Jacques Attali.. !

            http://millesime.over-blog.com


            • Kessonfait ? 4 juillet 2011 22:47

              Salut lorelei,

              La BCE est la banque qui permet, aux banques privées cumulant les activités, d’évacuer les dettes de jeu contre de l’argent frais qui part à la spéculation contre les intérêts des population. Un tel fonctionnement n’est pas infini. La crise des subprimes ne devait pas toucher l’Europe, hors la périphérie l’a été de plein fouet et le centre à renflouer ses propres banques. Avec ce renflouement en Grèce, les mêmes banques le seront une nouvelles fois en échange d’une coupe budgétaire massive pour minimiser l’inflation. Or à ce petit jeu, ainsi que celui de la Fed, il n’est plus seulement question d’inflation mais d’hyperinflation à la Weimar 1923. De plus en plus d’argent en circulation et de moins en moins pour rembourser pour cause de privatisations et nationalisations des pertes.

              Il me semble évident qu’il ne s’agit pas seulement d’un combat contre une institution et ses alentours. La crise que nous traversons, est celle d’un système à l’agonie prêt à s’effondrer sous nos yeux informés en temps réel. Cette crise est financière et monétaire, civilisationnelle (dans l’organistion de la société et de sa culture) mais aussi de l’espèce humaine vis à vis de la nature (dans leur relation avec l’environnement proche de la Terre).
              Une fracture s’est ouverte au sein de l’oligarchie elle même pour colmater ce système. Or qu’on renfloue (hyperinflation) ou qu’on ne renfloue pas (faillite) rien n’empêchera l’effondrement de nos moyens de subvenir à nos besoins. Ce qui se passe en Grèce se propagera jusqu’à chez nous. Et si nous nous effondrons, comment le reste du monde pourrait y échapper étant donné l’interdépendance du système. Est- ce que la Chine aurait le temps de construire un marché intérieur pour compenser les pertes ? Je ne pense pas.

              Il n’y a pas besoin de mots pour comprendre la suite. Quelles solutions pouvons nous choisir ? As-tu des pistes à explorer ?


              • Lorelei Lorelei 5 juillet 2011 01:26

                Perso je pense qu’il s’agit du systeme lui même qui ne va pas sachant que ce dernier est justement ce qui permet l’existence de la bce...donc il faudrait pour commencer avoir une vraie démocratie


              • Kessonfait ? 6 juillet 2011 00:01

                Comment définirais-tu une vraie démocratie ?
                Comment y parvenir ?


              • Lorelei Lorelei 6 juillet 2011 00:30

                Une vraie démocratie commencerait par une constitution basée sur les droits de l’homme et on rajoute liberté de se soigner comme on veut, monnaie sous l’egide du peuple, avoir des députés de la société civile qui doivent jurer un codex très précis et quiconque se parjure est viré toute de suite et on doit aussi décider de notre systeme économique et ne plus rien laisser aux mains des financiers ni de quiconque tout sur la table


              • Kessonfait ? 6 juillet 2011 18:13

                Quelles sont les pistes pour y arriver ?


              • djonzs 5 juillet 2011 06:22

                Y a-t-il quelque chose de plus scandaleux que le prochain président probable de la BCE soit Mario Draghi, vice-président de Goldman Sachs lorsque celui-ci a aidé les Grecs à maquiller leurs comptes pour tromper l’UE ?

                Je ne puis concevoir qu’un type ayant sciemment participé à miner le système européen et vulnérabiliser un état membre (face aux marchés) puisse être mis à sa tête moins de dix ans plus tard. Quelle crédibilité a-t-il pour « sauver la Grèce » ? Comment exemplifier de manière plus crue et cynique que nos dirigeants n’ont effectivement et aucunement nos intérêts (l’intérêt du peuple) à l’esprit ? On ne peut voir là qu’une forme de continuité, celle de démanteler les mécanismes d’état au profit du marché, et en particuliers les institutions financières. L’initiative européenne a été détournée par une mafia financière qui n’a d’autre object que d’exploiter l’Europe jusqu’à sa liquidation totale. Il faudrait comprendre ces hommes et les idées qui les dirigent, il faudrait qu’on comprenne - et qu’on ouvre enfin les yeux - que leurs intérêts ne sont pas les nôtres.


                • Dark1 5 juillet 2011 10:18

                  Le système fonctionne parce que tous les citoyens sont consentants.Ils vous exploitent ,vous appauvrissent,vous violentent au quotidien,parce que vous le voulez bien .En plus ils viennent se prostituer pour obtenir votre voix afin de « légitimé » le viol qu’ils vous font subir .....et vous la leur donnez !!! Commencez par désobéir ! Un peu plus chaque jour ,un peu plus nombreux chaque jour et leur édifice s’écroulera parce que sans notre consentement à tous ils ne sont rien.


                  • ratapignata pascbert 5 juillet 2011 11:13

                     

                    Le problème ,c’est que la Conscience Citoyenne du peuple concernant la politique économique au sein de l’Europe est quasi nulle !
                    ( on se demande d’ailleur comment en 2005 ,les gens ont pu voter non ,mais bon )

                    Lorsque vous essayez d’avoir un discour sur le sujet précis ,peu de gens sont conscients de ce qui se passe réellement et croient sur parole les représentants politiques soit-disants élus démocratiquement (!) ,via les médias et le discour lénifiant de la pensée unique !

                    En France , l’UMPS +LE CENTRE+les Verts+ etc... nous disent depuis dix ans que l’Europe est l’unique solution à nos problème !

                    Donc, nous continuons à bouffer des tomates et des fraises espagnoles alors que nous avons historiquement un potentiel productif et qualitatif bien supérieurs ,par exemple...

                    La conscience politique des français se traduit presque exclusivement dans l’appréhension des problèmes d’émmigration , (merci JMLepen) alors, alors ,là , on est très costaud mais sur le plan économique ,du moment que leur petite épargne ou assurance-vie leur rapporte régulièrement , ils laissent carte blanche à nos représentants , c’est vrai pour la France ,c’est vrai pour l’ensempble des pays de l’UE ;


                    @loreleiPerso je pense qu’il s’agit du systeme lui même qui ne va pas sachant que ce dernier est justement ce qui permet l’existence de la bce...donc il faudrait pour commencer avoir une vraie démocratie

                    Oui, et donc ,le serpent se mord la queue ,car ne demandez surtout pas à l’oligarchie en place de faire un effort pour changer de constitution du style :

                    non mais quand mème ,on va pas lacher l’affaire alors que ça fonctionne à plein !!!"


                    • sisyphe sisyphe 5 juillet 2011 11:16

                      Mais ne vous inquiétez pas ; tout va aller de mieux en mieux, avec le nouveau directeur de le BCE : 

                      le sémillant Mario Draghi : 

                      Il a fait ses études à Rome chez les Jésuites. Licencié en économie et commerce à l’université de Rome « La Sapienza » en 1970, PhD en économie au Massachusetts Institute of Technology en 1976. Professeur universitaire à Florence et à Turin, il a été de 1991 à 2001 directeur général du Ministère du Trésor, chargé des privatisations. De 1993 à 2001 il a présidé le Comité pour les privatisations. A ce titre, il a été membre du conseil d’administrations de plusieurs banques et sociétés en phase de privatisation (EniIRIBanca Nazionale del Lavoro-BNL et IMI). De 2002 à 2005 il est le vice président pour l’Europe de Goldman Sachs, la quatrième banque d’affaires mondiale.

                      Des perspectives particulièrement réjouissantes, non ? 


                      • ratapignata pascbert 5 juillet 2011 11:23

                        http://fr.wikipedia.org/wiki/Nigel_Farage

                        Il est quand mème édifiant le discour de Nigel Farage depuis plusieurs années et je le découvre ! merci .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès