Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La bombe AAA retardement

La bombe AAA retardement

La perte du AAA français n’a guère de signification autre que médiatique. Cela fait deux mois maintenant que les taux d’intérêt touchant la dette française se sont alignés sur une classification AA+ voire même AA tout court, que la France devrait rejoindre dans les semaines à venir.

Ce qui frappe le plus quand on envisage les récents développements de la crise financière internationale, c’est l’impact d’accords secrets qui ont visiblement été signés en novembre dernier lors de la grave crise obligataire et de la flambée soudaine des taux d’intérêt.
D’abord cet accord manifeste signé entre les gouvernements et les agences de notation. Celles-ci se sont engagées – sous peine d’une guerre ouverte dont les menaçaient les États, soulevant contre elles les « peuples » (à la manière de Mélenchon) – à notifier les dégradations de notes non au fort de la crise mais à l’occasion d’une période de « redoux » telle que nous en connaissons une actuellement. Une indéniable détente sur les taux d’intérêt se fait sentir depuis une dizaine de jours, les bourses sont stables, le feu vert a donc été donné en ce moment approprié.


D’autres accords ont été signés entre les États et les banques centrales cette fois, et je suis très étonné (! !) que les commentateurs économiques aient gardé un silence complet à ce sujet. Voici la situation. Fin novembre 2011 (le 30), une intervention conjointe des six grandes banques centrales mondiales donne un grand coup d’arrêt à la crise obligataire marquée par une hausse ultra-rapide sur tous les taux, y compris les taux allemands, en mettant à la disposition des banques européennes, à prix réduit, toutes les devises dont elles pouvaient avoir besoin. Pourquoi cette solidarité soudaine, à un moment où la Banque centrale européenne persiste à refuser de faire fonctionner la planche à billets ? Et cela alors que tout le monde le demande. On sait que cette « solution » monétaire est l’arme principale adoptée par les États-Unis (les fameux Quantitative Easing) et par la Grande Bretagne pour la « relance » de l’économie. Au sein de la zone euro, les Français poussaient depuis belle lurette en ce sens mais se heurtaient à l’opposition résolue de l’Allemagne. L’impasse semblait totale.


Or voici qu’à la veille de Noël – pendant cette semaine de ruée vers les commerces – la BCE n’a certes pas fait fonctionner la planche à billets, ce qui aurait correspondu à un achat massif d’obligations d’État « pourries » pour injecter de nouvelles liquidités dans le système. Non, elle a fait mieux. Elle a « prêté  » 500 milliards d’euros à un taux de 1% pour trois ans (LTRO pour Long Term Repo Operation). En théorie pour que ces banques soient en mesure de refinancer les États. En fait pour soulager leurs problèmes de liquidité. Les banques ne se sont pas ruées au portillon pour refinancer les États, mais ne faisant plus face à des problèmes immédiats de liquidités, elles ont arrêté de vendre massivement de la dette souveraine et d’exercer ainsi une pression permanente sur le marché obligataire, prêt à s’effondrer et sur les taux en plein envol.
Que dire du fait que le traité européen, comme le soutiennent les Allemands, interdit le financement monétaire des États de la zone euro ? Simplement qu'il s’agit bien ici de faire fonctionner la planche à billet, MAIS de manière indirecte, puisque la BCE n’achète pas aux banques leurs obligations souveraines pourries, non, elle se contente de les recevoir en garantie de ses prêts, avec une décote qui n’est d’ailleurs pas précisée. Mais si l’on fait rouler ces prêts de trois en trois ans, l’effet est bien le même que celui d’une création monétaire… En outre, la prise de risque actuelle par la BCE, à travers le LTRO, correspond concrètement à monétiser la dette souveraine d’une manière détournée puisqu’in fine dans le cas du déclenchement des risques, la BCE sera obligée de « lancer la planche à billets ». Il y a donc autant de différence entre cette opération et un fonctionnement de la planche à billets qu’il y en a entre la contribution volontaire des banques au sauvetage de la Grèce et un défaut de l’État grec. Mais comme certains ne veulent pas parler de défaut, d’autres ne veulent pas entendre la planche à billets… d’où ces moyens ingénieux de les contenter. Words, words, words !
Si c’est donc bien la planche à billets que la BCE a fait fonctionner avant Noël, en annonçant en outre qu’elle renouvellerait cette opération en février prochain, il ne faut pas s’appeler Sherlock Holmes pour comprendre rétroactivement le coup de pouce donné fin novembre par les banques centrales à la zone euro. Ni s’étonner outre mesure du grand calme qui a régné pendant trois semaines sur les marchés et a permis à nos politiques et financiers de passer joyeusement « un dernier Noël avant l’Apocalypse ».


La principale nouvelle de ce vendredi 13 janvier n’est pas la perte du AAA français, non, c’est la rupture des négociations entre les banques et Athènes sur le règlement de la dette grecque. Il y a six mois on a commencé à envisager une décote de 25% sur les obligations grecques. Il y a trois mois un accord a été imaginé pour le règlement de la dette sur base d’une décote « volontaire » de 50%. Pour mener cet accord à bien (de façon réaliste), les négociateurs se sont aperçus qu’il faudrait pousser cette décote jusqu’à 60 voire 70%. Là, les banques ne marchent plus. Plutôt que la fiction d’un accord « volontaire » de renonciation à une partie de leurs créances, elles préfèrent carrément l’option d’un défaut grec déclaré. Car dans ce cas leurs assurances (les fameux CDS) fonctionneraient… et ouvriraient un nouveau gouffre béant dans la Phynance internationale ! Ceci n’est bien sûr qu’un rebondissement dans des manœuvres en cours, lesquelles doivent absolument aboutir avant le 21 mars.
On le voit, nous sommes en pleine « sortie de crise », comme nous le chantonnent en chœur commentateurs et politiques, tirant parti du calme relatif qui règne depuis au moins deux semaines sur les marchés financiers…
 Maltagliati

P.S. Et la campagne électorale dans tout cela ? Dans son message « funéraire » de vœux ce 31 décembre, le président pré-candidat a clairement donné le ton de sa campagne prochaine. Il parie clairement sur une aggravation de la crise dans les mois qui viennent (et il y contribuera donc !), crise dans laquelle il sera le candidat du réalisme et du courage contre les utopies et propositions démago-farfelues de M.Hollande, qui ne fait vraiment pas le poids (on ne peut lui donner tort sur ce point). Je vous ai dit mon sentiment sur cette campagne dans un autre article paru hier. Les commentateurs qui, sans lire vraiment cet article, ont voulu voir en moi un partisan de Bayrou se trompent ENTIÈREMENT. Je ne vous ai pas proposé de devenir partisans de Bayrou, je vous ai proposé de voter pour lui, machiavéliquement. Ce n’est pas nécessairement toujours les mêmes qui doivent rouler les autres… cela demande simplement de dépasser ses réflexes immédiats ! A bon entendeur.
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • spartacus1 spartacus1 14 janvier 2012 10:52

    Sarko, il y a 3-4 mois avait fait du maintien du AAA et de la règle d’or une machine de guerre contre l’opposition en général et le PS et particulier.

    Mais, le boomerang qu’il avait lancé à l’occasion lui revient en pleine poire.

    Sarko, c’est le président non pas du triple E (comme Echecs) mais multiples E.


    • Imhotep Imhotep 14 janvier 2012 12:12

      Erreur manifeste d’analyse dans le PS. Toute la stratégie préélectorale de Sarkozy était résumée dans le slogan : Sarkozy le président (voulant dire le compétent, celui qui dirige, celui qui a la stature) est le protecteur de la nation et des Français. Or cette stratégie ne fonctionnait que si la France gardait le triple A et que d’autres pays le perdaient. Sarkozy devenait un vrai protecteur dans la tourmente. Avec cette perte tout s’écroule et toute l’agitation brouillonne des derniers jours va ajouter à la forte dégradation de son image et son slogan bâti depuis des mois va couler avec le tout. Il sera très difficile de redresser la situation.


      En revanche on découvre que Fitch gardait sa confiance pour tout 2012. Le propriétaire de Fitch est un Français …

      • QUEL PAYS  !!!!!

        LA FRANCE PERD SON TRIPLE A

        mais recupere 2 pAndAs geants et chinois loués ou payes sur 10 ans...7500000 euros an

        quel mepris...de plus l’avion etat repeint avec des pandas peints......

        on marche sur la tete en SARKOZIE........................


      • OMAR 14 janvier 2012 15:19

        Omar 33

        Sarko en, juin 2012 ? AH AH AH.....


        • la FRANCE PERD LE TRIPLE A

           MAIS GARDE LE TRIPLE« CACA » DE SARKO.....5 ANS DE CONNERIES.ET D’ AFFAIRES.



          • ON PERD LE TRIPLE A

             mais on garde notre triple zéro ou triple zorro.la terreur CHOUCHOU GENTIL CANICHE DE

             CARLA ET MERKEL...


            • BA 14 janvier 2012 21:52

              Pronostic : cinq Etats du sud de l’Europe vont quitter la zone euro (Espagne, Italie, Portugal, Chypre, Grèce).

               

              - Les cinq Etats du sud de l’Europe continuent de se rapprocher du défaut de paiement.

               

              - Sont abaissées d’un cran les notes : de la France, qui tombe à AA+ sous perspective négative, de l’Autriche, qui tombe à AA+ sous perspective négative, de la Slovénie, de la Slovaquie et de Malte.

               

              - Standard and Poor’s abaisse de deux crans la note de l’Espagne, de l’Italie, du Portugal et de Chypre, tous les quatre avec perspective négative.

               

              - Les banques ont annoncé vendredi qu’elles suspendaient leurs négociations avec Athènes sur les modalités de la restructuration de la dette publique de la Grèce, et laissé entendre qu’elles pourraient revenir sur leur engagement à en effacer volontairement une grande partie.

              Grèce : taux des obligations à un an : 396,637 %.

              Grèce : taux des obligations à 2 ans : 163,237 %.

              Grèce : taux des obligations à 5 ans : 51,697 %.

              Grèce : taux des obligations à 10 ans : 34,364 %.

               

              - Conséquence : le FESF et le MES vont être dégradés.

               

              - Conséquence numéro 2 : le FESF et le MES seront incapables de sauver du défaut de paiement les cinq Etats du sud de l’Europe.

               

              La zone euro va exploser : les cinq Etats du sud de l’Europe ne pourront pas rester dans la zone euro.


              • Peretz Peretz 15 janvier 2012 11:11

                A l’auteur. je ne vois pas ce vient faire Bayrou dans cette histoire. Quelque soit le président élu, il aura les mains liées : ce ne sera pas lui qui sera aux manettes mais les banques, qui elles font tout pour gagner du temps, espérant d’ici la grande crise prochaine avoir suffisamment tiré les marrond du feu ? Et apprès ???


              • daily.logan 18 janvier 2012 06:53

                Il est vrai que les agences de notation sont totalement crédibles !

                Elles ont noté des actifs pourris AAA pendant des années ; étant payées par les banques qui leur demandaient la notation. Bonjour le conflit d’intérêt.

                Merci BA une fois encore pour cette non-info.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès