Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La Bourse : une machine infernale ?

La Bourse : une machine infernale ?

La Bourse s’affirme comme un élément incontournable des économies libérales qui permettrait de sortir de l’impasse d’une économie de l’endettement en proposant un financement direct. Mais que penser de prises de décisions stratégiques des PDG qui visent trop souvent à redonner confiance aux actionnaires plus qu’à améliorer la compétitivité ou la rentabilité de l’entreprise ?

Le mécanisme de cotation boursière joue à la fois un rôle d’indicateur de performance avec pour référence le CAC 40 et un rôle de financement direct par création de capitaux pour l’entreprise (sous forme de capitaux propres) et pour les actionnaires (avec des possibilités de fluctuations favorables du cours de l’action).

Si l’importance croissante des actionnaires permet de limiter le risque d’une gouvernance d’entreprise exclusivement technocratique en leur donnant plus qu’un droit de regard, elle les place dangereusement au cœur des préoccupations stratégiques des dirigeants. Que penser de prises de décisions qui visent à redonner confiance aux actionnaires plus qu’à améliorer la compétitivité ou la rentabilité de l’entreprise ?

Eh bien oui, il s’agit bien de confiance car chaque actionnaire va anticiper à court terme les performances de l’entreprise dont il détient des actions en se basant sur des considérations irrationnelles comme l’appartenance ou non à un secteur d’activité "que l’on juge généralement porteur" et construire ainsi, par le jeu de l’offre et de la demande, une nouvelle cotation boursière.

Certains théoriciens économiques comme Marx ou Ricardo condamnaient en leur temps au nom de la "valeur travail" la création de valeur par le capital, mais que penser d’un système économique et social qui fait de l’image ou de l’anticipation des créateurs de richesses ?

Il y a là à la fois une fragilisation de l’équilibre socio-économique et une perte de sens du mécanisme d’enrichissement qui vient se baser sur un nouveau type de performance : la performance boursière.

Comment parvenir à inspirer confiance par anticipation des résultats futurs à des millions d’actionnaires ?

Un exercice certes difficile mais qui relève d’un travail d’image d’entreprise plus que de la recherche de performance économique.

Si certaines considérations pseudorationnelles peuvent permettre a posteriori d’interpréter de façon grossière et ponctuelle certaines évolutions de cours boursiers, ces évolutions restent dans leur grande majorité hors de portée de toute modélisation. Certains vous répondront que c’est précisément, avec le cadre juridique et le délit d’initié, ce qui garantit le bon fonctionnement du marché.

Mais peut-on réellement parler de "bon" fonctionnement lorsqu’un système contribue à la propagation de crises ou d’embellies sectorielles par effet de mode et d’anticipation et également à l’apparition de véritables bulles spéculatives dont les effets dépassent toute considération de rentabilité ou de compétitivité ?

Le cas des NTIC*, et plus récemment celui d’Enron vont complètement dans ce sens. En effet, dans le cas d’Enron, nous avons pu constater que consécutivement à l’une des plus grosses faillites frauduleuses de l’histoire économique américaine, les autres entreprises du même secteur d’activité ont connu une chute brutale de leurs cours boursiers par effet domino. Nous réalisons ainsi le manque de crédibilité et donc le rôle marginal des évaluations des agences de notations financières qui auraient pu être des indicateurs plus objectifs de la performance économique.

Placer au centre d’un système économique un mécanisme boursier de financement des entreprises qui se base sur des croyances et des anticipations relève d’une forme d’obscurantisme et de fuite en avant où la recherche de la création spéculative de richesses vient directement fragiliser l’équilibre économique et social de nos démocraties.

*Les NTIC : Les Nouvelles Technologies de l’information et de la communication


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 2 juillet 2007 12:07

    Avant toutes choses,le gardien du temple,la COB devrait pouvoir faire un travail comme la SEC (américaine) avec le pouvoir d’engager des poursuites.

    En France,nous avons à la tête de la COB un courtisan de Me Chirac,qui ne voit rien,à l’exception de son salaire à la fin du mois et de ses avantages personnels.

    L’information économique coûte chere et elle est au coeur même du système économique.

    Les actionnaires sont réalistes,en Bourse,car ils lisent les informations que des « journalistes économiques » leur donne et il faut pas chercher à les prendre pour des anes comme vous semblez le faire.

    Ces « journalistes » disposent d’une carte de journaliste pour avoir le droit et les avantages de diffuser de l’information.

    Seulement,si cette information n’est pas traitée objectivement mais orienté comme cela avait été le cas voici quelques années ,nous avons donc une fuite en avant spéculative (acheter,acheter,acheter,le chiffre d’affaire +120% ...........................) La liste est longue

    Pourquoi la responsabilité de ces « journalistes » n’est-elle jamais engagée pour diffusion d’informations non vérifiées ?

    Si nous faisons le paralléle avec les USA,l’ex pdg d’ENRON dort en prison (non ?) et Mr Messier ????


    • NPM 2 juillet 2007 12:10

      « En France,nous avons à la tête de la COB un courtisan de Me Chirac,qui ne voit rien,à l’exception de son salaire à la fin du mois et de ses avantages personnels. »

      ==>La COB n’existe plus depuis un bout de temps.

      « Si nous faisons le paralléle avec les USA,l’ex pdg d’ENRON dort en prison (non ?) et Mr Messier ? ? ? ? »

      Messier n’a jamais saboté (litéralement) le réseau electrique de la californie !


    • LE CHAT LE CHAT 2 juillet 2007 12:22

      la bourse , c’est le PMU du riche !


      • moebius 2 juillet 2007 12:34

        Est riche celui qui gagne, pauvre celui qui perd


        • moebius 2 juillet 2007 12:36

          Comme c’est profond ! Non ?


        • moebius 2 juillet 2007 12:51

          Chez les plus riches la part du revenu boursier est certainement plus importante que celle provenant de son travail. Mais son systéme éthique repose sur la valeur travail. Le pauvre travaille beaucoup, ne s’enrichie pas beaucoup, vote Sarkosy et joue au PMU


        • moebius 2 juillet 2007 12:53

          IL compte aussi résiller son abonnement EDF pour faire jouer la concurence


        • JL JL 4 juillet 2007 11:37

          moebius, vous le faites exprès, ces commentaires successifs ? C’est quasi systématique chez vous, c’est pour remplir la « liste des 10 derniers » à vous tout seul et masquer les autres ? savez-vous qu’on est en droit de considérer que c’est de l’abus de ressources, du sabotage de forum ?


        • judel.66 2 juillet 2007 19:19

          le chat..habituellement j’aime bien vos commentaires ; je n’aime pas celui ci ... la bourse ne peut etre le pmu que pour des .......... .et pour des ............... .qui ecoutent leur banquier : achetez ça !! il faut savoir que le banquier vous conseillera toujours ce qu’on lui a prescrit de faire acheter ou de faire vendre ....avec un minimum de culture economique et de lecture de journaux financiers tels :lesechos ,etc ,il est possible de se faire une opinion sur certaines valeurs sérieuses ,bien connues,telles ;essilor,ciments lafarge,danone ,etc que vous pouvez suivre tous les jours , que vous connaissez ,qui n’ont rien de speculatif ,ni d’inconsidéré...bien sur ,il y a toujours un risque ,mais il est quand meme plus limité avec : total ,par exemple ,qu’avec zambia cooper !! il faut choisir le risque que l’on peut accepter ; il y a en bourse ce que l’on appelle des valeurs de père de famille...que je vous conseille de mettre dans un PEA si vous pouvez attendre au moins 5 ans pour les réaliser sans plus values et sans declaration de dividendes dans votre revenu ....bien sur ,le pea comme tout votre patrimoine entre dans l’ISF ,et ça ,pour la France , c’est la catastrophe épouvantail...

          c’est hors sujet mais il faut le savoir aussi..la bourse Française appartient a présent pour plus de 50% a des financiers etrangers ((arcelor avalé par mittal !!!))et pourquoi la France est elle a vendre ???parceque les Français qui le pourraient ne placent plus leur argent en France et cet argent ne fait pas travailler l’ouvrier Français ,ne construit pas du locatif en France ,l’emploi Français est fragilisé a la merci de l’actionnaire etranger qui rapatie ses dividendes sans payer un seul impot en France....isf + csg = chomage et crise du logement + ruine de la France qui devient de + en + une colonie de la finance internationale ..

          visiblement, sauf Strauss-khann ,ni les socialistes, ni Sarco n’ont compris ça ..désolé de ce hors sujet !!!


          • Forest Ent Forest Ent 2 juillet 2007 23:16

            Il ne faut pas casser le thermomètre parce qu’on a de la température. La Bourse n’est que le révélateur des désordres économiques mondiaux, et a l’avantage de les rendre visibles.

            Depuis un an, on voit un basculement de la cotation vers des hedges funds. Résultat : il n’y a plus de S-Ox, plus de SEC files, plus de ratio Cooke, plus aucune transparence, beaucoup moins de couverture globale du risque systémique, etc... Qu’y gagnons-nous ?

            Les vrais problèmes (à mon avis) ce sont l’évasion fiscale, la corruption, le manque de contrôle du sur-leverage, la mondialisation financière quoi ...

            Ce n’est pas d’abord sur Bouygues ou Exxon qu’il faut taper parce qu’ils se font du pognon sur le dos du contribuable. C’est d’abord sur des gens comme Bush et Berluskozy qui les y aident, et en tirent bénéfice d’une manière ou d’une autre.


            • L'enfoiré L’enfoiré 3 juillet 2007 10:05

              @Ekmek,

              Bon article. J’ai eu dans le passé un article en 2005 qui s’intitulait « Spéculons en paix » (URL) qui pourrait intéresser. J’en ai un autre en préparation. Ton article y sera mentionné. smiley


              • JL JL 4 juillet 2007 11:52

                Pour ma part je pense que cette institution qu’est la bourse dans le contexte de la mondialisation libérale n’est pas compatible avec la santé des états nations. Les peuples dont la seule richesse est la nation, qui ont pourtant fait par leur travail et leur génie les fortunes actuelles, sont les grands perdants de ce sport de nantis pour ne pas dire, prédateurs (le Loto, le PMU par comparaison sont des sports de pauvres).

                Tant que les transactions boursières ne seront pas taxées, cette institution sera une injure au bon sens et à la justice sociale. Je suis écoeuré quand j’entend parler de ’prises de bénéfices’ !


                • marc berger marc berger 4 juillet 2007 13:01

                  Trés bon article ! Nous le savons bien la richesse ne se crée pas elle se distribue, quand quelqu’un gagne quelque chose c’est forcément au détriment d’un autre. Que ce soit un individu ou un collectif les règles sont les mêmes.

                  Ce qui me gène profondément dans le système boursier c’est qu’une partie des actions ne soient pas distribuées aux salariés, c’est à dire à ceux qui vont ou non augmenter la valorisation de l’entreprise par leur travail, mais à ceux qui peuvent acheter des actions et qui n’auront absolument aucune responsabilité dans la productivité de ces dernières.

                  Cela m’amuse souvent de penser à tous ces vieux américains qui récupèrent le fruit du travail des agents productifs de l’entreprise ! ils me font penser à des doryphores ou autrement dit à des parasites qui n’auront comme fonction que de récupérer le fruit du travail des autres ! est ce normal ?

                  Le système boursier n’est que le « mac » de l’entreprise ni plus ni moins, qui ne vient que pour relever les compteurs et mettre quelques baffes aux péripatéticiennes qui n’auraient pas bien travaillé !

                  Je pense malgré tout qu’en intégrant quelques regles, ce système pourrait permettre d’un coté aux salariés d’avoir en plus du salaire une forme de rémunération au mérite, et de l’autre permettre aux actionnaires extérieurs a l’entreprise d’investir dans des sociétés (et des HOMMES qui la compose) en qui ils voient une activité a soutenir et non une « pompe à fric ».

                  La spéculation qui n’a que pour objet le seul enrichissement personnel devrait être à proscrire, on oublie bien trop souvent que derrière tout cela il y a des humains....


                  • judel.66 8 juillet 2007 22:09

                    Marc Berger .De Gaulle avait bien vu ce qui vous choque il souhaitait une association capital-travail et n’a pas réussi a franchir les barrages des syndicats ...un ouvrier actionnaire risquerait de ne pas réagir aux consignes syndicales comme un prolétaire !!!!maintenant les syndicats sont demythifiés et n’ont plus le poids qu’ils avaient ; d’ou la réussite du PERCO !!ce système conduit progressivement a un actionnariat ouvrier mais pour des raisons inavouées diverses il n’a pas la publicité qu’il mérite dans le monde du travail....

                    vous avez tort de critiquer la rentabilité de l’argent placé dans une entreprise ; sans argent pas d"entreprise pas de travail ,voyez ce qui se passe maitenant dans notre France a vendre ..a cause de notre fiscalité et plus particulièrement a cause de l’épouvantail ISF il n’y a presque plus d’investissement Français en France et les entreprises Françaises appartiennent pour presque plus de 50% a des investisseurs etrangers (la bourse aussi)....ces investisseurs et actionnaires etrangers rapatrient leurs dividendes sans payer un seul impot en France ...l’emploi Français est fragilisé et la France se ruine petit a petit...si vous effarouchez le capital Français il s’enfuit et ne fait pas travailler en France , ne construit pas du locatif en France d’où chomage et crise du logement..il n’y a que stauss-khann qui avait compris ça .. ni sarco avec son bouclier-copinage , nila gauche obtuse et bornée ne l’ont compris.......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Ekmek


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès