Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La bulle pétrolière, une arme de destruction massive de la demande

La bulle pétrolière, une arme de destruction massive de la demande

De nombreux acteurs du marché du pétrole tentent actuellement de faire monter très haut le prix du pétrole pour des raisons qui pourraient dépasser le simple appât du gain.

En mars 2005, alors que le baril se monnayait encore moins de $50, Arjun Murti, analyste de la banque d’investissement Goldman Sachs, inventait le concept de super-spike (super-hausse) pour le prix du pétrole. Il annonçait que le prix ne tarderait pas à atteindre les $105.

Il n’avait pas tort, même s’il a fallu trois ans pour que cette prophétie se réalise.

Mais, à plus court terme, l’objectif réel fut atteint : conforter le caractère haussier du marché du pétrole. Durant tout le deuxième trimestre 2005, le baril ne cessera de voir son prix franchir des records. Et il faudra que Katrina/Rita frappent catastrophiquement les côtes de Louisiane pour que la bulle pétrolière se dégonfle brutalement, à la fin de l’été 2005. La demande en pétrole brut se contracta en effet brutalement, suite à l’arrêt inopiné et prolongé de plusieurs grandes raffineries dans le Sud des Etats-Unis.

 
La bulle pétrolière ayant repris du poil de la bête, une version 2.0 de la prophétie, appelée cette fois-ci hyper-spike (hyper-hausse), vient de sortir. Selon le journal Les Echos : "Aux yeux d’Arjun N. Murti et de ses collègues de Goldman Sachs, il est pourtant nécessaire que les prix non seulement atteignent des niveaux élevés, mais grimpent vite et fort, pour que cela calme vraiment la demande. Sinon, les utilisateurs ne réagissent pas vraiment. Or, souligne Goldman Sachs, compte tenu de la faible croissance de l’offre, il faut rationner les consommateurs, pour reconstituer un écart sensible entre la capacité de production et les besoins mondiaux."


La banque d’investissement prévoit - ou devrait-on plutôt dire suggère ? - que le cours monte jusqu’à 150-200 dollars "d’ici six mois à deux ans". Selon l’Usine Nouvelle, il s’agirait même d’une moyenne annuelle de $200 sur 2009, ce qui signifie que le record journalier pourrait être encore bien supérieur. Puis le cours redescendra gentiment à $75 en 2011.

Mais, si cette bouffée de fièvre ne se produit pas, le prix du baril restera accroché aux niveaux actuels, voire s’appréciera encore lentement.
 
Autrement dit, la banque d’investissement propose aux spéculateurs de joindre l’utile à l’agréable. D’une part, poursuivre le rythme haussier actuel, voire l’amplifier encore, pour continuer à toucher quelques sympathiques plus-values. D’autre part, en amenant ainsi le baril à des niveaux insupportables pour certaines économies émergentes, provoquer une destruction massive de la demande... en Asie par exemple. Le baril reviendra ainsi à des valeurs plus raisonnables, et les 4x4 pourront continuer à rouler impunément sur les macadams occidentaux - sans parler de l’aviation civile, aujourd’hui proche de l’agonie.

S’agit-il d’un simple et terrible exemple du cynisme glacial caractéristique du capitalisme financier qui régit notre époque, ou bien d’une action de "bombardement psychologique", décidée en plus haut lieu dans le cadre de la Deuxième Guerre Froide ? Car, en parallèle, aussi bien le Department of Energy états-unien que le Cambridge Energy Research Associates (CERA) relèvent leurs prévisions de prix à des valeurs inhabituellement hautes : $108 en moyenne pour le DoE, et une pointe à $150 en vue pour Daniel Yergin, le médiatique président du CERA. Or, ces deux sources, proches du gouvernement, avaient plutôt l’habitude de calmer le jeu en annonçant des valeurs parfois si basses qu’elles frisaient le ridicule.

Pour certains, il est sans doute plus que temps de casser l’arrogante croissance chinoise, nourrie notamment par un pétrole peu taxé : rappelons qu’en Chine, le litre d’essence se paie encore moins cher qu’aux Etats-Unis.

Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • geko 9 mai 2008 10:49

    "La demande en pétrole brut se contracta en effet brutalement, suite à l’arrêt inopiné et prolongé de plusieurs grandes raffineries dans le Sud des Etats-Unis."

    C’est pas plutôt l’Offre si les raffineries ne fonctionnent plus ?


    • Aerobar Films Aerobar Films 9 mai 2008 20:04

      Ben non, les raffineries demandent du pétrole brut... Mais il est exact qu’elles offrent des produits pétroliers


    • ZEN ZEN 9 mai 2008 11:29

      La guerre du pétrole a déjà commencé...

      Beaucoup de paramètres entre en jeu : la spéculation , bien sûr, mais objectivement nous sommes confrontés à un montée inexorable des prix , malgré des variations épisodiques.

      Les réserves s’épuisent , la demande croît . On se rapproche non pas de la fin du pétrole, mais du pétrole hors de prix , lourd de conflits potentiels , car tout ou presque dépend du pétrole : transports, agriculture...La liste est interminable des produits dérivés du pétrole . Consultez Aspo-France , le site de Jancovici

       

      Arabie Saoudite >des réserves qui s’effritent

      Le pétrole a toujours été le principal enjeu planétaire et pourtant, aujourd’hui comme hier, il reste entouré de nombreux mystère. Pour la première fois, ce livre révèle ce qui a été soigneusement dissimulé aux opinions publiques : Pourquoi le fameux choc pétrolier de 1973 n’était qu’une manipulation, le résultat d’une entente entre les pays de l’OPEP et les grandes compagnies pétrolières. Pourquoi les chiffres concernant les réserves mondiales dé pétrole sont totalement faux, volontairement grossis par les pays producteurs. En Arabie Saoudite et en Russie, les montants exacts relèvent même du secret d’Etat. Comment Washington a utilisé l’arme du pétrole saoudien pour provoquer l’effondrement de l’Union soviétique. Pourquoi, dès mars 2001, six mois avant le 11 septembre, des cartes de L’Irak sur lesquelles étaient tracées les futures explorations pétrolières servaient de documents de travail au vice-président Cheney et à des responsables pétroliers, au sein du groupe surnommé " la société secrète ". La Face cachée du pétrole est le résultat d’une longue enquête qui a conduit Eric Laurent - auteur notamment de La Guerre des Bush - en Chine, en Asie centrale, dans la zone de la mer Caspienne et dans le golfe Persique.

      Pétrole Russe : Game Over ?

      -Penser la crise pétrolière


      • ZEN ZEN 9 mai 2008 11:52

        Pour suivre l’évolution des réserves et faire le point par delà les diverses désinformations...

        Terre de brut me semble un site bien informé

        Cet article va à l’essentiel, de manière assez simple :

        http://travail-chomage.site.voila.fr/energie/fin_petrole.htm


        • ZEN ZEN 9 mai 2008 12:08

          @ L’auteur

          S’il était dans les projets des USA d’abattre la puissance montante de la Chine par l’arme du pétrole , ils se mettraient directement en grave péril économique , tant les économies sont maintenant imbriquées...

          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=12980


          • Dominique Larchey-Wendling 9 mai 2008 12:37

            Lorsque vous entendez l’expression "destruction de la demande" ("demand destruction" en anglais), je vous suggère de vous posez la question "qui va être détruit" ("who gets destroyed") ...

             

            Quelle est à votre avis l’économie la plus dépendante du pétrole, càd la plus énergivore ? Peut-on sauvez la grande démocratie ?


            • ZEN ZEN 9 mai 2008 12:38

              Je m’excuse d’accaparer tout l’espace de discussion, mais ce problème me hante , au point parfois de m’empêcher de dormir ..Les politiques sont sur ce sujet d’une inconscience coupable...Le résultat de ce aveuglement risque d’être tragique...

              J’espère que je suis trop pessimiste...

               

              Le pétrole est LE problème...

              Imaginons un monde sans pétrole....
              Eatoill.pdf

              La fin du pétrole


              • geko 9 mai 2008 14:16

                @Dom22 merci de votre précision, comme quoi la demande finale importe peu dans cette histoire !

                Merci pour les liens Zen. Le barril à 125$ aujourd’hui !

                On pourrait se réjouir de l’augmentation du prix du pétrole sur un plan purement écologique mais cette augmentation va relancer l’exploitation du charbon dont les émissions de CO2 sont beaucoup plus importantes, il est prévu de réouvrir des puits en GB.

                Ce que je ne comprends pas c’est qu’aucun grand projet de recherche européen ne soit lancé sur les énergies alternatives ? On a pourtant été capable de poser des milliards sur la table pour le nucléaire !

                Nos politiques ne semblent guère sans soucier pourtant la fin du pétrole signifie la fin de notre civilisation ?


                • Faith 9 mai 2008 14:30

                  "Ce que je ne comprends pas c’est qu’aucun grand projet de recherche européen ne soit lancé sur les énergies alternatives"

                  Et Iter avec la fusion ? c’est pas une énergie alternative, peut-être ?

                   


                • geko 9 mai 2008 14:53

                  vous avez oublié thermonucléaire est le continuum de l’exploitation du nucléaire !

                  Si on avait investi autant de capitaux dans le solaire ou les marée que dans le nucléaire nous aurions peut être déjà des solutions économiquement viables !


                • Faith 9 mai 2008 15:18

                  "vous avez oublié thermonucléaire est le continuum de l’exploitation du nucléaire !"

                  Le potentiel de la fusion est sans commune mesure avec le nucléaire "traditionnel". Ca marche bien une rupture avec celui ci. De toute façon, le nucléaire "traditionnel" est lui aussi une alternative au pétrole, hélas trop réduite.

                  "Si on avait investi autant de capitaux dans le solaire ou les marée que dans le nucléaire nous aurions peut être déjà des solutions économiquement viables !"

                  Le mot essentiel de cette phrase : "peut-être". Aujourd’hui, le nucléaire fonctionne (pas de peut-être) et est économiquement viable. Alors peut-être qu’une autre stratégie d’investissement aurait été aussi bien (mieux ?) que celle qui a été faite, mais on en n’a aucune idée.

                  Les ENR posent pas mal de problèmes. En particulier celui qu’aucune n’est une solution suffisante à elle seule, et donc pour avoir une solution viable, il faut booster la recherche dans de nombreux domaines relativement indépendants les uns des autres (éolien, marée-moteur, solaire, ...). Et il faut avoir des résultats très positifs dans plusieurs d’entre eux.

                  Bref, c’est compliqué.


                • Frédéric Guinot Frédéric Guinot 9 mai 2008 14:24

                  A force d’observer les réactions des analystes des cours du pétrole, j’en ai tiré la conclusion que pour eux, le présent est durable...

                  Lorsque les prix du pétrole étaient bas, dans les années 90, ils devaient le rester sur le long terme car les capacités de production étaient là, qu’il y avait une demande pour une énergie bon marché, que les progrès technologiques allaient diminuer les coûts, etc..., etc...

                  Lorsque les prix du pétrole sont stables, ils doivent rester à ce niveau car, l’offre ceci, la demande cela, etc...

                  Quand on est sur une forte pente haussière, ça va continuer à monter car le pic pétrolier, les chinois, les tensions internationales, etc....

                  Bref, personne n’avait prévu la chute dramatique des cours à la fin des années 90 (et son corrolaire de licenciements dans le secteur), ni la forte reprise au début des années 2000, ni la hausse spectaculaire de cette dernière année. Personne n’en sait fichtre rien. Tout ce qu’on sait, c’est que le pétrole est une ressource limitée et qu’il faudra bien qu’on s’en désintoxique.

                  Car nos sociétés sont droguées au pétrole, et quand on ne peut plus se payer sa drogue, on devient agressif, on va piquer le sac à main de la vieille, plutôt que de renoncer à sa piquouse. Iran, Irak, Venezuela, Nigeria, les tensions voire la violence sont déjà là. La destruction massive ne sera surement pas celle de la demande... le danger est autrement plus pressant.


                  • katalizeur 9 mai 2008 15:01

                    question aux specialistes :

                    la hausse du petrole donc des revenus petroliers peuvent ils eponger une partie de la masse monetaire (dollars) dealeé par les neocons et par ce biais nous eviter une crise systemique ?

                    merci pour la reponse a neophite que je suis


                    • Patience Patience 11 mai 2008 02:56

                      Je ne suis pas spécialiste, mais la réponse à votre question pourrait expliquer bien des mystères autour du prix du baril.

                      Il est certain que la flambée actuelle des cours doit répondre à un objectif précis.

                      Lequel ?

                      Le but n’est certainement pas d’enrichir des pays producteurs comme l’Iran, la Russie ou le Venezuela. Par contre, faire absorber par le marché pétrolier, de manière temporaire, une grande quantité de dollar, pour RETARDER une dévaluation massive, me semble être une excellente raison. D’autant que, lorsque la dévaluation aura lieu, elle touchera surtout les pays qui auront accumulé des montagnes de billets verts.

                      La Chine, concernée elle aussi, risque de voir rouge..., mais pourrait bien ne pas s’en remettre.

                      Attendons donc que W. Bush quitte la Maison-blanche. Je pense que le dénouement devrait se jouer lorsque les spéculateurs à la manoeuvre commenceront à vendre un peu trop de dollars.


                    • GobinD GobinD 9 mai 2008 15:10

                       

                      Bulle pétrolière, est un terme économique, comme si l’économie devait tout régir, elle est surtout un reflet de l’appétit sans fond (mais pas sans fonds), sans morale, sans cerveau, de l’homme . Une infime minorité d’homo sapiens (sapiens en tant que sagesse, quelle erreur !)  spécule sur le pétrole, sur le blé, le riz, et on laisse faire. Les étatsuniens dépensent des 10aines de Mds$ pour l’irak au lieu de faire de la recherche sur le paludisme, le Sida et autres maladies, et on s’en tape.. Nous sommes des sapiens dociles, soumis, asservis, pris dans le tourbillon du tripalium, on roule en 4*4 vers un amassement de biens matériels  sans penser que la terre est un prêt de nos petits enfants, que nous suçons le pétrole en quelques millisecondes à l’aune de l’âge de la terre à 24H, entrain de bruler cette énergie qui a mis elle un peu plus d’1/2h pour se fabriquer, alors que l’homme lui vit depuis 2mn. Que nous sommes entrain de tuer la biodiversité, ce qui est probablement encore plus inquiétant que la pollution qui entraine déjà  à sa perte la vie humaine. Alors merde à l’économie qui nous bouffe la vie, je veux un tableau de bord à l’a mode Bhoutanaise, qui nous donne l’état de bien être de nos concitoyens, je vois d’ici les publicitaires de tous poils se bousculer auprès de nos politiques pour leur enseigner comment nous faire croire que nous sommes heureux dans le meilleur des mondes, merci Aldous. Oh putain je me sens énervé ces temps ci, il y a quelques temps je contrais tous les ecclésiastes de toute religion, aujourd’hui j’ai tendance à taper sur les économistes, qui ont tous également leur religion, le libéralisme, le keynésianisme, , leblairisme, le je peux pas blairisme ce mec là, le je te pique le fricisme, le je te pompisme tout le pétrole , le je te fais monter le prix du bléisme et du rizisme, le je te joue 5md€sisme à la bourse (« ah c’était pour du vrai » dit JK quand son père lui coupe son ordinateur), le je te subprimisme ta baraque, bref une non science exacte, plutôt une explication a ma fille de l’économie : dit tu sais que c’est des grands mots et des tonnes de chiffres pour faire croire que je suis important , alors que je suis tout simplement entrain de t’exploiter pour mon bien personnel … Quand j’entends JM S et B M sur Franceinter en débat avec des positions radicalement opposée, des explications sur la situation économique qui se font front(et non pas froufrou), mais qui a raison ? personne sans aucun doute, mais ça fait des consos sans clope au café du commerce. Alors cette bulle reflète t’elle une chronique de fin annoncée des ressources pétrolières, ou tout simplement le degré d’avidité des économistes ?


                      • Imhotep Imhotep 9 mai 2008 17:25

                         Vous avez une vue simpliste et manichéenne des choses vous permettent de considérer votre générosité et votre vue de la vie comme la seule acceptable et finalement de vous sentir bien dans votre peau de donneur de leçons. Les USA engendrent sur leur propre territoire des actions contradictoires. Pour ne citer que les deux hommes les plus riches au monde, Bill Gate et Warren Buffet, tous deux donnent pour des fondations ont donné plus que le coût de la guerre en Irak : actifs proches de 30 milliards de dollars, objet entre autres la vaccination (tout le contraire de vos affirmations). Alors ne caricaturez pas, et ne simplifiez pas.


                      • Patience Patience 11 mai 2008 03:34

                        Vous devriez réviser vos chiffres sur le cout de la guerre en Irak.


                      • wesson wesson 12 mai 2008 05:31

                        @imhotep

                        "Bill Gate et Warren Buffet, tous deux donnent pour des fondations ont donné plus que le coût de la guerre en Irak"

                        Et bien allons vérifier cela :

                        Bill Gates a donné à sa discutable fondation 28.8 Milliards de Dollars (source Wikipedia).

                        Warren buffet a pour sa part mis 37,1 Milliards au pot (Source : dépêche Reuters)

                        Selon une estimation de Josef E. Stiglitz (prix nobel d’économie), le cout de la guerre d’irak (celle qui est terminée, pas la 2ème qui est encore en cours, et dont le cout final n’est pas encore connu) se situe au dessus de 2000 Milliards de Dollars (source : dépêche Reuters reprise par le monde du 10 janvier 2006)

                        Selon votre logique très particulière, 65.9 est donc supérieur à 2000. Les lecteurs apprécieront. Pour ma part, mon cher Imhotep, je pense que vous racontez n’importe quoi !

                         

                        En prime, pour ceux qui n’aurait pas compris la cause de la soudaine phylantropie de ces nababs : laisser toute la tirelire à la marmaille, c’est risquer de se voir trop d’actions en vente, un coup à faire fondre la capitalisation boursière de l’entreprise ça !. C’est donc une obligation pour ces ultra-riches de refiler un super paquet d’action à une fondation qui ne claquera pas tout sur le coup de tête d’un fin de race. Ne pas confondre avec un VRAI phylantrope, qui ne se garderai pas une poignée de milliards pour ses vieux jours.


                      • JL JL 12 mai 2008 07:58

                        @ imothep je plussoie Wesson : Ce discours concernant les dons aux œuvres et les fondations est typique du discours libéral.

                        Se fier à la générosité des donateurs pour les investissements sociaux c’est faire de l’angélisme : l’argent public, celui des pauvres parce que provenant des taxes pour faire la guerre et le maintien de l’ordre, et l’argent du mécénat pour les universités, des fondations communautaires voire sectaires, quand ce n’est pas un monument à la gloire du mécène. Lesquels mécènes sont exonérés d’impôts par la nation reconnaissante !

                         


                      • tvargentine.com lerma 9 mai 2008 16:18

                        Cette bulle est tout simplement la conséquence du transfert des fonds spéculatifs du marché boursier sur les marchés des matières premières et l’occasion de récuperer les sommes perdues durant les années noires du dégonflement de la bulle internet.

                        Soyons très réaliste,cette bulle est tres dangereuse car une fois de plus,les fonds spéculatifs sont principalement alimentées en soutien par des banques qui elles mêmes disposent du soutien GRATUIT des banques centrales !

                        Les "études" sur la raison (Chine,Inde ,réchauffement climatique...) ne sont que pour "creer" un environnement favorable à un marché spéculatif

                        Rappelons nous d’ailleurs au temps de l’URSS,en 1976,les sovietiques avaient annoncés des récoltes de blé exceptionnel,ce qui avait entrainé la chute du cour du blé et les russes ont ramassé le grain pour une poignée de riz (si j’ose dire)

                        Les Russes avaient tout simplement donnée une fausse information,pour ne pas payer au prix fort le blé américain

                        Il faut retenir la leçon des "informations" qui ne reposent que sur des lobbys pro-spéculatif car financés par eux

                         


                        • katalizeur 9 mai 2008 16:39

                          @lerma je vous plus car je n’arrivais pas a formuler la chose merci enfin c’est presque ça

                          je vous precise que je ne suis qu’un maçon immigré donc limité sur le plan intellectuel,et comme j’ecris tres mal c’est ma fille de 12 ans que se charge de taper se que je suis dicte la borieusement

                          merci pour votre comprehention


                        • Rayves 9 mai 2008 16:48

                          "Vive le pétrole cher tueur de 4X4" écrivait hier Bernard Maris dans Marianne2.fr (Enfin un économiste qui se préoccupe d’environnement) www.marianne2.fr/Vive-le-petrole-cher,-tueur-de-4X4_a86946.html

                          Notre dépendance au pétrole est devenue dramatique. Cette hausse va-t-elle enfin nous faire prendre conscience de la nécessaire évolution de notre mode de vie ? Il serait temps !


                          • tvargentine.com lerma 9 mai 2008 17:15

                            Oui,c’est sur que pour Me ROYAL,la crise financière qui se déroule sous nos yeux depuis plusieurs mois n’existe pas.

                            Constatons que les annonces des compagnies financières sont de plus en plus préocupantes http://fr.news.yahoo.com/afp/20080509/tbs-usa-marches-bourse-newyork-lead-f41e315.html

                            et qu’ils sont peut etre partis dans une fuite en avant pour récuperer ce qu’ils ont perdu de l’autre coté

                            Ou est la traçabilité des spéculateurs ?

                            Il convient de poser la question à Mr Trichet

                             


                            • geko 9 mai 2008 18:33

                              Il n’y aurait pas un expert qui nous dise quand on aura atteind le PickLerma ? 


                            • Jason Jason 9 mai 2008 18:09

                              Merci pour cet article, mais à part l’énergie regardez ce qui nous attend avec la modeste liste ci-dessous.

                              Vous avez oublié un usage du pétrole dans la vie de tous les jours à part les transports. il suffit d’aller faire un tour sur un moteur de recherches sous la rubrique : dérivés du pétrole. C’est très édifiant.
                              http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article451&nbsp ; (petit exemple entre autres).

                              "Tout ce qui est en plastique est-il fait à partir de pétrole ?


                              - Pots de yaourts, bidons de détergents, bouteilles de lait, emballages

                              - mobilier (bancs, fenêtres…), canalisations, poubelles, linoléum, pneus

                              - frigidaires, congélateurs, climatiseurs

                              - couches pour bébés, jouets, gilets de sauvetage

                              - ordinateurs, carte à puces, CD, pellicule cinématographique, téléphone,

                              - brosse à dent, peignes, stylos, membres artificiels, lentilles de contact…

                              Dans un pays comme la France, on en consomme chaque année 4,9 millions de tonnes, dont 1,9 million de tonnes sous la forme d’emballages.

                              Et les vêtements ?

                              Le pétrole sert aussi à faire des fibres synthétiques comme le polyester ou le nylon. Là aussi, il offre un grand choix de textures. Par exemple, les collants, la laine polaire ou le satin… Tout ça c’est du pétrole.

                              C’est quoi la pétrochimie ?

                              C’est le nom qu’on a donné à cette part très importante de l’industrie chimique qui utilise des dérivés du pétrole, pour l’agriculture par exemple : les engrais et herbicides. Mais aussi tous les produits de nettoyage et d’entretien : savon à vaisselle, ammoniaque, solvants, détergents, cire pour sols, colles, lubrifiants, cirage, résines, plastifiants, peinture…"


                              • Yannick Harrel Yannick Harrel 9 mai 2008 19:07

                                Bonjour,

                                Ainsi si j’ai bien saisi l’affaire, il faut jouer la politique du pire pour faire éclater la bulle, à la manière d’un contre-feu utilisé pour lutter contre les incendies ? Voilà qui m’apparaît dangereux et qui n’aboutira certainement pas au résultat escompté (et quid des désordres socio-économiques dans les pays occidentaux comme émergents ?).

                                Il me semble que si c’est là l’une des raisons de la hausse du prix du baril, alors le pire est à craindre pour le futur... Mais sur le fond, je suis tout à fait convaincu que la spéculation financière est, au-delà de certaines limites qu’elle s’autorise à franchir très souvent, un réel danger pour les économies mondiales.

                                Cordialement


                                • bernard29 candidat 007 9 mai 2008 19:38

                                  souci de propriétaires de voitures...... et des compagnies qui veulent gonfler leurs profits.

                                  L’énergie on trouvera toujours le moyen d’en fabriquer. Il ne s’agit que d’un choix et d’une volonté. Notre société est tellement bouffée par le fric qu’il n’y a que ce moyen là pour forcer les solutions.

                                  la vraie arme de destruction massive c’est l’EAU.


                                  • pseudo 9 mai 2008 20:40

                                     

                                    Au petit jeu du poker menteur, qui ment ? Je fais ici un pronostique qu’il n’y a plus assé de pétrole pour satisfaire la demande et de façon irréversible. Les conséquences de la fin du pétrole bon marché, nous n’avons plus de temps à perdre pour trouver dans les deux ans des solutions de rechanges, sinon c’est la fin de nôtre civilisation. Le pétrole n’est pas une énergie renouvelable. Les seuls solutions disponibles aujourd’hui sont les voitures electrique avec 100 km d’autonomie. Si le temps de recharge est rapide on pourra faire plusieurs fois 100 km par jours.


                                    • geko 9 mai 2008 22:13

                                      Dans 2 ans ?

                                      La hausse brutale du prix du pétrole n’est pas seulement due au pickoil mais à des facteurs spéculatifs et géopolitiques. Les conséquences économiques du pickoil seront plus incidieuses et plus lentes mais inéluctables !

                                      Par contre les délais entre découvertes scientifiques et les inventions induites qui vont permettre leurs exploitations économiquement viables, on peut dire qu’il y a urgence. Le défi est industriel car nos sociétés sont entièrement construites sur l’exploitation du pétrole aussi bien au niveau technologique (voir le commentaire de Jason) que politique. Il semble que le nihilisme de la situation soit du fait des gens au pouvoir qui veulent le conserver (le pouvoir).


                                    • Gordon Freeman 10 mai 2008 20:49

                                      Il n’y a jamais assez d’une ressource, si son prix était nul elle serait plus consommée c’est évident.

                                      La production mondiale de pétrole par habitant est constante depuis 30 ans, alors que la consommation d’énergie croit de manière proportionnelle à l’économie. Donc depuis 30 ans on assiste déjà à une longue tendance des économies mondiales à diminuer leur ratio PIB/consommation de pétrole.


                                    • Gordon Freeman 10 mai 2008 21:29

                                      C’est bizarre de considérer qu’un pétrole encore plus cher aurait pour effet la destruction des économies émergentes et non pas justement la disparition du 4x4 du béton occidental.

                                      Ca m’échappe totalement : vous suggérez que les dirigeants américains, caché derrière la voix d’analystes économiques, pour permettre aux américains de continuer à rouler en voiture au lieu de construire des trains, feraient... monter le prix du pétrole ? Le raisonnement a de quoi surprendre.

                                      J’aimerais plus de détails quand même...

                                      D’après ces statistiques :

                                      http://en.wikipedia.org/wiki/Petroleum#Consumption_rates

                                      Il semblerait que les Etats-Unis consomment 68,81 barils de pétrole par an et par personne ! A 125$/barril ça fait une ponction de 8600$/an, soit 18,7% du PIB/hab (45.845$/hab) ! Et un baril à 200$/an coûterait 5160$ de plus par habitant étatsunien, pour porter la part de la consommation de pétrole des Etats-Unis à 30% du PIB !!!

                                      Si je fais les mêmes calculs pour la Chine, par exemple :

                                      4,96 barils/pers/an, soit 25,2% du PIB/hab (2.461$/hab) à 125$ et 40,3% à 200$.

                                      Il me semble que les deux économies sont franchement dans le même bateau avec un même ordre de grandeur de l’impact d’une continuation de la hausse.

                                       

                                      Bref j’ai rien contre l’analyse de l’article mais faudrait voir à prouver que les Etats-Unis ne sont pas la première victime de la hausse du pétrole, tout de même.

                                      Peut-être que la hausse des prix aura juste pour effet d’augmenter considérablement les investissements de toutes les économies dépendantes du pétrole, et que ça ne pourrait pas être un mal vu qu’il y a une sacrée marge, y compris pour les USA qui consomment à eux seuls 25% du pétrole mondial.

                                      PIB produit avec un baril de pétrole : USA 1650$, Suède 2710$ (j’ai choisi la Suède parce que c’est un pays comparable aux Etats-Unis en terme de densité démographique, de conditions climatiques et de tendance à habiter dans des maisons). Ca fait quand même une sacrée marge de progression pour les Etats-Unis, et quand j’entends parler de choc produisant l’investissement je vois surtout les Etats-Unis en train d’enfin se construire un réseau domestique de transports en commun digne de la première économie mondiale, par exemple.


                                    • Barbathoustra Barbathoustra 11 mai 2008 13:58

                                      Bah tiens, on va aller au boulot en bus et en vélo ... Il faudrait pour commencer que ceux qui préconisent ce genre de solution nous montrent l’exemple vous croyez pas ? A défaut de quoi, c’est comme raconter que l’avenir sera de rouler dans des pots de yaourts électriques au volant d’un 4X4 dernier cri. C’est se donner bonne conscience en rejettant toute responsabilité sur les autres.


                                    • Barbathoustra Barbathoustra 11 mai 2008 14:21

                                      Retirer à la voiture son rôle d’outil de progrès pour la majorité tout en permettant a une minorité de s’en servir pour afficher sa réussite sociale, voilà qui ne va pas être une mince affaire pour cette dernière en tout cas.


                                    • Christoff_M Christoff_M 10 mai 2008 01:29

                                       ce que beaucoup oublient ici, c’est que cette hausse de prix significative permet au pétrole venant des plates formes en haute mer et au brut peu facile d’extraction d’ètre rentable, alors qu’il était bien trop couteux à extraire vant la guerre d’IRAK !!

                                      d’ou des projets d’extractions possibles aux USA, au Canada, en Russie, sur les super plate formes en construction de plus en plus loin des cotes, rien à voir avec les gisements à ciel ouvert de l’IRAK... en mettant la main sur ces gisements, on force la hausse en limitant la production la plus facile, en la faisant stagner par rapport aux productions du temps de Saddam.... créer de l’instabilité dans les zones proches comme dans certains pays africains permet de faire monter les prix de manière déraisonnable....

                                      les céréales subissent les memes problèmes avec les memes spéculateurs financiers qui cherchent par tous les moyens à meubler les abysses des fonds pourris de l’immobilier....

                                      la cerise sur le gateau c’est de rouvrir les mines en Europe ou ailleurs, voir les accidents fréquents en Chine, et de nous montrer des ouvriers tout heureux d’y retourner !! et le grenelle la dedans à la trappe !!

                                      il n’y a que des banquiers et des financiers cyniques pour faire une propagande pareille et se moquer des gens qui travaillent en bas... il nous ferons bientot croire que le nouveau charbon est écologique !!

                                      en attendant tous les indicateurs de la planète nous commandent de réagir et de ralentir, mais une mafia politico-mediatico-industrielle fait tout pour faire consommer les gens alors que ce système de la quantité basé uniquement sur le bénéfice est en train d’entrainer notre planète au bord du gouffre...

                                      quand ça va mal et que l’on ment sur la crise économique, ça se termine mal....


                                      • herbe herbe 10 mai 2008 11:04

                                        Assez d’accord avec votre point de vue.

                                        J’avais noté la gestion tout à fait inversée que l’on fait de La pénurie et l’abondance :

                                         

                                        La pénurie de certaines ressources épuisables, la solution là passerait par l’usage raisonné (décroissant).

                                        L’abondance de toutes ces ressources qualitatives, le savoir, la connaissance , la puissance créative de ces milliards que nous sommes et qui mis en réseau peuvent faire des merveilles. Ici la solution passerait par la libération de tout ce merveilleux potentiel.

                                        Le paradoxe est que : un choix apparemment contraire au bon sens, est fait dans la plupart des cas :

                                        ce qui est limité est exploité sans frein, considéré comme inépuisable.

                                        Et quand les ressources sont quasiment infinies à exploiter, c’est là où est appliquée une gestion de la pénurie mettant des freins et des verrous (ex : protection abusives des idées, certains brevets ...) peut-être pour coller à une idéologie du profit qui dicterait que ce qui est rare est cher ?


                                      • Jean-Charles DUBOC Jean-Charles DUBOC 10 mai 2008 23:52

                                        Je ne suis pas du tout d’accord avec le fond de l’article qui donne la part belle à la spéculation et à la manipulation du public par des organismes financiers.

                                         

                                        Vous sous-estimez très gravement la crise structurelle de production du pétrole qui, dès 2004, était déjà très bien définie sur le site « WOLF AT THE DOOR » :

                                         

                                        http://www.wolfatthedoor.org.uk/francais

                                         

                                        La planète se trouve dans une impasse, et pas seulement à cause du pétrole…

                                         

                                        Un ensemble de facteurs gravissimes ont été répertoriés par Jacques Blamont dans son ouvrage « Le siècle des menaces » ; vous y découvrirez que nous courrons à l’autodestruction en raison de la Popululation (6,3 milliards d’habitants), des risques d’épidémies, de l’épuisement des sols, des réserves d’eau et des réserves halieutiques, du réchauffement climatique, etc…

                                         

                                        A tout ceci s’ajoute 15 000 têtes nucléaires opérationnelles et des armes biotechnologiques qui sont 600 fois moins chères à produire que les armes nucléaires !...

                                         

                                        Le feu d’artifice final est dans combien de temps ?...

                                         

                                        La crise pétrolière n’en sera que le détonateur et s’attaquer au monde la finance n’est pas suffisant.

                                         

                                        Il faudra avoir le courage d’aller voir ailleurs et d’annoncer au monde l’impensable, l’inadmissible, ce qui est caché à toute la planète depuis plus de 60 ans, que vous le vouliez ou non.

                                         

                                        Et ce sont les technologies de production d’énergie d’appareils exotiques, d’origine extraterrestres, qui ont été récupérés depuis des dizaines d’années tant aux USA qu’ailleurs.

                                         

                                        Ces technologies étaient, jusqu’à maintenant, absolument impossibles à dévoiler au public pour des raisons de sécurité.

                                         

                                        Depuis 1947, date de la récupération d’un OVNI à Roswell, des recherches ont lieu dans les laboratoires militaires américains, et peut-être même français, pour reproduire la technologie de propulsion de ces appareils extraterrestres qui accélèrent d’une façon incroyable puisque l’étude de Claude Poher, fondateur du GEPAN (CNES), a permis de définir des cas d’accélération compris entre 200 et 600 fois la gravité terrestre (200 à 600 g).

                                         

                                        Des travaux de rétro-ingénierie sur les OVNI récupérés ont été développés depuis le début des années 60 (ouvrage du Colonel Philip Corso : The day after Roswell), puis ont très certainement permis de reproduire, aux USA, des appareils identiques à certains OVNI observés.

                                         

                                        L’énergie de propulsion des OVNI, celle de l’Univers, est illimitée et disponible pour le monde entier, et elle est aussi non polluante.

                                         

                                        Elle est aussi soigneusement cachée au public, et aux industriels, car sa mise sur le marché aurait plusieurs inconvénients :

                                         

                                        1/ Révélation au public de la présence extraterrestre sur la Terre avec inévitablement création de panique chez les uns, attente de nouveaux dieux ou idoles pour les autres, démotivation de la recherche scientifique, effondrement des valeurs culturelles et religieuses (ethnocide), etc…

                                         

                                        2/ Création de nouvelles armes (ex : paralysie à distance)

                                         

                                        3/ Effondrement de l’industrie pétrolière.

                                         

                                        4/ Effondrement de l’industrie nucléaire.

                                         

                                        5/ Effondrement des Bourses.

                                         

                                        La mise sur le marché de cette technologie demanderait aussi une stabilité politique mondiale dont nous sommes bien loin, mais qu’il faudra malgré tout que nous atteignons…

                                         

                                        Plus d’information disponible sur ces thèmes sur « Exopolitics France » :

                                         

                                        http://euroclippers.typepad.fr/exopolitique/

                                         

                                        Jean-Charles Duboc

                                         


                                        • herbe herbe 11 mai 2008 10:53

                                          Intéressant la prise en compte du phénomène OVNI !

                                          En espérant que ce ne soit pas encore une enième théorie de complots :

                                          http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_du_complot

                                          d’après cet article le risque est celui ci :

                                          "La certitude de l’existence d’un complot implique l’analyse de toute information et de tout fait au travers du prisme de cette théorie du complot. Ainsi, la certitude qu’il existe un complot contre ceci ou cela, amène la certitude que si ceci ou cela complote, alors il s’agit des conséquences du complot contre eux (propagande ou réaction). Par conséquent, l’évocation d’un complot est aussi le rétrécissement de l’univers d’analyse d’un fait, puisqu’il n’est mis en relation qu’avec d’autres faits issus de la théorie"

                                           

                                          (voir aussi http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9m%C3%A9tique)

                                           

                                          Sinon avez vous été témoin de phénomènes de type OVNI lors de votre actvité professionnelle ?

                                          petit rappel pour les curieux comme moi, le site http://www.cnes-geipan.fr/geipan/&nbsp ;&nbsp ; des archives officielles sur les OVNI est ouvert au public depuis 2007 (première mondiale !?)


                                        • herbe herbe 11 mai 2008 10:55

                                          petite correction du lien mémétique :

                                          http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9m%C3%A9tique&nbsp ;


                                        • Jean-Charles DUBOC Jean-Charles DUBOC 11 mai 2008 11:29

                                          Question d’Herbe : « Sinon avez vous été témoin de phénomènes de type OVNI lors de votre activité professionnelle ? »…

                                           

                                          Et bien oui !... Je me suis fais « cuisiner », en mars 1997, à l’École militaire, par un ensemble de personnalités du Cometa, dont les membres étaient tous des anciens élèves de l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale (IHEDN), au sujet d’une observation effectuée le 28 janvier 1994 au-dessus de Paris.

                                           

                                          Et j’ai découvert, à ce moment là, que le phénomène OVNI était une réalité indiscutable !

                                           

                                          Il y a eu, en 60 ans, sur toute la planète, parmi les pilotes civils et militaires, près de 1300 cas d’observations d’OVNI dont 20% ont été corrélées par le radar !!...

                                           

                                          Et les radars n’ont pas d’hallucinations !!!...

                                           

                                          Les sources d’énergie alternatives existent mais les révéler condamnerait le système économique actuel.

                                           

                                          Jean-Charles Duboc

                                           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès