Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La chienlit Bitcoin bouge encore

La chienlit Bitcoin bouge encore

Le plus effarant avec le développement du Bitcoin, c’est de constater à quel point le temps démontre qu’il s’agit d’une monstruosité, facilitant le financement du crime, le développement de bulles inconsidérées ou des arnaques. Mais pourtant, tout le monde ou presque démissionne et laisse faire

De nouveaux cadavres dans le placard
 
Il faut reconnaître que The Economist, même s’il soutient mordicus Bitcoin, n’omet pas d’en souligner les nombreux vices, belle conception du débat d’idées, même si le journal des élites globalisées est d’un dogmatisme assez effarant. Après avoir déjà consacré plusieurs papiers sur le sujet, et notamment la folle bulle de sa valeur, dans un papier de janvier, il souligne la montée des ransons numériques, où des brigands de l’ère moderne prennent contrôle de l’ordinateur d’un individu ou d’une société et exigent une rançon pour relâcher les données. Il souligne que « l’émergence du bitcoin, une crypto-monnaie digitale qui peut être utilisée de manière anonyme, en est une grande raison  ».
 
Dans un autre papier du même numéro, il souligne qu’« en 2014, il a pedu plus de la moitié de sa valeur par rapport au dollar, faisant même pire que le rouble russe et l’hryvnia ukrainienne  ». Dans un toirisème papier, qui chante les louanges de « la magie de miner  », The Economist soutient qu’ils « ont trois qualités utiles pour une monnaie : ils sont difficiles à gagner, limités en quantité et faciles à vérifier ». Sauf qu’il rapporte aussi la disparition de 19 000 Bitcoins (environ 6 millions de dollars) sur la plateforme d’échange Bitstamp… Puis, il note qu’en outre, cette pseudo-monnaie n’est pas très environnementale, en ce qu’elle nécessite beaucoup d’énergie pour mettre en œuvre les transactions.
 
L’anarchie monétaire
 
De plus, il faut bien reconnaître que les fluctuations délirantes de la valeur du Bitcoin devraient en refroidir plus d’un. Après un premier krach, qui l’avait vu perdre plus de 50% de sa valeur en quelques semaines en 2013, passant de plus de 200 dollars à moins de 100, le cours du Bitcoin s’est envolé à plus de 1000 dollars fin 2013, avant de s’effondrer à nouveau autour de 300 dollars en ce début d’année, malgré une forte progression des volumes échangés, qui ont triplé en trois ans. Bref, entre financement du crime, bulles inconsidérées sur sa valeur et arnaques en tout genre, il est effarant de continuer à promouvoir l’anomalie qu’est cette pseudo-monnaie qui ne repose sur absolument rien.
 
En effet, même si les partisans du Bitcoin expliquent qu’il repose sur de la capacité de calcul informatique, les Bitcoins ne reposent pas sur un Etat ou sur une véritable valeur que possèderait son émetteur. En fait, celui qui l’a créé a surtout créé une habile fabrique de billets, qu’il a intelligemment habillé sous la forme d’un service digital pour convaincre ses utilisateurs, les criminels n’ayant pas besoin d’arguments pour se laisser tenter par les avantages de ces billets de Monopoly qui ont une valeur, aussi fluctuante soit-elle. Ce faisant, les Bitcoins sont un immense retour vers le passé et les systèmes de banque libre, où la monnaie ne venait pas d’un Etat mais dépendait directement d’un acteur privé.
 
Il est à espérer que les innombrables scandales permettent une prise de conscience, alors que quelques entreprises commencent à vouloir les accepter. Un jour, on se rendra compte qu’il s’agit d’une arnaque. Dommage pour les gogos qui y auront succombé. Ils auront été prévenus.

Moyenne des avis sur cet article :  2.57/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • CorsairePR CorsairePR 4 mars 2015 11:50

    Considérant que le pouvoir de créer la monnaie est bien trop dangereux pour qu’on le laisse entre les mains d’un état, le bitcoin est une excellente initiative citoyenne.

    Côté crime, il finance notamment la drogue, oui et alors ? le problème vient de la répression, non de l’outil qui sert à l’échanger...


    • Hervé Hum Hervé Hum 4 mars 2015 13:35

      @CorsairePR

      Alors donc pour vous, il faut éteindre un incendie de maison avec un lance flamme !

      Vous allez pas comprendre, mais c’est pas grave, c’est pas fait pour vous...


    • anomail 4 mars 2015 17:21

      Encore un article creux qui dénonce les sois-disant ravages des monnaies cryptographiques à l’aide d’arguments faciles.

      Bitcoin a inventé le crime et la drogue, c’est bien connu.

      Ca nous ramène tous droit dans les années 1995 où les mêmes conspuaient internet, pour les mêmes raisons.

      Mais ne vous inquiétez pas, le réseau Bitcoin c’est comme Internet, c’est une mode, ça ne fait que passer smiley

      La plupart du temps les auteurs de ces articles n’ont aucune des connaissances requises pour écrire un tel article.

      Ils ignorent tout de la façon donc fonctionnent le réseau Bitcoin.
      Ils pensent savoir comment fonctionnent les monnaies fiduciaires, pour avoir baigné dedans toute leur vie.

      C’est pourquoi aucun d’entre eux ne se donne la peine ni ne peut comparer objectivement les ces deux types de monnaies point par point (création, répartition, usure, sécurité, cas d’utilisation, usage criminel), bref un vrai travail d’enquête qui permettrait au lecteur de faire son choix.


    • CorsairePR CorsairePR 5 mars 2015 14:07

      @Hervé Hum alors attention je n’ai jamais dit que j’étais pour la monnaie ou un système capitaliste, je dis juste que le bitcoin est préférable aux autres monnaies et je serai très heureux d’en savoir plus sur un système dénué d’argent.


    • Piotrek Piotrek 4 mars 2015 11:52

      Supprimer le bitcoin n’arrêtera ni le crime ni les trafics ni les bulles. Ca rendrait juste le blanchiment plus cher.

      Mais je comprends votre réaction, même si je considère personnellement que le souverainisme c’est aimer la concurrence uniquement quand elle vous arrange.


      • Rmanal 4 mars 2015 12:05

        Le bitcoin a été créé au début dans un bon esprit. Hélas les voleurs et les spéculateurs s’en sont emparés, comme ils s’étaient emparés des start ups dans les années 2000. Au final une bulle est créée, et seuls les crétins qui ne la voient pas se retrouveront ruinés.
        Maintenant il suffit d’avoir deux trois notions de création monétaire pour savoir que si tout un chacun pouvait créer sa propre monnaie, cela n’amènerait qu’à des arnaques de masse. Même si la première idée de sortir d’un monopole d’état pour une démarche citoyenne est plutôt attirante, au final la balance + et - de cette idée est plutôt dans le moins, comme le prouve cet article.


        • confiture 4 mars 2015 12:43

          Jamais eu de réponse, les euros que je donne pour acheter un bitcoin, ils vont où ????


          • bibou1324 bibou1324 4 mars 2015 12:55

            @confiture
            Et les euros que tu donnes pour acheter des dollars quand tu vas à l’étranger, ils vont où ?


          • confiture 4 mars 2015 12:59

            @bibou1324
            C’est un peu ce que j’avais compris, et en ajoutant votre commentaire ci-dessous, aucun intérêt donc.


          • anomail 6 mars 2015 09:42

            @confiture

            Lexique :
            - Bitcoin est le réseau
            - BTC est l’unité monétaire
            (on achète pas de Bitcoins mais des BTC)

            Réponse à votre question :

            On peut pas « Acheter » des btc, on peut juste les changer (on « Achète » pas des dollars)

            - Les « miner »
             Ce terme est une analogie avec la façon d’extraire de la terre les métaux précieux, cependant l’action proprement dite n’a rien à voir. Il s’agit (en gros) d’utiliser un ordinateur pour vérifier les transaction des autres utilisateurs du réseau Bitcoin, en échange de quoi vous recevez une petite commission. C’est le mode de création monétaire du réseau Bitcoin.

            - Les gagner : En échange de biens et de services.

            Dans quelles poches vont les Euros que vous changez en BTC ?
            Peut-être dans celles de ceux qui les ont minés quand ils les changent directement.
            Sinon dans celles de celui qui les a acquis d’une manière ou d’une autre.

            -

            Pour finir lisez bien cela, ça va vous faire halluciner mais je vous assure que c’est vrai :

            La différence majeure entre un BTC et une unité de monnaie fiduciaire ’Euro, Dollar...), c’est qu’un BTC ne peut être que dans un seul portefeuille à la fois.

            Je vous laisse creuser cette réalité absurde :
            http://www.dailymotion.com/video/x75e0k_l-argent-dette-de-paul-grignon-fr-i_news


          • bibou1324 bibou1324 4 mars 2015 12:57

            Dans tout cet article, on peut remplacer Bitcoin par Euro ou Dollar : tout reste vrai : échange de drogues, armes blanchiment, intraçabilité des échanges de petites coupures, etc...


            La seule différence entre une monnaie normale et le Bitcoin, c’est que le Bitcoin est contrôlé par des citoyens, des particuliers, et non par des états.

            • Hervé Hum Hervé Hum 4 mars 2015 13:33

              @bibou1324

              le seul commentaire censé est moinssée

              Audiard se trompait, on ne reconnait pas les cons à ce qu’ils osent tout (cela demande du courage), mais à ce qu’ils gobent toutes les conneries et uniquement les conneries.

              Suffit de regarder les premiers commentaires !

              Sauf un détail bivbou1324, un état est une machine et une machine ne contrôle rien, c’est seulement celui qui la manipule qui contrôle. Or, les états sont contrôlés par des gens au service exclusif d’une minorité propriétaire des moyens de productions et de leur financement.

              Mais dire qu’il faille laisser la création et le contrôle de la monnaie par des citoyens, ben, faut vraiment avoir une couche très épaisse de connerie pour pas voir que c’est ce qui se passe déjà au niveau de la création monétaire et du contrôle de l’état.


            • Macaque 5 mars 2015 12:04

              @bibou1324
              A la base l’état c’est censé être les citoyens et défendre l’intérêt commun. Le problème que tu dénonce n’est donc pas le fait que l’état est le contrôle de la monnaie, mais que les citoyens n’est plus le contrôle de l’état (et donc de la monnaie).
              C’est donc en premier lieu un problème de démocratie.

              Concernant le Bitcoin, il me semble pas juste de dire qu’il est contrôlé par des citoyens. Pour moi il repose justement sur le principe d’être le plus hors contrôle possible.
              Or l’idée d’abandonner volontairement le contrôle de la monnaie est assez différent de l’idée de s’en réapproprier le contrôle.

              De plus, comme je l’ai déjà expliqué une autre fois dans mes commentaires, le bitcoin n’empêche pas structurellement la création de banque de dépot et de prêt bitcoin, et donc le bitcoin n’empêche pas la création d’argent par le mécanisme de la dette.
              En fait c’est les variations incontrôlables de son taux qui empêche qu’il existe déjà de telle banque.


            • NazPirator NazPirator 5 mars 2015 18:03

              @Macaque

              Concernant ton dernier point je me souviens de tes commentaires assez accrochés avec un autre type. J’étais plutôt d’accord avec toi, mais je voudrais rajouter un point. Comme tu dis « le bitcoin n’empêche pas la création d’argent par le mécanisme de la dette ». D’ailleurs cela doit probablement déjà se faire à très petite échelle.


              En revanche, ce qui fait selon moi une grande différence avec le système actuel est que le nombre de bitcoins en circulation, étant prévu dans le code, est connu par la quasi totalité la communauté. Je vois donc mal que dans ce système où la présence de banque n’est pas indispensable, des banques annoncer leurs chiffre d’affaire et dont la somme totale (imaginons pour extrapoler) serait plus important que les 21 millions de bitcoins possibles en circulation ou même des états avec leur PIB. La confiance serait instantanément perdue et tout le monde chercherait à récupérer ses dépôts.

              Cela rendrait donc la situation du dollar actuelle par exemple impossible. Depuis 1913, le taux cumulatif de l’inflation est de 2260 %. Ça ferait belle lurette que tout le monde aurait récupéré ses économies. Le système de création de monnaie à partir de dette serait donc trop instable à grande échelle. Surtout qu’avec le Bitcoin il n’y a pas d’inflation voire de la déflation. Il n’est donc pas nécessaire d’épargner pour compenser l’inflation.

            • Macaque 5 mars 2015 18:54

              @NazPirator
              C’est possible, mais ça me paraît optimiste.
              Les choses se feront petit à petit, les gens verront que le système fonctionne (même s’il peut s’écrouler à tout moment) et il ne me paraît pas y avoir une limite théorique à laquelle d’un coup les gens vont retirer leur argent.
              Tant que l’intérêt d’un individu seul est de continuer à confier ces bitcoins à une banque (puisque si lui seul les retire le système de s’écroule pas), il est difficile de prédire à quel moment un seuil psychologique pourrait être franchi incitant tous le monde à retirer son argent.
              Surtout que si toute l’économie reposait sur le bitcoin, les états seraient plus ou moins obligés de garantir la valeur du bitcoin comme il le font aujourd’hui avec les autres monnaies pour que leur population ne soit pas lésée.
              Je pense que les gens feraient plus ou moins confiance au système comme il le font actuellement. Tout le monde sait qu’on ne pourrait pas tous retirer notre argent en même temps de la banque, mais ça n’empêche pas le monde de tourner.
              Il y aurait bien quelques personnes (sur Internet) pour pointer l’absurdité du système, mais on s’en accommoderait quand même suffisamment longtemps pour que le jour où la prise de conscience survient il soit trop tard pour éviter une crise.

              Aujourd’hui il est de notoriété publique les 80 personnes les plus riches détiennent autant que la moitié la plus pauvre de la population (3,5 milliard d’individus).
              Je trouve qu’on peut difficilement faire plus aberrant comme système, et pourtant il continue pour l’instant.

              On peut imaginer un seuil où il n’y aurait plus assez de bitcoin que les échanges entre les différentes banques puissent ce faire dans de bonne condition, mais il serait plutôt très très haut je suppose.
              Après il faut avoir conscience que la possibilité de gagner de l’argent avec une monnaie est aussi ce qui fait son attrait. Si l’on gagne moins d’argent en plaçant son argent en bitcoin plutôt qu’avec une autre monnaie qui serait aussi accessible, ceux qui ont de l’argent préféreront l’autre monnaie et c’est eux qui imposeront leur choix de monnaie aux autres.
              Selon cette vision, une monnaie qui limite les intérêts que l’on peut percevoir grâce à elle avec des placements a peu d’avenir. A moins bien sûr qu’elle soit une décision politique faite par un ensemble de citoyen majoritaire qui l’imposerait aux autres.


            • Pascal L 4 mars 2015 13:48

              Le Bitcoin est une monnaie dont la valeur est basée sur la confiance que l’on peut avoir sur le fait que ses créateurs ne changeront pas les règles de fonctionnement. Cette monnaie est spéculative par nature, il ne faut pas s’offusquer de ses variations de cours et personne n’oblige personne à l’utiliser.


              Quand au blanchiment, les polices américaine et française ont démontré qu’il n’assure aucune protection. Il suffit d’acheter une petite quantité de drogue pour remonter les adresses IP et retrouver les auteurs. Le Dollar en billets restera encore longtemps indétronable pour faire du blanchiment.

              Je trouve une vertu au Bicoin : Il montre que le monopole des monnaies centrales est près de disparaître ; l’économie sera moins dépendante des mauvaises règles de gestion. La création monétaire par la dette est une calamité pour les salariés et crée le chômage de masse.

              • Rmanal 4 mars 2015 13:55

                @Pascal L
                La dette n’a jamais créé de monnaie fiducière. De quoi parlez vous ?


              • Alren Alren 4 mars 2015 18:52

                @Rmanal


                Quand les banques prêtent de l’argent pour un montant excédant des dizaines de fois leurs fonds propres, elles créent bien de la monnaie, virtuellement bien sûr.

              • Pascal L 4 mars 2015 19:32

                @Rmanal
                Ce n’est pas de la monnaie fiduciaire, c’est de la monnaie scripturale. Ce sont les comptes de dépôt. Cela fait partie de la masse monétaire M1 au même titre que les billets, mais les règles de création ne sont pas les mêmes. La monnaie scripturale est de loin la plus grande partie de la monnaie disponible, la part des billets de réduisant régulièrement.

                M0 est la masse monétaire émise par la banque centrale réservée aux banques. A partir de M0, une banque peut créer des ligne de crédit qui se retrouve sur les comptes des emprunteurs (M1). En principe la banque peut créer beaucoup plus de prêts qu’elle possède de monnaie M0 puisque le prêt ne sort pas immédiatement de la banque (et y restera si le prêt doit payer un autre client de la banque). La somme maximale que la banque peut prêter à partir de M0 est limitée par un coefficient multiplicateur que l’on retrouve dans les accords Bâle III. Dans la réalité, ce coefficient multiplicateur ne limite pas le crédit, car si la banque dépasse, elle a deux semaines pour redemander de la monnaie M0 à la banque centrale et au prix qu’elle paye, faut pas se priver.

              • anomail 6 mars 2015 09:44

                @Alren

                Ah tiens, un qui a compris smiley


              • anomail 6 mars 2015 09:49

                @Pascal L

                « La création monétaire par la dette est une calamité pour les salariés et crée le chômage de masse. »

                OUI OUI OUI !!!

                La monnaie-dette est la plus grande arnaque du siècle.

                De plus c’est un shéma de Ponzi qui pousse à une croissance incontrôlée et finira brutalement dans une grande douleur commune.


              • Spartacus Spartacus 4 mars 2015 18:33

                Ce genre d’article sent la frustration des étatistes de l’élite qui se voient frustrés de ne perdre le pouvoir de battre monnaie et mettre en dépendance de l’état leurs concitoyens.


                Le Bitcoin si t’en veux pas t’en prend pas, c’est tout simple.
                Reste avec ta merde de monnaie d’état et fait pas chier ton voisin.

                Vouloir nous imposer la tyrannie de la monnaie d’état est déjà bien assez !





                • joletaxi 4 mars 2015 22:02

                  Quand les banques prêtent de l’argent pour un montant excédant des dizaines de fois leurs fonds propres, elles créent bien de la monnaie, virtuellement bien sûr.

                  curieux comme cette « légende » a la vie dure

                  il est d’ailleurs inutile d’argumenter sur le sujet, pas plus que sur les OGM, le gaz de schiste, les pesticides etc..
                  Par contre, ces nouvelles monnaies ont un côté « paradoxal »
                  en effet, si la création monétaire par les banques centrales permet d’augmenter la masse monétaire en fonction d’une augmentation des richesses créées, par l’obtention de prêts, la création de monnaie virtuelle ne correspond à rien de tangible,cette monnaie est distribuée en « récompense » d’une construction virtuelle par un « créateur », le fait d’ailleurs de limiter cette création à un certain nombre d’unités montre le décalage entre la masse de monnaie et son support.
                  En fait, on pourrait tout aussi bien vous vendre des billets ornés de beaux dessins,


                  • eresse eresse 4 mars 2015 22:37

                    La seule monnaie ayant légalement cours est composée des pièces et billets, comme le rappelle la banque de France.
                    84 Milliards d’€ ont été émis en pièce et billets. Cela représente environ 1200€ par personne.
                    Un conseil, gardez de coté au moins cette somme par personne en petites coupures et pièces.
                    Tout le reste n’est que du vent.


                    • goc goc 4 mars 2015 23:09

                      L’argent ne peut être qu’un outil et non une finalité. ça sert uniquement de référence quantitative lors d’échanges de biens et de services. Or l’un des points fondamentaux pour ne pas dire obligatoire, est la stabilité de cette référence.
                      Si l’argent n’existait pas et que les échanges se faisaient par le troc, on échangeait des biens et/ou des services sur la base d’un équilibre des échanges. Si je fait construire ma maison par des maçons sur la base du troc, je les paie en nourriture, en service, en loisir, etc.., or il va de soit que ces échanges doivent être stables dans le temps (au moins de la construction de ma maison). que se passerait-il si demain pour un mur, je doive 10 kilos de patates, et que le mois suivant pour un mur identique je soit obligé de devoir 20 kilos de patates ??. Et bien toute l’économie s’écroulerait
                      C’est ce qui va se passer si le bitcoin perdure et remplace la monnaie classique .
                      c’est comme un médiateur qui sert de négociateur entre les différents partis et qui se met à fluctuer, prendre sans raison le parti d’un des cotés, puis le lendemain vers l’autre coté avec la même mauvaise foi, le surlendemain il devient carrément extrémiste
                      Ce négociateur perdra sa qualité de référence, il se discréditera mais il discréditera aussi les autres, et au final, il entrainera tout le monde dans sa chute
                      Et bien le bitcoin , c’est pareil. Son instabilité chronique car d’origine spéculative, doit lui interdire toute utilisation en tant qu’outil d’échange.


                      • Rensk Rensk 5 mars 2015 02:35

                        @goc

                        - L’argent ne peut être qu’un outil et non une finalité. ça sert uniquement de référence quantitative lors d’échanges de biens et de services.

                        Ah bon ?

                        Un exemple :Le canton de Genève gagne de l’argent en s’endettant...
                        Politique monétaire Au moins sept cantons, dont Genève pour la Suisse romande, se sont laissés séduire par des prêts à des taux d’intérêt négatifs proposés par des banques étrangères.

                        C’est pourquoi le point d’interrogation, c’est quoi cet « outil » ?


                      • NazPirator NazPirator 5 mars 2015 17:17

                        @LaurentHerblay vos arguments ne tiennent pas :


                        1. Le Bitcoin n’est pas anonyme mais pseudonyme, tout comme l’email, traçable par IP.

                        2. Le billet de 500€ reste le roi du financement du crime, de la drogue et autres prohibitions.

                        3. Les vols de bitcoins ne sont en aucun cas une violation du protocole Bitcoin mais bien de tierces parties ou de personnes peu méfiantes. De plus utiliser des services de tierces parties est tout l’inverse de la logique peer to peer et décentralisée du Bitcoin.

                        4. « Cette pseudo-monnaie n’est pas très environnementale ». Sans doute plus que le système monétaire et capitaliste actuel qui prône la croissance infinie et prend très à cœur la destruction de l’environnement.

                        5. Le Bitcoin n’est effectivement pas une monnaie au sens orthodoxe du terme, puisque il ne remplit pas la condition de réserve de valeur qui sert à établir la confiance. Qu’à cela ne tienne, le Bitcoin est inviolable par son fonctionnement cryptographique et décentralisé. Il est open-source et son rythme de création connu. Il ne nécessite donc pas de réserve de valeur pour établir la confiance… parmi ceux qui le connaissent...

                        6. Quant à la forte volatilité du prix du bitcoin, elle dépend en quasi-totalité de spéculateurs sur une monnaie non officielle et utilisée au quotidiennement par encore un infime nombre de personnes. Cet effet parait donc normal et diminuera avec le temps si son utilisation se démocratise peu à peu.

                        7. « Les bitcoins sont un immense retour vers le passé ». Rien ne vous oblige à utiliser la machine à remonter le temps ^^ Mais pourquoi devrait-il avoir une monnaie unique ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès